Version classiqueVersion mobile

De la religion que l’on voit à la religion que l’on ne voit pas

 | 
Maryam Kolly

Introduction

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Un groupe ne devient ethnique que lorsque ses membres viennent à se distinguer en revendiquant pour eux ou en assignant à d’autres une commune origine. »
(Poutignat & Streiff-Fenart 1995, p. 141)

Bruxelles est une ville multiculturelle, segmentée, dualisée : les phases d’histoires migratoires anciennes et récentes s’y stratifient ; les ségrégations urbaines, socio-économiques, scolaires et ethniques s’y superposent ; les jeunes, les établissements d’enseignements secondaire et supérieur y sont concentrés (Kesteloot, Vandermotten et al. 2001 ; Jacobs, Hanquinet & Rea. 2007 ; Jacobs & Rea 2005 ; Jacobs & Rea 2007 ; Rea, Nagels & Christiaens 2009 ; Wayens, Jannsens & Vaesen 2013 ; Sacco, Smits & Kavadias, 2016).

Une série de questions prospectives au sujet de l’articulation entre religion et travail social – dans le contexte singulier de la ville de Bruxelles – forment le point de départ de cette étude. Par exemple : que « fera » le foulard islamique au travail social de demain ? A quel...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search