Version classiqueVersion mobile

Les ambivalences du risque

 | 
Yves Cartuyvels

Postface

Le gouvernement des risques

François Ewald

Texte intégral

1Les études rassemblées par Yves Cartuyvels s’attachent à dresser la carte de ce que deviennent les politiques publiques dans le cadre de La société du risque observée par Ulrich Beck. Même si toutes les politiques publiques ne sont pas étudiées, en particulier celles qui concernent l’environnement, la question est de savoir si nous ne serions pas entrés dans un nouveau paradigme des rapports du savoir et du pouvoir, un paradigme post-welfare.

2L’ouvrage invite d’abord à s’interroger sur l’expérience contemporaine du risque. Les relations du risque et de la politique ne commencent pas avec Ulrich Beck. Elles sont, en particulier, à la base des politiques sociales qui ont donné naissance aux États-providence. Cette expérience « welfariste » du risque avait déjà sa composante pénale, formulée par un juriste belge, Adophe Prins, le père de l’école de la « défense sociale ». La société contemporaine n’est donc pas à l’origine d’un gouvernement des risques ou d’un gouvernement comme gestion de risques. Par contre, elle est sans doute depuis une trentaine d’années, le lieu d’une nouvelle expérience du risque. La question est donc bien de savoir dans quelle mesure, alors même que les politiques publiques sont de plus en plus organisées comme « gestion de risques », nous sortons du paradigme welfariste. Cette expérience contemporaine du risque est étudiée à la fois dans la composante théorique – à travers l’examen critique des travaux de Ulrich Beck –, dans ses composantes politiques, en particulier dans le domaine des politiques pénales et de la réforme des programmes du Welfare, et comme expérience psychologique d’une valorisation des conduites à risque.

3Je retiendrai trois choses.

4La première, c’est qu’il y a bien des manières pour le risque de se lier à la politique. L’expérience décrite à travers les études qui sont ici présentées n’est ni la première, ni sans doute la dernière. Evitons de croire que la « société du risque » commence avec Ulrich Beck. Essayons au contraire d’examiner les limites de cette « modernité réflexive» qui marque, pour parler comme Nietzsche, le moment d’un étrange retournement de la volonté contre elle-même. Que s’est-il donc passé pour que nous voyions le danger là où jusqu’alors nous placions le salut ? De quoi cette défiance envers nous-même est-elle le signe ? De ce point de vue, l’expérience du risque dans la « société du risque » est l’expression d’une maladie de la volonté, d’une volonté qui n’est plus capable de supporter sa propre origine. Elle est sans doute moins un commencement qu’une fin. Un nouvel avatar du nihilisme. De fait, la nostalgie d’un fondement qui soit vraiment assuré, le rêve de retrouver la chose en soi derrière les phénomènes, un désir de Dieu.

5La seconde est que, dans le nouveau paradigme, l’épistémologie du risque est en quelque sorte sans dehors. Elle est dés-idéologisée. Elle se suffit à elle-même. Les techniques du risque sont nées comme la ruse d’une raison, qui, privée de la connaissance des causes de certains phénomènes, savait par une observation statistique en dégager les lois. Selon ce programme, le savoir du risque est un succédané, un ersatz pour un savoir théorique encore manquant. Et jusqu’à présent, les techniques du risque s’effaçaient le moment venu derrière certaines visions de l’homme, certaines philosophies. Ainsi, par exemple, dans la défense sociale, on pouvait bien faire du crime un risque social ; dès lors qu’il s’agissait de condamner un criminel, de le punir, un certain humanisme reprenait la main : le délinquant sanctionné pourrait, sa peine exécutée, se réinsérer, retrouver une vie normale. Dans le paradigme d’une « justice actuarielle », on veut bien que des criminologues, des psychiatres et autres psychologues se proposent d’expliquer la délinquance et de traiter les délinquants. Mais on n’y croit pas. Ce sont des auxiliaires dans la gestion des risques à qui on donne leur chance, sans bien croire plus à l’un qu’à l’autre. Le délinquant, même lorsqu’il a purgé sa peine, et précisément pour cela, reste un délinquant, un facteur de risque dont l’essentiel est qu’il reste sous contrôle, selon le principe d’une surveillance infinie. Le traitement judiciaire de la délinquance devient l’administration de mesures de sûreté. De ce point de vue, on assiste à une sorte d’infinitisation de l’épistémologie du risque, dont l’appétit de savoir est sans cesse alimentée par de nouvelles techniques d’information. On n’a jamais eu autant besoin de théorie. Le risque est devenu comme surface pâle infinie. Il ne s’agit plus de « surveiller et punir », mais de « suivre et s’assurer ».

6Précisément, les risques se gèrent. Dans l’expérience contemporaine du risque, les politiques n’ont pas à rester passifs face à la distribution sociologique des risques. Au contraire. Ils doivent s’en emparer, en faire le principe de politiques « actives ». C’est une nouvelle expérience de la responsabilité. Pour les gérer, il convient d’équiper les individus pour qu’ils soient le mieux adaptés au nouvel univers des risques auquel ils sont confrontés. Les politiques du risque deviennent ainsi des politiques de production du capital social, l’État-providence trouvant dès lors à se déployer sur d’autres domaines que ses lieux d’exercice traditionnels – la gestion des risques de pertes de revenu du travailleur – vers la famille, l’école, la formation. De fait, dans ce cadre, la gestion des risques ne va pas tant vers leur privatisation que vers une plus grande publicisation. Dans la « société du risque », la gestion des risques sociaux relève d’une responsabilité toujours plus publique. Et ce n’est que dans le cadre de telles politiques publiques « actives » que l’on fait appel à la responsabilité des individus, selon une logique que Michel Foucault avait déjà pointée au cœur des politiques libérales : c’est l’État qui met en risque, retient ou relâche, selon certaines économies du risque. Les risques ne sont finalement jamais que le corrélat de politiques publiques.

7On comprend que dans cette expérience le risque ne soit pas valorisé de manière univoque. Il est à la fois ce que l’on redoute et ce que l’on recherche. Le risque est au principe de la conscience de soi et du monde. Le risque dont on se défie dans des politiques de prévention ou de précaution en matière sanitaire ou environnementale est revendiqué par les mêmes politiques dans la sphère sociale. D’un côté, le risque, la liberté et la responsabilité sont ce qu’il faut absolument prévenir, de l’autre on n’est jamais assez responsables. La « société du risque » est celle d’une gestion différentielle des risques. Tout l’art est de savoir ceux qu’il faut réduire et ceux qu’il faut en quelque sorte entretenir. Sans compter les conduites individuelles de prise de risque que certains peuvent privilégier dans la recherche de certaines formes de subjectivation en rapport aux normes de prévention de la société du risque.

8Paradoxe de la société du risque. Ulrich Beck en avait fait le symbole d’une modernité qui découvrait dans le risque sa propre condition d’impossibilité. Vouée au risque comme à sa limite catastrophique, le citoyen de la « société du risque » ne pouvait que chercher à s’en affranchir. De fait, la société du risque n’a pas d’extérieur : le risque, qui la menace, reste le meilleur moyen de sa gestion. On a le sentiment qu’on ne sait pas encore ce dont les politiques du risque sont en puissance, de quoi elles sont capables, comme si nous n’étions qu’à la naissance de la société du risque et non à son terme. Comme si le plus grand danger de ces sociétés n’était pas dans le risque comme cette altérité dont on brandit la menace, mais dans les politiques qu’il légitime.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search