Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Ville et proximité

 | 
Christophe Mincke
, 
Michel Hubert

La proximité et la ville en économie

Xavier Wauthy

Texte intégral

Introduction

  • 1 La base de données bibliographique Econlit répertorie les publications scientifiques dans les journ (...)

1La vocable spécifique « proximité » n’est guère utilisé en tant que tel dans le champ de l’économie (et plus particulièrement dans le champ de l’économie néoclassique sur lequel je centrerai mon exposé). Ainsi une recherche sur la base de données Econlit ne renvoie que 150 occurrences sur une recherche combinée « proximity OR closeness », dans le titre1 La notion de proximité est néanmoins omniprésente tant dans les analyses empiriques que dans les analyses théoriques. Elle correspond en première approche à la perception intuitive que l’on peut en avoir, à savoir l’absence de distance, ou la faible distance, entre « entités pertinentes » pour l’analyse, dans une ou plusieurs dimensions du problème économique posé.

2Dans le cadre de cet exposé je vais tâcher d’expliciter le rôle que peut jouer cette notion de proximité dans l’analyse économique. Pour ce faire, je partirai de l’idée selon laquelle le rôle de l’économiste est avant tout de proposer des explications des phénomènes observés. En quoi la notion de proximité est-elle utile pour l’explication, la compréhension des phénomènes économiques ? Plus précisément, deux questions émergent immédiatement. D’une part pourquoi la proximité apparaît-elle ? D’autre part, en quoi l’existence (ou l’absence) de proximité contribue-t-elle à expliquer les phénomènes économiques observés ? Enfin, quelle est la pertinence du concept de proximité dans un contexte d’économie urbaine.

3Pour aborder ces différentes questions, je partirai d’une approche non spatiale, en développant une analyse plus générale et abstraite. Même si la proximité est naturellement associée à une dimension spatiale des questions économiques, elle ne s’y développée de manière dominante qu’assez tardivement. Cette analyse visera à clarifier comment la proximité et sa valeur explicative repose sur la combinaison de proximités données et de proximités construites. Le second volet de l’exposé s’attachera à expliquer comment on retrouve cette notion générale au centre de l’économie géographique contemporaine et résumera les lignes de force sur lesquelles elle s’appuie. Dans un troisième temps, je centrerai l’analyse sur le champ plus restreint de l’économie urbaine proprement dite.

4En m’inspirant de l’intervention de Jean Remy, je vais tâcher de prendre comme fil conducteur pour l’exposé l’étude du lien entre proximité et ressource. Celui-ci peut très clairement être développé selon deux axes complémentaires : quelle proximité constitue une ressource, et pour qui ? comment construire la proximité comme une ressource ?

I. La proximité « économique »

5Quelle place occupe la proximité au sein du modèle général de l’économie néoclassique (Arrow-Debreu) ? Au sein du modèle « canonique » du paradigme de concurrence pure et parfaite, le donné (les primitives) se résume aux caractéristiques personnelles des individus et à la liste des biens possibles. Dans le cadre d’une économie d’échange (où le secteur de production est absent) l’économie se résume à une collection d’individus, caractérisés par des préférences individuelles et des dotations. Les dotations et les préférences étant elles-mêmes définies en terme de ou par rapport à des biens. Dans ce canevas, quelles formes de proximités peut-on identifier :

  • proximité entre individus en terme de similarité de leurs préférences ;

  • proximité entre individus en terme de similarité de leurs dotations ;

  • proximité entre biens en termes de similarité « fonctionnelle ».

6Dans les deux premiers cas la notion de proximité repose strictement sur le « donné » du modèle, au sens où elle ne résulte d’aucune action ou relation économique particulière. Soulignons que la notion de proximité entre biens traduit déjà une notion de proximité qui s’appuie sur les préférences d’un individu. Ce qui « fait » que deux biens sont perçus comme proches est bien le fait qu’il existe des préférences individuelles pour lesquelles les biens en question sont perçus comme « pas trop » différents. Cependant au sein du modèle néoclassique, la catégorisation des biens est une donnée, au sens strict (formellement, les préférences sont définies sur un espace de biens, ou de caractéristiques, donnés a priori).

7Quelle est le rôle que l’on pourrait, au sein de ce cadre restrictif, assigner à la proximité ? Même s’il est implicite, le rôle premier est fondamental et « négatif » :

8Balise 1 : la non-proximité est le moteur des échanges et donc de l’activité économique d’échange.

9Cet énoncé n’est évidemment rien d’autre que le rappel de la théorie des avantages comparatifs, traditionnellement attribuée à Ricardo : l’échange (marchand ou non marchand) se fonde sur l’existence de différences, car les bénéfices de l’échange sont directement issus de l’exploitation des différences. Deux individus ne peuvent tirer un bénéfice de l’échange que s’ils ne sont pas totalement proches ! Ces différences « nécessaires » peuvent trouver leur origine dans les différences de leurs préférences, de leurs dotations ou des deux. Notons par ailleurs que trop de différences empêchent également l’échange. On pourrait raisonner dans cette optique à partir d’une notion de proximité d’intérêts. L’existence d’un échange mutuellement profitable repose sur des zones d’intersection entre les caractéristiques des individus.

10Développons un petit exemple : soit deux individus A et B. Chaque individu est caractérisé par deux ensembles :{xi} et{yi}, i=A,B, oùXi représente l’ensemble des biens détenus par l’agent i etyi l’ensemble des biens que cet agent souhaite obtenir et qu’il ne détient pas initialement. On peut alors résumer les conditions d’un échange mutuellement profitable entre A et B à la condition{xA}∩{yB} ≠ 0 et{xB} ∩ {yA} ≠ 0. Nous retrouvons dans l’énoncé de cette condition l’idée qu’il faut une proximité d’intérêt (le « et ») et une non-proximité des caractéristiques initiales. Une manière de résumer plus généralement cette idée est la suivante :

11Balise 2 : la proximité des intérêts résulte souvent de la différence dans les caractéristiques individuelles.

12Cela étant dit, l’approche précédente néglige une composante fondamentale du problème : les caractéristiques des produits résultent la plupart du temps des choix de production des firmes. Il s’agit donc ici d’un « construit » et non d’une donnée : parmi l’ensemble des choix possibles, certains seulement seront effectivement réalisés. En quoi la notion de proximité permet-elle d’expliquer ou de contribuer à expliquer les choix de caractéristiques des produits ?

13A nouveau, c’est la combinaison des proximités qui importe. Ainsi, deux produits qui différent dans toutes les caractéristiques sauf une, mais face à une population d’acheteurs pour lesquels la seule caractéristique pertinente est précisément celle pour laquelle les produits sont semblables seront considérés comme identiques du point de vue des acheteurs potentiels. Cette proximité des produits telle qu’elle résulte des préférences des consommateurs aura des implications directes sur les échanges qui se réaliseront et les conditions sous lesquelles ils se réaliseront. Cet exemple illustre une relation fondamentale :

14Balise 3 : les conséquences économiques d’une proximité du côté des biens sont conditionnées par le degré de proximité des préférences des individus.

  • 2 L’interprétation spatiale de cet exemple peut être vue comme une parabole illustrant le problème pl (...)

15L’illustration « canonique » de cette idée est proposée par le modèle de Hotelling : on considère deux vendeurs de glace localisés sur une plage de longueur d’une unité. Des baigneurs sont distribués sur cette plage. Supposons qu’ils soient tous désireux d’acheter une glace et que, pour ce faire, ils doivent se déplacer jusqu’à un marchand, ce qui représente un coût proportionnel à la distance, et qu’ils doivent payer le prix annoncé par le marchand. Le problème étudié est double : d’une part, quels prix les marchands doivent-ils fixer s’ils veulent maximiser leurs recettes ? D’autre part, quelle localisation devraient-ils choisir au regard de cet objectif2 ? Quels sont les ingrédients principaux du modèle au regard de la notion de proximité ? On peut identifier une notion de proximité des produits eux-mêmes, définie par la distance qui sépare les localisations des points de vente. Par ailleurs, on peut raisonner sur la proximité des préférences des baigneurs à partir de leur taux de dispersion sur la plage. En combinant les deux dimensions, on obtient une notion de proximité relative entre chaque baigneur et chaque produit.

16Dans le modèle initial de Hotelling, les baigneurs sont uniformément distribués sur la plage. Dans ces conditions, l’intensité de la concurrence qui lie les firmes va directement dépendre de leur localisation. Si les localisations sont identiques, le seul critère « différenciant » les produits sera le prix et la demande basculera totalement d’une firme à l’autre au gré des rabais successifs. C’est la situation la plus dommageable pour les firmes. Si, par contre, les firmes sont localisées en des lieux différents, les consommateurs, en fonction de leur propre localisation, combineront différentiel de prix et différentiel de coût de transport pour déterminer leur choix optimal. La conclusion essentielle de l’analyse est alors la suivante : lorsque les localisations de marchands diffèrent, la concurrence en prix est atténuée et les profits réalisés sont accrus. La combinaison de l’hétérogénéité des produits et des individus est donc une ressource pour les agents stratégiques. Dès lors, si l’on considère l’étape de choix des localisations par les firmes, il devient clair que ces firmes vont choisir des localisations « non-proches » de manière à tirer parti de la « non-proximité », de l’hétérogénéité, des baigneurs.

17En résumant l’image de la plage et en nous plaçant dans la perspective d’un choix stratégique dans les caractéristiques des produits, que peut-on constater ? Si nous supposons que les nageurs sont hétérogènes, se localiser au même endroit n’est pas souhaitable car cela attise la concurrence. Comment dès lors relâcher la concurrence en prix ? En différenciant les produits, c’est-à-dire en se localisant en des endroits différents, ou encore en diminuant la proximité entre les produits. Dans cet exemple, les caractéristiques des produits sont bien un construit « non-proche », dont l’existence s’appuie directement sur l’hétérogénéité des préférences. Dans ce modèle, la proximité n’est pas, pour les firmes, une ressource dont elles pourraient tirer parti. La proximité est exactement ce qu’il faut éviter. Par contre, l’éloignement constitue la ressource à exploiter, et exploitée à l’équilibre du jeu. Si nous adoptons maintenant le point de vue des consommateurs, on pourrait défendre l’idée que, pour eux, la proximité constitue une ressource : en limitant leur hétérogénéité, les consommateurs renforcent la concurrence en prix, en incitant les firmes à se localiser « au plus proche ». Ce qui est bénéfique pour les consommateurs parce que cela leur permet d’obtenir les biens à un prix inférieur, par la mise en concurrence des firmes. Ici, la proximité constitue donc une ressource à exploiter. On peut ici identifier les fondements (partiels) des logiques de regroupements, de concentrations d’acheteurs par affinités, de manière à augmenter le pouvoir de marché. A contrario, on peut identifier les forces qui poussent à la différenciation des produits. Remarquons finalement que, si les baigneurs sont tous localisés au même endroit, il n’y a plus aucun intérêt pour les firmes à se localiser à des endroits différents.

18On peut dégager de cette illustration les idées plus générales suivantes :

19Balise 4 : la proximité « construite » émerge lorsqu’elle constitue une ressource pour le groupe d’agents concernés. A contrario, la distance « construite » émerge lorsqu’elle constitue la ressource exploitable.

20Balise 5 : dans une relation de marché, la tendance est, soit celle d’une double hétérogénéité, soit celle d’une double proximité.

21La notion de proximité développée jusqu’ici exploite les caractéristiques des produits et la nature des préférences des individus. Il s’agit évidemment d’un plan d’analyse fondamental mais incomplet. En effet, la problématique économique tient également (surtout ?) à la fonctionnalité des biens économiques considérés. Jusqu’à présent nous avons raisonné en considérant implicitement des biens assurant des fonctionnalités identiques et nous avons implicitement limité notre analyse au cas de biens « proches » de ce point de vue. Dans cette perspective, il est tentant de définir une notion de proximité basée sur la fonctionnalité. Il s’agit en fait de la notion plus générale de substituabilité couramment utilisée en économie : des biens sont définis comme substituts lorsqu’ils sont à même de satisfaire le même type de besoin. Cela nous renvoie à la notion de « proches substituts », voire de substituts parfaits lorsque les biens sont à même de satisfaire un besoin donné de façon strictement équivalente. Dans le cadre de l’exemple de Hotelling, la seule dimension dans laquelle les produits sont « distants » est leur localisation. Dès lors, en cas de localisations identiques, les biens sont des substituts parfaits ; leur degré de substituabilité diminuant lorsque la distance les séparant augmente.

  • 3 Notons que cette notion de proximité complémentaire renvoie en partie à la théorie des avantages co (...)

22Deux biens qui remplissent des fonctions non proches appartiendraient alors à des catégories différentes et pourraient être analysés de manière plus ou moins indépendante (pas d’effets de débordement significatifs de l’un sur l’autre). Cette conclusion est bien évidemment trop hâtive. En effet, le pendant de la notion de substituabilité est celle de complémentarité. Deux biens sont complémentaires lorsque leur consommation conjointe renforce l’intérêt de leur consommation « séparée ». Ainsi les frites et la bière constituent-ils deux biens économiques distincts mais dont on peut considérer que la consommation jointe peut présenter une valeur ajoutée complémentaire. Nous pouvons, à ce stade, dégager une nouvelle notion de proximité basée sur la complémentarité. Ainsi, un ordinateur personnel et un système d’exploitation peuvent-ils être considérés comme très (très) proches dans la mesure où c’est bien leur consommation conjointe qui importe3. En l’occurrence, on parlera ici de biens strictement complémentaires. La conséquence immédiate d’une forte complémentarité est l’apparition d’une proximité d’intérêts entre les producteurs en cause (ainsi, en fait, qu’avec les consommateurs potentiels).

23Vue sous l’angle de la complémentarité, la proximité devient alors une ressource à exploiter, pour inverser la causalité traditionnelle. La logique est ici « Qui s’assemble, se ressemble ». Cette notion de proximité ouvre des perspectives fondamentales sur les questions d’interopérabilité de systèmes, sur les fondements de l’intégration verticale dans la production de biens complexes... L’idée est à nouveau que la proximité de complémentarité est, en partie au moins, un construit. L’enjeu stratégique est ici de se « rapprocher » afin de tirer le meilleur parti des possibilités offertes par la complémentarité potentielle entre les biens. En l’occurrence, les caractéristiques des produits peuvent être choisies de manière à maximiser la complémentarité et, par conséquent, maximiser la valeur du produit combiné pour les acheteurs potentiels. Il y a dans ce contexte une forme de coopération qui peut s’établir entre firmes afin de réaliser cet objectif.

24En conclusion, deux notions de proximité, centrales dans le modèle général, semblent se dégager :

  • proximité de substitution ; elle renvoie aux notions de rivalité et de concurrence ;

  • proximité de complémentarité ; elle renvoie à la notion de coopération.

25Pour conclure sur ce thème, quelques remarques finales. Si l’on essaie de dégager le rôle que pourrait jouer la notion de proximité dans l’analyse économique, on est directement renvoyé à la problématique de l’hétérogénéité des agents économiques et des produits et à leurs liens. Il est intéressant de noter qu’à l’heure actuelle, la science économique est elle-même en questionnement sur ce sujet. Par ailleurs, il pourrait être utile d’approfondir la notion même de proximité d’intérêts, ses fondements et ses implications. Enfin, la notion de proximité peut présenter malgré tout un caractère opérationnel fort, par exemple dans la conduite de la politique de concurrence. Dans ce domaine en effet, c’est en fait l’application de concepts directement dérivés de la proximité de substitution ou de complémentarité qui fixe les limites des industries et donc les champs d’intervention. Il est évidemment d’autres domaines dans lesquels la notion de proximité revêt directement un caractère central, à commencer par l’économie spatiale (où nous chercherons à retrouver les idées de proximité de substitution et de complémentarité)

II. L’économie spatiale4

  • 4 Cette section et la suivante s’inspirent très largement de l’ouvrage de M. Fujita et J. Thisse, Éco (...)
  • 5 Dans le champ économique, on peut identifier deux notions de proximité au sens « physique » : la pr (...)

26En nous appuyant sur les réflexions générales développées ci-dessus, nous allons maintenant nous efforcer de développer la notion de proximité telle qu’elle est envisagée dans le contexte de l’économie spatiale5.

27Une première remarque s’impose d’emblée : les notions de substituabilité et de complémentarité ont été depuis longtemps (toujours ?) intégrées au paradigme de l’économie de marché, mais il n’en a pas été de même en ce qui concerne la dimension proprement spatiale des activités économiques. Sans entrer dans trop de détails techniques, il est intéressant de constater que la raison principale qui a freiné le développement d’une analyse spatialisée du modèle néo-classique est avant tout une difficulté technique. En effet, la prise en compte de la dimension spatiale propre à toute activité économique réelle requiert d’incorporer d’importantes non-convexités. Celles-ci sont très largement incompatibles avec le cadre mathématique du modèle néoclassique traditionnel. Cela ne signifie pas que l’économie a totalement négligé les problématiques spatiales mais qu’elle ne les a que très récemment intégrées au sein de son modèle « canonique », à savoir le modèle d’équilibre général de Arrow-Debreu. En fait, on peut déjà trouver chez Von Thunen (1826) l’essentiel des intuitions fondamentales qui gouvernent les analyses contemporaines de la Nouvelle Économie géographique et, plus généralement, de l’économie régionale et de l’économie urbaine.

28Assez paradoxalement, l’importance de l’espace dans l’activité économique était déjà reconnue par Walras lorsqu’il affirmait qu’« on ne fait point de l’industrie entre ciel et terre ; il faut se poser quelque part sur le sol ». Le paradoxe tient à ce que Walras passe pour un des pères fondateurs du modèle d’équilibre général, dont il semble que, en ce qui concerne la problématique qui nous occupe, une caractéristique majeure soit son incapacité fondamentale à rendre compte des phénomènes d’agglomération spatiale. On peut ici faire référence au « théorème d’impossibilité » de Starret (1978). Celui-ci démontre essentiellement qu’au sein du modèle de concurrence pure et parfaite, la seule distribution spatiale de l’activité de production qui est compatible avec l’existence d’un équilibre concurrentiel est celle qui correspond au « Backyard Capitalism », c’est-à-dire à une distribution géographique qui ne donne lieu à aucun mouvement géographique des biens ou des agents ! Elle est donc totalement exempte de phénomènes d’agglomération spatiale.

29Le problème est évidemment que la réalité est toute autre. Un phénomène frappant étant que l’on retrouve des formes d’agglomération spatiale tant au niveau de sous blocs continentaux que de régions au sein d’un même pays, ou même à l’intérieur d’une même région, voire de villes. On peut par exemple reprendre les données avancées par Fujita et Thisse (2003) concernant l’Asie de l’Est : en considérant le Japon, la République de Corée, Taiwan, Hong Kong, Singapour, les Philippines, la Thaïlande, la Malaisie, l’Indonésie et la Chine, on obtenait en 1990 une population totale de 1,6 milliard d’habitants. Au sein de ce bloc, le Japon générait à lui seul 67 % du PIB industriel de la zone, alors qu’il ne représentait que 3,5 % de la superficie totale. Et, à l’intérieur du Japon, l’activité était elle-même très concentrée, de sorte qu’en fait on pouvait identifier un espace géographique représentant 0,18 % du territoire, produisant à lui seul 29 % du PIB industriel de l’ensemble de la zone.

30On observe par ailleurs à la fois une grande diversité dans les formes d’agglomérations (en particulier des villes où coexistent ville spécialisée et ville globale), mais aussi une grande régularité dans la hiérarchie qui lie les zones urbaines. L’enjeu principal de l’économie spatiale est d’identifier et de comprendre les déterminants de ces concentrations géographiques.

31Si l’on veut centrer l’analyse sur la question de la proximité, on est amené à s’interroger sur la forme que va prendre la distribution spatiale des activités économiques. La notion de proximité centrale est alors la proximité géographique, mesurée par exemple par la distance euclidienne. Et elle est incontournable !

32Imaginons pour ce faire un monde parfaitement uniforme dans lequel la distribution de la population est elle-même parfaitement uniforme. Supposons qu’une entreprise cherche à déterminer où localiser son (ses) activité(s) de production. Quels sont les éléments qui vont présider à ses choix ? Dans la mesure où la distribution de la population est uniforme, aucune localisation ne se distingue des autres. Deux éléments vont dès lors être déterminants : les coûts de transport (qui représentent ici par exemple les coûts induits par la livraison depuis le lieu de production vers le lieu de vente, ou de consommation) et la nature des rendements d’échelle dans la production (qui reflète la mesure dans laquelle on réalise des gains d’efficacité en concentrant la production en un seul lieu). La mécanique qui se met en œuvre est alors celle d’un arbitrage entre les coûts de transport qui poussent à la dispersion des activités (pour minimiser ces coûts) et les rendements d’échelle qui poussent à concentrer la production. Dans cette logique, plus les coûts de transport sont faibles, plus la tendance à concentrer la production en un seul lieu est forte. C’est ce mécanisme « brut » qui explique à la base la tendance observée actuellement à la polarisation des espaces économiques.

33Balise 6 : la structuration géographique des espaces économiques reflète un équilibre de forces contradictoires poussant à la concentration et à la dispersion.

34On retrouve ici une forme dérivée de la notion de proximité-substitution : la présence de coûts de transport importants rend les différentes localisations d’autant plus « éloignées » les unes des autres au sens où le coût de les servir simultanément est d’autant plus grand. Dans ce cadre la proximité est clairement une ressource puisqu’elle génère des gains à l’échange accrus. En négligeant le rôle des rendements d’échelle une entreprise viserait donc à maximiser la proximité. Dans cette perspective, des rendements d’échelle croissants contribueront à « fixer » le coût de la proximité, et donc son degré. Les rendements d’échelle impliquent en effet des pertes d’efficacité en cas de dispersion spatiale des activités de production.

35Balise: dans une perspective spatiale, le proximité dépend essentiellement, mais pas uniquement, du coût de déplacement.

36L’idée est ici que la proximité est une « vraie » question au sens économique uniquement si les déplacements (résultant de l’absence de proximité spatiale) impliquent un coût, c’est-à-dire une consommation de ressources.

37Explicitons alors l’idée selon laquelle la science économique a tardé à intégrer de manière satisfaisante la dimension spatiale au sein du paradigme dominant, d’abord pour des raisons d’ordre technique. Le raisonnement précédent peut d’une certaine manière résumer le problème posé par Starret : si les coûts de transport sont positifs, alors la seule distribution possible est de localiser des unités de production partout où il « y a de la demande », ce qui conduit à l’absence d’agglomération spatiale et donc à l’irrelevance de la question spatiale elle-même. Or, ce qui limite fortement la tendance à se localiser partout où cela est possible est la présence d’indivisibilités. On ne peut être proche de toutes les localisations possibles sans que cela entraîne un coût. Dans un même unité de temps, je ne peux être partout à la fois ; en élargissant l’horizon temporel, je peux visiter tous les lieux mais séquentiellement et en supportant le coût de déplacement de l’un à l’autre. Dans le cas particulier de la production, l’existence de technologies à rendements croissants est elle-même une source d’indivisibilité. Or précisément, ces rendements croissants sont longtemps restés incompatibles avec le modèle de concurrence parfaite fondant le paradigme néoclassique. Les développements méthodologiques récents permettent de mieux prendre en compte la nature des problèmes économiques intrinsèquement liés au caractère indivisible des localisations.

38Dans le contexte de l’économie spatiale, la question de la proximité est donc directement liée à la ressource qu’elle peut représenter. En reprenant l’exemple précédent, on peut utilement partir de la distinction entre composantes de production, d’une part, et de consommation, d’autre part. Quand la firme envisage le choix d’une ou plusieurs localisations, elle peut être vue comme réalisant un choix entre deux proximités : proximité vis-à-vis des marchés de destination ou proximité des lieux de production. La première est potentiellement une ressource à travers les économies de coûts de déplacement qu’elle génère. La seconde par les gains d’efficacité qu’elle engendre. Le choix de localisation est alors vu comme résultant d’un arbitrage entre ces deux ressources potentielles, mais mutuellement exclusives. Si les coûts de transport diminuent drastiquement, la question de la localisation devient non problématique puisqu’une des deux forces disparaît. Il n’y a plus de raison de ne pas vouloir concentrer la production en un seul lieu afin de tirer le bénéfice maximal des échanges. La conséquence de la diminution des coûts de transport n’est donc pas que les localisations n’importent pas mais bien que la localisation de la production sera unique, et donc totalement concentrée en un lieu quelconque.

39Lorsque l’on parle de polarisation des espaces économiques, qu’a-t-on en tête ? Principalement la tendance systématique à voir se regrouper en un nombre limité de lieux géographiques un nombre accru d’agents économiques de toutes sortes. L’argument précédent explique pourquoi la diminution des coûts de transport semble être un facteur déterminant pour expliquer ce phénomène. Le processus d’agglomération spatiale résulte d’une balance entre forces centrifuges et forces centripètes. Lorsque les coûts de transports diminuent, une des forces centrifuges disparaît. Cela a pour effet d’augmenter la « valeur » de la ressource « proximité » dans la production. La concentration spatiale de la production s’en trouve alors accrue.

40La seconde étape du raisonnement est alors de considérer comment la proximité « initiale » dans le lieu de production génère des effets de proximité complémentaires, qui se nourrissent mutuellement. Ainsi la présence d’une grande unité de production en un lieu donné peut constituer un facteur d’attraction pour des activités « proches » (dans la dimension non spatiale) : typiquement des activités complémentaires de production d’input intermédiaires, en ce compris les travailleurs. La proximité spatiale d’un pool important de travailleurs qualifiés spécialisés pourra alors conduire à attirer des activités « proches » sous l’angle technologique, de l’activité initiale. On peut ainsi imaginer voir émerger des districts spécialisés dans un secteur d’activité particulier.

41Nous n’expliciterons pas en détails les différents mécanismes sur lesquels pourraient alors s’appuyer un processus d’agglomération spatiale (nous le ferons plus particulièrement dans le cadre de l’économie urbaine). L’idée générale est en effet assez simple à résumer.

42Balise 8 : la proximité géographique est une ressource dont l’exploitation est de nature à générer des effets d’agglomération spatiale cumulatifs.

43Trois remarques pour conclure cette section.

  1. Il est tout d’abord intéressant de noter que dans le processus décrit ci-dessus deux dimensions de la proximité s’enchaînent. Partant d’une concentration initiale, la proximité non spatiale, de complémentarité, motive le rapprochement spatial, et donc la création d’une proximité spatiale. L’effet cumulatif se nourrit donc du croisement de deux proximités.

  2. Ensuite, le processus simplifié décrit ci-dessus permet de comprendre la diversité des types ou des formes d’agglomération spatiale. Selon la nature des biens en cause, l’importance de la proximité spatiale vers le marché de consommation ou entre producteurs peut différer. Pourquoi, par exemple les top designers, ou les créateurs de mode ou les antiquaires se concentrent-ils dans des quartiers précis, alors que les épiciers par exemple ne le font pas particulièrement ? En partie parce que la valeur d’une proximité entre vendeurs, ainsi que son coût, diffèrent fondamentalement ? Elle est quasi-nulle pour un épicier dont les marchandises sont plutôt standardisées et les achats répétitifs. Reste alors le coût d’une concurrence accrue par la proximité. A contrario, les antiquaires vendent des biens peu standardisés et pour lesquels la composante « recherche » est centrale pour les acheteurs potentiels. Dans ce cadre, il y a moins à craindre en terme de concurrence d’une proximité entre vendeurs tout en augmentant le flux des acheteurs potentiels qui peuvent « économiser » en coûts de recherche lorsque les vendeurs se concentrent en un seul lieu.

  3. Enfin, et dans un tout autre registre, les mécanismes de croissance cumulative associés aux phénomènes d’agglomération spatiale ont des implications directes sur la définition et la mise en œuvre des politique publiques visant à promouvoir le développement régional ou local. Nous ne les développons pas ici, mais il est bien évident qu’il s’agit là d’une implication centrale de la notion de proximité spatiale telle que développée ci avant.

III. Économie urbaine

44Dans quelle mesure la ville représente-t-elle un caractère particulier par rapport à la problématique générale de l’agglomération spatiale ? Qu’est-ce qui fait sa singularité ?

45La ville est évidemment un lieu de proximité géographique. C’est même cela qui la définit en première approximation (par exemple à travers la notion de continuité du bâti ou, dans le passé, par les limites physiques que fixaient les remparts de la ville). L’existence de ville est par ailleurs un phénomène universel et en croissance : 12 % de la population mondiale vivait en ville dans l’Europe de 1800, 51 en 1950 environ 75 à l’heure actuelle. La ville représente donc non seulement un phénomène économique important mais même un phénomène dont l’importance est croissante.

46Si l’on cherche à comprendre la spécificité de la ville par rapport à d’autres niveaux d’analyse des problématiques d’agglomération spatiale, il est sans doute utile de rappeler qu’une de ses caractéristiques importantes est de ne pas être autosuffisante. Typiquement, une ville ne produit pas les ressources en biens de consommation, en énergie, dont elle a besoin pour survivre. D’une certaine manière, l’existence de surplus agricoles, liée à différents progrès technologiques, semble donc être une condition nécessaire à l’émergence des villes, en rendant leur survie possible. Mais elle n’est pas une condition suffisante car il reste à expliquer pourquoi leur présence est perçue comme souhaitable, c’est-à-dire pourquoi les surplus agricoles des campagnes « convergent » vers les villes. De ce point de vue, l’existence même des villes illustre nécessairement l’idée que la proximité qui les définit doit constituer une ressource, une forme de richesse « intrinsèque ». Cette « valeur » associée à la proximité spatiale est directement issue des évolutions dans l’organisation de la production, en particulier en ce qui concerne la division du travail, la spécialisation des tâches. C’est en particulier vrai dans le domaine des services où cette spécialisation requiert, pour se développer, de pouvoir s’appuyer sur des effets de taille. Bien évidemment, la concentration de populations et d’un ensemble d’activités en un même lieu répond précisément à ce besoin.

47L’idée générale qui sous-tend l’émergence des villes et leur développement s’inscrit dans la continuation stricte de la section précédente :

48Balise 9 : l’émergence des villes dépend de l’existence d’économies d’échelle directement liées à la proximité entre agents, ou catégories d’agents, économiques.

  • 6 Des versions plus élaborées du modèle initial permettent également de rendre compte de phénomènes t (...)

49La paternité de l’économie urbaine semble devoir être attribuée à von Thunen qui, dans son analyse de l’affectation des sols autour d’une ville-marché jette les bases qui permettront au siècle suivant à Alonso (notamment) de développer les théories expliquant pourquoi et comment les activités économiques se structurent et s’étendent autour d’un centre prédéterminé. Ces travaux reposent de manière classique sur l’idée que la proximité au centre est désirable parce qu’elle permet de limiter les coûts de déplacement, mais, en même temps, la rivalité dans l’occupation des sols génère nécessairement une concurrence entre agents économiques pour l’obtention de ceux-ci. A travers la fixation de la rente foncière, cette concurrence fixe le « prix » de la proximité. C’est donc bien l’existence d’une valeur associée à la proximité qui se reflète dans un « coût de la vie » systématiquement plus élevé dans la ville qu’en dehors, et du centre vers la périphérie6. On peut cependant constater que les travaux de von Thunen expliquent principalement les phénomènes d’étalement des villes autour d’un centre géographique donné. Ils laissent cependant totalement ouverte la question de savoir pourquoi, initialement il devrait y avoir un « Central Business District ». La valeur accordée à la proximité découle de l’existence d’une centre d’emploi ou d’un centre d’échanges. Mais pourquoi celui-ci s’est-il formé ?

50Pourquoi des villes ? Répondre à cette question de manière plus précise requiert essentiellement d’identifier les différentes composantes qui font de la proximité spatiale une ressource intrinsèque. De très nombreuses pistes ont été explorées. Elles convergent vers l’idée que sous une forme ou sous une autre :

51Balise 10 : les villes constituent les lieux privilégiés de développement d’une série d’externalités spatiales de nature à enclencher et amplifier les phénomènes de croissance cumulative.

52On peut considérer ici quelques uns des mécanismes en jeu. Chacun de ces mécanismes rationalise à sa façon la vision d’une ville dont l’émergence et le développement repose sur l’exploitation d’effets de proximité :

    • 7 Cette idée d'une « valeur » associée à la proximité dans le cadre d'externalités technologiques a é (...)

    les externalités Marshalliennes ; et en particulier les externalités technologiques. Ces externalités peuvent avoir des origines très diverses. Un champ important de la littérature s’appuie sur l’idée que la proximité, tant physique qu’en termes de caractéristiques professionnelles (ou autres), du capital humain est à l’origine d’importants effets d’échelle liés à la communication « face-à-face », aux échanges directs d’idées. Nous retrouverons ici quelque chose d’assez proche du point évoqué par Jean Remy concernant la « possibilité de développer des interactions occasionnelles et non programmées », comme définition de la proximité. Il s’agit en effet d’une ressource essentielle lorsque l’information à transmettre est « tacite », non codifiée, ce qui semble particulièrement pertinent dans le cas d’externalités de connaissance. Notons que la croissance cumulative liée à ces externalités s’accompagne également d’un effet d’irréversibilité. Par ailleurs, l’utilisation de modèles de communication permet également de rendre compte des différentes formes d’agglomération à l’intérieur même des villes (monocentriques, multicentriques hiérarchisées...)7 ;

  • l’existence d’un grand marché, résultant de l’agglomération, augmente la diversité des produits intermédiaires disponibles et en particulier celles des « non transportables » tels que services juridiques et financiers. Ceux-ci ont en effet besoin d’un marché suffisamment étendu pour se développer de manière profitable. Les effets d’échelle dont ils peuvent bénéficier ont pour effet d’augmenter les salaires (cette croissance étant elle-même nécessaire pour continuer à attirer des travailleurs lorsque travailler en ville augmente le coût de la vie) ;

  • un raisonnement similaire peut-être tenu en matière d’appariement des travailleurs. Le développement d’un bassin d’emploi plus diversifié est à l’origine de rendements croissants via l’amélioration de l’appariement entre qualifications des travailleurs et emplois proposés ;

  • la ville comme fournisseurs de biens publics locaux : on peut symboliser les rendements d’échelle dans ce domaine en rappelant que le coût moyen d’un mètre de rempart diminue avec l’étendue de la superficie incluse à l’intérieur de ces remparts (le périmètre croît selon la formule π.r alors que la superficie augmente selon (πr2, de sorte que le rapport entre les deux diminue lorsque r augmente). En simplifiant, on peut alors considérer que la capacité à fournir le service public présente des rendements croissants dans la taille de la ville, ce qui peut-être à l’origine d’une croissance cumulative.

53Notons que ces mécanismes de croissance cumulative ne sont pas infinis dans la mesure où ils restent contrecarrés par les effets de distance (augmentation des coûts de transport) lorsque la ville croît. Des phénomènes de congestion viennent également limiter les possibilités de croissance de la ville. On peut ici retrouver l’idée que les coûts de transports ne sont pas uniquement une fonction de la distance à parcourir mais également du temps mis à parcourir cette distance. Dans les modèles économiques en effet la ressource rare principale est toujours le temps. Dans cette perspective, une augmentation de la congestion est évidemment équivalente à une augmentation du coût de transport.

  • 8 En particulier un domaine central négligé dans cet exposé est celui des externalités pécuniaires et (...)

54Il ne me semble pas utile de chercher à rendre compte de manière un tant soit peu exhaustive de l’ensemble des champs couverts actuellement dans le domaine de l’économie urbaine. Cela est d’autant plus difficile que l’idée de développer un modèle « unifié », voire même plus simplement fédérateur, semble avoir été évacuée depuis longtemps des recherches. L’exploration simultanée de plusieurs catégories de modèles semblant mieux correspondre à la diversité des situations rencontrées8.

55Pour conclure, je voudrais plutôt esquisser quelques domaines de recherche dans lesquels la notion de proximité pourrait peut-être être envisagée assez « facilement » dans une perspective interdisciplinaire :

  • les villes sont à l’évidence des lieux de ségrégation économique. Notamment à travers les choix de formes de mobilité, de logement, d’éducation. L’analyse économique peut fournir des « rationalisations » des mécanismes économiques pouvant conduire, au sein des villes, à ces phénomènes ;

  • les villes sont aussi des lieux de pouvoirs politiques. Les analyses évoquées ci-dessus ne laissent guère de place à l’intervention publique. D’une certaine manière, la ville est vue comme un phénomène auto-organisateur. Bien évidemment, le rôle assigné aux pouvoirs publics, en particuliers locaux, peut être incorporé à ces analyses et acquérir un caractère central, notamment en terme de régulation et de développement des espaces économiques urbains.

Notes

1 La base de données bibliographique Econlit répertorie les publications scientifiques dans les journaux économiques majeurs et séries de DP majeures depuis 1969. Par comparaison, le terme « sociology » renvoie 329 occurrences, le terme « political » 9272 et le terme « Wauthy » 27.

2 L’interprétation spatiale de cet exemple peut être vue comme une parabole illustrant le problème plus général des choix de caractéristiques des produits dans un espace donné, éventuellement multidimensionnel.

3 Notons que cette notion de proximité complémentaire renvoie en partie à la théorie des avantages comparatifs où la proximité construite s’appuie sur les différences.

4 Cette section et la suivante s’inspirent très largement de l’ouvrage de M. Fujita et J. Thisse, Économie des villes et de la localisation, Bruxelles, De Boeck, 2003.

5 Dans le champ économique, on peut identifier deux notions de proximité au sens « physique » : la proximité spatiale qui renvoie à la notion de distance « géographique » et la proximité temporelle qui renvoie à la ligne du temps. Compte tenu du contexte dans lequel le texte est développé, nous ferons l’impasse sur la dimension temporelle, cela ne signifiant évidemment pas qu’elle est absente des analyses économiques.

6 Des versions plus élaborées du modèle initial permettent également de rendre compte de phénomènes tels que l'appauvrissement résidentiel du centre au profit de la périphérie.

7 Cette idée d'une « valeur » associée à la proximité dans le cadre d'externalités technologiques a été utilisée sous une forme modifiée par Beckman (1976) qui offre un premier modèle d'émergence des villes dans lequel le « moteur » est purement et simplement la « propension à interagir socialement », présentée comme une caractéristique humaine fondamentale. De nombreux travaux ultérieurs reprendront cette idée d'une causalité initiale non économique où la ville résulte d'abord d'un processus social (Papageorgiou et Smith, 1983).

8 En particulier un domaine central négligé dans cet exposé est celui des externalités pécuniaires et de leur rôle, central, dans les phénomènes d'agglomération spatiale. De même toutes les questions liées aux systèmes de villes, à leur hiérarchies....

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site