Version classiqueVersion mobile

Savoirs experts et profanes dans la construction des problèmes publics

 | 
Ludivine Damay
, 
Denis Benjamin
, 
Denis Duez

Chapitre 1. Savoirs experts, expertises profanes et malaise des cadres

Corinne Delmas

Texte intégral

1« Malaise des cadres », « fatigue des élites », la question du mal-être d’un « groupe professionnel sous tensions » suscite aujourd’hui de nombreux discours (savants, politiques, médiatiques…), recherches et publications.

  • 2 Nous nous appuyons ici sur les matériaux (études de contenus, entretiens, observations) et les pre (...)

2Cette abondance invite à explorer les modalités différenciées de construction et de traitement médiatiques de ce supposé « malaise », sa genèse et la mobilisation de divers savoirs et acteurs, parmi lesquels les organisations syndicales de cadres, des « experts » et des chercheurs en sciences sociales2.

3Le foisonnement de travaux et publications confirme l’émergence de cette thématique sur la scène publique (I). De multiples savoirs, champs disciplinaires et registres discursifs sont mobilisés de manière contrastée ; leur usage pragmatique en font des savoirs d’expertise, qu’il s’agisse d’une expertise institutionnelle ou de «contre-expertise » voire d’expertise profane (II). Ces emplois contrastés d’un thème qui peut être perçu comme une source d’enjeux multiples, en soulignent en même temps les limites (III).

I. L’émergence de la thématique du malaise des cadres sur la scène publique

4Ancienne, cette thématique connaît depuis une quinzaine d’années un succès certain (A). Le développement d’études sur le travail et la santé mentale en milieu professionnel (B) ainsi que la mobilisation syndicale sur ce terrain (C) ont, ces derniers temps, particulièrement alimenté les recherches et publications sur ce « malaise des cadres ».

A. L’émergence et le succès d’une thématique

  • 3 Dupuy (F.), La fatigue des élites. Le capitalisme et ses cadres, La République des idées, Seuil, Pa (...)

5La référence au « malaise des cadres » est récurrente3. Expression du supposé « mal-être » d’une catégorie socio-professionnelle « sous tensions », en raison de sa position d’« entre-deux » (ni salariés comme les autres, ni patrons), ce sentiment de « malaise » serait accru à l’heure où ces salariés sont particulièrement touchés par la crise économique et où l’existence même du statut de cadre est remise en cause. C’est dire en même temps combien la référence à un supposé « malaise des cadres » agrège de multiples discours et analyses.

  • 4 Bouffartigue (P.), Les cadres. Fin d’une figure sociale, La Dispute, Paris, 2001.
  • 5 Sur la presse, voy. encadré 1. Les Échos, très lu par les dirigeants et les cadres des grandes ent (...)

6Tantôt l’accent est mis sur la rupture du « contrat de confiance » qui liait ce « salariat de confiance » à l’entreprise4 et sur sa conséquence, la démobilisation et le retrait des cadres. La presse économique, particulièrement Les Echos5 et l’Expansion, diffuse ce constat d’un manque de reconnaissance, pour en souligner les dangers pour l’entreprise elle-même :

  • 6 Izraelewicz (E.), blog lesechos.fr, 21 septembre 2005.

Mais, et il y a un mais, je le disais, un malaise plutôt : les cadres ne sont pas heureux pour autant. Ils se sentent de plus en plus comme les mal-aimés de l’entreprise. Il y a, entre eux et leur société, une distance croissante, une distance qui menace de conduire au divorce. Les trois millions de cadres que compte la France ont le sentiment d’avoir été évincés du pouvoir, d’être devenus, eux aussi, des « serviettes jetables » dans des affaires désormais motivées par une logique uniquement financière. […] Fusions, rachats, restructurations, délocalisations : à chaque fois, ils ont l’impression d’être les jouets de forces qui leur échappent. S’ils ressentent encore, d’après cette enquête, un « certain plaisir à aller travailler », ils souffrent, unanimes, d’un manque de reconnaissance personnelle. De nombreux patrons le reconnaissent d’ailleurs volontiers, pour s’en inquiéter : leurs cadres sont « démobilisés ». Situation présentée comme inquiétante pour les entreprises et l’économie6.

  • 7 Voy. le séminaire de l’Observatoire des cadres de la CFDT-Cadres « Cadres : la tentation du retrai (...)

7Côté syndical, le constat du retrait des salariés est également unanime, particulièrement à la CFDT-Cadres7.

  • 8 Voy. Mousli (M.), « F. Dupuy, La fatigue des élites. Le capitalisme et ses cadres », Alternatives (...)
  • 9 Kotlicki (M.-J.) et Bolzinger (J.-F.), (R)évolutions cadres. 2007, pourquoi et comment il faudra co (...)
  • 10 Thouzeau (E.), secrétaire national de l’UGICT-CGT, « Réalités cadres – octobre 2005. Quelques ensei (...)

8Les journaux de gauche (notamment L’Humanité) ainsi que la presse économique alternative (Alternatives économiques), se font en la matière l’écho de travaux de sociologues (tel P. Bouffartigue) et d’analyses syndicales assimilant les cadres à des salariés « comme les autres », avec cependant pour particularité d’être parmi les plus touchés par la crise, mobilisés et mobilisables syndicalement8. Ce constat n’est d’ailleurs pas sans intérêt stratégique au sein de l’espace syndical, à l’heure de la désyndicalisation. L’UGICT-CGT s’appuie ainsi sur les exemples de mobilisation de cadres extrêmement revendicatifs, pour légitimer son existence au sein de la CGT et son action9. Le recours à des outils tels que le baromètre « Réalités cadres » CSA/UGICT permet surtout de souligner les difficultés rencontrées par ceux qui « sont de plus en plus des salariés au même titre que les autres10 ».

  • 11 L’Expansion, 1er mai 2005, enquête de Constanty (H.), Domart (Q.) et Syfuss (S.).

9Les presses économique et « grand public », à fort lectorat cadres, font également référence, mezza voce, à ce potentiel revendicatif. « Désormais, le cadre qui s’estime licencié à tort se comporte comme n’importe quel salarié de base : il attaque. Faut-il y voir le signe avant-coureur d’une révolte des cadres ? » souligne un article de l’Expansion11.

  • 12 Salengro (B.), Le management par la manipulation mentale, L’Harmattan, Paris, 2006.
  • 13 Dejours (C.), Souffrance en France. La banalisation de l’injustice sociale, Seuil, Paris, 1998 ; Hi (...)

10D’autant que ce salarié serait particulièrement touché par le stress, la souffrance au travail, le harcèlement, la violence ou la « manipulation mentale12 ». La référence au « malaise » des cadres recouvre ainsi aujourd’hui la question du « mal être », largement abordée par le biais du stress, du harcèlement ou de la souffrance au travail, entendue dans le sens de « malaise » au travail ou en référence à la psychodynamique du travail. Ces notions ont connu, à partir de la fin des années 1990, un succès important dont sont symptomatiques les ouvrages de Marie-France Hirigoyen et de Christophe Dejours13.

  • 14 Sur cette promotion depuis les années 1990, à propos de la multiplication des lieux d’écoute sous (...)

11L’intérêt pour les manifestations et les causes de la souffrance mentale au travail dépasse largement le monde des praticiens des maladies professionnelles. Il se développe parmi des publics diversifiés, dans un contexte où s’imbriquent des réflexions critiques sur les effets du néo-management et la promotion, plus diffuse, d’une culture psychologique de masse favorisant le recours à des catégories de perception psychologisantes14.

12L’introduction dans le code du travail, en 2002, de la notion de « harcèlement moral », l’obligation pour les entreprises de plus de cinquante salariés de créer un document unique d’évaluation des risques pour la santé et la sécurité des salariés mis à jour chaque année par le comité d’hygiène, sécurité et conditions de travail (CHSCT), et l’élargissement de la mission préventive de ce dernier à la santé mentale des salariés opéré par la loi de modernisation sociale, ont contribué au succès de la thématique de la santé mentale au travail. Ils ont également obligé les syndicats à investir ce domaine, dans un contexte marqué par le développement de réflexions internes sur la nécessaire proximité à la réalité du vécu professionnel pour renouer avec la syndicalisation, à un moment où les salariés adressent de très nombreuses plaintes individuelles aux syndicalistes. D’autres facteurs explicatifs peuvent être évoqués dont la création des observatoires régionaux de la santé au travail (ORST) et la multiplication des initiatives publiques sur ce terrain : mises en place d’un Observatoire de la santé mentale, de l’Agence de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset – devenue en 2010 l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail [ANSES]), des intervenants en prévention des risques professionnels (IPRP) en 2003, puis adoption d’un plan national Santé-environnement, lancement d’un programme Environnement-santé-travail, rapport sur les indicateurs des risques psychosociaux remis au ministre du Travail par le magistrat P. Nasse et le psychiatre-conseiller du Medef Patrick Légeron… Au niveau européen, des accords visent à lutter contre le stress dès octobre 2004, et contre la violence et le harcèlement au travail en avril 2007. Un accord national interprofessionnel (ANI) sur le stress au travail a été signé, le 2 juillet 2008. D’autres enjeux apparaissent, en particulier pour la médecine du travail, à l’heure de sa réforme.

13Pour toutes ces raisons et dans un contexte très favorable au débat de ces questions, divers acteurs, dont les entreprises, les organisations syndicales et la presse, s’approprient le sujet de la santé mentale des cadres au travail, et ces notions de « souffrance au travail », « stress », « harcèlement » que recouvre largement aujourd’hui le thème du « malaise des cadres ». Ils en explorent les différents contenus théoriques, le diffusent, par des formations, rencontres, permanences d’écoute, publications de guides, dossiers, mobilisant les approches scientifiques.

B. La multiplicité des approches scientifiques

14Le succès du « malaise des cadres » et les publications sur ce thème se nourrissent de nombreux travaux et recherches sur les cadres, leurs conditions de travail, le néo-management et la santé mentale dans le milieu professionnel.

  • 15 Askenazy (P.), Les désordres du travail. Enquête sur le nouveau productivisme, Seuil, Paris, 2004 ; (...)

15Les sciences sociales sont particulièrement mobilisées, dont l’économie, les sciences de gestion, la sociologie. Certaines réussites éditoriales, symptomatiques, suscitent les commentaires journalistiques, entretiens avec l’auteur et publications de dossiers. On peut notamment citer le succès de l’ouvrage de l’économiste Philippe Askenazy ou du sociologue des organisations, professeur en écoles de commerce et consultant François Dupuyl15. Une nébuleuse de spécialistes de la santé mentale au travail regroupe pour sa part nombre de cabinets d’expertise et de formation, des réseaux d’experts, chercheurs, universitaires et/ou praticiens (associations telle l’ASMT – Association santé et médecine du travail-, laboratoires tels ceux du changement social, créé en 1989 à Paris VII, ou du Conseil national des arts et métiers (CNAM), syndicats de médecins du travail tel le SGMT…). Médecins du travail et ergonomes se situent en première ligne. Leur approche varie selon leur affinité avec la psychopathologie, la psychodynamique, l’ergonomie de langue française, la clinique de l’activité…

  • 16 Billiard (I.), Santé mentale et travail. L’émergence de la psychopathologie du travail, La Dispute, (...)
  • 17 Dejours (C.), Plaisir et souffrance au travail, éditions de l’AOCIP, 1988.

16La psychopathologie, née en France au sortir de la seconde guerre mondiale16, décrit une pathologie mentale du travail. Tombée en désuétude en raison de ses difficultés à mettre en évidence des maladies mentales spécifiques au travail, elle reprend vigueur au début des années 1980, avec la psychodynamique que propose Christophe Dejours, sur la base d’un retournement de question ; on ne part plus de la maladie mentale mais de la normalité, sans renoncer pour autant au caractère potentiellement dangereux du travail pour la santé. La création en 1983 de l’Association pour l’ouverture du champ d’investigation psychopathologique (AOCIP), qui organise son premier colloque en 1984 au ministère de la Recherche puis met en place avec le concours du CNRS (PIRTTEM), un séminaire interdisciplinaire réunissant une vingtaine de chercheurs de disciplines différentes17, débouche sur la création au CNAM, en 1990, du laboratoire de psychodynamique du travail qui entre dans le programme d’enseignement de la chaire occupée par C. Dejours. Il s’agit désormais d’observer les régulations permettant de résister à la maladie mentale dans le cadre d’une recherche se concentrant sur l’analyse des défenses.

  • 18 Terme employé par exemple par Schwartz (Y.), Le paradigme ergologique ou un métier de philosophe, (...)
  • 19 Duraffourg (J.), Alain Wisner et les tâches au présent, Octarès éditions, Toulouse, 2004 ; Guerin ( (...)

17La clinique de l’activité, l’ergonomie (littéralement : clinique du travail), voire l’ergologie (science du travail)18 étudient pour leur part la sémiologie du travail, les tâches et les activités afin de remonter aux facteurs explicatifs. L’ergonomie dite de langue française vise ainsi à rendre compte de la diversité des situations de travail et de l’activité réelle des salariés ainsi qu’à développer une méthode d’intervention. Il s’agit ici, quels que soient l’approche privilégiée et les outils mis en œuvre, de « redonner sa place au travail19 », et d’adapter le travail à l’homme et non l’inverse.

18Si les travaux scientifiques se développent sur l’activité professionnelle, la souffrance et le plaisir au travail, les organisations de cadres s’approprient également ces questions, par le biais de la mobilisation syndicale.

C. Une mobilisation syndicale contrastée

  • 20 Bouffartigue (P.) dir.. Cadres : la grande rupture, La Découverte, Paris, 2001
  • 21 Boltanski (L.) et Chiapello (È.), Le nouvel esprit du capitalisme, Gallimard, Paris, 1999.

19Au sein de l’espace syndical, les organisations catégorielles sont particulièrement mobilisées, à partir de la fin des années 1990, contre le « malaise » de cadres placés dans des situations génératrices de souffrance, stress, « burn-out », avec l’émergence de nouveaux modes de management et d’organisation du travail déstabilisateurs et l’affirmation d’un capitalisme patrimonial… Ces salariés constitueraient aujourd’hui un groupe à l’« activité professionnelle sous tensions20 » dans un contexte de remise en cause des classes sociales21.

20Sur fond de multiplication des plans sociaux qui n’épargnent plus les cadres, de concurrence de la CFDT (qui la distancie aux prud’hommales de 1997) et de remise en cause d’une catégorie « cadres » contestée par le Medef, la CFE-CGC met l’accent sur sa dimension catégorielle et se radicalise.

21Pour l’ensemble des organisations, les « cadres » seraient désormais des salariés comme les autres, solidaires mais dont il faut affirmer les spécificités, condition minimale à la survie de ces structures. Le poids des personnels d’encadrement dans la population salariée ainsi que leur plus grande propension à se syndiquer contribuent à renforcer la position et l’audience des syndicats de cadres qui, tous, se positionnent, peu ou prou, sur les questions de santé mentale au travail, en particulier de harcèlement moral et de stress ; le thème est très prégnant dans leurs discours, revendications et travaux.

  • 22 Voy. son site internet : www.uci-fo.com.
  • 23 Lettre des cadres, mai-juin 2007, no 70 (supplément bimestriel de Cadres CFTC no 108), p. 2, prése (...)

22« Lutter contre le harcèlement moral et le stress en négociant des actions de prévention et de formation au sein des entreprises » figure ainsi parmi les « revendications principales » de l’UCI-FO22. L’UGICA-CFTC organise des stages de formation syndicale à destination des conseillers prud’hommes de l’encadrement sur « les pathologies professionnelles chez les cadres et leurs conséquences sur le contrat de travail », ainsi qu’une formation à destination des adhérents de l’encadrement sur « les nouveaux défis des cadres23 ». L’UGICT-CGT se positionne plutôt sur la baisse des charges de travail pesant sur l’encadrement, tandis que CFDT-Cadres vise les conditions de travail, le travail « soutenable » et l’identité de cadre. La CFE-CGC se mobilise pour que le stress soit reconnu comme maladie professionnelle ; l’objectif est de permettre une meilleure réparation du préjudice, et d’exercer, par le jeu des cotisations majorées, une forme de pression financière sur les entreprises pour les inciter à faire de la prévention.

  • 24 Salengro (B.), Le management…, op. cit., 2006, p. 205.

23Il s’agit de reconnaître le phénomène pour en faire un objet de négociation, mais également de former les salariés et les syndicalistes. Car la priorité, au niveau syndical, n’est pas de « jouer au psychologue » mais de promouvoir l’action collective classique24. Pour ce faire, les experts sollicités, les références et les outils scientifiques utilisés ainsi que les dispositifs mobilisés sont multiples.

II. La mobilisation de savoirs d’expertise

24Cette question du malaise des cadres agrège de multiples savoirs. Plusieurs champs disciplinaires sont sollicités dont l’économie, les « sciences de gestion », la sociologie… L’équipement savant mobilisé et ces savoirs d’expertise servent à objectiver un supposé « malaise » dans une presse enquêtant sur le sujet et friande de sondages de toutes sortes. A cet égard, les résultats de « baromètres » divers, censés renseigner sur l’état d’esprit des cadres, sont particulièrement exploités (A). On peut notamment citer le baromètre du stress de la CFE-CGC, caractéristique d’un certain « militantisme de dossier », ainsi que divers sondages et enquêtes syndicaux (B), voire une « contre-expertise » à l’expertise patronale (C).

A. L’objectivation d’un supposé « malaise » : la multiplication des sondages et le baromètre du stress de la CFE-CGC

  • 25 Par exemple, tel sondage de la Sofres montrant le « divorce des salariés avec leur entreprise » (« (...)
  • 26 Par exemple : étude réalisée par le cabinet de conseil Liebaut-Maubras-Prieur (« Il existe encore (...)
  • 27 Telle celle de 2005 selon laquelle « le "malaise" des cadres s’est accentué en 2005 » (« Le stress (...)
  • 28 « France : courant positif pour l’emploi des cadres », Capital, 25 août 2005.
  • 29 « Le moral des cadres se redresse mais reste bas », 5 décembre 2005 ; « Petite rechute du moral de (...)
  • 30 « Un cadre sur deux prêt à travailler à temps partiel », La Tribune, 3 mars 1993.
  • 31 Par exemple : Capital : « L’état d’esprit des cadres s’améliore en novembre », 6 décembre 2006.

25La presse mobilise, à l’appui ou contre le constat d’un malaise des cadres, les résultats et pourcentages issus de sondages25, études nombreuses réalisées par tel ou tel cabinet de conseil26, par l’Association pour l’emploi des cadres (APEC)27… Divers indicateurs sont cités dont l’indicateur mensuel de l’APEC sur l’emploi des cadres28, l’indice synthétique du moral des ménages publié par l’INSEE, l’indice synthétique du baromètre de LH2 (ex-Louis Harris) pour le Figaro Entreprise, HEC et France Inter, mobilisé par Capital à l’affût des hausses et des baisses du « moral des cadres29 ». La Tribune s’appuie sur le baromètre Axiva révélant « une démotivation des cadres européens, notamment français30 ». Sur ces questions de démotivation, la presse utilise également le baromètre du stress de la CFE-CGC31.

  • 32 Telle L’Usine nouvelle. Voy. par exemple Souffi (E.), « Syndicalisme, le réveil des cadres », L’Us (...)
  • 33 Par exemple : « Le stress, une nuisance trop souvent ignorée », les Échos, 24 février 2006 ; « Jea (...)
  • 34 Allegra (C.), Steinman (L.) et Faure (S.), « Santé au travail : ça ne va pas beaucoup mieux », L’Ex (...)
  • 35 Valance (G.), « Le risque de décrochage », L’Expansion, 1er mars 2005.
  • 36 « Pourquoi 4 millions de cadres en ont marre », L’Expansion, 1er mai 2005.

26L’expertise et les analyses de la CFE-CGC reçoivent un certain écho dans la presse spécialisée32 et économique, en particulier Les Echos, Capital33 ou L’Expansion, qui consacre plusieurs dossiers au malaise des cadres depuis une dizaine d’années, et souligne de manière récurrente « la montée du stress professionnel » qui « ne frappe pas que les manuels : les cadres sont en première ligne34 », insistant sur le « risque de décrochage » de la part de « cadres moyens des entreprises» « nourrissant un des phénomènes les plus inquiétants de la France actuelle : le malaise et le laminage des classes moyennes35 » ou consacrant en mai 2005, à l’occasion de la sortie de l’ouvrage de François Dupuy sur La fatigue des élites et des derniers chiffres du baromètre stress de la CFE-CGC, un long dossier au sujet sous le titre « Pourquoi 4 millions de cadres en ont marre36 ».

  • 37 Duval (F.), Critique de la raison journalistique…, op. cit.
  • 38 Lors même que cette assimilation prête à discussion voire réfutation. D’autres facteurs expliquent (...)
  • 39 Cazettes (J.-L.), Qu’est-ce que la CFE-CGC ?, Syllepse, Paris, 2002.
  • 40 Salengro (B.), Le management…, op. cit., p. 37.
  • 41 Ibidem.

27Cette référence par la presse économique « dominante37 » aux analyses et enquêtes cégécistes est favorisée par les proximités idéelles et de réseaux avec cette confédération qui incarne un syndicalisme catégoriel. La CFE-CGC s’intéresse par ailleurs tôt et spécifiquement à la question du stress au travail, longtemps présenté et perçu comme la « maladie » des cadres, des métiers dits « à responsabilités38 », aujourd’hui également associé au travail relationnel. Une expertise confédérale est produite en la matière par l’Observatoire et le baromètre du stress qui permettent de « mesurer l’ampleur du phénomène par des enquêtes régulières auprès de l’encadrement39 ». La confédération recueille ainsi des témoignages, à travers « différentes enquêtes réalisées en interne à la CFE-CGC40 ». Ces témoignages sont sans appel et attesteraient l’ampleur des problèmes de stress, de harcèlements ou de phénomènes voisins41.

B. « Militantisme de dossier » et usages syndicaux de l’expertise

  • 42 Ollitrault (S.), « Science et militantisme : les transformations d’un échange circulaire », Politix (...)
  • 43 Salengro (B.), Le stress des cadres, L’Harmattan, Paris, 2005 ; Salengro (B.), Le management…, op. (...)
  • 44 Pernod (H.), « Syndicaliste et savant, si loin si proche. Les militants SUD-PTT et leurs rapports a (...)

28Le « militantisme de dossier42 » est particulièrement caractéristique de l’activisme cégéciste. L’action des médecins et de leur syndicat (le SGMT, Syndicat général des médecins du travail, affilié à la CFECGC), mobilisés sur la question de la réforme les concernant, ainsi que celle de Bernard Salengro, en charge du dossier au sein de la CFE-CGT, contribuent à expliquer son positionnement sur les questions de stress et de santé au travail. B. Salengro débute sa carrière comme médecin des mines, publiant des études ergonomiques et épidémiologiques, et rejoint dans les années 1980 le pôle « santé » de la CFE-CGC. Élu en 1997 au conseil exécutif de la Centrale, il se voit confier le dossier sur la santé au travail lancé dans le cadre de la « refondation sociale ». L’accord, qu’il signe avec la CFDT et la CFTC, prévoit une présidence alternée de l’Institut national de la recherche et de sécurité (INRS) entre représentants des salariés et des employeurs. B. Salengro est le premier représentant des salariés à accéder à cette présidence en 2001. Ce responsable du pôle santé et travail à la CFE-CGC, particulièrement investi dans les thématiques du stress, des cancers professionnels et des troubles cognitifs, y devient le spécialiste de la santé mentale au travail, y organisant des séminaires, rencontres, colloques. Représentant de la confédération sur ces questions, il est sollicité à titre d’expert par la presse. Il publie sur le « stress des cadres » et sur le « management par la manipulation mentale », deux ouvrages s’appuyant largement sur l’expertise confédérale (baromètre du stress, enquêtes internes…). Il étaye également son analyse sur des témoignages, les résultats de sondages et enquêtes diverses et un corpus assez hétérogène de références théoriques43. La tendance à un tel décloisonnement disciplinaire est assez fréquente chez des militants intégrant des méthodes savantes dans une logique militante, mobilisant ainsi des connaissances émanant du monde savant sans souci de distinction entre les disciplines44.

  • 45 Ainsi de la table ronde du 3 juillet 2007 sur le stress (« Quelle politique de prévention»). Voy. (...)
  • 46 Les enjeux de ces formes collectives de mobilisation scientifique (quelle que soit leur dénominati (...)

29La CFE-CGC se positionne également sur ces questions de santé mentale au travail par des actions de formation. Elle propose ainsi une formation technique et juridique pour les représentants du comité d’hygiène, sécurité et conditions de travail (CHSCT) ; elle organise surtout des journées, colloques et séminaires sur le stress au travail, de sa propre initiative ou à la demande des unions territoriales, des sections syndicales et des fédérations45. Il ne s’agit pas ici de formation, insiste un responsable interrogé, en raison du caractère incertain et évolutif des connaissances scientifiques en la matière, qui invite à d’autres formes de divulgation de savoirs mieux adaptées. Le colloque ou le séminaire savant filmé et conviant la presse peut également être perçu comme le choix tactique d’une forme collective de mobilisation scientifique oscillant entre expression de savoir-faire sociaux et engagement sur le terrain du savoir46. Le large recours cégéciste au droit (actions juridiques et judiciaires) s’inscrit dans une même logique d’engagement.

  • 47 Voy. Cadres Plus, no 82, 2002.
  • 48 Ibidem, p. 4 : « Santé au travail des cadres ».
  • 49 Voy. responsabilitesocialedescadres.net.

30Pour sa part, la CFDT-Cadres fait également œuvre de recherche et de production d’expertise, à travers des enquêtes et les séminaires de l’Observatoire des cadres (ODC). Cette structure, créée en 1995 et associant chercheurs et syndicalistes, lance ainsi en 2002 une réflexion sur « les cadres et la violence dans les organisations47 » » à un moment où la CFDT-Cadres est confrontée à « de nouvelles sollicitations relatives au harcèlement moral, à l’augmentation du stress au travail et des tensions individuelles » et où elle propose une approche plus qualitative de « la question des conditions de travail et de la santé au travail des cadres (qui) s’est beaucoup focalisée, ces dernières années, sur les aspects liés au temps de travail, à la charge de travail48 ». Ce rôle d’expertise et ces choix thématiques s’expliquent par sa position renforcée au sein de la CFDT et par la réflexion menée sur l’identité cadre et la « Responsabilité sociale des cadres (RSC)49 Cette production d’expertise est également congruente au statut de cette organisation et à son affirmation au sein de la CFDT par sa fonction intellectuelle. Il faudrait s’attarder sur la trajectoire des militants qui, au sein de l’organisation, s’affirment également comme des « militants experts » aux côtés des chercheurs et universitaires plus ou moins « compagnons de route », membres du conseil scientifique, etc.

31Savante, profane, militante, l’expertise produite et mobilisée ici peut être perçue comme une sorte de « contre-expertise », face à l’expertise patronale.

C. Expertise patronale et « contre-expertise » syndicale

  • 50 Mahiou (I.), « Des outils psy à l’efficacité douteuse », Santé et travail, octobre 2007, no 60, p.  (...)

32L’entreprise « gère » le « malaise » et le « stress » de ses cadres en leur offrant du soutien personnalisé. La prise en charge de la souffrance passe largement par des approches individualisées voire psychologisantes, via la gestion du stress, les cellules d’écoute, l’accompagnement. Ces outils sont généreusement proposés par les cabinets de consultants en psychologie sollicités par les entreprises et animés par des psychiatres, des psychologues et des psychanalystes, cliniciens ou comportementalistes, qui ont pris pied sur le créneau du stress. On peut citer Stimulus et l’Ifas (Institut français sur le stress), respectivement dirigés par Patrick Légeron et Eric Albert ; ils recensent parmi leurs clients les plus grandes entreprises en France, notamment La Poste, où des formations de gestion du stress ont été largement dispensées depuis 1999, auprès des médecins du travail, des managers et des guichetiers. Les entreprises ont également recours aux observatoires du stress, souvent présentés comme des outils de compréhension du terrain afin d’élaborer des pistes d’action ; ils laissent toutefois sceptiques certains médecins et représentants syndicaux soulignant à titre d’exemple l’expérience peu probante d’un Observatoire médical du stress, de l’anxiété et de la dépression (Omsad) chez Renault, mis en place par I’Ifas en 1998, et le caractère trop global des données prises en compte50.

  • 51 Solidaires Unitaires Démocratiques-Postes Télégrammes et Télécommunications (SUD-PTT) est une fédé (...)
  • 52 Cf. Delmas (C.) et Merlin (J.-R.), « L’Observatoire du stress et des mobilités forcées à France Té (...)
  • 53 http://www.observatoiredustressft.org
  • 54 Quatre sociologues (une sociologue consultante, trois chercheurs en sociologie du travail et socio (...)
  • 55 Linhart (D.), « Stress et nouvelle organisation du travail », Assises précitées, 13 décembre 2007. (...)

33Face à cette expertise patronale et à cette approche individualisante du problème, les organisations syndicales peuvent produire une « contre-expertise », comme en atteste l’initiative de la CFE-CGC et de SUD-PTT51, qui décident de mener, dès juin 2007, leur propre enquête sous la forme d’un observatoire du stress et des mobilités forcées à France Télécom52. Cet observatoire est chargé de « surveiller les conditions de travail en tenant le baromètre de niveau du stress afin de mettre au devant et à jour l’information afférant à la situation ». Sa première initiative est le lancement via un site internet53 d’un questionnaire en direction du personnel, dont les résultats « confirment amplement le sentiment de stress, de souffrance au travail, de mobilités forcées ». L’observatoire, présenté comme « un outil de formation, d’information, de résistance et d’initiatives contre la souffrance au travail », organise dès décembre des « assises nationales » à Paris, fortement médiatisées. Il se dote dès novembre d’un comité scientifique pour « affiner son analyse », et réalise une enquête complémentaire par entretiens, sous la responsabilité d’un cabinet d’études. Ce comité pluridisciplinaire, chargé « d’analyser et d’apporter des réponses » mais aussi de « recentrer [nos] préoccupations dans un cadre plus large que la simple entreprise France Télécom », réunit une majorité de sociologues54 (sociologie du travail et sociologie politique). Particulièrement mobilisés en tant qu’« experts indépendants », l’un d’entre eux souligne cette « position intéressante sur le plan de l’affichage » dans un contexte de bataille d’expertise qui se joue entre les organisations syndicales et France Télécom. La perspective sociologique permet en outre de libérer la parole, comme en attestent les échanges au cours d’une table ronde des assises où avait été souligné combien le stress et le harcèlement sont consubstantiels à l’organisation du travail55.

34On retrouve ici le souci de proximité avec le terrain, spécialement prégnant à SUD, l’utilisation tactique de questionnaires et de l’autorité sociale et intellectuelle de la science. Le recours à la forme collective d’assises largement médiatisées permet de « faire foule », de s’appuyer sur le nombre, de mobiliser, voire de « conscientiser » les militants de France Télécom et de créer un « effet de scandale ».

35Cette préoccupation de proximité est largement partagée aujourd’hui par toutes les organisations qui mobilisent, sur les questions de malaise des cadres et de souffrance au travail, l’expérience vécue des salariés par le biais de recherches-actions, questionnaires, travaux d’écoute, actions de formation, séminaires…

  • 56 Les résultats ont été utilisés dans le cadre de la demi-journée de célébration des 40 ans de la CF (...)
  • 57 Cornu (T.), « Qu’est-ce qu’un cadre ? », CFDT-Cadres, no 424, mai 2007, p. 77-83.
  • 58 Thery (L.) dir., Le travail intenable. Résister collectivement à l’intensification du travail, La D (...)
  • 59 Karvar (A.) et Rouban (L.) dir., Les cadres au travail. Les nouvelles règles du jeu, La Découverte, (...)
  • 60 Davezies (P.), « Les impasses du harcèlement moral. L’ergonomie contre la victimologie », Cadres-CF (...)
  • 61 Cadres Plus no 82, 2002, p. 4. Voy. aussi Ehrenberg (A.), « Peut-on parler d’une idéologie de la s (...)

36La CFDT-Cadres privilégie la recherche-action, sous la conduite de trois universitaires, deux sociologues et un ergonome56. Le thème est congruent à l’orientation de cette organisation et à la réflexion qu’elle mène sur l’identité de cadre à partir du métier et non du statut57. Cette recherche s’inscrit par ailleurs dans la continuité d’une précédente enquête pluridisciplinaire de la CFDT sur les questions d’intensification menée à la demande de Laurence Théry, inspectrice du travail et secrétaire confédérale chargée des conditions de travail à la CFDT58. Enfin, elle prolonge l’enquête TEQ (« Travail en question») – Cadres « réalisée par la CFDT auprès de 6500 cadres d’entreprise et d’administration » et dont les premiers résultats paraissent en 200259. L’entrée se fait ainsi par le travail et les recherches sociologiques et d’ergonomie de langue française sont privilégiées chez des cédétistes réticents à l’égard de la « victimologie60 » et relativisant l’idée d’une « souffrance » au travail des cadres : « Si nous connaissons des situations de souffrance au travail, nous ne pensons pas que les cadres souffrent ou soient hyper-stressés. Nous savons aussi qu’il y a du plaisir au travail61.» Cette distanciation vis-à-vis de la thématique de la souffrance est également une manière de se positionner par rapport à l’approche psychodynamique privilégiée au sein de la CGT. Le thème n’en est pas moins présent sur le terrain, très prégnant dans le discours de participants à la recherche-action, comme le souligne l’un des chercheurs investis.

  • 62 Thouzeau (E.) « Réalités cadres… », op. cit.

37Les divergences de vocabulaires, d’approches, de sensibilités, s’expliquent par le positionnement des organisations entre elles, leur histoire, leurs orientations, leurs vocations et le profil contrasté de leurs adhérents. L’apparente faible mobilisation de l’UGICT sur ces questions qualitatives de santé et de conditions de travail (comparativement à la CFDT-Cadres ou à la CFE-CGC) est sans doute à mettre en relation avec les prises de position et revendications de la CGT, sa tradition ouvriériste, le profil de ses adhérents et sa position au sein de la CGT. L’UGICT représente surtout des salariés du secteur public, des techniciens et agents de maîtrise dans le secteur de la santé, et une population de salariés plus féminisée. Cela permet de comprendre pourquoi, tout en insistant sur les difficultés62 des cadres et leur potentiel revendicatif pour légitimer son existence au sein de la CGT et son action, elle se positionne davantage sur les questions de reconnaissance des techniciens et de mixité, comme l’attestent ses prises de position et le choix des thèmes de formation.

38Porté par les organisations catégorielles et divers acteurs, le thème du « malaise des cadres » serait largement médiatisé, à tel point qu’il fonctionnerait parfois comme une évidence. Cette médiatisation et ce succès sont cependant plus apparents que réels.

III. Les limites d’un thème flou et polysémique

39Le supposé « malaise des cadres », tel qu’il est traité et diffusé par les organisations syndicales, les chercheurs, experts, consultants et la presse se décline donc selon plusieurs registres : emploi, salaires, conditions de travail, charge de travail et, principalement, santé mentale au travail et stress. Qu’il soit constaté ou remis en cause, ce malaise fonctionne comme une incantation mais semble, concrètement, se traduire difficilement en action et revendication collectives (A). Cette notion aux déclinaisons multiples s’avère floue et atteste la prégnance d’une approche psychologisante (B), d’autant que la médiatisation du thème s’inscrit dans un marketing et une dépolitisation (C).

A. La difficile conversion en action et en revendication collectives

  • 63 Askenazy (P.), Les désordres du travail…, op. cit.

40Globalement, le malaise des cadres semble être un thème porteur tant dans l’espace public, médiatique, politique, scientifique que syndical. Il recouvre des questions caractéristiques telles que la souffrance au travail, le déclassement social, le sort des classes moyennes et semble non dénué d’une portée critique à l’égard du capitalisme financier, du néo-management et du « néo-productivisme63 ». Suscitant des expertises et la mobilisation de divers « experts », ce thème est particulièrement traité par des chercheurs, des militants syndicaux, voire des « militants experts ». Il semble cependant être, à y regarder de plus près, difficilement approprié par les syndicats.

  • 64 Aubert (N.) et de Gaulejac (V.), Le coût de l’excellence, Seuil, Paris, 2007, p. vi.

41Nombreuses sont les critiques, émanant notamment du monde de la recherche, adressées à des organisations syndicales encore trop fermées à ces productions et aux apports scientifiques sur la santé mentale au travail. « La grande majorité des syndicalistes, sensibles à ces questions, ne parviennent pas à tirer les conséquences de nos analyses que, pourtant, ils approuvent. Il en va de même du côté des cadres supérieurs » soulignent Nicole Aubert et Vincent de Gaulejac64.

42Nombre d’auteurs relèvent la difficulté à convertir des problèmes d’organisation du travail en revendications qui resteraient ainsi encore très quantitatives dans des syndicats où dominent la question de l’adhérent et du recrutement, ainsi que celle des échéances électorales.

43La portée critique et mobilisatrice du thème se heurte enfin à son caractère protéiforme et à la prégnance d’une approche psychologisante.

B. Flou d’une notion, prégnance d’une approche psychologisante

44Le succès du thème tient à ce caractère protéiforme, qui en constitue en même temps une limite, avec la prégnance d’une approche psychologisante sous-jacente aux notions de « malaise », de santé mentale, de souffrance au travail, stress et harcèlement.

  • 65 RDS-ANACT, « Le dialogue social et le stress au travail », Maison de l’Europe, Paris, 23 janvier 2 (...)

45La négociation collective et le dialogue social rendent compte de cette approche. Le vocabulaire est révélateur : on parle des « risques psychosociaux ». Les partenaires sociaux choisissent de ne pas définir le stress dans le cadre de l’accord européen de 2004. Du côté patronal et au sein des directions des ressources humaines, on insiste sur les « spécificités » de ces risques qui feraient intervenir le facteur individuel. Les négociations sont souvent longues et difficiles, les solutions adoptées très individualisantes. Des échanges organisés en 2008 sur « le dialogue social et le stress au travail » par Réalités du dialogue social (RDS) en partenariat avec l’Agence nationale pour l’amélioration des conditions de travail (ANACT)65 sont révélateurs. Le directeur général de l’ANACT, Jean-Baptiste Obeniche, formule comme première hypothèse pour expliquer que « peu d’entreprises, peu de partenaires sociaux se sont emparés du sujet au sein de l’entreprise pour négocier », « les spécificités du sujet du stress et des risques psycho-sociaux » ; « le sujet est classiquement individuel ; ce n’est pas un sujet collectif ; c’est rarement un sujet d’entreprise. » Le médecin conseil du Medef insiste sur les spécificités de ces questions, qui ne peuvent être traitées « par un empilement de réglementations », au motif que « le risque psychosocial est un problème complexe », un « phénomène éminemment subjectif », dont l’approche est difficile, « forcément idéologique » : les « individus se sentent incapables de combler ces exigences ».

46Le facteur individuel et la difficulté à distinguer ce qui relèverait de la vie personnelle des salariés ou de problèmes liés à l’environnement de travail constituent des antiennes des discours sur la santé mentale au travail, qui placent aujourd’hui d’emblée le débat au niveau psychologique et plutôt individuel.

C. Marketing et dépolitisation : les enjeux commerciaux d’un thème porteur

  • 66 Duval (F.), Critique de la raison journalistique…, op. cit., p. 141-148 ; p. 192.
  • 67 Le Monde aborde le thème particulièrement au milieu des années 1990, à partir des conflits sociaux (...)

47Le thème du « malaise des cadres » est donc essentiellement porté par les organisations syndicales de cadres et relayé par la presse. Les premières mettent l’accent sur le travail sous contrainte et les problèmes de santé qui en résultent. La presse généraliste, en particulier Le Monde et dans une moindre mesure Libération, relaie ce thème à un moment où elle est pleinement entrée dans la « dynamique des cadres66 » et où sa manière de traiter l’information s’est considérablement rapprochée de celle de la presse destinée aux cadres et aux décideurs67. Pour sa part, la presse économique, alors en plein essor, médiatise le thème. Le poids des sources patronales, les enjeux commerciaux et les contraintes inhérentes aux attentes du lectorat dans un contexte concurrentiel éclairent les particularités et disparités qui caractérisent le traitement médiatique du « malaise des cadres ».

  • 68 Duval (F.), Critique de la raison journalistique…, op. cit., p. 63.

48Le point commun à tous les titres véhiculant ce thème est d’intervenir sur un même sous-marché de lecteurs, celui des patrons, cadres et épargnants. L’Expansion, en particulier, vise dès ses débuts, dans les années 1960, à l’instar de L’Express depuis quelques années, le public des cadres, et constitue le premier titre spécialisé qui cherche à attirer de façon systématique une catégorie dont les effectifs connaissent une forte croissance. A l’origine, cette revue contribue à la politisation de l’économie. « Moins bien intégré à l’ordre économique que les patrons, les actionnaires et les professionnels de la finance qui forment le lectorat traditionnel de la presse économique, le public des cadres favorise, en matière d’information économique, une politisation et une moralisation qui ne sauraient, par conséquent, être exclusivement imputées à des initiatives et des dispositions vertueuses68. »

  • 69 Riutort (P.), « Le journalisme au service de l’économie », Actes de la recherche en sciences social (...)

49De nouvelles façons de traiter l’économie apparaissent donc dans les médias. Les syndicats, naguère très distants à l’égard de journaux économiques perçus comme l’incarnation du « grand capital », se préoccupent de faire connaître leurs opinions et accordent un intérêt soutenu à cette presse. Ils deviennent, aux côté de l’INSEE, d’institutions officielles, des cabinets ministériels, des sources majeures d’information, à côté des sources traditionnelles que sont les services de presse des grandes entreprises et les organisations patronales69.

  • 70 Pour des exemples : La Tribune, 9 novembre 1995 (« Le doute s’introduit chez les cadres ») ; 18 ja (...)
  • 71 Voy. les articles précités, particulièrement ceux de La Tribune et de Capital.
  • 72 Duval (F.), Critique de la raison journalistique…, op. cit., p. 167.

50Un renversement de tendance et une forme de dépolitisation s’opèrent cependant depuis une vingtaine d’années, corrélativement à l’essor d’une presse commerciale traitant de sujets concrets à destination des cadres avec le succès de Capital qui privilégie, dans le choix de ses sujets de reportage, des sujets « vendeurs ». Procédant à une certaine dépolitisation, ce type de journalisme économique n’en développe pas moins des thèses politiques libérales, mais présentées comme des « évidences » dont on ne discute pas, d’autant qu’elles sont suffisamment consensuelles dans les catégories où se recrutent les lecteurs potentiels du mensuel. Les problèmes sociaux sont désormais largement envisagés, dans la presse économique « dominante » du point de vue du chef d’entreprise et de l’entreprise, sous un angle de lecture économique. On peut citer l’exemple du traitement du malaise des cadres par La Tribune à partir d’un cas particulier, une entreprise particulière, un secteur donné (secteur bancaire, public…)70, sous l’angle plutôt économique, La Tribune traitant d’ailleurs proportionnellement peu et de manière nuancée cette question (sauf à insister surtout sur le malaise des cadres du secteur public). Elle tend à épouser les critères de perception qui prévalent dans les directions des entreprises privées ; l’accent est souvent mis sur la croissance, plus présente que celle du « chômage », la reprise (de l’emploi des cadres), les oscillations du moral, le plaisir au travail71. Cette orientation est favorisée par la relative proximité, voire appartenance de ces médias au monde économique. Ces derniers véhiculent ainsi des visions économicistes très souvent familières, en raison des origines sociales, formations scolaires, voire trajectoires professionnelles des journalistes72.

51Cette presse est par ailleurs largement conçue pour la lecture utilitaire dont elle fait l’objet dans un contexte professionnel, d’où le traitement des informations qui ont un intérêt pratique pour les dirigeants économiques, les cadres et les épargnants et la place plus marginale faites aux informations relatives à la politique, la macro-économie, et l’actualité sociale qui peuvent avoir des répercussions dans le champ économique.

52C’est à la lumière de ces évolutions et caractéristiques que la médiatisation contrastée et proportionnellement limitée du malaise des cadres doit être appréhendée. S’adressant, au moins en partie, à des lecteurs demandeurs, par leur profession ou leur statut, d’informations sur le monde économique, cette presse peut développer des rubriques dont la mise en place et le développement dans les autres médias sont plus difficiles et accroître avec sa capacité à produire de l’information, sa clientèle, son prestige et son crédit. C’est la presse s’adressant aux « cadres », presse économique ou généraliste, qui diffuse particulièrement des analyses sur le « malaise des cadres », étant entendu que la recherche de la reconnaissance professionnelle et de la captation de ce lectorat tend à s’imposer à toutes les rédactions qui aspirent à peser dans le champ, même dans les médias grands publics ou alternatifs. L’enjeu est la conquête d’un public au rôle économique reconnu et donc d’un segment du lectorat à forte valeur publicitaire.

53Le « malaise des cadres » semble donc a priori un thème connaissant un succès médiatique certain si on décompte les articles qui lui sont consacrés, nombreux et nourris depuis une dizaine d’années. Le bilan est en revanche plus modeste si on s’intéresse à la presse portant ce thème (presse généraliste et économique dont les cadres constituent une grande part du lectorat), à la proportion (limitée) des articles qu’elle lui consacre et au traitement du thème.

  • 73 Champagne (P.), « La vision médiatique », in Bourdieu (P.) dir., La misère du Monde, Seuil, Paris, (...)

54Il faut ajouter enfin le fonctionnement souvent circulaire de l’espace journalistique (journalistes qui se lisent et se reprennent les uns les autres, chacun tendant à voir sa vision confirmée du fait que ses confrères la partagent). Les habitudes de travail, le fonctionnement du champ peuvent engendrer de véritables fictions73 faisant l’objet de croyances du fait qu’elles ont l’autorité de tous les confrères qui, « enquêtant » sur le sujet, les ont alimentées. Comment discuter de l’importance d’une « réalité » dont « tout le monde a parlé » ?

  • 74 Askenazy (P.), Les désordres du travail…, op. cit.

55Demeure le paradoxe d’un thème qui est plutôt traité en tant que tel par une presse spécialisée, attentive au point de vue de l’entreprise et sous un angle économiciste, dans une démarche commerciale et dépolitisante. Cette presse aborde davantage les manifestations que les causes du supposé « malaise » et s’intéresse peu aux aspects sociaux et sanitaires du sujet. Le thème semble en revanche être assez largement abandonné par la presse de gauche ou antilibérale (presse généraliste ou presse économique alternative), plus soucieuse de traiter des difficultés de l’ensemble des salariés (parmi lesquels figure l’encadrement) dans le cadre d’une critique du capitalisme financier et du « néoproductivisme74 »…

Encadré 1 : Terrain et méthodologie de l’enquête

Ce chapitre s’appuie en partie sur les premiers résultats d’une recherche en cours sur la formation syndicale, financée par l’Agence nationale de la recherche et gérée dans le cadre du CERAPS, laboratoire CNRS de science politique de l’université Lille 2. Il s’inscrit donc dans une recherche plus large sur la formation syndicale, sur la santé mentale au travail des cadres et sur l’appropriation de cette thématique par les organisations de cadres.
Nous orientons ici la focale sur le thème du « malaise des cadres », sa circulation dans l’espace syndical et sa construction médiatique.
La circulation de la thématique dans l’espace syndical :
Il se fonde sur des échanges et entretiens avec des formateurs, responsables syndicaux, militants et chercheurs ainsi que sur l’analyse de contenu d’ouvrages, articles, tracts, conférences de presse, revues syndicales [Encadrement magazine (CFE-CGC) ; Options (UGICT-CGT) ; Cadres-CFDT ; Lettre FO Cadres] sur la santé au travail. Il repose également sur l’observation de stages de formations syndicales, réunions et manifestations, dont : les Assises contre le stress et les mobilités forcées à France Télécom (Paris et Saint-Denis, 13-14 décembre 2007), les séminaires de l’Observatoire des cadres de la CFDT-Cadres « Cadres : la tentation du retrait » (CFDT, Paris, 7 décembre 2007), « Souffrance au travail : de la psychologisation à l’action collective » (CFDT, Paris, 18 avril 2008), le forum « Travail et syndicalisme » organisé par l’Institut de recherche de la FSU (Conseil régional d’île de France, Paris, 22-23 janvier 2008), la réunion RDS-ANACT sur « Le dialogue social et le stress au travail » (Maison de l’Europe, Paris, 23 janvier 2008).
La construction médiatique du malaise des cadres :
Nous avons procédé à une analyse de contenu d’articles et à des sondages dans les publications suivantes :
Quotidiens généralistes : Le Monde (1987-2008), Libération (1987-2008), Le Figaro (2005-2008), L’Humanité(1993-2008).
Quotidiens économiques : Les Échos (1987-2008), La Tribune (1987- 2008).
Presse économique « grand public » : Capital (1987-2008), Challenges (2005-2008), L’Expansion (1987-2008), Le Nouvel Économiste(2003-2008).
Presse économique alternative : Alternatives économiques (2000-2008), Politis (2007-2008), Monde diplomatique.
News politiques : L’Express, Le Nouvel Observateur, Le Point.
Titres spécialisés : L’Usine nouvelle (2001-2008).

Encadré 2 : Les organisations syndicales de cadres

Cinq grandes organisations dominent le syndicalisme de cadres en France : une organisation catégorielle et quatre confédérations interprofessionnelles :
– la CFE-CGC : la Confédération générale des cadres, instituée en 1944, devient en 1981 la Confédération française de l’encadrement-CGC. Elle indique 112 947 adhérents comptables au congrès de 2010 et a obtenu 27,81 % des suffrages aux élections prud’homales de 2008, dans le collège « encadrement » (8,2 % tous collèges confondus) ;
– la CFDT-Cadres : l’Union confédérale confédération française du travail des ingénieurs cadres, créée en 1967, devient en 2001 la CFDT-Cadres. Elle indique 70 000 adhérents pour 2004 et a obtenu 23,4 % des suffrages aux élections prud’homales de 2008 (la CFDT réalisant 21,81 % des voix, tous collèges confondus)…
– l’UGICT-CGT : l’Union générale des ingénieurs et cadres, créée en 1948 au sein de la Confédération générale du travail, devient l’Union générale des ingénieurs et cadres et techniciens en 1969. Elle indique aujourd’hui « plus de 72 000 adhérents » et remporte 17 % des suffrages aux élections prud’homales de 2008 (la CGT obtenant 33,8 % des voix, tous collèges confondus) ;
– l’UCI-FO : la Fédération nationale des ingénieurs et cadres-Force ouvrière (FNIC) est créée en 1947 et devient l’Union des cadres et ingénieurs-FO en 1977. Elle indique 60 000 adhérents en 2004 et remporte 9,3 % des suffrages aux élections prud’homales de 2008 (CGT-FO totalisant 15,81 % des voix, tous collèges confondus) ;
– l’UGICA-CFTC : l’Union générale des ingénieurs, cadres et assimilés-Condédération française des travailleurs chrétiens, créée en 1974, indique 25 000 adhérents pour 2004 et obtient 10,46 % des suffrages aux élections prud’homales de 2008 (la CFTC réalisant 8,69 % des voix, tous collèges confondus).

Notes

2 Nous nous appuyons ici sur les matériaux (études de contenus, entretiens, observations) et les premiers résultats d’une enquête en cours. Sur les terrains et la méthodologie de l’enquête, voy. encadré 1.

3 Dupuy (F.), La fatigue des élites. Le capitalisme et ses cadres, La République des idées, Seuil, Paris, 2005. Il faudrait revenir sur la généalogie du thème, sa récurrence, voire son caractère intemporel ; à son appropriation dans les années 1970, ses liens avec les désillusions post-soixante-huitardes, etc.

4 Bouffartigue (P.), Les cadres. Fin d’une figure sociale, La Dispute, Paris, 2001.

5 Sur la presse, voy. encadré 1. Les Échos, très lu par les dirigeants et les cadres des grandes entreprises, en particulier dans les directions générales et les directions financières, ainsi que dans l’administration économique, constitue le premier quotidien économique en France et un support publicitaire très recherché. Les éditoriaux très patronaux et les informations sont directement traitées en vue de l’usage qui peut en être fait dans les entreprises ou les administrations ; Les Échos peuvent ainsi être perçus comme un « service public d’informations » au sein du monde économique. Voy. Duval (J.), Critique de la raison journalistique. Les transformations de la presse économique en France, Seuil, Paris, 2004.

6 Izraelewicz (E.), blog lesechos.fr, 21 septembre 2005.

7 Voy. le séminaire de l’Observatoire des cadres de la CFDT-Cadres « Cadres : la tentation du retrait » (CFDT, Paris, 7 décembre 2007). Pour une brève présentation des organisations syndicales de cadres, voy. encadré 2.

8 Voy. Mousli (M.), « F. Dupuy, La fatigue des élites. Le capitalisme et ses cadres », Alternatives économiques, no 237, juin 2005 ; id., « Les cadres, fin d’une figure sociale » par Paul Bouffartigue, Alternatives économiques, no 195, septembre 2001 ; Piot (O.), « La nouvelle alliance cadres-ouvriers », Alternatives économiques, hors-série no 29, juillet 1996 ; Bouchaud (J.), « Un défi mais aussi une chance… », Alternatives économiques, no 34, février 1996. Concernant L’Humanité, qui se fait particulièrement le relais de l’action et des prises de position syndicales : Doumayrou (F.), « Deux suicides lèvent le voile sur le malaise à Renault Technocentre », L’Humanité, 1er février 2007 ; « Pourquoi donc bougent les cadres ? », L’Humanité, 17 décembre 1998 ; « Social : le constat du président de la CGC », L’Humanité, 13 janvier 1994 ; Bari (D.), « Les Français sont-ils de plus en plus mal dans leur peau », L’Humanité, 10 mai 1994 ; Legoy (L.), « Le stress, stigmate d’une société de précarité », L’Humanité, octobre 1996.

9 Kotlicki (M.-J.) et Bolzinger (J.-F.), (R)évolutions cadres. 2007, pourquoi et comment il faudra compter avec les cadres. Editions Pascal, Paris, 2007.

10 Thouzeau (E.), secrétaire national de l’UGICT-CGT, « Réalités cadres – octobre 2005. Quelques enseignements d’un sondage », conférence de presse UGICT-CGT, 19 octobre 2005. Parmi les difficultés signalées, le stress est évoqué comme justification de la RTT.

11 L’Expansion, 1er mai 2005, enquête de Constanty (H.), Domart (Q.) et Syfuss (S.).

12 Salengro (B.), Le management par la manipulation mentale, L’Harmattan, Paris, 2006.

13 Dejours (C.), Souffrance en France. La banalisation de l’injustice sociale, Seuil, Paris, 1998 ; Hirigoyen (M.-F.), Le harcèlement moral. La violence perverse au quotidien. Editions La Découverte et Syros, Paris, 1998.

14 Sur cette promotion depuis les années 1990, à propos de la multiplication des lieux d’écoute sous l’égide de l’État, lieux qui révèlent aussi des formes nouvelles de traitement local des différences sociales, attentives à leurs effets faute de pouvoir agir sur leurs causes : Fassin (D.), Des maux indicibles. Sociologie des lieux d’écoute, La Découverte, Paris, 2004. Sur la subjectivation des politiques publiques, voy. Cantelli (F.) et Genard (J.-L.) dir., Action publique et subjectivité, LGDJ, MSH, Paris, 2008.

15 Askenazy (P.), Les désordres du travail. Enquête sur le nouveau productivisme, Seuil, Paris, 2004 ; Dupuy (F.), La fatigue…, op. cit.

16 Billiard (I.), Santé mentale et travail. L’émergence de la psychopathologie du travail, La Dispute, Paris, 2001.

17 Dejours (C.), Plaisir et souffrance au travail, éditions de l’AOCIP, 1988.

18 Terme employé par exemple par Schwartz (Y.), Le paradigme ergologique ou un métier de philosophe, Octarès éditions, Toulouse, 2001.

19 Duraffourg (J.), Alain Wisner et les tâches au présent, Octarès éditions, Toulouse, 2004 ; Guerin (F.), Comprendre le travail pour le transformer, ANACT éditions, Lyon, 2006.

20 Bouffartigue (P.) dir.. Cadres : la grande rupture, La Découverte, Paris, 2001

21 Boltanski (L.) et Chiapello (È.), Le nouvel esprit du capitalisme, Gallimard, Paris, 1999.

22 Voy. son site internet : www.uci-fo.com.

23 Lettre des cadres, mai-juin 2007, no 70 (supplément bimestriel de Cadres CFTC no 108), p. 2, présentant le calendrier des formations pour l’année 2007 (6 stages proposés).

24 Salengro (B.), Le management…, op. cit., 2006, p. 205.

25 Par exemple, tel sondage de la Sofres montrant le « divorce des salariés avec leur entreprise » (« Le rejet du management à la française », La Tribune, 28 novembre 1996.)

26 Par exemple : étude réalisée par le cabinet de conseil Liebaut-Maubras-Prieur (« Il existe encore des cadres heureux », La Tribune, 16 juin 1992.)

27 Telle celle de 2005 selon laquelle « le "malaise" des cadres s’est accentué en 2005 » (« Le stress des cadres s’accentue en 2005 », l’Expansion.com, 21 septembre 2005) ; celle de 2007 rendant compte d’un « malaise » « avec le type de management de son entreprise », trop directif (« Selon l’APEC, une majorité de cadres juge leurs supérieurs trop directifs », Les Échos, 13 juillet 2007). Voy. également « Le malaise des cadres », Les Échos, 21 septembre 2005.

28 « France : courant positif pour l’emploi des cadres », Capital, 25 août 2005.

29 « Le moral des cadres se redresse mais reste bas », 5 décembre 2005 ; « Petite rechute du moral des cadres en janvier », 6 février 2006 ; « Le moral des cadres français est reparti à la baisse », 6 mars 2006 ; « Le moral des cadres contribue à fléchir », 5 février 2007 ; « Les cadres toujours aussi moroses, selon un sondage », 3 décembre 2007.

30 « Un cadre sur deux prêt à travailler à temps partiel », La Tribune, 3 mars 1993.

31 Par exemple : Capital : « L’état d’esprit des cadres s’améliore en novembre », 6 décembre 2006.

32 Telle L’Usine nouvelle. Voy. par exemple Souffi (E.), « Syndicalisme, le réveil des cadres », L’Usine nouvelle, 8 janvier 2007.

33 Par exemple : « Le stress, une nuisance trop souvent ignorée », les Échos, 24 février 2006 ; « Jean-Luc Cazettes : « Pour les cadres, il n’y a pas de contre-indication à participer à la vie syndicale de leur entreprise », Les Échos, supplément management, 22 février 2005 ; « La CFE-CGC interpelle les candidats sur les cadres », Capital, 22 février 2007.

34 Allegra (C.), Steinman (L.) et Faure (S.), « Santé au travail : ça ne va pas beaucoup mieux », L’Expansion, 20 juillet 2000. Voy. aussi : « Le stress des cadres s’accentue en 2005 », L’Expansion.com, 21 septembre 2005.

35 Valance (G.), « Le risque de décrochage », L’Expansion, 1er mars 2005.

36 « Pourquoi 4 millions de cadres en ont marre », L’Expansion, 1er mai 2005.

37 Duval (F.), Critique de la raison journalistique…, op. cit.

38 Lors même que cette assimilation prête à discussion voire réfutation. D’autres facteurs expliquent sans doute cette mobilisation de la CFE-CGC sur la question du stress : le succès d’un thème souvent considéré comme le mal du siècle (idée véhiculée par nombre d’ouvrages généraux sur le sujet), qui est d’abord une catégorie du sens commun, les fondements philosophiques et paradigmatiques des théories du stress marquées plus souvent du sceau du positivisme, du behaviorisme et du scientisme, faisant appel largement aux méthodes quantitatives (questionnaires…) et à des batteries de mesures congruentes à l’approche des spécialistes de la question au sein de la CFE-CGC, etc.

39 Cazettes (J.-L.), Qu’est-ce que la CFE-CGC ?, Syllepse, Paris, 2002.

40 Salengro (B.), Le management…, op. cit., p. 37.

41 Ibidem.

42 Ollitrault (S.), « Science et militantisme : les transformations d’un échange circulaire », Politix, no 36, 4e trimestre 1996, p. 141-162.

43 Salengro (B.), Le stress des cadres, L’Harmattan, Paris, 2005 ; Salengro (B.), Le management…, op. cit.

44 Pernod (H.), « Syndicaliste et savant, si loin si proche. Les militants SUD-PTT et leurs rapports avec les sciences sociales », in Hamman (P.), Meon (J.-M.) et Verrier (B.) dir., Discours savants, discours militants : mélange des genres, L’Harmattan, Paris, p. 177-198.

45 Ainsi de la table ronde du 3 juillet 2007 sur le stress (« Quelle politique de prévention»). Voy. Encadrement magazine, no 146, juillet 2007, p. 16.

46 Les enjeux de ces formes collectives de mobilisation scientifique (quelle que soit leur dénomination : « journée », « colloque », « séminaire », « assises », « forum ») par la CFE-CGC mais aussi par d’autres organisations syndicales (qui les assimilent cependant parfois à de la formation syndicale) sont tout autant tactiques que cognitifs ; il s’agit en particulier de rendre visibles des argumentaires, de se rassembler et de construire les groupes.

47 Voy. Cadres Plus, no 82, 2002.

48 Ibidem, p. 4 : « Santé au travail des cadres ».

49 Voy. responsabilitesocialedescadres.net.

50 Mahiou (I.), « Des outils psy à l’efficacité douteuse », Santé et travail, octobre 2007, no 60, p. 32-35.

51 Solidaires Unitaires Démocratiques-Postes Télégrammes et Télécommunications (SUD-PTT) est une fédération de syndicats de La Poste et de France Télécom. Issu d’une scission au sein de la CFDT en 1988, SUD est devenu la seconde organisation syndicale dans ces deux sociétés issues du service public des PTT. Dès sa fondation, il met l’accent sur le renouvellement de la démocratie syndicale. Favorable aux diverses formes de démocratie directe pendant les mouvements sociaux (assemblées générales souveraines, coordinations, etc.), il entretient des rapports originaux avec les mouvements sociaux, participant à la création d’AC ! (Agir ensemble contre le chômage !) et de l’association altermondialiste Attac (Association pour la taxation des transactions financières et l’aide aux citoyens). Il est membre de l’union syndicale Solidaires, qui se développe, suite aux grèves de 1995 et à la création de SUD-Rail. En juin 2001. la fédération SUD revendiquait environ 15 000 adhérents. En 2005, SUD est la deuxième organisation syndicale à La Poste et à France Télécom.

52 Cf. Delmas (C.) et Merlin (J.-R.), « L’Observatoire du stress et des mobilités forcées à France Télécom : logiques et modes d’action d’une struture originale », Savoir/Agir, no 12, juin 2010, p. 35-41.

53 http://www.observatoiredustressft.org

54 Quatre sociologues (une sociologue consultante, trois chercheurs en sociologie du travail et sociologie politique), deux ergonomes, un consultant économiste ingénieur très investi dans le mouvement altermondialiste, une consultante politiste par sa formation initiale, une formatrice en ressources humaines.

55 Linhart (D.), « Stress et nouvelle organisation du travail », Assises précitées, 13 décembre 2007. Les deux tables rondes qui se déroulaient alors en parallèle, étaient toutes deux animées par deux sociologues du conseil scientifique de l’Observatoire, D. Linhart et G. Friedman (« Stress, détresse, harcèlement, suicide, comment réagir ? Obligations de l’employeur, moyens à disposition du CHSCT »),

56 Les résultats ont été utilisés dans le cadre de la demi-journée de célébration des 40 ans de la CFDT Cadres. Ils ont également fait l’objet d’un numéro de la revue de cette organisation : CFDT-Cadres, no 428, mars 2008 : « Le travail malade du stress ».

57 Cornu (T.), « Qu’est-ce qu’un cadre ? », CFDT-Cadres, no 424, mai 2007, p. 77-83.

58 Thery (L.) dir., Le travail intenable. Résister collectivement à l’intensification du travail, La Découverte, Paris, 2006.

59 Karvar (A.) et Rouban (L.) dir., Les cadres au travail. Les nouvelles règles du jeu, La Découverte, Paris, 2004.

60 Davezies (P.), « Les impasses du harcèlement moral. L’ergonomie contre la victimologie », Cadres-CFDT, janvier 2005, p. 15-22.

61 Cadres Plus no 82, 2002, p. 4. Voy. aussi Ehrenberg (A.), « Peut-on parler d’une idéologie de la souffrance ? », Le bulletin de l’Observatoire des cadres, no 9, décembre 2003. Voy. aussi les interventions de Le Goff (J.-P.) et Loriol (M.), dans le cadre du séminaire organisé par l’Observatoire des cadres le 18 avril 2008 sur : « Souffrance au travail : de la psychologisation à l’action collective ».

62 Thouzeau (E.) « Réalités cadres… », op. cit.

63 Askenazy (P.), Les désordres du travail…, op. cit.

64 Aubert (N.) et de Gaulejac (V.), Le coût de l’excellence, Seuil, Paris, 2007, p. vi.

65 RDS-ANACT, « Le dialogue social et le stress au travail », Maison de l’Europe, Paris, 23 janvier 2008.

66 Duval (F.), Critique de la raison journalistique…, op. cit., p. 141-148 ; p. 192.

67 Le Monde aborde le thème particulièrement au milieu des années 1990, à partir des conflits sociaux, en particulier celui de Renault ; le thème du malaise dans la fonction publique est cependant privilégié. Le « malaise des cadres », finalement peu directement abordé, l’est surtout, aujourd’hui, au Monde et à Libération, à propos des suicides au travail.

68 Duval (F.), Critique de la raison journalistique…, op. cit., p. 63.

69 Riutort (P.), « Le journalisme au service de l’économie », Actes de la recherche en sciences sociales, no 131132, mars 2000, p. 41-55.

70 Pour des exemples : La Tribune, 9 novembre 1995 (« Le doute s’introduit chez les cadres ») ; 18 janvier 1995 (« Une vie de "dingues" : stress des cadres »), Le Nouvel Économiste, 22 juin 2006 (« La rémunération du dirigeant : un peu d’économie simpliste »), 10 décembre 2004 (« Entreprise et citoyens. Les 3 divorces »).

71 Voy. les articles précités, particulièrement ceux de La Tribune et de Capital.

72 Duval (F.), Critique de la raison journalistique…, op. cit., p. 167.

73 Champagne (P.), « La vision médiatique », in Bourdieu (P.) dir., La misère du Monde, Seuil, Paris, 1993, p. 61-79.

74 Askenazy (P.), Les désordres du travail…, op. cit.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search