Version classiqueVersion mobile

Sociologue comme médiateur ? Accords, désaccords et malentendus

 | 
Jean-Pierre Delchambre

Partie I. Faire place à la surprise dans l'articulation entre la théorie et l'empirie

Mixer les méthodes, générer la surprise ?

Jacques Moriau

Texte intégral

1L’injonction à dépasser le clivage entre approches quantitatives et qualitatives par l’utilisation de méthodes dites « mixtes » se fait de plus en plus fréquente dans le monde de la recherche en sciences sociales. L’usage de telles méthodes est souvent présenté comme une manière raisonnable d’approcher un objet de façon plus complète et plus approfondie.

2Cette vision, qualifiée de pragmatique, laisse de côté le fait que parler de méthodologies « quantitatives » ou « qualitatives », c’est aussi s’inscrire dans un ensemble d’assomptions sur le monde social qui sont à la fois de nature philosophique, idéologique et épistémologique. Tout choix méthodologique convoque avec lui une ontologie – donc une certaine façon de considérer les entités qui peuplent le monde, les forces qui les animent et les relient, les raisons de leur existence – mais aussi un certain type de causalité ou un dispositif particulier de production des éléments de preuve. Mélanger les méthodes c’est aussi revenir sur la question épineuse de ce que c’est que « faire de la sociologie », c’est-à-dire sur les questions fondamentales de l’identification (ou de la construction) des entités, de leurs relations, de la formalisation de celles-ci, etc.

3Malheureusement, dans la pratique de la recherche quotidienne, le pragmatisme des méthodes mixtes revient fréquemment à user d’une approche « réaliste » ou « positiviste » du monde social, matinée d’illustrations plus qualitatives. Dans un article sur les pratiques réelles en la matière, Bryman (2006) met en évidence que la mixité invoquée n’est le plus souvent qu’un mélange de matériaux issus de questionnaires ou d’entretiens approfondis et que cette association se fait de façon purement séquentielle : les observations ou les entretiens servent classiquement à tester un questionnaire préalablement à son administration, à illustrer des relations présentées comme structurelles ou macro-sociales, et les données statistiques pour leur part constituent, soit le noyau de la démonstration, soit, plus rarement, sont utilisées comme données de cadrage pour des descriptions monographiques. Cette combinaison séquentielle rejoue en fait le clivage classique entre quantitatif et qualitatif et renforce les associations existantes entre échelles, méthodes, théories et résultats.

I. Mise en pratique

  • 1 Self-Report Delinquency in Belgium (SRDBEL), recherche financée par Belspo, menée conjointement pa (...)

4J’ai moi-même été récemment soumis à cette injonction de mélanger les méthodes à l’occasion de la réalisation d’une recherche sur contrat portant sur la délinquance juvénile1. L’objectif clairement énoncé de la recherche était le suivant : « Étudier l’étendue, la distribution et la morphologie de la délinquance juvénile en Belgique sur base d’une méthode d’enquête autoreportée combinée avec des entretiens en face-à-face ».

5En résumé, le projet consistait, à l’aide d’un outil d’enquête basé sur l’autodéclaration (les jeunes interrogés déclarent eux-mêmes les faits potentiellement délinquants qu’ils ont commis) à recenser, auprès d’un échantillon représentatif des élèves fréquentant le deuxième degré de l’enseignement secondaire, les délits commis lors des douze derniers mois et de comparer ce chiffre avec les statistiques officielles produites par la police.

6Cette enquête s’inscrit dans une question plus large, connue en criminologie comme celle du « chiffre noir », soit celle de la mesure « exacte » de la délinquance. Les données officielles sont en effet très loin de constituer une mesure objective de faits bien définis. En réalité, les statistiques officielles représentent uniquement le résultat du travail de filtrage et de qualification opéré par les institutions de contrôle des comportements de la population. Les chiffres produits par les différentes instances administratives rendent en fait moins compte de la « réalité » de la délinquance que du travail réalisé par les forces de police et l’appareil judiciaire.

7On peut donc raisonnablement imaginer que de nombreux faits, qui pourraient sans doute être jugés « délinquants » s’ils devaient entrer dans la chaîne de traitement institutionnelle, échappent à l’activité de contrôle, et donc inférer que « la délinquance » est plus importante que ce que nous disent la police et la justice. Les enquêtes de délinquance autoreportée sont nées pour tenter d’apporter une réponse à cette question dont on voit assez clairement les effets politiques et médiatiques qu’elle recèle.

8Pratiquement, il s’agissait dans notre cas de faire passer un questionnaire à 2 600 jeunes fréquentant le second degré de l’enseignement supérieur dans plus de cinquante établissements (tous types d’enseignement confondus, y compris l’enseignement spécial et l’enseignement en alternance) et, par entretien face-à-face, de toucher les jeunes du même âge en décrochage scolaire. La décision d’adjoindre une phase d’entretiens à la recherche était motivée par le fait que l’absence des jeunes en décrochage dans l’enquête par questionnaire pouvait constituer un biais majeur. Ces jeunes sont en effet considérés par la théorie criminologique classique comme ceux qui commettent proportionnellement le plus de faits délinquants.

9Exposé de façon abstraite, le mélange des méthodes prévues dans cette recherche renvoie directement à la critique émise par Bryman : domination d’une vision positiviste de l’objet (le « fait délinquant » est défini par le questionnaire et s’impose comme tel à tous les répondants), subordination du volet qualitatif aux exigences de la méthode statistique, juxtaposition des questionnements et des résultats plutôt que croisement féconds. Dans cet esprit, cette combinaison particulière des approches méthodologiques semble loin de dessiner un espace de réflexion propice à la surprise.

10Le déroulement concret de la recherche nous a cependant mené à utiliser autrement le volet qualitatif. Tout en nous centrant toujours sur des jeunes en décrochage scolaire nous avons délaissé l’idée de leur soumettre le questionnaire – signe que tous les outils de recueil de l’information ne s’appliquent pas indifféremment à toutes les situations d’enquête – au profit de la réalisation de véritables entretiens compréhensifs explorant plusieurs dimensions de leur vie quotidienne : parcours scolaire, vie familiale, loisirs, amis, rapport aux normes, notamment aux normes légales. La mise en confiance nécessaire pour obtenir un entretien avec des jeunes vivant des situations parfois très difficiles cadrait en effet mal avec le fait de poser de but en blanc des questions quasi policières. Une petite cinquantaine d’entretiens furent menés.

II. La surprise est toujours là… où on ne l’attend pas !

11Arrivé au terme de la phase de recueil des données nous sommes maintenant placés dans la position de devoir confronter, et si possible intégrer, des données de nature différente (comptage d’attributs versus récits). Cette nouvelle donne est l’occasion de revenir sur quelques enseignements inattendus produits par la mise en pratique parallèle des deux types d’enquête.

12Une première difficulté, sans doute assez banale, sur laquelle nous avons buté est celle de la consistance et de la permanence de l’objet. Approcher la délinquance juvénile par un questionnaire portant principalement sur des faits présentés dans des catégories proches de celles du code pénal n’a que très peu à voir avec l’obtention d’informations sur la vie quotidienne des jeunes, leur rapport aux normes et aux institutions. Dénombrement de « faits » – qu’ils soient délinquants ou socio-économiques – d’un côté, description de trajectoires de l’autre. Derrière deux méthodes de recueil de données apparaissent deux séries de considérations, deux « mondes » qui rassemblent des éléments différents (problématiques, théories, intérêts, références morales...) et qui en négligent d’autres, deux façons de construire ce qu’est « la délinquance juvénile » : catégorie de l’action publique liée à la question des moyens et de l’efficacité du maintien de l’ordre d’une part, expression particulière d’un rapport aux normes dominantes de l’autre. Ce que recouvre la notion de délinquance peut sensiblement varier, entre la commission de faits bruts et les interactions complexes qui lient les conduites adolescentes et la réaction sociale.

13Un exemple concret illustrera plus significativement ce constat : l’utilisation des catégories du code pénal (vol, vol avec violence, coups et blessures…) pour construire le questionnaire ne va pas sans difficultés. Si les catégories de sens commun et les catégories juridiques se superposent sans doute assez précisément pour les faits de vols ou « d’arrachage », il en va tout autrement pour définir et repérer ce qu’est, par exemple, un fait de violence possiblement répréhensible. Un jeu qui tourne mal, une discussion un peu enflammée entre amis, une bagarre entre frère et sœur doivent-ils être déclarés et répertoriés comme des « faits de violence » ? Il faut sans doute postuler de très larges variations dans les façons de comprendre les questions relatives à la violence et les façons qu’ont les répondants de juger leurs propres comportements. Dans ce cas précis, la forme du questionnaire d’autodéclaration agrège – ou oublie – une multitude de faits violents et les transforme en faits délinquants, là où l’entretien – dans l’interaction avec l’enquêteur – permet d’obtenir une meilleure perception des différentes situations violentes dans lesquelles le jeune est impliqué, la façon dont celles-ci se différencient et sont jugées différentiellement par l’entourage, etc.

14Un premier enseignement pratique, bien que ce ne soit pas une surprise, du mélange des méthodes est bien l’affirmation du lien fort (au point de constituer une limite épistémologique pour les sciences sociales ?) existant entre les questions de recherche, les appareillages méthodologiques, les intérêts qui les fondent et les résultats. On notera cependant, qu’en disant cela, il ne s’agit pas d’apporter sa pierre au mur qui sépare les approches quantitatives et qualitatives mais de rappeler le caractère situé et limité des assertions sociologiques, leur dépendance aux contextes (Passeron, 1995).

15Cette difficulté d’identifier « de quoi on parle » quand on s’intéresse aux faits de délinquance juvénile nous a poussé à retourner vers les conditions d’enquête de terrain et à examiner plus attentivement la façon dont nos données ont été produites. Et c’est ici que le croisement des approches a produit ses effets les plus favorables. Une attention minutieuse aux conditions de production des données nourries par l’expérimentation pratique des deux méthodes fait apparaître des questions, sinon nouvelles, du moins relativement peu souvent adressées aux méthodes considérées.

16La réalisation laborieuse et chronophage des enquêtes par questionnaire dans une multitude de villes et d’établissements scolaires a ainsi eu le mérite de mettre en évidence que, loin d’être un pur travail d’enregistrement, l’administration d’un questionnaire est une relation d’enquête « comme les autres ». Le dispositif d’enquête par questionnaire implique aussi une dimension intersubjective, ne serait-ce qu’au moment de la prise de contact et de la présentation de l’enquête, de ses raisons et de ses objectifs. Au contraire de ce que disent la plupart des traités méthodologiques, l’enquête par questionnaire ne permet pas de laisser de côté les enjeux propres à ce type de relation et donc les contraintes liées au fait de mener à bien une conversation « ordinaire » (Genard et Roca i Escoda, 2011). Au premier chef, on mentionnera l’importance d’enclencher la possibilité même de la conversation – serait-ce par questionnaire interposé – et donc les différents éléments indispensables à l’établissement d’un lien entre les interlocuteurs : la présentation de soi, l’identification d’une certaine position socialement définie et compréhensible, la possibilité de faire reconnaître à l’interlocuteur l’importance de la démarche et des objectifs poursuivis. La position fortement « objectivante » que suppose l’usage d’un dispositif d’enquête par questionnaire tend à faire croire que les relations intersubjectives comptent pour portion congrue, mais même dans ce type de configuration l’accord sur l’existence et l’objet de l’interaction est de première importance.

17On mentionnera simplement, à titre d’illustration, les rapports différenciés à la situation d’enquête selon le type d’enseignement visité (sans parler ici de la situation toute particulière de l’enseignement spécial). Entre d'une part les jeunes de l’enseignement général qui avaient en commun avec l’enquêteur une même expérience de l’école, sans doute une expérience sociale proche, qui partageaient avec lui une certaine maîtrise de la langue, qui vivaient le fait de participer à une enquête sociologique comme « normal » ou, à tout le moins comme légitime et peu intrusif, qui avaient à leur disposition une représentation – même déformée – de ce qu’est un sociologue et de ce qu’il fait à l’université, mais aussi qui se trouvaient dans une situation de classe calme et disciplinée et qui reproduisaient quasiment, au moment du remplissage du questionnaire, une situation d’examen, et d'autre part les élèves de l’enseignement professionnel ou de l’enseignement en alternance pour qui la situation se vivait de façon presque symétrique (distance physique et sociale à l’enquêteur propice à la plaisanterie, méfiance vis-à-vis des objectifs de l’enquête – t'es de la police ? –, incompréhension de ce que signifie une position de chercheur, relations de classe souvent tendue vis-à-vis du professeur et entre les élèves, remplissage du questionnaire vécu comme occasion de chahut et de déconnade), on mesure combien ce qui fait le contexte de l’enquête peut influer sur la prise en compte de celle-ci de la part des jeunes et sur les façons de répondre aux questions posées.

18Le postulat de départ de toute enquête par questionnaire, l’équivalence des individus, se voit ici questionné non pas au nom de l’irréductibilité des sujets mais, comme pour l’entretien, au nom d’un rapport (social) différencié à la situation d’enquête.

19A l’inverse, on mentionnera l’appui intéressant que constituent les méthodes d’analyse statistique pour interroger les informations obtenues par entretien et notamment pour questionner ce que Bourdieu (1994) relevait comme la production d’une « illusion biographique ». Le modèle d’une segmentation des éléments du vécu en variables présenté par les enquêtes par questionnaire permet de s’interroger de façon plus approfondie sur la façon dont les entretiens sont disséqués, par exemple lors d’une analyse de contenu, et traités comme autant de répétition du même permettant de construire des types impersonnels ou des exemples d’un groupe plus large et indifférents à l’individualité intrinsèque des témoignages (la « quantification honteuse » dont parle Passeron). La mise en équivalence des traits reconnus dans les différents entretiens laisse fréquemment de côté les dissonances personnelles, la diversité des régimes d’engagement du même sujet, la variation des comportements et des affects comme les possibles « mises en veille » de certains traits, propres pourtant à la personne interrogée. La permanence du sujet, son organisation autour de principes directeurs, sa réduction aux éléments les plus visibles de sa socialisation doivent peut-être être minorées au profit de circonstances incitatrices, d’obligations et de contraintes légères, d’accidents et d’évènements imprévus qui déplacent l’individu du centre d’une biographie vers un réseau d’influences.

20C’est ce type de critique que l’on retrouve chez Yves Clot (1989) lorsqu’il écrit :

L’acte humain – surtout si on ne le rabat pas d’emblée sur une conduite ou un comportement psychologique – ne se produit pas en ligne droite pour ainsi dire, mais aux carrefours, et selon des cercles dont la plus grande partie est socialement excentrée. Il se fait à la rencontre d’une histoire sociale qui place, en permanence, le sujet devant de nouveaux problèmes, qui le « provoque » et éprouve ainsi sa consistance, et d’une histoire individuelle au cours de laquelle – en réponse à chaque provocation de son histoire sociale – le même sujet s’est bricolé une pluralité de vies envisageables, un système de valeurs divisé, cause de ses hésitations, de ses délibérations internes et des comparaisons qu’il fait avec autrui. […] [Vouloir saisir sa vie] dans sa toute dernière phase comme objectivement ajustée à une position, adaptée à une situation, demeure un idéal quelque peu scientiste. Et on peut se demander si dans cette sorte de violence de l’interprétation ne se signale pas d’abord l’imaginaire savant.

21Ainsi, apparaît ici la surprise d’entendre nombre de jeunes parler des faits délinquants qu’ils ont commis comme d'une activité ordinaire qui n’a pas à être expliquée – au sens où il faudrait leur trouver des déterminations – par les catégories habituellement mobilisées par la sociologie quantitative. La commission d’un délit est bien plus souvent référée à une situation spécifique qui entraîne l’action, la rend possible, voire inévitable. Le contenu de ces entretiens rappelle alors, a contrario, à quel point la question de « la délinquance » est une question qui ne s’envisage qu’au niveau d’une population, c’est-à-dire comme une question de gouvernement.

22Et on ne peut s’empêcher de penser que si une vision double d’un même objet peut être profitable méthodologiquement, cela l’est beaucoup moins épistémologiquement. Comment en effet faire cohabiter des faits produits à travers des références institutionnellement garanties (catégorie socio-professionnelle, type d’enseignement, type de délit) et des récits plausibles fournis par des subjectivités ? La question reste patente et marque peut-être, je l’ai évoqué plus haut, une impossibilité épistémologique. Ce qui est peut être la plus grande surprise issue de cette expérience de recherche.

Bibliographie

Bibliographie

Abbott A., Methods of Discovery. Heuristics for the Social Sciences, New York, W.W. Norton and co., 2004.

Bourdieu P., Raisons pratiques. Sur la théorie de l'action, Paris, Seuil, 1994.

Bryman A., « The Debate about Quantitative and Qualitative Research : A Question of Method or Epistemology ? », The British Journal of Sociology, vol. 35, no 1, 1984, p. 75-92.

Bryman A., « Integrating quantitative and qualitative research : how is it done ? », Qualitative Research, 6, 2006, p. 97-113.

Clot Y., « L’autre illusion biographique », Enquête, Biographie et cycle de vie, 1989 [En ligne], mis en ligne le 30 décembre 2005. URL : http://enquete.revues.org/document99.html

Genard, J.-L., Roca i Escoda M., « La "rupture épistémologique" du chercheur au prix de la trahison des acteurs ? », EspacesTemps. net, Actuel, 2 mai 2011. http://espacestemps.net/document8815.html

Passeron J.-C., « L’espace mental de l’enquête (I) », Enquête, Les terrains de l'enquête, 1995 [En ligne], mis en ligne le 1er février 2007. URL : http://enquete.revues.org/document259.html, consulté le 4 octobre 2012.

Notes

1 Self-Report Delinquency in Belgium (SRDBEL), recherche financée par Belspo, menée conjointement par le Centre de recherches criminologiques de l’ULB (prof. D. De Fraene) et le Vaakgroep Criminologie de la VUB (prof. J. Christiaens).

Auteur

Sociologue, chercheur à l'ULB et maître de conférences à UCL (site de Mons)

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search