Version classiqueVersion mobile

Sociologue comme médiateur ? Accords, désaccords et malentendus

 | 
Jean-Pierre Delchambre

Partie I. Faire place à la surprise dans l'articulation entre la théorie et l'empirie

Les surprenantes affinités électives de l’activation1

Jean-Michel Chaumont

Texte intégral

Introduction

  • 1 Pour leurs apports divers à ce texte, je voudrais remercier : Yannick Vanderborght, Nicolas Marqui (...)
  • 2 Commission consultative des questions sociales, Méthodes de relèvement des prostituées adultes, Ge (...)
  • 3 Commission consultative des questions sociales, Méthodes de relèvement des prostituées adultes, op (...)
  • 4 Notamment l’insistance sur « l’individualisation » qui était, pour les tenants du relèvement des p (...)
  • 5 Sur le concept d’affinité élective, voir Michael Löwy, « Le concept d’affinité élective chez Max W (...)

1Il y a quelques mois, j’ai été invité à préparer une conférence sur un sujet qui n’avait rien d’évident pour moi : les politiques d’activation des allocataires sociaux. Assez peu inspiré par ce thème éloigné de mes sujets de recherche, j’avais dans un premier temps proposé de mener une réflexion sur l’évolution qui avait, en quelques décennies, conduit à remplacer le signifiant « relèvement » par le signifiant « réinsertion » dans les politiques visant au reclassement des personnes s’étant livrées à la prostitution. Le terme de « relèvement » avait été utilisé jusqu’au début de la seconde guerre mondiale, notamment dans la troisième partie, publiée – on croit rêver ! – le 1er juillet 1939, d’une enquête entamée en 1934 par la Commission consultative des questions sociales de la Société des Nations, et consacrée aux « méthodes de relèvement des prostituées adultes2 ». Déjà dans ce rapport, le terme de « rééducation » côtoyait celui de relèvement qui deviendrait de plus en plus rare après la seconde guerre quand l’ONU reprendrait le flambeau de la défunte société genevoise. L’on verrait ensuite la rééducation elle-même faire place à la « réhabilitation » puis à la « réinsertion » des prostituées. Je comptais examiner si ces changements de signifiants correspondaient à des changements sémantiques notables et, le cas échéant, tenter de les identifier. Dans la mesure où, de longue date, l’obstacle principal rencontré par les âmes charitables avait été l’absence de motivation3, voire même la résistance des principales intéressées à leur propre relèvement, il me semblait raisonnable de supposer que des liens pertinents pourraient être établis entre nos politiques contemporaines d’activation de différentes catégories d’allocataires sociaux et les politiques de relèvement des prostituées4. Je pense toujours que l’exercice mériterait d’être effectué mais, oh ! divine surprise, en cours de route, ce sont de toutes autres similarités qui ont retenu mon attention. Non pas tant l’activation comme avatar du relèvement dans une perspective diachronique mais plutôt les affinités électives5, d’un point de vue synchronique, entre l’activation et d’autres formes de prise en charge de situations problématiques, au niveau individuel ou collectif.

I. « L’État social actif », variante du « Blaming the Victim » ?

  • 6 Abraham Franssen, « Le sujet au cœur de la nouvelle question sociale », 2003, ( http://www.revueno (...)
  • 7 Cf.http://www.fdss.be/uploads/ÉtatSocialActif/ÉtatSocialActif.pdf, p. 36.
  • 8 Cf. Pourtois et de Nanteuil, op. cit., p. 17.
  • 9 Les figures de cette responsabilisation sont nombreuses : ainsi Christine Schaut montre-t-elle com (...)
  • 10 William Ryan, Blaming the Victim, New York, Vintage Book, 1971.
  • 11 Emily Rosenstein, « L’activation et ses abus de langage : le cas de l’assurance-invalidité », Revu (...)

2L’État social actif n’a pas bonne presse chez la plupart des collègues qu’il m’a été donné de lire6. « Habit de carnaval du libéralisme7 », il serait étroitement lié à l’idéologie néolibérale déferlant depuis trois décennies sur les décombres de l’État-Providence. On lui reproche en particulier, sous couvert de lutter contre la passivité et la dépendance censées avoir été induites par l’ancien système de protection sociale, de responsabiliser indûment les plus démunis. Par un déplaisant paradoxe, ceux qui en auraient le plus besoin se verraient ainsi exclus de la protection sociale parce qu’ils ne disposeraient pas du minimum de ressources propres conditionnant l’octroi des aides : dans la relation de « partenariat » que les politiques d’activation entendent établir, la partie demanderesse doit procéder à une mise de fonds propres, en terme de ressources et de motivations personnelles, suffisantes pour rendre un « contrat » possible. Indépendamment de la question de savoir comment ces principes se traduisent pratiquement sur les terrains de l’intervention sociale, les politiques d’activation dans leur dimension idéologique représenteraient des « régressions8 » conduisant à imputer aux plus démunis la responsabilité de leur triste condition9. En d’autres termes, des résurgences de ce qu’en 1971, le sociologue américain William Ryan avait, d’une formule vouée à un formidable retentissement, baptisé le Blaming the Victim10. Comme Emilie Rosenstein le met bien en évidence dans les propos récurrents du parti de l’Union démocratique du Centre (UDC) en Suisse, au nom de l’activation, les vieux et injurieux soupçons de simulation proférés à l’endroit des indigents sont ressuscités sans vergogne et résistent remarquablement bien à la démonstration empirique de leur inanité11.

3Tandis que l’affaire semble ainsi entendue si l’on se borne à considérer le seul champ des politiques sociales, la rencontre de schèmes de pensée très similaires dans d’autres champs invite cependant à suspendre nos jugements. En effet, tous ne peuvent être aussi facilement suspectés d’être contaminés par les logiques néolibérales actuelles. Je souhaite surtout mettre en évidence les affinités électives repérées. Je conclurai ensuite par quelques hypothèses à leur propos.

II. Les affinités électives de l’activation

4En première approximation, quatre champs au moins semblent pouvoir être pris en considération :

  • Une pensée éthique de la responsabilité historique.
  • Une pensée philosophique de la condition humaine.
  • Une pensée psychologique de la résilience.
  • Une pensée économico-politique de l’aide au développement ou politique de la bonne « gouvernance » des sociétés déchirées.

1. Une pensée éthique de la responsabilité historique

  • 12 Marcel Gauchet et Gladys Swain, La pratique de l’esprit humain, Paris, Gallimard, 1980, p. 151 : « (...)
  • 13 Jean-Michel Chaumont, Autour d’Auschwitz. De la critique de la modernité à l’assomption de la resp (...)

5A la recherche d’affinités électives avec l’activation dans d’autres domaines, on me pardonnera de prendre pour premier exemple la réflexion que j’avais moi-même développée lorsqu’apprenti-philosophe, j’avais tenté tout à la fois de me figurer ce que pouvait bien signifier l’idéal de maîtrise de l’histoire humaine après l’échec, diagnostiqué par Gauchet, de l’imaginaire de la maîtrise12 d’une part et, d’autre part, comment l’on pouvait remédier à la panne de la fabrique culturelle du sens après Auschwitz. Puisque les manières traditionnelles, théodicées ou philosophies de l’histoire, ne suffisaient manifestement pas à donner aux événements un sens acceptable pour les victimes, je ne voyais d’autre solution possible que de conférer rétrospectivement un sens à leur assassinat par notre activité : il nous revenait d’agir de telle sorte qu’Auschwitz devienne une césure radicale de notre histoire13. Ainsi elles ne seraient pas mortes tout à fait en vain puisque leur mort deviendrait l’occasion d’un nouveau rapport à notre bagage historique, c’est-à-dire à la partie héritée de nos identités. Nous ne devions évidemment pas nous sentir coupables d’un passé généralement antérieur à nos naissances mais nous étions responsables de ce que nous en ferions. Nous ne serions plus les agents passifs d’une reproduction inconsciente, nous ferions activement le tri dans notre héritage historique entre les traditions que nous pouvions et voulions assumer et celles dont au contraire il convenait de se défaire au regard du rôle qu’elles avaient joué dans notre indifférence face aux persécutions nazies.

2. Une pensée philosophique de la condition humaine : Sartre et la Critique de la raison dialectique

  • 14 Jean-Paul Sartre, Critique de la raison dialectique, Paris, Gallimard, 1960, p. 76.

6Présentée à la fin des années 1980, ma réflexion pourrait être déjà considérée comme un signe avant-coureur de la vague néolibérale mais peut-on sans absurdité en dire autant de la Critique de la raison dialectique publiée en 1960, au pic des Trente Glorieuses ? Ce n’est évidemment pas le lieu d’entreprendre une exégèse de l’ouvrage mais il me semble toujours intéressant de noter l’évolution remarquable intervenue dans la pensée sartrienne. Tandis qu’il écrivait – assez naïvement il faut bien le dire – dans L’existentialisme est un humanisme (1945) que « l’homme n’est rien d’autre que ce qu’il se fait » et par conséquent qu’il était entièrement responsable de lui-même, il proposait quinze ans plus tard une formule infiniment plus prudente et convaincante : « Pour nous, l’homme se caractérise avant tout par le dépassement d’une situation, par ce qu’il parvient à faire de ce qu’on a fait de lui14 ». Sartre, on s’en souvient, convolait à cette époque avec l’extrême-gauche. Pourtant cette caractérisation de la condition humaine ne résonne-telle pas comme un appel à l’activation ? Cette dernière serait alors une sorte d’exhortation à réaliser ce que nous les humains pouvons espérer de mieux : dépasser notre situation initiale, faire activement quelque chose de ce que nous avons subi.

3. Une pensée psychologique du développement personnel

  • 15 Nicolas Marquis, Sociologie de la pratique de lecture du « développement personnel » en régime d’a (...)
  • 16 Ibidem, p. 358.

7Tandis que les lecteurs de la Critique de la raison dialectique se comptent probablement de nos jours sur les doigts de quelques mains, les ouvrages de développement personnel se vendent à des centaines de milliers d’exemplaires. Pour Nicolas Marquis, qui a consacré l’an dernier une thèse remarquable à la manière dont ils sont lus, leurs adeptes y trouvent manifestement les clés qui leur permettent de faire sens des épreuves avec lesquelles ils doivent composer. Face à une perte de maîtrise de soi, ces personnes ont typiquement tendance « à découpler l’attribution de la responsabilité de ce qui "est" (l’origine du problème) et l’attribution de la responsabilité de ce qui "pourrait être" (la solution au problème15) ». Autrement dit, elles déclinent toute responsabilité – et donc aussi toute culpabilité – pour les traumatismes qui les ont durablement marqués (ainsi l’inceste d’un père) mais elles se veulent responsables et actives dans la gestion de cet héritage handicapant. Avec l’aide des auteurs d’ouvrages de développement personnel, elles cherchent les ressources intérieures qu’elles postulent détenir pour venir à bout des épreuves subies et se libérer des déterminismes que ces épreuves font encore peser sur leur quotidien (ainsi par exemple la répugnance aux contacts physiques). Suite logique du raisonnement, puisqu’elles affirment que chacun et chacune détiennent la capacité de se relever, elles ont tendance à blâmer les personnes soupçonnées de se complaire dans un état de victime passive et impuissante. Comme l’écrit Marquis, « la possibilité que l’individu a d’agir sur lui-même devient moralement désirable, un attendu, presque un devoir16 ».

4. Une pensée économico-politique de l’aide au développement ou politique de la bonne gestion des sociétés déchirées

  • 17 Jean de la Fontaine, « Le chartier embourbé », http://fr.wikisource.org/wiki/Le_Chartier_embourb%C (...)
  • 18 Valérie Rosoux, « Rwanda : appels et résistances au pardon », Revue internationale et stratégique,(...)

8« Aide-toy, le Ciel t’aidera17 » lit-on chez Jean de la Fontaine. Cela fait bien longtemps que les responsables des politiques d’aide des pays anciennement dits « en voie de développement » ont adopté la maxime de la Fontaine sans que personne n’y trouve apparemment rien de choquant, bien au contraire. Là aussi l’aide apparaît conditionnée par l’existence d’un effort de mobilisation des groupes bénéficiaires que l’on craint sinon de voir devenir des populations passivement assistées, mendiantes. Plus choquantes par contre apparaissent les exhortations de plus en plus fréquentes au pardon et à la résilience adressées aux survivants de génocides ou de guerres civiles dans des sociétés déchirées. A ce sujet, Valérie Rosoux se demande si « face aux héros de la réconciliation, n’en arrive-t-on pas à épingler les bonnes et les mauvaises victimes, les désirables – qui pardonnent et se redressent – et les autres, rongées par l’amertume ?18 », celles qui s’en sortent et celles qui ne parviennent pas à dépasser leur situation ? Que cherchent les agents de ces injonctions ? Le retour de la paix civile ou, comme le suggère Rosoux, l’assurance consolatrice que rien n’est irrémédiable, qu’un nouveau départ est toujours possible ?

  • 19 Voir le débat entre John Knowles, « The responsibility of the individual » en 1977 qui s’attire la (...)
  • 20 Catherine Deschamps, Le fait sexuel, mémoire pour l’habilitation à diriger des recherches, Univers (...)
  • 21 Catherine Deschamps, Le fait sexuel, mémoire pour l’habilitation à diriger des recherches, Univers (...)
  • 22 Idem.

9On pourrait sans difficulté trouver d’autres illustrations encore, où l’injonction à la reprise et au relèvement de soi-même est à l’œuvre, célébrée ou dénoncée. La responsabilisation des patients atteints de maladies chroniques19, par exemple, qui peut être présentée tour à tour comme une reconnaissance positive de l’agency que les patients auraient malgré tout conservé, ou au contraire comme l’inacceptable dérive d’un droit à la santé pour tous à la responsabilisation du malade sommé de « devenir un professionnel gratuit de la santé, en échange de ce que sa maladie coûte à la société20 ». Ce que Catherine Deschamps nomme « l’arme à double tranchant21 » de l’empowerment paraît s’appliquer tout autant à l’activation : « Via la responsabilisation individuelle, elle contribue involontairement à renforcer le néolibéralisme et le désengagement des États. Alors que l’empowerment visait initialement à une réappropriation du pouvoir par les personnes concernées par un stigmate durable, une augmentation de leur capacité d’agir, le concept peut se retourner contre elles : puisque les patients revendiquent leur caractère d’agents, alors ils sont responsables également des méfaits qu’ils sont susceptibles de produire. […]. L’exemple du sida oblige alors à questionner sous un nouveau jour une autre performance contemporaine, celle qui exige toujours plus d’autonomie, celle portée par les mouvements militants d’émancipation22. »

  • 23 Revue suisse d’histoire, 2007, http://www.sgg-ssh.ch/fr/szg/detail.php?id=1294
  • 24 Revue nouvelle, 2005, http://www.revuenouvelle.be/IMG/pdf/062-070Dossier_Chaumont_9p.pdf

10Tandis que Catherine Deschamps développe ces réflexions dans le cadre d’un exercice d’autocritique de l’orientation de ses recherches antérieures sur le sida, je pourrais en faire tout autant à propos de ce que j’ai soutenu concernant les travailleuses du sexe migrantes : en les présentant dans des textes aux titres aussi explicites que par exemple Celles qui ne voulaient plus être victimes23 ou encore La traite des êtres humains ou l’histoire de Pinocchio racontée aux grandes filles24, n’ai-je pas, moi aussi, ouvert la porte à une responsabilisation susceptible à terme de tourner à la culpabilisation et à de nouvelles formes de Blaming the victim ? Il serait présomptueux de répondre par la négative.

11Pour prévenir cet effet tout autant que pour essayer de mieux comprendre ce qu’il y a de potentiellement positif et de négatif dans la pensée de l’activation, je voudrais conclure par quelques propositions en forme d’hypothèses plurielles et nullement compatibles.

Conclusions : de la surprise aux hypothèses

12S’il y a bien des affinités électives entre les différentes manières de réagir à l’adversité ici présentées, on ne devrait plus réduire l’activation à un symptôme du néolibéralisme ambiant. De quoi d’autre pourraient-elles être alors les avatars ?

  • 25 Nicolas Marquis, « Utopia in a liberal world facing crisis. Analysis of the new "grammars of chang (...)

13Dans un prolongement récent de sa réflexion25, Marquis suggère une piste : dans les exemples qu’il analyse non moins que dans ceux qui ont été présentés ici, le vecteur invariable des changements désirables est l’individu capable d’agir sur lui-même. La relégation de toute autre modalité de changement, par exemple à travers des mobilisations collectives, – ici on ne mobilise ou remobilise que des individus –, semble pointer l’individualisme moderne comme horizon indépassé (indépassable aussi ? comment le savoir ?). Cela signifie-t-il qu’au point où nous en sommes de notre histoire, nous ne pouvons imaginer du changement positif qui ne transite pas au moins par un moment subjectif ?

  • 26 Christine Schaut le suggère en évoquant les résistances des locataires à se mobiliser autrement qu (...)

14Il y aurait lieu de suite cependant d’appeler une enquête sur les frontières de ce « nous ». Est-ce le « Nous », temporellement situé de la (post-) modernité réflexive ? Ou est-ce un « Nous » socialement situé : nous, les sujets des classes moyennes ? L’activation se profile-t-elle comme un postulat praticable pour l’ensemble de nos contemporains ou bien s’agit-il d’une (auto-) exigence limitée à certaines classes de nos sociétés ? Si cette dernière hypothèse devait se vérifier, nous comprendrions bien mieux du coup les résistances qu’elle suscite dans d’autres couches sociales26.

  • 27 Marcel Gauchet et Gladys Swain, La pratique de l’esprit humain, op. cit., p. 105.
  • 28 Marcel Gauchet et Gladys Swain, La pratique de l’esprit humain, op. cit., p. 105.

15On ne peut cependant exclure que nos affinités électives révèlent bel et bien une manière transversale, généralisée et relativement nouvelle de concevoir l’action transformatrice. Gauchet pensait en 1980 avoir trouvé ce qu’il appelait le « schème dominant des sociétés modernes27 » dans le motif de l’organisation supposée savoir et pouvoir « changer l’homme ». Comme nous venons de le faire au sujet de l’activation, il en retrouvait la prégnance dans les champs les plus divers : « Partage séminal, que l'on retrouve partout dans notre société, de la pédagogie à l'organisation du travail, et qui sous-tend la quotidienneté rationalisatrice de la bureaucratie, comme il traverse le plus grandiose des rêves révolutionnaires28 ». Je me demande, de façon un peu trop téméraire sans doute, si le schème de l'activation n'a pas remplacé celui de l'organisation, bien plus encore s’il ne découle pas en droite ligne du constat de l’échec du schème de l’organisation.

  • 29 « Non Jef t'es pas tout seul/Mais arrête tes grimaces/Soulève tes cent kilos/Fais bouger ta carcas (...)

16Mais peut-être n’est-il pas nécessaire de s’engager dans des spéculations aussi hasardeuses et d’autres facteurs permettent-ils d’expliquer plus économiquement pourquoi des centaines de milliers de lecteurs d’ouvrages de développement personnel cherchent spontanément à s’activer tandis que les intellectuels de gauche dénoncent l’injonction à l’activation des bénéficiaires des systèmes de protection sociale. La simple formulation de cette phrase suggère une réponse plausible : précisément parce que dans le premier cas il s’agit d’une démarche volontaire tandis que dans le second, l’injonction s’accompagne de la menace de sanctions si elle n’est pas observée. Le paradoxe constitutif de l’injonction à l’autonomie est aussi fort que celui de l’aide contrainte et on ne voit pas trop comment en sortir. Mais là n’est pas la seule différence : la « contrainte » peut, semble-t-il, prendre des formes différentes et plus ou moins tolérées, voire plus ou moins tolérables. Prenons par exemple l’injonction à se relever proférée par un camarade d’infortune, ainsi l’ami de Jef dans la chanson de Brel29. Elle pourrait même s’accompagner d’un coup de pied au cul qu’on la trouverait encore acceptable parce que motivée par un réel souci (« care ») de la personne tombée et déchue. Elle n’a que peu de rapport avec la même injonction, même plus poliment proférée, par un tiers chez lequel ce souci ferait défaut. Ainsi tant la modalité de l’injonction à l’autonomie que le contexte en lequel elle est produite semblent faire, sinon toute la différence, du moins une différence notable.

  • 30 Daniel Dumont « Pour ou contre l’activation des chômeurs ? Une analyse critique du débat », Tijdsc (...)

17Enfin, à l’envers des précédentes hypothèses, l’on pourrait aussi partir de l’idée que l’activation n’a rien de spécifiquement contemporain (et « néolibéral ») et que le reproche du « blaming the victim » est proféré à mauvais escient, qu’une lecture moins idéalisante du passé des politiques d’indemnisation des chômeurs ne découvre nullement une pratique inconditionnelle, que le seul chômage indemnisé n’a jamais été que le chômage involontaire et que, sauf dérogation, il a toujours été entendu que les bénéficiaires devaient autant que possible s’activer à la recherche d’un nouvel emploi30. Dans ce cas, il faudrait problématiser plutôt la réaction sociale progressiste elle-même consistant à dénoncer dans l’activation un blaming the victim… Est-ce que ce n’est pas dans ce geste que réside bien plutôt l’originalité contemporaine ? Faisons un pas de plus : la dénonciation d’un « blaming the victim » ne serait-il pas une arme particulièrement efficace de la critique sociale contemporaine, nous révélant qu’effectivement la culpabilisation des victimes apparaîtrait désormais comme l’intolérable par excellence ? C’est plutôt alors dans l’évolution de nos sensibilités morales que dans celles des politiques publiques qu’il faudrait situer la nouveauté et l’explanandum.

Notes

1 Pour leurs apports divers à ce texte, je voudrais remercier : Yannick Vanderborght, Nicolas Marquis, Valérie Rosoux, Christine Schaut et Hervé Pourtois.

2 Commission consultative des questions sociales, Méthodes de relèvement des prostituées adultes, Genève, 1939.

3 Commission consultative des questions sociales, Méthodes de relèvement des prostituées adultes, op. cit., p. 8 : « L’État est d’autant moins enclin à intervenir que la plupart des prostituées professionnelles ne semblent pas souhaiter de changement de vie, ou tout au moins ne sont pas disposées à faire un effort dans ce sens. Il arrive souvent que l’assistance proposée soit repoussée et que même les femmes qui acceptent pour peu de temps l’asile offert dans un "home" retournent à leur ancienne vie, quand elles quittent l’institution. »

4 Notamment l’insistance sur « l’individualisation » qui était, pour les tenants du relèvement des prostituées, d’importance cruciale : après avoir séparé les « perverses » des « amendables », il s’agissait d’individualiser l’approche de chaque prostituée afin de favoriser une « prise ou reprise de conscience de sa dignité humaine [qui] semble être, dans le système éducatif, le levier puissant de tout travail de rééducation » (ibid., p. 29) On rapprochera utilement ces invitations à relever le respect de soi de l’attention accordée de nos jours au rehaussement de l’estime de soi comme condition nécessaire de l’activation (voir Alain Ehrenberg, La société du malaise, Paris, Odile Jacob, coll. « Poches », 2012, p. 382 et suivantes).

5 Sur le concept d’affinité élective, voir Michael Löwy, « Le concept d’affinité élective chez Max Weber », Archives de sciences sociales des religions, 49e année, no 127, 2004, p. 93-103.

6 Abraham Franssen, « Le sujet au cœur de la nouvelle question sociale », 2003, ( http://www.revuenouvelle.be/IMG/pdf/010-051_ ARTICLE_ Franssen. pdf), Georges Liénard, « Vers le droit à l’intégration sociale ? », 2003 ( http://www.revuenouvelle.be/IMG/pdf/052-068_ARTICLE_Lienard.pdf), Hervé Pourtois et Matthieu de Nanteuil, « L’État social actif : une réponse au défide l’intégration par le travail ? », 2004 (http://www.clouvain.be/cps/ucl/doc/etes/documents/DOCH_137_(de_nanteuil_Pourtois).pdf).

7 Cf.http://www.fdss.be/uploads/ÉtatSocialActif/ÉtatSocialActif.pdf, p. 36.

8 Cf. Pourtois et de Nanteuil, op. cit., p. 17.

9 Les figures de cette responsabilisation sont nombreuses : ainsi Christine Schaut montre-t-elle comment pour certains acteurs politiques la création des conseils consultatifs de locataires dans les logements sociaux rend possible « l’externalisation des responsabilités hors du système politique » qui, ajoute-t-elle « fait in fine rejaillir sur les habitants eux-mêmes le poids de leur quotidien » (« Une participation sur Ordonnance : le cas des conseils consultatifs des locataires en Région de Bruxelles-Capitale », Espaces et Sociétés, 2003, no 112).

10 William Ryan, Blaming the Victim, New York, Vintage Book, 1971.

11 Emily Rosenstein, « L’activation et ses abus de langage : le cas de l’assurance-invalidité », Revue suisse de travail social, 2013(2), p. 38-50.

12 Marcel Gauchet et Gladys Swain, La pratique de l’esprit humain, Paris, Gallimard, 1980, p. 151 : « Si répulsive et lourde d’implications que soit la tâche, il va falloir petit à petit prendre acte, se pénétrer, puis agir et penser en fonction du gigantesque échec qu’a été dans son principe même et sous ses innombrables formes l’action programmatrice-organisatrice-productrice de la société sur elle-même. »

13 Jean-Michel Chaumont, Autour d’Auschwitz. De la critique de la modernité à l’assomption de la responsabilité historique, Bruxelles, Académie Royale de Belgique, 1991, http://www2.academieroyale.be/academie/documents/LXX1_Chaumont_AutourdAuschwitz_199112597.pdf

14 Jean-Paul Sartre, Critique de la raison dialectique, Paris, Gallimard, 1960, p. 76.

15 Nicolas Marquis, Sociologie de la pratique de lecture du « développement personnel » en régime d’autonomie : du texte à l’expérience, thèse en sociologie, Facultés universitaires Saint-Louis (Bruxelles), 2012, p. 355.

16 Ibidem, p. 358.

17 Jean de la Fontaine, « Le chartier embourbé », http://fr.wikisource.org/wiki/Le_Chartier_embourb%C3%A9

18 Valérie Rosoux, « Rwanda : appels et résistances au pardon », Revue internationale et stratégique, no 88, hiver 2012, p. 99-107.

19 Voir le débat entre John Knowles, « The responsibility of the individual » en 1977 qui s’attire la même année une réponse cinglante de Robert Crawford « You are dangerous to your health : The ideology and politics of victim blaming ».

20 Catherine Deschamps, Le fait sexuel, mémoire pour l’habilitation à diriger des recherches, Université Paris Ouest (Nanterre), 2012, p. 80.

21 Catherine Deschamps, Le fait sexuel, mémoire pour l’habilitation à diriger des recherches, Université Paris Ouest (Nanterre), 2012, p. 93.

22 Idem.

23 Revue suisse d’histoire, 2007, http://www.sgg-ssh.ch/fr/szg/detail.php?id=1294

24 Revue nouvelle, 2005, http://www.revuenouvelle.be/IMG/pdf/062-070Dossier_Chaumont_9p.pdf

25 Nicolas Marquis, « Utopia in a liberal world facing crisis. Analysis of the new "grammars of change" », Culture, Language, Representation, vol XII, sous presse.

26 Christine Schaut le suggère en évoquant les résistances des locataires à se mobiliser autrement qu’à des fins très particulières dans les conseils consultatifs qu’elle a étudiés : « A côté de l'analyse invoquant le repli individualiste pour expliquer l'absence de mobilisation collective, la non-participation des habitants des logements sociaux pourrait aussi être perçue comme un acte de résistance face à la tentative de classe-moyenniser les plus précaires tenus d'adhérer à des valeurs comme la collectivisation des intérêts, la responsabilisation... » (op. cit.). Schaut ne manque cependant pas non plus de souligner les opportunités nouvelles créées par ces dispositifs.

27 Marcel Gauchet et Gladys Swain, La pratique de l’esprit humain, op. cit., p. 105.

28 Marcel Gauchet et Gladys Swain, La pratique de l’esprit humain, op. cit., p. 105.

29 « Non Jef t'es pas tout seul/Mais arrête tes grimaces/Soulève tes cent kilos/Fais bouger ta carcasse/Je sais que t'as le cœur gros/Mais il faut le soulever Jef/Non Jef t'es pas tout seul/Mais arrête de sangloter/Arrête de te répandre/Arrête de répéter/Que t'es bon à te foutre à l'eau/Ou que t'es bon à te pendre/Non Jef t'es pas tout seul/Mais c'est plus un trottoir/Ça devient un cinéma/Où les gens viennent te voir/Viens Jef mais viens viens » (http://www.frmusique.ru/texts/b/brel_jacques/jef.htm).

30 Daniel Dumont « Pour ou contre l’activation des chômeurs ? Une analyse critique du débat », Tijdschrift voor Sociaal Recht/Revue de droit social, 2010, no 3, p. 355-385 (disponible sur http://www.uclouvain.be/cps/ucl/doc/econ/documents/Dumont.pdf).

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search