Version classiqueVersion mobile

Sociologue comme médiateur ? Accords, désaccords et malentendus

 | 
Jean-Pierre Delchambre

Introduction

Qu'est-ce qu'un sociologue généraliste ?

Jean-Pierre Delchambre

Texte intégral

  • 1 Ambiance qui n'a pas peu à voir avec la personnalité de Luc Van Campenhoudt, tant sur le plan intel (...)

1Un regard posé sur la table des matières de cet ouvrage collectif en hommage à Luc Van Campenhoudt suffit pour se rendre compte de la richesse et de la diversité des contributions rassemblées ici. Est-ce à dire que nous avons affaire à un de ces mélanges offerts à l'occasion de l'accession à l'éméritat d'un collègue estimé ? Ce livre relève certes pour partie de ce genre, honorable en tant que tel, et qui trouve d'autant plus sa justification dès lors que le collègue célébré « le vaut bien » – ce que personne ne songera à contester dans le cas présent. Toutefois l'exercice resterait un peu vain et guindé s'il s'en tenait à un hommage formel. Or, non seulement la plupart des participants au colloque qui s'est déroulé les 18 et 19 octobre 2012 aux Facultés universitaires Saint-Louis (entre-temps rebaptisées l'Université Saint-Louis – Bruxelles) ont apprécié et salué une ambiance de travail à la fois stimulante et conviviale1. Mais en outre, il est sans doute possible de dépasser l'impression de patchwork, qui découle des contraintes inhérentes à ce genre d'exercice, en invitant à s'interroger sur la portée et les lignes de force du corpus de textes présenté ici.

2Non qu'il soit souhaitable de dégager après coup une cohérence d'ensemble, qui ne pourrait être que factice et surajoutée, sachant que cette préoccupation n'était pas notre principal guide en organisant cette rencontre autour du travail et de l'œuvre de Luc Van Campenhoudt. Il n'en demeure pas moins que ces actes, en dépit de leur variété ou grâce à elle, ne sauraient être reçus uniquement comme une compilation d'articles circonstanciels. En se prêtant au jeu – pour partie conventionnel et pour partie libre – de l'hommage, les contributeurs à ce volume ont apporté leur touche particulière à un tableau collectif qui nous dit assurément quelque chose au sujet de l'état actuel de la sociologie et des sciences sociales. Nul doute qu'en s'adonnant à l'exercice, les participants au colloque auront eu à l'esprit la manière d'exercer le métier de sociologue telle qu'enseignée et pratiquée par Luc Van Campenhoudt. Si bien qu'après avoir été sans relâche en quête d'analyseurs et d'objets propices à l'étude et à la recherche (des objets « juteux », sociologiquement parlant, pour reprendre une de ses expressions favorites), notre homme, notre sociologue, se sera lui-même retrouvé, au moins le temps d'un colloque, et sa modestie dût-elle en souffrir, au centre de l'attention, devenant le prisme, le révélateur, l'analyseur – certes forcément partiel et situé – à partir duquel se conjuguent et/ou se confrontent les perspectives que l'on peut prendre par rapport à la situation actuelle de la sociologie.

3Celles et ceux qui le connaissent bien n'ignorent pas que Luc Van Campenhoudt n'est pas quelqu'un qui recherche à bon compte les honneurs et les distinctions, ou qui se pousse sur le devant de la scène. Lorsque nous avons commencé à préparer ce colloque, il a insisté d'emblée pour que celui-ci soit conçu comme une activité scientifique du Centre d'études sociologiques et non comme une manifestation destinée à mettre en valeur une seule personne. On aurait tort de prendre à la légère cette attitude, qui est d'autant moins anecdotique qu'elle révèle une conception et une éthique de la recherche, et pas seulement un (éventuel) trait de caractère. En effet, ce qui pourrait passer pour une fausse modestie ou un excès de pudeur traduit surtout un souci du collectif jamais démenti au cours des années, et qui continue à animer ce « jeune retraité » ayant accédé à l'éméritat et continuant à nourrir de nouveaux projets, où il fait la part belle aux collaborations et au partage des compétences. Qu'on ne se méprenne pas : ce souci du collectif est ici tout le contraire d'une division du travail qui aboutit à une dissolution des responsabilités, et encore moins à une posture académique de type mandarinal ou managérial – permettant de diriger et de déléguer, de tirer les ficelles et de capitaliser, tantôt en se cachant derrière son rôle ou son statut, tantôt en exploitant le travail des autres... Rigoureux, attentif et juste, Luc Van Campenhoudt est généreux dans ses investissements scientifiques (comme peuvent en témoigner celles et ceux qui ont travaillé avec lui), et il est aussi capable de monter au créneau, de s'engager, voire de s'exposer et de prendre des risques quand il le faut.

4C'est en s'entourant de manière judicieuse et clairvoyante, et en constituant des équipes complémentaires et équilibrées (en ayant notamment le souci d'échapper aux logiques d'écoles et d'éviter les problèmes d'ego) que Luc Van Campenhoudt est parvenu tout à la fois à donner le meilleur de lui-même... et à tirer le meilleur de ses collaborateurs et de ses partenaires, aussi bien sur le plan de la recherche que sur le plan des publications, sans oublier le registre de l'enseignement, où il a appliqué le même principe : aborder les auteurs sous l'angle de leurs apports positifs à la discipline, à la fois du point de vue conceptuel et du point de vue empirique, plutôt que d'arbitrer des débats théoriques en distribuant des bons et des mauvais points en fonction d'un parti pris initial. Gageons d'ailleurs que des générations d'étudiants garderont l'impression d'avoir été tirées vers le haut – à la faveur d'une intelligence sociologique perspicace, surprenante et fertilisante, ouvrant les esprits et instillant la critique, encourageant aux apprentissages méthodologiques, initiation à une pratique et non étude in abstracto, etc. – plutôt que d'être regardés de haut par une intelligence docte, trop sûre d'elle-même, desséchante, déconnectée, tranchante...

  • 2 In Gérard Mauger (dir.), Rencontres avec Pierre Bourdieu, Belle-combe-en-Bauges, Ed. du Croquant, 2 (...)
  • 3 Auparavant il a enseigné à l'UCL (Louvain-la-Neuve) et à la FUCaM (Mons).

5Il n'entre pas ici dans notre intention de revenir dans le détail sur la biographie et le parcours de Luc Van Campenhoudt. Oserions-nous suggérer qu'il est une façon originale de prendre connaissance avec quelques aspects et points saillants de sa trajectoire, en se rapportant à son ébauche d'« auto-analyse sociologique », qu'il a rédigée à l'invitation de Pierre Bourdieu et qui a été publiée en 2005 sous le titre « Professeur de sociologie "catho"2 ». Dans cet article, qui révèle assurément une facette de la « manière » ou du « style » Van Campenhoudt – par son mélange d'humour et de sérieux, ou encore par sa capacité à dégager des enseignements intéressants sans avoir l'air d'y toucher, en se montrant plaisant, légèrement provocateur, s'excusant presque de faire bouger les lignes en n'étant pas forcément là où l'on s'attendrait à le trouver – on apprend qu'après avoir été scout et routard, et accessoirement étudiant en sociologie (autant dire une sorte de vilain petit canard dans son milieu familial), le jeune homme influencé par le catholicisme social et l'ambiance post-soixante-huitarde arrive aux Facultés universitaires Saint-Louis (Bruxelles)3, où il est nommé professeur en 1987, suite au décès de Maurice Chaumont. Il reprend la direction de l'Unité de recherche sociologique, qu'il transforme en Centre d'études sociologiques (CES), et parvient à en faire un des centres les plus en vue dans le champ scientifique en Belgique francophone. Impossible de citer ici tous les chercheurs qui ont contribué à la réputation, voire à l'aura de ce centre, ou qui ont collaboré avec lui (dont un certain nombre se retrouvent parmi les auteurs de cet ouvrage).

  • 4 Michel Hubert ayant joué ici un rôle moteur. Voir p. ex. : Danièle Peto, Jean Remy, Luc Van Campenh (...)
  • 5 Voir p. ex. : Luc Van Campenhoudt, Yves Cartuyvels, Françoise Digneffe, Dan Kaminski, Philippe Mary(...)
  • 6 Pour l'archéologie de la méthode, voir : Raymond Quivy, Danielle Ruquoy, Luc Van Campenhoudt, Malai (...)
  • 7 Constamment retravaillé depuis plus de vingt ans, cet ouvrage – devenu un classique de la méthodolo (...)
  • 8 Luc Van Campenhoudt, Introduction à l’analyse des phénomènes sociaux, Paris, Dunod, 2001, Luc Van C (...)
  • 9 Ainsi le Manuel a-t-il été vendu à ce jour à plus de 150 000 exemplaires, en ne tenant compte que d (...)
  • 10 Voir entre autres : « La responsabilité de la recherche universitaire », Ethique publique, vol. 2, (...)

6La recherche selon Luc Van Campenhoudt a toujours été conçue et menée en équipe, depuis l'« action concertée » et les autres recherches autour de la prévention du sida4 jusqu'aux travaux portant sur des enjeux liés à la justice et à l'insécurité5, en passant par les nombreuses applications de la méthode d'analyse en groupe, dans le domaine de l'école et de l'enseignement ou dans d'autres champs6. L'ouvrage de Luc Van Campenhoudt sans doute le plus fameux, « le » Manuel de recherche en sciences sociales (dont la première édition remonte à 1988), a été écrit en collaboration avec Raymond Quivy7. Quant à cette autre pierre angulaire, l'Introduction à l'analyse des phénomènes sociaux, si Luc Van Campenhoudt – une fois n'est pas coutume – en assume seul la paternité8, cela ne l'empêche pas d'en prévoir une nouvelle version à laquelle il a associé Nicolas Marquis, et qui paraîtra sous un titre modifié. A côté de ces ouvrages qui sont devenus des références de premier ordre, voire des best sellers9, c'est bien légitimement que notre auteur peut être fier d'articles qui, quoique moins connus, n'en sont pas moins dignes d'intérêt et exercent une influence plus diffuse et persistante, ces articles portant notamment sur l'éthique et la responsabilité de la recherche universitaire, sur la question du risque et de la transgression, ou encore sur les usages de l'insécurité10. Et c'est à dessein – puisque nous y venons – que nous avons jusqu'à présent laissé dans l'ombre les préoccupations et intérêts de recherche qui ont inspiré les axes thématiques du colloque donnant lieu à ces actes.

  • 11 Initialement prévu au programme, Bernard Lahire a finalement dû décliner notre invitation en raison (...)

7A ce propos, il convient de reconnaître que ce n'est que partiellement que nous avons pu rencontrer le souhait de Luc Van Campenhoudt de faire du colloque « une activité du CES ». D'une part, bien que la préparation de cette manifestation scientifique ait été l'occasion de réflexions particulièrement fructueuses (voir les réunions préparatoires au cour desquelles nous avons reçu Bernard Lahire11, Eric Corijn et Gérard Mauger), on ne saurait prétendre que ces actes offrent une vision exhaustive et équilibrée – ni même un échantillon représentatif ou un « instantané » – des activités de recherche développées ces dernières années par les membres du centre. Ainsi, les recherches en lien avec les enjeux bruxellois (espace, mobilité, logement, populations issues de l'immigration, etc.), les travaux autour de la socio-anthropologie du jeu, ou même les recherches-actions et interventions sur base de la méthode d'analyse en groupe (pour ne prendre que ces exemples) n'occupent finalement qu'une place relativement restreinte dans ce volume. D'autre part, il n'aura pas échappé à la perspicacité du lecteur que la thématique générique du colloque – formulée comme suit : « Accords, désaccords, et malentendus : le sociologue comme médiateur dans l'espace public » – ainsi que les thématiques spécifiques déclinées dans le cadre des ateliers (« Faire place à la surprise dans l'articulation entre la théorie et l'empirie », « Le chercheur dans la cité : quelle(s) méthode(s) ? », « Champ ou réseau ? ») doivent beaucoup à des discussions auxquelles Luc Van Campenhoudt a bien évidemment pris part, et il est clair que ces thématiques rejoignent plusieurs de ses préoccupations centrales, récentes ou plus anciennes.

  • 12 A savoir les contributions d'Isabelle Kalinowski, d'Eric Corijn et de Gérard Mauger. Malheureusemen (...)

8D'un point de vue éditorial, nous avons pris le parti de structurer cet ouvrage collectif à partir des trois axes qui ont été définis pour les ateliers, ce qui veut dire que nous avons inséré dans les chapitres correspondants les communications qui étaient au programme de la séance plénière inaugurale12. Un quatrième chapitre reprend les témoignages plus personnels qui ont été apportés lors d'une table ronde autour du travail sociologique de Luc Van Campenhoudt (« Le pédagogue, le chercheur, le médiateur »). En guise de préambule, il peut être utile de rappeler l'argument (ou le « pitch ») de chaque atelier :

  • la question de l'articulation entre la théorie et l'empirie, qui sera abordée à travers le mode d'entrée de la « surprise », laquelle par définition ne peut être ni programmée ni éliminée, mais peut en revanche être accueillie voire suscitée à partir de dispositions et de dispositifs qui permettent de lui donner un statut et d'en faire un élément dynamisant, heuristiquement fécond, remettant en question nos grilles de lecture et revivifiant la démarche du sociologue ;

  • la question de l'engagement du chercheur dans la cité : comment se situer par rapport aux demandes des commanditaires et aux attentes des acteurs, tout en ayant le souci de la rigueur méthodologique propre à un champ scientifique qui doit maintenir son autonomie face à d'autres champs (caractérisés par d'autres intérêts que la connaissance) ; cette question sera abordée dans une perspective ouverte, en rapport avec différentes postures méthodologiques, parmi lesquelles la méthode d'analyse en groupe (MAG) promue par Luc Van Campenhoudt ;

  • la question de l'évaluation des concepts de champ et de réseau : quels sont les mérites respectifs, mais aussi les limites de ces deux concepts ? S'agit-il de catégories essentiellement analytiques, ou engagent-elles (à des degrés divers) des visions normatives implicites ? Les approches en termes de champs et de réseaux sont-elles articulables ou reposent-elles sur des présupposés difficilement compatibles ? Quelles sont les conceptions du pouvoir qui sont impliquées par ces deux visions ? Et quels sont les avantages respectifs de ces deux concepts à l'aune de recherches concrètes ?

  • 13 Voir le projet européen « Muslim Voices : Strangers Within » (1997-1998), qui a donné lieu notammen (...)
  • 14 A l'université de Liège en 1999-2000 (« L'interdisciplinarité dans les sciences sociales ») et à l' (...)
  • 15 Voir sa collaboration avec La Libre Belgique (« Grands entretiens »...), qui a été prolongée par l’ (...)

9Les différents axes thématiques à partir desquels nous avons élaboré le programme du colloque témoignent de la diversité et de l'é tendue des orientations de recherche et des investissements de Luc Van Campenhoudt. Notre sociologue n'est pas l'homme d'un terrain privilégié, d'un objet unique, et encore moins d'une théorie exclusive réélaborée et ressassée tout au long d'une carrière. A la fois « gourmand » et « gourmet », caractérisé par un « flair » qui l'incite à fureter dans de nombreuses directions, chef de bande plutôt que chef de file, tour à tour curieux, amusé, pugnace, travailleur résolu mais sachant ménager des moments de détente et de sociabilité, multipliant les rôles – explorateur, éclaireur, meneur, entraîneur (coach, comme on dit aujourd'hui), passeur, mais aussi traducteur (la bonne vulgarisation trouvant grâce à ses yeux), etc. –, bref le genre de personnalité dont on peut dire qu'elle a plus d'une corde à son arc, et de nombreux tours dans son sac. La place manquant, dans cette introduction, pour aborder toutes les facettes du travail et des réalisations de Luc Van Campenhoudt (également professeur à l'Université catholique de Louvain, promoteur de recherches et de thèses dans des domaines aussi différents – en plus de ceux qui ont déjà été évoqués – que les études européennes, la délinquance et la déviance, les migrations, l'interculturalité et la présence des musulmans en Belgique et en Europe13, etc., deux fois titulaire de la chaire Franc qui au titre belge14, intervenant lors de colloques internationaux et collaborant avec des institutions scientifiques à l'étranger – notamment en Afrique, à l'université de Lubumbashi et à l'université de Ouagadougou, etc. –, artisan d'un dialogue entre chercheurs et journalistes15, directeur de La Revue nouvelle...), comme nous ne pouvons détailler ici ces différents aspects, nous nous bornerons à ne retenir que quelques caractéristiques remarquables d'une manière de voir et de faire.

  • 16 En témoignent les synthèses produites sous son impulsion, ainsi p. ex. : Jean Remy et Jean-Pierre D (...)

10Nous avons déjà souligné le fait que Luc Van Campenhoudt a toujours considéré le travail scientifique comme une entreprise collective. Toutefois, il est important d'ajouter que cette conception ne saurait justifier à ses yeux une démission ou un estompement des responsabilités du chercheur, comme cela est parfois le cas lorsque l'on se soumet à certaines logiques technocratiques ou managériales de la recherche. Comme promoteur ou directeur de recherche, Luc Van Campenhoudt tout à la fois procure un cadre méthodologique et stimule la créativité des chercheurs, il les protège contre les logiques extrascientifiques lorsque celles-ci sont trop contraignantes ou intrusives, ce qui ne l'empêche pas de ramener sur terre de jeunes chercheurs ou doctorants lorsque ceux-ci s'égarent en empruntant des chemins trop tortueux ou brumeux... Malgré sa stature et sa réputation, l'auteur du « Manuel » et principal promoteur de la « MAG » est resté quelqu'un de disponible et d'ouvert, qui n'impose pas ses vues, qui suscite la réflexion et le débat, qui accepte d'être étonné et influencé – en particulier par des jeunes chercheurs –, qui fait son miel en glanant des avis intelligents tous azimuts (« ne pas mourir idiot » est une de ses maximes préférées...). C'est la raison pour laquelle notre sociologue excelle comme ani– mateur et catalyseur de dynamiques intellectuelles (il faut que la mayonnaise « prenne »...16), et que plus largement la catégorie de médiateur s'applique si bien à lui, dans son rapport aux acteurs ou dans ses transactions avec le politique, l'institutionnel et l'associatif. Témoin également sa pratique de la méthode d'analyse en groupe, qui permet de mettre en lumière deux points décisifs : d'une part, la culture du dialogue qui non seulement ne saurait être confondue avec des formes de consensualisme « mou » (ou d'« œcuménisme » de bon aloi), mais qui en outre suppose d'accéder à une perspective conflictuelle assumée (« se mettre d'accord sur la formulation des désaccords ») ; et d'autre part, la capacité à faire parler les acteurs en se mettant à leur niveau – une sociologie à hauteur d'hommes et de femmes... ce qui est loin d'aller de soi (c'est plus facile de le proclamer que de le mettre en œuvre !).

11Dans une période où l'on parle beaucoup du refus de la sociologie de surplomb, Luc Van Campenhoudt est parvenu à promouvoir une sociologie qui s'intéresse vraiment aux acteurs, à leurs discours et à leurs pratiques, sans renoncer aux concepts d'institution et de société, et sans transiger sur le projet scientifique de sa discipline. Si nous avions davantage de place, il conviendrait sans doute de mieux saisir et évaluer ici ce qui tient aux préceptes méthodologiques et ce qui relève du sens pratique, ou de l'art de faire d'un sociologue qui, à l'occasion, et sans que cela soit forcément conscientisé (et encore moins théorisé), peut jouer de sa « bonhomie », forme de ruse qui est peut-être sa manière à lui d'adopter la posture de l' underdog – une spécialité belge selon certains. Quoi qu'il en soit, Luc Van Campenhoudt est quelqu'un qui ne brusque pas ses interlocuteurs, c'est un sociologue affable, parfois faussement simple, sinon rond (ce qui, encore une fois, peut être un masque ou une ruse cachant une vraie finesse dans le rapport à l'empirie), qui ménage la chèvre et le chou, même lorsqu'il analyse des logiques du pouvoir et des rapports de force, et qu'il s'efforce de donner une expression au dissensus social (voir aussi son usage de la catégorie de coopération conflictuelle). Un jour, Bourdieu avait écrit à propos de Canguilhem (nous citons de mémoire) : « il ne joue pas au philosophe » – c'était un compliment, que l'on peut transposer à propos de Van Campenhoudt : « il ne joue pas au sociologue »... et pourtant et il l'est jusqu'au bout des doigts, et il incarne une figure du métier dont on viendrait presque à déplorer qu'elle soit peut-être en voie de disparition, sous les coups de boutoir des nouvelles logiques de la recherche.

12S'il est à n'en pas douter davantage méthodologue que théoricien, Luc Van Campenhoudt ne considère toutefois pas la méthodologie comme une fin en soi (de même qu'il ne dévalorise pas le travail conceptuel bien fait). A ses yeux, les méthodes de recherche ont pour vocation d'être mises au service d'un projet de connaissance rigoureux et pertinent, visant à l'autocompréhension de la société par elle-même. Se tenant à distance du triple écueil de la technicisation dépourvue de vision (la figure de l'expert ou du consultant, mettant ses compétences spécialisées au service d'intérêts particuliers), de la science retranchée dans sa tour d'ivoire (la figure du savant ou de l'intellectuel, cultivant un art oratoire largement rhétorique, sans prise sur les enjeux réels), et de la prétention pseudo-scientifique sans plus-value intellectuelle (le commentaire médiatique, la paraphrase de la parole « spontanée » des individus, les discours creux ou fumeux...), notre sociologue n'a eu de cesse de mettre en question les logiques qui ont pour effet de mettre à mal l'autonomie du champ scientifique. Lorsqu'il s'interroge sur les conditions – à la fois éthiques et sociales – d'une recherche responsable, indépendante et critique, Luc Van Campenhoudt met en garde contre les tendances qui, sous couvert d'internationalisation, de professionnalisation ou d'évaluation compétitive (cf. les rankings, etc.), poussent à une spécialisation de plus en plus pointue et à un usage non critique de catégories qui sont parfois tout autant – sinon davantage – normatives que descriptives ou analytiques (cf. la communication, la gouvernance, les réseaux, la globalisation, etc.).

  • 17 Comme on pourra s'en rendre compte à la lecture de cet ouvrage, en particulier du chapitre 1.
  • 18 En lien avec la logique dite de pilarisation.
  • 19 Cf. Christian Maroy, Jean Remy et Luc Van Campenhoudt, « La foi et le métier : transactions symboli (...)

13Enfin, s'il ne dédaigne pas la production conceptuelle, Luc Van Campenhoudt fait partie de ces sociologues qui – à l'instar de Jean Remy, longtemps codirecteur du CES – préfèrent un bon « modèle d'analyse » opérationnalisable, c'est-à-dire un schéma d'interprétation ajusté à une situation donnée et composé à partir de ressources théoriques empruntées à une variété d'approches (quitte à ce que cela se traduise éventuellement par un caractère bricolé, hétérogène, instable, inachevé, voire « impur »...), plutôt que d'avoir recours à une théorie épurée, trop bien ficelée ou trop systématique. En ce sens, le but des outils conceptuels n'est pas de soumettre ou d'arraisonner la réalité sociale, en ses composantes multiples et complexes, mais bien de la faire parler, selon des points de vue pluriels, et en faisant « place à la surprise17 ». Du reste, il n'est guère étonnant que ceux qui ont conceptualisé et a ppliqué, notamment dans l'étude des institutions marquées par une identité chrétienne18, la catégorie du pluralisme situé19, soient eux-mêmes des adeptes, sociologiquement parlant, d'un pluralisme interprétatif. Certes, la plupart des sociologues contemporains, et en tous cas une grande partie des contributeurs à cet ouvrage collectif, semblent adhérer à cette posture épistémologique. Précisons que Luc Van Campenhoudt le fait sans donner des gages à un relativisme auquel on accole parfois l'étiquette de « postmoderne ». L'ambition sociologique – ce projet de connaissance qui vise à éclairer la société sur elle-même, à comprendre ses transformations, à ne pas se contenter des idées toutes faites ou des « prénotions », etc. – ne s'autorise pas d'une neutralité illusoire se réclamant d'un point de vue de nulle part. Elle requiert bien plutôt d'expliciter les prises de position et d'objectiver les rapports sociaux sous-tendant le champ des expériences et des interlocutions (ce que Luc Van Campenhoudt fait à sa façon en mettant à plat les « convergences » et les « divergences » qui s'expriment à propos de divers enjeux sociétaux, institutionnels ou organisationnels). En ce sens, l'engagement du chercheur ne relève pas d'un esprit de parti, et le service à la société est indissociable d'un souci de la vérité, garant à la fois épistémologique et éthique du projet de connaissance sociologique.

14Méthodologue et pédagogue hors pair, Luc Van Campenhoudt a contribué à former plusieurs générations de chercheurs et d'enseignants. De nombreuses contributions à cet ouvrage témoignent de la reconnaissance que lui accorde une grande partie de la profession. A la fois exigeant et bienveillant, Luc Van Campendoudt n'a pas son pareil pour encourager et mettre à l'aise les collègues, et notamment les jeunes chercheurs, avec lesquels il a toujours entretenu une relation privilégiée. Celles et ceux à qui il a transmis une part de ses compétences et de sa passion, ou dont il a mis le pied à l'étrier, ou qui ont partagé avec lui des séances de travail intensif alternées avec des moments de plaisir et d'amitié, savent ce qu'ils/ce qu'elles lui doivent. Par sa pratique d'une sociologie attentive au terrain, questionnante et (re)constructive, s'attachant à dégager des enjeux significatifs, à les instruire et à les mettre à l'épreuve, à les restituer aux acteurs « ordinaires » et à les traduire en interpellations adressées aux acteurs en position de pouvoir (politique, institutionnel, économique, etc.), Luc Van Campenhoudt a défendu et illustré ce que l'ambition sociologique peut avoir de meilleur et de plus utile. D'aucuns diront peut-être qu'il n'est spécialiste de rien, ce qui n'est qu'en partie vrai – en regard de l'ampleur et du sérieux de sa production scientifique, toujours précise et informée –, et en même temps ce n'est pas tout à fait faux. Mais justement, il est bien plus qu'un spécialiste à la petite semaine, monnayant ses services ou jouant au conseiller du prince. En parvenant à combiner les différents aspects qui ont été trop brièvement évoqués ci-dessus – le travail collectif, l'autonomie et la responsabilité du chercheur, la valorisation du dialogue et du conflit, la polyvalence d'une boîte à outils « tous terrains », le pluralisme interprétatif, l'antirelativisme... – il est ce qu'il faut bien appeler un sociologue généraliste, d'un terme parfois galvaudé, voire raillé, et qu'il est urgent de réhabiliter, dès lors qu'il ne s'agit pas d'enfoncer des portes ouvertes ni d'en faire un sésame magique, tant le concentré de compétences qu'il suppose et articule tend à définir un profil de plus en plus rare et difficilement remplaçable.

15Que cette conception de la sociologie et de la recherche universitaire ne soit ni banale, ni convenue, ni consensuelle, c'est ce dont le lecteur pourra se rendre compte en parcourant cet ouvrage collectif – et ici, nous renouons avec la formule selon laquelle Van Campenhoudt, à travers sa manière de pratiquer sa discipline, devient lui-même un « analyseur » par rapport à l'état de cette dernière. Car, si certains points semblent faire l'unanimité parmi les contributeurs à ces actes (ainsi nul ne s'avise par exemple de remettre en question l'idée selon laquelle la sociologie est plurielle, ce qui se traduit par l'acceptation d'une irréductible diversité de paradigmes...), d'autres aspects en revanche soulèvent des questions et provoquent des débats, voire sont susceptibles d'alimenter des controverses et de dessiner des clivages ou des antagonismes. On retrouvera à cet égard quelques grandes oppositions « classiques » – micro vs. macro, l'acteur vs. le système, les pratiques vs. les institutions, expliquer vs. comprendre, les causes vs. les raisons, etc. –, toutefois actualisées en tenant compte d'un double niveau : les nouvelles conditions de la recherche qui dépendent de plus en plus de logiques internationales (niveau « global »), et d'autre part les contextes particuliers de l'exercice du métier de sociologue, étant entendu que cette discipline doit rester pour partie ancrée, ce qui en l'occurrence pose la question de la situation des sciences sociales en référence (principalement mais non exclusivement) à la Belgique francophone (niveau « local »).

16Il ne nous appartient pas, dans cette introduction, de dresser un diagnostic de l'état de la sociologie (et de quelques disciplines voisines ou consœurs) ici et maintenant, mais il est clair que cet ouvrage peut-être lu et reçu, entre autres perspectives possibles, en fonction de cette préoccupation intellectuelle. Le lecteur découvrira ainsi que les contributions réunies dans ce volume permettent parfois de porter au jour des désaccords, ou du moins des différences d'appréciation, notamment autour des enjeux suivants : quelle échelle convient-il de privilégier dans la description et l'analyse ? (ou comment naviguer entre l'écueil du confinement dans le micro et l'écueil du point de vue macro surplombant ? comment étudier plus précisément les médiations entre les différents niveaux ?), n'y a-t-il pas un risque de laisser échapper les logiques institutionnelles et/ou de pouvoir en se focalisant à outrance sur les compétences et discours des acteurs « en situation » (ce qui renvoie aussi à la question des mésusages possibles du primat accordé aux usages, sans parler des mises en causes du « biais scolastique » qui deviennent elles-mêmes rituelles et sclérosantes...) ? les approches dites « pragmatiques », qui ont eu le vent en poupe depuis au moins deux décennies, et qui ont permis de contrebalancer les approches structurales et génétiques qui ont prédominé lors de la période antérieure, ne sont-elles pas en train de s'épuiser et de terminer leur cycle ? le moment est-il venu de reconsidérer à nouveau frais une perspective plus large et davantage critique ? peut-on se satisfaire de la spécialisation de plus en plus poussée de la recherche (il est plus rentable pour un jeune chercheur de maîtriser une niche plutôt que d'être « généraliste », ce qui peut être un frein à l'ouverture d'esprit et aux compétences « tous terrains »...) ? comment concevoir l'interdisciplinarité et la montée en généralité dans les conditions actuelles de la recherche ? ne sommes-nous pas confrontés au risque non seulement d'une hyperspécialisation et d'une fragmentation des sciences humaines et sociales, mais aussi d'un morcellement de la sociologie elle-même (cf. l'alternative entre le maintien d'un programme fort pour les sciences sociales et la dissolution de la discipline unitaire au profit d'un émiettement d'études spécialisées en fonction d'un champ ou d'un objet, sur le modèle des Studies anglo-saxonnes...) ? – et la liste pourrait être allongée.

17Cet ouvrage se termine avec le texte (retravaillé) de la conférence de clôture dont Luc Van Campenhoudt nous a gratifié lors de la deuxième séance plénière du colloque. Sans doute que cette communication – intitulée « L'instant fugitif où la sociologie prend » (variation à partir d'une formule de Mauss) – aura produit son petit effet de... surprise ! C'est qu'en plus de permettre à notre collègue de revenir sur quelques enseignements révélateurs issus de ses travaux, elle dévoile un nouvel intérêt autour de la thématique du « malentendu ». Certes, Luc Van Campenhoudt n'est pas le premier sociologue à se pencher sur cette question, et il ne manque pas de se référer à une profusion d'auteurs, tout en apportant sa touche personnelle. Nous permettra-t-on d'apercevoir une analogie, voire une généalogie entre la nouvelle préoccupation de Luc Van Campenhoudt pour le malentendu et la sociologie de la transaction développée par Jean Remy ? Dans un cas comme dans l'autre, il s'agit de prendre en compte la dimension informelle des relations sociales et symboliques, de valoriser la créativité et la souplesse de la vie sociale à ce niveau, et de mettre en garde contre les prétentions à la formalisation excessive et contre les risques de la transparence totale ou intégrale... Or curieusement (c'est à notre tour d'être surpris !), Jean Remy ne fait pas partie des auteurs cités par Luc Van Campenhoudt dans son article. Le faire remarquer pourrait passer pour une bien cavalière indélicatesse, susceptible de mettre mal à l'aise celui que nous tenons à honorer ! Mais en même temps, de la transaction au malentendu et retour, les hommages involontaires, en plus de rester discrets, ne sont-ils pas les plus profonds, les plus honnêtes, les plus vrais ?

Notes

1 Ambiance qui n'a pas peu à voir avec la personnalité de Luc Van Campenhoudt, tant sur le plan intellectuel que sur le plan humain, et l'on espère que le lecteur en percevra ou en retrouvera un écho dans les pages qui suivent.

2 In Gérard Mauger (dir.), Rencontres avec Pierre Bourdieu, Belle-combe-en-Bauges, Ed. du Croquant, 2005, p. 403-418.

3 Auparavant il a enseigné à l'UCL (Louvain-la-Neuve) et à la FUCaM (Mons).

4 Michel Hubert ayant joué ici un rôle moteur. Voir p. ex. : Danièle Peto, Jean Remy, Luc Van Campenhoudt et Michel Hubert, Sida. L’amour face à la peur, Paris, L’Harmattan, 1992 ; Luc Van Campenhoudt, Mitchell Cohen, Gustavo Guizzardi, Dominique Hausser (eds), Sexual Interactions and HIV Risk. New Conceptual Perspectives in European Research, London, Taylor & Francis, 1997.

5 Voir p. ex. : Luc Van Campenhoudt, Yves Cartuyvels, Françoise Digneffe, Dan Kaminski, Philippe Mary et Andrea Rea, Réponses à l'insécurité. Des discours aux pratiques, Bruxelles, Labor, 2000 ; François de Coninck, Yves Cartuyvels, Abraham Franssen, Dan Kaminski, Philippe Mary, Andrea Rea, Luc Van Campenhoudt (dir.), Aux frontières de la justice, aux marges de la société, Gent, Academia Press, 2005.

6 Pour l'archéologie de la méthode, voir : Raymond Quivy, Danielle Ruquoy, Luc Van Campenhoudt, Malaise à l'école. Les difficultés de l'action collective, Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, 1989 ; Casimiro Marques Balsa, Luc Van Campenhoudt, Jean-Pierre Delchambre, Abraham Franssen, Michel Hubert, Véronique Mairiaux, La diversification du choix des études des filles dans l'enseignement secondaire professionnel et technique, Bruxelles, INBEL, 1991. L'ouvrage de référence sur la « MAG » est bien sûr : Luc Van Campenhoudt, Jean-Michel Chaumont et Abraham Franssen, La méthode d’analyse en groupe, Paris, Dunod, 2005. Lire aussi : Abraham Franssen, Luc Van Campenhoudt et Véronique Degraef, « La méthode d’analyse en groupe : coproduction, restitution et répercussion des savoirs », SociologieS, à paraître.

7 Constamment retravaillé depuis plus de vingt ans, cet ouvrage – devenu un classique de la méthodologie – en est à sa quatrième édition : Luc Van Campenhoudt et Raymond Quivy, avec la collaboration de Jacques Marquet, Manuel de recherche en sciences sociales, Paris, Dunod, 2011.

8 Luc Van Campenhoudt, Introduction à l’analyse des phénomènes sociaux, Paris, Dunod, 2001, Luc Van Campenoudt et Nicolas Marquis, Cours de sociologie, Paris, Dunod, 2014 (sous presse).

9 Ainsi le Manuel a-t-il été vendu à ce jour à plus de 150 000 exemplaires, en ne tenant compte que des éditions françaises, et il a été traduit en espagnol, portugais, italien, catalan et persan.

10 Voir entre autres : « La responsabilité de la recherche universitaire », Ethique publique, vol. 2, no 2, automne 2000, p. 99-106 ; « Le rappel au désordre », La Revue nouvelle, vol. XVI, no 7-8, juillet-août 1992, p. 32-42 ; « Approche relationnelle du risque et de la transgression dans les relations sexuelles », in Yves Cartuyvels (dir.), Les ambivalences du risque. Regards croisés en sciences sociales, Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, 2008, p. 269-280 ; « L’insécurité est moins un problème qu’une solution », in Yves Cartuyvels et Philippe Mary, L’État face à l’insécurité, Bruxelles, Labor, 1999, p. 51-66.

11 Initialement prévu au programme, Bernard Lahire a finalement dû décliner notre invitation en raison d'un séjour à l'étranger.

12 A savoir les contributions d'Isabelle Kalinowski, d'Eric Corijn et de Gérard Mauger. Malheureusement, une communication manque à l'appel, et non des moindres, puisqu'il s'agit de la conférence prononcée par Luc Boltanski, autour de son ouvrage Énigmes et complots, une enquête à propos d’enquêtes (Gallimard, 2012).

13 Voir le projet européen « Muslim Voices : Strangers Within » (1997-1998), qui a donné lieu notamment à l'ouvrage suivant : Ural Manço (dir.), Voix et voies musulmanes de Belgique, Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, 2000.

14 A l'université de Liège en 1999-2000 (« L'interdisciplinarité dans les sciences sociales ») et à l'Université catholique de Louvain en 2012-2013 (« Monde incertain, université incertaine »).

15 Voir sa collaboration avec La Libre Belgique (« Grands entretiens »...), qui a été prolongée par l’ouvrage suivant : Luc Van Campenhoudt et Thierry Boutte (dir.), Libres... pensées. Journalistes et chercheurs pour comprendre le social, Bruxelles, Labor, 2001.

16 En témoignent les synthèses produites sous son impulsion, ainsi p. ex. : Jean Remy et Jean-Pierre Delchambre, en collaboration avec Yves Cartuyvels, Martine Collin et Luc Van Campenhoudt, Travail et lien social, Bruxelles, Fondation Roi Baudouin, 1995.

17 Comme on pourra s'en rendre compte à la lecture de cet ouvrage, en particulier du chapitre 1.

18 En lien avec la logique dite de pilarisation.

19 Cf. Christian Maroy, Jean Remy et Luc Van Campenhoudt, « La foi et le métier : transactions symboliques dans les institutions chrétiennes », Cahiers internationaux de sociologie, vol. 100, 1996, p. 91-124.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/4737/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 447k

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search