Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Savoirs experts et profanes dans la construction des problèmes publics

 | 
Ludivine Damay
, 
Denis Benjamin
, 
Denis Duez

Chapitre 3. La construction du changement climatique comme problème public – débat médiatique et expertise climatique en France et en Allemagne

Stefan C. Aykut

Texte intégral

  • 2 La « convention cadre des Nations unies sur le changement climatique » adoptée le 9 mai 1992 et en (...)
  • 3 Beck (U.), La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Éditions Aubier, Paris, 2001(19 (...)
  • 4 Ces thèmes sont présents déjà dans la « société du risque », notamment dans l’introduction, où Bec (...)
  • 5 Comme le fait depuis longtemps le courant de la « géographie critique » : Harvey (D.), The Conditi (...)

1Il ne fait plus aucun doute aujourd’hui que le changement climatique est une des menaces les plus complexes qui pèsent sur notre avenir et l’un des défis les plus urgents à relever pour la communauté internationale. En témoigne le processus unique de concertation et de négociations internationales sous l’égide des Nations unies, qui a donné naissance à deux conventions internationales2, et à une panoplie d’initiatives, de lois et de programmes nationaux visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre. Le changement climatique et son traitement politique sont aussi devenus l’objet d’innombrables études en sciences sociales. De par sa nature, le réchauffement de notre planète incarne les nouveaux problèmes auxquels nos sociétés sont confrontées dans la « crise écologique » : il est premièrement radicalement « transnational », parce que les émissions de gaz à effet de serre dans un coin du monde affectent toute la planète, ce qui implique l’impossibilité de solutions purement nationales ; deuxièmement, ce phénomène est indétectable et ingérable sans l’appui des sciences naturelles, économiques et sociales. Comme l’a montré Ulrich Beck en 1986, dans son ouvrage La société du risque3, ce constat s’étend à l’ensemble des « nouveaux risques » auxquels nous sommes confrontés. Il met en cause deux paradigmes fondateurs des sciences sociales, à savoir la focalisation sur l’État-nation comme cadre d’analyse et la séparation entre nature et culture, et plus spécifiquement entre domaines scientifique et politique4. Les nouveaux paradigmes de recherche devront donc tenir compte des différentes échelles d’action et de leur interaction5. Ils devront focaliser leur attention sur les lieux multiples et protéiformes de production de savoirs et sur leur influence sur la société et sur le processus politique.

  • 6 Miller (C. A.) et Edwards (P. N.) eds., Changing the Atmosphere : Expert Knowledge and Environmenta (...)
  • 7 Le GIEC est l’organe d’expertise de la Convention climat. Il produit régulièrement des rapports sy (...)
  • 8 Or, une expertise intergouvernementale soigneusement élaborée par les scientifiques et en principe (...)

2Ces deux constats ont ouvert la voie à de nombreux travaux de recherche en sciences sociales sur le traitement du changement climatique, recherches qui prennent comme objet d’analyse non seulement le processus international de négociations, mais aussi les interactions entre sciences et politiques climatiques à l’échelle globale6, et notamment l’élaboration d’une expertise climatique au sein du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC)7. Or, s’il y a aujourd’hui – à juste titre – une grande variété de travaux qui explorent l’arène globale du changement climatique, il y en a beaucoup moins qui abordent la question de la persistance des spécificités nationales dans le contexte d’un processus global de négociations qui réunit tous les ans, depuis 1995, les gouvernements du monde entier8. Cette question se trouve par conséquent au centre de cet article. En vue d’y apporter quelques réponses, nous présenterons une analyse des débats et de l’expertise climatique en France et en Allemagne, et ce, afin de retracer la formation – très différente dans les deux pays – d’un terrain d’entente sur le changement climatique que nous appellerons « cadrage ». Nous désignerons par là un accord tacite entre scientifiques, medias, et politiques concernant la « nature » du changement climatique, le danger imminent ou potentiel qu’il représente, et les politiques à même d’y répondre.

3Pour aborder cette problématique, nous présenterons dans un premier temps une étude du débat médiatique tel qu’il s’est développé depuis les années 1980. Nous nous tournerons ensuite vers les institutions et comités d’expertise climatique existant des deux côtés du Rhin pour analyser l’organisation de l’expertise et sa fonction dans le processus politique, ainsi que le contenu des rapports les plus importants. En analysant l’expertise, nous constaterons que des différences nationales existent bel et bien, ce qui permet de comparer ce qui est localement considéré comme un « savoir objectif » dans un contexte hautement politisé.

I. Analyse des médias

  • 9 Recherches Lexis-Nexis, Europresse et dans un cas en utilisant l’archive en ligne du journal (Spie (...)
  • 10 Signal stable : plus de deux articles par journal par an pour une période d’au moins deux ans cons (...)

4L’objectif de l’analyse médiatique est de décrire les dynamiques du débat sur le changement climatique en France et en Allemagne, ainsi que d’en déterminer les thèmes dominants. Pour répondre à cette double exigence, cette analyse comporte un volet quantitatif et un volet qualitatif. Dans un premier temps, une recherche a été effectuée dans les archives de trois journaux allemands et français afin de trouver tous les articles traitant du changement climatique à partir de l’année 19869, date à laquelle un signal médiatique stable10 a pu être détecté en Allemagne (1987 en France). Pour garantir la représentativité et la comparabilité, trois journaux de genres différents ont été choisis dans les deux pays : un grand quotidien national (Le Monde et la Frankfurter Allgemeine Zeitung, FAZ), un quotidien régional (Sud-Ouest et Westdeutsche Allgemeine Zeitung, WAZ), et un journal hebdomadaire de grande diffusion (L’Express et Der Spiegel). Dans un deuxième temps, le contenu des articles a été analysé afin de le mettre en relation avec des évènements nationaux (décisions importantes, rapports, évènements extrêmes, etc.) et internationaux en lien avec le changement climatique (réunions importantes au sein de la Convention Climat, rapports du GIEC, etc.). Les résultats de cette recherche sont visualisés dans les schémas I, II et III.

  • 11 Arbeitskreis Energie der DPG, « Warnung vor einer drohenden Klimakatastrophe durch den Menschen », (...)
  • 12 Der Spiegel, « Ozon-Loch, Pol-Schmelze, Treibhaus-Effekt, Forscher warnen : Die Klima-Katastrophe  (...)
  • 13 La succession des crises environnementales a eu comme corollaire la création du ministère de l’Env (...)

5On constate tout d’abord, dans une première période qui dure jusqu’à la signature du protocole de Kyoto en 1997 (lors de la troisième conférence des parties de la Convention Climat, COP3), une différence de « temporalités » et « d’intensité » des débats climatiques des deux côtés du Rhin. Le débat commence en Allemagne en 1986 par un coup d’éclat lorsqu’un un groupe de scientifiques publie un « avertissement contre une catastrophe climatique imminente provoquée par l’homme11 », repris à la une par le magazine Der Spiegel le 11 août 1986 sous le titre « La catastrophe climatique12 ». La rédaction du Spiegel choisit un motif alarmiste pour cette première page en montrant dans un photomontage la cathédrale de Cologne, une des plus grandes d’Allemagne, comme seul bâtiment dépassant des eaux après une inondation du centre ville. Faisant appel à des peurs bien réelles d’inondations dans différentes parties de l’Allemagne, ce motif a été reproduit sous diverses formes depuis, au point de devenir l’un des symboles du changement climatique en Allemagne. Le thème de la catastrophe climatique sera repris par plusieurs autres journaux en pleine crise écologique, et notamment après les discussions sur la « mort des forêts » (Waldsterben), le « trou d’ozone » et, quelques mois plus tard, l’accident de Tchernobyl13. Le système politique allemand réagit à la pression croissante des médias et de l’opinion publique par une activité intense dans le domaine. Cette activité conduit notamment à la création d’une première commission d’enquête parlementaire sur le sujet (PEK I, 1987-90) et à la remarquable décision unilatérale du gouvernement Kohl, en 1990, de réduire les émissions allemandes de 25 % à l’horizon 2005 (décision du cabinet du 13 juin 1990).

Schéma I – Comparaison France Allemagne

Schéma I – Comparaison France Allemagne

Schéma II – Journaux allemands

Schéma II – Journaux allemands

Schéma III – Journaux français

Schéma III – Journaux français

L’axe vertical montre la fréquence relative d’articles traitant du changement climatique (nombre d’articles divisé par nombre d’éditions par an). Les trois journaux sont : un grand hebdomadaire national (Der Spiegel/L’Express), un journal national (Frankfurter Allgemeine Zeitung, FAZ/Le Monde), et un journal régional (Westdeutsche Allgemeine Zeitung, WAZ/Sud-Ouest). La courbe en trait plein montre la moyenne des trois journaux choisis. Le graphique présente aussi quelques évènements majeurs qui ont eu un impact sur la presse en distinguant les rapports du GIEC et les évènements internationaux des évènements nationaux (flèches solides).

  • 14 Une exception est la campagne du journal Libération avec plusieurs articles et la publication d’un (...)

6En France, le débat prend plus longtemps à s’établir. L’intérêt politique pour le domaine se manifeste à partir de 1989, soit un an après l’important sommet climatique international à Toronto, et une année après la nomination d’un nouveau gouvernement emmené par le Premier ministre Michel Rocard et comprenant en son sein, comme secrétaire d’État, puis comme ministre de l’Environnement, Brice Lalonde, cofondateur et ancien président des Amis de la Terre, mais aussi candidat écologiste à la présidence de la République. Les signaux attestant que la question est désormais prise au sérieux par le pouvoir politique se multiplient par la suite. Le 4 mars 1989, un colloque « Atmosphère et climat » est organisé à l’Assemblée nationale à l’initiative de son président. Les 12 et 13 juin 1989, le ministre de la Recherche et de la technologie les 12 et 13 organise un sommet « Planète Terre » dont la clôture devient un évènement grâce à la présence du président Mitterrand. Michel Rocard en appelle à la convocation d’un « groupe interministériel français sur l’effet de serre » (GIES, plus tard MIES) qui rendra son premier rapport au gouvernement en 1990. La prise en compte croissante des questions écologiques par les grands partis politiques répond à deux évolutions qui convergent dans cette période : le succès croissant des partis verts aux élections municipales et européennes (avec des scores de respectivement 9 % et 10,6 % des suffrages en 1989) d’une part et, d’autre part, la multiplication des rapports, conférences et traités environnementaux au niveau international (traités sur la protection de la couche d’ozone, rapport Brundtland, premières conférences climatiques). Néanmoins, l’attention médiatique pour la question du changement climatique reste très modeste dans cette période, et l’activisme semble, à quelques exceptions près, limité au système politique et de courte durée14.

  • 15 M. Hourcade fait un argument similaire dans un article sur les négociations climat : Hourcade (J.- (...)

7Le débat médiatique français reste très dépendant des grandes échéances internationales comme le « Sommet de la Terre » à Rio de Janeiro en 1992 ou les conférences climatiques de Bonn (1995) et de Kyoto (1997). Il ne développe pas à ce stade une dynamique propre15. Le manque de pression médiatique et populaire explique en partie la diminution de l’intérêt politique pour la question après le sommet de Rio. Nous pouvons donc conclure pour cette première période qu’il existe une différence importante entre les débats allemand et français concernant la relation entre action gouvernementale et couverture médiatique : on assiste en Allemagne à la naissance d’un débat public, porté et traduit par la presse en problème politique, tandis que la première phase du débat climatique en France est caractérisée par un activisme administratif et une quasi-absence de débat public et médiatique en dehors des périodes des grandes conférences internationales.

  • 16 Le premier « rapport de synthèse », date de 1990, le deuxième de 1995. Tous les deux ont été édité (...)

8Ce constat commence à changer à partir de 1997. Le débat s’établit également en France et l’attention médiatique ne tombera plus significativement sous le niveau de cette année. Pour les deux pays, l’année 2001 marque un nouveau record dans la couverture médiatique de la question qui s’explique par plusieurs évènements internationaux : l’échec de la conférence de La Haye (COP6) en 2000 et la tenue d’une deuxième conférence (COP6bis) à Bonn, l’annonce par la nouvelle administration Bush de sa volonté de renoncer à la ratification du protocole de Kyoto, ou encore la publication du troisième rapport de synthèse du GIEC (AR3)16. Or, avant et après cette année le débat est de plus en plus rythmé par les circonstances nationales. Les journaux suivent désormais de près l’élaboration des politiques climatiques : plan national de lutte contre le changement climatique (PNLCCC) et plan Climat en France ; programmes nationaux de protection du climat en Allemagne. Des évènements climatiques extrêmes telles les tempêtes de l’hiver 1999, la canicule de 2003 en France ou les crues de 1997 et 2002 en Allemagne sont de plus en plus interprétés dans la presse comme autant de « signes » du changement climatique. Un autre indicateur de l’autonomie croissante du discours médiatique dans cette période est le fait que les journaux régionaux s’intéressent de plus en plus à la question. L’écart entre ceux-ci et les grands quotidiens nationaux, naturellement plus réceptifs aux questions internationales, se réduit constamment pour disparaître en 2005 en France et en 2007 en Allemagne. A compter de ces dates, le débat peut être considéré comme réellement « localisé ».

9La différence de ton entre les discours médiatiques français et allemands reste néanmoins significative sur deux registres : la « contestation » de la thèse d’un réchauffement anthropique est plus marquée en France qu’en Allemagne pendant toute la période de l’analyse, tandis que « l’alarmisme » qui marque le discours allemand avec quelques variations jusqu’à aujourd’hui est quasiment absent du débat français.

  • 17 Mccright (A. M.) et Dunlap (R. E.), « Challenging global warming as a social problem : an analysis (...)
  • 18 Lenoir (Y.), La vérité sur l’effet de serre, La Découverte, Paris, 1992 ; Fourcans (A.), Effet de s (...)
  • 19 Le premier est volcanologue, directeur de recherches au CNRS et personnage médiatique, secrétaire (...)
  • 20 Tazieff (H.), « Contrepoint. Effet de serre et "trou d’ozone" » Le Monde, 2 juin 1992, supplément ; (...)
  • 21 « […] une part dominante des journaux et magazines participent à la formation de l’idée que tout l (...)

10Dans aucun des deux pays, le phénomène des « sceptiques » n’a toutefois atteint des proportions comparables à celles qui sont décrites pour les États-Unis17. Dans les deux cas, le discours médiatique est plus ou moins homogène : une grande majorité des articles partent de la thèse d’un réchauffement climatique provoqué par l’homme. Néanmoins, une minorité active de « sceptiques » a réussi à s’établir sur la scène médiatique française durant toute la période analysée, d’un côté par des publications révélant aux lecteurs « la vérité sur l’effet de serre », « le grand mensonge » ou encore affirmant que « les scientifiques ont perdu le nord18 », de l’autre côté par des articles et des tribunes dans la presse écrite. Les principaux « sceptiques » en France sont, dans l’ordre chronologique de leur apparition sur la scène médiatique, Haroun Tazieff, Claude Allègre, Vincent Courtillot, ou encore Serge Galam19. La plupart partagent une réputation scientifique impeccable dans leur domaine, mais ne sont pas des « climatologues ». Le son de cloche est le même dans un grand nombre d’articles qui critiquent la thèse d’un réchauffement climatique d’origine anthropique. Ces derniers font appel à la rationalité de la science en prétendant que la science climatique est idéologiquement pervertie ou qu’il ne s’agit pas de la « bonne science ». Contre ces « rumeurs », « prétendues certitudes scientifiques » et la « conscience sans science », les auteurs érigent le « droit au doute scientifique ». En 2007, Serge Galam peut écrire dans Le Monde qu’il n’y a « pas de certitude scientifique sur le climat20 ». Cette défense de la Science (avec un grand « S ») contre une idéologie dangereuse et obscurantiste issue de la « deep ecology » anglo-saxonne représente selon Jean-Charles Hourcade, observateur attentif et acteur de cette période, une « spécificité française21 ».

  • 22 Weingart (P.), Engels (A.) et Pansegrau (P.), « Risks of communication : discourses on climate chan (...)
  • 23 Downs (A.), « Up and down with ecology. The “issue-attention cycle” », Public Interest, vol. 28, 19 (...)

11Du côté allemand, le phénomène des « sceptiques » se présente de façon différente. Il est tout d’abord limité dans le temps. Selon Peter Weingart, qui a réalisé avec son équipe l’analyse la plus détaillée à ce jour du discours médiatique allemand sur le changement climatique, la contestation gagne une certaine visibilité dans la période des discussions sur le protocole de Kyoto (1997). Il parle dans ce contexte d’un « backlash » médiatique en réaction à l’alarmisme des débuts22. En fait, le débat devient de plus en plus technique dans cette période et ne porte plus uniquement sur le changement climatique et ses dangers potentiels, mais de plus en plus sur les mesures concrètes à prendre, les instruments économiques et les négociations internationales. Dans la logique d’une théorie très répandue dans l’analyse des médias, celle des « issue attention cycles23, » l’intérêt des médias pour la question ainsi technicisée diminue, ce qui ouvre la voie aux contestations de toutes sortes. Risquons donc d’abord un regard sur la presse de l’année en question.

  • 24 Die Zeit, « Der Treibhauseffekt ist ein Märchen », vol. 31, 25 juillet 1997 ; Bastar (T.), « Der S (...)
  • 25 Thüne (W.), Der Treibhaus-Schwindel, Wirtschaftsverlag Discovery Press, Saarbrücken, 1997. Diplômé (...)
  • 26 Une traduction française se trouve sur le site de Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Appel_d (...)
  • 27 SEPP et Europaïsche Akademie für Umweltfragen, The Leipzig Declaration on Climate Change, The Scie (...)

12Die Zeit titre en 1997 : « L’effet de serre est un conte de fée », et « les météorologues ont perdu leur catastrophe ». Dans le Sonntagsblatt, on lit : « Le scénario catastrophiste : est-ce seulement de l’alarmisme ?», dans le Westfalen-Blatt, un peu plus tôt : « L’hystérie du climat – les preuves scientifiques font défaut », et, finalement, dans le Spiegel : « La fin du monde est annulée24 ». Le backlash est donc bien réel. Il s’appuie sur des publications comme L’escroquerie de l’effet de serre du médiatique Wolfgang Thüne25 et sur des initiatives comme « l’appel d’Heidelberg » (1992)26 ou la « déclaration de Leipzig » (1995/1997)27, c’est-à-dire autant de signes d’un malaise de l’ establishment scientifique face à la montée de l’écologie politique.

  • 28 Aucun des « sceptiques » n’a publié dans des revues climatologiques (Rahmstorf (S.), « Flotte Kurv (...)

13Or la controverse allemande semble avant tout conjoncturelle et « importée » : l’appel d’Heidelberg est initié par Michel Salomon, un médecin et scientifique français tandis que la déclaration de Leipzig l’est par le SEPP (Science and Environmental Policy Project) de Fred Singer, un « sceptique » américain. Les deux initiatives n’ont d’ailleurs que peu d’échos dans la presse allemande. Faute de scientifiques reconnus28 ou de figures charismatiques, l’intérêt pour les thèses des contestataires retombe assez vite après 1997.

  • 29 Weingart (P.), Engels (A.) et Pansegrau (P.), op. cit.
  • 30 La Société pour la langue allemande (Gesellschaft für deutsche Sprache, GfdS) désigne depuis 1977 (...)

14Le discours allemand reste marqué durant cette période par l’alarmisme de ses débuts. L’utilisation du terme « catastrophe climatique » – quasiment absent du débat français, nous l’avons dit – représente une spécificité du débat allemand29. Même si cet alarmisme s’atténue à partir de 1997, l’expression continue à être utilisée et à structurer le débat par la suite. En témoigne une anecdote : en 2007, année d’une nouvelle explosion médiatique autour du sujet du changement climatique, l’expression « Klimakatastrophe » est élue « mot de l’année » par la Société de la langue allemande30.

II. Comment penser l’expertise ?

  • 31 Habermas (J.), « Scientifisation de la politique et opinion publique », in La technique et la scien (...)
  • 32 Beck (U.), Risikogesellschaft. Auf dem Weg in eine andere Moderne, Suhrkamp, Frankfurt am Main. 198 (...)

15L’expertise scientifique et technique devient aujourd’hui de plus en plus présente et indispensable dans le processus politique. On peut voir dans ce phénomène la tendance à la rationalisation de la bureaucratie moderne décrite par Max Weber ou condamner, comme Habermas, les tendances technocratiques de nos démocraties occidentales31. Mais il est clair que sans les comités d’experts, les observatoires techniques et missions parlementaires, ou encore sans les rapports produits par les grandes institutions internationales d’expertise, le politique serait littéralement « aveugle » face à la plupart des problèmes modernes et certainement face aux risques écologiques32. Or quels sont ces lieux hybrides dans lesquels l’expertise est produite et quelle est leur fonction dans le processus politique ?

  • 33 Lasswell (H. D.) et Kaplan (A.), Power and Society. A Framework for Political Inquiry, Yale Univers (...)
  • 34 Jasanoff (S.), The Fifth Branch : Scientific Advisers as Policy Makers, Harvard University Press, C (...)
  • 35 Merton (R. K.), « The normative structure of science », in The Sociology of Science, Chicago Univer (...)
  • 36 Pour la première phase des « études de laboratoire » voir : Latour (B.), Science in Action, How to (...)

16Traditionnellement, la relation entre sciences et politique est décrite en deux étapes distinctes et successives : l’établissement d’un consensus scientifique sur une question précède idéalement son traitement politique. Ce « modèle linéaire » de l’interface science-politique repose sur une séparation spatiale et temporelle des processus politique et scientifique et sur une relation particulière entre ces deux processus résumée par le slogan « Speaking-truth-to-power33 ». Parmi les critiques du modèle linéaire, la communauté des « études des sciences et techniques » (Science and Technology Studies, STS) a été particulièrement active34. Elle a tout d’abord rejeté l’idée selon laquelle le domaine scientifique serait régi par un système de normes distinctes, comme le désintéressement et l’universalisme (« normes mertoniennes35 »), et donc clairement séparable du monde social et politique. Elle a montré ensuite comment les frontières entre les deux domaines sont construites et constamment renégociées. Enfin, cette communauté a montré comment les problèmes publics sont toujours « co-produits » dans un processus complexe qui lie dès le départ développements scientifiques et politiques36.

  • 37 Van der Sluijs et al. notent dans une étude sur la fonction du consensus climatique : « Leading sc (...)

17Malgré ces nombreux et importants travaux, l’idée qu’un consensus scientifique préalable favorise la formulation efficace de politiques publiques reste très influente en pratique et en théorie, notamment dans l’étude des relations internationales37. De ce point de vue, souvent appelé « consensus view », la persistance d’incertitudes scientifiques constitue un obstacle majeur au bon déroulement du processus politique et l’expertise a non seulement le rôle d’informer le pouvoir, mais aussi celui d’établir un consensus scientifique sur les questions politiquement sensibles, afin de limiter l’espace de controverse aux questions strictement politiques. Réduire les incertitudes augmenterait donc automatiquement les chances de voir se conclure un accord politique.

  • 38 L’idéal du « speakingtruth-to-power » est très présent dans la mission du GIEC, qui met l’accent s (...)
  • 39 Boehmer-Christiansen (S. A.), « Global climate protection policy : the limits of scientific advice (...)
  • 40 Sur les relations entre cet organe (le SBSTA) et le GIEC : Miller (C. A.), « Climate Science and t (...)

18Dans le champ du changement climatique, le GIEC, institution unique récompensée par le prix Nobel de la paix, a réussi à s’imposer en tant que source privilégiée d’expertise pour les négociations climatiques internationales et a favorisé le développement d’une compréhension commune de la réalité et de la dangerosité du changement climatique anthropique. Au premier abord, cet exploit semble conforter le modèle linéaire, au centre de l’autodescription du GIEC qui se définit comme un organe d’expertise informant la décision politique mais politiquement neutre (« policy relevant, but policy neutral38 »). Or, une analyse plus détaillée montre que le GIEC n’a jamais été « politiquement neutre39 ». Si l’organe d’expertise international a su regagner son autorité après une période de crise et de contestations virulentes de la part de pays et scientifiques du Sud au milieu des années 1990, c’est précisément parce que son organisation institutionnelle a été révisée afin d’y introduire des critères de représentativité (plus grande participation de scientifiques des pays en voie de développement), tandis que la création d’un organe intermédiaire a permis aux pays de la Convention climat d’avoir plus d’influence sur les sujets traités par le GIEC40. Le fait qu’une certaine « politisation » de l’expertise ait précisément permis au GIEC de réaffirmer son autorité ne manque pas d’ironie. Notons aussi que les nouvelles attaques contre le GIEC (« Climategate ») portent en partie sur sa supposée « neutralité » politique.

  • 41 Roqueplo (P.), « L’expertise scientifique : convergence ou conflit des rationalités », in Theys (J. (...)
  • 42 Beck (U.), Gegengifte. Die organisierte Unverantwortlichkeit, Suhrkamp, Frankfurt am Main, 1988.
  • 43 Callon (M.) et Rip (A.), « Forums hybrides et négociations des normes sociotechniques dans le domai (...)

19Comme l’a noté Philipe Roqueplo, un des théoriciens de l’expertise en France, l’expert est toujours confronté à la tâche délicate d’être en même temps reconnu scientifiquement et accepté politiquement41. Le travail entre sciences et politique est dangereux parce que les experts se doivent de gérer les risques symétriques d’être désavoués par le monde académique s’ils sont trop « politiques » et de ne pas atteindre le monde politique si leurs rapports sont trop « techniques ». Soucieux de maintenir l’indépendance de la science et de permettre en même temps au débat démocratique de se développer, la solution de Roqueplo consiste à séparer soigneusement des « parlements du savoir », destinés à établir scientifiquement et à l’abri des controverses l’état des connaissances, et des « espaces dialectiques » pour le débat contradictoire entre experts. Cette approche, si elle a le mérite d’encourager le débat public entre experts, repose néanmoins sur la distinction nette entre sphère scientifique et arène politique. Ulrich Beck propose également, quoique dans une perspective légèrement différente, la controverse publique entre expertises scientifiques pour ouvrir des espaces à la réflexion et à l’action politiques42. Les deux approches ont en commun de rendre publiques les controverses entre experts. Or, si la publicisation des controverses à la frontière entre sciences et politique reste chez Roqueplo un moyen de maintenir cette frontière, Beck souligne la nécessité d’intégrer profanes et parties prenantes dans l’élaboration de l’expertise. Il conteste ce faisant la stricte séparation entre les deux domaines. Récemment, des sociologues des sciences français sont allés plus loin dans cette voie en proposant de constituer des « forums hybrides » et des « parlements des choses » afin de fonder une véritable « démocratie technique43 » qui intègrerait les parties prenantes et les publics profanes dans le traitement politique des questions sociotechniques.

  • 44 O’Riordan (T.), « Approaches to regulation », in Otway (H.) et Peltu (M.) dir., Regulating Industri (...)
  • 45 Jasanoff (S.), Designs on Nature. Science and Democracy in Europe and the United States, Princeton (...)

20Ce premier courant de pensée a donc déplacé les discussions sur l’expertise de l’impossible séparation des sphères à une description plus détaillée des mécanismes de co-production des savoirs et de l’ordre social et politique, et mis l’accent sur la nécessité d’une organisation plus démocratique de ce processus. Un deuxième corpus de textes, issus de la comparaison de systèmes politiques, a mis l’accent sur les différences empiriques dans l’organisation de l’expertise d’un pays à l’autre, et donc sur la question de la « culture politique ». Plusieurs auteurs prennent ainsi comme objet l’État et ses institutions afin de montrer les conceptions spécifiques dans chaque État de ce qui constitue une décision légitime et de quelle façon l’expertise est mobilisée dans le processus politique44. Dans le contexte des STS, cette question a été reformulée pour comprendre comment l’expertise publique fait appel à des conceptions culturellement et historiquement spécifiques de ce qui est un savoir « objectif ». La notion d’« épistémologie civique » de Sheila Jasanoff postule l’existence de « public knowledge ways », différents d’un État à l’autre, qui structurent le débat public sur les sciences ainsi que l’organisation de l’expertise publique45. Cette notion apparaît particulièrement intéressante parce qu’elle insiste sur les liens entre objectivité scientifique et légitimité politique : dans la mesure où dans nos sociétés pratiquement tous les champs de l’action politique sont imprégnés de questions sociotechniques, le système politique doit désormais démontrer qu’il dispose des meilleures connaissances disponibles et qu’il agit en fonction de ces connaissances. La production d’objectivité devient donc un enjeu public.

  • 46 Goffman (E.), Frame Analysis. An Essay on the Organisation of Experience, Cambridge University Pres (...)
  • 47 Entman (R.), « Framing : toward clarification of a fractured paradigm », Journal of Communication, (...)
  • 48 Hajer (M.), « Discourse Coalitions and the Institutionalisation of Practice : the Case of Acid Rain (...)
  • 49 Litfin (K.T.), « Framing Science : Precautionary Discourse and the Ozone Treaties », in Millennium  (...)

21De cette littérature, nous retiendrons la nécessité de prendre au sérieux les questions d’organisation et de fonctionnement des processus d’expertise. Dans la comparaison entre la France et l’Allemagne, il sera donc important de comprendre comment les pouvoirs publics organisent l’expertise et comment légitimité de l’action publique et objectivité des savoirs mobilisés interagissent. Dans un deuxième temps, les rapports d’expertise seront étudiés afin de montrer que, loin d’être uniquement des synthèses « neutres » de l’état des connaissances, ils contribuent à « cadrer » le débat en imposant certains thèmes et interprétations. Notons que le terme « cadrage » (framing) a une histoire riche dans les sciences politiques contemporaines, notamment grâce aux travaux de Goffman46. Il a été repris dans le cadre de l’analyse des médias pour décrire comment les médias transforment un problème public en sujet d’actualité et comment cette transformation agit sur la compréhension et le traitement politique du problème en question47. Hajer a introduit le terme dans l’analyse de discours au sens large dans le cadre de ce qu’il appelle des « discourse coalitions48 ». Sous l’influence des STS, finalement, le concept a été étendu à l’analyse des formulations scientifiques ou expertes d’un problème. Le cadrage scientifique, comme les cadrages médiatiques ou discursifs, n’est pas neutre. Il contribue à façonner l’imaginaire collectif et agit sur le traitement politique d’un problème49. La notion renvoie à la formulation d’un problème sociotechnique dans les discours savants et publics, aux liens établis avec d’autres questions et aux manières de traiter ce problème (solutions technologiques ou politiques, approches globales ou locales, etc.) souvent sous-jacentes à l’évaluation du problème.

22Le cadrage de la question climatique quant à la gravité et à l’urgence du problème est, nous l’avons vu, différent dans les médias français et allemands. L’analyse de l’expertise vise à explorer dans quelle mesure ce constat s’étend à la littérature « experte ». La comparaison de l’expertise climatique dans les pages qui suivent montre des différences quant à l’organisation du processus d’expertise, et au cadrage du problème dans les rapports du début des années 1990 dans trois points : « l’imminence », « l’échelle » et le traitement de « l’incertitude ». Développons brièvement ces points en commençant par la dimension institutionnelle.

III. Dimensions institutionnelles de l’expertise

23L’expertise climatique est élaborée dans les deux pays par une multitude de comités scientifiques et de commissions d’experts, avec des tâches spécifiques et une composition distincte pour chaque institution. En Allemagne, trois types d’institutions ont été importants : les commissions d’enquête parlementaires « (précaution pour la) protection de l’atmosphère » (PEK I et PEK II) créées respectivement en 1987 et 1991, un « groupe de travail interministériel CO2 » (IMA CO2), chargé en 1990 d’élaborer les détails techniques d’une politique de réduction des émissions, et un « comité scientifique changements globaux environnementaux » (WBGU) auprès du gouvernement fédéral, qui publie régulièrement depuis 1992 des rapports de synthèse sur des sujets environnementaux globaux.

  • 50 Académie des sciences, « L’effet de serre », Rapport no 31 (nov.), Paris, 1994.
  • 51 Jugée trop indépendante par le pouvoir exécutif, la CFDD sera remplacée au début des années 2000 p (...)
  • 52 Tubiana (L.), Environnement et développement durable : l’enjeu pour la France. Rapport au Premier m (...)
  • 53 Le parlement s’intéresse très tardivement à la question et demande un premier rapport en 1999 à la (...)

24En France, les premiers rapports ont été fournis par le « groupe interministériel sur l’effet de serre » (GIES), créé en 1989 par le gouvernement Rocard et devenu une « mission interministérielle » (MIES) permanente par la suite. Parallèlement, le gouvernement a demandé un rapport de synthèse sur l’état des connaissances sur les mécanismes climatiques à l’Académie des sciences, prestigieuse et ancienne institution scientifique, qui a publié un premier rapport en 1990, réédité en 199450. Ce dispositif est complété à la suite du sommet mondial de Rio sur le développement durable par la création, en 1993, de la Commission française du développement durable (CFDD)51, qui remet à partir de 1994 chaque année un rapport au Gouvernement qui est rendu public. La CFDD a remis fin 1996 un rapport qui a largement servi de base pour l’élaboration de la Stratégie nationale du développement durable publiée en février 199752 et a constitué en son sein en 1997 deux groupes de travail sur des sujets climatiques (les négociations de la Convention climat et le transport et l’énergie). L’année 2001 a vu l’émergence d’une nouvelle institution d’expertise au niveau gouvernemental : l’Observatoire national sur les effets du réchauffement climatique (ONERC), chargé de travailler sur les questions de risques climatiques et d’adaptation. Il est frappant dans le cas français que toute l’expertise sur la question climatique est concentrée durant cette période au niveau du pouvoir exécutif : MIES, CFDD et ONERC sont directement rattachés aux ministères ou aux services du Premier ministre53. Outre les poids différents de l’expertise parlementaire dans les deux pays, on remarque que l’organisation de l’expertise diffère sur deux points : la publicité des rapports et la relation entre sciences et politique dans les commissions.

  • 54 Enquete-Komission, Schutz der Erde. Dritter Bericht der Enquete-Kommission “Vorsorge zum Schutz der (...)
  • 55 Beck (S.), « Localizing Global Change in Germany », Jasanoff (S.) et Long-Martello (M.) dir., Earth (...)
  • 56 Décision du gouvernement du 13 juin 1990, cet objectif a été légèrement modifié lors des négociati (...)
  • 57 WBGU, Szenario zur Ableitung globaler CO2-Reduktionsziele und Umsetzungsstrategien Stellungnahme z (...)

25Le Parlement allemand s’empare de la discussion à travers les PEK qui publient des rapports volumineux (le troisième et dernier rapport de synthèse de la première PEK fait 1700 pages et le seul résumé pour décideurs en comprend 5054) qui sont publics et dont les conclusions sont largement discutées dans la presse écrite. La composition de ces commissions est particulière : elles sont à moitié composées de parlementaires, selon une formule reflétant le rapport de force dans le Parlement, tandis que l’autre moitié regroupe des scientifiques, ingénieurs et autres « experts » de la question. Le choix des experts se fait d’un côté selon des critères d’excellence, mais aussi de représentativité, car les experts convoqués sont souvent proches des principales parties prenantes (syndicats, associations patronales, écologistes, de consommateurs etc.). Une PEK ainsi constituée (entre 10-27 membres) dispose d’un secrétariat et peut inviter des spécialistes, demander des expertises externes et se déplacer pour assister à des conférences. La première commission d’enquête sur le climat a ainsi réuni 18 membres, dont 9 experts dans les domaines de la climatologie (4 membres), de l’énergie et de l’économie (4 membres) et du droit international (un membre). Surtout, concernant le sujet sensible de l’énergie, les membres de la PEK ont été soigneusement choisis, avec deux membres proches de l’industrie et la recherche nucléaires et deux autres des milieux écologistes et de la recherche sur les énergies renouvelables. Les décisions concernant le choix des sujets à traiter (le Parlement donne les grandes lignes), la méthode et l’élaboration du texte sont prises par la commission dans son ensemble, qui essaie généralement de décider à l’unanimité. Dans les cas où aucun accord n’a pu être trouvé, les membres peuvent formuler des amendements (« avis supplémentaires ») à la fin de chaque chapitre et des avis divergents à la fin (« Minderheitsvotum »). Le consensus est dans l’intérêt des membres de la commission : chaque amendement rend en effet le texte moins lisible et en diminue la légitimité et le poids dans le processus politique. Si la commission arrive à produire un document cohérent et à maintenir son unité, les rapports finissent souvent par devenir des sources d’informations privilégiées du débat parlementaire et du discours public. Les membres de la commission acquièrent en outre un statut d’experts au sein de l’hémicycle. Cette organisation de l’expertise parlementaire témoigne d’une conception particulière de la relation entre sciences et politique. Les deux se trouvent mêlées dans le but de faire en même temps une synthèse des connaissances scientifiques et de formuler des propositions concrètes et prescriptives. Par leur mode de fonctionnement, les PEK forment une sorte de « mini-législative »55, caractérisée par une volonté d’inclusion et de représentation de la société. Dans le processus plus large d’élaboration d’une politique climatique, les PEK jouent un rôle tout à fait fondamental, en définissant dans un débat « raisonné » les grandes lignes de cette politique. Ainsi, le travail de la PEK I a été à la base de la décision de l’Allemagne de fixer un objectif unilatéral de réduction des émissions de 25 % en 2005 par rapport à 198756. Le groupe de travail interministériel sur le CO2 avait ensuite pour tâche de développer des mesures appropriées pour atteindre cet objectif, donc de le traduire dans des politiques concrètes à travers un processus de concertation et de négociation entre les ministères concernés. Le WBGU, composé de chercheurs en sciences sociales et sciences naturelles, a pris en quelque sorte le relais du travail des PEK à la fin des années 1990 en publiant régulièrement des rapports sur le climat et les politiques climatiques, dont les premiers avant les conférences de Berlin et de Kyoto (1995/1997)57. Ces rapports ont pour fonction de créer un lien continu entre sciences et politiques du climat. Ils contribuent aussi activement à la recherche climatique en essayant de peser sur les grands paradigmes de recherche dans le domaine. L’influence du WBGU est certainement moins spectaculaire que celle des PEK. Si le rôle des commissions parlementaires était de forger un premier accord sur le sujet et de jeter les bases pour le débat public, le WBGU fonctionne plutôt comme un garde-fou. Elles essaient de rappeler « les faits » et leurs engagements aux gouvernements successifs et tâchent d’intégrer les politiques climatiques dans une politique plus globale de développement durable.

  • 58 Sur la demande du ministre de la Recherche, et du secrétaire d’État chargé de l’Environnement.
  • 59 Major de Polytechnique, Grand Officier de la Légion d’honneur, et membre de l’Académie des science (...)
  • 60 Dahan Dalmedico (A.), Jacques-Louis Lions. Un mathématicien d’exception. Entre Recherche, industrie (...)
  • 61 Académie des sciences, « L’effet de serre », in Rapport no 31 (nov), Paris, 1994, op.cit., voir par (...)
  • 62 Les lettres entre le Premier ministre et Yves Martin sont annexées au rapport. Il est intéressant (...)
  • 63 Roqueplo (P.), « L’expertise scientifique : convergence ou conflit des rationalités. », in Theys (J (...)
  • 64 Bourdieu (P.), Noblesse d’État. Grandes Écoles et esprit de corps, Minuit, Paris, 1989.

26Les acteurs principaux de l’expertise française sont dans un premier temps l’Académie des sciences et le GIES. Le statut des rapports émanant des deux institutions est toutefois fondamentalement différent. Les deux rapports de l’Académie des sciences, intitulés « L’effet de serre58 », présentent une brève synthèse des connaissances en sciences naturelles sur le phénomène. Leur rédaction est confiée à M. Dautray, esprit brillant et (entre autres) expert du nucléaire59, qui y associe M. Lions, autre figure emblématique de la science française de l’après-guerre et futur président de l’Académie des sciences60. Les deux rapports ne mettent pas en cause la thèse du réchauffement mais soulignent « les incertitudes nombreuses et cruciales qui entourent les prévisions ». L’édition de 1994 critique par ailleurs le premier rapport de synthèse du GIEC sur un aspect technique mais fondamental61. Le GIES, convoqué le 6 septembre 1989 par Michel Rocard, Premier ministre à l’époque, est composé de fonctionnaires et présidé par Yves Martin, ingénieur des Mines. La mission du GIES est d’évaluer l’efficacité et les coûts économiques de différentes politiques climatiques et de formuler en fonction des résultats des recommandations politiques. Yves Martin est à l’époque déjà un haut fonctionnaire ayant fait ses preuves dans l’administration. Adjoint au directeur de la Technologie, de l’environnement industriel et des mines, puis DRIRE de Rhône-Alpes et finalement président, en 1987-1988, du Groupe d’études et de mobilisation (GEM) relatif à l’énergie mis en place par Edith Cresson (ministre des Affaires européennes), il est spécialiste de la question de l’énergie, indissociable du problème de l’effet de serre et stratégiquement important pour le gouvernement. Les rapports du GIES sont d’abord confidentiels et la communication entre M. Martin et le Premier ministre reste informelle et personnelle62. Cette situation, que Roqueplo décrit dans une métaphore comme celle du « conseiller du prince63 », est typique de l’expertise (inter-)ministérielle « à la française », avec une dominance des fonctionnaires-spécialistes des « grands corps d’État64 ». Corinne Lepage, ministre de l’Environnement dans le gouvernement Juppé, revient sur ce point quand elle compare l’expertise climatique en Allemagne et en France :

  • 65 Lepage (C.), « Les raisons d’une démobilisation », Le Monde, 25 novembre 1997, p. 17.

Si l’Académie des sciences a, dès 1990, rendu public un rapport vite épuisé et non réédité, c’est en réalité le Groupe interministériel sur l’effet de serre (GIES), composé de hauts fonctionnaires, qui a pris le sujet en main et l’a traité de manière technique. Au contraire, en Allemagne, une commission parlementaire composée de politiques et de scientifiques en nombre égal a élaboré un rapport qui a fait l’objet d’une très large diffusion afin d’ouvrir un forum national65.

  • 66 Müller-Brandeck-Bocquet (G.), Die institutionelle Dimension der Umwelt politik. Eine vergleichende (...)

27Mme Lepage ne mentionne pas le fait qu’en Allemagne aussi une cellule spécialisée fut mise en place pour négocier entre les ministères et mettre en place une politique climatique cohérente. Les différences concernant le traitement de la question s’expliquent donc aussi par un équilibre institutionnel différent, plus favorable au Parlement en l’Allemagne qu’en France66. Mais la question de l’agencement institutionnel de l’expertise relève aussi d’une conception particulière de l’État et du statut de ses experts :

  • 67 Restier-Melleray (C.), « Expert et expertise scientifique : le cas de la France », Revue française (...)

Historiquement, la fonction publique française est censée incarner l’intérêt général, ses experts tirent leur légitimité de leur appartenance à l’appareil administratif d’État, ils ne sont aucunement tenus à justifier leurs choix dans l’exercice de leurs fonctions. N’aboutiraient-ils pas, s’ils le faisaient, à miner les fondements sur lesquels repose la légitimité de l’action de l’État67 ?

  • 68 Restier-Melleray (C.), op. cit., p. 566.
  • 69 Roqueplo (P.), « L’expertise scientifique, consensus ou conflit ? », in Theys (J.) et Kalaora (B.) (...)
  • 70 Viveret (P.), « L’évaluation des politiques et des actions publiques. Rapport au Premier ministre » (...)
  • 71 Restier-Melleray (C.), op.cit., p. 562. La formation d’un laboratoire indépendant mesurant les cont (...)

28Parce que leur rôle institutionnel converge, État et science forment dans cette conception une parfaite symbiose matérialisée symboliquement dans les grands corps d’État : tous deux incarnent l’intérêt général et transcendent les intérêts particuliers. Ils sont neutres par leurs méthodes (la science) et par leur statut (l’administration). Les traces de cette (con-)fusion entre administration et experts sont omniprésentes dans la littérature française : la dépendance des institutions d’expertise des grands corps est telle que Restier-Melleray parle d’« experts introuvables68 », Roqueplo de F « expertise confisquée69 » et Viveret d’un « tropisme de l’État français à constituer des monopoles de l’expertise70 ». En France, c’est « l’État qui historiquement et fondamentalement détient le monopole de la capacité d’expertise légitime71 ».

  • 72 Cette distinction se trouve dans : Jasanoff (S.), 2005, op. cit., p. 259 et suiv.

29L’analyse du niveau institutionnel amène donc à constater des différences intéressantes concernant la conception de ce qui constitue une expertise « objective » et de son rôle dans l’élaboration des politiques publiques. Un premier constat concerne l’existence de différents registres d’expertise qui sont conçus de façon à se dérouler parallèlement ou successivement. En Allemagne, le consensus façonné par les travaux de la commission d’enquête parlementaire servira de base à la mission de l’IMA-CO2, qui s’occupe des « détails techniques » de l’élaboration d’une politique climatique, tout en respectant les conclusions de la PEK I. Ensuite, le WBGU, composé uniquement d’experts, est censé définir des paradigmes à long terme et accompagner la politique climatique du gouvernement. En France, expertises scientifique et technique, d’une part, politique, d’autre part, sont soigneusement séparées. L’Académie des sciences et Yves Martin représentent deux sources de légitimité différentes, mais complémentaires dans le processus politique français. Ils incarnent le désintéressement et l’excellence par leur statut et garantissent ainsi l’objectivité du processus d’expertise. Dans son étude sur ce qu’elle appelle les « registres d’objectivité » à l’œuvre dans l’expertise publique, Sheila Jasanoff différencie ceux insistant sur 1° le processus de composition des comités d’experts, afin de permettre une discussion raisonnable entre tous les points de vue, 2° l’autorité institutionnelle et l’expérience des experts, et 3° la robustesse du savoir scientifique, mis à l’épreuve dans la controverse entre experts et le savoir académique de l’expert (publications, titres académiques)72. Cette distinction peut être utile pour décrire les différences du processus d’expertise en Allemagne et en France : tandis que l’expertise climatique allemande est caractérisée par un souci de représenter tous les points de vue socialement et scientifiquement importants afin d’avoir le tableau le plus complet possible, d’où l’importance du choix des experts dans des questions controversées comme l’énergie, l’accent est mis en France sur l’autorité institutionnelle des experts et leur carrière au sein de l’administration. Si les choix de confier la rédaction d’un rapport à l’Académie des sciences et de nommer Yves Martin à la tête du GIES reflètent un souci d’exclure les points de vue biaisés et les experts « engagés », les membres d’une commission d’enquête parlementaire sont justement choisis non seulement en raison de leur excellence scientifique, mais aussi en fonction de leurs affiliations politiques et associatives, de leurs convictions et de leur engagement. Notons aussi que, dans les deux cas, l’idéal n’est pas la controverse entre experts, chère à MM. Roqueplo et Beck, mais bien la discussion « rationnelle et informée » débouchant sur un consensus en Allemagne et l’autorité scientifique de l’Académie des sciences et le désintéressement par statut du fonctionnaire public en France.

IV. L’expertise climatique allemande dans les commissions d’enquêtes parlementaires

30Il est tout d’abord intéressant de noter que les deux PEK sont parvenues à clore les controverses et à former un consensus largement partagé sur quelques aspects fondamentaux du changement climatique, même si leurs recommandations furent assez différentes. Il y a entre la première et la deuxième un léger déplacement de la problématique dû à un climat politique et social qui change : si la première, chargée de la « précaution [Vorsorge] pour la protection de l’atmosphère », est créée à un moment fort du mouvement écologiste, les verts allemands ayant pour la première fois réussi à intégrer le parlement national (Bundestag), la deuxième est convoquée peu après la réunification allemande. Partiellement à cause des problèmes économiques liés à la reconstruction de l’économie Est-allemande, des sujets politiques plus traditionnels comme l’emploi et la justice sociale prennent le pas sur l’écologie, et le nom de la commission – ainsi que sa mission – sont transformés en « protection de l’atmosphère » pour éviter de soumettre les travaux de la commission d’emblée au principe de précaution. Néanmoins, les bases jetées par la première PEK ne furent pas mises en question.

  • 73 Enquete-Komission, 1990, op. cit., p. 27.
  • 74 WCED, Our Common Future : Report of the World Commission on Environment and Development, Oxford Un (...)
  • 75 Enquete-Komission, 1990, op. cit. p. 843 et suiv.
  • 76 Ibidem, p. 392 et suiv.

31Dans les rapports de la PEK I, ses membres soulignent que, face à la « menace pour l’humanité73 » que représente le réchauffement climatique, une réponse planétaire est nécessaire. Le ton du discours rappelle celui du rapport Brundtland74 : nous sommes tous dans « le même bateau », dans « un seul monde » et nous devons donc agir de façon « globale ». Or, outre ce volet radicalement globalisant, le rapport connaît aussi un autre registre, appelant à la « responsabilité » des pays industrialisés75 et demandant au gouvernement allemand de jouer un rôle de précurseur par une politique unilatérale de réduction des émissions de dioxyde de carbone76. Même son de cloche dans les rapports de la deuxième PEK :

  • 77 Enquete-Komission, Zukunft sichernJetzt handeln. Erster Bericht der Enquete-Kommission Schutz d (...)

Face à l’importance de problèmes tels que la destruction de l’ozone et l’effet de serre, caractérisés tout particulièrement par le fait qu’après un certain temps d’inaction, la catastrophe ne peut plus être évitée, mais seulement atténuée par des actions « secondaires » [sekundäre] et défensives, on aurait raison de reprocher à la politique de fuir ses responsabilités, si elle se fiait à des sceptiques (Entwarner) […]. Il est mieux de se faire reprocher des mesures trop exigeantes […] que de risquer de se voir confronté au reproche de ne pas avoir tenu compte des avertissements d’une catastrophe, et d’avoir, par ce fait, contribué à la catastrophe faute de prendre des mesures de précaution77.

  • 78 Enquete-Komission, 1992, op. cit., p. 9.

32Ce passage, qui est caractéristique des rapports des deux PEK et de la discussion climatique allemande en général, décrit le changement climatique comme potentiellement catastrophique et préconise l’action au nom du principe de précaution. Cette formulation témoigne aussi d’une façon particulière de comprendre les incertitudes : au lieu de limiter ou entraver les actions politiques, nos connaissances imparfaites nous forcent à agir de façon encore plus déterminée pour éviter le pire. Il est par ailleurs intéressant de noter que le thème de l’adaptation ne joue aucun rôle dans cette déclaration et dans les rapports parlementaires en général. Elle est même disqualifiée par rapport aux actions préventives comme « secondaire » et « défensive ». Le sentiment que l’« adaptation » signifie l’acceptation d’un échec face au réchauffement global restera dominant dans le discours allemand. Sur d’autres points aussi la deuxième PEK continue dans la voie de la première : dès son premier rapport, en 1992, et jusqu’au dernier en 1995, elle souligne que le changement climatique est « déjà observable78 » et appelle à une action urgente :

  • 79 Deutscher Bundestag, Schluβbericht der Enquete-Kommission “Schutz der Erdatmosphäre Mehr Zukunft fü (...)

Les connaissances scientifiques sur l’effet de serre anthropique et ses conséquences sur le climat global, ainsi que sur les effets secondaires de ces premières conséquences sont tellement robustes et explicites dans leurs assertions centrales, que – indépendamment de la nécessité de poursuivre les recherches – ils ne laissent aucun doute sur le fait que nous devons agir immédiatement pour des raisons de79.

33Le changement climatique est donc, dans les deux commissions d’expertise, défini comme réel, déjà observable et potentiellement catastrophique. Dans le même temps, les incertitudes quant au besoin d’agir contre le réchauffement sont présentées comme négligeables.

  • 80 Les positions des membres de la commission sur ce point s’expriment dans le chapitre sur l’énergie (...)
  • 81 Ibidem, p. 394 et suiv.

34Une des questions les plus controversées sur lesquelles la PEK I devait se prononcer est celle du bouquet énergétique à même de répondre au défi que représente l’objectif de réduction de 30 % préconisé pour l’Allemagne. Quatre ans seulement après Tchernobyl, la question du nucléaire est hautement controversée. La commission réunit non seulement des experts avec des positions fort différentes sur cette question80, mais elle doit aussi formuler un avis acceptable pour l’opinion publique. Au lieu de trancher la question, par exemple par un calcul coûts-bénéfices, les membres de la PEK ont répondu à ce dilemme en développant trois scénarios énergétiques, dont un scénario de référence (maintien des capacités électronucléaires), un scénario impliquant l’expansion du parc nucléaire et un dernier scénario préconisant la substitution progressive du nucléaire81. Cette décision stratégique a sans aucun doute contribué au succès de la commission. Parce qu’elle offrait des arguments pour chaque bord, elle a aussi influencé par la suite le débat sur l’énergie. Les pro-nucléaires pouvaient faire valoir qu’une politique visant à sortir du nucléaire tout en réduisant en même temps les émissions de dioxyde de carbone aurait des coûts importants, alors que pour les anti-nucléaires, le seul fait que l’option fut évaluée par une instance officielle constituait un succès considérable, parce que cela signifiait que, désormais, leurs arguments étaient considérés comme techniquement crédibles et politiquement légitimes.

V. Le Groupe interministériel sur l’effet de serre et l’expertise climatique en France

  • 82 Les communications nationales à la Convention, dans lesquelles les pays signataires présentent leu (...)
  • 83 GIES, Rapport du Groupe interministériel sur l’effet de serre, Paris, 1990.

35Les rapports du GIES, et plus tard de la MIES, ont sans doute été la source la plus importante pour le processus politique français, servant notamment à l’élaboration des communications nationales à la Convention climat et des plans climatiques nationaux82. Le premier rapport, remis en 1990, est un papier sobre et technique83. Outre cette technicité, il est caractérisé par sa prudence quant à l’analyse des conséquences du changement climatique et par une approche qui favorise les mesures « no regret » à l’action volontariste :

  • 84 GIES, Rapport du Groupe interministériel sur l’effet de serre, Paris, 1990, p. 30.

Un changement de climat important dû aux activités humaines paraît certain, mais on ne sait prévoir avec exactitude son ampleur et plus encore le rythme auquel il se produira. On ne sait pas régionaliser les prévisions faites sur le changement de climat, ni les analyser avec une finesse suffisante pour chiffrer les coûts des conséquences de ce changement […]. Faute de connaître le coût et la probabilité du sinistre, on peut recommander de choisir les actions : qui sont utiles par ailleurs […] et celles qui éviteront des évolutions structurelles qui rendraient, de façon quasi irréversible, impossibles ou très coûteuses des actions de préventions ultérieures (si celles-ci s’avéraient nécessaires en fonction des conséquences éventuelles du changement de climat)84.

  • 85 Ibidem, p. 13, 15, 16, etc.
  • 86 GIES, Rapport du Groupe interministériel sur l’effet de serre, Paris, 1990, p. 14.
  • 87 Ibidem, p. 17.
  • 88 Ibid., p. 18 ; voy. aussi : Martin (Y.), « Prévenir le risque du changement de climat par une taxe (...)

36Le rapport est composé de cinq chapitres, dont le premier (25 pages) traite des connaissances scientifiques sur la question, avant de passer aux impacts, décrits sur trois pages, dont une ( !) seulement discute les effets en dehors de la France (partie « impacts sur d’autres pays »). Le chapitre deux est consacré aux « contributions à l’effet de serre », d’abord mondiales et ensuite françaises, et les auteurs y concluent que la France ne contribue pas de façon significative au changement climatique anthropique, comparativement à d’autres pays industrialisés et au danger que représente l’augmentation des émissions des grands pays en voie de développement. Les chapitres trois à cinq constituent le corps du rapport, avec des calculs macroéconomiques destinés à évaluer les différentes politiques de réduction de gaz à effet de serre. L’utilité des mesures est comparée en fonction des coûts par tonne de carbone réduite. Un premier constat est que la question est essentiellement traitée de façon locale. Le discours global à la Brundtland est complètement absent du rapport. A cela s’ajoute que la prudence dans l’évaluation des risques liés aux changements climatiques est étonnante si on la compare au ton alarmiste des rapports allemands. Ainsi, les incertitudes dans l’analyse des risques sont soulignées à plusieurs reprises85. Concernant les impacts, il n’est nullement sujet de catastrophe, les « effets directs » du changement climatique concernant la France se résument au contraire au « risque de déstabilisation de la forêt », à la « nécessité d’évolution profonde de l’agriculture », à la « réduction du tourisme lié aux sports d’hiver » et à l’« élévation du niveau de la mer en Polynésie86 ». La mise en œuvre d’une politique active et efficace de réduction des gaz à effet serre est jugée difficile par les auteurs, tant au niveau national : « Au total, une réduction de 20 % de nos émissions de CO2 en 2005 serait difficile à atteindre, même en cas de croissance faible de notre économie87 »… qu’au niveau international : « On ne peut espérer un accord international sur des objectifs contraignants qui seraient par eux-mêmes le moteur de l’évolution nécessaire88 ».

  • 89 Gies, 1990, op. cit., p. 14-15.

37Face aux incertitudes, aux impacts peu dramatiques, et aux difficultés que rencontrerait une politique volontariste, M. Martin et ses coauteurs proposent une approche de gestion pour éviter le pire sans provoquer d’inconvénients pour l’économie française : « On doit être particulièrement attentif dans le choix des modalités retenues, à optimiser la répartition de l’effort entre les innombrables émetteurs de gaz à effet de serre, et à ne pas perturber nos économies par des actions trop brutales […]89. »

  • 90 Martin (Y.), 1992.. op. cit.

38Si le rapport du GIES est conçu dans une optique délibérément et résolument « locale », c’est parce que le rôle de la France dans un éventuel régime de réduction de CO2 est déterminé en fonction de sa responsabilité (qui est limitée), du coût des réductions (qui est relativement élevé) et des impacts (peu dramatiques en France). Les recommandations du groupe d’experts témoignent aussi d’âpres négociations entre les ministères et sont de ce fait peu ambitieuses. La coopération internationale est posée comme préalable à toute politique de réduction des émissions : « L’effort de prévention ne sera efficace que s’il est planétaire, il ne sera entrepris que si l’on sait le répartir équitablement entre les divers pays et il ne sera pas ruineux si l’on sait décentraliser les initiatives à prendre de façon à ce que soient entreprises d’abord et partout les actions les moins coûteuses90. »

  • 91 Gies, 1990, op. cit.. p. 2.

39Il est étonnant que les recommandations du GIES soient aussi peu audacieuses, vu que sa création répondait à une volonté politique forte exprimée, par exemple, dans la « mission » du groupe interministériel (lettre du Premier ministre Michel Rocard du 6 septembre 1989) : « Les changements climatiques qui peuvent en résulter, même s’ils sont encore mal cernés dans leur ampleur et leurs conséquences régionales, remettent en cause les conditions de vie actuelle sur Terre91. »

  • 92 Ibidem.

40L’histoire du GIES témoigne donc d’une dynamique très différente de celle à l’œuvre en Allemagne. La « localisation » de l’expertise globale – essentiellement du GIEC, qui constitue après la publication du « First Assessment Report » en 1990 une source importante tant pour le GIES que pour les PEK allemands – dans le cadre de l’expertise française fait d’une question alarmante, globale et hautement politisée un problème technique et local, dont la gestion incombe à des hauts fonctionnaires, experts et discrets. Cette stratégie est poursuivie par la création, le 17 juin 1992, de la MIES (mission interministérielle sur l’effet de serre), également présidée par M. Martin. La nouvelle structure, répondant au même principe de fonctionnement et donc tout aussi opaque au public et dépendante des administrations ministérielles, confirme néanmoins l’intérêt politique porté à la question climatique, notamment à sa dimension internationale. En fait, la lettre de mission du GIES montre la volonté du Gouvernement de se positionner comme « précurseur » dans l’arène internationale du changement climatique : « La France a contribué activement à l’action internationale dans ce domaine. Elle doit aussi donner l’exemple en mettant en œuvre une politique nationale efficace92 ». Cette aspiration, mise à mal ultérieurement par l’absence de politique climatique cohérente, reste néanmoins constitutive pour le discours politique sur le climat en France, dans d’innombrables rapports mettant en avant le bas niveau d’émission de CO2 en France comparativement à d’autres grands pays industrialisés – notamment grâce au choix de politique énergétique privilégiant le nucléaire comme technologie « propre », c’est-à-dire pu émettrice de CO2.

  • 93 Roqueplo (P.). 1993., op. cit., p. 346.

41La localisation de la question dans l’Hexagone a donc renforcé le traitement du changement climatique comme une question stratégique, plutôt que publique, et la formation d’une élite scientifico-politique qui continue de traiter le problème de façon technique et discrète93.

Conclusions

  • 94 Desfor (G.) et Keil (R.), Nature and the City : Making Environmental Policy in Toronto and Los Ange (...)

42Un des principaux résultats de cette recherche est que le changement climatique n’est pas l’objet stable et bien défini d’un discours scientifique globalisé qui se « disséminerait » tout simplement dans les cadres nationaux par le biais des seuls scientifiques. Ce sont, bien au contraire, les efforts collectifs d’acteurs locaux – scientifiques, société civile, politiques et médias – qui co-construisent cet objet localement, en interaction avec le global par le biais des rapports du GIEC et du processus de négociations dans le cadre de la Convention climat. Cette activité mobilise images, textes et institutions, qui forment un cadrage (frame) spécifique de la question. Elle se déploie dans un cadre national caractérisé par des configurations politiques et des « épistémologies civiques » différentes. Il n’est pas possible de comprendre les politiques climatiques nationales indépendamment de ce processus de localisation dans et par l’expertise. Le processus d’expertise est à son tour indissociable du contexte politique et de la situation sociopolitique du moment. Nous adhérons donc pleinement à l’une des conclusions de Desfor et Keil concernant l’élaboration de politiques environnementales : « The local State is where the dirty work of globalization gets done94 ».

  • 95 Callon (M.), « Éléments pour une sociologie de la traduction : la domestication des coquilles saint (...)

43En Allemagne, médias et expertises ont contribué, à la fin des années 1980 et jusqu’à la conférence de Rio en 1992, à façonner l’image d’une catastrophe climatique imminente et ont contraint le système politique à réagir par l’annonce d’un objectif chiffré et unilatéral de réduction du gaz carbonique. En empruntant à la sociologie de la traduction, nous pouvons dire que la première commission d’enquête parlementaire sur le sujet a réussi à s’imposer comme un « point de passage obligé95 » dans cette première phase en occupant une position stratégique entre sciences, politiques et débats médiatiques sur le changement climatique. Le prix en était une ouverture de l’expertise à des sensibilités politiques et des approches scientifiques diverses, de même que la déconnexion du sujet du réchauffement du climat de la question, politiquement sensible, du nucléaire civil. Cette façon de concevoir l’objectivité dans le processus d’expertise fait appel à des critères d’inclusion et de représentativité. Elle constitue une différence majeure entre l’expertise climatique des deux côtés du Rhin.

44En France, l’expertise conduite au niveau national (contrairement à celle du GIEC) n’a pas atteint, durant la période analysée, un niveau d’attention médiatique comparable. Le discours dans la presse écrite est nettement moins alarmiste et moins homogène qu’en Allemagne : les prises de positions « sceptiques » sur la thèse du réchauffement anthropique ont une place plus importante. De fait, les sceptiques viennent eux-mêmes souvent du milieu scientifique et expriment leur malaise face à un discours qu’ils perçoivent comme « importé » et hostile aux valeurs de la « Science ». Si cette hétérogénéité relative (surtout en comparaison avec la visibilité des « climate-sceptics » aux États-Unis) a pu se développer, c’est aussi parce qu’aucun forum d’expertise français n’a réussi à s’imposer dans le débat public. Les premiers rapports de l’Académie des sciences sont très prudents sur le réchauffement et écrits dans un langage scientifique complexe. Les rapports du Groupe interministériel sur l’effet de serre sont quant à eux confidentiels (au début) et trop techniques pour susciter l’intérêt de la presse. Par conséquent, débat et politique climatiques français se développent au rythme des échéances internationales et ne développent pas, malgré une mobilisation politique perceptible à la fin des années 1980, de dynamique propre jusqu’au début des années 2000.

  • 96 Assemblée nationale, « Rapport fait au nom de la mission d’information sur l’effet de serre », 12/3 (...)

45Notons toutefois que ce « cadrage » de la question n’est pas immuable. On observe depuis le début du nouveau millénaire une convergence nette entre la couverture du sujet par la presse écrite, et même par moments une plus grande intensité du débat médiatique français. Cette évolution est remarquable, même si des différences persistent au niveau de l’alarmisme et la publication d’articles « sceptiques ». Il serait intéressant d’analyser en quoi cette nouvelle donne est tributaire de la grande diffusion du troisième (2001) et quatrième (2007) rapport de synthèse du GIEC, qui constitue incontestablement aujourd’hui un nouveau « point de passage obligé » dans l’arène climatique. Un deuxième changement est le développement d’une expertise parlementaire française sur la question, avec notamment la convocation d’une mission d’information parlementaire sur l’effet de serre, qui conclut dans son rapport final en 2006 : « Nous voulons donc d’abord, collectivement et toutes tendances politiques confondues, lancer un cri d’alarme96.» Mentionnons aussi l’organisation du Grenelle de l’environnement en 2007, qui témoigne non seulement d’un renouveau de l’intérêt politique à la question écologique, mais semble aussi motivée par une nouvelle approche de la relation entre expertise et élaboration des politiques publiques qui sera intéressante à suivre.

Notes

2 La « convention cadre des Nations unies sur le changement climatique » adoptée le 9 mai 1992 et entrée en vigueur en 1994 (par la suite : Convention climat), et le « protocole de Kyoto » adopté le 11 décembre 1997 et entré en vigueur en 2005.

3 Beck (U.), La société du risque. Sur la voie d’une autre modernité, Éditions Aubier, Paris, 2001(1986).

4 Ces thèmes sont présents déjà dans la « société du risque », notamment dans l’introduction, où Beck décrit le nuage de Tchernobyl, objet hybride ni complètement naturel, ni entièrement anthropique, qui ne respecte pas les frontières étatiques (voir aussi : Beck (U.), World Risk Society, Polity, Cambridge, 1999.) La thèse qu’il est désormais impossible de distinguer entre sciences et politiques a été simultanément défendue par d’autres auteurs : Latour (B.), Nous n’avons jamais été modernes. Essai d’anthropologie symétrique, La Découverte, Paris, 1991.

5 Comme le fait depuis longtemps le courant de la « géographie critique » : Harvey (D.), The Condition of Postmodemity. An Enquiry into the Origins of Cultural Change, Oxford University Press, Oxford, 1989 ; Swyngedouw (E.), « Neither Global nor Local. “Glocalisation” and the Politics of Scale », in Cox (K.) ed., Spaces of Globalisation. Reasserting the Power of the Local, Guilford Press, New York/London, 1997, p. 137-166.

6 Miller (C. A.) et Edwards (P. N.) eds., Changing the Atmosphere : Expert Knowledge and Environmental Governance, MIT Press, Cambridge, MA, 2001 ; Dahan (A.) et Guillemot (H.), « Le changement climatique : dynamiques scientifiques, expertise, enjeux géopolitiques », Revue de sociologie du travail, 2006, p. 412-432.

7 Le GIEC est l’organe d’expertise de la Convention climat. Il produit régulièrement des rapports synthétiques sur l’état de la recherche climatique, qui jouissent d’une reconnaissance internationale (Agrawala (S.), « Explaining the Evolution of the IPCC Structure and Process », in ENRP Discussion Paper, vol. E-97-05, 1997).

8 Or, une expertise intergouvernementale soigneusement élaborée par les scientifiques et en principe reconnue par ces mêmes gouvernements existe en la matière. Les rapports du GIEC sont en effet soumis à une procédure complexe de validation par les membres à la Convention climat, qui prévoit différents niveaux de contrô chapitre par chapitre) pour différents types de textes (résumés pour décideurs, rapports de synthèse, rapports spéciaux…).

9 Recherches Lexis-Nexis, Europresse et dans un cas en utilisant l’archive en ligne du journal (Spiegel). Mots recherchés : changement climatique/Klimawandel, réchauffement global ou climatique/Klimaerwärmung, protection du climat/Klimaschutz, catastrophe climatique/Klimakatastrophe, effet de serre / Treibhauseffekt. Parmi les articles trouvés, les lettres de lecteurs, notices AFP ou autres, articles sans titre, etc. et les articles sans lien avec la thématique n’ont pas été pris en compte. L’année du début de la recherche varie selon la disponibilité des différents archives : Le Monde et Der Spiegel 1980, L’Express et FAZ 1993, Sud-Ouest 1995, WAZ 1997.

10 Signal stable : plus de deux articles par journal par an pour une période d’au moins deux ans consécutifs.

11 Arbeitskreis Energie der DPG, « Warnung vor einer drohenden Klimakatastrophe durch den Menschen », in Frankfurter Rundschau, vol. 217 (19 septembre 1986). 1986, p. 15.

12 Der Spiegel, « Ozon-Loch, Pol-Schmelze, Treibhaus-Effekt, Forscher warnen : Die Klima-Katastrophe », vol. 33, 1986, p. 1.

13 La succession des crises environnementales a eu comme corollaire la création du ministère de l’Environnement en 1986. Avant, l’Agence de l’environnement (UBA) et différents ministères se partageaient la compétence dans le domaine.

14 Une exception est la campagne du journal Libération avec plusieurs articles et la publication d’un numéro hors-série de Libération avec le titre « La Terre perd la boule » (hors-série no 1812, 1989). Selon Philipe Roqueplo, observateur attentif des débats écologiques en France dans cette période, cet intérêt pour la question répond à la campagne du magazine Time, qui titre le 2 janvier : Planet of the Year : the Endangered Earth (vol. 133, no 1, 2 janvier 1989), en remplaçant ainsi son titre habituel de début d’année « Person of the Year ». Selon Roqueplo l’année 1989 est marquée par une « surprenante explosion politico-médiatique » en France (Roqueplo (P.), Climats sous surveillance : limites et conditions de l’expertise scientifique, Economica, Paris, 1993.). Elle reste toutefois modeste en comparaison à l’Allemagne ou aux États-Unis.

15 M. Hourcade fait un argument similaire dans un article sur les négociations climat : Hourcade (J.-C.), « Le climat au risque de la négociation internationale ? », Le Débat, vol. 113, 2001, p. 139 et suiv.

16 Le premier « rapport de synthèse », date de 1990, le deuxième de 1995. Tous les deux ont été édités en trois volumes. En Allemagne comme en France, le troisième rapport (Watson (R. T.) et The Core Wrinting Team dir., Climate Change 2001 : Synthesis Report. A Contribution of Working Croups I, II, and III to the Third Assessment Report of the Intergovernmental Panel on Climate Change, Cambridge University Press, UK, 2001) a suscité un grand intérêt.

17 Mccright (A. M.) et Dunlap (R. E.), « Challenging global warming as a social problem : an analysis of the conservative movement’s counter-claims », Social Problems, vol. 47, no 4. 2000, p. 227-248 ; Antilla (L.), « Climate of scepticism : US newspaper coverage of the science of climate change », Global Environmental Change, vol. 15, 2005, p. 338-352.

18 Lenoir (Y.), La vérité sur l’effet de serre, La Découverte, Paris, 1992 ; Fourcans (A.), Effet de serre. Le grand mensonge ?, Seuil, Paris, 2002 ; Galam (S.), Les scientifiques ont perdu le nord, Plon, Paris, 2008.

19 Le premier est volcanologue, directeur de recherches au CNRS et personnage médiatique, secrétaire d’Etat chargé de la prévention des risques technologiques et naturels majeurs auprès de Laurent Fabius (1984-1986), président du Comité supérieur des risques volcaniques (1988-1995). Il aurait affirmé que « les termites fabriquent autant à elles seules de CO2 que toute l’activité industrielle humaine » (sans source). Le deuxième est géochimiste et homme politique, ministre de l’Education nationale dans le gouvernement Jospin. Ses travaux scientifiques ont été récompensés par la médaille d’or du CNRS en 1994. Le troisième est géophysicien, directeur de l’Institut physique du globe de Paris, président du conseil scientifique de la Ville de Paris, et membre de l’Académie des sciences. Il a exercé les fonctions de conseiller spécial, puis directeur de recherche au ministère de l’Education. Le quatrième, finalement, est physicien et directeur de recherches au CNRS.

20 Tazieff (H.), « Contrepoint. Effet de serre et "trou d’ozone" » Le Monde, 2 juin 1992, supplément ; Allegre (C.), « La Semaine de Claude Allègre », L’Express (2668), 22 août 2002, p. 40 ; Allegre (C.), « Le droit au doute scientifique », Le Monde, 27 octobre 2006 ; Galam (S.), « Pas de certitude sur le climat », Le Monde, 7 février 2007.

21 « […] une part dominante des journaux et magazines participent à la formation de l’idée que tout le battage autour de Rio de Janeiro […] participait d’une idéologie dangereuse, celle de la « deep ecology » et de « l’intégrisme vert ». Lobbies écologistes anglo-saxons, mouvement végétariens et zoophyles, religiosités géocentriques tout cela participerait, au delà de la remise en cause de la science, à la destruction du fondement humaniste et anthropocentrique de nos sociétés. » (Hourcade (J.-C.), « Environnement. De Rio à Berlin », Projet, vol. 242, 1995, p. 109-114., p. 112 et suiv.)

22 Weingart (P.), Engels (A.) et Pansegrau (P.), « Risks of communication : discourses on climate change in science, politics and the mass media », Public Understanding of Science, vol. 9, no 3, 2000, p. 261-283.

23 Downs (A.), « Up and down with ecology. The “issue-attention cycle” », Public Interest, vol. 28, 1972, p. 38-50 ; Ungar (S.), « The rise and (relative) decline of global warming as a social problem », The Sociological Quarterly, vol. 33, no 4, 1992, p. 483-501.

24 Die Zeit, « Der Treibhauseffekt ist ein Märchen », vol. 31, 25 juillet 1997 ; Bastar (T.), « Der Sturm in den Medien. Kritik an der Klimaforschung macht die Runde. Ist das Katastrophenszenario bloβ Panikmache ? », Das Sonntagsblatt, vol. 47, 21 novembre 1997 ; Westfalen-Blatt, « Klimahysterie – wissenschaftliche Beweise fehlen », vol. 187, 13 août 1996 ; Der Spiegel, « Der Weltuntergang fällt aus », vol. 51,15 décembre 1997.

25 Thüne (W.), Der Treibhaus-Schwindel, Wirtschaftsverlag Discovery Press, Saarbrücken, 1997. Diplômé en météorologie et docteur en sciences sociales, M. Thüne était présentateur de météo dans une chaîne publique allemande (ZDF).

26 Une traduction française se trouve sur le site de Wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Appel_d’Heidelberg.

27 SEPP et Europaïsche Akademie für Umweltfragen, The Leipzig Declaration on Climate Change, The Science Policy Project (SEPP), 1997.

28 Aucun des « sceptiques » n’a publié dans des revues climatologiques (Rahmstorf (S.), « Flotte Kurven, dünne Daten. Im Medienstreit um den Klimawandel bleibt die Wissenschaft auf der Strecke », Die Zeit, vol. 5 septembre 2002, 2002.

29 Weingart (P.), Engels (A.) et Pansegrau (P.), op. cit.

30 La Société pour la langue allemande (Gesellschaft für deutsche Sprache, GfdS) désigne depuis 1977 en décembre une expression qui caractérise les débats ayant marqué l’année. Elles sont publiées dans le journal Der Sprachdienst.

31 Habermas (J.), « Scientifisation de la politique et opinion publique », in La technique et la science comme idéologie, Denoël, Paris, 1984 (1968).

32 Beck (U.), Risikogesellschaft. Auf dem Weg in eine andere Moderne, Suhrkamp, Frankfurt am Main. 1986, p. 40

33 Lasswell (H. D.) et Kaplan (A.), Power and Society. A Framework for Political Inquiry, Yale University Press, New Haven, 1950 ; Wildavsky (A.), Speaking Truth to Power. The Art and Craft of Policy Analysis, Little, Brown & Co, Boston, MA, 1979.

34 Jasanoff (S.), The Fifth Branch : Scientific Advisers as Policy Makers, Harvard University Press, Cambridge, MA, 1990 ; Funtowicz (S. O.) et Ravetz (J. R.), « Science for the post-normal age », Futures, sept. 1993, p. 739-755, mais aussi : Oreskes (N.), « Science and public policy. What’s the proof got to do with it », Environmental Science & Policy, vol. 7, 2004, p. 369-383.

35 Merton (R. K.), « The normative structure of science », in The Sociology of Science, Chicago University Press, Chicago, 1973 (1942), p. 267-278.

36 Pour la première phase des « études de laboratoire » voir : Latour (B.), Science in Action, How to Follow Scientists and Engineers through Society, Harvard University Press, Cambridge, MA, 1987 ; Collins (H.), Changing Order : Replication and Induction in Scientific Practice, University of Chicago Press, Chicago, 1992 (1985). Pour le problème des frontières (« boundary work ») : Gieryn (T. F.), « Boundary-Work and the Demarcation of Science from Non-Science : Strains and Interests in Professional Ideologies of Scientists », American Sociological Review, vol. 48, no 6, 1983, p. 781-795. La notion de co-production est élaborée dans : Jasanoff (S.) dir., States of Knowledge : The Co-Production of Science and Social Order, Routledge, New York, 2004.

37 Van der Sluijs et al. notent dans une étude sur la fonction du consensus climatique : « Leading scientists in many fields of policy-relevant science have explicitly emphasized the importance of scientific consensus for policy legitimacy, and perceive it as an independent prior variable. » (Van der Sluijs (J.), Eijndhoven (J. V.), Shackley (S.) et Wynne (B.), « Anchoring Devices in Science for Policy. The Case of Consensus around Climate Sensitivity », Social Studies of Science, vol. 28, no 2, 1998, p. 293). Peter Haas, entre autres, a donné quelques arguments majeurs pour la thèse qu’un consensus scientifique favorise la coopération politique internationale (Haas (P. M.), « Introduction : epistemic communities and international policy coordination », International Organization, vol. 46, no 1, 1992, p. 415).

38 L’idéal du « speakingtruth-to-power » est très présent dans la mission du GIEC, qui met l’accent sur le fait d’être « non-prescriptif ». Son premier directeur, Bert Bolin, souligna que le GIEC fut créé dans l’objectif « d’accroître la foi dans les sciences parmi les nations » (Schneider (S. H.), « Three reports of the International Panel of Climate Change », in Environment, vol. 33, no 1, 1991, p.25-30, p. 25). Cette conviction fut aussi à l’origine du design institutionnel du GIEC (Siebenhuener (B.), « The changing role of national States in international environmental assessments : the case of the IPCC », Global Environmental Change, vol. 13, 2003, p. 119).

39 Boehmer-Christiansen (S. A.), « Global climate protection policy : the limits of scientific advice – Part I », Global Environmental Change, vol. 4, no 2, 1994, p. 140-159 ; Pielke (J. R.), « When scientists politicize science. Making sense of controversy over The Sceptical Environmentalist », Environmental Science and Policy, vol. 7, 2004, p. 414.

40 Sur les relations entre cet organe (le SBSTA) et le GIEC : Miller (C. A.), « Climate Science and the Making of a Global Political Order », in Jasanoff (S.) dir., States of Knowledge. The Co-production of Science and Social Order, Routledge, London, New York, 2004, p. 58 et suiv. Voir aussi : Dahan (A.), « Climate expertise : between scientific credibility and geopolitical imperatives », Interdisciplinary Science Reviews, vol. 33, no 1, 2008, p. 71-81.

41 Roqueplo (P.), « L’expertise scientifique : convergence ou conflit des rationalités », in Theys (J.) dir., Environnement, science et politique : les experts sont formels, GERMES, Paris, 1991, p. 43-80.

42 Beck (U.), Gegengifte. Die organisierte Unverantwortlichkeit, Suhrkamp, Frankfurt am Main, 1988.

43 Callon (M.) et Rip (A.), « Forums hybrides et négociations des normes sociotechniques dans le domaine de l’environnement. La fin des experts et l’irrésistible ascension de l’expertise », Environnement, science et politique. Cahiers du GERMES, vol. 13, 1991, p. 227-238 ; Latour (B.), Politiques de la nature. Comment faire entrer les sciences en démocratie, La Découverte, Paris, 1999 ; Callon (M.), Lascoumes (P.) et Barthe (Y.), Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Le Seuil, Paris, 2001.

44 O’Riordan (T.), « Approaches to regulation », in Otway (H.) et Peltu (M.) dir., Regulating Industrial Risks. Science, hazards and public protection, Butterworth, London, 1985, p. 20-39 ; Defrance (J.) et Jeuffroy-Niehues (I.), « Tradition culturelle et expertise », in Theys (J.), Kalaora (B.) dir., La terre outragée – les experts sont formels ! Éditions Autrement, série « Sciences en société », Paris, 1992, p. 188-202.

45 Jasanoff (S.), Designs on Nature. Science and Democracy in Europe and the United States, Princeton University Press, Princeton, 2005, en particulier chapitre 10 sur « Civic epistemology »

46 Goffman (E.), Frame Analysis. An Essay on the Organisation of Experience, Cambridge University Press, Cambridge, MA, 1974.

47 Entman (R.), « Framing : toward clarification of a fractured paradigm », Journal of Communication, vol. 43, no 4, 1993, p. 51-58.

48 Hajer (M.), « Discourse Coalitions and the Institutionalisation of Practice : the Case of Acid Rain in Britain », Fisher (F.) and Forrester (J.) dir., The Argumentative Turn in Policy Analysis and Planning, UCL, London, 1993.

49 Litfin (K.T.), « Framing Science : Precautionary Discourse and the Ozone Treaties », in Millennium : Journal of International Studies, vol. 24, no 2, 1995, p. 251-277 ; Jasanoff (S.), « Image and Imagination : The Formation of Global Environmental Consciousness », Miller (C.A.) et Edwards (P. N.) dir., Changing the Atmosphere, MIT Press, 2001.

50 Académie des sciences, « L’effet de serre », Rapport no 31 (nov.), Paris, 1994.

51 Jugée trop indépendante par le pouvoir exécutif, la CFDD sera remplacée au début des années 2000 par le Conseil national du développement durable (CNDD) et le Comité interministériel pour le développement durable (CIDD).

52 Tubiana (L.), Environnement et développement durable : l’enjeu pour la France. Rapport au Premier ministre, La Documentation française, Paris, 2000, p. 85 et suiv.

53 Le parlement s’intéresse très tardivement à la question et demande un premier rapport en 1999 à la délégation du Sénat pour la planification, puis en 2002 à l’OPECST, avant de créer, en 2005, une mission d’information sur l’effet de serre.

54 Enquete-Komission, Schutz der Erde. Dritter Bericht der Enquete-Kommission “Vorsorge zum Schutz der Erdatmosphäre” des 11. Deutschen Bundestages, Bundestagsdrucksache 11/8030, Bonn, 1990.

55 Beck (S.), « Localizing Global Change in Germany », Jasanoff (S.) et Long-Martello (M.) dir., Earthly Politics. Local and Global in Environmental Govemance, The MIT Press, Cambridge, MA and London, 2004, p. 173-194.

56 Décision du gouvernement du 13 juin 1990, cet objectif a été légèrement modifié lors des négociations de Berlin (année de base : 1990), et réaffirmé dans des décisions gouvernementales ultérieures.

57 WBGU, Szenario zur Ableitung globaler CO2-Reduktionsziele und Umsetzungsstrategien Stellungnahme zur ersten Vertragsstaatenkonferenz der Klimarahmenkonvention in Berlin, 1995 ; WBGU, Ziele für den Klimaschutz. Stellungnahme zur dritten Vertragsstaatenkonferenz der Klimarahmenkonvention in Kyoto, 1997.

58 Sur la demande du ministre de la Recherche, et du secrétaire d’État chargé de l’Environnement.

59 Major de Polytechnique, Grand Officier de la Légion d’honneur, et membre de l’Académie des sciences depuis 1977. Père méconnu de la bombe H française et directeur scientifique de la direction des applications militaires du CEA de 1967 à 1991.

60 Dahan Dalmedico (A.), Jacques-Louis Lions. Un mathématicien d’exception. Entre Recherche, industrie et politique. Préface de Bernard Larrouturou, La Découverte, Paris, 2005, p. 244 et suiv.

61 Académie des sciences, « L’effet de serre », in Rapport no 31 (nov), Paris, 1994, op.cit., voir particulièrement le chapitre II, « remise en question de la notion de potentiel d’échauffement global » (ibidem, p. 5-8).

62 Les lettres entre le Premier ministre et Yves Martin sont annexées au rapport. Il est intéressant de noter qu’aucun nom de coauteur ne figure dans le rapport.

63 Roqueplo (P.), « L’expertise scientifique : convergence ou conflit des rationalités. », in Theys (J.) dir., Environnement, science et politique : les experts sont formels, GERMES, Paris, 1991, p. 43-80.

64 Bourdieu (P.), Noblesse d’État. Grandes Écoles et esprit de corps, Minuit, Paris, 1989.

65 Lepage (C.), « Les raisons d’une démobilisation », Le Monde, 25 novembre 1997, p. 17.

66 Müller-Brandeck-Bocquet (G.), Die institutionelle Dimension der Umwelt politik. Eine vergleichende Untersuchung zu Frankreich, Deutschland und der Europäischen Union, Nomos, Baden-Baden, 1996.

67 Restier-Melleray (C.), « Expert et expertise scientifique : le cas de la France », Revue française de sciences politiques, vol. 40, no 4, août 1990, p. 546-585, p. 566. Un argument similaire est fait par : Marris (C.) et Joly (P.-B.), « La gouvernance technocratique par consultation ? Interrogations sur la première conférence de citoyens en France », Les Cahiers de la sécurité Intérieure, vol. 38, no 4, 1999, p. 114.

68 Restier-Melleray (C.), op. cit., p. 566.

69 Roqueplo (P.), « L’expertise scientifique, consensus ou conflit ? », in Theys (J.) et Kalaora (B.) dir., La Terre outragée. Les experts sont formels !, série « Sciences en société », no 1, Éditions Autrement, Paris, 1992, p. 163.

70 Viveret (P.), « L’évaluation des politiques et des actions publiques. Rapport au Premier ministre », Paris, 1989.

71 Restier-Melleray (C.), op.cit., p. 562. La formation d’un laboratoire indépendant mesurant les contaminations causées par l’accident de Tchernobyl, sollicité à maintes reprises depuis dans d’autres contextes est une exception à cette règle. Sur l’histoire de la CRII-RAD, voy. l’article de Mme Rivasi, dans lequel elle demande : « La contre-expertise est-elle possible ? », Rivasi (M.), « Expertise et contre-pouvoir », in Theys (J.) et Kalaora (B.) dir., La terre outragée les experts sont formels !. Éditions Autrement, série « Sciences en société », Paris, 1992, p. 223-232.

72 Cette distinction se trouve dans : Jasanoff (S.), 2005, op. cit., p. 259 et suiv.

73 Enquete-Komission, 1990, op. cit., p. 27.

74 WCED, Our Common Future : Report of the World Commission on Environment and Development, Oxford University Press, Oxford, 1987.

75 Enquete-Komission, 1990, op. cit. p. 843 et suiv.

76 Ibidem, p. 392 et suiv.

77 Enquete-Komission, Zukunft sichernJetzt handeln. Erster Bericht der Enquete-Kommission Schutz der Erdatmosphäre des 12. Deutschen Bundestages zum Thema Klimaänderung gefährdet globale Entwicklung, Bundestagsdrucksache 12/2400, Bonn, 1992, p. 276 et 277.

78 Enquete-Komission, 1992, op. cit., p. 9.

79 Deutscher Bundestag, Schluβbericht der Enquete-Kommission “Schutz der Erdatmosphäre Mehr Zukunft für die Erde – Nachhaltige Energiepolitik für dauerhaften Klimaschutz” des 12. Deutschen Bundestages, Economica Verlag GmbH, Bonn, 1995, p. 59.

80 Les positions des membres de la commission sur ce point s’expriment dans le chapitre sur l’énergie nucléaire, dans plusieurs amendements au texte initial. Ce point est le seul ou la commission a eu recours aussi massivement au droit d’amendement : Enquete-Komission, 1990, op. cit., p. 555 et suiv.

81 Ibidem, p. 394 et suiv.

82 Les communications nationales à la Convention, dans lesquelles les pays signataires présentent leurs politiques climatiques, ont servis de « programmes nationaux de prévention du changement climatique » (1994, 1997, 2000). La troisième communication nationale était à la base du premier « Programme national de lutte contre le changement climatique » (PNLCC) en 2000, avant que celui-ci fut remplacé par le « Plan Climat ».

83 GIES, Rapport du Groupe interministériel sur l’effet de serre, Paris, 1990.

84 GIES, Rapport du Groupe interministériel sur l’effet de serre, Paris, 1990, p. 30.

85 Ibidem, p. 13, 15, 16, etc.

86 GIES, Rapport du Groupe interministériel sur l’effet de serre, Paris, 1990, p. 14.

87 Ibidem, p. 17.

88 Ibid., p. 18 ; voy. aussi : Martin (Y.), « Prévenir le risque du changement de climat par une taxe sur l’énergie fossile, (note du GIES du 13 mars 1992) », 1992, p. 2.

89 Gies, 1990, op. cit., p. 14-15.

90 Martin (Y.), 1992.. op. cit.

91 Gies, 1990, op. cit.. p. 2.

92 Ibidem.

93 Roqueplo (P.). 1993., op. cit., p. 346.

94 Desfor (G.) et Keil (R.), Nature and the City : Making Environmental Policy in Toronto and Los Angeles. Society, Environment, and Place, University of Arizona Press, Tucson, 2004.

95 Callon (M.), « Éléments pour une sociologie de la traduction : la domestication des coquilles saint-jacques et des marins pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc », L’Année sociologique, numéro spécial, « La sociologie des sciences et des techniques », vol. 36, 1986, p. 169-208.

96 Assemblée nationale, « Rapport fait au nom de la mission d’information sur l’effet de serre », 12/3021, 2006, p. 11.

Table des illustrations

Titre Schéma I – Comparaison France Allemagne
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/3819/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Schéma II – Journaux allemands
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/3819/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 111k
Titre Schéma III – Journaux français
Légende L’axe vertical montre la fréquence relative d’articles traitant du changement climatique (nombre d’articles divisé par nombre d’éditions par an). Les trois journaux sont : un grand hebdomadaire national (Der Spiegel/L’Express), un journal national (Frankfurter Allgemeine Zeitung, FAZ/Le Monde), et un journal régional (Westdeutsche Allgemeine Zeitung, WAZ/Sud-Ouest). La courbe en trait plein montre la moyenne des trois journaux choisis. Le graphique présente aussi quelques évènements majeurs qui ont eu un impact sur la presse en distinguant les rapports du GIEC et les évènements internationaux des évènements nationaux (flèches solides).
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/3819/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 98k

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.