Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La moralité du droit

 | 
Lon Luvois Fuller

Chapitre IV. Les buts substantiels du droit

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Et pourtant les savants respectueux des lois écrivent
Que le droit n’a ni tort ni raison. – W. H. Auden

On ne doit pas attendre une bonne constitution parce que ceux qui la font sont dotés de moralité. C’est plutôt parce qu’on a une bonne constitution qu’on peut attendre une société composée de personnes dotées d’un sens moral. – Kant

Le thème central de la philosophie du droit de Holmes est la nécessité de maintenir une distinction nette entre droit et morale. Pourtant, dans The Path of the Law, il a écrit :

Je ne dis pas qu’il n’existe pas un point de vue plus vaste selon lequel la distinction entre droit et morale finit par revêtir une importance secondaire, de même que toutes les définitions mathématiques s’évanouissent en présence de l’infini145.

Il est temps maintenant – sans invoquer l’infini – de voir s’il n’existe pas des contextes où les distinctions sur lesquelles on a insisté précédemment finissent par revêtir une importance secondaire. Les deux distinctions principales sur l...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540