Version classiqueVersion mobile

Droit et Justice en Afrique coloniale

 | 
Bérangère Piret
, 
Charlotte Braillon
, 
Laurence Montel
, 
et al.

Auteurs

Texte intégral

1Charlotte Braillon

2Licenciée en droit (ULg) et maître en histoire de la pensée juridique européenne (université Paris I Panthéon-Sorbonne), Charlotte Braillon est actuellement assistante à l’ULg (unité d’histoire du droit), où elle poursuit une thèse en sciences juridiques sous la direction du professeur Robert Jacob. Elle exerce également la profession d’avocat au barreau de Liège. Ses recherches portent sur le droit colonial et l’histoire du droit coutumier dans une perspective comparatiste.

3Bénédicte Brunet-La Ruche

4Bénédicte Brunet-La Ruche est doctorante en histoire à l’université de Toulouse II Le Mirail. Son travail de recherche intitulé « "Crime et châtiment" en situation coloniale : poursuivre, juger et sanctionner au Dahomey entre 1894 et 1960 » porte sur la délinquance et l’ensemble du processus de répression pénale au Dahomey, depuis la poursuite jusqu’à la sanction, en passant par l’enquête et le jugement. Elle a participé à l’ouvrage Les mots de la colonisation.

5Amandine Lauro

6Après avoir consacré sa thèse aux politiques du mariage et de la sexualité au Congo belge, les recherches d’Amandine Lauro portent actuellement sur les stratégies de maintien de l'ordre dans l'Afrique coloniale. Depuis 2012, elle est chargée de recherches au FRS-FNRS et professeure invitée à l’Université Saint-Louis, elle a été chercheure aux universités de Paris VII et de Cambridge.

7Laurent Manière

8Docteur en histoire contemporaine, chercheur associé au laboratoire Sedet (Sociétés en développement - Études transdisciplinaires) de l’université Paris 7 Denis Diderot, Laurent Manière a soutenu une thèse sur Le code de l'indigénat en Afrique occidentale française et son application : le cas du Dahomey (1887-1946). Il travaille aujourd’hui sur la justice et le contrôle social en Afrique occidentale française (AOF) et s’intéresse également aux reconfigurations administratives au moment des indépendances, notamment à la politique du ministère de l’Éducation nationale français en Afrique dans les années 1960.

9Laurence Montel

10Laurence Montel est maîtresse de conférence en histoire contemporaine à l’université de Caen. Comme chercheure post-doctorale au CHDJ (Centre d’histoire du droit et de la justice de l’UCL), elle a travaillé pour le projet FNRS-FRFC Belgafrima, « Prosopographie des magistrats coloniaux belges (1885-1962) », qui sous l’égide de l’UCL et des FUNDP, élargit au Congo et au Ruanda-Urundi, l’étude de la magistrature belge contemporaine.

11Bérengère Piret

12Bérengère Piret est maître en histoire (UCL) et en archivistique (VUB). Membre du CRHIDI (Centre de recherche en histoire du droit et des institutions) et du projet PAI Justice & Population, the Belgian Experience in International Perspective 1795-2015 (BeJus-Hist2.0) elle poursuit à l'Université Saint-Louis une thèse de doctorat sur les jugements rendus par les tribunaux de district du Congo belge (1934-1958). Celle-ci est dirigée par les professeurs Nathalie Tousignant et Serge Dauchy.

13Pierre-Luc Plasman

14Pierre-Luc Plasman est licencié et agrégé en histoire de l’UCL. Actuellement assistant en histoire, il est le secrétaire du CEHEC (Centre d’histoire de l’Europe contemporaine) et poursuit sous la direction du professeur Vincent Dujardin une thèse sur l’État indépendant du Congo et la gouvernance de Léopold II.

15Xavier Rousseaux

16Maître de recherches au FRS-FNRS, et directeur du Centre d’histoire du droit et de la justice (CHDJ), Xavier Rousseaux est professeur extraordinaire à l'Université catholique de Louvain et professeur invité à l'Université libre de Bruxelles.

17Florence Renucci

18Florence Renucci est actuellement chercheure CNRS au Centre d’histoire judiciaire (UMR 8025). Elle a soutenu son habilitation à diriger des recherches et réalisé une vingtaine de publications sur le thème de l’histoire du droit colonial et de ses acteurs. Elle est co-rédactrice du carnet de recherches « Colonialcorpus » et membre fondatrice du Réseau interdisciplinaire colonisation et décolonisation – Ricode.

19Nathalie Tousignant

20Docteure en histoire, Nathalie Tousignant enseigne l'histoire contemporaine et celle de la construction européenne à l'Université catholique de Louvain comme à l’Université Saint-Louis-Bruxelles. Elle y préside la section Histoire de l’Université Saint-Louis-Bruxelles et co-préside le Centre de recherches en histoire du droit et des institutions (CRHIDI). Ses travaux actuels tendent à la vulgarisation et à la transmission de l'histoire du Congo belge par la préservation et l'exploitation des sources audiovisuelles d'époque.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search