Version classiqueVersion mobile

De la religion que l’on voit à la religion que l’on ne voit pas

 | 
Maryam Kolly

3 – La religion que l’on voit

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

MK : « Est-ce que c’est plus les autres qui nous désignent de Blanc, Noir ou Arabe ou c’est plus nous-mêmes ? »

Carole : « C’est plus les autres, je dirais. Moi, je me définis plus en termes d’Européen qu’en termes de Blanc. »

MK : « … ou de Belge ? »

Carole : « Non, plus Européenne. Belge, ça viendra après. Si on revient à la question du voile, je serai plus Européenne, je ne serai pas Belge. On va me parler des jeux olympiques, je serai plus Belge. Mais sinon, pour les questions plus culturelles, je dirais que je suis plus Européenne que Belge. »

MK : « Vous allez considérer vos amies d’origine marocaine ou subsaharienne plus Belges qu’Européennes alors ? »

Carole : « Ben, oui, en fait. Ça, c’est légèrement raciste quand même. Oui, c’est vrai que j’englobe plus facilement les personnes d’origine maghrébine dans Belges que dans Européens. Je ne sais pas si ça vient des médias. On est souvent dans une logique occidentale vs orientale. C’est un peu la démocratie à l’occidentale contre les...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search