Version classiqueVersion mobile

Savoirs experts et profanes dans la construction des problèmes publics

 | 
Ludivine Damay
, 
Denis Benjamin
, 
Denis Duez

Conclusion

Savoirs, expertises et mobilisations

Pierre Lascoumes

Texte intégral

  • 2 Trepos (J.-Y.), La sociologie de l’expertise, PUF, Paris, 1996 ; Roqueplo (P.), Entre savoir et déc (...)
  • 3 Dumoulin (L.) et al., Le recours aux experts, Raisons et usages politiques, PUG, Grenoble, 2005 ; S (...)

1La réflexion contemporaine sur « l’expertise » est passée en une dizaine d’années de l’exploration à la synthèse critique. Le parcours intellectuel est considérable depuis les travaux pionniers de J.-Y. Trépos (1996) et de Ph. Roqueplo (1997)2. Des approfondissements décisifs ont été accomplis et la réflexion critique, sous-jacente dès l’origine, n’a cessé d’être élargie. Ces dernières années plusieurs publications ont apporté des synthèses novatrices. Citons quelques uns des titres les plus significatifs : Le recours aux experts, Raisons et usages politiques (2005), The Philosophy of Expertise (2006), Rethinking Expertise (2007), Fields of Expertise, a Comparative History (2007), A quoi servent les experts ? (2009), Aux frontières de l’expertise, dialogues entre savoirs et pouvoirs (2010), Menaces sanitaires et mobilisations profanes (2010)3. Le présent livre s’inscrit dans ce mouvement réflexif et le complète par une approche originale.

  • 4 Callon (M.), Lascoumes (P.) et Barthe (Y.), « A spécialiste, spécialiste et demi », in Agir dans un (...)

2La thèse démontrée est celle des transformations connexes, dans la période récente, des formes d’expertise et des pratiques de production de connaissance d’un côté, et d’une désétatisation du cadrage des problèmes publics et de la définition des priorités d’action publique de l’autre. Savoirs, expertises et mobilisations sont montrés comme profondément interreliés, les déplacements opérés dans un des domaines suscitent des effets sur les deux autres. Est-il besoin de souligner à quel point pour chacun d’eux le pluriel s’impose désormais ? Les modes de production et de validation des connaissances ont été considérablement diversifiés (entre le laboratoire clos et les savoirs de plein air4, les formes sont multiples). Des acteurs nouveaux, voire inattendus, sont entrés en scène. Au côté des porteurs d’un savoir faire spécifique acquis de longues expériences, les intermédiaires multi-formes (individuels et collectifs) ont proliféré. Enfin, la maîtrise des agendas politiques n’est plus l’apanage exclusif des administrations centrales et des cercles gouvernementaux plus ou moins formels. La « mise en politique » est souvent désenclavée et repose régulièrement sur des coalitions originales. Le tableau ci-dessous schématise ces dynamiques à partir de deux dimensions : le type de savoir prépondérant (savoir rationalisé institutionnel / savoir d’usage basé sur l’expérience) et le mode de construction de l’enjeu public (cadrage descendant / cadrage ascendant). Il permet de mettre en valeur quatre figures d’édification d’une cause.

  • 5 Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité, association de scient (...)
  • 6 GISTI, Groupe d’information et de soutien aux personnes immigrées.
  • 7 ARTAC est à l’initiative de « l’Appel de Paris », déclaration internationale sur les dangers sanit (...)
  • 8 Felstiner (W. L.), « The emergence and transformation of disputes, naming, blaming, claming », Law (...)

3Les formes no 1 (expertise classique menée par un « homme de l’art ») et no 4 (association de personnes concernées directement par une situation : les « sans », les groupements de personnes malades ou de victimes) sont les plus visibles et les plus souvent analysées. Mais d’autres formes ont été concrétisées combinant également production de connaissance et engagement public. Ainsi, la forme no 3 (contre-expertise militante centralisée) concerne des acteurs spécialistes et non-spécialistes agissant dans un cadre non-institutionnel pour produire un savoir et des prises de position critiquant une expertise publique monopolisée et jugée réductrice. En France, le meilleur exemple est fourni par de la CRIIRAD5 créée en 1986 après la catastrophe de Tchernobyl. La forme no 2 (collectif de professionnels critiques) s’observe plus rarement, elle concerne des professionnels qui décident d’agir hors des cadres institués (y compris syndicaux) pour développer le soutien à une cause. On pense ainsi aux travailleurs sociaux et juristes ayant formé en 1972 le collectif GISTI6 de défense des personnes immigrées ou le collectif de biologistes et médecins ARTAC mobilisé sur l’impact des substances chimiques sur la santé7. Cette typologie est bien sûr trop rigide, mais elle fournit des repères. Plusieurs contributions au présent ouvrage montrent les passages (circulation et alliance) d’une forme d’épistémologie à l’autre et la combinaison des rationalités au cours des processus de mobilisation. Les arguments circulent souvent d’un espace à l’autre avec les différents recodages qui les accompagnent. Et cela d’autant plus que la médiatisation est devenue un passage obligé de la reconnaissance des revendications. La labilité, mais aussi les transformations des répertoires d’action par les mouvements sociaux contemporains contribuent également à renouveler les façons d’exercer le « naming-blaming-claming8 ».

  • 9 Le Médiator, médicament indiqué dans le traitement du diabète, aurait fait des centaines de morts (...)
  • 10 Cf. Berrebi-Hoffamnn (I.) et Lallement (M.), op. cit., note 2, p. 6.

4Les travaux récents témoignent aussi du dépassement de deux débats qui ont longtemps accaparé la réflexion. Tout d’abord, la question du degré de dépendance/indépendance des experts a été un point de discussion incontournable. L’emprise des intérêts économiques et des réseaux d’influence est un facteur bien identifié de déviation de l’expertise. L’affaire toute récente du Médiator (et plus largement de l’évaluation de l’intérêt thérapeutique et des risques de certains médicaments) montre que malgré les réformes menées depuis les années 1990 (création d’agences nationale et européenne, généralisation des déclarations d’intérêts, etc.) le problème garde toute son actualité9. De même à la suite de la catastrophe de Fukushima la question des conditions de l’expertise sur la sûreté nucléaire est à nouveau posée. La marchandisation de l’expertise et la constitution de marchés ont encore complexifié ces relations10. Mais ce qui paraît aujourd’hui établi, c’est l’impossibilité de réduire cette question à une simple dichotomie opposant distance et proximité d’un enjeu. Certes la confusion des intérêts entre l’évaluateur et le producteur d’un risque ou le gestionnaire d’un équipement est une source de biais, voire d’auto-aveuglement dans le jugement. En revanche, la reconnaissance contemporaine des savoirs profanes montre que la proximité et même l’attachement à une cause peut être une source d’information et de réflexion décisive. C’est bien parce qu’elles étaient en première ligne de l’expérience de la myopathie ou des effets pathologiques des terrains chimiquement contaminés que les associations de parents ou de résidents sont devenues des lanceurs d’alerte. Elles ont su pratiquer une accumulation d’informations premières, formuler des hypothèses d’interprétation causale et expérimenter des modes d’action. Dans ces cas, comme dans beaucoup d’autres, la distance des cliniciens traditionnels ou celle des agences sanitaires était au contraire un obstacle à la connaissance et à la mobilisation. La dépendance/indépendance ne peut donc être aisément résolue. Elle doit plutôt être l’objet d’un questionnement continu et pluriel dans ses formes. La distance comme la proximité ne sont pas en elles mêmes des problèmes à condition qu’elles soient visibles et que l’on s’interroge de façon répétée sur les impacts (positifs et négatifs) qu’elles peuvent avoir sur les informations produites et les jugements portés.

  • 11 Brown (P.), « Popular epidemiology revisited », Current sociology, vol. 45, no 3, 1997, p. 137-156 (...)
  • 12 Epstein (S.), Histoire du sida, la grande révolte des malades (1996), Les empêcheurs de penser en r (...)
  • 13 Cf. dans ce sens la critique de la notion « d’expertise profane » formulée par Colins et Evans (20 (...)
  • 14 Gilbert (C.), Henry (E.), « Lire l’action publique au prisme des processus de définition des problè (...)
  • 15 Terral (P.) et Weisben (J.), « Ce que savent les surfeurs, formes de traduction entre savoirs situé (...)

5Le second débat récurrent (il croise le précédent) concerne la possibilité d’épuration de l’expertise de tout ce qui ne relèverait pas d’une pure rationalité scientifique et technique. Pendant longtemps, beaucoup ont plaidé pour que l’expertise se rapproche le plus possible d’une science idéalisée. La subjectivité et toutes les formes de rationalité non conventionnelles devaient en être exclues. La table de travail de l’expert se devait de ressembler dans toute la mesure du possible au laboratoire du savant. Son jugement devait être autant discuté que les hypothèses du chercheur afin qu’il devienne une vérité quasi-scientifique. Cette modélisation est aujourd’hui dépassée. La réflexion a, en effet, pris en compte la diversité des rationalités disponibles et les effets décisifs de leur combinaison. La logique des connaissances produites par une expérience directe de proximité, forcément subjective et singulière, peut être productive de données et d’hypothèses en fonction du cadre dans lequel elle est recueillie, discutée et dans une certaine mesure validée par d’autres expériences d’usage. A ce propos les termes « expertise profane » me semblent davantage constituer une facilité de langage qu’une notion utile. L’expression originelle de « savoir profane » est beaucoup plus pertinente, car elle renvoie aux connaissances tirées de l’expérience ordinaire11. A juste titre, un des premiers analystes de ce type de pratiques, Steven Epstein, parle (à propos des activités cognitives des associations de lutte contre le sida) de « savoirs situés12 ». La confusion entre « savoir » et « expertise » perturbe l’analyse. En effet, les savoirs et les rationalités de perception et de jugement liés à l’expérience de personnes directement engagées dans une situation (savoir sur elles, sur leur milieu et sur leurs façons d’agir) ne sont jamais reconnus d’entrée comme « experts » (c’est-à-dire relevant du registre du savant, du rationalisé, du professionnel). Au contraire, ce sont en général des formes de mobilisation particulière qui conduisent (ou pas) à leur reconnaissance comme une compétence complémentaire à celle des experts traditionnels. Une connaissance n’est jamais une expertise en elle-même, cette propriété s’acquiert par une dynamique assez aléatoire. De plus, ses effets sur les décisions ne sont jamais acquis13. Enfin, le « savoir-expérience » est beaucoup plus large que les espaces d’expertise où il est (parfois, et sous certaines conditions) amené à fonctionner, c’est-à-dire à être traduit avant d’être intégré14. D’où l’importance décisive des médiations, des reformulations et des ajustements entre la production des connaissances, sa mise en circulation et son utilisation publique. Plusieurs contributions à cet ouvrage, mais d’autres aussi, mettent en évidence l’hybridation des savoirs empiriques et abstraits, ceux qui sont découverts dans l’action et ceux qui sont rattachés à des connaissances préconstituées : « Dès lors, tout se passe comme si, d’un point cognitif, le travail d’expertise s’avérait être un travail permanent de traduction des savoirs, que ces derniers émanent de l’expérience vécue (sa propre expérience ou celle formalisée par ses pairs), ou de sources autres, plus “extérieures” ou “lointaines”, souvent qualifiées de savantes comme la connaissance dite scientifique15 ». Enfin, dans ces dynamiques, l’activité des porte-parole tient un rôle essentiel que l’on réduit trop souvent à un accaparement intéressé, alors qu’elle est d’abord une mise en relation entre des espaces sociaux différents.

  • 16 Foucault (M.), Le gouvernement de soi et des autres (cours au Collège de France 1982-1983), Gallima (...)

6Finalement, les contributions de cet ouvrage nous permettent aussi d’avancer dans les processus de ce que M. Foucault a qualifié de « véridiction ». C’est-à-dire la production des énoncés qui sont, à un temps donné, considérés comme « vrais », des catégories à partir desquelles les sujets et les sociétés perçoivent le monde et définissent leurs façons légitimes d’agir16.

7Les savoirs d’usage ou de proximité (dits profanes) tout autant que les expertises professionnelles participent à l’élaboration des discours dotés de cette force performative. D’où l’importance d’une question assez peu traitée, celle du contrôle (par qui et comment ?) de ceux qui deviennent des « spécialistes » (savants aussi bien que profanes) et de la validation de leurs discours.

Notes

2 Trepos (J.-Y.), La sociologie de l’expertise, PUF, Paris, 1996 ; Roqueplo (P.), Entre savoir et décision : l’expertise scientifique, INRA, Paris, 1997.

3 Dumoulin (L.) et al., Le recours aux experts, Raisons et usages politiques, PUG, Grenoble, 2005 ; Salinger (E.) et Crease (R.), The Philosophy of Expertise, University Press, New York, 2006 ; Collins (H.), Evans (R.), Rethinking Expertise, University of Chicago Press, Chicago, 2007 ; Rabier (C.), Fields of Expertise, a Comparative History, Cambridge Scholars Publishing, 2007 ; Berrebi-Hoffamnn (I.) et Lallement (M.), « A quoi servent les experts ? », Cahiers internationaux de sociologie, no 126, 1, 2009, p. 5-12 ; Berard (Y.) et Crespin (R.), Aux frontières de l’expertise, dialogues entre savoirs et pouvoirs, PUR, Rennes, 2010 ; Akrich (M.), Barthe (Y.) et Remy (C.), Sur la piste environnementale. Menaces sanitaires et mobilisations profanes, Presses des Mines, Paris, 2010.

4 Callon (M.), Lascoumes (P.) et Barthe (Y.), « A spécialiste, spécialiste et demi », in Agir dans un monde incertain, Seuil, Paris, 2001, p. 105-150.

5 Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité, association de scientifiques effectuant en France la seule contre-expertise en matière de nucléaire. Voir http://www.criirad.org.

6 GISTI, Groupe d’information et de soutien aux personnes immigrées.

7 ARTAC est à l’initiative de « l’Appel de Paris », déclaration internationale sur les dangers sanitaires de la pollution chimique, 2009.

8 Felstiner (W. L.), « The emergence and transformation of disputes, naming, blaming, claming », Law and Society Review, vol. 15, no 3-4, 1980, p. 41 et s.

9 Le Médiator, médicament indiqué dans le traitement du diabète, aurait fait des centaines de morts en France depuis 1976. Il a été retiré du marché en 2010 suite aux conclusions d’une étude menée par la Caisse nationale d’assurance maladie des travailleurs salariés (CNAMTS), conclusions analysées par l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS).

10 Cf. Berrebi-Hoffamnn (I.) et Lallement (M.), op. cit., note 2, p. 6.

11 Brown (P.), « Popular epidemiology revisited », Current sociology, vol. 45, no 3, 1997, p. 137-156 et « Les enquêtes profanes et la dynamique des controverses en santé environnementale », in Akrich (M.) et al., op. cit., note 2, p. 7-52.

12 Epstein (S.), Histoire du sida, la grande révolte des malades (1996), Les empêcheurs de penser en rond, Paris, 2001.

13 Cf. dans ce sens la critique de la notion « d’expertise profane » formulée par Colins et Evans (2007) in op. cit. note 2.

14 Gilbert (C.), Henry (E.), « Lire l’action publique au prisme des processus de définition des problèmes », Comment se construisent les problèmes de santé publique, La Découverte, Paris, 2009, p. 9-33.

15 Terral (P.) et Weisben (J.), « Ce que savent les surfeurs, formes de traduction entre savoirs situés et registre expert dans le monde social du surf », in op. cit. Berard (Y.) et Crespin (R.), note 2, p. 113.

16 Foucault (M.), Le gouvernement de soi et des autres (cours au Collège de France 1982-1983), Gallimard-Seuil, Paris, 2008, p. 281-282.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/3846/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 129k

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search