Version classiqueVersion mobile

Cartographier

 | 
Isabelle Ost

Introduction

Isabelle Ost

Texte intégral

CARTE DE L’OCÉAN
Carroll (L.), « La chasse au Snark. Délire en huit épisodes ou crises », traduit par Parisot (H.), in Œuvres, t. II, Paris, Editions Robert Laffont, 1989.

1Sur les cartes anciennes, l’expression de « hic sunt dracones » ou « hic sunt leones » balisaient les zones encore inexplorées et donc hostiles. Est-ce la pulsion d’ùbris, de démesure, qui a poussé l’humain à explorer ces terres pour faire reculer les limites de l’inconnu et, partant, à tracer des cartes toujours plus précises ? Car, pour l’homme, nécessairement marqué par la finitude, l’espace se donne toujours comme incomplet et lacunaire. Contempler l’horizon procure à l’œil la sensation de toucher la limite imposée à la perception humaine de l’espace, en même temps que cet acte contemplatif peut fonctionner comme un appel, une injonction à franchir cette limite, à découvrir l’au-delà de la frontière. La cartographie serait-elle née de cette injonction ? D’un désir de regard « omnivoyant » – tel le narrateur omniscient en littérature, cet œil auquel rien ne peut échapper – et de possession de l’infini ? Dessiner une carte, représenter l’espace et en tracer les frontières est le premier geste d’invention du territoire, mais aussi celui du fantasme de complétude et de maîtrise du monde.

2Cette « pulsion » cartographique interpelle tout autant l’imaginaire que la science en oscillant entre l’appel à se porter au-devant de l’inconnu et l’injonction à fixer l’espace ainsi découvert dans une représentation pour l’enfermer dans les limites d’un savoir institué. Cartographier est une opération de schématisation dont la portée épistémique ne peut que poser question à la philosophie, comme théorie de la connaissance ; de même, cartographier est une opération de symbolisation du monde, de récriture de celui-ci par les signes, qui convoque le geste mimétique dont fait œuvre la littérature.

3Géo-graphie, carto-graphie : écritures de la terre et de la carte. De même qu’il y a, indéniablement, une dimension scripturale dans le geste de tracer des cartes, y aurait-il donc une dimension cartographique dans le geste d’écrire – et, partant, une parenté entre poétique et cartographie ? Il s’agirait dès lors de retrouver ce geste poétique de la cartographie, geste poïétique, c’est-à-dire créateur, ses manières de percevoir, de lire le monde et de le reconstruire. Ainsi la fonction de l’artiste, de l’écrivain, du philosophe et du penseur serait cartographique : parce que si toute écriture, toute parole est située dans un lieu – on parle toujours à partir de quelque part –, parce que si tout texte est un espace – comme tout champ artistique ou tout champ scientifique –, alors celui qui écrit, comme celui qui lit, est un arpenteur, un architecte et un cartographe.

*

4En 2012-2013, le Centre Prospéro. Langage, image et connaissance de l’Université Saint-Louis – Bruxelles débutait un programme thématique de recherche intitulé « Limites et frontières ». L’enjeu consistait à interroger la fonction ambivalente de la frontière ou de la limite comme ce qui sépare mais aussi ce qui relie, comme ce qui distingue mais articule en même temps, comme ce qui crée du commun par le biais du processus même de la différenciation. L’attention se portait plus spécifiquement sur les oppositions conceptuelles que génère le phénomène de frontière – telles que différence et identité, dedans et dehors, inclusion et exclusion, normal et anormal, etc. – ou encore sur les zones de contact qui en interrogent la pertinence : les seuils, la lisière, l’entre-deux et leurs points de passage ou de connexion. Dans cette perspective, plusieurs axes de travail étaient tracés, dont l’un consacré plus spécifiquement à la cartographie dans ses interactions possibles avec la philosophie, la littérature et les arts en général. Le présent ouvrage est le fruit de ce travail : il reprend des contributions qui ont été présentées lors d’un colloque intitulé Cartographier. Regards croisés sur des pratiques littéraires et philosophiques contemporaines, organisé en juin 2016, ainsi que d’autres prononcées au fil de l’année 2015-2016 dans le cadre d’un séminaire de recherche mensuel.

5À travers les différents chapitres qui composent ce volume, il s’agit dès lors d’interroger, de manière interdisciplinaire – la philosophie et la littérature étant les deux disciplines privilégiées –, les significations de l’acte de cartographier à l’époque contemporaine, en regard du passé, dans un monde dit parfois « post-moderne », où le modèle du réseau, du fragmenté et du multiple a transformé notre appréhension du réel. Car si la carte trace des frontières et des limites, elle met par là-même en évidence, selon les cas, le caractère éphémère, conventionnel, aléatoire ou problématique de celles-ci. Le postulat de départ, formulé de la manière la plus globale, est donc le suivant : les cartes d’origines et de natures multiples que nous traçons, grâce auxquelles nous nous situons dans un monde devenu complexe, à l’échelle planétaire et aux dimensions interconnectées, structurent à tous niveaux la praxis humaine. Dès lors, la cartographie peut constituer un paradigme de travail, tout autant que cartographier peut être un mode opératoire de la connaissance, plus spécifiquement de l’opération de représenter, qui sous-tend aussi bien l’imagination que la faculté de langage.

6Artifice, artéfact, la carte met en effet à mal toute conception strictement mimétique de la représentation : elle est toujours construction, imagination et invention du monde qu’elle dessine, elle est toujours un (ré) agencement du réel spatial qu’elle représente. Dès lors, parce que la carte, en tant qu’architecture signifiante, n’est pas réductible à sa seule relation iconique à l’objet représenté, cartographier conduit nécessairement à convoquer une sémiotique plurielle et complexe. Aussi la cartographie nous oblige-t-elle à problématiser la notion même de représentation, nous incitant à ne plus penser celle-ci sur le mode de la fixité, de l’unicité et du figural, mais bien du mobile, du multiple et de la défiguration ou de la reconfiguration permanente. Cartographier est une activité ouverte et jamais achevée : si la carte trace des frontières, elle n’a de cesse de les rouvrir constamment ; si elle établit des territoires, de nature à créer des processus de localisation et d’identification, elle est tout autant vecteur de « délocalisation » ou de « dés-identification ».

7De surcroît, puisque la carte est un mode de représentation de l’espace qui l’imagine et l’invente toujours, c’est la portée épistémique de l’acte de représenter le réel au moyen de la cartographie que nous sommes amenés à interroger en confrontant cette praxis à d’autres types de pratiques, de productions de savoir. De facto, la cartographie est aujourd’hui devenue une science et un art, sinon un concept, que l’on extrapole volontiers et de plus en plus dans différentes disciplines. C’est pourquoi le champ sémantique de l’espace est régulièrement investi, et ce non sans quelque confusion ou indistinction. Espace, lieu, site, endroit, emplacement, territoire, environnement, paysage, etc. : s’y articulent ou s’y confondent la question du naturel et de l’artificiel, du donné et du construit, du réel et du virtuel, du savoir et du pouvoir, des dimensions éthiques, politiques et idéologiques de l’organisation de l’espace.

8Or cet usage polysémique du terme, emprunté à bon ou à mauvais escient – que ce soit en philosophie, dans les études littéraires, artistiques ou ailleurs – fait peser sur le concept de cartographie la menace d’une dilution de son sens, qui lui ferait dès lors perdre tout caractère opératoire. Aussi l’investissement de sciences telles que la géographie ou la cartographie par d’autres disciplines – investissement qui connaît un engouement croissant – ne peut-il se dispenser d’une réflexion méthodologique et épistémologique. Comment empêcher que ne se perde la dimension productive de l’acte de cartographier lorsqu’il est transposé dans d’autres champs du savoir ou de la création, comment éviter le risque de disperser ou d’affadir le sens des concepts qui sont empruntés par la philosophie ou les études littéraires notamment ? Quels usages heuristiquement féconds peut-on faire de la cartographie ? Comment, en d’autres termes, jouer correctement le jeu du dialogue interdisciplinaire ?

9Les contributions qui constituent ce volume sont autant de réponses singulières à ces interrogations, mobilisant des champs disciplinaires variés et complémentaires. Elles sont aussi l’occasion de s’interroger sur les écueils d’ordre épistémologique à éviter, de faire surgir un certain nombre de risques ainsi que de polémiques autour de l’usage qui est fait de la cartographie aujourd’hui. En ce sens, la principale difficulté, au point de départ de la démarche qui sous-tend cette recherche, réside dans les différentes modalités selon lesquelles le geste de cartographier peut être mobilisé. Penser la mimèsis par analogie à la représentation que la carte propose de l’espace, penser par « concepts cartographiques » – espaces, territoires, lignes, point, etc. –, est-ce faire un usage métaphorique de cette pratique, de ces concepts ? La carte serait-elle pour autant réduite à n’être qu’une métaphore commode utilisée par tous les champs du savoir ? Mais si tel était le cas, que signifierait, littéralement, une carte ? Que signifie, littéralement, l’espace ? Que signifie ce concept lorsqu’il est investi par l’art, par la littérature, par la philosophie ? Toute représentation de l’espace est-elle cartographique, ou bien la carte n’est-elle qu’une manière parmi d’autres de représenter le référent spatial ? La carte a-t-elle une valeur paradigmatique pour la représentation de l’espace, voire pour la représentation en général ? Quelle est la différence entre la représentation de l’espace par la cartographie et la perception de celui-ci comme paysage, espace vécu ? Une carte élimine-t-elle nécessairement toute subjectivité ou peut-elle être porteuse de traces d’affects ?

10En outre, plusieurs points qui ont été sources de controverses dans l’histoire le sont encore aujourd’hui. Par exemple, celui de savoir dans quelle mesure une carte offrirait la représentation la plus objective possible du territoire, à partir d’un point de vue global, capable d’embrasser d’un seul coup d’œil un espace qui peut être immense – l’œil panoptique ; ou, au contraire, dans quelle mesure la carte serait toujours une construction dépendante d’une perspective, tributaire d’un point de vue situé – l’œil de la camera obscura – et, en ce sens, proposerait une représentation de l’espace toujours déterminée par ce regard. Autre exemple de débat, la question du bien-fondé de l’appropriation par la littérature de la notion d’espace et de cartographie : qu’y gagnent l’analyse ou la théorie littéraire ? La carte est-elle uniquement à envisager comme la source d’inspiration d’un imaginaire dont s’est emparé depuis toujours la littérature ? Ou est-ce là une manière pertinente de repenser à nouveaux frais la poétique – c’est-à-dire la manière de créer, de représenter –, que peuvent développer la littérature et les arts, mais également la philosophie, qui opère par concepts ? Enfin, en quoi les technologies actuelles – l’utilisation des cartes virtuelles par exemple – pourraient-elles modifier le rapport de la carte au territoire, ainsi que l’usage que l’on peut en faire ? Tel est le type de questions sur lesquelles on trouvera, au fil des chapitres de cet ouvrage, des positionnements qui peuvent être divergents.

*

11Pour achever ces quelques mots introductifs, on soutiendra que, si la carte suscite autant d’interrogations, c’est que toute son énigme tient dans la relation de trompe-l’œil qu’elle entretient avec son référent spatial. Une carte nous intrigue et nous attire parce que, d’une certaine façon, elle nous donne toujours l’illusion qu’elle nous permet de posséder l’espace dans sa globalité, de le percevoir dans son ensemble et même, de pouvoir le parcourir entièrement, fût-ce de façon virtuelle. Image trompeuse, une carte ne sera pourtant jamais que représentation, et non le territoire dont elle prétend nous servir la réalité. D’ailleurs, plutôt que de penser que la carte est à l’image, la plus ressemblante possible, de l’espace, ne serait-ce pas l’espace, tel que nous le percevons, qui est d’emblée cartographique, orienté par notre perception ? De même que Lacan disait, non sans ambiguïté, qu’« il n’y a pas de métalangage », dira-t-on qu’il n’est pas de « métacarte », pas d’espace qui ne serait pas toujours déjà sa propre carte ?

Table des illustrations

Légende CARTE DE L’OCÉANCarroll (L.), « La chasse au Snark. Délire en huit épisodes ou crises », traduit par Parisot (H.), in Œuvres, t. II, Paris, Editions Robert Laffont, 1989.
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/4442/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 115k

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search