Version classiqueVersion mobile

Les ambivalences du risque

 | 
Yves Cartuyvels

Sur l’intextualité du concept de risque

Christophe Schinckus

Texte intégral

Introduction

1Le présent exercice n’est pas simple. Parler « d’intertextualité du concept de risque » est une prétention démesurée et elle-même risquée pour la simple et bonne raison qu’il existe de nombreuses définitions de ces deux concepts.

2Cet écrit s’apparente davantage à une promenade théorique sur les sinueux sentiers de l’interdisciplinarité en sciences sociales. Tantôt critique, tantôt épistémologique, notre analyse sera surtout teintée de philosophie des sciences et tentera d’esquisser une réflexion sur la possibilité même de l’interdisciplinarité autour du concept de risque. La présente introduction brosse rapidement le décor dans lequel notre promenade théorique aura lieu.

3Dans le cadre de ce papier, aucune définition du risque ne sera proposée. Aussi contradictoire cela puisse paraître, le concept de risque sera utilisé pour lui-même et pour sa capacité à être au cœur d’un discours que l’on veut interdisciplinaire. Plus précisément, c’est cette capacité à incarner un sujet commun à diverses approches théoriques qui constituera l’objet principal de cet écrit. Nous présenterons l’intertextualité comme un carrefour entre les différentes disciplines humaines qui nous occupent dans le cadre de cet ouvrage. Chaque approche théorique sera ainsi présentée comme un langage particulier offrant sa propre manière de penser un segment particulier de la réalité sociale. Ce faisant, chaque discipline articule un monde possible autour des réalités qui la concerne. S’il est vrai que le risque sera davantage présenté comme un contenant plutôt qu’un contenu particulier, force est de constater que ce concept de risque, aussi varié soit-il, se fonde, d’une manière générale, sur une récurrente impossibilité à définir ses composantes : est souvent qualifié de risqué ce qu’on ne connaît pas bien. C’est précisément cette articulation entre la pluralité des approches et l’improbable possibilité de définir précisément le concept de risque comme discours commun entre ces approches qui, répétons-le, constituera le cœur de ce travail.

4Pour ce faire, nous définirons, dans un premier temps, ce que nous entendons par intertextualité et surtout l’usage que l’on peut faire de ce terme dans un contexte épistémologique et interdisciplinaire. Ensuite nous tenterons de mettre en avant ce qui, dans le concept de risque, incarne, selon nous, un point commun entre les différentes disciplines qui utilisent ce concept. Nous tenterons d’esquisser une catégorisation des différentes approches du risque qui nous concerne dans le cadre de cet ouvrage. Bien que trop simpliste, cette catégorisation nous permettra surtout d’identifier trois grands « styles de raisonnement » autour du concept de risque : compréhensif (sociologie, psychologie et psychanalyse), juridique (droit) et pragmatique (économie, chimie, etc). Cette catégorisation des disciplines me permettra surtout de souligner l’importance de la diversité des jeux de langage théoriques au sein même de chaque discipline. Se posera ensuite la difficile question de l’incommensurabilité des jeux de langage et de la possibilité même de l’interdisciplinarité.

I. Intertextualité

  • 1 Citation, allusion, plagiat, récriture, parodie, pastiche, etc. Voir à ce sujet, N. Piegay-Gros, I (...)

5Les définitions de l’intertextualité sont nombreuses. Au sens le plus restreint, l’intertextualité renvoie à l’idée « d’un texte dans un autre». Le phénomène de l’intertextualité incarne dès lors un rapport, une intersection entre deux textes, il s’agit, en quelque sorte, d’exprimer un concept, une idée, un phénomène, à l’aide de textes déjà existants. S’il est vrai que l’intertextualité englobe de nombreuses pratiques1, elle incarne surtout un mouvement d’écriture qui réfère à un texte antérieur.

  • 2 D. Bruce, De l'intertextualité à l'interdiscursivité : histoire d'une double émergence, Toronto, P (...)
  • 3 G. Hottois, Philosophie des sciences, philosophie des techniques, Paris, Odile Jacob, 2004, p. 18.
  • 4 H. Putnam, Raison, vérité et histoire, trad. Gerschenfeld, Paris, Les Éditions de Minuit, 1984, p. (...)

6Selon Bruce2, le concept d’intertextualité se retrouve également au niveau de l’épistémologie et de la philosophie des sciences. En effet, si l’on s’inscrit dans la philosophie des sciences anglo-saxonne, comme ce sera le cas dans cet exposé, la science est pensée, avant tout, comme une activité « logo-théorique3 ». Ce néologisme signifie simplement que la science est une affaire de représentation, de langage et donc de textes. S’il est vrai que pareille position peut soulever de nombreuses controverses au sein des sciences dites exactes4, il nous semble que cette approche pose moins de problème au sein des sciences humaines où l’on reconnaît implicitement l’importance du langage dans la construction des savoirs. En accord avec cette position, l’intertextualité peut se penser comme le mouvement d’intégration d’une théorie ou d’un formalisme dans un cadre conceptuel (un texte théorique) pré-existant.

  • 5 D. Bruce, op. cit., p. 6.
  • 6 J.-F. Lyotard, La condition postmoderne, Paris, collection « Critique », Minuit, 1979.

7Bruce5 explique que l’idée d’intertextualité peut s’avérer également très utile pour illustrer l’évolution contemporaine des sciences, et plus précisément, l’actuelle fragmentation des savoirs6. Dans le contexte actuel de prolifération des théories, l’intertextualité se retrouve étroitement liée à l’interdisciplinarité où elle incarne cet espace de discours entre les différentes disciplines. C’est précisément dans cette acception que ce concept nous intéresse dans le cadre de cet ouvrage. L’intertextualité du concept de risque incarne donc dans la capacité qu’ont les diverses disciplines concernées à élaborer un discours commun sur ce concept qui lui-même se trouve défini de multiples manières au sein même de ces disciplines.

  • 7 A. Barberousse, M. Kistler et P. Ludwig, La philosophie des sciences au xxe siècle, Paris, Flammar (...)
  • 8 H. Sankey, The Incommensurability Thesis, Sydney, Ashgate, 1994, p. 111.
  • 9 La traduction radicale s’apparente à une traduction d’une langue pour laquelle on ne dispose pas d (...)
  • 10 J. Greimas, Sémiotique et sciences sociales, Paris, Seuil, 1976, p. 54.

8Si l’on reconnaît que la science est une affaire de représentation et de texte, l’intertextualité est une condition nécessaire (mais non suffisante) à tout exercice interdisciplinaire. En effet, l’élaboration d’un discours autour d’un thème commun nécessite l’existence d’une zone langagière commune sans quoi, les intervenants provenant d’horizons théoriques différents seraient dans l’impossibilité de se comprendre et nous serions dès lors confrontés à la thèse d’incommensurabilité des jeux de langage théoriques, thèse bien connue des philosophes des sciences7. Cependant, comme l’explique très bien Sankey8, il convient de rappeler que le discours interdisciplinaire n’a rien d’une traduction radicale9 comme le présupposent les théoriciens qui prônent l’incommensurabilité des discours théoriques. Pour Sankey, tout discours scientifique se fonde implicitement sur le discours commun et apparaît dès lors comme une « extension », une « ré-appropriation » ou encore comme « une excroissance du langage commun due à des sur-articulations excessives de tel ou tel univers sémantique10. »

  • 11 Ibidem.

9Dans cette optique, l’intertextualité incarne la zone langagière commune à partir de laquelle les différentes disciplines pourront élaborer leur discours sur un concept ou une problématique commune. Pour reprendre les mots de Greimas, l’intertextualité s’apparente à « ces miettes lexicales, que chaque groupe sémiotique approche théorique laisse tomber dans le domaine commun et qui constituent autant de lieux communs11. »

10Dans le cadre de ce texte, nous tenterons d’esquisser les éventuels problèmes soulevés par l’intertextualité du concept de risque. L’étendue de la zone langagière commune aux différentes disciplines dépend de la problématique choisie. Le concept qui a été retenu dans le cadre de cet ouvrage séminaire, à savoir celui de risque, présente la particularité d’être très souvent utilisé pour évoquer des choses que l’on ne peut encore définir avec précision. C’est le défi de cet ouvrage que de proposer un discours interdisciplinaire sur un thème qui, lui-même, reste imprécis dans les différentes disciplines.

II. L’improbable définition du concept de risque

  • 12 D. Duclos, « Puissance et faiblesse du concept de risque » L’Année sociologique. Études sur le ris (...)
  • 13 Id., p. 315.

11Le concept de risque renvoie à une multitude de définitions. « Le terme de risque est en effet devenu le matériau commun, le carburant normalisé de plusieurs corporations de spécialistes12. » Cette évolution du concept fait de ce dernier un vocable de plus en plus familier et soumis à de nombreuses interprétations et comme le souligne Duclos13, on observe depuis la seconde moitié des années quatre-vingt à une prolifération de concepts concurrents à celui de risque : « menace, fortune, danger, etc. ». Bien que ces mots soient censés éclairer ou préciser une dimension particulière du risque, il semble qu’ils accentuent l’impossibilité à définir précisément le concept de risque.

  • 14 Id., p. 309.
  • 15 C. Roger, Analyse de risque et principe de précaution : vers de nouveaux rapports connaissance/pol (...)

12Il est illusoire de penser le risque comme une pure réalité objective et intrinsèque aux choses. Le risque demeure une construction, « un filtre herméneutique des actes et certainement pas un attribut des choses qui attendraient passives14 ». Au-delà d’une définition particulière, le risque incarne davantage « une construction sociale où s’intriquent étroitement le naturel, le technique, le politique et le social, et où une rationalité scientifique s’inscrit dans l’espace politique15. »

13Cette pluralité des perceptions du concept de risque justifie la nécessité d’une approche interdisciplinaire. Mais pareille démarche est-elle possible ? Comment élaborer un discours sur un thème qui renvoie à un grand nombre de discours ? Peut-on tenter de co-définir le concept de risque ?

  • 16 D. Duclos, op. cit., p. 312.

14Avant d’entrer plus en détail sur les types de discours existants sur le risque, il convient de revenir sur ce qui est commun aux diverses disciplines lorsqu’elles évoquent ce concept. D’une manière générale et sous différentes formes, l’idée de risque renvoie, dans chaque discipline, à quelque chose d’invisible, d’imperceptible, d’intangible à la fois réel et irréel. Plus précisément, c’est la contradiction interne au concept de risque qui est commune à toute analyse du risque : « comment le risque peut-il être à la fois ce qui nous aide à symboliser notre déréliction singulière dans le chaos social, et ce qui permet d’estimer les catastrophes collectives16 ?» En d’autres termes, le risque incarne d’une part, une catégorie conceptuelle nous permettant de prendre conscience d’une certaine forme de méconnaissance du monde et d’autre part, il incarne les fondements d’un type de connaissances qu’il convient de développer. Le risque est donc, à la fois, source de méconnaissance et de connaissance du monde.

  • 17 Id., p. 316.

15Duclos17 parle du « désespoir de la science » pour caractériser le lien entre le concept de risque et les discours scientifiques. Dans ce contexte, s’il est vrai que le risque prend surtout forme dans le rapport entre la société et les discours scientifiques censés diagnostiquer et évaluer les situations risquées, ce concept incarne également la base d’une analyse réflexive de la science.

III. Types d’approche du risque

  • 18 Y. Pesqueux, Le concept de risque au magasin des curiosités, Actes de colloque, Association frança (...)

16Le concept de risque recouvre des contenus particulièrement disparates et fait l’objet de plusieurs approches en fonction de la discipline dans laquelle ce concept est traité. Selon Pesqueux18, il existe trois types d’approche en matière de risque :

A. L’approche compréhensive

  • 19 A. Mucchielli (dir.), Dictionnaire des méthodes qualitatives en sciences humaines et sociales, Par (...)

17« L’approche compréhensive postule la possibilité que tout homme peut pénétrer le vécu et le ressenti d’un autre homme. Elle comporte toujours un ou plusieurs moments de saisie intuitive, à partir de l’effort d’empathie, des significations dont tous les faits humains et sociaux sont porteurs19. » Cette approche caractérise essentiellement les études sociologiques, psychologiques ou encore psychanalytiques sur le thème du risque.

  • 20 K.O. Appel, Expliquer-Comprendre, Paris, Éditions du CERF, 2000, p. 14.

18D’une manière générale, l’approche compréhensive tente avant tout d’objectiver les actes humains et sociaux à partir d’une certaine capacité d’empathie de celui qui tient le discours objectivant. Comme l'explique Apel20, l’approche compréhensive se fonde sur une relation continue entre « l’extériorité et l’intériorité » puisque elle tente d’expliquer et d’objectiver des comportements dans le monde extérieur sur base de la capacité du discours objectivant à formuler les réponses personnelles de l’individu à l’égard des influences qu’il est susceptible de subir. En considérant que le risque est avant tout un rapport de la société (ou de l’individu) à elle-même (à lui-même), l’approche compréhensive véhicule une démarche de type constructiviste car s’il est vrai qu’une situation risquée peut exister indépendamment des individus, la reconnaissance d’un risque nécessite une certaine prise de conscience (un certain ressentiment) de la part des individus concernés.

B. L’approche juridique

19Les notions de responsabilité, de précaution, de prévention, de préjudice ou encore de dommage sont autant de termes juridiques dont l'acception est pertinente pour l'élaboration d’un concept de risque comme source et résultat de l’action humaine.

20L'approche juridique permet une approche en amont de la problématique du risque, précisément grâce à la qualification des principes de précaution, de prévoyance ou de responsabilité. Mais elle permet également une approche en aval, car le droit identifie ce qui est qualifiable de préjudices et de dommages subis lorsqu’une situation de risque est réalisée.

21En se focalisant plutôt sur la construction de normes et de processus participatifs censés adapter nos institutions (au sens large) aux diverses catégories de risque observées dans nos sociétés contemporaines, l’approche juridique se fonde implicitement sur un constructivisme faible puisqu’elle reconnaît une extériorité au risque à laquelle il convient de définir un cadre des actions possibles. Dans ce sens, l’extériorité du risque se voit confinée dans un espace créé par les attitudes à adopter en amont du risque et les actions à réaliser en aval de ce même risque.

C. L’approche pragmatique

  • 21 H. Courtot, La gestion des risques dans les projets, Paris, Economica, 1998, p. 38.

22L’approche pragmatique concerne surtout les disciplines dont le discours est principalement fondé sur les procédures et sur le développement de processus itératifs susceptibles de mieux estimer l’existence ou la survenance d’un risque particulier. L’estimation est perçue comme « le processus utilisé pour affecter des valeurs à la probabilité, à la détectabilité et aux conséquences d’un risque21. »

  • 22 Soulignons tout de même l’émergence de certains risques financiers (les risques de couverture esse (...)
  • 23 Citons à ce sujet l’excellente analyse épistémologique proposée par Coppe sur l’utilisation de la (...)

23L’idée d’estimation et de mesure d’un risque renvoie à une perspective réaliste faible (réalisme interne) ou forte (réalisme externe) en fonction de la discipline concernée. Toutes les disciplines concernées par la gestion des risques industriels se fondent implicitement sur un réalisme interne puisqu’elles reconnaissent l’émergence de nouveaux risques et tentent de développer des méthodologies adéquates en fonction de l’évolution des procédés de fabrication (la méthode MCPR dans l’industrie aéronautique ou encore HAZOP dans l’industrie chimique, par exemple). Par contre certaines disciplines, comme la finance, par exemple, se fondent explicitement sur un réalisme externe du risque puisque ce dernier existe indépendamment de l’analyse et du discours que l’on peut ou non en faire. Bien évidemment, les risques ne sont pas indépendants de l’activité humaine22 mais ces risques existent et sont supposés avoir toujours existé et ce, indépendamment de notre capacité à les estimer antérieurement23.

  • 24 H. Courtot, op. cit., p. 38.

24Une situation de risque est toujours difficile à estimer précisément car, le risque lui-même s’applique autant à la caractérisation d’une situation qu’à la cause de cette situation ou encore à son dommage. Ainsi, le risque recouvre de son voile d’incertitude intangible la totalité de la chaîne causale des événements. Pour répondre à cette incertitude et la méconnaissance qui en résulte, la statistique et les probabilités ont développé, sous des formes diverses, des techniques d’estimation de l’incertain. Pareil recours a permis de retrouver « l’esprit d’une consistance du verbe avec la chose □le risque□24. »

  • 25 R. Cobbaut, Théorie financière, Paris, Economica, 1994, p. 52.

25Pareille estimation du risque a permis une catégorisation des problèmes comme celle, par exemple, qui permet de distinguer, en économie, les situations de risque des situations d’incertitude. «L’incertitude est définie comme la caractéristique essentielle de situations où l’agent économique voit les conséquences des décisions qu’il prend, dépendre de facteurs exogènes dont les états ne peuvent être prédits avec certitude. On se trouve en situation de risque lorsque l’incertitude peut être quantifiée. Le mode habituel de quantification de l’incertitude est l’assignation d’une distribution de probabilité25. »

26L’objectif principal d’une approche pragmatique du risque est de proposer une aide à la décision, c’est pourquoi les disciplines concernées sont souvent très ciblées. Ainsi, en fonction du contexte de l’approche, il existe un très grand nombre de types de risque. Dans le domaine financier, par exemple, citons le risque opérationnel, le risque de crédit, le risque de marché, le risque de défaut, etc.

IV. Diversités des langages sur le risque

  • 26 Les travaux des célèbres épistémologues Popper, Lakatos ou encore Kuhn se fondent implicitement su (...)
  • 27 I. Hacking, « Styles de raisonnement scientifique », in Rajchman et C. West, Post-Analytical Philo (...)

27Inspirée des thèses dominantes de l’épistémologie classique26 (fondée sur la distinction entre les sciences exactes et les sciences sociales), la catégorisation sus-mentionnée des disciplines scientifiques ne nie pourtant pas la spécificité des disciplines citées ni la diversité théorique qu’il existe au sein même de ces disciplines. Loin de nous l’idée de vouloir réduire le paysage scientifique (en matière de risque) à trois grands pôles épistémologiques. Cependant, s’il est vrai que la catégorisation sus-mentionnée est terriblement réductrice, elle nous permet d’identifier, dans les grandes lignes, ce que Hacking appelle des « styles de raisonnement27. »

28Encore une fois, la catégorisation abusive proposée dans la section précédente ne remet pas en cause la spécificité des disciplines qui composent chacune des trois catégories. Il existe bien évidemment des différences entre la sociologie et la psychanalyse, par exemple, tant au niveau de la démarche, des concepts que du langage. Cependant, nul ne peut nier qu’il existe une « familiarité » (ne fut-ce que par leur objet) plus grande entre ces disciplines qu'entre la sociologie et la chimie, par exemple.

  • 28 E. Morin, « Sur l’interdisciplinarité » dans Carrefour des sciences, Actes du colloque du Comité n (...)

29Le concept de « style de raisonnement » ne réduit pas l’importance de la discipline. Celle-ci répond directement à la diversité de la science et demeure une « catégorie organisationnelle dont la fécondité dans l’histoire des sciences n’a pas à être démontrée28. » Si la discipline institue la division au sein de la connaissance scientifique, elle a tendance à fragmenter les savoirs lorsque les frontières disciplinaires, incarnées essentiellement par les concepts et les jeux de langage, s’érigent en gardiennes de l’hyper-spécialisation.

  • 29 Pour l’ambiguïté de Kuhn sur le rapport entre le concept de paradigme et celui de discipline, voir (...)
  • 30 R. Nadeau, Dictionnaire d’épistémologie, Paris, PUF, 1999, p. 348.

30Même si l’épistémologie kuhnienne a tendance à résumer la discipline à un paradigme dominant29, il convient de reconnaître que la discipline, elle-même, s’organise en une pluralité de jeux de langage. Ces jeux de langage incarnent la diversité et la complexité des problématiques abordées au sein d’une seule discipline scientifique. Plus précisément, un jeu de langage incarne un « ensemble de règles ou de conventions qui déterminent ce qui est permis ou défendu, ce qui constitue une réussite ou un échec, chaque ensemble de règles correspondant à un jeu distinct30. »

  • 31 L. Wittgenstein, Recherches philosophiques, Paris, Gallimard [trad. fr. J. Klossowski de Philosoph (...)
  • 32 D. Sauve, « Wittgenstein et les conditions d’une communauté linguistique », Philosophiques, 2001, (...)

31Un énoncé, quel qu’il soit, s’inscrit directement dans un ensemble de règles qui spécifient les propriétés et l’usage qu’on peut faire de cet énoncé. D’une manière générale, le concept de jeu de langage permet aux philosophes du langage de définir des catégories possibles d’énoncés sans vraiment s’intéresser aux différences de contenu de ces catégories. D’ailleurs, les auteurs partisans de l’utilisation du concept de « jeu de langage » considèrent très souvent les jeux de langage comme incommensurables et ne parlent pas ou peu des espaces de rencontres entre les divers jeux de langage. Bien que son existence présuppose la diversité des langages, le concept de « jeu de langage » est très souvent utilisé comme un contenant d’énoncés possibles. L’incommensurabilité des jeux de langages complique considérablement la formulation d’une définition commune du concept de « jeu de langage ». Selon Wittgenstein31, le concept même de jeu de langage ne peut être maîtrisé par une définition puisque celle-ci est déjà un jeu de langage. Cependant, comme le rappelle Sauvé32, il est possible d’évoquer les caractères généraux de ce concept : « les jeux de langages ont plusieurs propriétés en commun, mais 1° il n’y en a aucun qui les possède toutes (une activité doit néanmoins en posséder plusieurs pour qu’elle soit correctement qualifiée de « jeu ») et 2° il n’existe pas (ou pas nécessairement) une propriété que tous ont en commun. »

  • 33 La définition de la perspective renvoie directement à la définition de la discipline.
  • 34 Ce faisant, nous partageons les positions constructivistes exposées par Dubois (op. cit., p. 195) (...)
  • 35 Exemple inspiré du Cahier bleu, Wittgenstein, Paris, 1996.

32S’inscrivant directement dans l’épistémologie anglo-saxonne dominante, nous pensons la discipline comme un système langagier de représentation du monde. Ce système repose sur une pluralité de jeux de langage et donc sur une diversité des discours possibles. Ce qui unit ces jeux de langages au sein d’une même discipline, c’est la dimension ou encore la perspective33 choisie par les chercheurs dans l’élaboration de la démarche scientifique34. Comme l’alcool est un ingrédient commun à la bière et à au vin35, il existe un ingrédient commun, une sorte de familiarité (qui ne nie pas la spécificité des entités qui possèdent l’ingrédient commun) entre les différents jeux de langage qui composent une discipline particulière.

  • 36 D. Duclos, op. cit., p. 315.
  • 37 Le risque de crédit n’est pas le risque de défaut de non remboursement d’un crédit mais bien le ri (...)
  • 38 D’une manière générale, le risque de taux incarne la probabilité d’enregistrer des pertes financiè (...)

33Au sein de chaque discipline, chaque jeu de langage précise le concept de risque en fonction de l’usage qu’il est amené à en faire dans le cadre de ses analyses. Ainsi, on observe, comme le souligne Duclos36, une véritable fragmentation du concept de risque. Outre une prolifération de concepts concurrents (menace, danger, etc.), il y a une véritable inflation des définitions du concept de risque dans les différents jeux de langage. Plus encore, il existe une discipline comme la finance, par exemple, où chaque définition ou redéfinition du risque engendre le développement d’un jeu de langage particulier. Citons, à titre d’exemple, l’émergence de sous-disciplines spécialisées dans le risque de crédit37 ou le risque de taux38.

  • 39 D. Duclos, op. cit., p. 315.

34En termes de langage, l’évolution du concept de risque engendre une fragmentation à deux niveaux. D’abord verticale, comme nous venons de le dire, la capacité à identifier certains risques entraîne l’émergence de nouvelles sous-disciplines toujours plus spécialisées et utilisant un langage toujours plus précis. Ensuite horizontale, comme l’explique Duclos39, la fragmentation du concept de risque est telle qu’on retrouve aujourd’hui de nombreuses références à ce concept dans le langage commun. Risque devient l’objet d’étude de plus en plus spécialisé et paradoxalement, ce concept se décline sous de nombreuses formes dans le langage commun. C’est précisément sur l’évolution de cette ambiguïté du risque que nous reviendrons dans les sections suivantes.

V. Enjeux pluridisciplinaires du risque

  • 40 C. Roger, Analyse de risque et principe de précaution : vers de nouveaux rapports connaissance/pol (...)
  • 41 J. Bouyssou, Théorie générale du risque, Paris, Economica, 1997.

35Dans la seconde section du présent exposé, j’ai déjà abordé le fait que le risque incarnait « une construction sociale où s’intriquent étroitement le naturel, le technique, le politique et le social40. » Bouyssou41 explique que l’identification d’un risque spécifique (susceptible d’être étudié par une discipline ou un jeu de langage particulier) n’est jamais isolée et appartient à une situation composée d’un ensemble de risques qu’il n’est pas toujours évident d’inventorier. L’auteur ajoute que, très souvent, l’hétérogénéité des situations de risque nécessite une approche pluridisciplinaire de ces situations.

  • 42 « Les risques sont caractérisés par une tendance immanente à la globalisation » voir U. Beck, La s (...)
  • 43 U. Beck, op. cit., p. 40.

36L’hétérogénéité des situations de risque est telle qu’elle pousse certains auteurs comme Beck à parler de globalisation42 du risque, phénomène que l’auteur associe à la modernité et à l’évolution de la société industrielle dans son ensemble. Pour Beck, le risque est global parce qu’il pèse sur tout être vivant : homme, plante, animal, « c’est la vie sur cette terre que les risques menacent, et ce dans toutes ses formes43. » Selon l’auteur, cette universalisation du risque et l’évolution de sa perception (de plus en plus difficile à quantifier) ont modifié radicalement les cadres traditionnels de la politique et de la science. L’évolution du concept de risque (multiplication des définitions et difficulté à quantifier) apparaît peu à peu comme le reflet d’une certaine réflexivité de la science.

  • 44 F. Ewald, « Philosophie de la précaution », L’Année sociologique. Études sur le risque et la ratio (...)
  • 45 Ibidem.

37Deux formes d’incertitude apparaissent entre le discours scientifique et l’histoire du risque. La première concerne directement la capacité du premier à estimer et gérer le second. Sur ce point, l’histoire du concept du risque implique une certaine forme d’humilité de la science puisque celle-ci ne suffit plus à la maîtrise totale des risques. Les limites de la science invitent les décideurs à adopter un principe de précaution c’est-à-dire à anticiper sur ce qu’on ne sait pas encore, principe contre lequel Ewald s’oppose44. Le second type d’incertitude porte sur l’évolution des savoirs scientifiques eux-mêmes. Comme le rappelle Ewald45, « les épistémologues contemporains nous enseignent que la science progresse moins par accumulation et approfondissement des connaissances que par changements de paradigmes. De cette relativité des connaissances se déduit que, si le développement scientifique permet toujours la découverte de nouvelles substances ou de nouveaux procédés, ce ne peut être sans risque, parce qu’aucun état de la connaissance ne peut plus prétendre avoir une maîtrise assurée de lui-même. La science accroît nos pouvoirs et nos capacités sans réduire l’incertitude qu’elle génère. » Il y a donc incertitude sur le contenu mais également sur l’évolution du discours scientifique. Cette impuissance du discours scientifique d’une part, à maîtriser totalement les risques et d’autre part, à clore définitivement ses controverses liées à cette problématique renforcent l’idée selon laquelle le concept de risque implique directement une certaine réflexivité du discours scientifique.

38La globalisation du risque, l’hétérogénéité des situations de risque et sa résultante au niveau du discours scientifique, à savoir, l’incapacité d’un jeu de langage particulier à maîtriser totalement les risques d’une situation, rappellent le caractère pluridisciplinaire de la thématique du risque. Enfin, l’évolution aussi rapide qu’incertaine des savoirs scientifiques contribue également à l’élaboration d’un regard pluridimensionnel sur une situation de risque.

VI. Intertextualité et interdisciplinarité du concept de risque

A. Retour sur l’interdisciplinarité

39Dans la première section de cet exposé, nous avons rapproché l’intertextualité de l’interdisciplinarité. Pensée comme une zone langagière commune entre une diversité de textes, l’intertextualité apparaît comme une condition nécessaire à l’interdisciplinarité. En effet, c’est parce que les intervenants des différents horizons théoriques se comprennent qu’ils en arrivent à élaborer un discours commun sur une thématique particulière.

40L’interdisciplinarité du concept de risque est-elle possible ? La question est pertinente car répondre par la négative reviendrait à remettre en cause la démarche entreprise dans le cadre de cet ouvrage. Aussi, comme nous l’avons fait pour l’intertextualité, il convient de mieux définir ce qu’est l’interdisciplinarité. Ensuite, nous verrons si une recherche est possible sur le thème du risque tant au niveau de l’objet choisi que de la pluralité des langages concernés.

  • 46 G. Fourez, « Fondements épistémologiques pour l’interdisciplinarité », in Y. Lenoir, B. Rey et I. (...)

41Bien qu’il existe un très grand nombre de définitions de l'interdisciplinarité, nous retenons, dans le cadre de ce papier, celle de Fourez : « L’interdisciplinarité vise à construire des représentations de situations précises en utilisant les résultats des disciplines. Contrairement à la recherche disciplinaire qui pose des problèmes en fonction des traditions des disciplines, la recherche interdisciplinaire trouve ses critères de pertinence dans le contexte précis de la situation considérée et dans les projets en vue desquels on veut se la représenter46. »

B. Deux visions sur la possibilité de faire l’interdisciplinarité

42Au niveau de la pluralité des jeux de langage en présence, est-il réellement possible de faire de l'interdisciplinarité ? Sur cette question, deux positions sont envisageables. Une position « forte » soutenue par la thèse de l’incommensurabilité qui prétend qu’il est impossible d’élaborer une démarche interdisciplinaire par le simple fait que les jeux de langage sont incommensurables entre eux. La seconde position, plus souple, envisage la possibilité d’une démarche interdisciplinaire mais uniquement dans une perspective ciblée, ce qui signifie que l’objet retenu pour l’analyse présente une dose suffisante de « référentialité » commune à tous les langages concernés. Nous revenons ci-dessous sur ces deux approches.

  • 47 D. Davidson, « De la véritable idée de schème conceptuel », in D. Davidson, Enquêtes sur la vérité (...)
  • 48 R. Chia, « From Modernism, Post Modernism to Organizational Analysis », Organization Studies, 1995 (...)
  • 49 Un argument très souvent avancé contre l’incommensurabilité, c’est son caractère apparemment auto- (...)
  • 50 D. Davidson, op. cit., p. 227.

43La position que nous avons qualifiée de « forte » se fonde sur l’idée que « la langue □le jeu de langage□ comme forme organisatrice, ne se distingue pas clairement de la science47. » En effet, la relation sujet/objet de connaissance s’établit sur base de la capacité du langage à représenter une réalité extérieure48. Davidson ajoute que la réalité est déformée par l’usage des mots. Ainsi, chaque jeu de langage développe une manière spécifique de structurer (et de déformer) le monde. Les partisans de la thèse de l’incommensurabilité vont jusqu’à affirmer que de chaque jeu de langage se développe un monde possible spécifique et qu’il est impossible de traduire ou de comparer ces mondes possibles entre eux49. Selon Davidson, pareille position revient à ne pas distinguer le schème conceptuel de son contenu. En effet, le schème conceptuel s’apparente à « un système de catégories à partir desquelles une culture contemple les choses50. » D’une manière générale, le schème conceptuel renvoie à ce qui fait qu’une culture considère qu’une phrase est vraie alors que les jeux de langage qui composent le schème conceptuel renvoient à la manière de tenir cette phrase pour vraie. Nous revenons sur ce point dans le paragraphe suivant. Cette vision « forte » de la pluralité des langages, d’inspiration kuhnienne, n’est pas ontologiquement neutre puisqu’elle présuppose un monde fondamentalement fragmenté et disparate et il en résulte une impossibilité de traduire les concepts d’un jeu de langage dans un autre.

  • 51 Ibidem.
  • 52 P. Strawson, The Bounds of Sense, London, Oxford University Press, 1966.

44La seconde position, plus favorable à l’interdisciplinarité, est plus souple puisqu’elle ne compare pas la compréhension d’un concept issu d’un autre jeu de langage que le mien comme une traduction radicale de ce concept dans mon langage. Selon cette approche, celle soutenue par Davidson51 ou par Strawson52 qui supposent que l’interdisciplinarité est possible à condition qu’il existe une zone langagière et référentielle commune à tous les jeux de langage concernés par la démarche.

  • 53 J. Greimas, op. cit., p. 52.

45En ce qui concerne la zone langagière commune, elle est assurée par la distinction davidsonnienne entre le schème conceptuel et les jeux de langage qui le composent. En d’autres termes, s’il reconnaît qu’au sein du schème de la science, les différents langages théoriques développent chacun leur manière de tenir pour vrai certains énoncés, il existe tout de même un positionnement commun (et un langage commun, même superficiel) qui fait qu’une traduction partielle entre les différents langages demeure possible. Cette traduction partielle devient possible grâce à « ces miettes lexicales, que chaque groupe sémiotique □jeu de langage□ laisse tomber dans le domaine commun et qui constituent autant de lieux communs53. » Dans ce sens il y a intertextualité et donc possibilité d’interdisciplinarité.

  • 54 P. Strawson, op. cit., p. 15.
  • 55 En philosophie du langage, le concept de désignateur rigide est souvent associé à Kripke qui fut l (...)

46Pour ce qui est de la zone référentielle commune, il s’agit d’un espace ou d’une situation du monde (donc hors langage) commun à tous les jeux de langage concernés. Pareille zone présuppose une définition précise de l’objet de la recherche interdisciplinaire car il faut assurer qu’il y ait un monde commun à tous les langages en présence. Strawson54 rappelle qu’étant attendu qu’il existe un et un seul monde extralinguistique, la pluralité de langages est métaphorique et, dans ce sens, il existerait une intersection possible entre les différents mondes possibles (langagiers) développés par les différents jeux de langage. Pareille vision des choses n’est pas sans problème puisqu’elle suppose implicitement l’existence d’une intertextualité fixe particulière, sorte de système figé de concepts (mots dotés de significations fixes, sorte de désignateurs rigides à « la Kripke55 ») que chaque langage théorique décrirait tour à tour dans une perspective qui lui serait propre.

47Selon cette vision, l’existence d’une intertextualité fixe et commune (les deux caractéristiques sont bien évidemment reliées) permet d’envisager une démarche interdisciplinaire en fonction. Cependant, cette intertextualité varie en fonction des disciplines concernées et du choix de l’objet de recherche.

C. L’interdisciplinarité et le rapport aux savoirs

  • 56 G. Fourez, La construction des sciences, Bruxelles, De Boeck Université, 1996, p. 106.

48L’interdisciplinarité illustre également une évolution dans notre rapport à la diversité des disciplines scientifiques. Selon Fourez56, le thème de l’interdisciplinarité couvre deux attitudes très différentes dans le rapport aux savoirs.

  • 57 Ibidem.

49« La première perspective espère qu'une approche construira une nouvelle représentation du problème qui sera beaucoup plus adéquate dans l’absolu57. » Il s'agit, en quelque sorte d’une tentative d’élaboration d’une nouvelle science sur une problématique particulière. Pareille attitude s’apparente à ce que Kuhn appelle la phase péparadigmatique puisqu’il s’agit simplement de rassembler toutes les connaissances susceptibles de comprendre un thème particulier.

  • 58 Ibid.
  • 59 Ibid.

50« La seconde perspective abandonne cette idée d’une sorte de super-science. L’interdisciplinarité n’y est pas destinée à créer un nouveau discours qui serait au-delà des disciplines particulières, mais elle y est vue comme une pratique spécifique en vue de l’approche des problèmes de l’existence quotidienne58. » Dans ce cadre, l’objectif n’est pas de créer une nouvelle discipline « mais de résoudre un problème concret59. »

D. L’interdisciplinarité du risque est-elle possible ?

  • 60 G. Fourez, « Fondements épistémologique pour l’interdisciplinarité », in Y. Lenoir, B. Rey et I. F (...)
  • 61 G. Fourez, op. cit., p. 82.
  • 62 E. Morin, « Sur l’interdisciplinarité », in Carrefour des sciences, Actes du colloque du Comité na (...)

51En rapport avec ce qui vient d’être dit, l’intention n’est pas, dans le cadre de cet ouvrage, de construire une théorie générale du risque. Implicitement donc, nous nous inscrivons plutôt dans la seconde perspective de l’interdisciplinarité. Cependant, comme le rappelle Fourez60 «la recherche interdisciplinaire utilise les disciplines pour étudier une situation dans sa singularité ». Cette seconde approche de l’interdisciplinarité présuppose que l’on identifie un problème précis or, dans le cadre de cet ouvrage, c’est plutôt la problématique générale du risque qui nous intéresse. Le caractère général de notre problématique commune semble plutôt soutenir l'idée d’une pluridisciplinarité autour du concept de risque. Il s’agit peut-être d’une question de langage, cependant, la démarche, en termes de philosophie des sciences se présente différemment. En effet, selon Fourez61, en accord avec Morin62, la pluridisciplinarité « est une pratique consistant à rassembler des résultats de diverses disciplines scientifiques autour d’un thème commun sans viser de projet précis en termes d’élaboration de théorie ou de solution à une situation précise. » Au niveau du choix de l’objet, notre séminaire s’apparente donc davantage à une démarche pluridisciplinaire.

52Si nous reconnaissons la possibilité de faire de l’interdisciplinarité et que, ce faisant, nous adhérons à la seconde position, il convient de voir si le concept de risque véhicule une zone langagière et référentielle suffisante. Le lien avec l’argument sus-mentionné est évident : plus l’objet de la recherche est précisé et identifié, plus cet objet a de chance de renvoyer à une référence commune à tous les jeux de langage. Le véritable défi de cet ouvrage est « d’oser faire le pas », d’oser proposer une approche interdisciplinaire sur un thème large et mouvant tel que celui de risque. Au-delà du choix de l’objet, le concept de risque apparaît comme un contenant dont le contenu varie en fonction des situations, des disciplines scientifiques mais également en fonction du niveau de langage dans lequel on prononce ce terme. Le risque ne s’étudie pas pour lui-même, il s’agit d’un concept sans référence véritable. On peut étudier une situation particulière et qualifiée de risquée mais, on ne peut étudier le risque pour lui-même. Très souvent, en qualifiant une situation particulière de risquée, on oriente la problématique du risque dans une perspective particulière.

53Enfin, en ce qui concerne la zone langagière, la fragmentation du concept de risque entraîne une double tendance. En effet, le risque est devenu un terme familier très vite utilisé pour qualifier toute une série de situations du quotidien et paradoxalement chaque jeu de langage développe des définitions spécifiques du risque en fonction des différents usages de ce concept que ce langage en fait. On a, d’une part, la familiarité que chacun affiche (même de manière indéfinie) à l’égard du concept de risque qui serait un argument favorable à l’interdisciplinarité ; et d’autre part, la spécialisation du concept qui pourrait être avancée comme argument contre la possibilité d’interdisciplinarité (car toute tentative de compréhension d’un risque particulier en dehors du langage dans lequel il a été défini dans lequel il est utilisé est impossible). Cet éclatement langagier du concept de risque s’apparente donc à un argument à la fois favorable et défavorable à la possibilité de faire de l’interdisciplinarité autour de cette problématique.

Conclusion

54L’objectif de ce papier était de revenir sur les débats épistémologiques engendrés par la question de l’interdisciplinarité. Il va sans dire que les positions tenues dans le cadre de ces débats dépendent directement de la manière de définir l’interdisciplinarité. Mais peut-on réellement proposer une définition interdisciplinaire de l’interdisciplinarité ou existe-t-il autant de définitions de l’interdisciplinarité qu’il existe de disciplines ? La question reste posée et le plus important n’est pas d’y répondre mais plutôt d’en faire un lieu de débats autour de la science elle-même. Dans ce papier, nous avons choisi la définition de l’interdisciplinarité proposée par Fourez mais d’autres définitions existent et il conviendrait de revenir sur ces débats avec d’autres manières de définir l’interdisciplinarité. Au-delà d’un problème de définition, le débat sur l’interdisciplinarité renvoie indirectement à la manière de penser la science et aux croyances que chacun y place.

Notes

1 Citation, allusion, plagiat, récriture, parodie, pastiche, etc. Voir à ce sujet, N. Piegay-Gros, Introduction à l'intertextualité, Paris, Dunod, 1996, p. 3.

2 D. Bruce, De l'intertextualité à l'interdiscursivité : histoire d'une double émergence, Toronto, Paratexte, 1995, p. 6.

3 G. Hottois, Philosophie des sciences, philosophie des techniques, Paris, Odile Jacob, 2004, p. 18.

4 H. Putnam, Raison, vérité et histoire, trad. Gerschenfeld, Paris, Les Éditions de Minuit, 1984, p. 53-54.

5 D. Bruce, op. cit., p. 6.

6 J.-F. Lyotard, La condition postmoderne, Paris, collection « Critique », Minuit, 1979.

7 A. Barberousse, M. Kistler et P. Ludwig, La philosophie des sciences au xxe siècle, Paris, Flammarion, 2000, p. 20 et p. 194.

8 H. Sankey, The Incommensurability Thesis, Sydney, Ashgate, 1994, p. 111.

9 La traduction radicale s’apparente à une traduction d’une langue pour laquelle on ne dispose pas de manuel de traduction.

10 J. Greimas, Sémiotique et sciences sociales, Paris, Seuil, 1976, p. 54.

11 Ibidem.

12 D. Duclos, « Puissance et faiblesse du concept de risque » L’Année sociologique. Études sur le risque et la rationalité, 1996, vol. 46, no 2, p. 310.

13 Id., p. 315.

14 Id., p. 309.

15 C. Roger, Analyse de risque et principe de précaution : vers de nouveaux rapports connaissance/politique, Working Paper, mars 2000, université de Bordeaux, p. 1.

16 D. Duclos, op. cit., p. 312.

17 Id., p. 316.

18 Y. Pesqueux, Le concept de risque au magasin des curiosités, Actes de colloque, Association française de comptabilité, 2003, p. 2.

19 A. Mucchielli (dir.), Dictionnaire des méthodes qualitatives en sciences humaines et sociales, Paris, Armand Colin, 1996.

20 K.O. Appel, Expliquer-Comprendre, Paris, Éditions du CERF, 2000, p. 14.

21 H. Courtot, La gestion des risques dans les projets, Paris, Economica, 1998, p. 38.

22 Soulignons tout de même l’émergence de certains risques financiers (les risques de couverture essentiellement liés aux produits dérivés) suite au développement nouveaux produits financiers,

23 Citons à ce sujet l’excellente analyse épistémologique proposée par Coppe sur l’utilisation de la reconstruction historique en finance pour justifier des concepts théoriques contemporains. Voir à ce sujet S. Coppe, « The stock echange revisited : A new look at the market in securities in London in the eighteenth century », Economica, 1978, no 45, p. 1-21.

24 H. Courtot, op. cit., p. 38.

25 R. Cobbaut, Théorie financière, Paris, Economica, 1994, p. 52.

26 Les travaux des célèbres épistémologues Popper, Lakatos ou encore Kuhn se fondent implicitement sur la distinction entre les sciences exactes et les sciences sociales.

27 I. Hacking, « Styles de raisonnement scientifique », in Rajchman et C. West, Post-Analytical Philosophy, 1985, trad. franç. A. Lyotard-May : La pensée américaine contemporaine, Paris, PUF, 1991, p. 453.

28 E. Morin, « Sur l’interdisciplinarité » dans Carrefour des sciences, Actes du colloque du Comité national de la recherche scientifique Interdisciplinarité, Paris, Éditions du CNRS, 1990.

29 Pour l’ambiguïté de Kuhn sur le rapport entre le concept de paradigme et celui de discipline, voir J.-M. Berthellot, Les vertus de l'incertitude, Paris, PUF, 1996. p. 91.

30 R. Nadeau, Dictionnaire d’épistémologie, Paris, PUF, 1999, p. 348.

31 L. Wittgenstein, Recherches philosophiques, Paris, Gallimard [trad. fr. J. Klossowski de Philosophische Untersuchungen], 1961, p. 65-84.

32 D. Sauve, « Wittgenstein et les conditions d’une communauté linguistique », Philosophiques, 2001, vol. 28, no 2, p. 411-432.

33 La définition de la perspective renvoie directement à la définition de la discipline.

34 Ce faisant, nous partageons les positions constructivistes exposées par Dubois (op. cit., p. 195) puisque le caractère d’une discipline scientifique se résume aux pratiques utilisées de ses chercheurs.

35 Exemple inspiré du Cahier bleu, Wittgenstein, Paris, 1996.

36 D. Duclos, op. cit., p. 315.

37 Le risque de crédit n’est pas le risque de défaut de non remboursement d’un crédit mais bien le risque qui porte sur la transformation des crédits en investissement à l’aide de produits dérivés.

38 D’une manière générale, le risque de taux incarne la probabilité d’enregistrer des pertes financières dues à une variation de taux d’intérêt. Signalons qu’il existe de nombreux instruments financiers spécifiques à la gestion de taux (ex. IRS) et que celle-ci s’apparente peu à peu à une sous-discipline particulière de la gestion financière.

39 D. Duclos, op. cit., p. 315.

40 C. Roger, Analyse de risque et principe de précaution : vers de nouveaux rapports connaissance/politique, Working Paper, mars 2000, université de Bordeaux, p. 1.

41 J. Bouyssou, Théorie générale du risque, Paris, Economica, 1997.

42 « Les risques sont caractérisés par une tendance immanente à la globalisation » voir U. Beck, La société du risque, Paris, Flammarion, 2003, p. 66.

43 U. Beck, op. cit., p. 40.

44 F. Ewald, « Philosophie de la précaution », L’Année sociologique. Études sur le risque et la rationalité, 1996, vol. 46, no 2, p. 401.

45 Ibidem.

46 G. Fourez, « Fondements épistémologiques pour l’interdisciplinarité », in Y. Lenoir, B. Rey et I. Fazenda (dir.), Les fondements de l’interdisciplinarité dans la formation à l’enseignement, Sherbooke, Éditions du CRP, 2001, p. 82.

47 D. Davidson, « De la véritable idée de schème conceptuel », in D. Davidson, Enquêtes sur la vérité et l’interprétation (trad. de Pascal Engel, Nîmes, Éditions Jacqueline Chambon), 1993, p. 230.

48 R. Chia, « From Modernism, Post Modernism to Organizational Analysis », Organization Studies, 1995, vol. 16, no 4, p. 579-604.

49 Un argument très souvent avancé contre l’incommensurabilité, c’est son caractère apparemment auto-réfutant. En effet, « parler de différents points de vue a un sens mais seulement s’il existe un système de coordonnées commun sur lequel on puisse les disposer ; et pourtant l’existence d’un système commun fait mentir l’idée que tout serait dramatiquement incomparable. » Pour D. Davidson (op. cit.), il n’y a aucune chance pour que quelqu’un puisse s’élever à un certain point de vue qui lui permette de comparer les différents langages en se débarrassant temporairement du sien. Qualifier deux schèmes conceptuels d’incommensurables, c’est présupposer qu’ils sont comparables. Il convient de nuancer cette critique car, comme le rappellent Letson et Sankey, pareil argument présuppose que la traduction d’un langage est une condition nécessaire et suffisante pour reconnaître l’existence d’un langage. Or, logiquement, la traduction n’incarne qu'une condition suffisante mais non nécessaire à l’existence de ce langage. Pour plus d’information à ce sujet, voir H. Sankey, op. cit., p. 112 et B. Letson, Davidson’s Theory of Truth and its Implications for Rorty’s Pragmatism, New York, American University Studies, Peter Lang, 1997, p. 101.

50 D. Davidson, op. cit., p. 227.

51 Ibidem.

52 P. Strawson, The Bounds of Sense, London, Oxford University Press, 1966.

53 J. Greimas, op. cit., p. 52.

54 P. Strawson, op. cit., p. 15.

55 En philosophie du langage, le concept de désignateur rigide est souvent associé à Kripke qui fut l’un des auteurs qui s’est attaqué à cette problématique. Pour plus d'information à ce sujet, voir S. Kripke, La logique des noms propres, Paris, Minuit, 1982.

56 G. Fourez, La construction des sciences, Bruxelles, De Boeck Université, 1996, p. 106.

57 Ibidem.

58 Ibid.

59 Ibid.

60 G. Fourez, « Fondements épistémologique pour l’interdisciplinarité », in Y. Lenoir, B. Rey et I. Fazenda (dir.), Les fondements de l’interdisciplinarité dans la formation à l’enseignement, op. cit., p. 82.

61 G. Fourez, op. cit., p. 82.

62 E. Morin, « Sur l’interdisciplinarité », in Carrefour des sciences, Actes du colloque du Comité national de la recherche scientifique Interdisciplinarité, Paris, Éditions du CNRS, 1990, p. 10-16.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search