Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ville et proximité

 | 
Christophe Mincke
, 
Michel Hubert

Les représentations spatiales de la communication et la proximité

Luc De Meyer

Texte intégral

Une image nous tenait captifs. Et nous ne pouvions lui échapper, car elle se trouvait dans notre langage qui semblait nous la répéter inexorablement
Wittgenstein, Recherches philosophiques, § 115

  • 1 B. Victorri, « A la recherche de la langue originelle » in J.-L Dessalles, P. Picq et B. Victorri, (...)

1On sait que les langues humaines sont extrêmement développées et qu’elles permettent à l’homme, par exemple, de raconter des histoires qui peuvent devenir extraordinairement complexes ou encore d’argumenter de façon parfois très abstraite. Si cela est possible, c’est parce qu’elles ont développé des caractéristiques telles que, notamment, la temporalité, la récursivité, la modalité, la polysémie... Ces puissants moyens du langage donnent à l’homme la possibilité de sortir de la situation immédiate d’énonciation, de l’horizon de sens partagé par leur co-présence, pour introduire un autre cadre, pour y faire vivre, agir, penser, parler des personnages, sur une sorte de « scène verbale1 ».

2Par ces différentes caractéristiques, le langage humain est donc loin d’être un simple protolangage du type « Tarzan » qui serait fortement dépendant d’un contexte partagé immédiat. Il crée une autre « proximité » toute virtuelle, mais qui peut aller bien au delà de l’horizon de cette proximité physique et sensorielle immédiate. De plus, la « proximité » de cette « autre scène », créée grâce au langage, peut, dans l’acte de communication, être partagée par plusieurs individus voire par des groupes plus ou moins importants.

3En un sens, la proximité essentielle en termes de communication humaine se situe à ce niveau. Pouvoir, par un langage commun, rapprocher de nous, pour les partager, des réalités qui sont au-delà de notre horizon sensoriel. Cette capacité humaine, non seulement d’imaginer individuellement ce qui se passe au-delà de notre horizon perceptif – ce dont d’autres animaux sont capables – mais surtout de communiquer de façon complexe sur cet « au-delà » de l’horizon et de le partager, n’a évidemment pas attendu l’invention de nos artefacts modernes, ni même l’écriture pour exister. Au contraire, ces artefacts présupposent cette proximité première. Par exemple, lorsqu’on raconte une histoire oralement, les individus peuvent partager un même horizon sensoriel, mais leur proximité se situe moins « ici », que « là-bas », sur cette « scène virtuelle » qu’ils déploient. Comment cette « proximité fondamentale » d’une autre scène, est-elle rendue possible par le langage, comment est-elle construite ?

  • 2 D’autres appellations existent pour ce courant, notamment en anglais, depuis les développements des (...)

4Il n’est évidemment pas possible de répondre en quelques lignes à pareille question. De nombreux courants et recherches ont décrit de façon détaillée les façons dont cette autre scène fonctionnait et ont proposé des hypothèses multiples sur la façon dont cette « scène » a été progressivement construite. Je choisis de me limiter ici à présenter quelques éléments d’une hypothèse ou d’une théorie générale particulièrement intéressante quant à la façon dont les langues humaines permettent de créer cette « autre scène », de créer cette « proximité au-delà de l’horizon ». Cette hypothèse peut être désignée comme la théorie de la « métaphore conceptuelle2 ». Cette théorie a été soutenue par ce qu’on pourrait presque appeler une « école » autour de George Lakoff, qui a écrit, avec Marc Johnson, l’ouvrage de base développant cette théorie : Les métaphores dans la vie quotidienne (1985 [1980]). D’autres auteurs peuvent s’inscrire dans ce courant, ou y sont étroitement liés, comme Turner, Fauconnier...

5Cependant, je ne voudrais pas parler de ces théories de façon trop générale. Je voudrais plutôt vous en faire entrevoir quelques enjeux en choisissant deux « illustrations » ou deux « entrées » particulières et susceptibles de correspondre, en partie ou moins, à l’exercice qui nous est demandé aujourd’hui, à savoir, l’espace et la communication. Nous approcherons ces notions en posant successivement deux questions : Comment le langage « met-il en scène » l’espace ? (I) Comment « met-il en scène » la communication ? (II)

6On ne pourra évidemment donner ici que quelques indications élémentaires. Mais je voudrais suggérer l’une ou l’autres relations qui peuvent exister entre cette « mise en scène » de l’espace et celle de la communication. La réflexion sur ces deux entrées devrait nous permettre, en retour, d’éclairer un peu notre question sur cette « proximité » fondamentale offerte par le langage.

I. Mettre en langage l’espace

7En effet, une des propriétés de notre langage est de pouvoir déployer, non seulement une temporalité particulière, comme on l’a signalé ci-dessus, mais aussi une spatialité virtuelle. En faisant vivre, agir, penser, parler les personnages sur cette « autre scène », on doit créer l’espace de cette scène virtuelle, qui ne constitue pas qu’un décor de fond, mais qui doit aussi donner les indications nous permettant de comprendre les relations spatiales pertinentes des personnages entre eux ou en rapport aux choses.

8Je voudrais donc d’abord donner une idée de la façon dont certaines relations spatiales sont construites dans notre langage courant.

A. Parler de l’espace en le mettant « en figures »

9Les façons courantes de communiquer sur l’espace, pour nous y repérer et nous y orienter, pour le décrire ou pour y agir, n’ont évidemment pas grand-chose à voir avec une sorte d’algorithme qui permettrait, par une série d’instructions symboliques totalement arbitraires, de transmettre des données de type géométrique. Nous ne communiquons pas sur le mode de fonctionnement de nos systèmes de géolocalisation satellitaire ! Dans notre langage ordinaire, nous ne parlons pas de l’espace, comme d’un espace neutre, euclidien ou cartésien où tous les points seraient équivalents. En fait, nous ne communiquons pas sur l’espace de façon « mathématique » ou « géométrique» ; nous nous y repérons plutôt de façon « métonymique » ou « métaphorique ».

  • 3 Les figures liées à la métonymie, ont été notamment étudiées par Augoyard (1979) : Pas à pas, Essai (...)

10Par exemple, on parlera de façon métonymique du « quartier du chien vert » ou des « trois tilleuls » en référence à une statue de bronze ou de trois tilleuls qu’on y trouve ou qu’on y trouvait ; de même, on fera référence à la « petite rue des bouchers », en rapport à une activité qui s’y pratiquait jadis3. Lorsqu’on parle par contre de « cœur de la ville », des « grandes artères » qui la traversent, de son « poumon vert », on décrit l’espace de façon métaphorique.

11Je ne m’intéresserai ici qu’à la métaphore. Celle-ci est généralement rangée parmi les figures de style, dont use la rhétorique ou la poésie, pour rendre nos discours plus frappants, pour les enjoliver ou, dans le meilleur des cas pour vulgariser des idées complexes. En ce sens elle est considérée comme un effet secondaire de notre langage.

12De plus, la façon classique de comprendre la métaphore, comme les autres figures de style d’ailleurs, est de considérer qu’elle consiste en une façon de parler qui s’écarte de l’usage courant ou littéral. C’est ce qu’on désigne par la « théorie de l’écart » : il y aurait un sens « littéral » qui serait le sens habituel et un sens « figuré » ou « imagé » qui serait occasionnel. La métaphore, comme figure, serait l’exemple type d’un écart par rapport à notre façon courante de parler ; on sous-entend ainsi que dans le langage « normal », on parle de façon non métaphorique.

13Lakoff et Johnson, à la suite d’autres auteurs plus anciens (notamment Richard, 1936 ; Black, 1962 ; Perelman et Olbrechts-Tyteca, 1958 ; Burke, 1966), remettent radicalement en cause cette façon d’envisager la métaphore comme une figure de style parmi d’autres qui n’aurait qu’un rôle secondaire dans le langage humain. En effet, comme de nombreux travaux en linguistique et en communication l’ont aujourd’hui bien mis en évidence, le langage ordinaire regorge de métaphores. On ne rencontre pas celles-ci uniquement en littérature. Boileau ne disait-il d’ailleurs pas déjà « qu’on entend plus de métaphores aux Halles en un jour que dans toute l’Énéide ». La mise en évidence de l’omniprésence des métaphores dans notre langage courant peut même nous amener à nous demander ce que serait un langage humain sans métaphores, un langage littéral.

14Selon Lakoff, si notre langage ordinaire est à ce point peuplé de métaphores, ce n’est pas tant un effet du langage que de notre pensée : c’est la pensée humaine qui est fondamentalement métaphorique. C’est la pensée qui est la source, non seulement des expressions poétiques mais aussi et surtout des expressions métaphoriques du langage ordinaire quotidien. Le langage métaphorique est une manifestation de surface, un effet secondaire de la « métaphore conceptuelle » (Lakoff, 1998, p. 244-246). Il faut donc inverser la vision classique de la métaphore : celle-ci n’est pas d’abord une figure secondaire et marginale du langage, elle correspond plutôt à un mode de fonctionnement fondamental de l’esprit humain.

15Cela veut dire que ce qui est visé ici par la notion de « métaphore conceptuelle » est tout autre chose qu’une « figure de style » langagière. Il s’agit en fait de comprendre la métaphore essentiellement comme « le transfert », « la projection » d’un domaine conceptuel à un autre domaine conceptuel. La métaphore au sens restreint de « figure de style » n’est que la traduction linguistique de cette capacité cognitive fondamentale de l’esprit humain. La « métaphore conceptuelle » consiste à penser un domaine ou un espace mental dans les termes d’un autre.

B. Parler de l’espace en y projetant des parties de notre corps

  • 4 Nous adaptons ici des exemples que l’on retrouvera dans Lakoff et Johnson, 1990, p. 34.

16Un exemple particulièrement intéressant de cela concerne la façon dont nous construisons un espace langagier en employant des expressions comme « en face de », « face à », « au dos de »4 dans des expressions comme « la cour en face de la maison », « la buvette face à la gare », « la clef suspendue au dos de la porte »...

  • 5 Suite à Langacker (1987), Lakoff et Johnson (1985, p. 127), dénomment source (« S ») le domaine le (...)

17Que se passe-t-il lorsque nous faisons de telles métaphores ? En fait, nous nous basons sur une expérience corporelle de la face et du dos que nous projetons en pensée sur un autre domaine de l’espace. Généralement la face est la partie de notre corps qui nous permet de voir ; nous nous déplaçons dans la direction située à l’avant de notre face ; lorsque nous interagissons avec des objets, nous les ramenons vers notre face. Inversement, nous ne percevons pas notre dos, nous ne nous déplaçons qu’exceptionnellement à reculons, et nous n’interagissons pas avec des personnes ou des objets que nous avons dans le dos. Ces expériences que nous faisons tous de la face et du dos peuvent être considérées comme un « domaine source » que nous allons pouvoir projeter sur des objets ou des parties d’espace ou des éléments de notre environnement qui constitueront le « domaine cible » de la métaphore5. On peut représenter graphiquement ce type de projection, du domaine source vers le domaine cible de nos métaphores de la manière suivante :

  • 6 Le sens premier de « métaphore » ne portait pas de façon prioritaire sur un rapport d’analogie, mai (...)

18En fait, le « domaine source » relève ici d’une expérience fondamentale du monde dont nous faisons tous l’expérience : celle du corps. Cette expérience du corps va être transférée6 », « « projetée » du domaine source sur le domaine visé, le domaine cible, une partie de l’espace auquel on pense.

19On va ainsi projeter des faces et des dos sur les objets de notre environnement. Par exemple, en disant, « la buvette face à la gare », « la cour face à la maison », « la clef suspendue au dos de la porte », « la maison accrochée au dos de la colline »... nous attribuons des faces à des buvettes, à des gares ou à des maisons et des dos à des portes ou à des collines. De même, en ce qui concerne nos objets domestiques, comme un poste de télévision, un ordinateur, un meuble, un livre, une feuille de papier ; ils seront couramment décrits spatialement en termes de « face » et de « dos ». La face de ces objets, c’est le côté qui nous permet d’interagir avec eux, comme s’ils avaient eux aussi un corps, conformé plus ou moins comme nous. Parce que nous avons une face, nous projetons une face sur nos objets quotidiens. Le dos, c’est le côté avec lequel nous interagissons moins, qui reste généralement caché. On parlera du « dos de la machine », du « dos du meuble » ou de celui d’un document d’inscription ou d’un livre...

20Notons encore que si ces métaphores de la face et du dos, et bien d’autres métaphores de la même famille sont si fréquentes, c’est parce que nous expérimentons quotidiennement nos corps de cette façon. Nos corps sont orientés par rapport au sens de notre marche, par rapport à ce que nous voyons et entendons, ils ne sont pas symétriques sous tous les aspects. Si nous étions conformés autrement, si nous étions par exemple des sphères immobiles qui flottaient dans un milieu aquatique et qui percevaient de façon égale dans toutes les directions, ces notions de « face » et de « dos » ne signifieraient rien pour nous (cf. Lakoff et Johnson, 1990, p. 34).

21On pourrait représenter le processus de communication mis en œuvre par ces métaphores conceptuelles en proposant le schéma triangulaire repris ci-dessous, où l’on voit se construire l’espace virtuel sur une base mimétique. Jean « propose », « risque » publiquement une projection, un transfert, une métaphore sur la base de son expérience « incarnée ». Paul essaie, sur la base de la proposition de Jean, de « percevoir », d’« interpréter », de « deviner », d’« inférer » la relation, la visée dont Jean parle.

22Si nos partenaires de communication ont un même esprit que nous et s’ils ont fait des expériences plus ou moins semblables, ils pourront sans doute comprendre la réalité de l’espace que nous visons en parlant de « face » ou de « dos » ; ils pourront se construire une « scène spatiale » imaginaire. Le fait que nos corps soient « orientés » dans l’espace, que l’avant ne soit pas l’arrière, nous permet d’y projeter un ensemble de relations spatiales fondamentales.

  • 7 Pensons encore au cas où les habitués d’un lieu vous indiquent un chemin en vous disant : « Et puis (...)

23Celles-ci peuvent d’ailleurs nous servir à figurer non seulement notre propre orientation, mais aussi les relations spatiales des objets ou des êtres entre eux7.

24Avec de tels exemples, on perçoit bien qu’il s’agit de façons « projectives » de parler de l’espace en fonction du corps. Cet avant et cet arrière ne sont pas tant « dans les objets » que dans notre façon de décrire les rapports qu’ils entretiennent entre eux. Comme Lakoff et Johnson (1999, p. 35) l’expliquent, lorsque nous décrivons un chat comme « se trouvant face à une voiture » ou « derrière » ou « au dos » de la maison, les relations spatiales « face à » et « derrière » ou « au dos de », entre « chat » et « voiture » ou entre « chat » et « maison », ne sont pas objectivement celles qui se trouvent dans le monde, comme le chat ou la maison s’y trouvent. Le chat est « derrière l’arbre » ou « face à la voiture » n’a de sens qu’en rapport à notre capacité de projeter des faces et des dos sur des voitures et des arbres et d’imposer des relations à des scènes visuelles en rapport avec de telles projections. Nous allons même jusqu’à projeter des faces et des dos sur des objets immobiles qui n’ont pourtant pas de face directement repérable, comme des rochers ou des arbres.

25Notons également que ces projections métaphoriques existent dans toutes les langues même si elles peuvent varier fortement d’une culture à l’autre. Par exemple en Mixtèque (Brugman, 1983 et Lakoff et Johnson, 1999, p. 35), si vous vouliez signifier « il est au sommet de la colline », vous devriez dire quelque chose du genre : « il est situé tête colline ». Pour indiquer qu’il est situé « en bas de la colline » vous devrez dire, un peu comme en français : « il est situé au pied de la colline ». Si vous voulez expliquer : « j’étais sur le toit de la maison » vous direz en Mixtèque une phrase qui signifie littéralement : « j’étais situé sur le dos-animal de la maison », car on projette sur la maison un dos d’animal dont la position la plus courante chez les quadrupèdes est à l’horizontale. Dans la même veine, si vous voulez dire : « je suis assis sur la branche de l’arbre » l’équivalent en Mixtèque serait « je suis assis sur bras arbre »...

C. Parler de l’espace en y projetant nos façons de remplir et de vider des paniers

26Dans ces exemples on voit bien comment, à partir de métaphores basées sur des parties – ou des relations entre des parties – de nos corps (la tête, les pieds, les bras, le dos...) nous décrivons des situations dans l’espace, des relations spatiales. Mais les métaphores « incarnées » ne se limitent pas à projeter sur l’espace des parties de notre corps ; elles peuvent aussi se baser sur l’expérience des interactions que notre corps ou des parties de celui-ci peuvent entretenir avec notre environnement. A partir des expériences répétées de nos mouvements dans l’espace, nous formons ce que Lakoff et Johnson appelleront des « images-schémas » de ces interactions, qui pourront être projetées sur de nouvelles situations pour organiser notre expérience et comprendre des relations spatiales nouvelles qui surgissent.

27Pour illustrer ceci, nous prenons une image-schéma fort importante que Lakoff et Johnson dénomment le « schéma du contenant ». L’une de nos expériences corporelles parmi les plus usuelles est celle des contenants et des limites. Pensons d’abord à l’expérience quotidienne que nous faisons, dans un milieu aussi construit que le nôtre, des contenants qui nous enveloppent : la pièce où nous nous trouvons est elle-même située dans un immeuble, lui-même situé dans un quartier particulier, etc. Nous entrons et nous sortons de nos pièces et de nos chambres, de nos lits, de nos habits, de nos voitures, de nos ascenseurs et de quantité d’autres contenants. Par ailleurs, nous passons un temps considérable de notre existence à manipuler une quantité impressionnante d’objets, en les mettant et les retirant de contenants hétéroclites, qu’il s’agisse de boîtes, de sacs, de valises, de tasses, de verres, etc. Nous faisons d’ailleurs cela depuis notre plus jeune âge, si l’on en juge par le temps que peuvent passer certains enfants à faire et défaire des paquets, mettre et sortir des choses d’un panier, d’une caisse...

28Lakoff et Johnson (1990) et Johnson (1987, p. 33) vont même jusqu’à considérer que nous faisons sans doute l’expérience la plus fondamentale des contenants et de leurs limites dans l’expérience de notre propre corps qui peut être vu comme le premier contenant. Ainsi, nous sommes limités et séparés du reste du monde par la surface de notre peau ; nous percevons le reste du monde comme hors de nous ; nous respirons et nous expirons de l’air ; nous ingérons des aliments et rejetons des déchets, sans même parler des expériences de l’intérieur et de l’extérieur liées aux rapports sexuels et à la naissance, où nous sortons du ventre maternel ! On pourrait même penser aux « bulles proxémiques » décrites par Edward T. Hall (1966).

29La caractéristique commune à ces innombrables exemples est celle qui consiste à éprouver la limite, la frontière. Le plus souvent d’ailleurs, celle-ci est expérimentée dans les trois dimensions et tous nos sens peuvent y participer : nous nous heurtons aux murs d’une pièce, aux bords d’une boîte, nous voyons les limites de notre chambre, nous entendons qu’en nous éloignant des musiciens, nous sortons de l’ambiance de la fête ; nous pouvons aussi fuir une zone ayant des odeurs particulières ou y entrer.

30Selon Lakoff et Johnson, du fait de la répétition de ce genre d’expériences du contenant et de ses limites tout au long de la vie, il émergerait une « structure schématique ». Ce que Lakoff et Johnson appellent des « schémas-types » ou « images-schémas » sont des structures ou des modèles prototypiques qui peuvent être d’ordre spatial ou temporel. Elles seraient relativement peu nombreuses et émergeraient principalement au niveau de nos mouvements corporels spatiaux et de nos manipulations d’objets, en interaction avec nos perceptions.

  • 8 Ces structures ne sont pas à voir comme des formes entièrement fixes. Dans la mesure où elles sont (...)

31Ces images-schémas, une fois construites sur la base de l’expérience, permettent en retour de projeter leur « structure » sur nos nouvelles expériences8.

32On peut évidemment, comme aide intuitive, décrire graphiquement les éléments de ce « schéma-type » en les représentant en deux dimensions, si l’on n’oublie pas qu’il n’y a rien de pareil dans notre cerveau, d’autant que ce schéma « visualise » ce qui n’est pas nécessairement, du moins pas uniquement, de l’ordre du regard :

Schéma du contenant

33Cependant, un tel schéma graphique permet intuitivement de distinguer les trois éléments suivants : un intérieur (I) ; une frontière ; un extérieur (E).

  • 9 Ce terme allemand signifiant « forme » est repris dans cette langue pour faire référence au courant (...)

34Lakoff et Johnson (1990, p. 31) insistent sur le fait qu’il s’agit ici d’une Gestalt9, dans le sens où les parties n’ont pas de sens si on les isole de l’ensemble. Il n’y a pas d’intérieur sans une limite et un extérieur ; il n’y a pas d’extérieur sans une limite et un intérieur et il n’y a pas de frontière s’il n’y a pas de côtés.

35Cette Gestalt, cette image-schéma du contenant, une fois constituée, peut être projetée sur des réalités spatiales nouvelles. Ainsi par exemple, on se basera sur la structure schématique du « contenant » pour décrire une relation spatiale particulière comme « le chat est dans le salon ». Pour construire cette « scène » langagière, on projette ici, non plus une partie du corps, mais une expérience répétée et structurée en image-schéma, celle du contenant. On peut représenter cette projection de la façon suivante :

  • 10 Cette situation, par les relations qu’elle décrit, permet de faire une série d’inférences : il y au (...)

36Le mot français « dans » suppose en effet la projection d’un schéma du contenant (une région délimitée de l’espace) identifiée par des frontières qui séparent un intérieur d’un extérieur. Le terme « dans » s’emploiera pour désigner un objet situé dans la partie intérieure de cet espace. Le terme « hors » pour désigner un objet situé dans la partie extérieure10.

37La structure schématique est topologique dans le sens où la limite peut être élargie, rétrécie ou déformée sans cesser d’être pour autant la frontière d’un schéma contenant. Nous pouvons ainsi projeter des contenants abstraits sur des surfaces dans l’espace, comme lorsque nous disons qu’il y a une voiture dans la cour, un homme se cache dans la forêt, un papillon se trouve dans le jardin.

38Notons ici la complexité cognitive impliquée par cette façon métaphorique de communiquer sur l’espace. Nous avons l’impression de comprendre sans effort et de façon immédiate et inconsciente des entités comme « dedans » ou « dehors » au point que tout ceci semble trivial. Cependant, une telle compréhension dépend de toute une série d’activités mentales automatiques et inconscientes de notre part, mais extrêmement complexes. Ainsi, pour voir un papillon comme étant « dans » le jardin, nous devons conceptualiser les limites du jardin comme un contenant tridimensionnel avec un intérieur qui s’étend en l’air. Nous avons aussi à localiser le papillon comme une figure en relation à ce contenant conceptuel.

39Nous pouvons donc projeter cette image-schéma sur des espaces où les limites ne sont pas clairement perceptibles. Ces « limites » finissent par dépendre plus de notre faculté d’imposer une structure au monde que des limites « naturelles » que le monde nous offre. Ainsi, par exemple, Lakoff et Johnson (1999, p. 31) montrent que nous pouvons bien sûr imposer un schéma conceptuel du type contenant, non seulement à une scène visuelle, mais aussi à ce que nous entendons, comme lorsque nous séparons de façon conceptuelle un morceau d’une pièce musicale d’un autre. Nous pouvons aussi imposer des schémas de type contenant à nos mouvements moteurs, comme lorsqu’un entraîneur de tennis décompose en parties le mouvement du revers et discute de la position du corps et de la raquette dans chacune de ces « parties ».

D. Parler de l’espace en y projetant des chemins

40Une autre image schéma qui semble très fondamentale pour parler de l’espace est celle que Lakoff et Johnson (1999, p. 33) appellent « schéma source-chemin-but ». Une action que nous accomplissons régulièrement dans l’espace et que nous avons souvent l’occasion d’observer, mais aussi de percevoir de façon synesthésique, est celle de nos déplacements. Nous partons d’un lieu de l’espace, nous nous dirigeons vers un autre en suivant une trajectoire. Par exemple lorsque nous partons de la maison pour aller à l’école ; lorsque nous partons de Bruxelles pour nous rendre à Paris ; lorsque le jeune enfant faisant ses premiers pas se risque à quitter les mains de papa pour aller vers maman...

41On peut décrire graphiquement les éléments de ce schéma de la façon suivante :

Schéma source-chemin-but

42On y distingue : un « trajecteur » (T) qui se déplace ; un lieu source (le point de départ) ; un but, c’est-à-dire, une destination visée par le trajecteur ; un chemin depuis la source jusqu’au but ; la trajectoire actuelle du mouvement ; la position du trajecteur à un moment donné ; la direction du trajecteur à ce moment ; la position finale actuelle du trajecteur, qui peut ou peut ne pas être la destination visée.

43Ce schéma est, comme le précédent, topologique, dans le sens où il peut être étendu, rétréci, déformé mais reste pour autant un chemin. Des extensions en sont possibles : un véhicule, la vitesse du mouvement, les obstacles au mouvement, des forces qui poussent quelqu’un le long d’une trajectoire, des trajectoires additionnelles, etc.

44De façon parallèle à ce que nous avons vu pour l’image-schéma du contenant, les trajectoires de ces images-schémas une fois constituées sont moins des entités physiques clairement identifiables dans le monde extérieur, que des entités projetées sur le monde, des cadres de référence spatiale (cf. Lakoff et Johnson, 1990, p. 30). Même si certains parcours peuvent donner lieu à des traces physiques saillantes directement perçues, comme des routes, on peut considérer ces « images-schémas » comme des Gestalten, que l’on projette sur notre environnement, ou avec lesquelles on vise à représenter dans le langage des parties du monde.

45Grâce à ce type de projections, nous pouvons par exemple exprimer une notion comme « vers ». Celle-ci ne peut se comprendre que par rapport à un but identifié comme le point de repère par rapport auquel le mouvement s’opère. Inversement, en fonction de cette Gestalt, le concept exprimé par « depuis » nous permet de comprendre comment le mouvement se réalise par rapport à la source prise comme point de référence. On comprendra par exemple que c’est en venant « du manneken pis » et en marchant « vers la grand place » qu’on trouvera l’hôtel Amigo. On peut à nouveau représenter la projection sous forme graphique :

46Ces quelques exemples d’images-schéma qui permettent de décrire certaines relations spatiales par projection, par transfert métaphorique sont évidemment très loin d’épuiser la richesse et la précision de nos façons de construire spatialement nos « autres scènes » par métaphores. Ils nous suffisent cependant pour nous faire une idée très globale de la façon dont nous pouvons, à partir de notre corps et de nos expériences corporelles – notamment, mais pas exclusivement – développer un langage partagé concernant l’espace.

E. Concepts de base et concepts complexes

47Ce que nous avons exposé ci-dessus, ce sont des façons de décrire l’espace et les relations spatiales. Par là, nous pouvons déjà nous faire une idée de la complexité que peut représenter, sur le plan cognitif, la construction d’une « autre scène linguistique », par projection sur l’environnement de parties de nos corps ou d’images-schémas incarnées.

48Cependant, notre langage ne met pas en scène uniquement des concepts « spatiaux ». Nous comprenons de façon apparemment « naturelle », quantité d’autres concepts : l’amour, le temps, la vie, la mort, la communication, etc... Si nous avons tous une certaine expérience de l’amour, du temps, de la vie, nous ne pouvons « voir » ces concepts de la même façon que nous pouvons voir des objets comme des chaises des tables ou un cendrier ! Certes, nous voyons des gens vivre, s’aimer, vieillir ou mourir, mais pour penser ou nous représenter la vie, l’amour, la vieillesse, la mort ou le temps, nous ne pouvons le faire, selon Lakoff et Johnson, que par le biais de métaphores. Nous ne sommes pas nécessairement conscients de ces constructions métaphoriques à la base de nos concepts les plus abstraits. En effet, la plupart de nos métaphores se sont transformées en métaphores « mortes » ou « catachrèses » et, l’habitude faisant, celles-ci ont été complètement intégrées à nos façons codées de parler. Cependant, ces métaphores n’en structurent pas moins le sens de ces concepts et les pratiques qui en découlent.

49En effet, comme l’expliquent Lakoff et Johnson (1999 : 59), il est pratiquement impossible de pouvoir parler de ces choses que sont l’amour, la mort, la communication, l’argent sans faire intervenir des métaphores, car la plupart de celles-ci sont des automatismes large ment inconscients et relèvent de la façon dont fonctionnent nos cerveaux humains. On pense par exemple à la façon dont on conçoit couramment la vie comme un long chemin, à l’amour comme un chemin que l’on fait ensemble, à la vieillesse comme le soir de la vie, à la mort comme une grande faucheuse... Ces concepts peuvent changer d’époque en époque et de culture en culture ; au sein de notre propre culture, plusieurs métaphores peuvent coexister, se compléter et parfois se contredire.

50Notons que, même si on essayait de faire un énorme effort pour éliminer toute forme de métaphore dans notre langage, on ne parviendrait à faire, autour de ces concepts, que quelques raisonnements minimaux. Selon le courant de la « métaphore conceptuelle », la « métaphore » n’est en effet pas une simple construction linguistique superficielle, comme elle était classiquement envisagée. Au contraire, la métaphore, prise dans un sens large comme « transfert », « projection » d’un domaine source vers un domaine cible, concerne de façon fondamentale nos façons de penser, la construction et la structure de nos concepts, même des plus abstraits.

51En fait, selon Lakoff et Johnson, le développement de la pensée a consisté en un processus d’accumulation de métaphores. Selon eux, nous essayons d’approcher des domaines plus complexes, plus abstraits, en y projetant des connaissances que nous partageons déjà, et qui sont le plus souvent plus concrètes. Chaque métaphore, en transférant un domaine de connaissance sur un autre nous permet d’appréhender, de comprendre de nouveaux domaines cibles, dans des termes plus concrets. Les concepts abstraits seraient des constructions complexes faites à partir de métaphores plus simples, plus basiques. Selon Lakoff, plus le niveau d’abstraction est élevé, plus il y aurait de strates qui le sous-tendent pour rejoindre les schémas de base.

  • 11 Sans vouloir mettre sur le même pied l’approche de la « rhétorique cognitive » et la « phénoménolog (...)

52Selon Lakoff, nos concepts les plus abstraits s’enracinent, c’est-à-dire ont pour domaine source nos expériences culturelles, mais aussi ces images-schémas, elles-mêmes fondées dans nos expériences « incarnées » qui, elles, sont « non métaphoriques ». Cette dimension « incarnée », « corporelle » du domaine source serait fondamentale comme « réserve » de sens partagé pour construire métaphoriquement nos concepts les plus abstraits. Selon Lakoff et Johnson, ce type de métaphore spatiale liée au corps11 et à l’expérience sensori-motrice serait une source fondamentale dans laquelle puisent un très grand nombre de métaphores conceptuelles. En effet, les métaphores liées à l’espace et aux images-schémas qui le structurent permettent de donner un cadre à un grand nombre de concepts abstraits, comme le temps, la causalité, etc.

53Nous essaierons de comprendre cela en en venant à présent au concept de communication qui nous intéresse plus directement dans cet article. Comment parle-t-on de la communication ? Comment la mettons-nous en scène lorsque nous pensons ou communiquons sur la communication ?

II. Mettre en langage la communication

  • 12 Voir à ce propos Recherches en communication, no 1, 1994, numéro dédié aux métaphores de la communi (...)

54En fait le concept de « communication » est extrêmement riche sémantiquement, au point qu’on a pu parler à son propos d’un concept « fourre-tout », « carrefour », « caméléon »... On ne peut pas ici rendre compte de la multiplicité des métaphores qui ont été proposées pour en parler12 ; on se limitera à présenter la métaphore qui semble la plus « enracinée » dans notre langage pour parler de ce concept. Par là, on esquissera un lien entre cette façon d’envisager la communication et les images-schémas des relations spatiales que nous avons présentées.

  • 13 Cet article sur la communication a été le précurseur et même la référence séminale pour le développ (...)

55Pour cela, je me référerai essentiellement au travail de Reddy [1979]13 qui analyse les façons dont on « parle » le plus couramment de la communication en anglais. Mais comme des traductions et des études semblent le montrer, les conclusions de ce travail sont globalement généralisables à d’autres langues européennes (Vaicenoniené, 2000) et sans doute aussi au français, si l’on en juge par la possibilité d’adaptation d’un grand nombre d’expressions.

  • 14 Ces évaluations portaient surtout sur les façons dont les étudiants parviennent à communiquer leurs (...)

56Ce que Reddy va suggérer, en se basant sur un corpus constitué essentiellement de commentaires et d’évaluations de travaux d’étudiants par des enseignants14, c’est que, quand les gens parlent de la communication, il l’envisagent comme le fait d’un locuteur qui met des idées (des objets) dans des mots (des contenants) et les envoie (par voie d’un conduit) à un auditeur qui sort les idées-objets de leurs mots-contenants. Le langage fonctionne comme un conduit rendant possible le transfert des pensées, des sentiments, des émotions ou des idées d’un individu à l’autre. C’est cette métaphore que Reddy baptise de façon générale : « métaphore du conduit ». Celle-ci serait, d’après la synthèse qu’en font Lakoff et Johnson, un composé de trois métaphores plus basiques que nous passerons en revue : Les idées (ou significations) sont des objets (A), Les expressions linguistiques sont des contenants (B), Communiquer c’est faire parvenir quelque chose (C).

A. Les idées (ou significations) sont des objets

  • 15 On a même des oxymores : « Il n’a pas d’idée concrète », comme si une idée n’était pas nécessaireme (...)

57La première métaphore est vraiment très courante. On la retrouve dans des expressions où l’on présente des idées, mais aussi des pensées, des sentiments, des émotions, comme des choses que l’on peut toucher, prendre, forger, donner, voler... On peut citer ici des expressions comme : « il faut jeter ces mauvaises pensées ! » ; « mettre les idées des uns et des autres sur la table » ; « ce sont des idées que je n’arrive pas à saisir » ; « Quand vous avez une bonne idée, essayez de la saisir immédiatement et de la mettre en forme15 ».

58Si les idées et les sentiments sont des choses tangibles, elles sont décrites comme ayant une grandeur, il y en a des grandes et des petites : « j’ai une petite idée derrière la tête » ; « il a de grandes idées » ; « je vous donne une brève idée de mon projet » ; « ce sont des grands sentiments » ; « il a eu une "petite" émotion ».

59Si les idées et les sentiments ont une grandeur, c’est que bien sûr, elles ont aussi des limites. Mais où commence et où finit une idée, un sentiment ? On dit aussi qu’on peut être proche ou loin de certaines idées ou sentiments, comme si on pouvait se situer spatialement par rapport à eux.

60Si les idées ont des « grandeurs » et des « limites », si on peut les situer dans l’espace, il est clair qu’on peut aussi les compter : « il a beaucoup d’idées » ; « il a quelques idées sur la question » ; « il n’a qu’une seule idée en tête ».

61Si les idées ou les sentiments sont des choses, on peut les posséder : « c’est mon idée » ou « c’est mon sentiment » ; « j’ai repris votre idée... » ; « même quand vous ne faites que reprendre les idées d’autrui, vous devez citer l’auteur » ; « ils ont volé mes idées » ; « c’est moi qui t’ai donné cette idée » ; « il n’a pas voulu nous donner son impression sur ce candidat ».

62On peut même voir qu’une fois métaphorisées comme des choses, les idées et sentiments deviennent accessibles aux cinq sens : « ce sont des idées qui n’ont eu aucun écho » ; « ce sont des idées nauséabondes...» ; « ce sont des sentiments brûlants » ; « ce sont des nouvelles toute fraîches » ; « ce sont de sombres pensées » ; « c’est une idée lumineuse » ; « ce sont des idées avec lesquelles je n’arrive pas encore à jongler »...

63On aurait tort de croire que ce ne sont là que des « façons de parler » figurées que l’on pourrait éviter en se référant à une façon littérale de s’exprimer. Il est très difficile d’échapper à ces expressions métaphoriques qui réifient les idées. On retrouve cette réification même dans les ouvrages scientifiques où l’on dira qu’une idée « découle d’une autre » ou que cette idée « entre dans cette théorie » ; ou alors, dans un dictionnaire de psychologie, on verra par exemple définir l’idée comme « le produit d’une activité mentale » !

64On pourrait représenter graphiquement ce type de métaphore concernant la pensée, les idées, les émotions, les sentiments de la façon suivante :

B. Les expressions linguistiques sont des contenants

65Ici, ce ne sont plus les idées, mais les expressions linguistiques qui sont souvent prises comme des objets ayant une limite. Certes, les mots, les textes, à la différence des idées, sont en un sens plus « matériels », on les entend prononcer, on voit des pages écrites, mais on va cependant attribuer à ces objets particuliers des qualités qui, elles, sont métaphoriques. Ainsi, on va pouvoir aussi faire appel aux cinq sens : « ce sont des mots brillants », « colorés », « mélodieux », « rugueux », « rocailleux », « doux ou amers », « ce sont des mots qui frappent », « ce sont des mots qui ont du poids »... On peut aussi « posséder » des mots : « ce sont vos propres mots », « j’emploie vos mots »... On recommande aussi de « ne pas gaspiller ses mots ».

66Mais ces mots ou ces textes auxquels sont attribuées des valeurs métaphoriques qui les réifient, sont en outre souvent décrits comme étant des contenants. Cela renvoie directement à l’image-schéma de relation spatiale du contenant, vue plus haut.

67En parlant et en écrivant, on mettrait les idées, les émotions, les sentiments, les pensées, dans des signaux externes. La façon la plus courante de parler consiste en effet à dire qu’on va « mettre » les idées « dans » les mots : « mets cela en mots » ; « mets ton idée, ton histoire, tes sentiments, tes rêves en mots... » ; « il m’est difficile de mettre mes idées sur le papier » ; « essayez de mettre plus de contenu dans moins de mots » ; « pour écrire une chanson, il faut mettre un maximum d’émotion dans un minimum de mots » ; « ce poème est chargé d’émotion » ; « tu ne peux pas te contenter d’introduire n’importe quelle idée dans ta phrase » ; « insérez ces idées ailleurs dans votre texte » ; « le sens est caché dans les mots » ; « le sens est là, dans les mots... » ; « pouvez-vous extraire les idées principales de ce discours » ; « ses mots ne transmettent pas beaucoup de sens » ; « l’introduction de ton texte contient beaucoup d’idées » ; « tes mots sonnent creux » ; « ce slogan est vide de sens » ; « le sens est enseveli sous des tonnes de verbiage » ; « le langage quotidien est un dépôt d’idées sexistes ».

68On pourra aussi dire en établissant un rapport quantitatif entre les « idées » et les « mots », que des mots « peuvent être superflus » pour exprimer une idée, ou « qu’il ne faut pas beaucoup de mots pour exprimer de grands sentiments ». De même, on peut utiliser des phrases ou écrire des livres ou des chansons qui « contiennent plus d’idées que d’autres ». Ainsi, on pourra dire : « j’ai mis dans ce poème plus de sentiments que dans tous mes romans ».

69Les mots aussi ont des frontières, des « bords » des « limites » qui permettent de contenir des idées : « je ne peux pas mettre sur 10 pages toutes les idées de Lakoff », d’ailleurs on demande de « définir » un mot, c’est à dire de lui donner des « limites ». Les mots auraient ainsi des limites que l’on fixe pour contenir certaines notions. Mais il y a parfois des idées qui sont considérées comme indicibles car elles débordent ou déborderaient des limites trop étroite des mots, des phrases, du langage même.

70On voit donc ici aussi que ce genre de métaphore pour parler de la « mise en mot » ou en « texte » s’enracine dans notre expérience des contenants. On peut la représenter sous le schéma suivant :

71A nouveau, il serait erroné de croire qu’il ne s’agit ici que d’une façon de parler et qu’on pourrait y échapper. Vous pouvez tenter l’exercice de traduire votre expérience de l’écriture ou de la parole sans jamais faire appel à cette métaphore du contenant ; vous risquez de ne pas pouvoir en dire grand-chose. D’ailleurs, cette métaphore se retrouve au cœur de nos discours scientifiques en matière de communication. Ainsi, on estime par exemple pouvoir distinguer une « analyse des contenus » d’une « analyse des moyens » de la communication. La métaphore du contenant y est clairement à l’œuvre !

C. Communiquer c’est « faire parvenir » quelque chose

72La métaphore du conduit suggère enfin que communiquer, c’est, une fois les idées ou les émotions mises en mots, les envoyer, les transmettre à un auditeur, un récepteur, un public... Communiquer, ce serait faire parvenir à l’auditeur des « contenus », c’est-à-dire des idées, des émotions, des sentiments réifiés, après les avoir mis dans des « contenants » c’est-à-dire les mots écrits ou parlés, conçus eux aussi sous forme de « choses ».

73D’après Vaicenoniené (2000, p. 158), ces métaphores « postales » de « l’envoi » semblent être extrêmement fréquentes, aussi bien en anglais qu’en lituanien. En français, nous disons également : « je lui ai adressé mes idées et il m’a renvoyé les siennes » ; « je lui ai fait parvenir mon opinion »... Mais il y a aussi des expressions moins directes où l’on retrouve cette idée du mouvement, comme dans « mettre ses idées en avant », « c’est difficile de faire passer cette idée ».

74On retrouve donc ici ce déplacement dans l’espace qui consiste à aller d’un point à un autre. En ce sens, les mots qui sont ces contenants, sont vus comme des « trajecteurs ». Les signaux transportent ou contiennent les idées ou sentiments.

75Il y a donc un déplacement, un parcours d’un « trajecteur » à partir d’une source, vers un but. Il s’agit ici clairement de l’image schéma nommée « source-chemin-but ». Comme nous l’avions vu, selon Lakoff, ce schéma est lié à notre expérience corporelle ; « Chaque fois que nous bougeons, il y a une place dont nous partons, un lieu vers lequel nous nous dirigeons et une suite continue de lieux par lesquels nous passons, et une direction... »

Schéma source-chemin-but

76L’information envoyée par l’émetteur, dans la « métaphore du conduit », est vue sur ce mode schématique du chemin. Les idées partent d’une source, sont envoyées dans une direction donnée vers une autre, et passent par toute une série de lieux intermédiaires. Il n’est dès lors par étonnant que parmi les représentations les plus courantes de la communication, les plus célèbres ont une forte homologie avec cette image-schéma source-chemin-but. Ainsi, le fameux schéma de Weaver (1949) est fléché à l’identique et son vocabulaire s’en rapproche.

77On pourrait dire la même chose du schéma de Lasswell qui organise encore en partie nos études en communication.

78En définitive, on pourrait dire que lorsque nous dressons des schémas comme ceux-là, nous projetons sur le domaine cible de ce qu’est la communication, l’image-schéma incarnée du « source-chemin-but » qui est par ailleurs présente dans nos représentations linguistiques les plus courantes de la communication. C’est sans doute ce qui explique en partie le succès de tels modèles.

D. L’œil de l’imagination et ses filtres

79Les exemples linguistiques aussi bien que les modèles de communication repris ci-dessus suggèrent que nos représentations de la communication sont fortement structurées spatialement. Il ne s’agit pas tant ici d’une spatialité géométrique, mathématique, mais, au départ, d’une spatialité qui s’inscrit dans notre expérience visuelle et kinesthésique de l’espace, voire même sonore, tactile ou olfactive : l’expérience de prendre les objets, de les façonner, de les mettre dans des contenants, de les envoyer, de les faire parvenir, de marcher... est projetée sur un autre type d’expérience que nous faisons tous et que dans nos cultures, nous appelons la communication.

80Ce qu’on voit à l’œuvre ici, c’est en définitive le travail de l’imagination humaine, qui s’enracine dans des expériences fondamentales, notamment des expériences liées au corps, pour essayer de décrire, de parler, de comprendre, et surtout de communiquer sur cette partie de notre expérience qui relève de la communication.

81On parvient, par ce truchement de l’imagination métaphorique, par cette création de liens entre des « espaces mentaux », « espaces source et espaces cible » à faire « voir », « sentir », « percevoir », une réalité qui en tant que « concept » ne se voit pas. On voit des gens parler, écrire, téléphoner, mais on ne « voit » pas « la » communication comme on voit un téléphone ou un ordinateur ! La communication, nous ne pouvons la « voir » qu’avec l’œil de l’imagination, qui construit nos représentations.

82L’imagination nous fait voir la communication à travers une triple métaphore dont l’assemblage est dénommé par Reddy « métaphore du conduit ». Nous projetons des schémas corporels et spatiaux sur cette partie de notre expérience humaine qui consiste à parler avec les autres, à écrire, à dessiner, etc. que nous nommons « communication ». C’est ainsi que nous parvenons à la représenter.

83Cette possibilité est tout à fait extraordinaire. Mais elle ne va pas sans inconvénients. Ainsi, si l’on envisage cette capacité de métaphoriser comme un sorte d’« œil-phare » qui éclaire telle ou telle partie du réel, nous pourrions considérer que voir la communication à partir de cet ensemble de trois métaphores, consiste à nous la faire voir, à la comprendre grâce à la projection de ces « schèmes source ». Mais, dans le même temps, selon l’expression de Max Black (1962, p. 42-45), toute projection métaphorique agit comme une sorte de filtre. Ce filtre nous voile d’autres aspects du réel.

84En effet, pour reprendre l’exemple paradigmatique de cet auteur, si pour décrire une bataille, j’ai recours à la métaphore du jeu d’échec et à tout le vocabulaire qui l’accompagne, je mettrai en valeur certains aspects de la bataille tandis que j’en laisserai d’autres dans l’ombre ; cette métaphore du jeu d’échec ne mettra pas l’accent sur les aspects les plus violents de la guerre, mais davantage sur ses dimensions stratégiques au niveau des chancelleries. Par contre, si nous décrivions une bataille en partant de la métaphore de la boucherie, ce sont ces aspects émotionnels, liés aux corps déchiquetés, au sang, à la mort que nous mettrions en avant. Une métaphore n’est pas nécessairement meilleure que l’autre ; chacune nous fait voir un aspect de la guerre.

85De même, on remarquera que bien des aspects de ce que ces représentations spatiales de la communication montrent est, certainement pour une part, intéressant pour comprendre la communication. Mais divers aspects de celle-ci sont aussi oubliés, non pensés, voire non pensables dans le cadre ouvert par une telle métaphore.

86Ainsi, cette métaphore nous dit généralement très peu sur tout ce qui concerne la réception de l’information, comment celle-ci est-elle conçue ? Dans ce schème, la réception est envisagée comme une activité essentiellement passive. En fait, la plupart des expressions qui parlent de la réception de l’information l’assimilent au fait, qu’en lisant ou en écoutant, on ne fait rien d’autre que de « trouver » des idées, des sentiments... dans les signaux, dans le trajecteur. Ils « arrivent » dans nos têtes ou « on les met » dans nos cerveaux. Les idées envoyées semblent toutes devoir, d’une manière ou d’une autre, atteindre le récepteur. « Il a reçu la plupart de ses idées de la télévision », « il a reçu des informations indésirables ». Lorsque toutefois, on signale un rôle plus actif du récepteur, il consiste essentiellement à essayer de ne pas être atteint par le message, à se boucher les oreilles, à ne pas lire le texte.

87De même, la « mise en mots » est assimilée à une « mise en boîte ». Ce type de métaphore est-il vraiment représentatif de la complexité du processus de communication ? Peut-être est-il plus ou moins compatible avec une idée simple du code, comme processus de traduction d’une série de symboles en signaux. Mais tout ce que nous avons essayé de présenter ici comme processus de projections métaphoriques montre combien ces activités de construction de l’espace partagé sont loin de pouvoir être réduites à une forme d’encodage ; il s’agit plutôt d’un réel travail de l’imagination ! (cf. schéma supra).

88Enfin, les représentations spatiales ont tendance à accentuer l’aspect « tuyauterie » ou l’effet « tunnel », dans lequel transitent des informations-contenants. Pas plus que de l’espace cartésien, il ne s’agit de dire que cette conception weaverienne de la communication est erronée. Cette façon de l’envisager n’est pas en soi plus « fausse » qu’une autre, mais elle restreint malgré tout d’autres dimensions de ce concept.

  • 16 Même si la proximité que la communication, prise en ce sens, doit être conçue de façon plus « topol (...)

89Cette conception courante semble en effet ramener la spatialité de la communication à une simple question de tuyaux, d’espacements, de distances, de détours que l’on parviendrait à franchir par ce genre d’artefact. En ce sens, on envisage la communication essentiellement dans le cadre d’une « métrique » particulière16. En nous montrant la communication comme une question de tuyauterie, aussi longue soit-elle – aussi nombreux soient les tuyaux et même s’ils sont organisés en réseaux – comprend-on par là l’essentiel de l’expérience de la communication ?

90Cette vue, cette « mise en scène » dominante de la « communication » comme « espace tuyau » que nous venons de décrire, occulte sans doute une autre spatialité que j’ai essayé de viser, de représenter au fil de cet exposé, en suggérant une métaphore alternative de la communication, comme « construction d’une scène partagée ». J’aurais voulu vous faire entrevoir par cette métaphore, que la véritable proximité permise par la communication est sans doute moins le fait de vaincre une « distance métrique » par le biais d’une tuyauterie complexe, que la capacité de construire, par l’imagination, ces espaces virtuels communs.

91La « proximité » offerte par nos « tuyaux » qui « connectent nos espaces », tout extraordinaire soit-elle, n’est que seconde par rapport à une « proximité » plus originelle. Mais peut-on vraiment prendre conscience de celle-ci, si notre langage courant ne nous pousse pas dans ce sens ? Peut-être. Mais cela nous entraînerait évidemment vers d’autres développements, et donc, en définitive, vers d’autres métaphores de la communication, de prime abord moins familières.

Bibliographie

Bibliographie

Augoyard (J.-F.), Pas à pas. Essai sur le cheminement quotidien en milieu urbain, Seuil, Paris, 1979.

Black (M.), Models and Metaphors. Studies in Language and Philosophy, Ithaca, Cornell University Press, New York, 1962.

Brugman (C.), « The Use of Body-Part Terms as Locatives in Chalcatongo Mixtec », in A. Schlichter, W. Chafe et L. Hinton (eds), Survey of California and Other Indian Languages. Studies in Mesoamerican Linguistics, Report no 4. Berkeley, 1983, p. 235-290.

Burke (K.), Language as Symbolic Action, University of California Press, Los Angeles, 1966.

Desbordes (F.), La rhétorique antique, Hachette, Paris, 1996.

Hall(e.t.), La dimension cachée, Seuil, Paris, 1971, [1966].

Johnson (M.), The Body in the Mind. The Bodily Basis of Meaning, Imagination, and Reason, The University of Chicago Press, Chicago and London, 1987.

Lakoff (G.), « The contemporary theory of metaphor » in A. Ortony, Metaphor and Thought, Cambridge University Press, Cambridge, 1998, p. 202-251.

Lakoff (G.) et Johnson (M.), Les métaphores dans la vie quotidienne, Minuit, Paris, 1985, [1980].

Lakoff (G.) et Johnson (M.), Philosophy in the Flesh. The Embodied Mind and its Challenge to Western Thought, Basic Books, New York, 1999.

Langacker (R.), Foundations of Cognitive Grammar, Stanford University Press, Standford, 1987.

Mondada (L.), Verbalisation de l’espace et fabrication du savoir : Approche linguistique de la construction des objets de discours, thèse présentée à la faculté de Lausanne, Lausanne, 1994.

Perelman (C.) et Olbrecths-Tyteca (L.), Traité de l’argumentation, Éditions de l’Université de Bruxelles, Bruxelles, 1988 [1958].

Reddy Michael (J.), « The conduit metaphor : A case of frame conflict in our language about language » in Ortony (A.), Metaphor and thought, Cambridge University Press, Cambridge, 1998 [1979], p. 202-251.

Richards (I.A.), The Philosophy of Rhetoric, Oxford University Press, New York and London, 1936.

Turner (M.) et Fauconnier (G.), The Way we Think. Conceptual Blending and the Mind’s Hidden Complexities., Basic Books, New York, 2002.

Vaicenoniené (J.), « The Conduit Metaphor in English and Lithuanian. A Corpus-Based Approach » in Zodzio Semantika, Kaunas, 2000, p. 143-167. Disponible en ligne sur : http://donelaitis.vdu.lt/publikacijos/vaicenoniene.pdf

Victorri (B.), « Les « mystères » de l’émergence du langage » in J.-M. Hombert, Aux origines des langues et du langage, Fayard, Paris, 2005, p. 212-231.

Victorri (B.), « A la recherche de la langue originelle » in J.-L. Dessalles, P. Picq et B. Victorri, Les origines de la culture, Les origines du langage, Le Pommier, Paris, 2006, p. 80-130.

Wittgenstein (L.), Recherches philosophiques. Traduit de l’allemand par F. Dastur, M. Élie, J.-L. Gautero, D. Janicaud, E. Rigal, Gallimard, Paris, coll. « NRF », 2004, [1953].

Notes

1 B. Victorri, « A la recherche de la langue originelle » in J.-L Dessalles, P. Picq et B. Victorri, Les origines de la culture, Les origines du langage, Le Pommier, Paris, 2006, p. 111. ; B. Victorri, « Les "mystères" de l’émergence du langage » in J.-M. Hombert, Aux origines des langues et du langage, Fayard, Paris, 2005, p. 215.

2 D’autres appellations existent pour ce courant, notamment en anglais, depuis les développements des premiers travaux de Lakoff et Johnson (1985) par Turner et Fauconnier (2002), on emploie souvent l’expression « conceptual blending ».

3 Les figures liées à la métonymie, ont été notamment étudiées par Augoyard (1979) : Pas à pas, Essai sur le cheminement quotidien en milieu urbain. Son approche des « rhétoriques habitantes » met en avant une « figure du cheminement », la synecdoque que l’on peut considérer comme une variété de ce que nous dénommons ici de façon extrêmement compréhensive « métonymie ». On pourra se référer aussi au travail de L. Mondada (1994) concernant la verbalisation de l’espace et la fabrication du savoir.

4 Nous adaptons ici des exemples que l’on retrouvera dans Lakoff et Johnson, 1990, p. 34.

5 Suite à Langacker (1987), Lakoff et Johnson (1985, p. 127), dénomment source (« S ») le domaine le mieux connu et dont les représentations sont en principe partagées ; ils appellent cible (« C ») le domaine moins connu que l’on cherche à comprendre ou à décrire.

6 Le sens premier de « métaphore » ne portait pas de façon prioritaire sur un rapport d’analogie, mais plutôt sur l’idée de « transfert », de « transport ». Aristote, définissait la métaphore comme « le transport à une autre chose d’un nom qui en désigne une autre » (Poétique, 1457b).

7 Pensons encore au cas où les habitués d’un lieu vous indiquent un chemin en vous disant : « Et puis vous passerez à la droite du "nez du géant", c’est un rocher que vous verrez de face ». Chemin faisant, vous chercherez le rocher qui ressemble à un « nez de géant », au risque de ne pas parvenir à voir de quel rocher il s’agit ou à projeter des « nez de géant » sur d’autres rochers ; vous vous demanderez s’il est bien orienté par rapport à vous, etc. On peut remarquer avec cet exemple, que communiquer suppose un risque, une inférence, une recherche, dont nous sommes évidemment beaucoup moins conscients lorsque nous sommes dans des formes routinières de langage, où les habitudes donnent lieu à des codes.

8 Ces structures ne sont pas à voir comme des formes entièrement fixes. Dans la mesure où elles sont construites par la multiplication d’expériences récurrentes, elles acquièrent évidemment une forte stabilité qui est constitutive de notre expérience courante. Cependant, cette stabilité n'est pas totale, elle reste en partie dynamique.

9 Ce terme allemand signifiant « forme » est repris dans cette langue pour faire référence au courant de « la psychologie de la forme » qui, durant la première moitié du xxe siècle, avait bien mis en avant que les phénomènes liés à la perception ne pouvaient s’envisager comme une somme d’éléments isolables qu’il s’agirait d’analyser les uns après les autres. Au contraire, ce courant montra que les phénomènes de perception devaient s’envisager comme des ensembles, des configurations qui n’avaient de sens que pris d’un seul tenant, comme un tout. Ainsi, une forme n’est pas dissociable du fond duquel elle se détache.

10 Cette situation, par les relations qu’elle décrit, permet de faire une série d’inférences : il y aurait ainsi une logique qui, selon Lakoff et Johnson, se situerait au niveau des images-schémas pré-propositionnelles.

11 Sans vouloir mettre sur le même pied l’approche de la « rhétorique cognitive » et la « phénoménologie », on peut cependant remarquer ici, notamment au niveau de la place du corps, quelques rapprochements, même si les visées et les méthodes de ces analyses sont très différentes. On retrouve là de nombreuses analogies avec les analyses de Merleau-Ponty sur le « corps spatialisant ».

12 Voir à ce propos Recherches en communication, no 1, 1994, numéro dédié aux métaphores de la communication.

13 Cet article sur la communication a été le précurseur et même la référence séminale pour le développement de la théorie de la « métaphore conceptuelle » telle qu’elle sera développée par Lakoff et Johnson (1985) dans Les métaphores dans la vie quotidienne. Lakoff rend d’ailleurs hommage à Reddy au début d’un article de synthèse sur la théorie contemporaine de la métaphore (1998, p. 203-204). L’exemple que Reddy appelle la « métaphore du conduit » sera par la suite abondamment repris comme exemple paradigmatique par les auteurs liés au courant de la métaphore conceptuelle.

14 Ces évaluations portaient surtout sur les façons dont les étudiants parviennent à communiquer leurs idées ainsi qu’à la présence ou à l’absence de contenus significatifs dans leurs textes.

15 On a même des oxymores : « Il n’a pas d’idée concrète », comme si une idée n’était pas nécessairement abstraite !

16 Même si la proximité que la communication, prise en ce sens, doit être conçue de façon plus « topologique » que « topographique ». Les espaces ainsi construits sont en effet moins de l’ordre de la « contiguïté physique » que de la « connexité » instantanée entre des espaces éloignés l’un de l’autre (Lussault, 2007, p. 65).

Auteur

Professeur d'anthropologie et de communication Institut des hautes études des communications sociales (IHECS)

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540