Version classiqueVersion mobile

Sociologue comme médiateur ? Accords, désaccords et malentendus

 | 
Jean-Pierre Delchambre

Partie I. Faire place à la surprise dans l'articulation entre la théorie et l'empirie

La surprise dans l’articulation entre théorie et empirie1

Jacques Marquet et Luc Van Campenhoudt

Texte intégral

L’articulation théorie/empirie

  • 1 Une première version de ce texte a été discutée par Bernard Lahire au cours d’un séminaire du Cent (...)

1Un problème majeur des recherches sociologiques est celui de l’articulation entre la théorie et l’empirie, et de leur intégration dans le processus de recherche.

2Cette articulation s’opère différemment selon la démarche méthodologique. Dans une démarche hypothético-déductive linéaire, elle consiste en une transposition de la théorie dans l’empirie, celle-ci ayant pour fonction de vérifier les hypothèses de travail inspirées de la théorie. Dans une démarche inductive, cette articulation consiste à dégager des interprétations à caractère de plus en plus général au fur et à mesure d’observations empiriques et à organiser ces interprétations dans une synthèse théorique. Dans d’autres démarches, les composantes théorique et empirique vont de pair, sans qu’aucune des deux ne précède l’autre. Quelle que soit la démarche, il doit toujours y avoir une circularité entre théorie et empirie. En effet, les données ne préexistent pas à leur interprétation qui s’engage avant même le premier contact avec le terrain ou avec le matériau empirique. A partir de là, l’ensemble de ce que l’on fait se réajuste sans cesse jusqu’à la fin du processus.

3Dans cet échange permanent entre la théorie et l’empirie, le contenu « percole » et « fermente » progressivement. Un ensemble de réponses individuelles à un questionnaire produit des mesures d’association qui permettront d’élaborer une classification de comportements ou d’opinions ; un ensemble de propos recueillis par des entretiens compréhensifs produit une typologie où des logiques et ressorts de comportements apparaissent ; dans la méthode d’analyse en groupe, un ensemble d’interprétations dans des tours de table produit des convergences et divergences à partir desquelles de nouvelles problématiques peuvent être formulées. Certes, le matériau d’une recherche ne « percole » ou ne « fermente » pas sans intervention humaine, comme des éléments organiques sous l’action d’enzymes. Mais le matériau de départ n’en change pas moins aussi de nature, dans un processus de décomposition-recomposition des données, par le fait des opérations et interprétations auxquelles ce matériau est soumis. De la réussite de ce processus de fermentation dépend la qualité de la recherche. Quel chercheur avec un peu d’expérience n’a eu, au cours de certaines recherches, le sentiment excitant que « cela prend », que son travail est en train de produire quelque chose d’intéressant et qui « sonne juste », parfois en un moment précis où surgit l’idée clé, souvent surprenante, qui donnera sens à l’ensemble du travail.

  • 2 Lahire B., L’esprit sociologique, Paris, La Découverte, 2007 (2005), p. 34.

4Toutefois, dans de nombreux mémoires ou travaux de fin d’études et même dans de nombreuses thèses de doctorat notamment, cette articulation reste problématique. Les considérations théoriques et les observations empiriques sont trop souvent juxtaposées, sans articulation claire entre elles, comme si le chercheur ne parvenait pas à marcher en même temps sur ses deux jambes. La partie théorique prend alors l’allure d’un exercice académique voire scolaire tandis que la description n’apparaît plus pertinente parce qu’elle n’est pas « guidée par des schèmes interprétatifs, voire par un modèle théorique2 ». Talon d’Achille de nombreux travaux d’étudiants et de doctorants mais aussi de chercheurs professionnels, l’articulation théorie/empirie n’est pas un problème mineur : elle est au cœur même du métier de sociologue.

  • 3 Lahire, op. cit., p. 69.

5Les sciences sociales étant des sciences de l’enquête empirique3, nous pensons que l’articulation entre théorie et empirie n’est possible que lorsque l’on considère la théorie (i. e. l’ensemble structuré des concepts, hypothèses et questions orientant la recherche) comme faisant intégralement partie de la méthode elle-même, c’est-à-dire du dispositif d’analyse des phénomènes étudiés, et non comme un moment séparé, en soi, au service duquel les autres moments (les méthodes sensu stricto et la récolte du matériau et son analyse) seraient placés. Les développements qui suivent s’inscrivent dans cette perspective.

A partir de la surprise

  • 4 Van Campenhoudt L., Quivy R., avec la coll. de Marquet J., Manuel de recherche en sciences sociale (...)

6On pourrait tenter d’aborder et de résoudre le problème de l’articulation théorie/empirie de deux manières qui, si l’on est cohérent avec ce qui précède, s’avèrent l’une et l’autre insuffisantes. La première manière consiste à le traiter comme un problème de méthode au sens strict et courant du terme, pouvant faire l’objet de directives et de dispositifs au sein de la séquence des étapes d’une démarche méthodologique (par exemple au sein de l’étape du « Modèle d’analyse » dans le Manuel de recherche en sciences sociales4). Or, le problème traverse toutes les étapes d’une recherche, quelle que soit leur séquence. La seconde manière est de traiter le problème sur le mode initiatique : l’apprentissage du métier et, particulièrement, de l’intégration théorie/empirie est affaire d’expérience qui ne s’explicite pas dans un manuel : il se vit et s’appréhende de manière indicible, de préférence dans le sillage de maîtres que l’on observe travailler. D’un côté donc une vision technique et procédurale, de l’autre une vision expérientielle et intuitive. Deux impasses sans doute. Deux visions trop courtes en tout cas.

7Comment articuler valablement théorie et empirie ? Posée de manière aussi générale, cette question ne peut conduire qu’à filer dans tous les sens ou à produire des généralités. La proposition consiste à l’aborder à partir d’une question plus précise, d’une voie quelque peu décalée afin de dégager, après l’avoir parcourue, ce qu’elle apporte à la question générale de l’articulation théorie/empirie. Cette question est celle de la surprise et pourrait se formuler comme suit : Quelle est la place de la surprise dans le processus de recherche sociologique, à quelles conditions et comment peut-on lui faire place ?

Pas de cadre théorique, pas de surprise

  • 5 Merton R.K., Éléments de théorie et de méthode sociologique, Paris, Plon, 1965, p. 47-51.
  • 6 Berthelot J.-M., Sociologie. Épistémologie d’une discipline. Textes fondamentaux, Bruxelles, De Bo (...)

8Une des fonctions du travail empirique (ou du « terrain ») est de faire place à la surprise, par rapport à ce que le chercheur attendait au départ ou par rapport à ce que, tout simplement, il ignorait. La veine n’est pas neuve mais sans doute insuffisamment explorée. On trouve par exemple chez Merton5 l’idée de serendipity qui évoque « la découverte par chance ou sagacité de résultats que l’on ne recherchait pas » ou encore le « fait assez courant d’observer une donnée inattendue, aberrante et capitale qui donne l’occasion de développer une nouvelle théorie ou d’étendre la théorie existante6 ». Mais l’idée a vite suscité des réserves, en particulier chez Bourdieu, Chamboredon et Passeron :

  • 7 Bourdieu P., Chamboredon J.-C., Passeron J.-C., Le métier de sociologue, Paris, Mouton, 1983 (1968 (...)

A trop insister sur le rôle du hasard dans la découverte scientifique, comme le fait Robert K. Merton avec son analyse de la serendipity, on s’expose à réveiller les représentations les plus naïves de l’invention que résume le paradigme de la pomme de Newton : l’appréhension d’un fait inattendu suppose au moins la décision de prêter méthodiquement attention à l’inattendu et sa vertu heuristique dépend de la pertinence et de la cohérence du système de questions qu’il met en questions7.

9Il ne s’agit donc pas d’attendre passivement que la chance sourie au chercheur : il faut créer les conditions pour que l’inattendu soit plus qu’un élément fortuit et que la probabilité de faire place à cet élément soit aussi élevée que possible. Autrement dit, il faut que la surprise événementielle puisse se transformer en surprise analytique et cognitive. Et cette surprise-là n’est pas vraiment le fruit du pur hasard.

10Elle résulte d’abord de la construction du questionnement qui rend davantage plausible des surprises. Elle suppose en effet, expliquent Bourdieu et al., que l’on se pose des questions de recherche à vertu heuristique, c’est-à-dire qui favorisent la découverte, plutôt que des questions dont on peut deviner à l’avance le genre de réponses qu’elles amèneront. Sur le versant plus théorique de la recherche, on peut donc penser que la manière dont la problématique et le modèle d’analyse (questionnement, choix et agencement des concepts et hypothèses) sont conçus sera déterminante quant à la possibilité de se faire ou non surprendre. Il ne s’agit évidemment pas de construire un cadre théorique farfelu pour être certain qu’il se verra mis à mal (car il n’y aurait plus alors véritablement de surprise) mais de le penser de manière à pousser au maximum son potentiel heuristique.

  • 8 Voir à ce sujet l’ouvrage d’Arthur Koestler, Le cri d’Archimède, Paris, Calmann-Levy, 1994.

11S’il est impossible car contradictoire de téléguider la surprise, il est non seulement possible – et même indispensable – de se mettre systématiquement et délibérément en position d’être surpris, de concevoir sa démarche de recherche de manière à faire place à la surprise… que le chercheur est alors en mesure de saisir et d’interpréter. Car il ne suffit pas que l’information ou l’événement potentiellement surprenant survienne – et d’ailleurs pour qui ? –, il faut encore que le chercheur sache le capter et en faire quelque chose. Pour élaborer la théorie de la gravitation universelle, il ne suffit pas de recevoir une pomme sur le crâne. Pour découvrir la pénicilline, il ne suffit pas d’oublier d’éteindre la lumière dans un laboratoire plein de poules ainsi perturbées. Il fallait que Newton et Fleming aient les outils théoriques et la curiosité nécessaires pour exploiter ces incidents surprenants8. Bref, pas de cadre théorique, pas de surprise.

Pas de rigueur, pas de surprise

12La surprise résulte également de la rigueur de la méthode. De nombreux chercheurs inclinent à penser que la plausibilité d’intéressantes surprises s’accroît avec l’usage de méthodes souples et peu contraignantes (comme des entretiens compréhensifs très ouverts au niveau des thèmes et des problématiques où on laisse au répondant un maximum de liberté) et qu’en revanche la mise en œuvre de dispositifs méthodologiques formellement contraignants, comme des enquêtes par questionnaire avec échantillon représentatif et traitement statistique rigoureux serait un obstacle à la surprise et par là à la créativité. Les choses ne sont pas aussi simples et on pourrait défendre l’idée exactement inverse. L’exigence (dans certaines recherches et pour certaines méthodes seulement) de composer un échantillon représentatif de la population (d’individus ou de documents par exemple) ne se justifie pas seulement par la nécessité d’une vue d’ensemble de cette population mais aussi par la nécessité d’inclure dans cette population certains éléments vers lesquels le chercheur n’aurait sans doute pas été spontanément s’il s’était laissé guider par la facilité ou par ses propres inclinaisons inconscientes, si, en d’autres termes, les exigences de la méthode ne l’y avaient contraint. Le même raisonnement est valable pour l’exigence de différenciation maximale des cas de figure dans un échantillon raisonné dans le cadre d’une enquête qualitative. Loin de contrarier la possibilité de se faire surprendre par ses observations ou données, les exigences formelles relatives à l’échantillonnage peuvent constituer des conditions favorables à la surprise. Il en est de même pour les méthodes d’analyse des entretiens comme l’analyse structurale qui, systématiquement et rigoureusement menées, peuvent faire émerger des enseignements qu’une interprétation « flottante » n’aurait pas mis en évidence. Jusqu’où faut-il aller dans la formalisation méthodologique et technique ? On peut répondre ici – indépendamment d’autres considérations scientifiques à prendre également en compte – : jusqu’au point où cette formalisation favorise la chance d’être surpris ; au-delà le formalisme est stérile.

13Il est donc faux d’opposer créativité et rigueur formelle, comprise dans un double sens : d’une part, l’application rigoureuse des opérations techniques prévues par une méthode ; d’autre part, et plus globalement, le respect de l’adéquation entre ce que l’on avance (les résultats et enseignements de la recherche) et ce qui autorise à l’avancer (le dispositif méthodologique mis en œuvre, en ce compris les concepts). Loin d’être une servitude à laquelle il faut bien se plier, la confrontation avec des contraintes formelles (techniques et méthodologiques) et avec le matériau recueilli et « construit » par ces contraintes est, en elle-même, une des principales sources de surprises et donc de découvertes potentielles dans le processus de recherche. Elle permet de dépasser le sens commun et la description sans relief. Ce qui peut apparaître au premier abord comme des contraintes sont donc plutôt des ressorts essentiels de la pensée. Bref, pas de rigueur, pas de surprise.

Surprise « quanti »

  • 9 Voir notamment Lahire B., Tableaux de famille. Heurts et malheurs scolaires en milieux populaires,(...)

14L’exploitation de la surprise peut varier avec les méthodes. Il serait intéressant d’examiner certaines possibilités peut-être sous-exploitées. Pour les méthodes quantitatives appliquées à un échantillon, on est notamment amené à clarifier les liens entre hasard d’échantillonnage et surprise. Dans certains cas, la prise en compte du hasard d’échantillonnage peut faire de l’ombre à la surprise dans la mesure où un enseignement doit être fondé sur un nombre significatif de cas, sur un lien « statistiquement significatif ». Ainsi, les cas qui s’écartent d’une situation d’indépendance (absence de relation entre deux variables), dès lors qu’ils sont peu nombreux, sont vite intégrés aux « écarts statistiquement non significatifs » alors que la surprise et, par là, un enseignement sociologique crucial pourrait se nicher là. Ne faut-il pas alors prendre le problème à l’envers. Imaginons le cas statistiquement non significatif d’enfants qui réussissent à l’école alors qu’ils ne le devraient pas selon les déterminations sociales habituellement liées à l’échec scolaire. La question intéressante est la suivante : Qu’est-ce qui fait que ces enfants, statistiquement très minoritaires, qui normalement ne devraient pas réussir, réussissent quand même ? Contre quoi ont-ils lutté ? S’arrêter à cette surprise oblige à continuer à chercher dans le social les logiques complexes qui s’y nichent. On découvrira par exemple que les cas où plusieurs logiques sociales différentes s’entrecroisent et se mélangent ne sont plus des marges mais représentent, en réalité, la situation « normale9 ».

15Dans certains cas, un écart « encore non significatif » pourrait également traduire l’amorce d’une évolution à peine naissante mais pourtant bien réelle, ou encore l’existence d’une sous-population spécifique incluse dans la population globale. Ici la « surprise » renvoie au « statistiquement rare », c’est-à-dire à l’exception « non statistiquement significative ». Poser la question de la place attribuée à la « surprise » équivaut donc à s’interroger sur le statut de l’exception dans nos dispositifs de recherche et aussi à se demander si ce qu’on croit être une exception en est finalement bien une. Face à l’exception statistique, à quel moment le chercheur s’autorise-t-il à dire : « C’est une bonne nouvelle ! » ?

16Revenant au quantitatif toujours, un cas proche du précédent mais néanmoins distinct est celui où la relation entre deux variables est statistiquement significative, mais où cette relation est elle-même soupçonnée d’être le fruit du hasard. De fait, on sait qu’il convient de ne pas croiser systématiquement toutes les variables d’une base de données deux à deux dans l’espoir de trouver les relations statistiquement significatives car, au bout du compte, le hasard produit aussi du « significatif » même là où il n’y en a pas réellement. Les analyses d’un chercheur qui opérerait de la sorte seraient rejetées par tout collègue un peu rigoureux. Ici, c’est le procédé de recherche qui est contesté. A force de chercher partout, le chercheur finira bien par trouver des « faux positifs » qu’il assimilera erronément à de vraies associations entre variables, à l’image d’un détective qui se contenterait du seul élément à charge qu’il aurait trouvé parmi une multitude d’éléments étudiés pour fonder son accusation. Mais le fait d’éliminer ipso facto les quelques associations significatives parmi un lot important d’associations non significatives mériterait sans doute aussi d’être interrogé. Car si nos variables mesurent bien des phénomènes partiellement distincts, rien n’empêche logiquement que certains d’entre eux soient liés entre eux alors que d’autres ne le sont pas. Et la proportion de ceux qui le sont et de ceux qui ne le sont pas n’y change rien. Même s’il n’y a qu’un seul élément, le détective peut avoir raison. Dans cet exemple, la « surprise » renvoie à la découverte d’une relation entre variables non soutenue par un jeu d’hypothèses fondées et, dans notre exemple, mise au jour par une exploration systématique de toutes les relations possibles. Cette question est importante car dans les grandes revues (et peut-être surtout celles qui accueillent des travaux quantitatifs), les articles qui ne s’appuient pas déjà sur les résultats de travaux antérieurs sont assez systématiquement refusés. Dès lors, comment conjuguer cette exigence d’un métier qui s’inscrit dans une communauté scientifique avec la capacité de se laisser surprendre ? Indirectement, est aussi posée la question de la tension entre savoir de sens commun et savoir (ou construction d’un dispositif) scientifique, car le nomadisme des idées entre ces deux sphères de réalité est également pointé.

  • 10 Benzécri J.-P., « La place de l’a priori », Encyclopedia Universalis, vol. Organum, 1968, p. 11-24 (...)
  • 11 Schütz A., Le chercheur et le quotidien, Paris, Méridiens Klincksieck, 1987.

17Si la recherche systématique de relations statistiquement significatives par l’étude de toutes les relations possibles est proscrite, il est pourtant une forme atténuée de cette démarche qui a ses lettres de noblesse : l’analyse factorielle des correspondances. L’AFC, dont un de ses concepteurs a pu laisser entendre qu’elle permettait une analyse de la structure des données sans hypothèse préalable10, produit généralement des tableaux d’une grande complexité sans commune mesure avec le caractère très limité des lectures proposées. Dans des situations de ce type, qui ne sont pas propres à l’AFC, « laisser place à la surprise » pourrait se traduire par une exigence accrue d’attention à ces relations bien présentes mais dont le chercheur ne sait que faire (lorsqu’il ne présente pas le premier plan factoriel parce que le second est plus clair, lorsqu’il efface certaines modalités pour mieux faire ressortir son point de vue, lorsque son commentaire mobilise un quart des modalités projetées, lorsqu’il ne s’attarde pas un instant sur le fait que le plan factoriel qu’il analyse ne rend compte que d’une très petite part de variance… autant de pratiques extrêmement fréquentes). Donner place à la surprise n’est-ce pas aussi s’obliger à essayer de donner du sens à ce qui, littéralement à première vue, n’en a pas. Une attitude peu courante dans la vie quotidienne où, comme l’a montré Alfred Schütz11, toute appréhension de la réalité est maintenue jusqu’à nouvel ordre, c’est-à-dire aussi longtemps qu’elle n’est pas contredite par une expérience qui l’infirme. En d’autres mots, il en est du hasard comme de la surprise, et l’on pourrait dire avec Louis Pasteur que « le hasard ne favorise que les esprits préparés ».

18Pour l’ensemble des cas de figure évoqués ci-dessus une des difficultés propres à la démarche statistique réside dans le fait que le chercheur doit rester attentif tant à la possibilité de « faux positifs » (dont un exemple a été donné ci-dessus) que de « faux négatifs », autrement dit tant au risque de considérer une relation dont il n’aurait pas dû tenir compte qu’à celui de ne rien dire là où il existe pourtant bien une relation statistiquement significative. C’est notamment en référence à cette tension que la formule « faire place à la surprise » nous paraît préférable à la formule « susciter la surprise ».

Surprise « quali »

  • 12 Becker H., Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985.

19Dans une enquête qualitative, les choses semblent a priori plus simples. Dans l’induction analytique notamment, telle que conçue par Becker12, il est admis qu’un seul cas non seulement puisse mais doive tout faire basculer.

20Sur le terrain proprement dit, la possibilité d’être surpris dépendra fortement du rapport qui s’instaurera entre le chercheur et les personnes rencontrées, notamment au statut que le premier donnera à ce que ses interlocuteurs expriment en paroles ou en actes. Un bon travail de terrain dépend souvent de la capacité de voir ce à quoi on n’est pas préparé. Mais là encore, cette capacité dépend des conditions théoriques et méthodologiques dans lesquelles le chercheur s’est délibérément placé et qu’il s’est imposées. Un des aspects caractéristiques de l’enquête standardisée par questionnaire est que le chercheur pousse la personne interrogée à répondre à des questions qu’elle ne s’est jamais posées et qui, dans bien des cas, n’ont peut-être guère de sens pour elle. Mais sans doute, cette observation ne vaut-elle pas uniquement pour les enquêtes par questionnaire.

  • 13 Van Campenhoudt L., « Pour un malentendu qui fonctionne », dans M. Otero et S. Roy (dir.), Qu’est- (...)
  • 14 Voir déjà Simmel G., Secrets et sociétés secrètes, Paris, Ed. Circé, 1991 (1906).
  • 15 Schütz, op. cit., p. 17-18.
  • 16 Notamment Kaufmann J.-C., L’entretien compréhensif, Paris, Nathan, 1996.
  • 17 Van Campenhoudt L., Chaumont J.-M., Franssen A., La méthode d’analyse en groupe. Applications aux (...)
  • 18 Cette question du malentendu est reprise et traitée de manière plus large et complète dans un autr (...)

21Une hypothèse à creuser est celle du malentendu inhérent à toute interaction d’entretien13. Le malentendu ne signifie pas seulement que chacun se fait toujours une idée au moins partiellement inexacte de l’autre, pour une série de raisons comme le fait que, pour de bons motifs, l’autre ne livre jamais qu’une partie de lui-même « arrangée » pour la circonstance14 et que celui qui la décrypte le fait en fonction de ses propres préoccupations. Schütz15 soutient que dans la vie quotidienne les individus dépassent ces différences de perspectives individuelles par deux idéalisations, celle de l’interchangeabilité des points de vue – si j’étais à la place d’Alter je verrais les choses comme lui les voit et vice versa – et celle de la congruence des pertinences – nos différences biographiques ne nous empêchent pas de nous comprendre. Le malentendu signifie que chacun croit que l’autre pense ce qu’il ne pense pas, ressent ce qu’il ne ressent pas et que chacun se comporte dès lors en fonction de cette erreur d’appréciation. Si le chercheur interviewer se donne pour but une compréhension intime de la personne interviewée16 et vise à décrypter aussi profondément que possible ses raisons d’agir, on est en droit de se demander s’il n’est pas toujours, peu ou prou, à côté de la plaque. Dans l’optique de donner un statut fort à la surprise, la question ne serait pas tant de dissiper le malentendu que de l’exploiter comme source possible d’étonnement, en ce qu’il peut déstabiliser le chercheur et l’amener à se poser des questions imprévues. L’empathie a ses limites et la symbiose entre le chercheur et son « terrain » tout autant. Le terrain doit être abordé aussi comme résistance au chercheur et le chercheur doit résister au terrain avec ses rationalisations, ses conventions et ses représentations. Or, on sait d’expérience combien est tentant le consensus facile et factice tant entre acteurs qu’entre acteurs et chercheurs (notamment dans la « méthode d’analyse en groupe17 »). Il y a peut-être là aussi une piste forte pour la surprise dans les recherches quantitatives18.

22Bref, il faudra sans doute tenir compte du pluralisme des méthodes et voir si ce que nous entendons par « surprise » et par la manière de la susciter valent dans tous les types de méthode.

Surprise et structuration du social

  • 19 Lahire, op. cit., p. 34.
  • 20 Voir par exemple Lahire B., L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Armand Colin, 2005 ( (...)

23Comme on l’a vu plus haut, la surprise ne vise pas à remettre en question l’idée de régularités ou de logiques structurelles présentes dans le social ; elle vise à découvrir d’autres régularités ou logiques structurelles ou à affiner celles qu’on pensait acquises. Dans l’idée de surprise telle que défendue ici, la fonction du cas atypique, surprenant, est de permettre de retravailler sur le général. Un résultat non statistiquement significatif peut révéler une structuration du social qui n’était pas perçue et remettre en cause l’ensemble de la vision des choses, ou encore une évolution à peine naissante mais peut-être importante. Il peut aider à mettre au jour, par la comparaison, « ce qu’il y a d’invariant et de spécifique dans les situations décrites par rapport à une série d’autres situations19 ». Faire place à la surprise ne doit donc conduire ni à une sociologie de l’éphémère, de l’évanescent, du sujet flottant dans l’éther, socialement désencastré, ni a une sociologie de la marge, de l’a-normal, du marginal, de l’exceptionnel mais bien à mieux saisir comment les structures et les encastrements sociaux bougent et sont souvent plus complexes qu’il y paraît.20 Plus encore, l’attention à la surprise peut conduire à une sociologie où la structure est davantage conçue comme dynamique, variante, complexe.

24Si c’est la structuration dynamique du social qui intéresse, pour le sociologue la surprise résidera moins dans un élément singulier (une réponse individuelle, un événement singulier ou un comportement en tant que tels) que dans une relation qui peut être observée ou établie entre deux ou plusieurs éléments. La surprise sociologique n’a pas pour objet de révéler des informations, observations ou données surprenantes, des « scoops », mais de mettre au jour des « relations surprenantes » entre des informations, observations ou données qui, en elles-mêmes, peuvent être relativement banales.

25L’importance accordée à la surprise ne doit donc pas tourner au culte mais s’inscrire raisonnablement dans un projet de recherche sociologique.

Surprise et écriture

26Le processus d’interprétation et d’analyse se poursuit dans l’écriture même du rapport de recherche, de l’article ou du livre. Cette écriture n’est jamais la pure retranscription de résultats « finis », définitivement pensés. L’écriture est un acte de pensée qui fait partie intégrante de la découverte et de l’interprétation. Une phrase trop complexe ou trop floue, une section dont la structure est bancale, un fil conducteur qui s’égare, des résultats qui, exposés sur papier, ne s’intègrent plus aussi bien qu’on le croyait, une incohérence entre ce qui est écrit dans différentes parties du rapport… et voilà le chercheur obligé de revenir en amont, de repenser son affaire. A l’inverse, sa plume s’élance-t-elle dans une succession cohérente de phrases claires et bien construites, où la succession des idées « coule de source » et suscite une impression de justesse… et voilà le chercheur sans doute en train de produire un contenu intéressant voire inédit.

27En l’écriture notamment, surprise et fermentation se rejoignent. Emile Verhaeren, même s’il s’agit ici de poésie, l’a écrit mieux que nous ne pourrions le faire :

  • 21 Verhaeren E., Mult. splendeur, 1906, p. 20, cité dans Le trésor de la langue française informatisé (...)

Tels cris, flèches d'argent de telle âme bandée,
Soudain devenaient mots et atteignaient l'idée ;
D'autres, en hésitant, se nuançaient
De mille teintes imprécises ;
D'autres ployaient, tombaient, se redressaient,
Et tout à coup,
Fermes et nets, ils s'imposaient debout,
Chantant la franche et divine surprise
Des oreilles, des mains, des narines, des yeux21.

Notes

1 Une première version de ce texte a été discutée par Bernard Lahire au cours d’un séminaire du Centre d’études sociologiques en novembre 2011. La présente version définitive est redevable de cette discussion.

2 Lahire B., L’esprit sociologique, Paris, La Découverte, 2007 (2005), p. 34.

3 Lahire, op. cit., p. 69.

4 Van Campenhoudt L., Quivy R., avec la coll. de Marquet J., Manuel de recherche en sciences sociales, Paris, Dunod, 2011, 4e édition.

5 Merton R.K., Éléments de théorie et de méthode sociologique, Paris, Plon, 1965, p. 47-51.

6 Berthelot J.-M., Sociologie. Épistémologie d’une discipline. Textes fondamentaux, Bruxelles, De Boeck Université, 2000, p. 147-148.

7 Bourdieu P., Chamboredon J.-C., Passeron J.-C., Le métier de sociologue, Paris, Mouton, 1983 (1968), p. 29.

8 Voir à ce sujet l’ouvrage d’Arthur Koestler, Le cri d’Archimède, Paris, Calmann-Levy, 1994.

9 Voir notamment Lahire B., Tableaux de famille. Heurts et malheurs scolaires en milieux populaires, Paris, Gallimard/Seuil, coll. « Hautes Études », 1995 ; et La culture des individus. Dissonances culturelles et distinction de soi, Paris, La Découverte, Laboratoire des sciences sociales, 2004.

10 Benzécri J.-P., « La place de l’a priori », Encyclopedia Universalis, vol. Organum, 1968, p. 11-24 : « Les moyens de calculs nouveaux permettent de confronter des descriptions complexes d’un grand nombre d’individus, pour aboutir à placer ceux-ci sur des cartes planes ou spatiales, image fidèle et accessible à l’intuition de la nébuleuse des données initiales […]. Des données aux résultats, l’ordinateur, insensible aux espérances comme aux préjugés du chercheur, procède sur la base ample et solide de faits définis et acceptés d’abord dans leur ensemble, puis dénombrés et ordonnés suivant un programme qui, parce qu’il ne sait pas comprendre, ne sait pas non plus mentir. »

11 Schütz A., Le chercheur et le quotidien, Paris, Méridiens Klincksieck, 1987.

12 Becker H., Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985.

13 Van Campenhoudt L., « Pour un malentendu qui fonctionne », dans M. Otero et S. Roy (dir.), Qu’est-ce qu’un problème social aujourd’hui ? Repenser la non-conformité, Presses de l’Université du Québec, 2013, p. 21-41.

14 Voir déjà Simmel G., Secrets et sociétés secrètes, Paris, Ed. Circé, 1991 (1906).

15 Schütz, op. cit., p. 17-18.

16 Notamment Kaufmann J.-C., L’entretien compréhensif, Paris, Nathan, 1996.

17 Van Campenhoudt L., Chaumont J.-M., Franssen A., La méthode d’analyse en groupe. Applications aux phénomènes sociaux, Paris, Dunod, 2005.

18 Cette question du malentendu est reprise et traitée de manière plus large et complète dans un autre texte de cet ouvrage : Van Campenhoudt L., L’instant furtif où la sociologie prend.

19 Lahire, op. cit., p. 34.

20 Voir par exemple Lahire B., L’homme pluriel. Les ressorts de l’action, Paris, Armand Colin, 2005 (1998) ou encore Ferrand A., Appartenances multiples. Opinion plurielle, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2011.

21 Verhaeren E., Mult. splendeur, 1906, p. 20, cité dans Le trésor de la langue française informatisé : http://zeus.atilf.fr/dendien/scripts/tlfiv5/visusel.exe?13;s=2573613510;r=1;nat=;sol=4

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search