Version classiqueVersion mobile

Savoirs experts et profanes dans la construction des problèmes publics

 | 
Ludivine Damay
, 
Denis Benjamin
, 
Denis Duez

Chapitre 6. La « traversée des frontières » : l’expertise historienne en France. Un usage de la notion d’expertise1

Thomas Ribémont

Texte intégral

  • 1 Cet article reprend un certain nombre de conclusions tirées de notre thèse de doctorat en science (...)

Passer un pont, traverser un fleuve, franchir une frontière, c’est quitter l’espace intime et familier où l’on est à sa place pour pénétrer dans un horizon différent, un espace étranger, inconnu, où l’on risque, confronté à ce qui est autre, de se découvrir sans lieu propre, sans identité.
Jean-Pierre Vernant, La traversée des frontières

  • 2 Vernant (J.-P.), La traversée des frontières, Le Seuil, Paris, 2004.
  • 3 Suite à la publication du livre de Gérard Chauvy (Aubrac : mai 1943, Albin Michel, Paris, 1997) me (...)

1A la fin de l’année 2004, sous le titre La traversée des frontières2, Jean-Pierre Vernant publiait un recueil de textes dans lequel il s’interrogeait sur le sens, la légitimité et les modalités de l’intervention historienne en dehors des cadres habituels d’exercice du « métier d’historien ». Évoquant l’« affaire Aubrac3 », dans laquelle il fut impliqué en 1997 en tant que proche du couple de résistants, il soulignait ainsi la nécessité pour les historiens d’opérer un retour réflexif sur leurs pratiques sociales.

  • 4 Vernant (J.-P.), La traversée des frontières, op. cit., p. 52-54.

Dans la vie sociale, écrivait-il, l’historien n’est pas nulle part. Il a une place fixée dans le réseau d’institutions qui conditionnent l’exercice de son métier. Il existe donc un lieu d’où il parle quand il s’exprime ès qualités, en tant qu’historien. […] Cette question des frontières est au cœur de l’affaire Aubrac car, au long du débat, toutes ont été affreusement brouillées. En premier lieu […], a été franchie cette « ligne jaune » qui délimite le lieu d’où parle l’historien. Quand on le transporte sur les tréteaux d’un grand journal ou d’un studio de télévision, il n’est plus où il se doit et c’est en lui un autre que l’historien qui prend la parole en son nom. Cette confusion des rôles, qu’il est arrivé à chacun d’entre nous d’être invité à jouer, a posé aux historiens, en dehors de l’affaire Aubrac, un cas de conscience qui les a divisés4.

  • 5 Voir notamment Bourdieu (P.), « Le champ scientifique », Actes de la Recherche en sciences sociale (...)

2Rappelant, par là même, la nécessité de réinterroger les rapports que le champ scientifique entretient avec les champs politique et médiatique, il soulignait l’importance, pour les historiens, de réfléchir plus avant au problème de la porosité des frontières entre production de savoir autonome et production de savoir hétéronome5, posant plus globalement, dans un contexte qui a vu nombre d’historiens français intervenir dans l’espace public au nom de leur compétence spécifique, la problématique de l’expertise historienne.

  • 6 Voir Borillo (D.), Fassin (E.), Iacub (M.), Au-delà du PACS. L’expertise familiale à l’épreuve de (...)
  • 7 Borillo (D.) et al., Au-delà du PACS, op. cit.. p. 3-4.
  • 8 Bourdieu (P.), Les usages sociaux de la science. Pour une sociologie clinique du champ scientifique (...)

3Ces questions touchent plus largement l’ensemble des sciences sociales. Ainsi autour des controverses virulentes ayant entouré l’instauration du Pacte civil de solidarité en France à la fin de la décennie 1990, certains chercheurs ont critiqué l’extension contemporaine du « territoire de l’expert » au sein des sciences sociales. L’adoption du PACS ayant donné lieu à de multiples « batailles » d’expertise qui ont impliqué de nombreux champs disciplinaires (anthropologie, droit, psychanalyse, sociologie, histoire…)6, Daniel Borillo, Eric Fassin et Marcela Iacub liaient ainsi le constat d’un « abus d’expertise » au risque d’une subordination croissante de la délibération politique aux normes édictées par les savants. « [Le savoir], écrivaient-ils, invite au débat démocratique ; il peut aussi l’éclairer, voire le nourrir – il ne saurait en tenir lieu. La fonction politique du débat intellectuel, c’est en effet d’ouvrir, et non de clore le débat démocratique7 ». Ce faisant, ils s’interrogeaient sur le bien-fondé de la production de discours savants s’inscrivant dans une démarche prescriptive – ou normative-, et exprimaient la nécessité d’expliciter, de manière critique, les usages politiques et sociaux des savoirs. Par là même, ils invitaient les savants à engager ou à poursuivre un « processus d’autoanalyse collective8 ».

4C’est à ce débat que le présent article entend s’intéresser en retraçant le « malaise » qui semble avoir saisi les historiens français autour de la question de leur intervention publique et des usages sociaux de leur discipline (I.). Ce malaise est apparu d’autant plus vif que la problématique de l’expertise semble avoir fait ressurgir des interrogations relatives au rôle politique de l’histoire (II.). C’est pourquoi ce texte conclut sur l’intérêt d’une définition extensive du concept d’expertise qui permette, en lien avec la notion d’« intellectuel spécifique » théorisée par Michel Foucault, de réintégrer la dimension politique de l’acte d’expertise (III.).

I. Les débats historiens sur l’expertise : le reflet d’un malaise

  • 9 Voir sur ce point notre article, « Le procès Papon : un cas d’expertise historienne », in Damamme (...)
  • 10 Voir sur ce point, Yan (T.), « La vérité, le temps, le juge et l’historien », Le Débat, 102, novem (...)
  • 11 Dumoulin (O.), Le rôle social de l’historien. De la chaire au prétoire, Albin Michel, Paris, 2003.

5Les controverses historiennes sur l’expertise sont étroitement liées en France à la période de la seconde guerre mondiale. En effet, l’intervention d’historiens, spécialistes de cette période, notamment lors du procès de Maurice Papon entre 1997 et 1998, a soulevé des débats houleux au sein de la corporation9. Érigé par les parties civiles, la défense et les médias en « tribunal de l’Histoire », ce procès a en effet vu comparaître des historiens qui, s’ils ne pouvaient bénéficier du statut juridiquement défini d’expert, n’en demeuraient pas moins des témoins singuliers10. Ce faisant, il a largement contribué à reposer la question, déjà ancienne et réinvestie par Olivier Dumoulin en 2003, du « rôle social de l’historien11 ».

  • 12 Rousso (H.), La hantise du passé, propos recueillis par Philippe Petit, Éd. Textuel, Paris, 1998, p (...)

6Certains historiens, tel Henry Rousso, soulignant le risque qu’il y avait de voir leur discours instrumentalisé au gré de la « rhétorique judiciaire12 », ont ainsi refusé de témoigner à la barre. L’ancien directeur de l’Institut d’histoire du temps présent rappelait notamment la difficulté, pour l’historien invité à se prononcer dans le prétoire, de conserver l’autonomie de son questionnement scientifique et d’éviter le recours aux jugements d’imputation. Dans un registre similaire, Michael Marrus déclarait durant cette période :

  • 13 Libération, 10 juillet 1997.

Un procès suit sa propre logique, qui est déterminée par les règles juridiques ; celles-ci ne sont pas conçues pour expliquer l’histoire mais pour rendre la justice. La lettre du droit peut contraindre le procès à emprunter des pistes ou des voies qui ne sont pas adaptées à l’explication d’une situation historique. […] Ce qui va se passer à Bordeaux, c’est une compétition entre la défense et l’accusation, et c’est normal dans un État de droit […]. Mais ce n’est pas par ce processus que l’on rend compte de l’histoire13.

  • 14 Remond (R.) dir., Être historien aujourd’hui, Éd. Erès, Paris/Toulouse, 1998, p. 10.

7Pour ces historiens, au-delà du seul procès Papon, la logique judiciaire, avec son clivage coupable/non coupable, et la médiatisation qui l’accompagne généralement, se révèleraient donc difficilement compatibles avec la démarche historienne. D’autres historiens, à l’instar de René Rémond, ont, en revanche, accepté d’intervenir dans le cadre judiciaire, soulignant que la demande d’histoire, formulée par la justice, les États, ou différents groupes sociaux, ne devait pas être ignorée des historiens. « Il n’est ni possible ni souhaitable, écrivait ce dernier, que l’historien récuse totalement cette sorte de demande, parce qu’il ne peut tout à fait s’abstraire de son temps ni se soustraire complètement à la société dont il fait partie14 ».

  • 15 Rémond (R.) et al, Paul Touvier et l’Église. Rapport de la commission historique instituée par le (...)

8Pour les uns, la compétence spécifique de l’historien, fondée sur une méthodologie et des modalités d’explication visant à saisir des causalités complexes, se révèle donc difficilement compatible avec les stratégies développées par les acteurs de l’enceinte judiciaire. Pour les autres, a contrario, la compétence professionnelle doit permettre, lorsque l’occasion se présente, de « faire la vérité » et « d’éclairer l’opinion lorsque celle-ci est troublée15 ».

  • 16 Dumoulin (O.), Le rôle social de l’historien, op. cit.. p. 13.

9Entre les tenants de ces diverses positions, les échanges ont été parfois d’autant plus vifs que le procès Papon a fait l’objet d’une très large couverture médiatique, la presse reproduisant alors les commentaires de ceux qui, absents à la cour d’assises de Bordeaux, pouvaient s’exprimer plus librement dans les colonnes des grands quotidiens, suscitant ainsi d’autres formes d’intervention en marge du prétoire. Aussi, écrit Olivier Dumoulin, « au fil des quotidiens et des hebdomadaires, les réactions glanées reflètent [-elles] un malaise, l’ambiguïté d’un statut incertain16 ». Car, sur le fond, la discussion ne se limite pas au seul cadre judiciaire, mais se heurte plus largement à la question des rapports que les historiens entretiennent avec la demande sociale et avec la pratique de l’expertise.

  • 17 Noiriel (G.), Les origines républicaines de Vichy, Hachette, Paris, 1999, p. 22-23.

10Ainsi Gérard Noiriel reproche à Henry Rousso de « rester au milieu du gué17 ». Comment, en effet, refuser de témoigner lors des procès Papon et Touvier au nom de l’autonomie du questionnement scientifique, tout en acceptant de siéger parallèlement dans des commissions où les questions émanent d’acteurs extérieurs au champ universitaire ?

  • 18 Ibidem, p. 23.

Si les inquiétudes d’Henry Rousso se focalisent sur les rapports entre histoire et justice, écrit l’auteur des Origines républicaines de Vichy, c’est parce que la question du rôle de l’historien face à la « demande sociale » se pose ici dans toute sa radicalité. Le juge souhaite que l’historien dise si, selon lui, l’accusé est innocent ou coupable. Lorsque les autres sphères dirigeantes sollicitent l’expertise de l’historien, les enjeux sont sans doute moins explicites, mais la relation entre pouvoir et histoire n’est pas fondamentalement différente18.

11La question prend ici d’autant plus d’acuité que, en France, l’espace d’intervention des historiens s’est, depuis une quarantaine d’années, considérablement élargi : si ces derniers siègent dans des tables rondes et des commissions extra-universitaires, ils participent aussi régulièrement à l’élaboration de cérémonies commémoratives, et leur poids, tant au niveau local que national, dans les travaux muséologiques et dans les opérations de patrimonialisation, semble s’être significativement accru. En outre, on ne compte plus les sollicitations dont ils font l’objet de la part d’acteurs publics et privés qui, telles la SEITA, la SNCF ou encore la mairie de Paris, souhaitent mettre au jour leur histoire.

  • 19 Rousso (H.), Le syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Le Seuil, Paris, 1990, p. 19.

12A cette profusion d’interventions, il est plusieurs raisons, dont l’injonction récurrente au « devoir de mémoire » n’est pas la moindre. Henry Rousso a ainsi montré comment, à partir de 1971, la mémoire de la seconde guerre mondiale, jusqu’alors étroitement délimitée par le mythe résistancialiste, s’était brisée sous les effets conjugués du « réveil de la mémoire juive » et de la montée des réminiscences de l’Occupation dans le débat politique interne19. Face à ces transformations, qui marquent encore aujourd’hui nombre de joutes politiques, les historiens se sont parfois trouvés sommés de se prononcer et de trier le bon grain de l’ivraie entre des histoires construites par des groupes sociaux concurrents.

  • 20 Voir Nora (P.), « De l’histoire contemporaine au présent historique », in Ecrire l’histoire du tem (...)
  • 21 Voir sur ce point Kaplan (S. L.), Adieu 89 (trad. fr.), Fayard, Paris, 1993.
  • 22 Kattan (E.), Penser le devoir de mémoire, Presses universitaires de France, Paris, 2002.
  • 23 Voir Laferte (G.), La Bourgogne et ses vins : image d’origine contrôlée, Belin, Paris, 2006.
  • 24 Voir à cet égard, Bedarida (F.), « La dialectique passé/présent et la pratique historienne » ; in (...)

13Ces évolutions, bien qu’elles lui soient fortement corrélées, ne concernent évidemment pas que l’histoire de la seconde guerre. Il suffit, pour s’en persuader, de constater le mouvement commémoratif qui a saisi la société française et qu’attestent les célébrations du centenaire de l’affaire Dreyfus, du 1500e anniversaire du baptême de Clovis, du millénaire capétien en 198720 ou encore, deux ans plus tard, du bicentenaire de la Révolution française et de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen21. Les travaux d’Emmanuel Kattan ont, sur ce point, mis en lumière la logique à travers laquelle s’était progressivement imposée la multiplicité des formes et des domaines à travers lesquels devait être pensé le « devoir de mémoire22 », expliquant, en retour, que le champ de la mémoire se soit morcelé, et que le « territoire de l’historien » se soit corrélativement élargi, au gré des créations de musées, des procédures de préservation, voire des « appellations contrôlées23 ». Suivant ce mouvement, qui suppose que la société française entretienne un rapport complexe à la dialectique passé/présent24, l’historien serait devenu un intervenant privilégié, au point que la pratique de l’expertise historienne, dans des domaines multiples, se serait banalisée.

  • 25 Simeant (J.), « Friches, hybrides et contrebandes : sur la circulation et la puissance militantes d (...)

14Ce constat, qui renvoie plus largement à l’utilisation de la connaissance savante comme outil de l’action politique, pose en définitive la question de « la genèse et de la crédibilité de savoirs spécialisés appliqués en dehors de l’espace scientifique25 ». C’est aussi, dans la perspective d’une sociologie de la science, le problème des conditions sociales de production des idées, et de la plus ou moins grande autonomie de la connaissance. En d’autres termes, c’est bien ici la problématique ancienne des déclinaisons de la relation entre science et action, et du rapport entre le savant et le politique, qui est posée.

II. Le rôle social et politique de l’histoire interrogé

  • 26 En particulier, selon l’auteur, les historiens du temps présent.

15On comprend dès lors que les évolutions décrites aient réactivé, au sein même de la corporation historienne, les débats relatifs aux usages sociaux de l’histoire. D’aucuns, à l’instar de Gérard Noiriel, ont ainsi vu dans la montée en puissance des pratiques d’expertise la marque d’une transformation du rôle social et politique de la discipline. Avec la reconnaissance du « devoir de mémoire », les historiens26 auraient été amenés à investir des problèmes intéressant directement la mémoire collective, ce qui reviendrait à accepter d’entrer dans des luttes politiques divisant des producteurs concurrents de discours sur le passé. Ce faisant, ils auraient investi un rôle politique spécifique, dont les liens avec l’histoire comme activité de savoir doivent, aux yeux mêmes d’un certain nombre d’historiens, faire l’objet d’un examen.

  • 27 Voir notamment sur ce point, Deloye (Y.), « État, nation et identité nationale : pour une clarific (...)
  • 28 Sur ce point en général, voir Commaille (J.), Dumoulin (L.), Robert (C.) dir., La juridicisation d (...)

16Pour Antoine Prost, par exemple, la nouvelle demande sociale d’histoire, qu’illustrerait les nombreux cas d’expertise mettant en jeu des historiens, aurait contribué à sortir la corporation du seul lien qui, depuis la fin du xixe siècle, Punissait à l’État et qui s’articulait, pour une large part, autour de l’édification, par la pédagogie, d’une vulgate officielle sur le passé national27. Avec la juridicisation et la judiciarisation progressive des rapports sociaux28, l’émergence concomitante de revendications mémorielles multiples, le lien que les historiens entretenaient à la mémoire et à leur rôle politique se serait transformé. Non parce que ces derniers ne jouent plus de rôle dans la construction des représentations collectives – ce rôle, qui fait de l’histoire un enjeu politique majeur en France, est toujours omniprésent – mais parce que le rapport histoire/mémoire semble s’être élargi. Alors que l’histoire dite « traditionnelle », pour assurer sa pérennité en tant que profession, s’emparait de la mémoire nationale et républicaine pour lui donner corps en l’inscrivant dans la longue durée, l’histoire actuelle tendrait à épouser la pluralité des revendications mémorielles dans leur forme juridicisée et judiciarisée.

17Ces transformations, dont les plus tangibles ont directement trait à la juridicisation et à la judiciarisation des questions historiques, créent pour la corporation, de nouveaux systèmes de contraintes pesant directement sur la détermination des critères sur lesquels repose, en principe, la définition de la professionnalité en histoire. On remarque notamment que ces critères font de plus en plus l’objet d’un traitement juridique, l’arène judiciaire tendant, du même coup, à se substituer tendanciellement au champ académique pour dire ce qui relève ou non de l’histoire. D’où, chez nombre d’historiens, le sentiment d’une dépossession qui expliquerait que certains aient diagnostiqué un bouleversement profond du rôle politique de l’histoire. Or, derrière ces inquiétudes qui touchent à la transformation de l’univers des pratiques historiennes, c’est bien la définition même de l’historien qui est en jeu.

  • 29 Voir notamment, Trepos (J.-Y.), La sociologie de l’expertise, Presses universitaires de France, Pa (...)
  • 30 Giddens (A.), La constitution de la société (trad. fr.), Presses universitaires de France, Paris, 1 (...)
  • 31 Simeant (J.), « Friches, hybrides et contrebandes : sur la circulation et la puissance militantes d (...)

18Ces questions ne touchent évidemment pas que l’histoire. Elles apparaissent, en effet, d’autant plus prégnantes que l’expertise semble constituer une modalité de plus en plus centrale d’exercice et de légitimation du pouvoir politique29, et que les phénomènes de « double herméneutique30 » décrits par Anthony Giddens, qui voient les acteurs du monde social se réapproprier les connaissances produites par les chercheurs, n’ont cessé de prendre de l’ampleur. Comme le rappelle Johanna Siméant, le constat s’impose d’un « degré d’expertise croissant » manifesté non seulement par « les insiders (pouvoirs publics, groupes d’intérêt établis et reconnus) mais aussi [par] les challengers que sont par exemple les mouvements sociaux31 ». A cet égard, l’un des effets notables du développement des usages experts des savoirs est de susciter des controverses au sein du champ des sciences humaines, ce qui contribue, plus généralement, à susciter la réflexion sur la portée pragmatique et politique des savoirs. Parce que l’expertise apparaît comme une posture intermédiaire entre la position de non-engagement du scientifique et celle de l’enrôlement militant du savoir, elle interroge en effet directement la porosité des frontières entre production savante et intervention politique. A travers la multiplication contemporaine des pratiques expertes, c’est donc le problème de la circulation des discours savants en dehors du champ scientifique qui est posé, question qui apparaît d’autant plus complexe que, dans cette perspective, les connaissances produites par les chercheurs peuvent faire l’objet de réappropriations de la part d’acteurs extérieurs au champ scientifique proprement dit.

III. L’expertise au regard de la notion d’« intellectuel spécifique »

  • 32 Damamme (D.), « Michel Crozier, intellectuel, sociologue, expert », in Damamme (D.), Ribemont (T.) (...)

19Prendre comme entrée la catégorie d’expertise pour tenter d’analyser les déplacements relatifs à l’univers des pratiques historiennes ne va cependant pas de soi. En effet, la notion d’expertise fait l’objet, au sein même des disciplines scientifiques, « d’affrontements symboliques pour la définition de l’expertise légitime comme pour la qualité d’expert32 ».

20Pourtant, les controverses scientifiques entourant l’usage de la catégorie, loin d’invalider sa portée heuristique, attestent au contraire du fait que l’intervention savante dans le débat public peut avoir des effets sur les conditions mêmes de l’activité scientifique ou sur la perception que les acteurs du champ scientifique ont de leurs pratiques. Les usages croisés de la science, que mettent en lumière les pratiques expertes, ont des résonances dans le champ scientifique et peuvent avoir un impact direct sur les logiques de recomposition des secteurs de recherche, suscitant, en retour, de vives polémiques internes au monde savant. Sous cet angle, les tensions autour de la catégorie d’expertise font plus office de révélateur des reconfigurations affectant le champ scientifique qu’ils ne récusent l’intérêt de la notion.

21La sociologie propose différentes approches de l’expertise qui, si elles se recoupent le plus souvent, peuvent être distinguées en fonction des caractéristiques qu’elles mettent en avant. Tantôt l’expertise sera considérée comme un label reflétant une image accomplie des traits de la professionnalité et/ou de la compétence (critère de compétence), tantôt elle recouvrira des situations d’hétéronomie dans lesquelles un ou plusieurs spécialistes d’une discipline, en réponse à la demande d’un tiers, proposent un diagnostic ou une solution à un problème (critère de la demande, voire de la commande).

  • 33 Voir sur ce point, Sarfatti Larson (M.), « A propos des professionnels et des experts, ou comment (...)
  • 34 Delmas (C.), « Pour une définition non positiviste de l’expertise », in Damamme (D.) ; Ribemont (T. (...)

22Dans une problématisation courante, proche de celle développée par la sociologie des professions, les notions d’« expertise » ou d’« expert » renvoient donc tout d’abord à celles de « compétence » ou de « compétent », insistant par là même sur la détention et l’utilisation, par l’expert, d’un savoir-faire spécifique33. La compétence, dans ce cadre, se fonde sur un savoir que l’on peut rattacher à un corpus savant authentifié et semble largement légitimée par l’appartenance de l’expert à une communauté scientifique reconnue, cette appartenance étant elle-même, la plupart du temps, associée à des instruments d’analyse, à la mise en avant d’une méthode, voire à des grades, des titres ou au soutien des pairs. Ainsi, rappelle Corinne Delmas, bien que « la compétence scientifique constitue le droit d’entrée à payer pour accéder à un rôle nouveau, l’autorité des propositions que le chercheur est amené à formuler en tant qu’expert reste liée à un statut scientifique qu’il doit s’efforcer de préserver34 ». Autrement dit, si, dans cette formalisation, le chercheur change bien de cadre dès lors qu’il s’inscrit dans une démarche d’expertise, il n’existe pas, en termes de compétence scientifique mobilisée, de rupture a priori entre la recherche et l’acte d’expertise.

  • 35 Trepos (J.-Y.), Sociologie de l’expertise, Presses universitaires de France, Paris, 1996.
  • 36 Damamme (D.), « Michel Crozier, intellectuel, sociologue, expert », op. cit.. p. 98.

23En insistant sur la compétence, cette définition a cependant trop tendance à restreindre l’expertise à une simple performance technique et tend, du même coup, à lui ôter son éventuelle dimension politique. Or, s’il n’est pas inutile de souligner son caractère technique récurrent, encore faut-il ne pas négliger sa possible portée normative. Jean-Yves Trépos apparentait ainsi l’acte d’expertise à un jugement35, ce qui inviterait, selon Dominique Damamme, « à ne pas limiter l’expertise au seul registre du technique mais à l’ouvrir à la sphère éthique et politique, et à réintégrer, dans la caractérisation de l’activité d’expertise, les fonctions sociales ou politiques qu’elle est susceptible de remplir, et son éventuelle visée réformatrice36 ».

  • 37 Castel (R.), « L’expert mandaté et l’expert instituant », in CRESAL, Situations d’expertise et soci (...)
  • 38 Restier-Melleray (C.), « Experts et expertise scientifique. Le cas de la France », Revue-française (...)

24Le second registre dans lequel s’inscrivent les définitions de l’expertise insiste, quant à lui, sur la préexistence d’une demande. Sous cet angle, on peut, à la suite de Robert Castel, qualifier l’expertise de « relation de service » dans laquelle l’expert serait « un pourvoyeur d’informations qui, à partir de son savoir propre, aide l’institution demanderesse à accomplir ses propres finalités37 », d’où l’utilisation récurrente par l’expert, ou par celui qui veut se faire reconnaître comme tel, d’une « rhétorique du besoin ». L’expertise recouvrirait alors, selon Christiane Restier-Melleray, les caractéristiques suivantes : un individu ou un groupe d’individus extérieur et indépendant de l’institution demanderesse, ne tenant pas de lui-même sa légitimité, bien qu’il soit, en principe, choisi au regard de son savoir-faire (compétence spécifique), et dont le rôle est de formuler un jugement ou une aide à la décision38. Une telle définition, on le voit, a le mérite d’insister sur les « situations d’expertise » et sur le versant utilitaire de l’acte d’expertise, mettant ainsi l’accent sur les rapports qui se nouent, dans ce cadre, entre « science » et « action ».

  • 39 Voir par exemple sur ce point Mouchard (D.), « Les mouvements sociaux, laboratoires de la démocrat (...)
  • 40 Castel (R.), « Savoirs d’expertise et production de normes », in Chazel (F.), Commaille (J.) dir., (...)

25Toutefois, la notion de demande peut se révéler problématique. On note en effet que la commande, entendue comme un mandat formel conféré par une autorité légitime et légitimante, ne se retrouve pas de façon systématique comme en attestent les cas de contre-expertise et d’expertise alternative39, non commandées par des institutions. De surcroît, les travaux de Robert Castel ont mis en lumière des situations pour lesquelles la demande n’apparaît pas clairement ou s’avère inexistante. Le chercheur peut alors se constituer, ou, pour reprendre les termes de Robert Castel, s’« auto-instituer » en porte-parole d’une demande sociale diffuse susceptible d’être dévoilée, voire, à la limite, « invente un besoin social40 ».

  • 41 On se rapproche ici de la perspective développée par Erik Neveu (Sociologie des mouvements sociaux (...)

26C’est pourquoi, si ces modèles gardent de leur pertinence et peuvent être mobilisés il peut se révéler utile de privilégier une approche insistant plus spécifiquement sur l’implication politique de la notion d’expertise. Dans cette perspective, on peut donc entendre par expertise une production de savoir plus ou moins hétéronome en fonction des cas considérés, caractérisée par la mobilisation de compétences professionnelles spécifiques, et investie dans un processus politique41.

  • 42 Foucault (M.), « La fonction politique de l’intellectuel », Dits et écrits, t. II, Gallimard, Paris (...)

27La formalisation d’ensemble proposée ici n’est pas étrangère à la conception du rôle de « l’intellectuel spécifique42 », telle que l’a théorisée Michel Foucault. Dès 1976, en effet, ce dernier soulignait l’existence d’un mode spécifique d’interaction entre la théorie et la pratique, qui se serait mis en place à partir de la seconde guerre mondiale en lien avec le développement dans la société contemporaine des structures technico-scientifiques.

  • 43 Ibidem, p. 109.

Les intellectuels, écrivait-il, ont pris l’habitude de travailler non pas dans l’« universel », l’« exemplaire », le « juste-et-le-vrai pour tous », mais dans des secteurs déterminés, en des points précis où les situaient soit leurs conditions professionnelles de travail, soit leurs conditions de vie (le logement, l’hôpital, l’asile, le laboratoire, l’université, les rapports familiaux ou sexuels). Ils y ont gagné à coup sûr une conscience beaucoup plus concrète et immédiate des luttes. Et ils ont rencontré là des problèmes qui étaient spécifiques, « non universels » […]43.

  • 44 Voir sur ce point, Damamme (D.), « Michel Crozier, intellectuel, sociologue, expert », in Damamme (...)

28L’intérêt d’une approche de l’expertise en termes foucaldiens est ici de permettre d’interroger l’articulation entre une vérité scientifique locale et le processus de politisation44, tout en montrant que l’activité d’expertise, parce qu’elle repose sur une compétence spécifique, peut avoir des implications professionnelles ou sectorielles dans le champ scientifique.

  • 45 Foucault (M.), op. cit., p. 113.

29On objectera peut-être qu’une telle appropriation du concept de Michel Foucault relève du détournement d’intention tant il est vrai que le philosophe répugnait à légitimer l’expertise « sur commande », voyant dans ses dérives la marque des systèmes politiques qui prétendent prescrire la vérité. Pour autant, et il l’écrit lui-même, la figure de l’intellectuel spécifique dérive de celle du « savant-expert ». Si elle n’en est certes pas la copie conforme, elle n’en demeure pas moins le pendant par lequel le chercheur peut lutter contre les régimes de vérité que détermine le rapport de circularité entre des systèmes de pouvoir, qui produisent et soutiennent la vérité, et les effets de pouvoir induits par la vérité, entendue comme « ensemble de procédures réglées pour la production, la loi, la répartition, la mise en circulation et le fonctionnement des énoncés45 ». La réintégrer dans une définition large de l’expertise prend par conséquent tout son sens dès lors que l’on considère, par exemple, des situations d’expertise alternatives qui tendent à s’opposer aux seules expertises « institutionnelles ». De ce point de vue, l’expertise n’est pas, en tant que telle, une notion que l’on peut associer à une catégorie sociale figée mais bel et bien une modalité de l’intervention et de la prise de position savantes.

  • 46 Voir sur ce point, « La recherche et l’engagement : utiliser Foucault en sciences sociales », entr (...)

30Une telle approche permet de réintégrer la question de l’expertise dans une réflexion plus large sur les formes de l’intervention politique et sociale des professionnels de la science, en lien étroit avec la notion de compétence spécifique, elle-même largement tributaire des normes de la professionnalité en vigueur dans le champ scientifique. Par voie de conséquence, elle permet d’éclairer la relation fondamentale que ces professionnels entretiennent avec leur métier et avec le rôle politique de leur discipline. A ce titre, on peut, en adoptant un point de vue élargi, considérer avec Éric Fassin que la production même de savoir, et non pas seulement l’usage de celui-ci, peut elle-même être sous-tendue par des enjeux politiques46.

  • 47 Voir sur ce point, Ribemont (T.), L’expertise historienne dans la France contemporaine, op. cit.
  • 48 Pierre Lascoumes distingue notamment l’expertise comme « source de normativité interne » et l’expe (...)

31Rapportée à la discipline historique et aux débats qui l’ont traversée, la définition de l’expertise proposée permet de distinguer différents types de pratiques expertes, mais aussi de déterminer comment ces pratiques s’inscrivent dans des conjonctures politiques différenciées. On peut ainsi distinguer deux grands types d’expertise47 qui s’inspirent de la typologie dégagée par Pierre Lascoumes48 et qui s’inscrivent, l’un et l’autre, dans une formalisation générale postulant que la notion d’expertise renvoie à une production de savoir plus ou moins hétéronome, fondée sur une compétence spécifique et investie dans un processus politique.

32Une première catégorie recouvre à des formes d’expertise (plus ou moins institutionnalisées) centrées directement sur les réformes internes à la profession historienne qu’on qualifie d’expertise interne. Bien que leurs modalités puissent différer selon les cas considérés, toutes tendent à agir sur les structures de la corporation historienne en tant que telle. Dans ce cadre, où prédominent généralement les objectifs de défense des positions de l’histoire dans les champs scolaire et universitaire, la logique corporative apparaît relativement dominante et les divisons épistémologiques et politiques qui traversent la profession demeurent généralement largement euphémisées.

33Une seconde catégorie recouvre des formes d’expertise touchant à des terrains et des espaces externes à la corporation proprement dite. Cette expertise qu’on qualifie d’externe se déploie en dehors du champ de la profession historienne stricto sensu (quand bien même elle peut avoir des effets épistémologiques et structurels sur la profession) et couvre des interventions pouvant aller de la participation au processus judiciaire aux opérations patrimoniales et commémoratives, ou encore concerner les interventions historiennes dans l’espace médiatique. A l’inverse des formes d’expertise interne, elles ont, la plupart du temps, pour propriété de révéler des clivages internes à la profession.

  • 49 Dobry (M.), Sociologie des crises politiques. Presses de Sciences Po, Paris, 1992.

34Cette typologie des formes d’expertise doit être croisée avec les types de conjoncture dans lesquelles la pratique experte s’inscrit. On peut ainsi distinguer, en suivant la modélisation dégagée par Michel Dobry49, deux types de conjonctures : routinières et critiques. En effet, ces conjonctures ont pour propriété de susciter des formes d’expertises différenciées.

35Les conjonctures critiques, en particulier, tendent à déclencher des formes d’expertise externe multiples en même temps qu’elles donnent à voir les divisions internes à la corporation. Inversement, les conjonctures routinières rendent possible une pratique continue d’expertise interne à la corporation. Cela n’exclut pas pour autant que, dans des conjonctures non directement critiques, des objets référés à des conjonctures critiques antérieures suscitent des formes d’expertise externe exerçant également des effets de clivage sur le groupe historien, comme l’attestent, par exemple, les interventions historiennes dans les procès Touvier et Papon ou encore lors de l’affaire Aubrac.

Conclusion

  • 50 Voir sur cette notion, Fritsch (P.), « Situations d’expertise et “expert système” », in CRESAL, Si (...)
  • 51 Noiriel (G.), Les origines républicaines de Vichy, op. cit. ; voir, en particulier, le premier chap (...)

36Comme d’autres disciplines scientifiques, l’histoire a été confrontée aux interrogations réflexives qui accompagnent la montée des pratiques d’expertise dans le champ des sciences humaines. Les historiens ont ainsi été amenés à questionner la place qui était la leur dans l’espace public et l’activité de leur corporation au sein de la société. Cette problématique s’est révélée d’autant plus importante que, à partir des années 1970, ces derniers se sont trouvés de plus en plus sollicités par une demande croissante d’histoire. On constate, par exemple, que l’éclatement mémoriel lié au « réveil des mémoires » à partir des années 1970, ainsi que la juridicisation des questions se rapportant au passé, dont l’adoption en 1964 du régime de l’imprescriptibilité des crimes contre l’humanité constitue l’un des points centraux, ont contribué à la multiplication des « situations d’expertise50 » dans lesquelles ont été engagés des historiens. Nombre d’entre eux ont, en effet, été amenés à intervenir dans des arènes extérieures au champ universitaire, ce qu’atteste, de façon particulièrement visible, la participation d’une partie de la profession à des procès pour crimes ou complicité de crimes contre l’humanité. Les procès de Klaus Barbie, Paul Touvier et Maurice Papon, tout comme l’instruction du cas de René Bousquet, ont notamment contribué à dessiner un questionnement nouveau sur le sens du rôle social et politique de l’histoire telle qu’elle s’exprime à travers l’expertise. Ainsi, pour Gérard Noiriel, l’idée selon laquelle l’historien serait à la fois un juge et un expert tendrait à se répandre, ce qui mettrait directement en jeu son rôle social et politique51. Sur le plan théorique, le lien qui s’exprime ainsi entre intervention savante et intervention politique permet, selon nous, d’interroger plus largement la notion d’expertise à l’aune de la catégorie d’« intellectuel spécifique », catégorie qui peut se révéler particulièrement stimulante pour éclairer le lien entre activité d’expertise et processus de politisation.

Notes

1 Cet article reprend un certain nombre de conclusions tirées de notre thèse de doctorat en science politique, L’expertise historienne dans la France contemporaine. La fonction politique de l’histoire en question, sous la dir. de Dominique Damamme, université Paris 9, décembre 2006. Cette thèse fait actuellement l’objet d’un ouvrage à paraître, La parole de l’historien. Expertise historienne et rôle politique de l’histoire dans la France contemporaine, Éd. Syllepse, Paris.

2 Vernant (J.-P.), La traversée des frontières, Le Seuil, Paris, 2004.

3 Suite à la publication du livre de Gérard Chauvy (Aubrac : mai 1943, Albin Michel, Paris, 1997) mettant en cause la responsabilité de Raymond Aubrac dans l’arrestation de Jean Moulin, Raymond et Lucie Aubrac, tout en portant plainte pour diffamation, demandent à un collège d’historiens (dont Jean-Pierre Vernant) d’examiner les conclusions portées par Gérard Chauvy. La table ronde est organisée dans les locaux de Libération et fait l’objet d’une publication dans le quotidien du 11 juillet 1997. S’en suivra une vive controverse mettant notamment en cause l’intervention des historiens dans ce contexte.

4 Vernant (J.-P.), La traversée des frontières, op. cit., p. 52-54.

5 Voir notamment Bourdieu (P.), « Le champ scientifique », Actes de la Recherche en sciences sociales, 2/3, 1976, p. 88-104 ; Homo academicus, Éditions de Minuit, Paris, 1984.

6 Voir Borillo (D.), Fassin (E.), Iacub (M.), Au-delà du PACS. L’expertise familiale à l’épreuve de l’homosexualité, Paris, Presses universitaires de France, 1999 ; voir aussi, Fassin (E.), « Le savant, l’expert et le politique », Genèses, n° 32, 1998.

7 Borillo (D.) et al., Au-delà du PACS, op. cit.. p. 3-4.

8 Bourdieu (P.), Les usages sociaux de la science. Pour une sociologie clinique du champ scientifique, INRA Éditions, Paris, 1997, p. 12.

9 Voir sur ce point notre article, « Le procès Papon : un cas d’expertise historienne », in Damamme (D.), Ribemont (T.) dir.. Expertise et engagement politique, L’Harmattan, Paris, 2001, p. 73-94.

10 Voir sur ce point, Yan (T.), « La vérité, le temps, le juge et l’historien », Le Débat, 102, novembre-décembre 1998, p. 29.

11 Dumoulin (O.), Le rôle social de l’historien. De la chaire au prétoire, Albin Michel, Paris, 2003.

12 Rousso (H.), La hantise du passé, propos recueillis par Philippe Petit, Éd. Textuel, Paris, 1998, p. 103.

13 Libération, 10 juillet 1997.

14 Remond (R.) dir., Être historien aujourd’hui, Éd. Erès, Paris/Toulouse, 1998, p. 10.

15 Rémond (R.) et al, Paul Touvier et l’Église. Rapport de la commission historique instituée par le cardinal Decourtray, Fayard, Paris, 1992, p. 13.

16 Dumoulin (O.), Le rôle social de l’historien, op. cit.. p. 13.

17 Noiriel (G.), Les origines républicaines de Vichy, Hachette, Paris, 1999, p. 22-23.

18 Ibidem, p. 23.

19 Rousso (H.), Le syndrome de Vichy de 1944 à nos jours, Le Seuil, Paris, 1990, p. 19.

20 Voir Nora (P.), « De l’histoire contemporaine au présent historique », in Ecrire l’histoire du temps présent : en hommage à François Bédarida, CNRS, Paris, 1993 ; Amalvi (C.), « Usages politiques du Moyen-Âge en France de 1970 à 2002 », colloque « Les usages politiques de l’histoire dans la France contemporaine des années 1970 à nos jours », Paris, BDIC, musée d’Histoire contemporaine, Centre d’histoire sociale, 25 et 26 septembre 2003 (consultable sur : www.histoire-sociale.univ-paris1.fr/collo/Amalvi.pdf).

21 Voir sur ce point Kaplan (S. L.), Adieu 89 (trad. fr.), Fayard, Paris, 1993.

22 Kattan (E.), Penser le devoir de mémoire, Presses universitaires de France, Paris, 2002.

23 Voir Laferte (G.), La Bourgogne et ses vins : image d’origine contrôlée, Belin, Paris, 2006.

24 Voir à cet égard, Bedarida (F.), « La dialectique passé/présent et la pratique historienne » ; in Bedarida (F.) dir., L’histoire et le métier d’historien en France 1945-1995, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Paris,1995, p. 75-85.

25 Simeant (J.), « Friches, hybrides et contrebandes : sur la circulation et la puissance militantes des discours savants », in Hamman (P.), Meon (J.-M.), Verrier (B.) dir., Discours savants, discours militants : mélange des genres, L’Harmattan, Paris, 2002, p. 20.

26 En particulier, selon l’auteur, les historiens du temps présent.

27 Voir notamment sur ce point, Deloye (Y.), « État, nation et identité nationale : pour une clarification conceptuelle », in Burgi (N.) dir., Fractures de l’État-Nation, Éditions Kimé, Paris, 1994, p. 155 ; Kok-Escalle (M.-C.), Instaurer une culture par l’enseignement de l’histoire. France 1876-1912. Contribution à une sémiotique de la culture, Peter Lang, Berne, 1988.

28 Sur ce point en général, voir Commaille (J.), Dumoulin (L.), Robert (C.) dir., La juridicisation du politique. Leçons scientifiques, LGDJ, Paris, 2000. La « judiciarisation » est un aspect spécifique du mouvement général de juridicisation de la société et de la sphère politique, aspect qui se caractérise par un rôle croissant des institutions et des technologies judiciaires dans la régulation des problèmes sociaux. Sur ce point, voir aussi plusieurs contributions réunies dans Israël (L.), Sacriste (G.), Vauchez (A.), Willemez (L.) dir., Sur la portée sociale du droit, Presses universitaires de France/CURAPP, Paris, 2005.

29 Voir notamment, Trepos (J.-Y.), La sociologie de l’expertise, Presses universitaires de France, Paris, 1996.

30 Giddens (A.), La constitution de la société (trad. fr.), Presses universitaires de France, Paris, 1987.

31 Simeant (J.), « Friches, hybrides et contrebandes : sur la circulation et la puissance militantes des discours savants », in Fiamman (P.), Meon (J.-M.), Verrier (B.) dir., op. cit., p. 18.

32 Damamme (D.), « Michel Crozier, intellectuel, sociologue, expert », in Damamme (D.), Ribemont (T.) dir., Expertise et engagement politique, op. cit., p. 95.

33 Voir sur ce point, Sarfatti Larson (M.), « A propos des professionnels et des experts, ou comment il peut être utile d’essayer de tout dire », Sociologie et sociétés, vol. XX, no 2, octobre 1988, p. 23-40.

34 Delmas (C.), « Pour une définition non positiviste de l’expertise », in Damamme (D.) ; Ribemont (T.) dir., op. cit., p. 18.

35 Trepos (J.-Y.), Sociologie de l’expertise, Presses universitaires de France, Paris, 1996.

36 Damamme (D.), « Michel Crozier, intellectuel, sociologue, expert », op. cit.. p. 98.

37 Castel (R.), « L’expert mandaté et l’expert instituant », in CRESAL, Situations d’expertise et socialisation des savoirs, CRESAL, 1985, p. 85.

38 Restier-Melleray (C.), « Experts et expertise scientifique. Le cas de la France », Revue-française de science politique, vol. 40, no 4, 1990, p. 546-585.

39 Voir par exemple sur ce point Mouchard (D.), « Les mouvements sociaux, laboratoires de la démocratie », La vie des idées, 7 septembre 2010.

40 Castel (R.), « Savoirs d’expertise et production de normes », in Chazel (F.), Commaille (J.) dir., Normes juridiques et régulation sociale, Paris, LGDJ, 1991, p. 177-189 ; voir aussi sur ce point, Memmi (D.), Les gardiens du corps. Dix ans de magistère bioéthique, Éd. de l’École des hautes études en sciences sociales, Paris, 1996.

41 On se rapproche ici de la perspective développée par Erik Neveu (Sociologie des mouvements sociaux, La Découverte, Paris, 2000) et Michel Offerle (Sociologie des groupes d’intérêt, Montchrestien, Paris, 1994).

42 Foucault (M.), « La fonction politique de l’intellectuel », Dits et écrits, t. II, Gallimard, Paris, 2001, p. 109-114.

43 Ibidem, p. 109.

44 Voir sur ce point, Damamme (D.), « Michel Crozier, intellectuel, sociologue, expert », in Damamme (D.) ; Ribemont (T.) dir., Expertise et engagement politique, op. cit.

45 Foucault (M.), op. cit., p. 113.

46 Voir sur ce point, « La recherche et l’engagement : utiliser Foucault en sciences sociales », entretien avec Éric Fassin et Gérard Noiriel, in Meyet (S.), Naves (M.-C.), Ribemont (T.) dir., Travailler avec Foucault. Retours sur le politique, L’Harmattan, Paris, 2005, p. 194.

47 Voir sur ce point, Ribemont (T.), L’expertise historienne dans la France contemporaine, op. cit.

48 Pierre Lascoumes distingue notamment l’expertise comme « source de normativité interne » et l’expertise comme « source de normativité externe ». A ces deux formes, il ajoute l’expertise comme « source de normativité décisionnelle » en lien avec la technicisation de la société et de l’action publique, cette dernière modalité de l’expertise n’étant pas exclusive des deux autres. Voir sur ce point son article, Lascoumes (P.), « L’expertise, de la recherche d’une action rationnelle à la démocratisation des connaissances et des choix », Revue française d’administration publique, 2002/3, no 103, p. 369-377.

49 Dobry (M.), Sociologie des crises politiques. Presses de Sciences Po, Paris, 1992.

50 Voir sur cette notion, Fritsch (P.), « Situations d’expertise et “expert système” », in CRESAL, Situations d’expertise, op. cit., p. 17-47.

51 Noiriel (G.), Les origines républicaines de Vichy, op. cit. ; voir, en particulier, le premier chapitre de l’ouvrage, intitulé « Pour une autre histoire du temps présent », p. 9-43.

Auteur

Maître de conférences en science politique – université Paris 13 Nord et chercheur au centre de recherche sur l’action Locale (CERAL) – université Paris 13 Nord.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search