Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sociologue comme médiateur ? Accords, désaccords et malentendus

 | 
Jean-Pierre Delchambre

Partie I. Faire place à la surprise dans l'articulation entre la théorie et l'empirie

Au commencement était la surprise

Claude Javeau

Texte intégral

1J’ai repris le mot « surprise » dans mon titre parce qu’il était dans une certaine mesure imposé par les organisateurs du colloque. On verra que j’en fais plus ou moins le synonyme d’« étonnement ». Je ne résiste toutefois pas à la tentation d’un détour par l’étymologie. Certes, celle-ci n’impose pas nécessairement l’acception recommandée d’un lexème, mais elle met en évidence son épaisseur historique, ce qui est toujours une bonne source de sens, dans le domaine du langage comme dans tous les autres de l’expérience collective.

  • 1 1 Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 2006 (1998), tome 3, p. 3708.

2Depuis le xiie siècle, « sorprendre », plus tard « surprendre » (de « sur » et « prendre »), signifie « affecter, toucher (une personne qui n’y était pas préparée) ». Aussi : « prendre quelqu’un au moment où il commet un délit », puis par extension lorsqu’il transgresse les règles morales (1672). L’idée de « prendre au dépourvu » se retrouve dans les emplois du verbe pour « se saisir de quelqu’un par une attaque imprévue » (1165). Plus tard, le verbe s’emploie pour « découvrir inopinément (1663) ou volontairement (1665) ce qu’une personne cache, d’où par extension « déceler, apercevoir » (1830). Mais on trouvera aussi « frapper l’esprit en se présentant sans être attendu, ou en étant autre que ce qu’on attendait » (1651)1. C’est ce dernier sens qui nous intéresse ici. Dans la trajectoire étymologique du verbe, son apparition est, on le voit assez tardive.

3Il ne me paraît pas déplacé d’en faire un synonyme d’étonner, qui désigne l’apparition d’une chose inattendue. On dira du reste plus volontiers que l’on s’étonne plutôt que l’on se surprend, sauf quand on est le propre agent de la surprise. On s’étonne quand surgit un problème non attendu, ce que nous appelons vulgairement un « pépin ». Mais il est patent que les anomalies de la réalité se manifestent en permanence, tantôt infimes (où sont passées mes lunettes ?), tantôt considérables (pourquoi la ville est-elle plongée dans l’obscurité ?).

I. L’homme et le sociologue étonnés

  • 2 Hersch, J., L’étonnement philosophique. Une histoire de la philosophie, Paris, Gallimard, Folio Es (...)
  • 3 Dictionnaire historique de la langue française, op. cit., tome 1, p. 1329-1330.

4Dans un livre dont la lecture me semble recommandable, Jeanne Hersch souligne que « savoir s’étonner est le propre de l’homme2 ». Encore un brin d’étymologie : étonner provient du latin classique attonare, signifiant « frapper de la foudre, foudroyer » (1080). Ce n’est qu’au xviie siècle que de « frapper de stupeur » (proche du sens de « surprendre ») l’on passe au sens moderne de « causer de la surprise à quelqu’un », tout en restant plus fort qu’aujourd’hui, où l’implication de stupéfaction a disparu. « Étonner », par rapport à son origine (que l’on retrouve dans « tonnerre ») a pris une acception fort affaiblie3.

  • 4 Braudel distingue entre « longue », « moyenne » et « courte durée » dans la prise en compte des ph (...)
  • 5 Rosa, H., Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte, 2010, (trad. franç.) ; (...)
  • 6 Je me permets de renvoyer à mes Paradoxes de la postmodernité, Paris, PUF, 2007.

5L’étonnement constitue le fil conducteur de l’exploration de Jeanne Hersch qui l’entame par la convergence des Éléates (Parménide, Spinoza) et des Ioniens (Héraclite, Hegel), pour lesquels se pose le même problème de l’« un » et du « multiple », ou du « pluriel », autrement dit du « permanent » et de l’« éphémère ». Ce problème reste dans le champ de vision des sociologues, concernés au premier chef, sauf s’ils se contentent de la simple description d’une réalité (qu’ils contribuent du reste conceptuellement à construire), sous les espèces du changement et de l’inertie. Tantôt ils se rapportent à l’existence d’une pluralité de durées, à la suite d’un historien comme Fernand Braudel, par exemple4, qui insiste sur l’existence d’une lente respiration des civilisations dans la longue durée. Tantôt ils s’attachent à mettre en évidence l’accélération de l’histoire exacerbée dans la « modernité tardive » à la suite d’un Harmut Rosa5. Je ne m’aventurerai pas ici dans les arcanes d’un tel conflit potentiel6. Revenons à notre surprise-étonnement.

6Je proposerai de réserver à « surprise » le sens d’« étonnement face à l’étonnement », un étonnement au stade réflexif, en quelque sorte, sortant du machinal, quel que soit du reste son objet. Mais l’élaboration mentale n’est guère affectée par cette distinction : c’est toujours d’étonnement qu’il s’agit, que celui-ci soit d’ordre banal ou de celui de la stupeur. Évidemment, les réponses cognitives différeront parfois considérablement. On distinguera entre l’étonnement en amont ou ex ante facto, qui concernera un phénomène (ou événement) qui étonne, quelle que soit sa nature, et l’étonnement en aval, ou ex post facto, qui concernera le résultat d’une investigation. Notons que cette distinction s’applique tant à la vie ordinaire, celle du « monde vécu » (Lebenswelt), qu’à la démarche scientifique.

7Choisissons une problématique de sens commun, celle d’une cheminée d’âtre qui ne tire pas et qui refoule. Or, elle a été récemment ramonée et devrait tirer. On se trouve là confronté à une énigme (dans un lexique davantage marqué par le sacré, un mystère), qui sera percée lorsqu’on aura découvert une corneille dans le conduit de la cheminée. Cette découverte est de l’ordre du prévisible, les corneilles n’étant pas rares dans le voisinage. Si, au lieu d’une corneille, on avait trouvé un cerf-volant, l’énigme se serait déplacée vers l’aval, car ce genre d’engin n’est pas d’usage en ville, et alors d’où proviendrait-il ?

8Selon son aire d’application, l’étonnement peut être dit local, si par exemple une seule cheminée est bouchée, plurilocal, si toutes ou plusieurs cheminées dans le quartier sont bouchées, global, si toutes ou de très nombreuses cheminées sont bouchées en même temps dans une vaste partie du monde (là où existent des cheminées pouvant être bouchées).

  • 7 Pour qui voudrait explorer plus avant la thématique du questionnement, je renvoie à la somme de Mi (...)

9L’étonnement engendre le problème7 (ou la question). Celui-ci résulte d’une dissonance entre ce qui est attendu (la cheminée ne devrait pas être bouchée) et ce qui est révélé (la cheminée est bouchée). Nous transposant dans le champ des sciences sociales, ce qui en langage vulgaire se traduit par « changer de casquette », on pourra dire que pour le sociologue en tant que sociologue, l’étonnement, et dès lors la problématisation (ou le questionnement) naîtra de l’apparition d’un fait social imprévu selon la doxa sociologique commune (ou, éventuellement, selon d’autres doxas : historique, géographique, démographique, etc.). Par exemple, on s’étonnera de la meilleure réussite scolaire, en moyenne, des jeunes filles issues de l’immigration qualifiée de musulmane, par rapport aux jeunes gens de même origine, alors que le statut censé imposé aux femmes par l’islam devrait mener à une autre observation.

10Remarquons au passage, mais cela ne me semble pas dénué d’importance, que les questions que le chercheur se pose à la suite d’un étonnement ne sont pas nécessairement pertinentes du premier coup. La méthode des « essais et erreurs » est ici d’application, tout comme elle l’est, pour l’individu au sein des affaires courantes de sa vie (ce n’est pas la cheminée qui est bouchée, c’est le combustible qui n’est pas approprié, etc.).

II. Les déterminants de l’étonnement scientifique

11Nous ne sommes pas tous étonnés par les mêmes événements, ni de la même façon. Ce qui étonne l’un peut passer inaperçu aux yeux d’un autre, et tel qui est vraiment surpris, au sens où j’ai proposé de le définir, différera du voisin pour qui cela relèvera de la routine. Dès le plus jeune âge, nos sens ont été socialisés selon les voies et moyens propres à notre niche sociale – ce que j’ai appelé un « sociotope » – de même que les mots pour rendre compte de nos expériences. Selon les situations vécues, qu’il s’agisse du monde vécu de l’expérience immédiate et ordinaire ou celle du monde scientifique, nos étonnements sont conditionnés comme le sont les questionnements qu’ils engendrent.

  • 8 En guise d’exemple, voir Brohm, J.-M., Anthropologie de l’étrange, Cabris, Sulliver, 2010.

12Pour m’en tenir à l’expérience du ou de la sociologue, ses étonnements seront contingents à la parcelle du champ scientifique qu’il ou elle fréquente et à la position qu’il ou elle occupe dans cette parcelle. La contingence se rapportera alors, et sans doute d’abord, à la nature de ses opérations de recherche. Celle-ci peut être institutionnelle, c’est-à-dire dépendre de la commande extérieure, publique ou privée, faisant de lui ou elle ce que d’aucuns ont appelé dans le premier cas, le plus fréquent, celui de la commande publique, un ou une « sociologue d’État ». Ou anti-institutionnelle, auquel cas elle se rattachera à la « théorie critique », qui renvoie à une tradition de pensée qui se tient parfois agressivement à l’écart de la sociologie courante (mainstream). Ou encore contre-institutionnelle, dans la mesure où les objets choisis inscrits dans la perspective d’une entreprise personnelle (private venture), ne se rencontrent pas souvent dans les sentiers traversant habituellement le champ : phénomènes paranormaux, liens avec les animaux domestiques, marginaux difficilement étiquetables, etc.8.

  • 9 On se reportera à ce sujet évidemment à l’ouvrage classique de Robert Devereux, De l’angoisse à la (...)

13En outre il convient de ne pas ignorer la position du chercheur à l’égard du jeu des transferts et contre-transferts avec ses objets. Au premier étonnement né de l’objet lui-même peuvent en succéder d’autres, se rapportant à l’attitude psychologique des agents de l’objet, proposant à leur tour leurs questionnements à l’endroit du ou de la sociologue, éventuellement mises en cause. Celui ou celle-ci peut choisir de les ignorer, ce qui me paraît regrettable, mais on peut imaginer pourquoi certains/e/s d’entre nous choisissent de se protéger, quitte à appauvrir plus ou moins sensiblement les apports de la recherche9.

  • 10 V. l’excellente discussion à ce sujet de Kalinovski, Is., « Leçons wébériennes sur la science et l (...)

14Face à l’étonnement, premier ou consécutif, le ou la chercheur/euse réagira selon sa culture, mondaine et scientifique, la langue dans laquelle il ou elle énonce les problèmes qu’il ou elle se pose (ce n’est pas toujours la même), son insertion dans le champ, son rapport personnel à l’objet du questionnement, son rapport au principe – contestable – de la « neutralité axiologique » la mal nommée10. Un ou une sociologue confronté/e au problème de l’échec scolaire, source d’étonnement s’il s’agit d’enfants issus de classes favorisées, n’abordera pas cet objet de la même façon selon qu’il ou elle a connu l’échec, le connaît à travers ses propres enfants, a derrière lui ou elle une expérience d’enseignant dans le secondaire, est un/e débutante/e dans le champ ou au contraire un/e ponte déjà bien installé/e, proclame son objectivité en se réfugiant derrière des techniques, qui croit-il ou elle, limitent les aléas de la subjectivité (questionnaires standardisés, par exemple, comme si la formulation des questions était « neutre »). Ce sont là choses dites et redites, et pourtant il ne me paraît pas impertinent d’y revenir.

15D’un point de vue méthodologique – en précisant bien qu’il ne s’agit pas de confondre, comme il en est coutume, « méthodes » et « techniques » – il est permis de partir de la surprise et de l’étonnement en amont, premier degré de toute exploration du monde, aussi bien celui de l’expérience ordinaire que celui de l’investigation sociologique, l’un et l’autre étant d’ailleurs interdépendants selon des mesures variables. Vient alors l’étape de la dénomination de ce qui va devenir l’objet de recherche : elle ne laisse pas de poser des problèmes particuliers, qui ne peuvent être résolus que par des choix conscients, même si la doxa professionnelle est à cet égard au service du ou de la chercheur/euse. C’est à ce stade, souvent peu ou pas pris en, compte, qu’apparaît clairement le caractère fallacieux de la neutralité axiologique. Il ne revient pas au même de dire d’un même objet qu’il s’appelle « adultère », « infidélité », « relations extra-conjugales », « errance sexuelle », etc. Faut-il aussi rappeler que les sociologues sont censés s’occuper de problèmes sociologiques et non de problèmes sociaux ? Une dénomination correcte peut aider à respecter cette injonction disciplinaire.

  • 11 Luc Boltanski a montré la concomitance de la naissance des sciences du social et des romans polici (...)

16Ensuite se présente le stade du « reniflage » de l’objet, en deçà de tout présupposé. Le ou la sociologue se met alors en quête d’indices, le nez au vent. Il les triera plus tard, quand il en sera à une première ébauche de l’objet. Il y a du Maigret ou de l’Hercule Poirot dans tout/e sociologue bien né/e11. Leur capacité d’étonnement leur sert de viatique, c’est elle qui oriente leur reniflage. Le troisième stade, celui de la première ébauche de l’objet, ne se dessinera que progressivement. Je suis de ceux qui considèrent que la construction de l’objet ne se situe pas au début de la recherche, mais n’adopte ses contours provisoirement définitifs qu’à l’issue de celle-ci, en attendant une reprise éventuelle.

17Dans le cas où la surprise/étonnement se produit en aval de la recherche, une vérification de la procédure s’impose, et si ce résultat se maintient, il convient de poursuivre la recherche en vue de répondre à ce nouveau questionnement. L’histoire de la science fournit maints exemples de falsification des résultats, en vue de contraindre ceux-ci d’entrer dans le moule de ce qui était prévu. Faut-il insister sur l’impératif de ne pas imiter ces mauvais exemples ? Il est vrai que la précarité et l’imprécision de certains des outils utilisés par les sociologues rend cette tentation plus aisée à satisfaire. Raison de plus pour se montrer vigilant, en n’oubliant pas que leur discipline, pas davantage que toutes les autres qui constituent le champ scientifique dans sa généralité, n’échappe au critère de la falsifiabilité énoncé par Karl Popper.

18Reste que des énigmes que l’on pourrait dire métasociologiques subsistent. Celle qui ne cesse de m’interpeller est de l’ordre de la servitude volontaire : comment expliquer que les agents de la terreur, au bout de la chaîne de commandement dans un État totalitaire (et parfois même dans des États qui ne le sont pas, comme certains épisodes sordides de la guerre d’Irak l’ont montré), pratiquent sans vergogne la torture ou l’assassinat d’ennemis désignés par le régime, et cela jusqu’à l’extinction de celui-ci, comme on a pu le voir dans l’épisode de la chute du Troisième Reich ? Répondre à cette question passerait peut-être par la mise en examen de cet objet dont l’évocation répugne à la sociologie et aux disciplines connexes : la nature humaine. Je ne m’aventurerai pas ici sur ce terrain glissant, bien que son exploration reste inscrite à mon agenda.

Notes

1 1 Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Le Robert, 2006 (1998), tome 3, p. 3708.

2 Hersch, J., L’étonnement philosophique. Une histoire de la philosophie, Paris, Gallimard, Folio Essais, 1981-1993 ; p. 7.

3 Dictionnaire historique de la langue française, op. cit., tome 1, p. 1329-1330.

4 Braudel distingue entre « longue », « moyenne » et « courte durée » dans la prise en compte des phénomènes historiques. Voir ses Écrits sur l’histoire, Paris, Flammarion/Champs, 1977.

5 Rosa, H., Accélération. Une critique sociale du temps, Paris, La Découverte, 2010, (trad. franç.) ; et Aliénation et accélération, Paris, La Découverte, 2012 (trad. franç.).

6 Je me permets de renvoyer à mes Paradoxes de la postmodernité, Paris, PUF, 2007.

7 Pour qui voudrait explorer plus avant la thématique du questionnement, je renvoie à la somme de Michel Meyer, Questionnement et historicité, Paris, PUF, 2000.

8 En guise d’exemple, voir Brohm, J.-M., Anthropologie de l’étrange, Cabris, Sulliver, 2010.

9 On se reportera à ce sujet évidemment à l’ouvrage classique de Robert Devereux, De l’angoisse à la méthode dans les sciences du comportement, Paris, Flammarion, Champs, 2012 [1980] (trad. franç.).

10 V. l’excellente discussion à ce sujet de Kalinovski, Is., « Leçons wébériennes sur la science et la propagande », précédées de Weber, M., La science, profession et vocation, Marseille, Agone, 2005. Voir aussi Des impostures sociologiques, Lormont, Le Bord de l'eau, 2014.

11 Luc Boltanski a montré la concomitance de la naissance des sciences du social et des romans policier et d’espionnage, voir Énigmes et complots. Une enquête à propos d’enquêtes, Paris, Gallimard, 2012.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540