Version classiqueVersion mobile

Sociologue comme médiateur ? Accords, désaccords et malentendus

 | 
Jean-Pierre Delchambre

Partie I. Faire place à la surprise dans l'articulation entre la théorie et l'empirie

Pour une érotétique préalable à la compréhension des dispositifs de protection sociale cubains

Michel Messu

Texte intégral

1Cette contribution se propose de revenir sur les conditions épistémologiques de la « surprise ». Celle-ci, dans la démarche de recherche du sociologue, ne saurait relever du simple aléa, de l’heureux hasard ou de l’improbable révélation. Si la sérendipité peut avoir cours, elle reste, comme le veut le sens de ce vocable, le fruit d’une heureuse conjonction d’inattendu et de questionnement. Elle est donc à la fois principe de méthode et condition heuristique de la science du social. La surprise sociologique réclame que soient remplies au moins deux conditions épistémologiques préalables : que le « social » dont rend compte le sociologue ne soit pas tenu pour allant de soi, n’engage pas le sociologue dans l’illusio si souvent dénoncée par Bourdieu ; et qu’il ne soit pas non plus reçu comme une simple illustration de la théorie pré-existante, une sorte de réalisation d’une « sociologie préalable ». En un mot, qu’il garde, pour le sociologue, le statut de l’énigme.

2Ce qui engage, bien sûr, une réflexion épistémologique sur la place et la nature du questionnement en sociologie, la reconnaissance qu’une forme d’érotétique préside à la démarche du sociologue, que l’on remonte en quelque sorte de la question posée au terrain d’étude, ce que d’aucuns appellent la « réalité sociale », vers le questionnement qui la porte, le substrat théorique qui donne sens à la question. Bref, que l’on subordonne l’interprétation du « donné » à l’orientation interrogative impulsée par le chercheur. Ce qui favorisera, et dans le même mouvement, la « surprise » par le « donné » recueilli, observé, interrogé. Au point d’ailleurs d’autoriser l’« ancrage » de la théorie dans celui-ci, à la manière d’A. Strauss.

3Pour donner corps au propos, nous nous appuierons sur les éléments d’une recherche en cours portant sur les évolutions des dispositifs de protection sociale à Cuba. Nous décrirons comment nous avons été « surpris » par l’écart de compréhension qui se faisait jour entre la réception par les cubains de mesures d’aide sociale et leur théorisation par les observateurs internationaux, voire les chercheurs cubains eux-mêmes. Ainsi, alors que nombre de mesures concernent des femmes chargées de famille, il n’y a pas de « politique sociale genrée » à Cuba, ni dans les textes, ni dans l’esprit des bénéficiaires. Nous montrerons donc comment le déplacement du questionnement nous permet de théoriser en des termes renouvelés les enjeux de la « question sociale » cubaine.

I. Pour une érotétique préalable en sociologie

4Revenons quelque peu sur la question de la « surprise » et de la sérendipité. On sait que cette dernière est définie par Horace Walpole comme une procédure combinant l’accident et la sagacité, le circonstanciel et la capacité de discernement, cette qualité de l’esprit rationnel à dégager, de ce qui était confus et emmêlé, le clair et le distinct, en tout cas le compréhensible. En somme, il s’agit de faire advenir du compréhensible de ce qui se donnait pour incompréhensible.

5On voit donc bien que la démarche, le passage d’un état à l’autre, réclame d’une part un « constat » – factuel, circonstanciel –, et d’autre part, appelons cela ainsi, une « application de l’esprit », une disposition à la rationalisation. Plus que la « reconnaissance » du sens, qui réclame toujours que celui-ci ait été déjà connu, c’est la « production » d’un sens nouveau qui se trouve engagée. Et la question qui se pose est donc celle de savoir comment l'on passe du fait constaté au fait compris rationnellement, au fait pourvu d’un sens, d’un sens qu’il n’avait pu recevoir d’emblée.

6La « surprise », quant à elle, se situe à différents moments du cheminement. Au niveau du fait constaté : il n’est pas ce qui était attendu, il ne reçoit pas le sens qu’on était prêt à lui accorder en toute logique, comme on dit. Il surprend par son écart à l’attente, à l’anticipation de sens. Mais cette surprise-là est, pourrait-on dire, « passive ». Elle laisse coi. Elle nous laisse dans la contingence et l’on ne peut en dire autre chose. Elle contraint en quelque sorte à l’impuissance. Les caricaturistes et les dessinateurs de BD l’expriment parfaitement par le point d’interrogation qu’ils placent dans la bulle rattachée à la tête de leur personnage.

7Cette surprise-là ne produit donc rien, si ce n’est l’état dubitatif, interrogatif, de celui qui la ressent, qui s’en trouve saisi. Pour produire quelque chose, pour dépasser le constat et l’impuissance, il faut que l’interrogation devienne « active » ou, pour le moins, qu’elle soit « activée », qu’elle soit transformée donc en une « interrogation dynamique ». C’est tout le sens de ce que les philosophes appellent l’érotétique.

8L’érotétique, du grec erôtèma (relatif à l’interrogation), entend fonder un peu mieux le type de questionnement qui préside aux questions que nous posons, que nous posons aux choses d’observation ou que nous nous posons à nous-mêmes. Et partant, au cheminement de la pensée par lequel nous allons apporter des réponses, fournir des interprétations.

9Francis Jacques, dans ses travaux, nous rappelle l’usage historique et juridique du vocable. Interrogare, formé d’inter (entre) et rogare (demander), est d’usage juridique. Il s’agit d’abord de consulter sur le sujet, recueillir des réponses, avant d’en faire une loi. La loi faite, on pourra y déroger (derogare), la proroger (prorogare), ou encore l’abroger (abrogare). Ensuite, c’est faire question à quelqu’un, au cours d’un interrogatoire, à l’effet d’établir les faits qui lui sont reprochés. Mais par delà l’univers juridique et judiciaire, l’interrogation est au principe de multiples procédures de validation de la pensée et des rhétoriques qui l’accompagnent. « Que puis-je connaître ? Que dois-je faire ? Que puis-je espérer ? » se demandait Kant avant d’entreprendre ses grandes Critiques. Elle est aussi au principe de multiples actes de la vie quotidienne : « Voulez-vous prendre pour époux(se) le(la) ci-devant M.(Mme)… ? » demande le maire lorsqu’il réalise cet acte performatif qu’est le mariage. « Que puis-je vous servir ? » demande le garçon de café. Etc.

10L’interrogation conduit donc celui qui est interrogé ou celui qui s’interroge à fournir une réponse. Mais la réponse ne vaut qu’à la hauteur de la question qui l’a suscitée. Tout sociologue qui a conçu un questionnaire d’enquête le sait. Mieux, la réponse et la question qui la porte ne peuvent généralement être isolées, être uniques, se suffire à elles-mêmes. Concevoir un questionnaire d’enquête sur la croyance avec comme unique question : « Dieu existe-t-il ? », Oui, Non, et peut-être NSP, ne serait guère informatif. En tout cas, on ne pourrait rien dire d’autre que ce que disent les réponses : Oui, Non, NSP. La question doit donc être prise dans un ensemble d’autres questions et s’inscrire ainsi dans un questionnement qui les sous-tende, qui fasse advenir la trame d’une problématique. Laquelle est toujours plus qu’une question ou un problème posé, mais engage tout un univers de sens dans lequel va pouvoir s’inscrire la réponse. Le questionnement forme ainsi les réquisits de la compréhension de la réponse et de la conviction emportée par la réponse.

11Il y a donc un primat de l’interrogation sur la compréhension et l’interprétation. De quoi est-il question dans la question ? A quel erôtèma la réponse fait-elle réponse ? Ainsi le questionnement prend-il le pas sur la question. Francis Jacques distinguera plusieurs modalités du questionnement. Problématique, quand on s’interroge en scientifique, parce qu’elle reste dans la positivité du savoir construit, des connaissances mobilisables pour comprendre la réponse. Énigmatique, quand on le fait en poésie, et j’aurais tendance à l’élargir au cours ordinaire des choses. « Érotétique radicale » en philosophie, et « mystérique » en théologie. Quoi qu’il en soit, le questionnement est la forme par laquelle la surprise se fait dynamique et reçoit l’impulsion qui conduira vers une interprétation, une interprétation renouvelée. A la manière de l’aporia socratique qui, paralysant tout d'abord le philosophe, le conduit aussi, par questions-réponses, selon la méthode préconisée par l’iconoclaste athénien, à recouvrer la connaissance « vraie ». A la manière aussi dont le Maigret ou le Sherlock Holmes chargé de l’enquête, se demande « à qui profite le crime ? » avant de donner le nom du criminel.

12Bref, la surprise est appelée, pour produire ses effets de connaissance, à placer l’interrogation au principe de son mouvement, à faire de l’interrogativité la clé de son dynamisme et de son potentiel interprétatif ou herméneutique. S’en tenir à la « surprise passive », celle du constat de l’écart entre le factuel et l’attendu, c’est renoncer à la pensée ou s’en tenir à une forme de conservatisme du déjà connu – ce qui revient au même. La sociologie est souvent saisie par la « surprise passive » quand elle pense l’imprévu, l’inattendu, sous les seuls auspices de l’exception qui confirme la règle.

II. Surprise cubaine

13Pour illustrer le propos, je m’attacherai à montrer comment, dans un programme de recherche en cours, l’observation de terrain a pu produire certaines « surprises », et combien celles-ci sont grosses d’enjeux théoriques et épistémologiques. Il s’agit du programme de recherche Latinassist, financé par l’Agence nationale de la recherche (ANR) française pour la période 2011-2014, et qui vise à étudier les stratégies d’acteurs face à la mise en place de programmes d’assistance ciblant les femmes dans six métropoles d’Amérique latine dont La Havane à Cuba. A propos du cadre dans lequel prenait place cette recherche, on peut mentionner le fait que, depuis un certain temps, sous la pression notamment des agences internationales qui distribuent des fonds de développement aux nations en difficulté sur les plans économique et social, et dont un certain nombre sont devenues depuis des « États émergents », l’échec des politiques dites des « fonds structurels » les avait amenées à repenser leur intervention en incitant les États à pratiquer des « politiques ciblées, conditionnelles et d’activation ». En somme il s’agissait d’abandonner une politique de redistribution et de soutien aux « systèmes de protection » en place, jugée passive et inefficace, au profit d’une politique active d’intervention auprès de populations ciblées appelées à se mobiliser pour « s’en sortir ». Les femmes, en tant que travailleuses, mères et éducatrices de leurs enfants, femmes isolées sans ressources, particulièrement lorsqu’elles sont âgées, devenaient une « cible » privilégiée de ces nouvelles politiques d’assistance.

14De ce point de vue, l’Amérique latine avait été, depuis environ deux décennies, le cadre de changements brutaux dans ses formes de protection sociale : démantèlement de pans entiers du droit du travail et multiplication des zones franches, réforme des retraites et passage à la capitalisation (sauf au Brésil), aggravation des inégalités (jusqu’aux années 2000), abandon des politiques sociales à prétention universaliste au profit du « ciblage », notamment sur les femmes. Par ailleurs, ce continent avait été aussi le lieu d’expérimentations, d’innovations, ou plus simplement de la poursuite d’évolutions favorables. On y observait aussi l’instauration de nouvelles politiques à vocation universaliste : apparition d’un « droit à l’assistance » dans certains pays, invention (au Mexique) et rapide diffusion des « conditional cash transfers », généralisation de la scolarisation primaire et de l’accès à la santé de base.

15Les politiques sociales en Amérique latine, depuis la fin des années 1990, avaient donc été profondément remaniées et l’évaluation de leur efficacité était devenue une préoccupation centrale aussi bien pour les institutions internationales que pour les pouvoirs publics locaux ou nationaux. Toutefois, ces évaluations se faisaient surtout dans une optique économique et gestionnaire. Il s’agissait avant tout de rationaliser l’aide aux pauvres et d’appliquer des principes de « bonne gouvernance » : lutte contre la corruption et le clientélisme, élimination des fraudes afin d’allouer des ressources rares à ceux qui « en ont réellement besoin », etc.

16Cependant une question centrale se trouvait rarement posée : que font les assistés de l’assistance, et que fait l’assistance aux assistés ? C’est cette question qui forme le cœur du projet de recherche. Et pour ce faire, six métropoles d’Amérique latine, dans six pays différents, ont été choisies comme terrains d’étude. Pour contraster un peu mieux les situations, Cuba et La Havane ont été retenus afin d’observer comment, dans le contexte très singulier de ce pays, pouvaient opérer des politiques de même nature, quand bien même ne s’affichaient-elles pas sous ce label.

17En effet, depuis la décennie 1990, Cuba se trouve confronté à des difficultés de ressources publiques qui ont des répercussions sur son modèle social. La capacité de l’État à maintenir un modèle universaliste de protection via, notamment, une politique de subvention à la consommation par le système de prix et de revenus est mise à mal. Les inégalités et la paupérisation d’une fraction de la population s’accroissent, et divers problèmes sociaux sont désormais considérés comme des problèmes publics : délinquance, consommation de drogues, prostitution, abandon scolaire, malnutrition, naissances en conditions de vulnérabilité, maternités précoces et célibataires, problèmes dans certains quartiers urbains, etc. Émerge donc ce qui peut être qualifié de politique d’intervention sociale, dans un espace de faille ou, comme nous l’appellerons, de « désencastrement » du social, de l’économique et du politique. Toutes ces dimensions avaient été totalement « encastrées » dans le projet révolutionnaire initial. Ce qui faisait que ce que nous nommons « le social » n’y trouvait pas place. Désormais, pouvait-il s’énoncer comme un programme politique de réparation, ou de meilleur mise en adéquation entre les objectifs politiques du régime cubain, affirmés inchangés, et les configurations économiques et sociales profondément bouleversées depuis les années 1990. Dès lors, le « social », tel que nous l’entendons ici, pouvait-il trouver sa justification comme une forme d’intervention politique pour atténuer, voire éradiquer, les inégalités qui s’épanouissent au sein d’une économie qui, contrainte par le manque de devises et la pénurie des moyens de l’action publique, a dû s’ouvrir à l’économie privée et à la concurrence. Et ce faisant, réaffirmer l’égalitarisme politique affiché par le régime.

18Par hypothèse donc, une politique ciblant les femmes, parce que les plus menacées, les plus sujettes à connaître les effets de cette dérégulation systémique, avait dû voir le jour. Restait donc à l’étudier au regard de nos objectifs de recherche.

19Surprise ! Que ce soit dans la littérature portant sur les politiques sociales cubaines ou au cours des observations de terrain que nous avons été amenés à faire, jamais il n’était question de politique ou de mesures visant spécifiquement les femmes. Plus généralement, les politiques ou les mesures « ciblées » n’ont guère cours à Cuba. Les aides apportées, aux uns ou aux autres, le sont toujours sous l’égide d’un principe universaliste et solidariste de protection du citoyen cubain. Protéger les acquis sociaux de la Révolution et protéger les plus vulnérables, tels sont les objectifs complémentaires affichés dans les réformes engagées au cours des dernières années.

20Deux types de modification dans la stratégie sociale ont en effet été mis en œuvre. D’une part, des tentatives de renforcement et d’adaptation du système social encastré aux nouveaux besoins sociaux et à la baisse des moyens de l’État : l’État cubain maintient, autant que possible, la centralité et le cadre de ses politiques sociales dans les domaines de la santé, de l’éducation. Mais, dans la tourmente des années « post guerre froide », les subventions aux prix des biens et services de première nécessité et de l’emploi public s’affaiblissent, voire sont supprimées. Par ailleurs, l’État développe parallèlement des moyens innovants et palliatifs par l’encouragement d’initiatives locales, communautaires comme elles sont désignées là-bas, qui doivent permettre de préserver ces acquis par des moyens moins onéreux et plus compatibles avec la situation des institutions publiques.

21Pour autant, point de politique ciblée en direction des femmes. Celles-ci restent essentiellement appréhendées comme travailleuses dans le cadre d’une égalité de condition garantie par la Constitution. Bien sûr, à Cuba comme ailleurs, des travaux de sciences sociales adoptant une « perspective de genre » tendaient à établir qu’à Cuba, comme bien ailleurs, c’était d’abord les femmes, fussent-elles travailleuses, qui se voyaient avoir la charge des enfants et l’entretien du domicile familial. D’autant que, malgré l’égalité constitutionnelle, des relents de machisme et des tendances à la multiplication des unions précaires produisaient un nombre conséquent de foyers monoparentaux dirigés par une femme. Si l’on ajoute à cela, notamment à La Havane, les difficultés de logement, c’est toute une constellation de ménages plurigénérationnels qui se trouvent gouvernés par des femmes et, parfois, à leur seule charge. Autrement dit, ces travaux tendaient, si ce n’est à réclamer une politique ciblée en direction des femmes, du moins à « révéler » que nombre de politiques d’aide assistancielle mises en œuvre par la communauté, donc territorialisées, n’étaient que des politiques déguisées à l’endroit des femmes. Puisqu’elles en étaient les principales bénéficiaires.

22D’un autre côté, les échanges, entretiens et autres consultations que nous avons pu avoir auprès de femmes, notamment dans le quartier que nous avions élu comme terrain privilégié d’observation, ne laissaient guère entendre qu’elles étaient demandeuses de politique ciblée. D’autant que les politiques d’État assuraient toujours une prise en charge gratuite de la scolarité, des loisirs et des repas des enfants, que les entreprises offraient toujours une partie de la nourriture à leurs employés, que les orphelins, les invalides et les retraités étaient pensionnés et que, dans les quartiers de résidence, les Casas de Orientaciòn a la Mujer y la Familia (gérées par la Fédération des femmes cubaines), les Casas de Abuelos ou Casas de Atenciòn para Ancianos, ou encore les Talleres de transformación intégral de barrio (Maison de quartier à vocation socio-culturelle), offraient de réelles ressources palliatives. Mais, ajoutaient-elles le plus souvent, cela reste trop juste. Cela couvre le nécessaire mais ne permet ni le superflu, ni la satisfaction des aspirations consuméristes. Quant à l’inégale prise de responsabilité entre les hommes et les femmes en matière familiale, si le constat factuel était approuvé, il s’accompagnait souvent d’un sourire en coin et du commentaire selon lequel « mieux vaut être seule que mal accompagnée ». La garantie constitutionnelle d’égalité de traitement leur paraissant de plus correctement appliquée.

23Dès lors, fallait-il s’en tenir à notre cadrage de départ, conforté par les travaux de sciences sociales adoptant une « perspective de genre », et tenir, du coup, les décideurs politiques pour des réfractaires à l’amélioration de la condition des femmes, et les femmes elles-mêmes, au moins celles rencontrées dans notre quartier, pour « aveugles » au sort qui leur était fait. Ou bien, le moment de l’étonnement, de la « surprise passive », passé, revisiter notre questionnement de départ et nous interroger à nouveau sur les présupposés théoriques de la recherche.

24Les deux voies sont actuellement poursuivies, en termes d’investigation et de recueil d’informations complémentaires. Pour ma part, j’incline à penser qu’il y a là matière à mettre en œuvre le paradigme érotétique. C’est-à-dire à réinterroger l’option problématique quant à ses fondements et ses présupposés théoriques. Non que nous supputions l’existence d’un modèle unique de dispositif à l’adresse des femmes d’Amérique latine, voire d’un monde globalisé. Ni, non plus, que, sous couvert d’aider des femmes, les politiques ainsi ciblées visaient à mettre en place des formes de contrôle social autrement plus efficientes que les politiques antérieures, nonobstant leurs effets déstructurants ou désintégrateurs des milieux sociaux dans lesquels elles allaient opérer. Mais nous supposions, quels qu’eussent été les contextes socio-politiques et, partant, les dispositifs de protection sociale, qu’un impératif de genre, si l’on peut dire ainsi les choses, allait primer dans nos analyses. Puisque partout, Cuba compris, les femmes se trouvent différentiellement porter la responsabilité des charges inhérentes à la famille, une politique sociale ciblant les femmes était plausible. Et peut-être même, les institutions internationales aidant, nécessaire.

  • 1 Voir Michel Messu et Blandine Destremau, « Le droit à l’assistance sociale à l’épreuve du local »,(...)

25C’est ce présupposé de généralité qu’il convient d’interroger, de soumettre à un examen critique. Se peut-il qu’un contexte socio-politique singulier, celui de la Révolution cubaine de 1959 et de son système social, ait pu entraîner un déplacement de la « question du genre », comme l’on dit couramment ? Partant, qu’une politique d’assistance aux plus démunis puisse faire l’économie du « genre » ? Bien des éléments militent en faveur de cette thèse à Cuba. Du moins tant que sa singularité pourra perdurer, c’est-à-dire, tant que le désencastrage du social, de l’économique et du politique restera contrôlable par l’État et compensable par des politiques d’assistance communautaires, territorialisées donc, palliant pour le moins le désengagement étatique central. L’instance communautaire devenant ainsi l’unité décisive de protection du citoyen. Encore que, comme nous avons pu l’analyser pour la France, les politiques d’assistance territorialisées, entrainent d’indéniables disparités entre les territoires et leurs ressortissants1.

26Quoi qu’il en soit, l’interrogation mérite d’être portée à ce niveau car elle donne une possibilité nouvelle d’interprétation des politiques sociales cubaines. Elle permet de penser leur « familialisme » autrement que sous la forme de celle que nous connaissons en France, et leur « individualisme » autrement que sous le paradigme anglo-saxon, comme on a l’habitude de dire. En somme, de faire émerger, un modèle de protection sociale combinant autrement les paramètres habituellement retenus. Ce faisant, la « surprise » aura porté ses fruits.

Notes

1 Voir Michel Messu et Blandine Destremau, « Le droit à l’assistance sociale à l’épreuve du local », Revue française de science politique, vol. 58, no 5, octobre 2008, p. 713-742.

Auteur

Université de Nantes et PHILéPOL, Université Paris Descartes, Sorbonne, Paris Cité

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search