Version classiqueVersion mobile

L’identification dans la théorie freudienne

 | 
Jean Florence

Après coup

Jean Florence

Texte intégral

1Pour la deuxième édition de ce travail sur l’identification dans la clinique et la théorie freudiennes nous n’avons pas modifié le corps du texte initial, publié en 1978. Nous avons cependant tenu à l’augmenter d’une contribution récente qui témoignera du chemin parcouru.

2La théorie de l’identification en psychanalyse émane essentiellement des avatars de l’expérience du transfert. Le transfert comme actualisation et actualité de l’inconscient permet seul de repérer, de par l’angoisse qui en surgit, le moment où une identification — soutien du symptôme — peut être défaite et reconduite à ses sources pulsionnelles en rendant manifeste la part de l’Autre dans la « création » du sujet.

3En guise de nouvelle introduction aux questions freudiennes nous prenons le parti de nous tenir au moment de naissance non pas tant de la psychanalyse mais d’une psychanalyse. Une réflexion sur ce qui a séparé, dans le chef de Freud lui-même, le médical du psychanalytique comme tel sert de support à une autre réflexion, toujours actuelle, sur la spécificité de l’acte psychanalytique.

4Bruxelles, 1984.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search