Version classiqueVersion mobile

De la religion que l’on voit à la religion que l’on ne voit pas

 | 
Maryam Kolly

4 – La religion que l’on ne voit pas

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Certes, le processus de sécularisation et dérationalisation du monde – ainsi qu’il a été communément dénommé – n’a été ni rectiligne ni uniforme. […] Mais, en définitive, ce mouvement général de « désenchantement du monde » (Weber 1964) – conséquence du déclin de la pensée magique et de la croyance au surnaturel qui ensorcelaient le "vieux monde" – a été tenu par nombre de philosophes et de sociologues de la religion à la fois comme irrésistible en raison de l’universalité des principes de la raison (science), comme moteur d’une dynamique propre à l’Occident, le séparant/le distinguant du reste du monde, et comme la marque par excellence de la légitimé des Temps modernes (Blumenberg 1999) selon le paradigme autonomie/immanence vs hétéronomie/transcendance. Ces mutations qui mettaient radicalement à mal tout autant la Cité céleste que ses institutions terrestres ont été au fondement de l’émergence d’une nouvelle subjectivité, proprement moderne : l’autonomie et l’auto-affirmation d...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search