Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ville et proximité

 | 
Christophe Mincke
, 
Michel Hubert

La proximité... Quelle proximité ? Y a-t-il meilleure manière de terminer qu’en commençant ?

Christophe Mincke

Texte intégral

1Science politique, science de la communication, criminologie, droit, sociologie, philosophie ou encore économie, la question de la proximité semble éveiller un écho dans une large part des disciplines de sciences humaines. Elle apparait ainsi comme un outil à façonner pour saisir le réel (cf. L. Damay et O. Paye, X. Wauthy) ou comme une métaphore susceptible de nous aider à formaliser nos objets d’études (L. De Meyer). Elle est aussi un angle d’approche pour interroger les conditions d’exercice de la science (Chr. Schaut et F. Cantelli). La proximité stimule donc la réflexion et apparait comme un outil de connaissance. L’Institut de recherches interdisciplinaires sur Bruxelles (IRIB) aura apporté sa pierre à la réflexion, mais le chantier reste bien entendu largement ouvert.

2La proximité sur laquelle nous nous sommes penchés ne concerne pas le seul espace physique, mais tout espace (social, économique, conceptuel, disciplinaire, moral, etc.) au sein duquel des coordonnées peuvent être définies. Ainsi un espace politique peut-il être imaginé, dans lequel les différents acteurs du jeu politique, occupent des positions définies, qui fondent des hiérarchisations, des domaines d’intervention, des compétences particulières, etc. La proximité ne concerne donc pas spécifiquement les espaces physiques. On en trouve maintes démonstrations dans le présent ouvrage.

3Il nous parait cependant, à ce stade de la réflexion, que la proximité à laquelle il est fait référence dans ces pages est le plus souvent relationnelle et non positionnelle. Il n’est en effet pas tant question des positions relatives occupées, par exemple dans l’espace social, économique ou procédural (au sens de la procédure pénale), que de la facilité avec laquelle des liens peuvent s’y nouer. Ainsi en va-t-il du chercheur qui s’interroge sur son implication relationnelle, voire affective, avec les personnes qu’il rencontre sur le terrain de ses recherches (Chr. Schaut et F. Cantelli) ou du justiciable qui entre en relation avec son adversaire et avec un représentant étatique (Chr. Mincke). Il n’est pas tant question de coprésence et de distance sociale que d’intimité relationnelle. Il en va de même de la métaphore de la proximité en matière de communication (L. De Meyer) qui concerne moins une distance que la construction collective d’un espace virtuel commun aux communicants, œuvre relationnelle s’il en est. L’application de la notion de proximité à d’autres espaces que physiques n’en parait que plus logique.

4La question de la proximité, entendue au sens relationnel, nous semble relever d’une logique de l’accès et de l’accessibilité. Comment accéder au terrain sociologique et à mon matériau sans nouer des relations qui mettraient ma démarche en question ? Comment accéder aux processus de décision politique en tant que prétendant à un rôle politipolitique ? Comment garantir à la fois un accès à la justice et aux souhaits et représentations propres des justiciables ? Comment accéder à autrui au travers des instruments de communication ? Cette façon d’interroger ne repose plus sur la question d’une proximité spatiale spéculant sur les effets de la contiguïté, mais sur la question de l’accès comme ressource fondamentale pour l’établissement d’une relation pouvant unir des entités peut-être positionnellement distantes (ou pas), mais fonctionnellement complémentaires.

5Il nous semble que c’est sous cette forme qu’émerge, de ce séminaire devenu livre, une interrogation critique de la proximité. Est-ce d’ailleurs étonnant que diverses disciplines trouvent à se pencher sur une proximité ainsi définie, à une époque où l’accessibilité et l’entrée en relation sont valorisées tous azimuts ? Les innombrables formes de médiation, la participation en matière politique, mais aussi urbanistique ou industrielle (management par projets, toyotisme, etc.), les modes de lecture et d’écriture participative qui constellent le « web 2.0 », la vogue du coaching (en matière de recherche d’emploi, de lutte contre l’échec scolaire, de gestion de soi et de ses affects, etc.), l’appel à la responsabilisation des acteurs de diverses institutions sociales désormais pensées comme réseau relationnel et non comme structure donnée (école, prison, hôpital, etc.) : les exemples de l’omniprésence de la question relationnelle sont légion. Ils posent tous la question de l’accès ou, pour rester dans le fil de cet ouvrage, de la proximité.

  • 1 Le terme de « structure » n’est pas parfaitement approprié, la notion de réseau n’étant pas à prop (...)

6Ce n’est bien entendu pas d’une invention de la relation sociale qu’il est question, loin s’en faut, mais de la réinterprétation, à frais nouveaux, de pans entiers du social et de son organisation ; une réinterprétation centrée sur la question de la relation et non de la position, sur une « structuration » en réseau et non en pyramide hiérarchisée1. Dans de telles structurations circulatoires, l’accès est une problématique centrale. Bien au-delà du cercle des disciplines scientifiques ici représentées, la question semble de moins en moins être « où est-il ? » que « comment puis-je entrer en relation avec lui ? ».

7Quoi de plus logique, dès lors, que la proximité se teinte de ce souci ? Car ce qui est particulièrement remarquable est le fait qu’un concept si fortement indexé au registre positionnel, prenne majoritairement un tel sens relationnel. L’idée de se pencher sur la proximité dans le cadre du séminaire de l’IRIB montre ici tout son caractère judicieux : ce concept aide à formaliser des interrogations relevant de la thématique de l’accessibilité, tout en faisant clairement apparaître le glissement actuellement à l’œuvre de la position à la relation.

8En même temps, il ne saurait être question de conclure ici à la fin d’un chantier. Au contraire, cet ouvrage doit nous inciter à nous interroger sur les tenants et aboutissants du mouvement qui apparaît.

9Une première interrogation pourrait par exemple porter sur les nouvelles perspectives et angles morts qui découlent du point de vue que l’on découvre depuis le belvédère qu’est la proximité relationnelle. Si, longtemps, les visions positionnelles furent privilégiées au détriment de lectures relationnelles, et s’il se confirme qu’aujourd’hui, nous approchons d’une situation inverse, il conviendrait que les chercheurs se penchent notamment sur ce qui s’apprête à quitter notre angle de vue. Quels jeux positionnels, structurels, pyramidaux se cachent donc derrière, par exemple, l’invocation de la relation et l’hypostase de la participation égalitaire à des projets collectifs ? N’est-ce pas au moment même où l’on nous les présente comme appartenant au passé que les hiérarchies, les normes, les limites doivent être réinterrogées ? Il s’agit en effet de ne pas se laisser prendre au piège d’un discours qui nous vante les décloisonnements et l’ouverture d’infinies possibilités relationnelles.

10Une deuxième question pourrait porter sur la mise en place de la thématique de l’accessibilité, sur son contexte et sur ses effets sur le fonctionnement de diverses institutions sociales. A titre d’exemple, l’accès à la Justice, à l’aide aux justiciables, aux procédures alternatives, aux autres justiciables avec lesquels un conflit est né sont autant de leitmotivs du langage politique et judiciaire. Plus il en est question, plus s’éloigne l’idée d’une interrogation sur les formes et conditions d’une Justice substantielle et plus s’implante la conception d’une Justice procédurale. Peut-on pour autant considérer que les questions de Justice substantielle ont perdu leur pertinence et que le souci de Justice doit se rabattre tout entier sur la question de la procédure, au sens d’instrument de gestion relationnelle et interactionnelle au sein de l’appareil de justice ? Peut-on considérer comme acquise la légitimité du passage du fond à la forme comme support du Juste ? Ce type de question peut être appliqué à maints autres objets. La notion de proximité pourrait ouvrir la voie à des parallèles entre des domaines a priori parfaitement distincts, mais peut-être soumis à des logiques similaires.

11Une troisième interrogation, plus large, pourrait être celle des représentations sociales formant le contexte du centrage relationnel et de la négation des hiérarchisations. Les questions de fluidité, de participation, de communication sont vraisemblablement au rang des notions qui forment un arrière-plan sur lequel la question de la proximité relationnelle prend place. De la même manière, le rejet de la structure au profit de la relation signe une certaine vision de l’homme, dont la dignité dépend de la relation plus que de l’institutionnalisation et de l’ordonnancement du réel. C’est donc tout un contexte qui demande à être éclairé, pour que le souci relatif à la proximité relationnelle trouve son sens.

12Enfin, il nous semble que l’on pourrait interroger la valeur attribuée à la proximité relationnelle. Pourquoi la proximité est-elle, le plus souvent, présentée aujourd’hui comme positive, alors que la distance, le détachement, autrefois pourtant valorisés, sont perçus comme négatifs ? Pour revenir une fois de plus aux questions de Justice, qu’est-il advenu de cette allégorie qui figure toujours en bonne place au fronton de nos palais de Justice : une femme en armes, les yeux bandés, refusant toute relation visuelle pour se concentrer sur la seule médiation de la balance qu’elle tient à la main ? Pourquoi cette conception est-elle devenue si largement insupportable et pourquoi lui préfère-t-on l’idée d’un médiateur prêt à prendre le risque de la relation pour aider la progression ?

13Ces quelques interrogations ne sont bien entendu que quelques-unes parmi toutes celles que l’on pourrait imaginer, et dont l’on pourrait utilement discuter au cours d’un séminaire interdisciplinaire qui voudrait partir des premiers acquis ici engrangés.

14Au-delà de ces interrogations portant sur une acception particulière de la proximité qui nous semble occuper une large part des débats qui se sont tenus au séminaire de l’IRIB et au-delà de la fécondité de ce concept particulier, il convient encore de se demander quels sont les autres concepts susceptibles d’aider à constituer la trame d’une interrogation de notre monde. Lorsque des scientifiques issus de disciplines différentes se mettent autour de la table avec la ferme intention de dialoguer, il leur faut des lieux de rencontre. Nous venons de voir que les concepts pouvaient en tenir lieu. Il nous revient d’en dénicher de nouveaux, premiers maillons d’une grammaire permettant un dialogue interdisciplinaire fécond et respectueux des approches en présence.

15Voilà donc que ce livre se termine sur une invitation à la fois à continuer d’explorer la proximité et à chercher, au travers de notions communes à diverses disciplines, des carrefours où il sera possible de prendre contact et, peut-être, de décider de faire un bout de chemin ensemble. Y a-t-il meilleure manière de terminer qu’en commençant ?

Notes

1 Le terme de « structure » n’est pas parfaitement approprié, la notion de réseau n’étant pas à proprement parler structurelle. Nous reprenons le terme de pyramide au théoricien Hans Kelsen, par l’intermédiaire des travaux de François Ost et Michel van de Kerchove. H. Kelsen, Théorie pure du droit, Paris, Dalloz, 1962 ; F. Ost et M. van de Kerchove, De la pyramide au réseau ? Pour une théorie dialectique du droit, Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, 2002.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540