Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ville et proximité

 | 
Christophe Mincke
, 
Michel Hubert

Se rapprocher des usagers pour mieux les aider ? Le cas des politiques sociales et urbaines en Belgique francophone

Christine Schaut

Texte intégral

1La notion de proximité est de plus en plus souvent évoquée en tant que principe de l’action publique dans les politiques sociales et socio-culturelles et, plus spécifiquement, dans les politiques urbaines. L’objectif de cet article est à la fois d’étudier son contexte d’émergence et les principes d’intervention à partir desquels elle est sollicitée et activée et d’évaluer les effets de ce rapprochement de l’intervention sociale sur ses principaux acteurs que sont l’intervenant social, d’une part, et l’usager, de l’autre. Enfin, en conclusion, nous examinerons les conditions institutionnelles dans lesquelles cette nouvelle manière de penser le social, mais aussi de le faire, pourrait transformer les réalités sociales en dépassant le cadre de la relation proche, interpersonnelle et locale, pour se déployer dans l’espace public et politique. Nous nous demanderons si les politiques sociales et socio-culturelles contemporaines sont à même d’assurer ce basculement d’un lieu à l’autre et à quelles conditions la proximité des usagers et des intervenants sociaux peut engendrer du changement social.

I. Des nouvelles manières de penser le social

2Au moins deux éléments contextuels contemporains doivent être pris en compte pour comprendre la nature et le sens des transformations qui affectent le champ de l’intervention sociale. Ces deux éléments se renforcent mutuellement.

A. De nouvelles vulnérabilités

Pour eux, on n’est que de la poussière. (parole entendue dans un bar à Saint-Vaast, quartier de La Louvière)

  • 1 R. Castel, Les métamorphoses de la question sociale, Fayard, Paris, 1995, p. 11.
  • 2 Ibidem, p. 665-666.
  • 3 P. Bourdieu, Méditations pascaliennes, Seuil, Paris, 1993, p. 280.
  • 4 R. Castel et C. Haroche, Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi, Hachette, Paris, 2 (...)
  • 5 Voir L. Boltanski et E. Chiapello, Le nouvel esprit du capitalisme, Gallimard, Paris, 1999.

3La mise en question de la société fordiste et l’ébranlement de la condition salariale qui est un de ses fondements ne cessent de produire de nouvelles formes de précarité : chômeurs de longue durée, bénéficiaires de l’aide sociale de plus en plus nombreux, salariés précaires sans domicile fixe, jeunes mis hors du marché du travail avant d’y être entrés1. Plus qu’à l’insuffisance de moyens financiers, ces personnes en situation précaire sont confrontées au sentiment d’être « inutiles au monde2 », de n’être pas « justifiées d’exister comme [elles] existent3 ». Les situations de désaffiliation socio-affective qui en découlent sont souvent renforcées par un puissant processus d’individualisation qui, s’il a l’avantage de délier les individus de liens contraignants et imposés, les met aussi à nu. Cette mise à nu est garante d’un surcroît d’autonomie pour ceux qui peuvent en profiter et conduit à ce que R. Castel et C. Haroche appellent l’individualisme positif4. Pour les autres, les « sans-travail » qui n’ont pas accès aux ressources qui leur permettraient de jouir de cette liberté sociale, les « sans-famille » qui ne savent que faire de l’absence de compagnon, d’enfants à la maison ou de voisins à qui dire bonjour et à qui donner des nouvelles, les jeunes discriminés sur les marchés scolaire, de l’emploi, du logement, les femmes qui sont « chefs de famille » dans des familles monoparentales et qui disposent de très peu de moyens financiers, bref pour tous ceux qui ne profitent pas du monde connexionniste5, cet individualisme triomphant se mue en sentiment de solitude, d’abandon, en déni de reconnaissance et en demande forte de protection. Ce sont eux, en partie, qui peuplent les services sociaux et les maisons de quartier. Ce sont leurs histoires faites de brisures biographiques, ce sont leurs difficultés à les mettre en mots auxquelles sont de plus en plus confrontés les intervenants sociaux, qu’ils travaillent dans les centres publics d’action sociale, dans les projets de cohésion sociale ou dans les contrats de sécurité.

B. Des politiques interrogées

  • 6 J. Vrancken, « De la pauvreté moderne à l'exclusion sociale » in J. Vrancken, B. Vanhercke, L. Car (...)
  • 7 M. Bodart, « De l’État-Providence à l’État social actif. Impacts sur les droits et devoirs des CPA (...)

4En Belgique, à dater des années quatre-vingts, alors que la nouvelle question sociale, rapidement évoquée ci-dessus et déclinée sur la thématique de l’exclusion sociale, s’impose dans les débats politiques, alors que l’époque est aux restrictions budgétaires et à la mise en question de la légitimité du politique, on assiste, d’une part, au définancement des politiques indirectes de lutte contre la pauvreté dans le domaine de la sécurité sociale, de l’enseignement, de la santé, de l’urbanisme, de la culture et, d’autre part, au redéploiement des politiques directes de lutte contre la pauvreté qui ciblent leurs actions sur les populations les plus défavorisées6. Ce redéploiement s’organise entre autres autour de la réforme de l’aide sociale et de la mise sur pied de nouvelles politiques sociales et socioculturelles de lutte contre l’exclusion sociale7 qui sont aussi des politiques de la ville.

  • 8 M. Bodart, op. cit., p. 1.
  • 9 M. Bodart, ibidem, p. 3.
  • 10 Paradoxalement peut-être, cette solidarité s’accompagne aussi d’un discours moralisateur à propos (...)
  • 11 J.-L. Genard, « L’émergence de l’associatif comme projet social, culturel et politique », Pyramide (...)
  • 12 M. Bodart, op. cit., p. 5.
  • 13 M. Bodart, ibidem.

5L’aide sociale, instituée par les lois du 7 août 1974 et du 8 juillet 1976, vise à créer un véritable droit à l’aide sociale qui se traduit par des aides financières, médicales et par un service d’accompagnement social. Les parlementaires justifient un tel droit au nom de la responsabilité d’une société d’abondance incapable « d’apporter une solution globale et radicale aux situations connues ou cachées de misère8 ». Les législateurs évoquent encore la solidarité par laquelle les plus favorisés doivent collaborer au traitement de la question de pauvreté et à la responsabilité de « l’autorité publique de répartir les charges et avantages de chacun9 ». La responsabilité sociale prime sur la responsabilité individuelle. Pour les législateurs, les acteurs de l’aide sociale sont avant tout l’autorité publique et les non-pauvres, ceux qui, parce qu’ils en ont les moyens, doivent être solidaires avec les plus démunis10. Moins de vingt ans plus tard, l’aide sociale est condamnée au nom des représentations des bénéficiaires et de leur vulnérabilité qu’elle génère. Pour ses contempteurs, en intervenant de manière massive, neutre, distante et délocalisée, l’aide sociale développe la conception d’un individu décontextualisé et produit des catégories abstraites très éloignées du monde vécu d’usagers porteurs d’histoires trop singulières, trop hétérogènes pour se satisfaire d’une réponse politique et de catégories administratives standardisées11. On lui reproche encore une conception à la fois assistantialiste et spécialisante du rapport aux usagers. D’une part, elle entretiendrait leur dépendance et, d’autre part, les usagers y sont pris en charge par des professionnels spécialisés en fonction des problématiques rencontrées : chômage, handicap, logement... Ces critiques vont pousser à la redéfinition de l’aide sociale, requalifiée sous le vocable d’« action sociale », institutionnalisée par la loi du 26 mai 2002. Pour les législateurs, il ne suffit désormais plus d’offrir aux démunis une aide financière, mais il convient de soumettre celle-ci à l’obligation pour le demandeur de « construire son intégration12 ». Il n’est plus question que « le droit à l’aide sociale soit consenti unilatéralement13 ». Au nom de la singularité de l’histoire de l’usager et de son nécessaire engagement dans la recherche d’une solution ad hoc, l’action sociale soumet l’obtention du revenu d’intégration à sa contribution active. Ce dernier doit montrer sa volonté de s’en sortir, au travers d’un projet d’intégration ; il est au cœur du dispositif, accompagné par l’intervenant social, avec lequel il crée une relation interpersonnelle proche et singulière grâce à laquelle il se racontera pour mieux construire son projet. Ils sont tous deux tenus également responsables de la réussite ou de l’échec du projet. Les législateurs ne font plus référence ni à l’autorité publique ni aux non-pauvres.

6A côté de l’action sociale, les gouvernements, fédéral et fédérés, initient dès le début des années 1990 des nouvelles politiques de lutte contre l’exclusion sociale qui poursuivent aussi, pour un bon nombre d’entre elles, un objectif de prévention contre l’insécurité. Elles s’implémentent de manière préférentielle dans les grandes villes, au nom de ce que la nouvelle question sociale serait avant tout une question urbaine. On voit ainsi fleurir de nouvelles formes d’action publique tels les contrats de sécurité, les contrats de quartier, les plans sociaux intégrés et, un peu plus tard, les projets de cohésion sociale et la politique fédérale des grandes villes.

7Au-delà des spécificités de chacun de ces dispositifs des points communs émergent. Citons-en trois.

  • 14 P. Genestier, « Le sortilège du quartier : quand le lieu est censé faire lien », Les Annales de la (...)
  • 15 Ce rapprochement de l’action publique ne doit pas faire oublier l’action entreprise des associatio (...)

81. Le primat de l’échelle locale jugée la plus adéquate pour reprendre langue avec le citoyen et pour traiter la question urbaine. Ces dispositifs s’implantent préférentiellement dans les quartiers populaires, qui sont jugés, pour paraphraser P. Genestier14, à la fois comme l’origine des problèmes et le lieu de leur résolution. Puisque c’est dans ces quartiers que se posent les problèmes liés à l’exclusion sociale, à la crise du lien social et à leurs manifestations, telles que l’insécurité, les conflits de voisinage, les « émeutes » et la poussée de l’extrême droite ; c’est là que les solutions pourraient être trouvées et des nouveaux dispositifs mis en place. On confond ainsi, nous dit P. Genestier, la visibilité des phénomènes et leur origine, on naturalise le quartier en lui octroyant la capacité de constituer à tous les coups, pour ses habitants, un territoire capable de donner sens, de faire du lien social et de construire une identité collective. Si l’espace de référence, le local, est délimité de manière différente en fonction des dispositifs, émerge de manière transversale l’idée que le local est forcément l’unité spatiale signifiante et porteuse de sens pour les personnes qui l’habitent. C’est à partir du local que pourraient se (ré)inventer des liens sociaux défaits et des demandes citoyennes pertinentes et se comprendre les problématiques sociales qui s’y déploient. Les autres échelles sont peu interpellées. Le choix pour l’échelle locale génère de facto le rapprochement des bénéficiaires de l’action publique avec les professionnels chargés de le mise en œuvre des politiques urbaines15.

92. La transversalité des actions et des acteurs. Certains de ces dispositifs se déploient dans une logique socioculturelle et participative affirmée, d’autres adoptent une logique plus urbanistique et participative. D’autres enfin, tels les contrats de sécurité, mettent en exergue des actions plus préventives voire sécuritaires. Néanmoins ils ont en commun le souci de globaliser leurs démarches et de les rendre plus transversales. Coexistent donc avec des logiques urbanistiques, sociales et socioculturelles, des logiques sécuritaires ou préventives.

103. L’importance de la dimension communicationnelle et participative. L’écoute active et proche des citoyens et la prise en compte de leurs demandes et de leurs attentes impliquent l’existence de lieux et d’activités qui les favorisent, y compris dans les politiques dites universalisantes : pensons à la commission locale de développement intégré, au conseil de participation des parents dans les écoles, au conseil consultatif des locataires de logements sociaux, au conseil consultatif de prévention intégrée, au conseil de quartier...

11Si le redéploiement des politiques sociales et urbaines est loin d’être univoque et si l’on ne peut, sous peine de les caricaturer, affirmer que la reconfiguration de l’aide sociale épouse les mêmes contours que l’instauration des nouvelles politiques de lutte contre l’exclusion sociale, l’on ne peut s’empêcher de leur trouver des points communs dans la manière dont elles abordent le contenu et le mode des relations liant les usagers et les intervenants sociaux chargés de les appliquer.

C. Sous le signe de la proximité et de la singularité

Pourquoi avoir une technique d’intervention sociale particulière ? De toute façon, elle sera à chaque fois différente parce que le public est à chaque fois différent. Donc je ne travaille pas avec des lignes bien tracées. Les seuls a priori : le respect de l’autre, ne pas chercher s’imposer si les gens n’ont pas envie... et chercher dans les personnes, le petit quelque chose, le petit déclic qui va faire qu’elles auront envie de s’investir. (Animatrice de quartier dans le cadre d’un Plan social intégré)

  • 16 On l’a vu, la présence d’intervenants sociaux dans les quartiers n’est pas neuve mais elle y était (...)
  • 17 Le centre public d’action sociale (CPAS) est une institution communale chargée de fournir une aide (...)
  • 18 Certains CPAS réaménagent la salle d’attente et la rendent plus accueillante. Des guichets sont su (...)
  • 19 J.M. Weller, « Une controverse au guichet. Vers une magistrature sociale ? », Droit et Société, no(...)
  • 20 A côté de cette forme de déprofessionnalisation de l’intervention sociale, on assiste à sa surqual (...)
  • 21 M. Breviglieri, L. Pattaroni et L.J. Stavo-Debauge, « Quelques effets de l’idée de proximité sur l (...)
  • 22 Ce n’est pas parce qu’il est tenu de le faire qu’il le fait réellement. Il lui arrive de mettre en (...)

12Pour résoudre la situation de l’usager, il s’agit tout d’abord de la saisir dans toute sa singularité. Il faut pour cela en être proche16. Tout d’abord physiquement. On l’a dit, ce rapprochement se traduit par une présence d’intervenants sociaux dans les espaces de vie des usagers via des antennes de quartier des centres publics d’action sociale (CPAS)17, des maisons de quartier à partir desquels se déploient de nouveaux services, tels la médiation ou le travail de rue, mais aussi par le réaménagement des locaux rendant plus direct le contact entre usager et professionnel18. Au nom de la prise en compte de la singularité des trajectoires et de la nécessité de les appréhender le plus finement afin de permettre aux usagers de renouer avec leur histoire et de trouver avec eux une réponse adéquate19, la proximité relationnelle et l’écoute empathique sont également fortement sollicitées. Enfin, pour certains métiers du social, la proximité est non seulement physique et relationnelle, elle est aussi biographique. Au nom de la proximité des histoires de vie et de la supposée meilleure compréhension des manières d’être et de se comporter que cette proximité engendrerait, certaines communes engagent préférentiellement des animateurs ou des travailleurs de rue issus des quartiers populaires. Les recrutements préférentiels de grands frères, de pères et de leaders de quartiers confirment ce postulat20. Dans tous les cas, ne pouvant plus se retrancher derrière des critères d’attribution définis a priori comme c’était le cas de l’aide sociale, ni derrière les bureaux de son institution et de la distance qu’elle générait, l’intervenant social s’engage dans une relation à la fois proche et singulière, parfois en son nom propre et souvent au-delà de sa professionnalité et de l’institution qu’il représente. Si de telles compétences « affectives » constituent un véritable savoir-faire, au même titre que des compétences plus techniques qui s’avèrent davantage transférables et reproductibles, elles engagent de nouvelles épreuves pour l’intervenant social21. Il n’est pas le seul à s’engager, l’usager le fait tout autant sinon plus, dans le cas de l’action sociale des CPAS. Pour élaborer avec l’intervenant social son projet d’intégration, il est invité à raconter son histoire, à se mettre à nu et à mettre des mots sur ce qu’il a peut-être toujours tu et sur ce qu’il n’a pas toujours envie de dire22.

  • 23 A propos de ces nouvelles politiques voir C. Schaut, « Les nouveaux dispositifs de lutte contre l’ (...)

13Il est à présent temps d’aborder plus concrètement la teneur de ces épreuves. Elles ont été étudiées dans le cadre de l’analyse de deux nouvelles politiques urbaines de lutte contre l’exclusion sociale et l’insécurité : le plan social intégré wallon, devenu plan de prévention et de proximité, inaugurant officiellement le rapprochement entre les deux notions, et le contrat de société.23.

II. Les nouvelles épreuves de l’intervention sociale : ouvertures et impasses

Renée, à propos de deux intervenants sociaux : « J’ai senti quelque chose en eux que je n’ai jamais eu dans ma vie, je crois, qui ne doit certainement pas être que pour moi seule, mais moi je l’ai peut-être pris plus à cœur... J’ai ressenti une attirance vers eux, une amitié vers eux... J’espère que toutes les autres personnes qui ont été secourues par eux ont autant de reconnaissance que moi j’en ai... Je ne sais rien faire pour eux, il n’y a qu’eux qui savent faire quelque chose pour moi, pas l’inverse. Je n’admettrais jamais qu’on dise quelque chose d’eux, qui ne me plairait pas. Je crois que je monterais dans une colère bleue... Pourquoi je suis si reconnaissante ? Parce que je ressens une protection en eux que je n’ai jamais eue de personne. C’est peut-être pas vrai, mais moi j’ai senti une amitié. Pour moi, c’est réellement de l’amitié que j’ai pour eux... Et puis c’est la première fois, peut-être qu’on s’intéresse à mon cas, qu’on s’intéresse à moi. Je crois que ça vient de là. Et parfois je vous avoue que j’ai mal de ne pas les voir, c’est ça qui est le plus fort. »

Marcelle, du groupe de paroles : « Ce qui me plaît beaucoup, ce sont les fêtes que l’on fait ici parce que je trouve qu’il y a beaucoup de gens qui sont seuls et le fait parfois d’avoir déjà comme but de dire on va se réunir ou on va écouter de la musique, on va être ensemble, etc. Je pense qu’il y a la soirée et puis après le souvenir, etc. On se dit qu’il y en aura encore d’autres. Cela fait quand même un but dans la petite vie, quoi. »

« Que préfères-tu dans ce groupe de mamans ? »

Rachida : « Discuter, parler avec quelqu’un qui me comprend, qui est plus intelligent que moi. Parce que toute seule, c’est dur. Rien que traverser la route quelquefois j’ai dur. »

« Qu’est-ce que ce groupe de mamans t’apportait ? »

Marianne : « Pendant les moments de cafard je venais ici et je les faisais pleurer toutes avec moi. Après, je rigolais parce que j’étais parvenue à les faire pleurer. Je pleurais, et je les voyais toutes pleurer : « Oh je dis, beh ça va ». »

14Deux expériences concrètes retiennent notre attention. Nous ne tenons pas à en faire des expériences exemplaires qui diraient tout de ce qui se passe ailleurs. Elles devraient, pour résister à l’épreuve de la généralisation, être confrontées à d’autres types d’action menés en d’autres lieux. La première expérience est celle d’un groupe de parole, à présent disparu, initié dans le cadre du contrat de sécurité bruxellois par le service de prévention et d’accompagnement des agressions. Animé par deux intervenants sociaux il était composé de personnes vivant dans des logements sociaux, âgées et, pour beaucoup, isolées. Le groupe se réunissait régulièrement pour parler de l’insécurité mais aussi pour organiser des excursions ou des thés dansants. La seconde expérience est celle d’un groupe de mamans se réunissant plusieurs fois par semaine, soit pour faire simplement « la papotte », soit pour faire un atelier cuisine. Des excursions sont aussi organisées. L’objectif du groupe est la « resocialisation » de ses membres et leur mise en contact. Ces mamans, qui vivent dans une cité sociale particulièrement déshéritée et recueillant prioritairement des femmes chefs de familles monoparentales, bénéficient pour la plupart de l’aide sociale ou d’une pension de veuve.

15Que nous disent ces expériences de la nature des relations se tissant entre intervenants sociaux et usagers, et du cadre institutionnel dans lequel elles se déploient ?

  • 24 En fait, il s’agissait d’une excursion à Dinant. A la sortie du car arrêté sur la place, et après (...)
  • 25 Du moins a-t-elle décidé de le croire. Et c’est peut-être ou sans doute très bien ainsi.

16Dans les deux cas, les compétences relationnelles des intervenants sociaux sont effectivement sollicitées à tout moment : il s’agit d’écouter, de comprendre, de soutenir moralement et affectivement, de moraliser parfois, de se fâcher, de secouer, d’être là, de prévenir en cas d’absence impromptue, de préparer le café à l’heure, mais aussi de rendre des comptes si l’on a été absent sans prévenir ou si, en pleine excursion, on a laissé le groupe seul, « abandonné24 ». L’affectif des usagers est tout autant interpellé, secoué et mis à vif. Les extraits le soulignent. A 72 ans, Renée a l’impression d’avoir été enfin reconnue par les intervenants sociaux, elle en éprouve une immense reconnaissance et considère avoir une dette à leur égard. Marianne, jeune veuve, sent qu’elle peut se permettre de pleurer et que son histoire, en faisant pleurer les autres membres du groupe de mamans, est (enfin) digne d’intérêt et de sollicitude. Ces exemples illustrent l’importance de tels espaces-temps qui font office de parenthèse face à un ailleurs difficilement maîtrisé ; l’importance aussi des vertus de l’écoute et de la mutualisation des souffrances et des bonheurs, même si leurs effets sont temporaires et n’ont guère d’impacts en dehors des groupes dans lesquels ils s’enracinent et en dehors de l’espace-temps que ceux-ci constituent. Renée reste seule, elle continue à ne pas avoir d’amis dans son entourage et n’a de cesse d’interpeller tous les services sociaux à sa disposition pour tenter de multiplier des rencontres avec les intervenants sociaux qui, eux, c’est sûr, ont de l’amitié pour elle25. Quand Marianne rentre à 16 heures chez elle, elle est seule et tout recommence, les factures toujours là, le mari, décédé, toujours cruellement absent. L’écoute et la capacité de respect et de sollicitude que la relation proche avec l’intervenante sociale sous-tend ne s’accompagne pas forcément d’un travail de changement des situations vécues. Il y aurait comme une forme de renoncement du travail de transformation sociale, pourtant très présent dans l’éthos du travailleur social, au profit d’une écoute inconditionnelle et d’une proximité de tous les instants qui visent avant tout à apporter du réconfort, par la seule présence, et de la reconnaissance des souffrances vécues. Non qu’il y aurait une forme d’incompatibilité « naturelle » entre visée transformatrice, d’une part, et écoute empathique et respectueuse de l’usager et de la manière forcément toute subjective dont il perçoit et raconte son histoire, d’autre part, mais bien que les conditions institutionnelles et organisationnelles ne sont pas nécessairement remplies pour qu’elles soient moins en tension qu’en complémentarité. On y reviendra.

  • 26 Dans mon travail d’observation et d’entretien j’étais assez frappée du statut d’autorité dont j’ai (...)

17L’observation de ces expériences montre aussi l’importance de la place occupée par l’intervenant social, devenu proche, dans la vie des usagers. Il y joue un rôle de protecteur. En dehors du groupe, beaucoup d’usagers se sentent seuls, démunis et abandonnés. Participer à la vie du groupe, c’est aussi se mettre sous la protection de l’intervenant social. Comme l’évoque une des membres du groupe de mamans : « Je ne fréquente pas les gens d’ici. Quand je viens simplement ici c’est chez Carine ». Bien plus que les relations créées entre les mamans, le seul lien qui compte vraiment c’est avec l’animatrice du groupe de mamans. Plus les mamans sont seules, plus le dispositif et l’intervenante sociale prennent de l’importance à leurs yeux, plus les faits et gestes de celle-ci, plus un mot, un silence, une absence de sa part à une réunion sont traduits comme une preuve d’affection ou, a contrario, de trahison. Se construisent ainsi des relations d’amitié, parfois de favoritisme, et s’élaborent des stratégies visant à devenir fils ou fille préféré de l’intervenant social. Se créent aussi des situations de dépendance vis-à-vis de lui26. D’autres observations le confirment, ces relations de dépendance peuvent s’avérer réciproques tant les intervenants sociaux eux-mêmes sont souvent englués dans la précarité professionnelle et tant ils se sentent seuls, prisonniers du terrain sur lequel ils travaillent et abandonnés par leur employeur qui les y a envoyés. « On est tous, les bénéficiaires et les intervenants sociaux, des otages du quartier » dira une travailleuse de rue. On l’a dit, la proximité des expériences de précarité vécues par les usagers et les intervenants sociaux ne doit rien au hasard, elle est bien le résultat du cadre institutionnel des nouvelles politiques urbaines de lutte contre l’exclusion sociale. En effet, outre un objectif de réinsertion sociale des usagers, ces dernières poursuivent également un objectif de mise à l’emploi des futurs intervenants sociaux jusqu’alors exclus du marché du travail. « Moi je suis arrivée un jour comme ça dans le couloir de l’antenne locale du CPAS, je me suis installée dans le couloir, avec les mamans qui allaient faire partie du groupe de mamans. J’avais l’habitude, parce que j’avais aussi été minimexée. J’avais déjà le respect de ces gens parce que j’avais moi-même connu cette situation. Parce que je me suis dit "N’oublie pas, il y a quelques mois, c’est toi qui étais là." » (Carine)

  • 27 M. Breviglieri, L. Pattaroni et L.J. Stavo-Debauge, op. cit.

18Si l’expérience antérieure rend sans doute plus sensible aux histoires de vie des usagers, on peut craindre que cette très grande proximité biographique et le rappel de situations douloureuses, ne fragilise l’intervention sociale. Surtout, comme c’est souvent le cas, si celle-ci ne repose pas dans le même temps sur un cadre institutionnel et des compétences techniques à même de mettre à certains moments entre parenthèses ce trop-plein de proximités et de construire la bonne distance de l’intervention sociale engageant ce qu’il faut à la fois de compétences relationnelles (sollicitude, respect, écoute) et de compétences plus techniques (généralisation, collectivisation des situations vécues, montée en généralité, relais, mise en réseau...). Le cadre institutionnel semble faciliter l’excès de proximité27 et un très grand engagement de l’intervenant social dans la vie des usagers qui peut se solder par un surcroît de dépendance réciproque et par l’épuisement. Dans le cas du groupe de mamans et du groupe de paroles, ce qui frappe est justement l’impossible bonne distance des intervenants sociaux. Confrontés à un sentiment d’abandon institutionnel, alors qu’ils développent tant bien que mal leurs actions dans des quartiers populaires réputés difficiles, malmenés parfois par les usagers avec lesquels ils travaillent, il semblent éprouver une grande difficulté à être à la fois assez proches et assez empathiques pour faire croire à chacun des usagers qu’ils les considèrent dans leurs singularités, pour les reconnaître, et en même temps suffisamment éloignés pour être en mesure d’injecter dans leurs rapports aux usagers les conditions de la fin de la relation professionnelle.

  • 28 M. Granovetter, « The Strength of Weak Ties », American Journal of Sociology, Vol. 78, No. 6., May (...)

19La dépendance affective implique ainsi une forte personnalisation de l’intervention sociale proposée. Dans certains cas, c’est plus la personnalité du professionnel qui la fonde que les fonctions et actions qui y sont développées. Si l’intervenant social cesse son action, le manque devient criant. Ainsi, quand Carine cessera sa mission, appelée à travailler dans d’autres quartiers, les relations créées entre les mamans se dilueront. La personnalisation du dispositif en réduit la reproductibilité, surtout quand il ne s’appuie pas sur des objets, des projets susceptibles à la fois de stabiliser le travail accompli et de projeter l’action menée et ses acteurs dans le futur et quand il repose sur l’instant sur des liens forts, par nature très personnalisés28.

  • 29 D. Winnicot, « Cure », in Conversations ordinaires, Gallimard, Paris, cité par F. Carasso, « L’ens (...)
  • 30 Je remercie Virginie Pirard d’avoir attiré mon attention sur cette expression, empruntée aux trava (...)

20Une autre épreuve naît encore de la tension entre la réalité même de la relation professionnelle et les principes du travail social, entre la réalité d’une demande de protection infinie de la part des usagers et la mission d’autonomisation et d’émancipation qui conduit l’action du travail social à son « autodestruction ». A propos de la relation thérapeutique, D. Winnicot remarquait : « Ce qu’on attend de nous, c’est que l’on puisse dépendre de nous29 ». Cependant, on imagine mal que cette dépendance puisse durer au-delà du temps de la guérison. Mais quel est le temps de la guérison de la précarité socio-économique et de la vulnérabilité socio-affective si les moyens institutionnels, socio-économiques et politiques ne suivent pas et si l’intervenant social se sent presque autant abandonné que l’usager ? Si la protection infinie prend toute la place du souci de l’émancipation et du changement, le risque est grand de voir s’épuiser la relation professionnelle et de voir le « care giver30 » mais aussi l’usager fuir une relation devenue trop prenante et sans issue, s’en fatiguer, ou encore en abuser. Une relation professionnelle, aussi proche et respectueuse soit-elle, non assortie de la volonté même potentielle de la terminer parce qu’elle n’aura plus aucun sens social, risque à terme de produire du paternalisme dans le chef de l’intervenant social et de la tyrannie dans le chef des usagers lui réclamant sans cesse la présence assortie du statut de fils ou de fille préféré(e).

21Comment penser la sortie de ce qui peut se révéler être une impasse ?

III. Pour conclure : vers un nouveau cadre de l’intervention sociale ?

  • 31 Voir l’entretien de L. Boltanski mené par C. Blondeau et J.C. Sevin, « Entretien avec Luc Boltansk (...)
  • 32 T. Perilleux, « Nouvelles formes d’épreuves dans deux ateliers d’usinage », op. cit., p. 1.

22De telles expériences d’intervention sociale, basées sur la proximité tant physique que relationnelle, voire biographique, sur le registre communicationnel, sur la reconnaissance des singularités et le respect de l’usager tel qu’il est au moment où il est, y compris dans ses états de dépendance et de demande de protection infinie sont des lieux indispensables à la reconstruction socio-affective des plus précaires. La prise en compte, par la relation proche et locale, de la singularité de leurs parcours et de leurs histoires donne une place aux émotions, à la reconnaissance de l’autre et au respect de ce qu’il est sans qu’il doive justifier sa position. Elle engage, on l’a vu, aussi l’intervenant social dans de nouvelles épreuves. Dans de telles expériences, l’intervention sociale est traversée par des tensions entre le désir a priori de protection rapprochée et infinie, au-delà de la temporalité du travail social, et l’objectif d’autonomisation à terme, entre « l’état d’exception » dans lequel se trouve chaque usager et que suggère la prise en compte par la proximité de sa singularité et la volonté transformatrice du travail social. Celle-ci suppose la possibilité de la fin de la relation professionnelle, la mise en équivalence et en égalité des situations individuelles rencontrées par l’intervenant social, leur transport et leur arrimage à d’autres espaces publics capables de les reconnaître, de les rendre publiques, de les réduire et de les faire disparaître. Pour paraphraser Luc Boltanski, cette dernière opération vise à rapprocher sous un certain rapport toutes les personnes précaires qui vivent les mêmes situations d’expulsion hors du monde des inclus. Il s’agit bien de mener un travail sur les sources de leurs souffrances en en faisant une question de justice sociale et en en assurant la montée en généralité31. Ces deux opérations, la prise en compte de la subjectivité des usagers y compris dans leurs états de dépendance les plus lourds et la mise en équivalence des singularités afin d’assurer la mise à l’agenda politique de la question de la précarité et l’autonomie des usagers, doivent être menées de front pour éviter que les épreuves du proche évoquées ci-dessus soient seulement portées par des individus, usagers ou travailleurs sociaux et que les tensions ne soient source d’épuisement. Concrètement, les associer suppose qu’il faut, d’une part, accepter et respecter la dépendance de l’usager précaire, quelle qu’en soit la durée, car elle lui assure, dans la situation qu’il vit au moment où il la vit, sollicitude, reconnaissance, voire amour, et, d’autre part, travailler à l’autonomie de l’usager et donc à la fin de la relation professionnelle. L’usager aura alors beaucoup mieux à faire que de faire papotte avec Carine ou que de pleurer dans ses bras. Ne pas les associer conduit, comme on l’a vu, à la multiplication d’épreuves mettant en cause, non pas tant le cadre institutionnel et politique pourtant à l’origine de la relation proche qui les unit, que leur « grandeur personnelle » et rien que leur grandeur personnelle32.

  • 33 Y. Clot, La fonction psychologique du travail, PUF, Paris, p. 188, cité par M. Joubert, « Souffran (...)
  • 34 Un exemple qui peut, en première lecture, paraître anodin vient souligner, par défaut, l’importanc (...)

23Or, que se passe-t-il le plus souvent ? La seconde opération, la « désubjectivation33 », qui vise ni plus ni moins à faire du respect et de la sollicitude, non plus seulement une affaire de relations interpersonnelles, mais aussi une affaire politique, ne paraît pas bien assurée dans les conditions actuelles : en témoignent l’absence de reconnaissance institutionnelle du travail de proximité, l’individualisation de la responsabilité qui, à la fois, fait de la biographie des usagers la source principale de leur précarité et institue tant les travailleurs sociaux que les usagers comme les seuls à même d’y remédier et les seuls responsables de l’échec de l’entreprise, le malaise identitaire, l’épuisement et les dilemmes moraux qui touchent les intervenants sociaux34.

  • 35 A. Sen, Repenser les inégalités, Seuil, Paris, 2000.
  • 36 M. Joubert, « Souffrances morales et question sociale : un enjeu de reconnaissance », p. 171-184, (...)

24In fine, l’alternative ne se situe pas entre, d’une part, un retour en l’état aux catégories abstraites et bureaucratiques des politiques redistributives de l’État-Providence, très éloignées, trop distantes, du monde vécu des usagers et ignorant les distinctions entre les individus, ce qui peut se révéler à terme très inégalitaire35 et, d’autre part, le maintien et l’approfondissement des nouvelles manières de faire le social et de penser les usagers et leurs vulnérabilités au risque, dans les conditions actuelles, de renoncer à leur disparition. Le véritable défi viserait à soumettre l’ensemble des politiques sociales et socioculturelles, anciennes et nouvelles, aux deux opérations précédemment décrites : l’exercice de la subjectivation qui passe par le rapprochement des institutions des mondes vécus de leurs usagers, la reconnaissance de la singularité des situations rencontrées dans une relation interpersonnelle liant les usagers et les intervenants sociaux et l’exercice de désubjectivation imposant à la fois la politisation des souffrances recueillies et leur mise en équivalence car, plus que jamais, « la souffrance sociale... doit être associée aux conditions qui président à sa production36 ». En poursuivant, trop rapidement, la pensée d’Amartya Sen, l’association de ces deux opérations aurait le mérite de penser la lutte contre les inégalités, non plus à partir d’une conception abstraite et formelle de l’inégalité, mais bien à partir à la fois de la prise en compte des singularités des situations vécues par un individu là où il est, et de l’évaluation des ressources nécessaires à chaque individu pour avoir accès au bien-être tel qu’il le conçoit.

  • 37 J.M. Weller, « Une controverse au guichet. Vers une magistrature sociale ? », op. cit., p. 17.

25Ce travail, sous peine d’être inachevé, passe d’abord par la reconnaissance et le respect de la pratique des intervenants sociaux, des jurisprudences locales qu’ils y inventent37 grâce à leur proximité avec les usagers qu'ils connaissent bien, y compris lorsque cette pratique révèle les impasses et les impensés des politiques telles qu’imaginées par leurs initiateurs. Il passe aussi à la fois par la reconnaissance réelle et sincère des mondes vécus des plus vulnérables et par une volonté de mettre à mal les sources socio-économiques et politiques des souffrances sociales.

Notes

1 R. Castel, Les métamorphoses de la question sociale, Fayard, Paris, 1995, p. 11.

2 Ibidem, p. 665-666.

3 P. Bourdieu, Méditations pascaliennes, Seuil, Paris, 1993, p. 280.

4 R. Castel et C. Haroche, Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi, Hachette, Paris, 2005.

5 Voir L. Boltanski et E. Chiapello, Le nouvel esprit du capitalisme, Gallimard, Paris, 1999.

6 J. Vrancken, « De la pauvreté moderne à l'exclusion sociale » in J. Vrancken, B. Vanhercke, L. Carton et G. Van Menxel (éd.), 20 ans CPAS, Commission communautaire commune de Bruxelles-Capitale-Acco, Bruxelles, 1998, p. 63-77.

7 M. Bodart, « De l’État-Providence à l’État social actif. Impacts sur les droits et devoirs des CPAS et des usagers », Exposé réalisé lors du 10e congrès annuel de l’Association régionale wallonne des secrétaires de CPAS, 2003. http://www.droit.fundp.ac.be/defls/24avril03.pdf.

8 M. Bodart, op. cit., p. 1.

9 M. Bodart, ibidem, p. 3.

10 Paradoxalement peut-être, cette solidarité s’accompagne aussi d’un discours moralisateur à propos des pauvres. M. Bodart évoque l’argumentaire invoqué par les législateurs pour expliquer la pauvreté. A côté de causes socio-économiques qu’ils considèrent comme étant les plus profondes, ils citent « l’ignorance... un comportement déviationniste, l’alcoolisme, le nombre d’enfants, les handicaps, un degré peu élevé de scolarisation, le chômage, l’arriération, la vieillesse, le désordre familial ». M. Bodart, ibid., p.2.

11 J.-L. Genard, « L’émergence de l’associatif comme projet social, culturel et politique », Pyramides, no 6, 2002, p. 31-52.

12 M. Bodart, op. cit., p. 5.

13 M. Bodart, ibidem.

14 P. Genestier, « Le sortilège du quartier : quand le lieu est censé faire lien », Les Annales de la recherche urbaine, 1999, no 82, Plan urbain.

15 Ce rapprochement de l’action publique ne doit pas faire oublier l’action entreprise des associations qui œuvrent au niveau local depuis bien plus longtemps. Ce qui est neuf dans les années 1990 c’est l’ambition des pouvoirs publics de mener eux-mêmes des actions sociopréventives au niveau des quartiers. Pour décrire cette tendance, on parle de communalisation ou de territorialisation de l’action publique. Parallèlement, on assiste au glissement de la thématique de l’émancipation, inscrite au cœur des initiatives associatives présentes dans les quartiers populaires avant la mise en place de ces nouvelles politiques, à celle de la prévention.

16 On l’a vu, la présence d’intervenants sociaux dans les quartiers n’est pas neuve mais elle y était plus marginale. Elle était portée par des initiatives associatives et reposait sur d’autres logiques d’action.

17 Le centre public d’action sociale (CPAS) est une institution communale chargée de fournir une aide financière, le revenu d’intégration, aux résidents de la commune sous certaines conditions. Il apporte également un accompagnement matériel et psychosocial. Depuis 2002, il est également chargé de faciliter la (ré-)intégration des bénéficiaires sur le marché de l’emploi.

18 Certains CPAS réaménagent la salle d’attente et la rendent plus accueillante. Des guichets sont supprimés afin de privilégier la relation directe en face-à-face.

19 J.M. Weller, « Une controverse au guichet. Vers une magistrature sociale ? », Droit et Société, no 44-45, p. 91-109.

20 A côté de cette forme de déprofessionnalisation de l’intervention sociale, on assiste à sa surqualification au travers de l’engagement d’universitaires, issus des sciences humaines, souvent psychologues. A l’égard de ces modalités de recrutement mais aussi des nouvelles manières de faire le social, on évoque souvent la tendance à la psychologisation du travail social, laquelle épouserait une lecture individualisante des rapports sociaux.

21 M. Breviglieri, L. Pattaroni et L.J. Stavo-Debauge, « Quelques effets de l’idée de proximité sur la conduite et le devenir du travail social », Revue suisse de sociologie, 29 (1), 2003, p. 141-157.

22 Ce n’est pas parce qu’il est tenu de le faire qu’il le fait réellement. Il lui arrive de mettre en scène des souffrances qu’il sait institutionnellement porteuses parce que légitimes et qui lui rapporteront plus que d’autres. A ce propos voir D. Fassin, « Le corps exposé. Essai d’économie morale de l’illégitimité », in D. Fassin et D. Memmi, Le gouvernement des corps, Éditions de l’EHESS, Paris, 1994, p. 237-266. L’usager peut ainsi développer de nombreuses stratégies lui permettant de sauvegarder son quant-à-soi, mais qui ne sont pas toujours gagnantes et peuvent se révéler, à terme, dangereuses sur le plan identitaire.

23 A propos de ces nouvelles politiques voir C. Schaut, « Les nouveaux dispositifs de lutte contre l’exclusion sociale et l’insécurité en Belgique francophone : Orientations, mise en oeuvre et effets concrets », Sociologie et sociétés, vol. XXXIII, no 2, 2001, p. 67-91. Le travail de terrain a été mené à La Louvière et en région de Bruxelles-Capitale. Par ailleurs, nous n’aborderons donc pas ici les expériences menées dans le cadre de l’action sociale en vous invitant à vous reporter aux travaux d’I. Lacourt. Voir I. Lacourt, « Des catégories de l’action publique à l’épreuve de la subjectivité » in F. Cantelli et J.-L. Genard (dir.), Action publique et subjectivité, LGDJ, Paris, 2007, p. 219 à 230.

24 En fait, il s’agissait d’une excursion à Dinant. A la sortie du car arrêté sur la place, et après avoir donné des consignes horaires, les intervenants sociaux ont décidé de partir seuls visiter la ville. Cette attitude leur sera reprochée six mois plus tard : « Dès que l’on est descendu du bus, vous (les travailleurs sociaux) êtes partis de votre côté, vous nous avez abandonnés, laissés là ».

25 Du moins a-t-elle décidé de le croire. Et c’est peut-être ou sans doute très bien ainsi.

26 Dans mon travail d’observation et d’entretien j’étais assez frappée du statut d’autorité dont j’ai rapidement bénéficié auprès de certaines mamans. L’une d’entre elles me confia que j’étais aussi importante à ses yeux que l’intervenante sociale du groupe de mamans et que la directrice du CPAS. J’ai ressenti par rapport à ce statut un malaise d’autant plus grand qu’il est accordé à des représentants du monde extérieur, travaillant plus ou moins dans le champ du social – j’y étais associée –, à des professionnelles de l’aide en quelque sorte qui sont là pour prendre en charge les misères de l’exclusion.

27 M. Breviglieri, L. Pattaroni et L.J. Stavo-Debauge, op. cit.

28 M. Granovetter, « The Strength of Weak Ties », American Journal of Sociology, Vol. 78, No. 6., May 1973, p. 1360-1380.

29 D. Winnicot, « Cure », in Conversations ordinaires, Gallimard, Paris, cité par F. Carasso, « L’enseignement et les soins : deux professions impossibles », Esprit, octobre 1993, p. 52-68. Winnicot y évoque la relation de soin. Nous faisons ici l’hypothèse que la relation professionnelle liant l’usager et le travailleur social n’est pas exempte de cette dimension.

30 Je remercie Virginie Pirard d’avoir attiré mon attention sur cette expression, empruntée aux travaux anglo-saxons consacrés à la politique du care. Voir à son sujet P. Paperman et S. Laugier, Le souci des autres : éthique et politique du care, EHESS, coll. « Raisons pratiques », Paris, 2006.

31 Voir l’entretien de L. Boltanski mené par C. Blondeau et J.C. Sevin, « Entretien avec Luc Boltanski. Une sociologie toujours mise à l’épreuve », Ethnographique.org, no 5, 2005, www.ethnographiques.org.

32 T. Perilleux, « Nouvelles formes d’épreuves dans deux ateliers d’usinage », op. cit., p. 1.

33 Y. Clot, La fonction psychologique du travail, PUF, Paris, p. 188, cité par M. Joubert, « Souffrances morales et question sociale : un enjeu de reconnaissance », p. 171-184, in M. Joubert et C. Louzoun, Répondre à la souffrance sociale, Erés, Paris, 2005.

34 Un exemple qui peut, en première lecture, paraître anodin vient souligner, par défaut, l’importance de la conjugaison des deux opérations. Les activités sportives, mini-foot en premier, sont prisées par les animateurs de quartier car elles redonnent confiance aux jeunes et les valorisent. Le plus souvent, elles se font en dehors des infrastructures sportives existantes, en dehors des clubs déjà constitués. Ce sont des activités ad hoc destinées aux jeunes des quartiers désignés comme « le public-cible ». Pourquoi cette duplication d’activités ? Pourquoi, au contraire, ne pas penser les modalités de la présence de ces jeunes dans ces clubs ? Le sentiment d’enfermement et de mépris vient aussi de là. A contrario le sentiment de compter socialement, d’être respecté pour soi peut se construire aussi à partir d’une politique d’accessibilité des infrastructures existantes. (Au nom de la transversalité des actions et de la coexistence au sein d’un même dispositif des logiques socioculturelles et préventives, ces activités sportives servent aussi à en cadrer les jeunes et à prévenir de leur part des comportements potentiellement insécurisants.)

35 A. Sen, Repenser les inégalités, Seuil, Paris, 2000.

36 M. Joubert, « Souffrances morales et question sociale : un enjeu de reconnaissance », p. 171-184, in M. Joubert et C. Louzoun, Répondre à la souffrance sociale, Erés, Paris, 2005, p. 178.

37 J.M. Weller, « Une controverse au guichet. Vers une magistrature sociale ? », op. cit., p. 17.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site