Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Soigner ou punir ?

 | 
Yves Cartuyvels
, 
Brice Chametiers
, 
Anne Wyvekens

I. La méthodologie de recherche empirique

Texte intégral

1Pour défricher un terrain de recherche peu labouré ces dernières années, une double méthodologie de recherche qualitative a été utilisée. Elle fait appel, d’une part, à un assez grand nombre d’entretiens exploratoires, d’autre part à un dispositif substantiel d’« analyse en groupe d’acteurs et de chercheurs ».

A. — Des entretiens exploratoires préliminaires

2Pour étudier la question du soin en défense sociale tout comme celle de l’expertise psychiatrique telles qu’elles sont susceptibles de se poser dans les différents lieux d’internement, un certain nombre d’entretiens exploratoires ont d’abord été menés avec des acteurs intervenant au sein de plusieurs établissements d’internement : psychiatres, éducateurs, infirmiers, agents pénitentiaires travaillant au sein des annexes psychiatriques de prison et des trois établissements de défense sociale (EDS) de la partie francophone du pays. Ces entretiens ont été complétés par d’autres, menés avec des acteurs intervenant en amont ou en aval de l’internement : juges d’instruction, experts-psychiatres chargés du diagnostic de responsabilité, membres de commissions de défense sociale, assistants de justice chargés du suivi des internés libérés à l’essai...

3Au total, une cinquantaine d’entretiens exploratoires ont été réalisés entre avril 2008 et début août 2008 avec les types d’intervenants évoqués. Parmi ceux-ci, nous avons recueilli les propos de 8 magistrats, 6 experts-psychiatres, 3 experts-psychologues, 2 avocats spécialisés en défense sociale, 3 assistants de justice, 3 psychiatres d’établissement de défense sociale, 11 psychologues (EDS et annexes psychiatriques de prison), 4 infirmiers (EDS et annexes), 5 assistants sociaux (EDS et annexes), 2 éducateurs (EDS et annexes), 1 agent de surveillance d’EDS et 2 directeurs d’établissement pénitentiaire.

4Ces entretiens ont servi à dessiner une première trame permettant, d’une part, de comprendre le réseau institutionnel du circuit de la défense sociale tel qu’il fonctionne in concreto et, d’autre part, de cerner diverses questions à travailler dans le cadre d’un dispositif plus complet d’analyse en groupe.

B. — Une analyse en groupe d’acteurs et de chercheurs

  • 1 Pour une présentation complète de cette méthode, voyez Van Campenhoudt, Franssen, Chaumont (2005).

5Les premiers constats opérés à partir des entretiens exploratoires ont ensuite été testés et approfondis dans le cadre de plusieurs journées d’« analyse en groupe », cœur de notre dispositif de recherche. Cette méthodologie, développée aux Facultés universitaires Saint-Louis depuis une vingtaine d’années, vise à saisir, avec les participants, la dynamique des relations sociales qui les réunit et les oppose autour d’un même enjeu. Sa particularité est d’associer directement au processus de recherche des acteurs concernés par le problème étudié : il ne s’agit donc pas d’une méthode « d’interview de groupe », mais bien d’un travail réflexif mené en commun, à partir de la narration d’expériences vécues par les membres du groupe. Ces derniers ne sont pas « objet » de recherche mais bien acteurs dans la construction collective d’un savoir de recherche1.

6Concrètement, des groupes de douze à quinze personnes analysent collectivement des situations et expériences relatées par les participants eux-mêmes, selon un dispositif méthodologique piloté par deux (ou trois) chercheurs. Au cours de deux tours de table, chaque participant propose, à partir de ses références institutionnelles, de son expérience de terrain et de ses repères professionnels, son interprétation de l’expérience analysée. Dans un deuxième temps, les « convergences et divergences » entre les interprétations des participants sont confrontées et reprises dans un schéma de synthèse à partir duquel sont dégagés – troisième temps de l’analyse – des « nœuds problématiques ». Cette dernière étape permet de structurer les enseignements de la recherche autour d’enjeux normatifs, institutionnels et autres pour, éventuellement, dégager des perspectives pratiques.

7Pour étudier la question du soin en défense sociale, deux groupes d’« analyse en groupe » ont été constitués. Ces deux groupes ont été formés sur la base d’un principe de diversification maximale des statuts et des expériences professionnelles. Dans chaque groupe, on a cherché à rassembler des intervenants travaillant dans des structures différentes (annexes psychiatriques, EDS dépendant du ministère de la Justice, EDS dépendant du ministère de la Santé, commission de défense sociale, maisons de justice, etc.). Se sont donc régulièrement retrouvés autour de la table des agents pénitentiaires, des éducateurs, des infirmiers, des psychologues, des psychiatres, des magistrats et un(e) assistant(e) de justice.

8Quatre « récits d’expériences vécues » ont été travaillés au total, deux par groupe. Ici aussi, on a privilégié un principe de diversification, en choisissant autant que possible des récits portant sur des expériences se déroulant dans des lieux d’internement différents : le premier récit, « Albert : médication en jeu », et le quatrième, « Nadine : les quatre pièces du puzzle », portaient sur des expériences vécues dans deux annexes psychiatriques de prison. Le second récit, « Mathieu : chronique d’un suicide annoncé », et le troisième, « Thierry : élargissement problématique », relataient une expérience vécue dans un EDS pour hommes dépendant du ministère de la Santé. On pourrait regretter ici que le principe de diversification en fonction des types d’établissements de défense sociale n’ait pu être totalement respecté. Mais, d’une part, le processus de choix des récits est fait « démocratiquement » par les participants, et le chercheur n’a pas ici un contrôle total du choix en fonction de ses intérêts propres ; d’autre part, le choix s’effectue en tenant compte de multiples critères de diversification (thématiques potentielles, types d’acteurs concernés, etc.) qui ne se recouvrent pas nécessairement. Enfin, l’expérience montre que, quel que soit le récit choisi, les intervenants réagissent à partir de leur cadre de travail et de leur expérience personnels, ce qui réintroduit dans le processus de discussion des éléments propres aux lieux non sélectionnés.

Tableau synthétique des quatre analyses en groupe sur le soin en défense sociale

Tableau synthétique des quatre analyses en groupe sur le soin en défense sociale

9En ce qui concerne l’expertise psychiatrique, un dispositif similaire a été mis en place, mais de manière plus modeste. En complément des entretiens exploratoires, un groupe d’analyse en groupe a été constitué en février 2009, réunissant 5 magistrats, 6 experts-psychiatres et 2 psychologues, ces derniers étant également en charge de missions d’expertise. Ici également, un récit, « Julien : un parricide, pathologique ou non ? », a fait l’objet d’une analyse en groupe au cours d’une journée de travail collectif.

10Cinq rapports de synthèse, correspondant aux cinq analyses en groupe, ont été réalisés par les chercheurs et leur contenu soumis pour validation aux participants concernés, dont les remarques ont été prises en compte. C’est l’ensemble des résultats issus de cette double démarche (entretiens exploratoires et analyse en groupe) menée sur ces deux terrains différents mais complémentaires (l’expertise et le soin en défense sociale) que l’on présente ici.

Notes

1 Pour une présentation complète de cette méthode, voyez Van Campenhoudt, Franssen, Chaumont (2005).

Table des illustrations

Titre Tableau synthétique des quatre analyses en groupe sur le soin en défense sociale
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/3630/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 262k

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540