Version classiqueVersion mobile

Sociologue comme médiateur ? Accords, désaccords et malentendus

 | 
Jean-Pierre Delchambre

Partie I. Faire place à la surprise dans l'articulation entre la théorie et l'empirie

La sociologie : une fabrique de la surprise ?

Charlotte Pezeril

Texte intégral

1A l’origine de l’anthropologie, tout était surprenant car lointain et inconnu, « sauvage » ou « exotique ». Il fallait donc adopter un « regard éloigné » cher à Lévi-Strauss, s’imprégner d’une société « radicalement différente » pour qu’elle devienne un tant soit peu banale. Au contraire en sociologie et aujourd’hui en anthropologie, ce n’est plus la surprise permanente qui prime, mais le défaut de surprise face à ce qui va de soi. L’enjeu est donc de maintenir une attention, une capacité à la surprise dans des univers de l’ordinaire, du « chez-soi ». Le piège de l’exotisme ne doit pas masquer celui du familier. Entre ces deux extrêmes, comment laisser une place à la surprise ?

2Il peut sembler étonnant, voire contradictoire, d’envisager la possibilité d’une « fabrique » de la surprise. Par définition, une surprise est suscitée par un événement inattendu, non prédit et peut-être non prédictible. Dans une première acception, la surprise en sociologie renvoie au questionnement et à la remise en cause des évidences établies, des préjugés – tant du monde social que du monde scientifique. Sans surprise, la sociologie ne ferait que réitérer des lieux communs. Elle doit donc surprendre, par les données qu’elle met en évidence ou par le regard qu’elle porte sur ces données. Cependant, affirmer l’importance de la surprise serait un exercice frustrant si nous n’essayions pas de déterminer les outils, ou quelques-uns des outils qui permettent de la percevoir et de préparer sa venue, donc en quelque sorte de la fabriquer, ou plutôt de fabriquer un terrain propice à son émergence. Car comme le soulignent Van Campenhoudt et Marquet, « la surprise n’est pas vraiment le fruit du pur hasard » (2012). Or il est déconcertant de constater le nombre d’étudiants (et de chercheurs) aveugles aux données surprenantes, à ces cas « aberrants », singuliers ou exceptionnels qui contredisent les modèles explicatifs admis. Pour voir la surprise, il faut être prêt (ou apprêté, dirait une certaine sociologie pragmatique) à questionner les apports théoriques, les évidences empiriques et la dialectique entre empirie et théorie.

  • 1 Séminaire du CES du 4 novembre 2011.

3Pour circonscrire la surprise, je partirai d’une distinction stimulante émise par Jean-Pierre Delchambre1, qui décomposait la notion en trois éléments : 1 ° la « prise », à savoir être en prise avec son objet, 2 ° la dé-prise, qui renvoie à la rupture avec les prénotions et 3 ° la méprise, le malentendu qui émerge dans la relation d’enquête. Je rajouterai un quatrième moment, la re-prise, pour signifier à la fois la ré-analyse des données d’enquête à l’aune des théories et des méthodologies et, plus globalement, la reprise avec son objet de recherche, une fois passé « l’effet de surprise ».

I. La surprise comme effet d’éveil

4Pour qu’il y ait prise avec un objet, il faut une surprise au sens d’un élément qui éveille nos sens ou notre intelligence, qui nous pousse à en savoir davantage, à chercher, à enquêter. Je pourrais même affirmer que la recherche scientifique prend sa source dans une énigme en référence à Boltanski, pour qui le roman policier et le roman d’espionnage partagent avec la sociologie la méthodologie de l’enquête, à partir de laquelle ils mettent en question « la réalité apparente, pour atteindre une réalité qui serait à la fois plus cachée, plus profonde et plus réelle » (2012 : 61). L’énigme est appréhendée comme une faille dans la réalité qu’il s’agirait de combler pour stabiliser cette dernière. Si le parallèle semble opérant en ce qui concerne le point de départ – l’énigme à dissiper – il faut toutefois souligner que, si énigme il y a en sociologie, elle se pose généralement de façon impérieuse pour les sociologues, voire pour eux seuls. En ce sens, l’énigme sociologique paraît bien faible et le sentiment de la nécessité sociale de dissiper ce doute, de combler cette faille nettement moins partagé. Mendras parlait « d’étonnement sociologique », affirmant que « la principale qualité du sociologue, c’est la faculté d’étonnement, la capacité d’être surpris par sa propre société » (1995 : 81). Finalement, d’être surpris là où les autres ne le sont pas.

5Il n’empêche que le chercheur part d’une énigme qui se pose à lui et à laquelle il va tenter de répondre, sans toutefois avoir nécessairement le désir d’atteindre une réalité cachée, j’y reviendrai. Concernant cette prise avec son objet de recherche, sa démarche consiste à transformer la surprise, ne pas s’y arrêter mais, au contraire, l’encaisser pour la problématiser, voire la transformer en question centrale de la recherche. Comme le note Monjaret :

La surprise agit comme un indice, comme un déclencheur de curiosité, et cette curiosité engendre la question. […] Pour autant, l’intrigue ne fait pas la recherche ; au mieux elle participe du processus de construction de l’intérêt scientifique en stimulant certaines questions […] En fait, l’enquête ethnographique se base sur […] un double mouvement d’indices et de questions, un va-et-vient qui fait avancer le raisonnement du chercheur tout en permettant une mise à distance avec son objet d’étude. (2005 : 85-86).

6En effet, et c’est là l’une des complexités du travail socio-anthropologique, dès que la prise prend, devrait lui succéder une dé-prise.

II. La triple dé-prise ?

7L’importance de la césure entre savoir scientifique et savoir ordinaire fait aujourd’hui partie des lieux communs de la discipline. Depuis Durkheim, on estime que le chercheur doit aller à l’encontre des prénotions et préjugés pour les questionner et, éventuellement, les remettre en cause. Dans le même temps, la surprise doit être socialement acceptable et crédible, et émise par un chercheur qui l’est tout autant. Quoi qu’il en soit, elle renvoie à une double nécessité : celles de se laisser surprendre par les données et de laisser son regard surprendre les données. Keller (2008) affirme même « l’urgence de surprise », la nécessité d’aller vers une « autre histoire à raconter » que celles qui circulent, et ce d’autant plus dans des sociétés qui se « sociologisent » (à savoir qui adoptent, tout en les adaptant, les discours et méthodes sociologiques).

8La surprise renvoie en fait à une triple dé-prise : 1 ° la distance avec ses propres préjugés et hypothèses de départ, 2 ° la distance avec les recherches antérieures (tout en reconnaissant le caractère cumulatif de la recherche) et 3 ° la distance avec ce qui est communément admis dans la société à un moment donné. Revenons sur ce dernier point, qui reste problématique.

9En sociologie, la remise en cause de la dé-prise à l’égard du sens commun a été particulièrement prônée par les tenants de la sociologie française dite pragmatique. Ces derniers, à l'instar de Boltanski, accusent la sociologie critique, et surtout Bourdieu, d’être dans une position surplombante, où le rôle du chercheur serait de faire apparaître ce qui est caché aux « acteurs ordinaires ». A rebours de cette attitude, ils insistent sur les capacités des acteurs et font « le vœu de traiter symétriquement les acteurs et les chercheurs » (Breviglieri et Stavo-Debauge, 1999). Pour eux, point de rupture épistémologique entre les prénotions des acteurs et la connaissance du chercheur (Benoist et Karsenti, 2001). Il s’agit de « prendre les acteurs au sérieux » grâce à la méthode ethnographique.

10Si l’on se tourne justement vers l’ethnographie/anthropologie, on se rend compte que les rapports entre le chercheur et ses enquêtés, leurs niveaux de discours (et leurs articulations) et les capacités du chercheur à rendre compte justement (sans distorsion ni confiscation) de la parole des autres ne sont pas des questions récentes (Pezeril, 2006). Dès les années 1960-1970, elles remettent même radicalement en cause ces disciplines (on parle d’ethnographic turn). D’une part, le chercheur est accusé de reproduire des visées impérialistes et patriarcales et donc de nier les compétences et capacités des acteurs (pour reprendre le vocabulaire pragmatique), et particulièrement de ceux en position subalterne. D’autre part, l’anthropologue est soupçonné de ne produire qu’une fiction, une « œuvre de l’imagination » (Geertz, 1988). Pour contrer ces critiques, certains tentent des projets polyphoniques (réunissant l’anthropologue et certains de ses enquêtés), sans toutefois susciter davantage de recherches en ce sens. Quoi qu’il en soit, il est acté que le chercheur ne part pas de nulle part, qu’il s’inspire et analyse les points de vue des acteurs en les contextualisant, tout en reconnaissant le caractère socialement situé de sa position et donc de son travail.

Plus question aujourd’hui d’éluder le fait que la vérité ethnologique n’est qu’un kaléidoscope formé de regards multiples et croisés et que les textes des ethnologues portent une signature – ils s’incarnent dans un sujet qui ne saurait se draper d’une quelconque autorité scientifique. (Genest & Copans, 2000).

11Toutefois, ces acquis (décisifs) ne règlent pas la question du rapport asymétrique entre chercheur et enquêtés. Il est facile de décréter que le chercheur est désormais « à côté » de ses enquêtés, qu’il « les prend au sérieux », il semble beaucoup plus compliqué de déterminer précisément quels sont les outils et les balises pour y parvenir. En premier lieu, malgré les déclarations de « bonnes intentions », seul le chercheur maîtrise la production de la recherche et a les moyens d’y consacrer du temps. En second lieu, rappelons avec Olivier de Sardan que « le seul moyen de donner existence au "réel" des ethnologisés est de ne pas confondre le discours de l’ethnologue avec celui de l’ethnologisé » (1989 : 132) et ce même s’il enquête sur « sa » propre société. Pour y arriver, il est incontournable de rappeler la rigueur nécessaire au travail de terrain.

12Il est vrai que, pendant longtemps, un flou a été maintenu autour de la mise en place d’une méthodologie du travail de terrain. Pour beaucoup, « le terrain ne s’apprend pas, il se découvre » (Soudière, 1988 : 102) et est le fruit d’une expérience personnelle (une « révolution intérieure » pour Lévi-Strauss) impossible à dupliquer et enseigner. Cependant, il semble urgent d’instaurer un apprentissage du terrain ou de développer une « conscience méthodologique », pour reprendre l’expression de Schwartz (1993), à savoir la connaissance du « capital de conscience et de réflexion critico-méthodologique » autour de l’enquête ethnographique. Le fait de connaître les techniques de terrain, les expériences d’autres chercheurs et les enjeux et biais éventuels, permettent de transformer une expérience de terrain en travail de terrain. Ce dernier ne se résume pas à l’observation/imprégnation/discussion, il repose à minima sur la longue durée, le recoupement des informations, l’enregistrement systématique et réfléchi des données et la réflexivité (Pezeril, 2006). Ces règles sont les conditions de possibilité de la surprise.

III. La méprise ou les surprises du terrain

13La méprise peut être appréhendée comme tout ce qui va à l’encontre du déroulé « idéal » (ou romantique) de l’enquête sur le terrain : malentendus, refus d’entretien, non-réponses, mensonges, évitements, etc. Je voudrais soumettre ici trois réflexions à ce sujet.

14Tout d’abord, ces méprises sont incontournables et font partie de toute enquête ethnographique. A contre-courant du paradigme de la transparence très en vogue aujourd’hui (Pezeril, 2011), Van Campenhoudt insistait, lors de sa conférence de clôture du colloque, sur la nécessité du malentendu, du maintien de cette part d’énigme afin de protéger l’autonomie. En outre, le malentendu et même le mensonge ne sont pas l'apanage des enquêtés, tant il est fréquent que le chercheur sur le terrain ne dévoile pas l’ensemble des objectifs de sa recherche, voire en invente simplement d’autres (sans que cela soit nécessairement pour cacher quelque chose).

15En outre, si un regard réflexif est porté sur son implication sur le terrain, il peut y avoir un véritable apport heuristique à ces déconvenues. Au lieu de les voir comme des « échecs », il vaut mieux les analyser comme partie intégrante de l’enquête. Un refus d’entretien, de question, un évitement, un rire disent des choses de l’enquêté, de ses normes, de ce qui est légitime ou pas de dire ou de demander dans un cadre donné. « Les perturbations ou les événements déclenchés par l’irruption de l’observateur disent nécessairement quelque chose de l’ordre qu’ils dérangent. » (Schwartz, 1993 : 276). Par exemple, lors de mes recherches doctorales, les refus d’entretien auxquels j’ai été confrontée face à la hiérarchie maraboutique au Sénégal ou les rires déclenchés par mes questions sur le nombre d’épouses des marabouts ont pu être analysés et donner lieu à un article interrogeant les rapports de genre non seulement au sein de la communauté, mais aussi en tant qu’élément décisif dans mon (non) accès à certaines informations (Pezeril, 2007).

16Enfin, le seul moyen de réduire les méprises est, en plus de la rigueur inhérente au travail de terrain, d’occuper différentes places. Il me semble qu’il n’y a pas de réalité cachée à découvrir mais bien des différences de points de vue ancrées dans des positions sociales et des interactions. Selon Favret-Saada (2009), quand le chercheur « accepte d’occuper une certaine place et d’en être affecté », cela ouvre une voie de communication spécifique. « La juste distance en ethnologie est moins le maintien de l’observateur dans une voie moyenne, à mi-chemin de soi et de l’autre, que l’incessant parcours des différentes places que les membres de la société d’accueil vous assignent » (Bensa, 1995 : 139). Ce parcours nécessite du temps puisqu’il faut pouvoir et savoir observer et écouter à partir de multiples points de vue, mais il permet à la fois de recouper des informations et de rendre compte de la complexité des positions sociales.

IV. La re-prise ou le modelage des surprises

17« La surprise dissipée, la curiosité attisée, comment basculer du côté sinon de la trouvaille scientifique, du moins de la recherche académique ? » (Monjaret, 2008 : 87). Comment engager une reprise de son terrain et de ses données ?

18Sans pouvoir m’appesantir ici sur la notion de réflexivité, les possibilités qu’elle ouvre et ses limites (Pezeril, 2006, 2007), signalons que la démarche réflexive ne devrait pas se limiter au travail de terrain, pour inclure l’ensemble des étapes de la recherche. Il ne s’agit pas seulement d’expliciter l’implication du chercheur sur son terrain, mais aussi son rapport à l’objet (qui implique, pour reprendre Bourdieu, « l’objectivation du rapport subjectif à l’objet » et des conditions sociales de production de ce rapport) et à l’écriture. Pourtant Bourdieu, dans son auto-analyse (2001), semble paradoxalement se concentrer sur l’objectivation du sujet objectivant, faisant par là même disparaître la spécificité de l’objet. Or l’objectivation me semble d’autant plus pertinente si elle rend compte de la dialectique entre l’objet de recherche et le sujet objectivant et entre ce dernier et les sujets objectivés. Il importe donc de saisir ces interactions entre empirie et théorie, entre terrain analyse et écriture.

19Pour Favret-Saada, l’écriture est un moment décisif pour l’anthropologue dans la mesure où il permet, après avoir été « pris sur le terrain », de s’en distancier. Par l’écriture, le chercheur doit pouvoir se dégager des phénomènes l’ayant affecté afin de les interpréter et les comprendre, l’enjeu consistant à ne pas être « aspiré », voire « avalé » par son terrain. C’est donc ce moment qui signe la césure entre le réel de l’anthropologue et celui des enquêtés, qui rend le savoir scientifique distinct du savoir commun, non pas par « nature » mais par le travail et la distance qu’il implique. La rupture n’est pas épistémologique, elle est méthodologique.

Même si l’anthropologue ne peut comprendre les formes locales qu’en agissant sur elles ou en étant agi par elles, comme ce fut mon cas, il lui reste à effectuer un autre mouvement, celui qui consiste à rapporter et à expliquer ces formes à un public lointain. (Kilani, 1994 : 257).

Conclusion : la fin des surprises ?

20Jean-Louis Genard (2011), en s’interrogeant sur les acquis de la sociologie pragmatique, distingue de façon stimulante trois postures de recherche : la posture objectivante qui correspond à la démarche explicative, la subjectivante qui renvoie à la démarche compréhensive, et la posture critique qui appelle à l’engagement et à la responsabilité du chercheur. Il soutient que les deux premières n’épuisent pas la sociologie dans la mesure où elles supposent une « reprise réflexive ». En effet, les descriptions et explications, les plus rigoureuses soient-elles, ne présentent un intérêt que si ces éléments sont recomposés dans une proposition de sens faite par le chercheur (sa responsabilité). Quelle est alors la spécificité du discours sociologique ? Pour Genard, il faut théoriser les niveaux de discursivité des acteurs et considérer le discours sociologique comme un interprétant parmi d’autres de la réalité sociale, sans qu’il n’ait l’exclusivité de la « bonne interprétation ». La particularité et le potentiel critique de la sociologie résident alors dans l’introduction du pluralisme et de la distanciation : « Ce qu’opère la sociologie est en quelque sorte une "pluralisation sémantique" sur laquelle peut bien entendu s’étayer une pensée critique. » (2011 : § 32) Si les deux premières postures n’épuisent pas la sociologie, la posture critique ne s’épuise pas dans la sociologie. Pour revenir au parallèle avec l’énigme policière, l’énigme sociologique n’a pas de fin déterminée par un coupable enfin découvert, une énigme résolue, ni même une réponse, complète et définitive, à une question de recherche. En ce sens, où et quand s’arrêtent les surprises ? A nouveau, le chercheur seul en décide et cette décision relève de sa responsabilité, en sachant que ses « réponses » peuvent toujours susciter d’autres questions. Ainsi, l’enquête sociologique ne résout jamais complètement l’énigme.

21A travers la question de la surprise, apparaît donc in fine celle, fondamentale, du statut du discours sociologique, de sa spécificité par rapport à ceux des autres acteurs et des outils permettant d’en baliser la pertinence. Comme l’énonçaient Marquet et Van Campenhoudt, ce n’est pas une donnée qui est étonnante, mais une relation ou une corrélation étonnante entre des données. J’élargirai encore cette interaction en soutenant que la surprise émerge non seulement du rapport entre des données, empiriques ou théoriques, mais du rapport du chercheur à ces données. Pour saisir ces allers-retours incessants, il y a lieu de les expliciter, grâce à la conscience méthodologique et à la réflexivité, tout en embrassant une posture critique dans laquelle le chercheur assume ses choix et ses engagements.

Bibliographie

Bibliographie

Benoist Jocelyn et Karsenti Bruno (dir.), Phénoménologie et sociologie, Paris, PUF, 2001.

Bensa Alban, « De la relation ethnographique », Enquête, 1995, no 1, p. 131-140.

Breviglieri Marc et Stavo-Debauge Joan, « Le geste pragmatique de la sociologie française », Anthropolítica, 1999, no 7, p. 7-22.

Boltanski Luc, Énigmes et complots. Une enquête à propos d’enquêtes, Paris, Gallimard, 2012.

Bourdieu Pierre, Science de la science et réflexivité, Paris, Raisons d’agir, 2001.

Copans Jean et Genest Serge, « L’anthropologie et le millénaire », Anthropologie et Sociétés, 2000, no 24, p. 5-14.

Favret-Saada Jeanne, Désorceler, Paris, L’Olivier, 2009.

Geertz Clifford, Ici et Là-bas. L’anthropologue comme auteur, Paris, Métailié, 1996.

Genard Jean-Louis, « Expliquer, comprendre, critiquer », SociologieS, mis en ligne le 6 juillet 2011 : http://sociologies.revues.org/3555

Keller Reiner, « L’urgence de surprise », Recherches Qualitatives, 2008, no 6, p. 44-56.

Kilani Monder, L'invention de l'Autre. Essai sur le discours anthropologique, Lausanne, Payot, 1994.

Mendras Henri, Comment devenir sociologue ?, Arles, Actes Sud, 1995.

Monjaret Anne, « Au-delà de la surprise, l’ethnologue aux prises avec son terrain », Les Cahiers jungiens de psychanalyse, 2005/3, no 115, p. 83-89.

Olivier de Sardan Jean-Pierre, « Le réel des autres », Cahiers d'études africaines, 1989, vol. 29, no 113, p. 127-135.

Pezeril Charlotte, « L’épistémologie anthropologique en question : le malaise du terrain », Revue de l’Institut de Sociologie (ULB), 2006, no 1-4, p. 201-218.

Pezeril Charlotte, « Réflexivité et dualité sexuelle : déconstruction d’une enquête anthropologique sur l’islam au Sénégal », Journal des anthropologues, 2007, no 108-109, p. 353-380.

Pezeril Charlotte, « L’illusion de la transparence des corps : voir, concevoir et dire le VIH », La Revue Nouvelle, décembre 2011, no 12, p. 48-54.

Schwartz Olivier, « L’empirisme irréductible », in Anderson Nels, Le Hobo. Sociologie du sans-abri, Paris, Nathan, 1993, p. 265-305.

Notes

1 Séminaire du CES du 4 novembre 2011.

Auteur

Anthropologue, chercheuse à l'Observatoire du sida et de sexualités à l'USL-B

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search