Version classiqueVersion mobile

Sociologue comme médiateur ? Accords, désaccords et malentendus

 | 
Jean-Pierre Delchambre

Partie I. Faire place à la surprise dans l'articulation entre la théorie et l'empirie

L’ordinaire et l’entre-deux. La méthode des parcours commentés comme outil d’ethnographie phénoménologique

Emmanuelle Lenel

Texte intégral

Introduction

1La question que je voudrais poser dans cette contribution est celle de l’expression que l'on peut tirer du terrain. Comment « faire parler » le terrain d’une façon à la fois « libre » et intéressante quand on s’intéresse à l’expérience vécue, laquelle transite par des canaux de langage (corporel, métaphorique notamment) face auxquels le chercheur en sociologie n’est pas toujours outillé ? Une méthode recèle à cet égard des potentialités qui méritent d'être intérrogées : il s'agit de la méthode des parcours commentés, développée par l'équipe du Cresson à l’université de Grenoble, et qui consiste à réaliser des parcours avec des informateurs dans un espace urbain défini, en demandant aux personnes de commenter leur rapport à l’espace sur le moment même et a posteriori.

  • 1 Il s’agit de ma recherche doctorale, co-dirigée par Christine Schaut et Jean-Pierre Delchambre.

2La réflexion proposée ici s’ancre dans une recherche en cours sur les dynamiques ordinaires de mixité sociale en contexte de « revitalisation urbaine » à Bruxelles1. La méthode des parcours commentés a été mise à l’épreuve lors d’une première phase de terrain réalisée en 2012, parallèlement sur trois sites. Dans cette recherche, la construction de l’objet s’est faite à partir de trois partis-pris. Le premier étant de prendre la mixité sociale comme une forme particulière d’expérience ordinaire qui suppose d’établir, dans un certain contexte, une « routine ordinaire » (Belin, 2002) reposant sur des objets non remarquables, des habitudes, des gestes quotidiens, etc. Le second étant d’adopter une conception non duale du rapport intériorité/extériorité en s’intéressant à l’expérience vécue d’un environnement urbain marqué par l’altérité et l’étrangeté. Le troisième étant de concevoir le quartier comme espace faisant l’objet d’un « usage habitant » (Breviglieri/Trom, 2003) par lequel les individus cherchent à se l’approprier, à se le rendre familier.

3Sur cette triple base, une des hypothèses directrices de la recherche est que l’espace est une médiation essentielle des dynamiques ordinaires de mixité sociale. Il offre des prises, en même temps qu'il provoque des empêchements par rapport à ces dynamiques, et il peut être consituté en ressource pour « faire avec » l’altérité. Le travail de terrain devait donc permettre de saisir un « entre deux » : ce qui se joue entre les individus et leur environnement urbain quotidien. Mieux que d’autres, la méthode des parcours commentés permet de saisir empiriquement certaines dimensions essentielles de cet « entre-deux » et de susciter l’émergence de données étonnantes, permettant au chercheur de reprendre l’enquête dans une perspective qui rompt avec les approches de la mixité sociale les plus courantes à partir des styles de vie.

I. Intérêts et limites des méthodes de l’entretien et de l’observation in situ

4Ce dispositif méthodologique peut être vu comme un hybride de deux méthodes qualitatives plus classiques (cf. aussi Kusenbach, 2003 ; Carpiano, 2008). La première est l’observation in situ, relevant de l'ethnographie, et dont le principal intérêt est de recueillir des données en situation, permettant ainsi de donner un sens aux comportements en les rapportant aux éléments de la situation dans laquelle ils émergent. Ainsi, certains traits de l’agencement urbanistique et symbolique d’un espace public peuvent contribuer à éclairer les conduites qu’on y observe. Mais la position d’extériorité de l’observateur ne permet pas d’accéder à la perception que les acteurs ont de cet agencement en raison du fait qu'en règle générale les individus ne commentent pas ce qu’ils font ni pourquoi ils le font. L’observation in situ limite donc le recueil et la compréhension des données au cadre d’interprétation de l’observateur, défini par ce qu’il peut voir et entendre, avec ses propres intérêts et connaissances.

5La seconde méthode est celle de l’entretien semi-directif, dont l’intérêt est justement qu’il permet d’accéder au cadre d’interprétation de l’informateur. Cet accès peut être soit direct (via les interprétations subjectives de l'acteur), soit indirect (par reconstruction à partir d'un système de représentations et de valeurs). Mais la reconstruction de l’expérience vécue rencontre ici la limite de la discursivité. Les catégories de sens, les justifications, la référence à des normes et à des conventions rendent compte de l’expérience que l’on fait du monde dans sa dimension cognitive et langagière, de la façon dont on le rend intelligible pour pouvoir s’y tenir, mais cette communication verbale laisse de côté une dimension plus pragmatiste de l’expérience vécue. Dans la perspective de Dewey, un postulat fort est qu’un comportement peut être sensé sans être forcément tendu vers une fin dont on peut rendre compte (Delchambre, 2009), que son sens peut être également lié au besoin « ontologique » d’être bien là où on vit, ce qui implique de « s’arranger » avec son environnement. Rendre compte de cette catégorie de comportements de nature pré-langagière ou pré-réflexive demande d’accéder à d’autres dimensions de l'expérience, notamment au niveau du corps et des rapports actifs à l’environnement.

II. La méthode des parcours commentés

1. Les objectifs

6En cumulant les intérêts de ces deux approches, la méthode des parcours commentés permet d’accéder à ces aspects de l’expérience vécue dans laquelle se mêlent perceptions et représentations. Le principe en est que les informateurs parcourent un espace urbain et commentent les éléments de leur environnement au fur et à mesure qu’ils les perçoivent, afin d’en produire une « description ordinaire et engagée » (Thibaud, 2001, p. 82) afin de pouvoir « élucider l’efficace de l’environnement construit dans l’ordonnancement des interactions sociales » (ibid., p. 80), et cela en identifiant les potentialités et les contraintes offertes par l’environnement.

7Dans ce dispositif, l’unité d’analyse n’est donc pas l’individu dans son environnement mais le couple individu-environnement ou les interrelations entre l’environnement et la perception que l’individu en a. Un des postulats du dispositif est qu’il est possible de capter ces interrelations à partir des phénomènes d’ambiance qui synthétisent les rapports à l’environnement dans leurs trois dimensions : perçue, vécue et représentée (Amphoux et al., 2004).

« Ici je trouve ça génial, parce qu’avant ils faisaient des… c’était que pour des voitures et maintenant il y a une entreprise qui s’est installée, qui fait marché de gros pour des légumes et d’autres produits, mais ils ont tout repeint. Et la personne qui a repeint, c’était une femme ! Une femme entre 40 et 50 ans, et qui n’était pas du tout… parce que c’est des magasins marocains, et la femme n’était pas du tout… Donc je ne sais pas si elle a été engagée pour ça, si elle est la propriétaire, comment ça se fait que c’est elle qui a peint, mais je trouve que c’est beau ! Cette cour a quelque chose ! Parce qu’ils ont vraiment recréé des trucs de jardin, des raisins, des cerisiers, etc., et puis avec la tour… la cheminée, moi je trouve que ça donne quelque chose au quartier. » (femme, 58 ans, agent artistique, 23 ans dans le quartier).

8Dans cette description d’une ambiance émergeante dans la cour d’un nouveau magasin, on retrouve ces trois types d’éléments : des perceptions de couleurs et d’objets, des impressions (c’est « génial », « beau », « bien ») et des représentations liées à la personne qui a peint et au quartier. Ces trois dimensions de l’ambiance sont en outre imbriquées l’une dans l’autre : en même temps que les couleurs et les objets font quelque chose à l’informatrice, ils représentent certaines choses pour elle – le code couleur choisi se démarque des codes culturels dominants du quartier et les objets représentent le jardin, et sans doute la trace de l’histoire industrielle du quartier par la cheminée. En saisissant ce type d’ambiance locale, la méthode des parcours commentés vise à identifier, d’une part, les structures individuelles et collectives de l’expérience vécue de l’espace urbain, et d’autre part, leur impact sur les comportements, c’est-à-dire la manière dont elles disposent les habitants à s’y tenir et à agir.

2. Le déroulement

9Tel qu’il a été formalisé par ses concepteurs, le parcours commenté se réalise en trois temps. Le premier est celui du parcours, d’une durée relativement courte (une vingtaine de minutes) et réalisé dans un périmètre d’investigation déterminé au préalable. Le parcours lui-même est laissé au choix de l’informateur qui reçoit quelques consignes de départ : parcourir ce périmètre selon ses habitudes ; décrire l’ambiance des lieux parcourus (dispositifs spatiaux, présences humaines, phénomènes particuliers…) ; indiquer régulièrement des repères spatiaux. Le chercheur accompagne mais intervient le moins possible. Suit un entretien semi-directif au cours duquel, outre les questions sur des aspects plus généraux de la problématique, il est demandé à l’informateur de reconstituer le parcours sur papier de façon à recueillir des informations sur les manières de décrire les lieux traversés et les évènements les plus marquants. Enfin, le chercheur retourne seul sur le site pour remettre la description dans son contexte.

III. Les conditions de la surprise : atouts et aménagements de la méthode

10L’objet de la recherche demande de porter l’attention sur « ce qui compte » pour les habitants, au sens de la sociologie des attachements de Antoine Hennion (2004) : pas seulement les idées auxquelles ils tiennent mais les objets spatiaux et les pratiques autour de ces objets au travers desquels il « se passe quelque chose ». Or, « ce qui compte » émerge dans un entrelacs entre ces pratiques, des percetions immédiates et des représentations projettées sur ces objets. Les données ethnographiques recueillies ici sont donc par nature éphèmères et déposées en situation. La méthode des parcours commentés permet néanmoins de les capter, au moment où elles émergent, et par là de faire place dans l’enquête à ces éléments.

11Elle permet en particulier d’identifier les lieux importants, au sens où s’y joue l’appréciation et l’investissement affectif du quartier. En laissant l’informateur libre de tracer le parcours, le chercheur est entraîné dans sa navigation urbaine et peut percevoir avec et en même temps que lui ses repères (les objets, les bâtiments qu’il mentionne spontanément), ses obstacles (les rues qu’il évite, les changements de trottoirs...), ses aires de repos (espaces marqués par un changement de rythme), etc. Ce qui se joue dans cette navigation à deux, c’est un certain rapport entre le chercheur et l’informateur : plutôt que d’orienter l’attention de son informateur vers tel ou tel élément identifié a priori comme important, le chercheur laisse celui-ci le guider dans son monde. Alors que l’entretien magnifie la relation dialectique (Kusenbach, 2003) par le jeu des questions-réponses, le parcours commenté donne la possibilité de se plonger dans l’expérience de l’informateur, la verbalisation des perceptions – parce que ce qui est infra-verbal n’est pas pour autant hors de portée du langage – favorisant l’intersubjectivité et le partage de perspective sur son environnement quotidien.

12« Faire place à la surprise » ne consiste toutefois pas seulement à « laisser parler » le terrain plutôt que de le regarder à travers les lunettes de la construction théorique. Nous avons affaire à une disposition du chercheur dans son rapport au terrain, qui suppose la mise en place de conditions. En combinant l’observation des comportements en situation et le recueil de perceptions et de représentations, ce dispositif réalise déjà une condition intéressante. Il oblige le chercheur à laisser déambuler son attention entre plusieurs registres de données ; pas seulement à la faire passer volontairement de l’un à l’autre, mais à avoir une « concentration flottante ». Or ce relâchement, au sens d’une attention non pas moindre mais moins tendue vers les dimensions bien ordonnées du cadre interprétatif pré-construit, favorise la réceptivité et le « saisissement » par un geste ou un mot qui n’était pas attendu

13Mais l’expérimentation de la méthode a aussi montré la nécessité de quelques aménagements afin de favoriser cette disposition à la surprise. Premièrement, une acclimatation préalable au monde de l’informateur est apparue nécessaire pour, paradoxalement, déplacer le regard de l’attendu des comportements à l’inattendu de leurs effets. Selon Hennion (2004), la capacité à sentir « ce qui compte » pour l’autre s’acquiert en s’engageant dans son monde et en apprenant à entendre et à voir ce qu’il se passe pour lui lorsqu’il réalise telle ou telle activité. Pour arriver à accorder moins d’attention aux activités, à leurs codes et rituels partiellement prévisibles, il a fallu que ces activités deviennent familières – grâce à des observations répétées et une bonne connaissance du quartier – au point de ne plus y prêter tellement d’attention durant les parcours.

  • 2 Pour rendre compte plus justement de cette interprétation, il faudrait exposer plus longuement la (...)

14Le second aménagement a consisté en la réalisation préalable de mes propres parcours commentés. Identifier, en situation, des saillances de l’environnement, des lieux remarquables, certaines ambiances, etc., a constitué une condition importante de la surprise, par la réduction délibérée du sentiment de l’évidence. Ce préalable favorise en effet les moments de « choc » entre la perception du chercheur et la réalité empirique qu’il observe durant les parcours, comme cela a été le cas par exemple lors des passages en toute indifférence apparente de la plupart des informateurs à côté d’une sculpture contemporaine placée dans un nœud de circulation locale. Alors que cette sculpture me semblait être un objet particulièrement saillant par sa taille, sa forme et son esthétique générale, les personnes n’en disaient rien et ne semblaient même pas la voir ! Des moments de dissonance comme celui-là sont des occasions à saisir par le sociologue afin de ne pas tomber dans un écueil propre à la posture d’engagement du chercheur dans le monde de l’informateur : celui de tomber dans l’évidence de son monde et oublier qu’il est un monde situé dans un système social. Ces moments fonctionnent comme rappel de cette trivialité sociologique et obligent le chercheur à interroger les raisons de son étonnement. Comment expliquer, à partir de la structure sociale existante, que cet objet ne suscite apparemment pas de réactions chez eux ? Cette question a ainsi permis la formulation d’une nouvelle hypothèse à propos de l’importance des objets spatiaux, appuyées par d’autres observations, hypothèse selon laquelle un objet spatial extraordinaire – ici, par l’importation de la culture légitime dans un contexte urbain populaire – peut devenir important dans l’espace de vie dès lors qu’il est configuré par diverses pratiques (pratiques d’affichage, utilisation comme mur d’appui…) en objet spatial ordinaire2.

15Troisièmement, il a fallu préciser le contrat de communication (pourquoi est-on là ? de quoi dois-je parler ?) avec les informateurs pour améliorer le jeu à deux lors des parcours. En principe, le chercheur se lance avec eux dans le parcours pratiquement sans préambule. Mais ainsi pris « à froid », les informateurs peinaient à décrire spontanément les ambiances des lieux parcourus et se rabattaient le plus souvent sur un discours assez convenu, pointant soit les lieux généralement remarqués (l’école coranique, un espace « de convivialité » flambant neuf…), soit les lieux où se jouent d’une façon bien connue, voire un peu stéréotypée les relations de cohabitation. Une première phase d’entretien préalable les a aidés à s’engager dans des commentaires plus pertinents du point de vue de la construction de l’objet. La relation dialectique typique de l’entretien semi-directif a montré ici tout son intérêt, en conduisant progressivement les personnes à un certain relâchement leur permettant d’exprimer des attitudes et de narrer des comportements qui pouvaient sembler de prime abord inutiles à mentionner. Ainsi, à l’entame des parcours, leur attention était déjà orientée vers les dimensions ordinaires et pratiques de leur expérience du quartier. Les commentaires étaient alors moins ceux de commentateurs que ceux d’habitants, pris dans leur rapport de familiarité, avec leur attention focalisée sur les toutes petites choses, celles que le passant ou l’observateur extérieur ne voit pas mais par lesquelles peut se forger l’intéressement au quartier.

« Il n’y a pas beaucoup de vert au centre ville, alors ça donne de la nature. Ça, j’apprécie beaucoup. C’est quand même une énorme joie d’avoir la vue sur le canal ; on entend les oiseaux, il y a les bateaux qui passent, le bruit de l’eau. L’ambiance du canal, j’aime bien. C’est une ouverture quand même de voir l’eau, les bateaux passer. » (femme, 37 ans, sociologue, 4 ans dans le quartier).

  • 3 Nom d’emprunt.

« J’aime bien ce canal […]. Je trouve que c’est unique un peu cette idée d’ouverture. Quand Liam3 ne veut pas dormir le soir, je me rattrape toujours en venant marcher un peu ici parce que, comme je te l’ai dit, on n’a pas d’espace de repos dans le quartier, alors ici c’est le seul endroit où tu peux respirer un peu. » (homme, 30 ans, directeur associatif, 4 ans dans le quartier).

« […] on a juste cette barrière, ce qui fait qu’on ne peut rien faire avec ce canal. […] le peu de vie qu’il y a – parce qu’on voit les hérons passer aussi, en hauteur ; parfois les canards –, tout ce lien à la nature qui me manque cruellement, il y en a un petit peu si on prend le temps de voir. » (femme, 34 ans, assistante sociale, 4 ans dans le quartier).

16Ces commentaires répétés sur les intérêts du canal (ses bruits, ses mouvements, les oiseaux…) n’ont rien à voir avec le récit, donné par les enquêtes sur la gentrification, sur la réalisation d’un certain style de vie urbaine (promenade vélo pour se rendre au centre ville, jogging, valorisation du « cachet » industriel, bars branchés avec vue sur l’eau, etc.) pour les nouveaux habitants des quartiers anciens centraux. Ils ont certes donné à entendre une importance conférée au lieu, mais pour une raison moins attendue : le canal fait « pont » avec la nature et permet de sortir d’un quartier décrit comme trop urbain, « sinistré » et n’ayant pas grand chose à offrir.

Conclusion

17La méthode des parcours commentés s’inscrit dans un effort épistémologique pour développer une approche empirique en adéquation avec une certaine vision du monde social, dérivée de la phénoménologie, et une posture de recherche, celle de l’impossible position de surplomb du chercheur par rapport à son objet. Mais le risque de cette posture et de cette approche est sans doute que le chercheur « colle » à son terrain, au point d’oublier ses compétences d’analyse spécifiques et de s’en tenir au recueil de récits « impressionnistes ». Les aménagements expérimentés dans le cadre de cette recherche fonctionnent comme des garde-fous contre cette dérive possible. Ils contribuent à créer un dispositif dans lequel chercheur et informateur sont « pris » ensemble dans un jeu dispositionnel dynamique de relâchement-réceptivité qui favorise la production de la connaissance. Du côté de l’informateur, cette double disposition augmente la possibilité de raconter ce sur quoi « tient » son monde. Du côté du sociologue, elle contribue à créer de l’inconfort face à son objet, à diminuer sa capacité d’acceptation du familier et permet par là de questionner les piliers de l’expérience ordinaire. Dans la recherche évoquée ici, ce dispositif méthodologique aménagé contribue ainsi à maintenir la « bonne distance » à l’objet : il ouvre l’accès à la façon dont les individus comprennent et engagent leur environnement urbain matériel et social dans la vie quotidienne, tout en favorisant la (re)prise régulière d’un recul réflexif qui autorise à en dire quelque chose d’intéressant, c’est-à-dire à la fois de valide du point de vue de leur monde et qui échappe (partiellement) aux individus.

Bibliographie

Bibliographie

Amphoux Pascal, Thibaud Jean-Paul, Chelkoff Grégoire (2004), Ambiances en débats, Bernin, A la croisée.

Augé Marc (1992), Non-lieux. Introduction à une anthropologie de la sur-modernité, Paris, Seuil.

Belin Emmanuel (2002), Une sociologie des espaces potentiels. Logique dispositive et expérience ordinaire, Bruxelles, De Boeck.

Breviglieri Marc, Trom Danny (2003), « Troubles et tensions en milieu urbain. Les épreuves citadines et habitantes de la ville », in Cefaï Daniel et Pasquier Dominique, Les sens du public : publics politiques et médiatiques, Paris, PUF.

Carpiano Richard M. (2009), « Come take a walk with me : The ‘Go-Along’ interview as a novel method for studying the implications of place for heath and well-being », Health and Place, 15, p. 263-272.

Delchambre Jean-Pierre (2009), « Le jeu créatif comme modalité de l’expérience dans une perspective pragmatique élargie », Recherches sociologiques et anthropologiques, vol. 40, no 1, p. 15-38.

Gomart Émilie, Hennion Antoine (1999), « A sociology of attachement : music amateurs, drug users », in Law Jhon, Hassard Jhon (eds), Actor Network Theory, Oxford, Blackwell, p. 220-247.

Hennion Antoine (2004), « Une sociologie des attachements. D’une sociologie de la culture à une pragmatique de l’amateur », Sociétés, no 85/3, p. 9-24.

Kusenbach Margarethe (2003), « Street phenomenology. The go-along as ethnographic research tool », Ethnography, vol 4(3), p. 455-485.

Thibaud Jean-Paul (2001), « La méthode des parcours commentés », dans Grosjean Michèle, Thibaud Jean-Paul et Amphoux Pascale, L’espace urbain en méthodes, Marseille, Parenthèses, p. 79-100.

Notes

1 Il s’agit de ma recherche doctorale, co-dirigée par Christine Schaut et Jean-Pierre Delchambre.

2 Pour rendre compte plus justement de cette interprétation, il faudrait exposer plus longuement la façon dont cette portion de l’espace public (sortie d’une bouche de métro très fréquentée) est un constitué en lieu d’installation des « anciens habitants » dans l’espace public.

3 Nom d’emprunt.

Auteur

Sociologue, assistante USL-B, doctorante au CES

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search