Version classiqueVersion mobile

De la religion que l’on voit à la religion que l’on ne voit pas

 | 
Maryam Kolly

Préface de Nadia Fadil

Jeunesses bruxelloises ou l’émergence de nouvelles subjectivités postcoloniales

Nadia Fadil

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Que signifie être Bruxellois, ou Belge, aujourd’hui ? Quelles formes de subjectivités religieuses, mais aussi professionnelles, sont articulées à travers la multiplicité de répertoires culturels, éthiques et géopolitiques qui animent les établissements scolaires des grandes villes belges ? L’étude de Maryam Kolly nous propose un regard inédit sur les différentes modalités de subjectivité (in) formant de jeunes étudiants engagés dans un cursus d’assistant social dans un établissement d’enseignement situé dans la ville de Bruxelles.

Une double ambition anime cette perspective

La première est de comprendre le « vivre-ensemble » entre des jeunes gens caractérisés par un degré très important de diversité culturelle et religieuse. Le choix de l’enquête dans une école de formation aux métiers du social – au cœur du croissant pauvre bruxellois – est dès lors judicieux, car il s’agit d’une structure d’enseignement avec une forte concentration d’étudiants issus de l’immigration et, par ailleurs...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search