Version classiqueVersion mobile

De la religion que l’on voit à la religion que l’on ne voit pas

 | 
Maryam Kolly

Conclusion

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Une forte part des jeunesses bruxelloises se caractérise par une extrême diversité culturelle – fruit de trajectoires hétérogènes de migration d’hier à aujourd’hui qui peuvent être à la source de religiosités affirmées ; celles-ci s’inscrivent dans un environnement urbain bruxellois dualisé et ségrégé scolairement où il est commun de construire les relations sur fond d’ethnicisation des catégories inter-juvéniles.

Parmi ces jeunes gens, on retrouve les femmes voilées (La religion que l’on voit). Les processus de racisation dont elles font l’objet (voile = aliénation) – sur base du marqueur corporel – les conduisent à des réappropriations critiques sans pour autant que ces arrangements identitaires ne puissent leur garantir la perspective d’évoluer sereinement dans leurs itinéraires féminins professionnels.

L’équation voile = aliénation – et plus globalement, la perception négative de l’islam – suscite de plus une reprise et une mise en discussions inter-juvéniles (entre les musulmans ...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search