Version classiqueVersion mobile

Les ambivalences du risque

 | 
Yves Cartuyvels

Une société de précaution. Science, magie ou profit : les oméga 3

Anne-Marie Polomé

Texte intégral

Introduction

1L’individu a, de tout temps, lutté de toutes ses forces physiques et intellectuelles contre l’inéluctable : sa propre mort. Le rêve absolu est celui de vie éternelle avec, comme corollaire évident, la jeunesse éternelle. Atteindre ce but ultime par ses seules capacités est utopique, aussi est-il fait appel à des puissances extérieures qui peuvent être des dieux ou Dieu. Les religions promettent souvent la vie éternelle, mais dans l’au-delà inconnu. De plus, aboutir à une vie éternelle heureuse au Paradis, par exemple, impose, dans la vie sur terre, un code de conduite coercitif, truffé d’interdits, pouvant mener jusqu’au martyre. Pour lever ces interdits et accéder quand même à la vie éternelle ou au moins à une vie de jouissance éternelle, un individu demande parfois, pour lui seul, l’intercession du diable. C’est le thème majeur de grands mythes, celui de Faust, entre autres. Une autre option retenue par une poignée de futurs élus consiste à fonder ses espoirs sur les travaux d'êtres humains à l’intelligence et au savoir-faire supérieur et en relation directe avec des forces externes. Les intermédiaires humains sont les sorciers (pacte avec le diable), les magiciens (magies noire ou blanche) et les alchimistes, pour ne citer qu’eux. L’alchimie, une science occulte, née de la fusion de techniques chimiques gardées secrètes et de spéculations mystiques, cherche notamment un élixir de longue vie.

  • 1 Service public fédéral Économie, PME, Classes moyennes et Énergie : chiffres-clés 2005. (Espérance (...)

2Avoir accès à une vie éternelle parfaite par une intervention d’une puissance supérieure extérieure à l’homme est du domaine de la foi. Finalement, ce qui reste si on supprime toute transcendance, c’est la foi en l’homme, en son génie, son opiniâtreté, en l’homme de science, en particulier. Le rêve absolu d’éternité est revu au rabais. Il reste l’espoir d’accéder à une vie très longue, heureuse, équilibrée avec, jusqu’au bout, un aspect jeune et une santé parfaite. Malgré la réticence de beaucoup à le reconnaître, l’allongement de l’espérance de vie, très nette dans les pays développés1, est en partie dû à la chimie sous ses multiples facettes, notamment celles qui ont trait à l’alimentation (engrais, pesticides, fongicides), à la santé (médicaments, vitamines, savons, désinfectants) et à l’amélioration de la qualité de vie. Ont été éradiqués les anciens grands fléaux de nos régions qu’étaient, par exemple, la maladie de l’ergot du seigle ou la famine causée par le mildiou de la pomme de terre (un million de morts de faim en Irlande entre 1840 et 1849).

  • 2 R. Carson, Silent Spring, Boston, Mariner Books, Houghton Mifflin Company 40th Anniversary Ed., 200 (...)

3Toutefois, dès 1962 avec son livre Silent Spring2 où elle dénonce l’emploi immodéré de pesticides qui peuvent entraîner l’extinction des oiseaux, une biologiste américaine, Rachel Carson, éveille la conscience écologique. Quelques événements marquent les esprits : Tchernobyl (26 avril 1986), l’appauvrissement des forêts lié aux pluies acides, les problèmes de la maladie de la vache folle, des poulets à la dioxine, le trou d’ozone, le changement climatique, les marées noires... Ils sont tous attribués aux progrès technologiques, nucléaires et chimiques. Ceux-ci constituent, non seulement pour l’homme actuel, mais pour les générations futures, un risque, risque que l’on évite, entend-on de plus en plus, si l’on en revient à la nature, à l’océan des origines, à la terre mère bénéfiques. On n’a plus besoin de connaître et de dominer une nature plus forte que soi, on est materné par elle. La nature redevient déesse.

Les oméga 3

4Certains affirment avoir découvert les qualités longtemps ignorées du véritable élixir de longue vie présent dans la nature depuis l’apparition de la vie sur terre. Il a nom Omega 3. Il a même volé la vedette à d’autres nectars et ambroisies, les vitamines, les oligoéléments, les anti-oxydants, certains ferments lactiques... Que sont ces fameux oméga 3 dont on nous parle partout (grandes surfaces, boulangeries, boucheries, livres, journaux, revues...), depuis quand les a-t-on repérés, quelles sont leurs applications, quel détonateur les a fait exploser dans l’univers de la consommation, comment l’économie s’en est-elle emparée et surtout, comment décrypter le battage médiatique 100 % élogieux dont ils profitent ? Voilà de nombreuses pistes que je souhaiterais explorer ici.

I. Que sont les oméga 3 ?

  • 3 J. McMurry, Organic Chemistry, 3e édition, Pacific Grove, Calif. USA, Brooks/Cole Publishing Compan (...)

5Le terme « oméga 3 » lui-même est noyé dans un flou artistique digne du jargon des alchimistes. Il s’agit en fait d’huiles particulières ou des acides gras dont elles dérivent. Déjà commence l’imprécision de langage : huile ou acide gras3 ? Dans la nature, tout ce qui est constitué de cellules contient des huiles ou graisses. Les acides gras libres ne sont présents qu’en traces (moins de 1 %).

A. Nature des huiles et des graisses

6Les huiles et les graisses font partie de la famille des lipides. Ce sont des molécules uniquement composées de carbone, d’hydrogène et d’oxygène, plus précisément des triglycérides qui peuvent, dans certaines conditions, se décomposer en acides gras et glycérine de façon réversible.

7Formellement, on peut écrire :

1. Qu’est-ce qu’une chaîne hydrocarbonée ?

8Une chaîne hydrocarbonée possède un squelette...

9C-C-C-C-C-C... si elle est saturée ou...C-C=C-C... si elle est insaturée, « habillé » par des H, de telle façon que chaque C soit entouré de 4 liaisons, les liaisons étant représentées par des traits (-). Ces chaînes hydrocarbonées ont, malgré une certaine mobilité, une géométrie précise différente pour les liaisons simples (-) et doubles (=). Cette architecture est responsable des propriétés de ces chaînes.

10Il existe une façon simplifiée de représenter les chaînes carbonées : chaque angle et extrémité est un atome de carbone et chacun d’eux est entouré du nombre approprié d’hydrogènes. Quand un C est lié à 4 atomes, les angles entre les liaisons sont d’environ 109°. Quand un C est lié à 3 atomes, les angles entre les liaisons sont d’environ 120°.

2. Différence entre une huile et une graisse

  • 4 M. D. Guillen, A. Ruiz, « Oxidation process of oils with high content of linoleic acyl groups and f (...)

11A 20°C, les triglycérides peuvent être solides, on les appelle alors des graisses, ou bien liquides, auxquels cas ils portent le nom d'huiles. Plus les chaînes comportent d’insaturations, plus leur point de fusion est bas. Les triglycérides polyinsaturés ne supportent ni la chaleur ni l’oxygène4 : ils s’oxydent, polymérisent, deviennent toxiques.

B. Les acides gras

  • 5 D. Voet, J. G. Voet, Biochemistry, 3e édition, USA, Wiley International Edition, 2004.

12Les acides gras5 sont des acides organiques de formule générale R-COOH où R symbolise une chaîne hydrocarbonée relativement longue, ce qui leur donne un aspect gras : ils flottent sur l’eau. -COOH est appelé « fonction acide ».

1. Les acides gras peuvent être plus ou moins longs

13On distingue les acides gras à chaîne courte : nombre d’atomes de carbone ≥ 4 et ≤ 8 (dérivés du beurre des ruminants, des graisses de palmiste et de coprah) ; les acides gras à chaîne moyenne : nombre d’atomes de carbone ≥ 10 et ≤ 14 ; les acides gras à chaîne longue : nombre d’atomes de carbone > 14.

2. Les acides gras peuvent être saturés ou insaturés auxquels cas les doubles liaisons sont généralement cis

14On distingue :

  • les acides gras saturés (AGS), qui ne comportent pas de double liaison. Ils sont transformés en énergie dans les muscles et proviennent des lipides d’origine animale riches en cholestérol. Ce qui n’est pas transformé en énergie est stocké :

  • les acides gras monoinsaturés (AGMI), qui comportent une double liaison. Le plus fréquent est l'acide oléique C18 : 1 ω-9 (30 % des acides gras alimentaires) ;

  • les acides gras polyinsaturés (AGPI) qui comportent plusieurs doubles liaisons.

15C’est dans cette série que se trouvent les « fameux » acides gras ω-3 et ω-6, appelés communément oméga 3 et oméga 6.

16Les principaux acides gras polyinsaturés sont :

  • l’acide linoléique (C 18 : 2 ω-6) AL ;

  • l’acide alpha-linolénique (C18 : 3 ω-3) ALA ;

  • l’acide arachidonique (C20 : 4 ω-6), précurseur des prostaglandines et des leucotriènes et des cannabinoïdes endogènes ;

  • les acides gras que l’on trouve dans les huiles de poisson (absents des plantes) :

    • l’acide éicosapent(a)énoïque (C20 : 5 ω-3) EPA ;

    • l’acide docosahex(a)énoïque (C22 : 6 ω-3) DHA.

3. Les acides gras essentiels

17Tous les acides insaturés des mammifères sont formés de façon endogène à partir des précurseurs suivants : l’acide palmitique (C16 : 0), l’acide stéarique (C18 : 0), l’acide linoléique et l’acide α-linolénique. Deux précurseurs, l’acide linoléique (ω-6) (AL) et l’acide α-linolénique (ω-3) (ALA) ne sont pas synthétisés par l’homme et doivent être obtenus d’une autre façon : par l’alimentation. On les appelle des acides gras essentiels.

18Dans le corps humain, sous l’influence des mêmes enzymes, l’acide linoléique et l’acide α-linolénique servent d’intermédiaires de synthèse à des acides à chaînes plus longues, plus ou moins saturées : il y a compétition entre les deux familles ω-3 et ω-6. Un excès d’acide linoléique, précurseur des acides gras longs de la famille des ω-6, défavorise la formation par élongation des acides gras longs de la famille des ω-3. C’est pourquoi on parle du rapport ω6/ω3 - dans l’alimentation.

* acides gras essentiels

  • 6 D. Brasseur, N. Delzenne, H. Henderickx, A. Huygehbaert, M. Kornitzer, Recommandations et allégatio (...)

Note 66

19Le pourcentage de EPA et de DHA synthétisé dans notre organisme au départ de ALA est très insuffisant et ces acides, quoique non strictement essentiels, doivent donc être apportés par l’alimentation.

20L’ALA n’exerce pas de fonction particulière. Il s’agit du précurseur de la famille des ω-3. L’EPA joue un rôle fonctionnel dans la transmission et le transfert des signaux. Le DHA est avant tout un élément structural des membranes neuronales. La capacité de synthétiser l’acide arachidonique de la lignée ω-6 diminue avec l’âge. Cet acide gras est donc considéré comme essentiel chez les personnes âgées. Il doit être apporté par des aliments surtout d’origine animale.

21Attention : Il y a une confusion liée à l’adjectif « essentiel ». Il peut avoir deux origines et signifier

  • soit indispensable ou vital ce qui est le cas ici : son absence entraîne des carences et donc les maladies associées ;

  • soit volatil, constitué d’essences, c’est-à-dire obtenu par distillation de substances aromatiques contenues dans diverses plantes. Dans la sphère « bio », on parle actuellement de plus en plus d’huiles essentielles, par exemple de citron, de lavande, d’origan et de bien d’autres plantes. Elles sont utilisées dans les parfums, l’alimentation, en aromathérapie. Ces extraits ne sont pas miscibles à l’eau et se comportent à sa surface comme une huile, d’où leur nom.

22Remarque : Variations de la dénomination d’un acide polyinsaturé La nomenclature IUPAC (International Union of Pure and Applied Chemistry) propose comme nomenclature pour la molécule suivante :

  • 7 « all Z » signifie ici que toutes les liaisons doubles sont cis.

acide (all Z)-docosa-4,7,10,13,16,19-hex(a)énoïque7, une appellation peu porteuse du point de vue commercial. Un nom simplifié est acide docosahex(a)énoïque ou DHA, peu précis et hermétique. Une précision est apportée en faisant suivre ce nom de lettres et de chiffres acide docosahex(a)énoïque (C22 : 6, n-3). « C22 » est déjà lisible dans le préfixe "docosa" et est donc à la limite superflu, ainsi que « 6 » déjà indiqué par « hexa » ; « n » est le dernier carbone de la chaîne. Parler d’acides gras n-3 n’est pas encore vendeur. L’idée d’introduire la dernière lettre de l’alphabet grec, soit ω et de passer de ω moins 3 à oméga 3 en fait un produit à slogan interpellant, et l’opération marketing est en route.

II. D’où vient cette idée : oméga 3 = panacée (universelle !) ?

23Dans nos régions actuellement privilégiées, le temps de vie s’allonge. Des maladies liées au vieillissement, peu rencontrées auparavant, deviennent de plus en plus fréquentes et l’on accepte très difficilement l’inéluctable. Certains, parmi lesquels des médecins et professionnels de la nutrition, accusent le mode de vie actuel. Pourtant, en dehors des guerres, nos régions n’ont plus connu de grandes famines qui poussaient les populations à émigrer, ni de grandes épidémies de peste, de choléra, de variole... et, depuis quelques dizaines d’années, la tuberculose et la poliomyélite notamment sont en net recul. On peut analyser la situation en regardant, pour la Belgique, les causes de décès et les problèmes de santé qui diminuent la qualité de vie et en étudiant ensuite les modèles de solution proposés.

A. Les causes de décès8 et problèmes de santé

  • 8 Service public fédéral Économie, PME, Classes moyennes et Énergie : chiffres-clés, (graphique trans (...)

Principales causes de décès en 1997

Hommes

Femmes

Total des maladies de l’appareil circulatoire
Infarctus

32.82 %
8,66 %

40,30 %
6,53 %

Tumeurs

31,10 %

22,93 %

Chute accidentelle

1,09 %

1,40 %

Suicide

2,99 %

1,15 %

Accident de la circulation

2,05 %

0,75 %

Homicide

0,19 %

0,15 %

Accident provoqué par le feu

0,13 %

0,08 %

Divers dont les maladies infectieuses

29,63 %

33,24 %

24On retrouve donc, classées par ordre d’importance, les déficiences de l’appareil circulatoire ; les tumeurs ; les atteintes au cerveau hors tumeurs ; les dépressions menant au suicide ; les comportements violents et impulsifs pouvant mener aux homicides, aux accidents, aux chutes ; une catégorie résiduaire « autres » (maladies infectieuses)...

25Parmi les problèmes de santé qui diminuent la qualité de vie, on relève ceux qui sont liés au cœur et au système circulatoire (maladies cardio-vasculaires, hypertension, thromboses), au cerveau (dépression, maladie d’Alzheimer, tristesse, angoisse, comportements suicidaires, violents et impulsifs, hyperactivité, troubles du comportement, dyslexie, dyspraxie, prise de drogue), aux articulations (arthrose, arthrite...), à une immunité dérégulée (asthme, allergies, maladies auto-immunes...) et, dans une catégorie résiduaire, les « autres » (cancers, diabète, obésité, sida, séquelles d’accidents...).

B. Modèles proposés

  • 9 A. Simopoulos, J. Robinson, adapté par M. De Lorgeril, P. Salen, Le régime oméga 3, le programme al (...)

26Un jugement simpliste et assez spécieux basé sur une analyse biaisée de la situation aboutit immanquablement à jeter le discrédit sur la standardisation de l’agriculture, sur le nucléaire et surtout sur les « produits chimiques », c’est-à-dire, selon ce discours, « toutes les substances nocives et agressives répandues sur terre, dans les eaux et dans les airs », et à tout rejeter en vrac. Des penseurs ont recherché les civilisations épargnées par l’un ou l’autre de ces fléaux et ont conclu que la pureté résidait dans le mode de vie des sociétés primitives et traditionnelles. Trois modèles sont ainsi présentés, chacun d’eux étant censé solutionner une des trois grandes causes de morbidité9.

  • 10 R. J. Hamilton and R. D. Rice (Eds), Fish Oil Technology, Nutrition and Marketing, Proceedings of a (...)

27Le premier modèle associe l’homme du paléolithique au développement du cerveau. On a tout d’abord réfléchi à l’alimentation naturelle de l’homme. La terre ne devrait fournir que ce qui est bon pour lui : des aliments non trafiqués. L’homme du paléolithique vivait avant la domestication animale et l’agriculture. Il constituerait donc le modèle idéal. Une certaine théorie prétend qu’un écosystème très riche en poissons et crustacés pourrait avoir été, à cette époque, déclencheur d’un développement prodigieux du cerveau. Aidés en cela par les recherches archéologiques et ethnologiques, certains ont conclu que l’homme du paléolithique mangeait trois fois plus de végétaux qu’actuellement et beaucoup plus de gibier, de poissons et de crustacés. Or, qu’y a-t-il de commun entre les végétaux sauvages, le gibier, les poissons et les crustacés ? Les oméga 3 bien sûr... Dans la mer, le phytoplancton et les algues unicellulaires sont riches en ω-3. C’est la nourriture d’un grand nombre d’espèces de poissons qui servent d’aliments à d’autres10. Les poissons sont donc riches en ω-3. Sur terre, l’herbe et les feuilles, alimentation du gibier sauvage, sont riches en ω-3. Le gibier le devient par là-même. On a estimé à 1/1 le rapport ω -6/ ω -3 dans l’alimentation de l’homme du paléolithique et on en conclut qu’un rapport ω -6/ ω -3 de 1/1 serait bon pour le cerveau et qu’il faudrait tendre à un apport d’huiles exogènes ω -6 et ω -3 dans le même le rapport. Or que le développement du cerveau soit la conséquence de ce régime et que tous les hommes du paléolithique aient eu accès au gibier et au poisson est pourtant une simple hypothèse. L’espérance de vie à cette époque est évaluée à 25 ans.

28Le deuxième modèle lie le mode de vie des Inuits du Groenland à la bonne forme du cœur. Des études, qui ont débuté dans les années 1970, ont montré que les Inuits avaient un taux de maladies cardiovasculaires beaucoup plus bas que les autres groupes d’Esquimaux à l’alimentation occidentale standard. Leur alimentation est principalement constituée de mammifères arctiques (80 %) et de poissons (20 %), ce qui leur apporte environ 400 g de graisse par jour. Ces animaux sont particulièrement riches en ω -3. On en conclut qu’une alimentation riche en poisson gras serait bonne pour le cœur. Par contre, on oublie que les Inuits sont plus sujets à des saignements que les populations voisines au régime différent et cela peut aller jusqu’à des hémorragies cérébrales. De même, on pourrait plutôt conseiller de suivre une alimentation riche en mammifères arctiques...

29Le troisième modèle fait appel aux Crétois contemporains et au taux particulièrement bas de cancer chez eux. Le taux de mortalité dû au cancer est, en Crète, la moitié de celui des Américains et plus faible que celui des Italiens qui ont également une alimentation de type méditerranéen, riche en légumes, poissons et huile d’olive. Le régime alimentaire crétois est dit pratiquement inchangé depuis 4000 avant notre ère. On a observé que les Crétois absorbent beaucoup plus d’ω -3 que les Italiens, sous forme d’escargots, de poissons gras et de légumes verts (dont le pourpier, particulièrement riche en ω -3), ainsi que de volailles élevées en plein air (avides de pourpier et de vers de terre), et de leurs œufs. On en conclut qu’une alimentation à la crétoise, riche en pourpier notamment, serait une arme contre le cancer. Voilà une conclusion bien rapide...

30Si l'un ou l’autre groupe humain semble effectivement plus épargné que d’autres par certaines maladies chroniques, l’extrapolation de leur régime alimentaire tel quel est irréaliste. De plus, le raisonnement ne tient pas compte du gouffre énorme entre les conditions de vie de ces populations et notre propre mode de vie. Nos besoins alimentaires sont tout autres.

III. Qu’est-ce qui a déclenché cette mode « oméga 3 » ?

  • 11 A. L. Lehninger, Biochemistry, New York, Worth Publishers, Inc., 1972, p. 521.

31L’importance des acides gras poly-insaturés, qui sont parfois appelés « Vitamine F« (F pour « fatty »), a été mise en évidence en 1929 par C. O. Blurr et M. M. Blurr. Soumis à un régime pauvre en acides gras, des jeunes rats ont présenté des maladies carentielles : troubles de croissance, du système immunitaire, des fonctions hépatiques et reproductrices, problèmes cutanés. Ils se sont rétablis quand on leur a procuré une alimentation riche en acides gras, non seulement linoléique et α-linolénique, mais aussi arachidonique. D’autre part, « des mammifères adultes qui ont grandi avec une alimentation normale ne sont pas rendus facilement déficients en acides gras essentiels11. »

  • 12 Id., p. 189.
  • 13 L'Actualité chimique, novembre 2000.

32Jusque dans les années 1960, la biochimie des lipides fut considérée comme inintéressante et d’une complexité sans espoir12. Les techniques existantes ne permettaient pas de les séparer et, par conséquent, de les analyser. Il a fallu l’invention de nouvelles méthodes chromatographiques de séparation de haute résolution et des techniques d’analyse pointues pour commencer à investir ce vaste champ de recherche (dans les années 1970). On a commencé à s’intéresser aux acides gras insaturés vers cette époque. Les recherches biochimiques terriblement compliquées sont loin d’avoir élucidé complètement le rôle et l’importance des lipides. Parmi les acides gras insaturés, on a d’abord étudié l’impact des acides gras trans sur la santé. La margarine contient en effet un certain pourcentage d’acides gras trans non naturels générés par le procédé de fabrication. La question de l’effet biologique des acides gras trans devint préoccupante quand la margarine quitta son rôle premier, d’apporter un remède bon marché au déficit quantitatif de la ration alimentaire (1869 : invention de la margarine par Meg Mourier), pour devenir un produit à la mode13.

  • 14 D. Servan-Schreiber, Guérir le stress, l’anxiété et la dépression sans médicaments ni psychanalyse, (...)
  • 15 D. Servan-Schreiber, The Instinct to Heal : Curing Stress, Anxiety, and Depression without Drugs an (...)
  • 16 http://www.guerir.fr/
  • 17 A. Simopoulos, J. Robinson, op. cit.
  • 18 J.-M. Bourre, La vérité sur les oméga 3, Paris, Odile Jacob, 2004.

33Depuis quelques années, on s’intéresse aux oméga 3. Ils seraient probablement restés dans le domaine des spécialistes si un livre et son auteur n’avaient pas attiré l’attention du vulgum pecus. En mars 2003, le psychiatre français David Servan-Schreiber, diplômé de l’université de Pittsburgh, aux États-Unis, publie, en France, chez Robert Laffont, un livre intitulé : Guérir le stress, l’anxiété et la dépression sans médicaments ni psychanalyse14. Deux ans après sa parution, le livre aura été vendu à plus d’un demi-million d’exemplaires dans le monde francophone. Il fera l’objet de plusieurs traductions dont une en langue anglaise15. L’auteur y propose 7 méthodes parmi lesquelles le recours aux Ω-3. Avec son cousin, Simon Ferniot, il fonde, quatre mois après la sortie du livre, la firme prospère Isodis Natura (ou Isodisnatura) qui commercialise des capsules « OM3 » à base d’huiles de poisson des mers froides, riches en ω-3, et dont la production et le siège social sont en Belgique. La famille se charge de la communication dans les magazines de santé (Psychologies, notamment) et la presse féminine. David Servan-Schreiber, un personnage charismatique, vante sa méthode tous azimuts lors de conférences, interviews, apparitions télévisées, articles de presse. Il crée divers sites Internet16 et supervise notamment des forums de discussion. D’autres médecins et nutritionnistes lui emboîtent le pas17 et les livres concernant les ω-3 envahissent les rayons des librairies18. Les ω-3 sont devenus des vedettes médiatiques.

IV. Rôle des acides gras polyinsaturés19

  • 19 D. Patton, A. F. Fuchs, B. Hille, A. M. Scher, R. Steiner, Textbook of physiology, W.B. Saunders co (...)

34Contrairement aux acides gras saturés, les ω-3 et ω-6 ont un faible rendement énergétique. Leurs interventions dans le corps sont très complexes et font encore l’objet de nombreuses recherches. Les interactions entre les acides gras ω-3 et ω-6 créent un équilibre entre les divers types de prostaglandines dans le corps et régulent les voies pathologiques. Les deux familles d’acides gras (ω-3 et ω-6) ont des effets complémentaires et opposés.

  • 20 D. Voet, J. G. Voet, op. cit., p. 937.

35En gros, on peut dire à présent que les ω-3 ont un rôle central au niveau des membranes cellulaires et dans de nombreux processus biologiques de l’organisme. Ils amélioreraient les fonctions cognitives et la vision et contribueraient à protéger contre l’inflammation et les problèmes cardio-vasculaires20. Les ω-6 ont un rôle important dans le système nerveux, l’équilibre cardio-vasculaire, l’immunité et la guérison des blessures, la croissance chez l’enfant.

A. Problèmes concernant les essais cliniques

  • 21 http://www.neuromédia.ca/fr/nos_articles/tests11.asp « Échelle de dépression de Hamilton ».

36Dans le domaine de soins de santé impliquant la prise de produits, l’outil permettant de vérifier l’efficacité du traitement consiste en des études statistiques, de très longue durée et portant sur un grand nombre d’individus. Les critères de réussite sont difficiles à définir et, déjà au départ, la détermination de certaines maladies est floue (par exemple la dépression21).

  • 22 Depuis 1992, une notification avant commercialisation est obligatoire auprès de la division Denrées (...)

37Des difficultés supplémentaires interviennent lorsqu’il s’agit de tester des produits naturels parapharmaceutiques. Tout d’abord, le recrutement de personnes intéressées est difficile. Les patients peuvent être envoyés par leur médecin mais, contrairement aux tests de produits pharmaceutiques, ni le patient, ni le médecin ne touchent de rémunération. Une méthode de recrutement passe par le biais de journaux, mais de nombreux profils personnels étudiés sont incompatibles avec les tests envisagés. Les recherches portent souvent sur un trop petit nombre d’individus ou pendant un trop court laps de temps. De plus, lors de tests sur des personnes malades, il faudrait, idéalement supprimer le médicament habituel, ce qui est risqué et souvent non imposé. Ensuite, contrairement aux médicaments, les suppléments parapharmaceutiques ne sont pas soumis à des normes strictes22, si bien que la pureté et la concentration en produits naturels ne sont pas connues avec précision. Enfin, lors de recherches effectuées sur l’homme et spécialement en ce qui concerne l’alimentation, apparaissent des éléments incontrôlables liés aux individus mêmes parmi lesquels l’alimentation habituelle, les conditions de vie, le patrimoine génétique, l'effet placebo lié au caractère et le sérieux de la personne.

38Il est donc impossible de tirer des conclusions définitives.

B. Rôles supposés

  • 23 D. Servan-Schreiber, op. cit., p. 175.

39D’après David Servan-Schreiber, les ω-3 joueraient un rôle très important dans la prévention et le traitement de la dépression. Dans son livre Guérir23, il écrit que la dépression serait due à « une inadéquation entre ce dont le cerveau a besoin et ce dont on le nourrit aujourd’hui en Europe et en Amérique », c’est-à-dire une alimentation où « le ratio ω-3/ω-6 varie entre 1/10 et 1/20 ». Ce serait une maladie inflammatoire. La gravité des symptômes de la dépression (tristesse, manque d’énergie, baisse de libido, tendances suicidaires) diminuerait grâce aux ω-3. Comme d’autres maladies chroniques liées au vieillissement de la population sont parallèlement en plein essor (maladies cardio-vasculaires, cancers, arthrite, maladie d’Alzheimer), il pense à une cause commune : la réaction d’inflammation causée par l’excès d’ω-6. Ce qui soigne l’une de ces maladies soignerait alors toutes les autres.

  • 24 A. Simopoulos, J. Robinson, op. cit., p. 116
  • 25 M. De Lorgeril (Département des Sciences de la vie du CNRS, faculté de médecine de l’université Jos (...)

40Le médecin Michel de Lorgeril24 soutient la thèse que les acides gras ω-3 peuvent bloquer l’inflammation en limitant la production d’interleukine-1 impliquée dans un grand nombre de pathologies inflammatoires reprises dans le tableau suivant dont les maladies auto-immunes. Il suggère de plus que certains comportements antisociaux (hostilité, agressivité, hyperactivité) seraient aussi liés à une déficience en ω-325.

C. Résumé des arguments scientifiques en faveur des oméga 3

  • 26 I. Brouwer (Wageningen Center for Food Science) Les oméga-3 : perspective santé, Symposium Oméga 3 (...)

41Les acides gras à longue chaîne oméga 3 se trouvent en différents endroits de l’organisme, incorporés dans les phospholipides des membranes cellulaires. La teneur des membranes en acides gras influence leur fonctionnement26. Ils sont notamment des constituants importants des tissus nerveux dont les neurones. Leur incorporation est plus intense en période de croissance et leur besoin plus élevé. Ils sont également transformés en composés indispensables au bon fonctionnement des êtres vivants.

  • 27 Antioxydants et alimentation, Bruxelles, Institut Danone, 2005, p. 21.

42La question fondamentale consiste à établir si l’être humain est à tout moment de la vie capable de faire physiologiquement lui-même face à ces besoins. Il n’y a pas de réponse scientifique univoque à cette question à cause des capacités de synthèse variables de ces acides gras et de la consommation alimentaire très hétérogène dans la population, liée de plus aux saisons. Le cas des acides gras ω-3 peut être utilement mis en parallèle avec celui des vitamines et oligoéléments. Actuellement, certains affirment que tout le monde a besoin d’une supplémentation en vitamines ou en oligo-éléments afin de se protéger des maladies liées au vieillissement. Dans l’état actuel de la science, aucun argument scientifique sérieux ne permet de valider cette hypothèse27.

  • 28 Allégation : terme technique signifiant assertion univoque prouvée et scientifiquement irréfutable.
  • 29 D. Brasseur, N. Delzenne, H. Henderickx, A. Huygehbaert, M. Kornitzer, op. cit.

43Tant l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (AFSSA) que le Parlement et la Commission des Communautés européennes tentent de réglementer les allégations de santé en relation avec l’enrichissement alimentaire par acides gras ω-328. A la demande du Service public fédéral Santé publique, un groupe d’experts belges s’est penché sur ces acides gras, tant du point de vue des recommandations que des allégations. Leur document final intitulé « Recommandations et Allégations concernant les acides gras Oméga 329, » dans sa version 2004 servira de référence.

1. Pour l’ensemble de la population – rapport ω -6/ω -3

  • 30 A. Simopoulos, J. Robinson, adapté par M. De Lorgeril, P. Salen, op.cit., p. 37, 38.

44Les ω-6 et les ω-3 sont tous deux indispensables. Comme il y a compétition des deux familles vis-à-vis du système enzymatique du métabolisme humain, si l’un est surabondant, il se transformera au détriment de l’autre. Or, l’alimentation actuelle apporte beaucoup plus d’ω-6, car les huiles végétales les plus consommées depuis 1960 en sont particulièrement pourvues (coton, maïs...). Les huiles alimentaires végétales riches en acides gras ω-6 n’étaient pas utilisées dans les sociétés traditionnelles parce qu’elles sont difficiles à extraire. Cela nécessite l’action combinée de la température, de la pression et des solvants organiques. On a accompagné leur commercialisation d’une campagne de publicité basée sur le thème « graisses insaturées contre graisses saturées » vantant la qualité des insaturées en tant que réductrices du taux de cholestérol, donc « bonnes pour le cœur ». Ces huiles ont finalement supplanté les graisses traditionnelles, beurre, saindoux. Cela a contrebalancé la phobie anti-graisses, préjudiciable elle aussi à la santé. Des études américaines qui auraient montré qu'une supplémentation en ω-6 augmentait les risques de cancer, d’obésité et d’autres maladies chroniques ont été tenues sous silence30.

2. Influence positive des oméga 3 généralement admise

45Dans de nombreux cas étudiés, l’effet favorable des oméga 3 est du domaine de l’espoir. Toutefois, leur influence positive est généralement admise dans deux cas, mais encore controversée.

a) Pour la femme enceinte, allaitante et l’enfant en bas âge31

  • 31 Recommandations et allégations concernant les acides gras oméga 3, op. cit., p. 7, 23.

46Les acides gras ω-3 sont indispensables au développement cérébral de l’enfant. Au cours du dernier trimestre de la grossesse, l’accrétion tissulaire et surtout cérébrale d’acides gras suit un rythme effréné. Ce sont les dérivés allongés des acides gras essentiels (linoléique/ α-linolénique) qui s’accumulent dans le cerveau sous forme d’acide arachidonique/DHA, respectivement. Cette accumulation se poursuit après la naissance à tel point que la concentration en DHA augmente d’un facteur 30 en 18 mois. L’accrétion post-natale se poursuit, selon la nature de l’alimentation fournie au nourrisson. On conseille donc un apport minimal en ω-3 au fœtus et au nourrisson via l’alimentation de la femme enceinte et allaitante ou dans les formules lactées infantiles.

  • 32 A. Simopoulos, J. Robinson, adapté par M. De Lorgeril, P. Salen, op. cit., p. 108.

47Immédiatement après une naissance, les femmes courent le risque de souffrir de sérieux désordres mentaux qui peuvent conduire au suicide : la dépression du post-partum32. Les changements hormonaux et le stress parental sont deux des causes possibles et une troisième pourrait être un déficit en acides gras ω-3. Si la future mère ne peut en recevoir suffisamment par son alimentation, le fœtus va littéralement piller ses réserves, y compris celles de son cerveau. Les études ne sont pas encore à 100 % concluantes, mais il est vivement conseillé à toute femme en âge de procréer d’avoir un apport alimentaire suffisant en ω-3. C’est un principe de précaution.

48Un certain nombre d’études laissent aussi à penser qu’il existe une relation entre la carence en acides gras ω-3 et un accouchement prématuré. Leur apport suffisant diminuerait aussi les risques d’éclampsie. On conseille donc vivement un apport minimal au fœtus et au nourrisson via l’alimentation respectivement de la femme enceinte et allaitante ou dans les formules lactées infantiles.

b) Dans la prévention secondaire des affections cardiovasculaires

49Il existe de très nombreuses études concernant le rôle des ω-3 dans les affections cardio-vasculaires et d’autres sont en cours, mais l’interprétation des résultats des études cliniques n’est pas simple.

  • 33 L. Hopper, R. L. Thompson, R. A. Harrison, C. D. Summerbel, A. R. Ness, H. J. Moore, H. V. Worthing (...)

50Une publication britannique récente33 concerne l’analyse critique de nombreuses études quant aux effets des ω-3. Sur 15 159 études, seules 89 ont été considérées comme suffisamment solides. Les résultats d’études portent généralement sur de petits nombres d’individus (moins de 100), pour une durée brève (quelques semaines). Les auteurs sont arrivés à la conclusion que « les ω-3 n’avaient pas d'effet tranché sur la mortalité totale, les différents types d’affections cardiovasculaires ou le cancer ».

  • 34 M.L. Burr, A.M. Fehily, J.F. Gilbert, S. Rogers, R.M. Holliday, P.M. Sweetnam, P.C. Elwood, N.M. De (...)
  • 35 I. Nagels, « Acides gras n3 : médicaments ou suppléments ? L’alpha et l’oméga des oméga 3 en préven (...)
  • 36 A. Simopoulos, J. Robinson, adapté par M. De Lorgeril, P. Salen, op. cit.
  • 37 M. De Lorgeril op. cit.

51Parmi les nombreuses études liées aux affections cardio-vasculaires, trois sont très souvent citées : Dart34, Gissi-Prevenzione35, Étude nutritionnelle et cardiologique de Lyon36 (Lyon Diet Heart Study). Elles arrivent toutes trois à la conclusion que, alors que les preuves d’un effet bénéfique sur la prévention des accidents vasculaires cérébraux d’origine ischémiques sont de l’ordre du « probable », elles sont convaincantes pour les patients ayant déjà présenté des manifestations cliniques de maladies cardio-vasculaires et devraient conduire à une prescription systématique et prioritaire de poisson riche en ω-3. Si les patients sont incapables de modifier leurs habitudes alimentaires (au moins 1 g d’ω-3 par jour), il est conseillé de leur prescrire des compléments nutritionnels de qualité37.

  • 38 www.chumtl.qc.ca/userfiles/Image/PUBLICATIONS/JOURNAL_CHUM/2006/Vol10no01.pdf.

52Une vaste étude canadienne concernant l’effet des ω-3 sur la dépression est actuellement en cours38.

V. Principales sources d’oméga 3

53Les acide gras oméga 3 sont présents dans la nature sous forme d’huiles (comme composants de triglycérides) et coexistent avec d’autres types de graisses. Les compositions des corps gras varient légèrement d’une année à l’autre et d’un producteur à l’autre, toutefois le rapport des valeurs est relativement constant. Les ω-3 et 6 se trouvent aussi bien dans le règne végétal que dans le règne animal.

  • 39 Recommandations et allégations concernant les acides gras oméga 3, op. cit.
  • 40 O. R. Fennema, Food Chemistry, 3e édition, New York, Owen R. Femmena éditeur, Marcel Dekker, Inc., (...)

54L’ALA est synthétisé dans les végétaux supérieurs, les algues et le phytoplancton. C’est l’acide gras le plus représenté dans la nature. L’huile de lin semble particulièrement intéressante (54,2 % ALA/100 % lipides), suivie de celle de noix (13,5 %), de colza (9,2 %), de soja (7,7 %)39. Les huiles végétales sont exemptes de EPA et DHA40. Leur seule source alimentaire importante est l’huile de chair de poisson.

  • 41 B. De Meulenaer (Unité de Sécurité et de qualité de l’alimentation, faculté d’ingéniérie biologique (...)
  • 42 L’extrusion est un procédé mécanique qui conserve la stabilité chimique des acides gras de la grain (...)

55En plus des poissons sauvages et huiles riches en ω-3, on propose des aliments courants transformés en « alicaments » par introduction d’ω-3 de manière directe (pain spécial, huiles, margarines) ou indirecte (œufs, viande, lait, fromage, poissons d’élevage). Lors de l’enrichissement direct, on ajoute au produit commercial de l’huile de poisson ou des huiles de lin, de colza ou de noix (huiles pour préparations froides) et parfois un mélange d’huiles de poissons et végétales (pain, margarine). L’enrichissement indirect41 se base surtout sur le lin particulièrement riche en ω-3 (ALA). Les animaux, poules, vaches, moutons, porcs, poissons reçoivent une alimentation riche en graines de lin extrudées42 ou en autres plantes riches en ω-3, car la biologie digestive des animaux préserve relativement bien les ω-3 qu’ils consomment (ALA). On y ajoute des vitamines E aux propriétés antioxydantes. Les poissons d’élevage reçoivent généralement une alimentation à base d’huiles et de farines de poisson riches en EPA et DHA remplacées parfois par des graisses et protéines végétales (soja). Il se dégage de différentes études que ce changement peut modifier considérablement la composition en acides gras du poisson. Les acides gras ω-6 augmentent aux dépens des ω-3 et ω-9.

  • 43 L. Lai, JX. Rang, R. Li, J. Wang, WT. Witt, HY. Yong, Y. Hao, DM. Wax, CN. Murphy, A. Rieke, M. Sam (...)

56Des chercheurs ont produit des porcs génétiquement modifiés dont la graisse est plus riche en ω-3 que la normale43.

57On dispose actuellement de compléments alimentaires dont la gamme s’étoffe d’année en année. Depuis une quinzaine d’années, il existe des préparations, généralement sous forme de capsules, renfermant des ω-3 et ω-6 d’origine animale ou végétale. Les termes ω-3 et ω-6 ne précisent pas si on est en présence d’acides gras, d’huiles ayant intégré ces acides (estérification) ou d’autres esters, par exemple des esters éthyliques d’acides gras. Elles sont vendues en pharmacie, dans les boutiques bio et par réseau Internet. Cela ressemble à des médicaments sans en avoir les contraintes de tests coûteux. Lorsqu’il s’agit d’huiles de poisson raffinées, leur origine ainsi que les rapports EPA/DHA diffèrent de marque à marque. Les doses recommandées par les producteurs vont de 1 à 2 grammes d’ω-3 par jour.

58Le seul produit enregistré comme médicament en Belgique est l’Omacor (84 % d’esters éthyliques d’acides gras n-3 poly-insaturés (n-3-PUFA) purifiés à haute concentration : 46 % d’EPA et 38 % de DHA). Il contient 840 mg d’EPA + DHA par capsule et est recommandé sur prescription médicale à des patients ayant déjà eu un infarctus. Le suivi de ces patients est indispensable, surtout en cas d’insuffisance hépatique. Il y a risque de saignements.

VI. Sécurité – toxicologie liée à l’apport d’ω-3

  • 44 Recommandations et allégations concernant les acides gras oméga 3, p. 44.
  • 45 N. Guggenbühl, Le poisson n’est pas sans danger, Le Soir, 6 août 2005.

59Des influences néfastes pour la santé pourraient résulter de la présence d’ω-3 dans les aliments44. Il peut s’agir de problèmes liés à la nature même des huiles insaturées, aux contaminants du poisson45, ou aux problèmes toxicologiques ou techniques liés à la fabrication de capsules d’acides gras polyinsaturés.

  • 46 O. R. Fennema, op. cit., p. 274.
  • 47 Id. p. 257.
  • 48 Cette propriété des huiles polyinsaturées de se polymériser facilement à l’air est mise à profit de (...)
  • 49 I.-A. Blair, « Lipid hydroperodixe-mediated DNA damage », Experimental Gerontology, 2001, vol. 36, (...)

60L’un des problèmes importants qui concerne les graisses insaturées est leur instabilité en présence d’oxygène. Alors que les acides gras saturés s’oxydent très lentement, les acides gras insaturés réagissent vite avec l’oxygène de l’air. La vitesse d’oxydation s’accroît avec la température et avec la surface exposée à l’air. Les produits formés, toxiques, sont décelables à leur odeur : les graisses deviennent rances46. Cette odeur rance est une sécurité : rance=toxique= immangeable. Le mécanisme d’action de l’oxygène est complexe (réaction radicalaire) et les produits formés nombreux47. Les radicaux enclenchent des réactions de polymérisation48. Ils se transforment aussi en aldéhydes (R-CHO) dont certains sont mutagènes (réagissent avec l’ADN)49.

61Chez certains individus, la supplémentation en ω-3 provoque des saignements excessifs, un phénomène observé chez les Inuits.

  • 50 N. Guggenbühl, op. cit.
  • 51 C. Bliefert, R. Perraud, Chimie de l’environnement. Air, eau, sols, déchets, Paris, Bruxelles, De B (...)

62Par précaution, on conseille de manger du poisson, surtout gras, au moins deux fois par semaine pour recevoir suffisamment de DHA et EPA. Toutefois les vertébrés aquatiques sont porteurs de contaminants 50, parmi lesquels certains, comme le chlorure de méthylmercure51 (connu sous les simplifications « mercure ou méthylmercure »), peuvent altérer le bon développement du système nerveux. Les poissons gras comme le saumon et le hareng peuvent accumuler beaucoup de dioxines et PCB, qui se logent préférentiellement dans la graisse. L’Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) estime que les gros consommateurs de poisson (plus de deux fois par semaine) pourraient dépasser la dose provisoire hebdomadaire tolérable pour le chlorure de méthylmercure, les dioxines et PCB. L’EFSA préconise d’éviter le thon rouge et le thon albacore en raison des taux élevés de méthylmercure qu’ils recèlent. Certains poissons prédateurs au sommet de la chaîne alimentaire sont aussi fortement déconseillés. Il s’agit de l’espadon, du requin, du merlin et du brochet qui accumulent le plus de polluants. Le poisson provenant de la pêche sportive n’est pas conseillé non plus.

  • 52 RJ. Hamilton and R.D. Rice (eds), op. cit., p. 83.
  • 53 B. De Meulenaer, op. cit.

63L’engouement pour la nature porte certains à préférer le poisson sauvage au poisson d’élevage. L’un des prétextes est l’idée que les poissons vivant en mer froide et mangeant du plancton sont plus riches en ω-3 que les poissons d’élevage qui sont d’ailleurs discrédités d’office comme non naturels. En fait, tout dépend de l’alimentation du poisson d’élevage qui lui, est relativement épargné des polluants du poisson sauvage52. En conclusion, il faut prendre en considération l’effet global de consommation de poisson sur la santé dans la population générale. L’EFSA ne remet pas en cause les recommandations préconisant deux portions de poisson par semaine, mais avec des restrictions. Les conseils nutritionnels suggèrent que les enfants en bas âge et les femmes enceintes limitent leur consommation à une fois par semaine. Le mode de cuisson est important lui aussi. Si on cuisine à l’huile (jamais ω-3 !), il y a échange d’huiles avec appauvrissement des poissons gras en ω-3 et un temps trop long dénature les graisses53.

  • 54 R. Jonsdottir, M. Bragadottir, G. Ö. Arnason, « Oxidatively Derived Volatile Compounds in Microenca (...)

64Alors que par le passé, les fabricants d’huile alimentaire traquaient les huiles polyinsaturées, sources de rancissement, on en commercialise de plus en plus. Ces huiles sont quelque peu préservées de l’oxydation par l’adjonction d’antioxydants. Toutefois, leur temps de conservation est limité et il est indispensable de les tenir au froid, à l’abri de la lumière et en flacon fermé54. Il faut être extrêmement prudent avec ces huiles vendues par des marchés parallèles (lin...). Les huiles riches en ω-3 sont interdites comme huiles de cuisson.

65Que les aliments soient enrichis de manière directe par ajout d’huiles polyinsaturées (pain, margarine...) ou de manière indirecte par l’alimentation du bétail, le problème majeur est l’oxydation. Les animaux sont nourris partiellement avec des graines de lin extrudées. L’extrusion est un traitement physique au cours duquel les graines oléagineuses sont traitées par un procédé à base de chaleur, de vapeur et de forces de cisaillement élevées. Ce procédé modifie de manière importante la structure de la graine pour rendre les graisses plus accessibles. En principe l’huile reste intacte, mais ne garde ses propriétés que si on l’utilise très rapidement.

  • 55 Les suppléments alimentaires sont soumis à une procédure de notification et les médicaments à une p (...)

66On trouve en Belgique des compléments alimentaires riches en ω-3. Ce sont des huiles conditionnées le plus souvent en capsules et vendues en parapharmacie. N'étant pas des médicaments, les compléments alimentaires55 subissent moins de contrôle, moins fréquemment et sont soumis à moins de contraintes que ceux-ci. Dans les capsules, le principe actif, sa pureté, sa concentration ne sont pas toujours connus avec précision. Il en va de même pour l’excipient, les antioxydants et la nature de l’enrobage. Certaines capsules sont à base d’huiles végétales. La plupart sont à base d’huile de poisson, souvent de chair (sardine, hareng, maquereau, anchois...) et non pas de foie (morue). Comme beaucoup de polluants sont liposolubles, ils se retrouvent dans l’huile. Il faut donc les éliminer. Certaines techniques (chromatographie auCO2 supercritique) permettent d’en éliminer la plupart. Des producteurs désireux de les éliminer complètement transforment les huiles en d’autres esters par transestérification avec de l’éthanol. Les composés obtenus sont ensuite distillés et mis en capsules en présence d’antioxydants : on ne reforme pas spécialement les huiles. La préparation des ingrédients pour capsules est donc une opération délicate et il n’y a pas moyen de savoir si elle est bien menée. De plus, un ester d’acide gras a peut-être un métabolisme différent de celui des huiles. Les enrobages, généralement à base de gélatine (de mammifères, parfois de poisson), sont légèrement poreux et laissent passer l’oxygène. Il y a donc risque d’oxydation de leur contenu, ce qui peut passer inaperçu, car on avale la capsule sans spécialement être conscient du taux de rancissement. Le risque d’intoxication est plus élevé qu’avec une huile en bouteille qu’on jette quand elle est rance.

67Que ce soit dans les huiles « vierges », les aliments enrichis ou dans les capsules, les ω-3 et ω-6 sont toujours accompagnés d’autres graisses, huiles ou dérivés gras ingérés en même temps.

VII. Niche économique

68Pour ceux qui peuvent se le permettre, la santé n’a pas de prix. Les informations nombreuses sur les oméga 3 et surtout le livre Guérir de David Servan-Schreiber en ont fait provisoirement un produit commercial phare. Aussi, la mode actuelle est-elle à la prise de suppléments alimentaires « naturels » avec l’idée fausse : « Si c’est naturel, c’est sans danger et si c’est sans danger, pourquoi pas ? »

69Pas moins de 111 produits, présentés surtout en capsules, se disputent le marché belge et l’IMS Healh Belgique estime qu’en 2005, les ventes ont dépassé les 8,6 millions d'euros. Si on se place du côté des économistes, c’est un succès magnifique ! Parmi les grands gagnants de l’aventure, on trouve David Servan-Schreiber et sa société Isodis Natura qui commercialise les oméga 3 sous plusieurs dénominations et pour un public allant des enfants aux vieillards.

  • 56 http://www.guerir.fr/omega3.html.

70Sur son site56, David Servan-Schreiber conseille de prendre, « pour les applications liées au stress, à l’anxiété et à la dépression », une dose journalière d’EPA de 1 à 2g (avec ou sans DHA), ce qui est nettement plus simple avec des compléments alimentaires. Ce traitement devrait durer jusqu’à la fin des symptômes, mais il semblerait que l’arrêt du traitement les fasse réapparaître. Il conviendrait donc de les prendre à vie.

VIII. Problèmes connexes

  • 57 http://ecolesdifferentes.free.fr/pmega.htm « La commercialisation de compléments alimentaires pour (...)
  • 58 Fiche de transparence. Prise en charge de l’ADHA (Attention deficit hyperactivity disorder), supplé (...)

71Le conditionnement culturel est tel actuellement qu’une réponse à n’importe quel problème de mal-être se trouve dans un comprimé : on l’apprend dès la petite enfance. Cela indigne des pédiatres et chercheurs57, spécialement quand on préconise l’ingestion de gélules pour garder son enfant tranquille et concentré, pour l’aider à l’apprentissage ou comme remède contre la dyslexie58. Cela peut mener à des dérives comme le glissement vers des drogues de toutes natures.

72L’industrie avec son volet marketing, jette la suspicion sur les produits bon marché (composition, traçabilité, origine) et met aussi l’accent sur le souci croissant de soi, à travers une obsession de l’hygiène alimentaire. La campagne pour les ω-3 en est un exemple. Cela entraîne certaines personnes, affolées par l’effondrement des pratiques alimentaires traditionnelles, à chercher un abri dans l’orthorexie ou addiction à la nourriture saine, un trouble lié à l’alimentation comme l’anorexie ou la boulimie. C’est une fixation pathologique sur la recherche de la nourriture appropriée. Le plaisir de manger est culpabilisé. La majeure partie de l’emploi du temps d’un orthorexique est consacrée à l’organisation, la recherche, la sélection et la consommation de la nourriture idéale. Un tel carcan conduit inévitablement à une restriction considérable de la sociabilité, car toute invitation pose problème.

  • 59 Courrier international, no 806 38 du 13 au 19 avril 2006.
  • 60 R. Kurzweil, T. Grossmann, Serons-nous immortels ? Oméga 3, nanotechnologie, clonage, Paris, Dunod, (...)

73« Le vieillissement ne serait pas un fait immuable de l’existence, mais un problème mécanique qu’il est possible de résoudre », pensent les membres d’un mouvement immortaliste59. La stratégie consiste à utiliser tout ce qui est aujourd’hui disponible pour prolonger l’existence tout en continuant à développer la biotechnologie, c’est-à-dire à « bâtir un pont pour atteindre un autre pont ». Kurzweil et Grossmann60 ont établi quels étaient les premiers ponts vers la vie éternelle. Le pont numéro un consiste à utiliser les traitements actuels pour garder la forme. Kurtzweil prend 250 suppléments nutritionnels par jour. Les ponts deux (mise en œuvre de techniques médicales en cours de développement) et trois (nanorobots métaboliques) s’appuient sur la certitude que la biotechnologie se développe exponentiellement et qu’elle donnera la solution permettant de réparer toutes les défaillances corporelles.

IX. Publicités : les ω-3 et ω-6, phénomène de mode ?

74Depuis le printemps 2005, quiconque franchit la porte d’un magasin ou feuillette un magazine est interpellé par un logo Oméga 3 qui peut se décliner sous différentes formes. L’évolution du mode de vie occidental et la recherche de davantage de bien-être, quel qu’en soit le coût, mène à l’introduction de nouveaux « musts ». Actuellement, on assiste, dans nos contrées, à une floraison étonnante de produits enrichis en ω-3 et de compléments alimentaire mis en valeur par la publicité qui attire aussi l’attention sur des produits courants dont on ignorait la valeur en tant que sources d’ω-3.

75Voici quelques exemples de publicités.

  • 61 Agence wallonne pour la promotion d’une agriculture de qualité.
  • 62 Télémoustique Hebdo,/50/4168/, 14 décembre 2005.
  • 63 Le Soir Magazine, « La folie des Oméga 3 », 25 mai 2005.

76Le nom déposé des vaches wallonnes ω-3 est « Bleue des prés ». Pourquoi « bleue » ? Une publicité de l’APAQ-W61 le précise : « [...] dans les filières wallonnes ω-3, on donne aux bovins en stabulation des fourrages à base de graines de lin extrudées. La petite fleur bleue donne, en effet, une graine particulièrement riche en ω-3 : le profil lipidique de la viande, du lait, mais aussi du fromage, du beurre et de la crème est amélioré de manière significative62. » La viande est exportée sous le label « Excellence Oméga 363 ».

77En avril 2005, Delhaize intitule un feuillet publicitaire « Les oméga 3 à portée de la main ». On nous y précise qu’« ils sont aussi importants que les vitamines, qu’ils participent à l’équilibre et au bien-être, à tous les stades de la vie. ». On nous propose ensuite toute une série de produits naturellement riches ou enrichis en ω-3 : huiles, dont un mélange de quatre huiles vierges (colza, olive, lin, germes de blé pour préparations froides), matières grasses (ω-3, 38 %-matière grasse à tartiner), fruits secs, lait, fromages, œufs Ovyta et Columbus, poissons gras et demi-gras frais ou en conserve, crustacés, volaille : Coq de Pêche (nourris notamment avec des graines de lin), poulets (élevés en semi-liberté, nourris d’une alimentation 100 % végétale avec plus de 70 % de céréales). En conclusion du feuillet : « Il n’y a pas un seul ω-3, mais deux groupes : d’un côté, le règne végétal, de l’autre, le règne animal. C’est en associant des ω-3 de ces deux origines que vous répondez de manière optimale à vos besoins en ω-3. Et c’est aussi l’occasion de varier les plaisirs. »

78Sous une bulle rouge « Ma santé, mon souci », le logo devient, en boulangerie, O’mega®. Il s’agit d’« un pain savoureux enrichi en ω-3. Une façon délicieuse et simple pour ingérer l’apport journalier recommandé des acides gras ω-3. Ces acides gras non saturés contribuent à une alimentation saine. »

  • 64 Femmes d’aujourd’hui, 25 novembre 2004, no 48/3689/.

79Les fabricants de margarine ne restent pas à la traîne. Conseil santé de Vitelma suggère : « Devenez Esquimau » et montre une photo de citadine occidentale souriante, encapuchonnée d’une fourrure semblable à celle des vêtements d’Esquimaux. « Retrouvez dans Vitelma Progress les bonnes graisses que les Esquimaux trouvent dans le poisson. Vitelma Progress est le seul produit à tartiner qui contient les 3 acides gras oméga 3. C’est le premier pas vers la maîtrise de votre cholestérol. Et vers une vie plus saine64. »

  • 65 Bioinfo, « Magazine belge du mieux-vivre », Dina Turelle, « Les huiles végétales font de la résista (...)

80Les boutiques « bio » sont particulièrement concernées par le bienêtre nature. Bioinfo65, le « Magazine belge du mieux-vivre » propose de nombreux compléments alimentaires parmi lesquels des extraits de rose musquée, présentée de la façon suivante « Au centre-sud du Chili, dans la région incontaminée du Bio-Bio, pousse un arbuste dont les fruits présentent des propriétés exceptionnelles. Il s’agit de la rose musquée (rosa affinis rubiginosa). L’huile extraite de ses graines est caractérisée par son contenu élevé en acides gras essentiels, cis-linoléique 44 % et alpha-linolénique 36 %. »

81Les compléments alimentaires tant végétaux qu’animaux proposés à l’achat sont toujours accompagnés de leur indication (pour la mémoire, la concentration, la peau, le cœur, les vaisseaux, les problèmes féminins, les articulations, l’équilibre hormonal, cérébral ou du cholestérol, la résistance au stress, la fluidité circulatoire ou bien pour apaiser les enfants turbulents, améliorer les capacités de lecture, d’écriture ou encore pour aider à penser positivement ou comme fortifiant et revitalisant...). On peut y relever la chimère de l’Atlantique, comme source d’huile de poisson.

82En pharmacie, on trouve, à côté de médicaments comme l’Omacor, toute une gamme de compléments parapharmaceutiques. L’un d’entre eux, Eskimo-3, propose des capsules ou sirops à base d’huile de poisson avec, comme indications : concentration, bonne disposition d’esprit, soutien de la mémoire et du processus d’apprentissage. La même firme propose « Eskimo kids », un complément sous forme de sirop goût tutti frutti.

83L’industrie cosmétique fait aussi grand cas des acides gras.

84Daniel Jouvance a créé « Omégacéane », « un lait-crème nutri-apaisant». Voici l’argument commercial : « Ce nouveau soin du corps associe des actifs marins ultra-performants, le complexe Nanoplancton® qui associe en totale synergie une micro-algue riche en oméga 3 à une macro-algue exceptionnellement riche en oméga 3 et 6. Tandis que les ω-3 participent à renforcer la barrière cutanée face aux agressions extérieures, les ω-6 quant à eux agissent pour nourrir, assouplir et apaiser la peau. Ce complexe permet ainsi de reconstituer le film lipidique de surface et hydrate immédiatement l’épiderme grâce à sa richesse en acides gras essentiels ; l’huile de coton : cette huile vient renforcer la formule en ω-6 connus pour leurs bienfaits sensoriels sur les peaux les plus inconfortables et rugueuses... ».

85Chiens et chats peuvent maintenant aussi bénéficier des « oméga 3 tellement bons pour leur cœur ».

X. Perspectives

A. Un nouveau principe salvateur ?

  • 66 Le Soir Magazine, op. cit.
  • 67 Télémoustique Hebdo, « Les Oméga 3 superstars. Les graisses oméga 3 ont le vent en poupe. Un succès (...)
  • 68 N. Guggenbühl, « Les Oméga 3 font la révolution des lipides », Le Soir, 22 novembre 2005.

86Le phénomène oméga 3 interpelle. On parle de « Folie des oméga 366, » de « Magie des oméga 3 », des « Oméga 3 superstars67 ». On précise aussi que « Les oméga 3 font la révolution des lipides68. » Pour beaucoup, le terme oméga 3 est auréolé de mystère et qui dit mystère dit sacré. Dans le sacré, il y a le transcendant, les grands initiés qui transmettent aux fidèles « la foi et les pratiques » et les zélateurs qui les propagent.

87La plus grande réserve d’ω-3 se trouve dans les océans, les mers, cachée dans le phytoplancton. C’est justement de là que provient toute vie, d’après la théorie évolutionniste. La mer serait donc Mère qui nourrit ses « petits ». Une autre réserve gît dans les plantes sauvages portées par une terre vierge (de toute pollution). Le transcendant est la Nature vierge tout entière. Le principe actif qu’elle offre à l’humanité est de l’huile, onction sainte.

  • 69 Il a une rubrique dans le magazine français Psychologies, propriété d’un oncle.
  • 70 Le Soir Magazine, op. cit.
  • 71 A. Artiniam, Challenges, juillet 2004, no 230.
  • 72 http://www.nouvellescles.com/Entretien/ServanS.htm « Si une médecine marche qu’importe de savoir po (...)
  • 73 Le leader du marché belge est MorEPA, produit par la société de l’anversois Jo Wyckmans, Minami Nut (...)
  • 74 Le Soir Magazine, op. cit.

88Alors que les ω-3 étaient connus depuis plus de vingt ans, David Servan-Schreiber sort le Livre : Guérir, un « best-seller » (livre sacré à notre époque mercantile) et crée une firme, Isodis Natura, fabriquant et commercialisant les « pilules de bien-être » OM3 (des huiles de poisson encapsulées). Il diffuse la bonne nouvelle par tous les canaux : presse69, radio, télévision, conférence, sites Internet en français et en anglais. Ses sites Internet et son livre montrent son image souriante, à la façon d’une icône moderne. Certains l’appellent le pape des oméga 370 ou encore le gourou du bien-être71. C’est un véritable leader charismatique72. Quand on lui reproche d’avoir fondé Isodis Natura quatre mois après la sortie de son livre et de faire du business avec les méthodes qu’il préconise, il se défend en précisant que « si cette société n’avait pas été créée, personne n’aurait entendu parler des ω-3... A l’époque, beaucoup de patients qui avaient lu mon livre, me demandaient où trouver ces compléments nutritionnels73. Je ne savais pas les conseiller. Pour lutter contre la dépression, il n’y a pas assez d’ω-3 dans les produits naturels comme l’huile de poisson, à moins d’en prendre des quantités énormes. C’est pourquoi on a créé Isodis Natura... Si je n’avais pas aidé cette société à démarrer, personne ne l’aurait fait... Je suis extrêmement fier d’avoir créé cette société et d’avoir contribué à faire connaître les oméga 3. J’espère qu’on ne les oubliera plus74. »

  • 75 http://iis13.domicile.fr/essentialco/archives%20forum-guerir/Om3-1ers%20effets%20positifs.html « Pr (...)
  • 76 http://iis13.domicile.fr/essentiaco/Omega-3%20Etudes.htm « Revue de presse du forum Guérir (Guérir. (...)

89Les fidèles zélateurs75 se réunissent sur le site « Guérir » supervisé par David Servan-Schreiber (DSS), un véritable temple Internet. Ils se soutiennent et s’encouragent, comme des membres d’une véritable famille76. Voici quelques extraits du courrier :

  • « Bonjour, j’ai vu DSS hier soir à la télé et je voudrais apporter mon témoignage personnel. J’ai pris des antidépresseurs pendant 6 mois et, quand j’ai arrêté, j’ai rechuté rapidement. A cause des effets secondaires, j’ai cherché autre chose sans résultat. Ce n’est qu’en voyant ce forum et en lisant le livre Guérir que j’ai décidé d’essayer les huiles de poisson. En une semaine, ça a marché et depuis, pas d’effets secondaires ni de rechute. Je prends toujours les capsules d’huile. Alors, merci beaucoup monsieur David Servan-Schreiber, grâce à vous (rien que vous), je mène une vie normale aujourd’hui. Et ça n’est pas du placebo ! »

  • « Je voulais apporter à nouveau mes encouragements pour ceux qui n’en sont qu’au début [...]. Je pense bien à vous tous et nous souhaite d’aller mieux bien vite. Je vous envoie mes pensées les plus positives et de gros bisous affectueux. »

  • « C’est vrai que les ω-3 coûtent cher, mais à mon avis, être en bonne santé, ça n’a pas de prix. Bon courage à vous. »

90Ce ne sont pas les oméga 3 qui font des miracles, mais, semble-t-il les nouveaux liens sociaux qui se créent.

  • 77 http://www.agrobiosciences.org/imprime.php3?id_article=1260 « L'orthorexie, une névrose culturelle  (...)

91On pourrait considérer comme parfaits les orthorexiques77 et immortalistes qui ne mangent qu’« équilibré » et dont certains consomment quotidiennement plusieurs dizaines de capsules d’huile.

92Si ce n’est pas une voie de salut, le syndrome ω-3 y ressemble fort. Tous les ingrédients y sont, y compris les diktats alimentaires comme en ont certaines religions.

B. Précédents

  • 78 O. Schmiz, « Des fleurs pour soigner les affects. L’usage des remèdes du Dr Bach par les guérisseur (...)

93Par le passé, on s’est beaucoup tourné vers les plantes pour soigner non seulement les maladies, mais aussi le mal-être. Des extraits de plantes aux vertus, soit biologiques soit psychiques, par exemple les fleurs de Bach78 ont eu et continuent d’avoir des adeptes.

94Un supplément alimentaire bien connu, la vitamine C, a eu de farouches défenseurs et propagateurs. Elle était, pour eux, la panacée. Linus Pauling (1901-1994), prix Nobel de chimie (1954) et de la paix (1962) soutint qu’une prise quotidienne d’une forte dose de vitamine C permettait de conserver une bonne santé, de prévenir ou du moins de diminuer les effets de maladies comme le rhume et de freiner le processus de vieillissement générateur de cancers notamment.

C. L’enfer du risque imaginaire

  • 79 P. Denoux, Id.

95Prendre des risques en mangeant est devenu, depuis peu, un comportement fautif insensé, dans nos pays riches. Certains tentent de les réduire en essayant de pallier toutes les carences et effets toxiques supposés ou réels et en ne consommant que des aliments « sains » et en contrôlant tout. On s’en assure en exigeant du producteur d’aliments carnés une traçabilité parfaite de la bête ; en ne consommant que des végétaux cultivés de façon saine (bio) ou à la limite, uniquement ceux de son propre potager ; en épluchant toutes les notices des aliments de façon à sélectionner les plus « sains » ; en s’autoprescrivant des suppléments alimentaires tels que les ω-3 parfois en excès, quitte à perturber un équilibre acquis ; en faisant une confiance aveugle à tout ce qui est supposé naturel, avec l’idée préconçue que la nature est inoffensive (tisanes, essences de plantes...) ; en suivant aveuglément des recommandations alimentaires, même fantaisistes sans se rendre compte de leur danger, pour peu qu’elles soient supportées par des savants ou pseudo savants. Cela amène certains qui recherchent une illusion de sécurité à ériger le menu quotidien en loi. Dans certains cas, en voulant réduire les risques, on en prend d’autres. « La réduction du risque par le contrôle peut accroître la peur du risque79 » (P. Denoux) et engendrer un effet pervers de surestimation du danger imaginé.

Conclusion

  • 80 P. Denoux, Id.

96Les campagnes de mise en garde contre certains aliments (vache folle, poulet à la dioxine, grippe aviaire, boissons contaminées...) et le battage médiatique qui les accompagne peuvent avoir un impact psychologique tel que l’on considère comme probable un risque qui n’est que plausible. Pour peu que des personnages charismatiques calment l’angoisse en proposant comme miraculeux des produits « naturels » à l’air anodin, les malaises psychologiques et leurs expressions sociales s’atténuent. « C’est autour du principe de précaution que s’entrechoquent les systèmes de valeurs, du seul fait que le raisonnement du consommateur est essentiellement binaire (risque ou pas risque) et non-probabiliste80. »

  • 81 www.unicef.org « La malaria tue un enfant toutes les 30 secondes » (25 avril 2007).

97Partant du fait que les ω-3 ALA, DHA et EPA sont essentiels, on en est arrivé à une pléthore de publicités les concernant. Alors que les preuves scientifiques quant à leur effet bénéfique sont fragiles, voire inexistantes, un risque est de suivre aveuglément les diktats d’une nouvelle mode, d’en devenir esclave et de perdre une partie de sa liberté. En essayant coûte que coûte de se prémunir contre les dangers de l’âge, on en arrive à perdre de vue l’essentiel : le bien de l’humanité. Pourquoi dépenser tant d’argent dans des recherches valables pour un petit nombre de nantis et ne pas l’utiliser dans des recherches autrement utiles sur la malaria, par exemple, un des fléaux du tiers-monde81 ?

98Une dérive du marketing prend pour cible les parents dans ce qu’ils ont de plus cher, leurs enfants. Si, dès leur plus jeune âge, ils reçoivent des remèdes sous forme de capsules parce qu’ils sont excités, anxieux ou ont des problèmes d’apprentissage, qui peut les critiquer lorsque, adolescents, ils recherchent le bien-être là où ils croient le trouver : dans les drogues douces ou dures, légales ou illégales ?

  • 82 www.probiox.com « Stress oxydant », J. Pincemail.

99Lorsque l’on prend des compléments ou suppléments alimentaires, mis à part le danger d’entrer dans une spirale de dépenses incontrôlées, un autre risque réside dans la perturbation éventuelle d’un équilibre délicat. Les êtres vivants sont des systèmes d’une extrême complexité, en perpétuel équilibre et stables la plupart du temps (homéostasie). On peut perturber cet équilibre par des apports en suppléments ni indispensables, ni contrôlés et cela peut être dangereux. La synergie des divers acteurs de l’homéostasie physiologique a été mise en évidence dans le domaine des antioxydants et des oligo-éléments82. Il est vraisemblable que les acides gras polyinsaturés participent à cet équilibre.

100Quand on consomme un produit, deux cas de figure peuvent se présenter. Ils sont illustrés par le schéma suivant :

101Soit il est toxique, nuisible même aux faibles doses et une consommation trop forte mine la santé (courbe 1), soit il est bénéfique jusqu’à un certain point, mais son excès le rend toxique (courbe 2).

102Les ω-3 semblent obéir à la courbe 2 : il en faut suffisamment sous peine de carence, mais un excès est nuisible. La position du maximum n’est pas connue avec précision. De plus, elle diffère d’un individu à l’autre. La balance ω-3, ω-6, ω-9 est probablement aussi importante.

103Enfin, les ω-3 assimilés par l’intermédiaire de poissons sont accompagnés des polluants toxiques de ces derniers. Quand il s’agit d’huiles encapsulées ou non, leur oxydation (rapide surtout à chaud), les rend également toxiques.

  • 83 V. Maindiaux, (Institut Paul Lambin), Comment mettre en application les recommandations nutritionne (...)

104Finalement, dans le domaine de l’alimentation, le principe de précaution incite à profiter d’une alimentation de masse83 bon marché et à varier ses sources alimentaires.

Notes

1 Service public fédéral Économie, PME, Classes moyennes et Énergie : chiffres-clés 2005. (Espérance de vie hommes : 1880 : 43 ans ; 2003 : 75 ans et femmes 1880 : 47 ans ; 2003 : 83 ans).

2 R. Carson, Silent Spring, Boston, Mariner Books, Houghton Mifflin Company 40th Anniversary Ed., 2004.

3 J. McMurry, Organic Chemistry, 3e édition, Pacific Grove, Calif. USA, Brooks/Cole Publishing Company, 1992.

4 M. D. Guillen, A. Ruiz, « Oxidation process of oils with high content of linoleic acyl groups and formation of toxic hydroperoxy- and hydroxyalkenals. A study by 1H nuclear magnetic resonance », Journal of the Science of Food and Agriculture, 2005, no 85, p. 2413-2420.

5 D. Voet, J. G. Voet, Biochemistry, 3e édition, USA, Wiley International Edition, 2004.

6 D. Brasseur, N. Delzenne, H. Henderickx, A. Huygehbaert, M. Kornitzer, Recommandations et allégations concernant les acides gras Oméga 3 (version 2004), Bruxelles, Service public fédéral de la Santé Publique, de la Sécurité de la Chaîne Alimentaire et de l’Environnement, 2005.

7 « all Z » signifie ici que toutes les liaisons doubles sont cis.

8 Service public fédéral Économie, PME, Classes moyennes et Énergie : chiffres-clés, (graphique transformé), Bruxelles, 2005.

9 A. Simopoulos, J. Robinson, adapté par M. De Lorgeril, P. Salen, Le régime oméga 3, le programme alimentaire pour sauver notre santé, Grenoble, EDP Sciences, collection « Grenoble Sciences », 2004.

10 R. J. Hamilton and R. D. Rice (Eds), Fish Oil Technology, Nutrition and Marketing, Proceedings of a conference organised by the SCI Oils & Fats Group in Hulk, UK, 18-19 May 1995, p. 71.

11 A. L. Lehninger, Biochemistry, New York, Worth Publishers, Inc., 1972, p. 521.

12 Id., p. 189.

13 L'Actualité chimique, novembre 2000.

14 D. Servan-Schreiber, Guérir le stress, l’anxiété et la dépression sans médicaments ni psychanalyse, Paris, Robert Laffont, Pocket Evolution, 2003.

15 D. Servan-Schreiber, The Instinct to Heal : Curing Stress, Anxiety, and Depression without Drugs and without Talk Therapy, New York, Rodale Press, 2004.

16 http://www.guerir.fr/

17 A. Simopoulos, J. Robinson, op. cit.

18 J.-M. Bourre, La vérité sur les oméga 3, Paris, Odile Jacob, 2004.

19 D. Patton, A. F. Fuchs, B. Hille, A. M. Scher, R. Steiner, Textbook of physiology, W.B. Saunders company, 1989, vol. 2.

20 D. Voet, J. G. Voet, op. cit., p. 937.

21 http://www.neuromédia.ca/fr/nos_articles/tests11.asp « Échelle de dépression de Hamilton ».

22 Depuis 1992, une notification avant commercialisation est obligatoire auprès de la division Denrées alimentaires du Service public fédéral Santé publique (Belgique).

23 D. Servan-Schreiber, op. cit., p. 175.

24 A. Simopoulos, J. Robinson, op. cit., p. 116

25 M. De Lorgeril (Département des Sciences de la vie du CNRS, faculté de médecine de l’université Joseph Fourier, Grenoble) Oméga 3 et maladies cardiovasculaires : aspects cliniques et épidémiologiques et concept de déficit en oméga 3. Institut Danone pour la nutrition et la santé, Symposium Oméga 3, Nutrition et santé, Bruxelles, 22 octobre 2005.

26 I. Brouwer (Wageningen Center for Food Science) Les oméga-3 : perspective santé, Symposium Oméga 3 Institut Danone, Nutrition et santé, Bruxelles, 22 octobre 2005.

27 Antioxydants et alimentation, Bruxelles, Institut Danone, 2005, p. 21.

28 Allégation : terme technique signifiant assertion univoque prouvée et scientifiquement irréfutable.

29 D. Brasseur, N. Delzenne, H. Henderickx, A. Huygehbaert, M. Kornitzer, op. cit.

30 A. Simopoulos, J. Robinson, adapté par M. De Lorgeril, P. Salen, op.cit., p. 37, 38.

31 Recommandations et allégations concernant les acides gras oméga 3, op. cit., p. 7, 23.

32 A. Simopoulos, J. Robinson, adapté par M. De Lorgeril, P. Salen, op. cit., p. 108.

33 L. Hopper, R. L. Thompson, R. A. Harrison, C. D. Summerbel, A. R. Ness, H. J. Moore, H. V. Worthington, P. N. Durrington, J. Pt. Higgins, N. E. Capps, R. A. Riemersma, S. BJ. Ebrahim, G. D. Smith, « Risks and benefits of omega 3 fats for mortality, cardiovascular disease, and cancer : systematic review », BMJ, 2006, no 332, p. 752-760.

34 M.L. Burr, A.M. Fehily, J.F. Gilbert, S. Rogers, R.M. Holliday, P.M. Sweetnam, P.C. Elwood, N.M. Deadman, Effects of Changes in Fat, Fish, and Fibre Intakes on Death and Myocardial Reinfarction : Diet and Reinfarction Trial (DART), Lancet, 1989, no 2, p. 757-761.

35 I. Nagels, « Acides gras n3 : médicaments ou suppléments ? L’alpha et l’oméga des oméga 3 en prévention cardiovasculaire », Med Medica, novembre 2004, no 43.

36 A. Simopoulos, J. Robinson, adapté par M. De Lorgeril, P. Salen, op. cit.

37 M. De Lorgeril op. cit.

38 www.chumtl.qc.ca/userfiles/Image/PUBLICATIONS/JOURNAL_CHUM/2006/Vol10no01.pdf.

39 Recommandations et allégations concernant les acides gras oméga 3, op. cit.

40 O. R. Fennema, Food Chemistry, 3e édition, New York, Owen R. Femmena éditeur, Marcel Dekker, Inc., 1996, p. 959.

41 B. De Meulenaer (Unité de Sécurité et de qualité de l’alimentation, faculté d’ingéniérie biologique, Universiteit Gent), Enrichissement des denrées alimentaires en oméga 3 : possibilités et limites. Symposium oméga 3, Institut Danone, Bruxelles, 22 octobre 2005.

42 L’extrusion est un procédé mécanique qui conserve la stabilité chimique des acides gras de la graine de lin.

43 L. Lai, JX. Rang, R. Li, J. Wang, WT. Witt, HY. Yong, Y. Hao, DM. Wax, CN. Murphy, A. Rieke, M. Samuel, ML. Linville, SW. Korte, RW. Evans, TE. Starzl, RS. Prather, Y. Dai, Generation of cloned transgenic pigs rich in omega-3 fatty acids, Nature Biotechnology, 2006, no 24, p. 435-436.

44 Recommandations et allégations concernant les acides gras oméga 3, p. 44.

45 N. Guggenbühl, Le poisson n’est pas sans danger, Le Soir, 6 août 2005.

46 O. R. Fennema, op. cit., p. 274.

47 Id. p. 257.

48 Cette propriété des huiles polyinsaturées de se polymériser facilement à l’air est mise à profit depuis des siècles en peinture : l'huile pour peinture est l'huile de lin.

49 I.-A. Blair, « Lipid hydroperodixe-mediated DNA damage », Experimental Gerontology, 2001, vol. 36, no 9, p. 1473-1481.

50 N. Guggenbühl, op. cit.

51 C. Bliefert, R. Perraud, Chimie de l’environnement. Air, eau, sols, déchets, Paris, Bruxelles, De Boek Université, 2001.

52 RJ. Hamilton and R.D. Rice (eds), op. cit., p. 83.

53 B. De Meulenaer, op. cit.

54 R. Jonsdottir, M. Bragadottir, G. Ö. Arnason, « Oxidatively Derived Volatile Compounds in Microencapsulated Fish Oil Monitored by Solid-phase Microextraction (SPME) », Journal of Food Science, 2005, no 70, p. C433-C440.

55 Les suppléments alimentaires sont soumis à une procédure de notification et les médicaments à une procédure d’enregistrement.

56 http://www.guerir.fr/omega3.html.

57 http://ecolesdifferentes.free.fr/pmega.htm « La commercialisation de compléments alimentaires pour les enfants indignes des pédiatres et des chercheurs », Le Monde 27 mai 2005.

58 Fiche de transparence. Prise en charge de l’ADHA (Attention deficit hyperactivity disorder), supplément aux Folia Pharmaceutica (Centre belge d’information pharmacothérapeutique), décembre 2005.

59 Courrier international, no 806 38 du 13 au 19 avril 2006.

60 R. Kurzweil, T. Grossmann, Serons-nous immortels ? Oméga 3, nanotechnologie, clonage, Paris, Dunod, collection « Quai des sciences », 2006.

61 Agence wallonne pour la promotion d’une agriculture de qualité.

62 Télémoustique Hebdo,/50/4168/, 14 décembre 2005.

63 Le Soir Magazine, « La folie des Oméga 3 », 25 mai 2005.

64 Femmes d’aujourd’hui, 25 novembre 2004, no 48/3689/.

65 Bioinfo, « Magazine belge du mieux-vivre », Dina Turelle, « Les huiles végétales font de la résistance », 15 octobre 2005, no 54.

66 Le Soir Magazine, op. cit.

67 Télémoustique Hebdo, « Les Oméga 3 superstars. Les graisses oméga 3 ont le vent en poupe. Un succès entre science et fantasme », 31 mars 2004.

68 N. Guggenbühl, « Les Oméga 3 font la révolution des lipides », Le Soir, 22 novembre 2005.

69 Il a une rubrique dans le magazine français Psychologies, propriété d’un oncle.

70 Le Soir Magazine, op. cit.

71 A. Artiniam, Challenges, juillet 2004, no 230.

72 http://www.nouvellescles.com/Entretien/ServanS.htm « Si une médecine marche qu’importe de savoir pourquoi ? ».

73 Le leader du marché belge est MorEPA, produit par la société de l’anversois Jo Wyckmans, Minami Nutrition, qui commercialise les oméga 3 depuis 1999, avant la sortie du livre !

74 Le Soir Magazine, op. cit.

75 http://iis13.domicile.fr/essentialco/archives%20forum-guerir/Om3-1ers%20effets%20positifs.html « Premiers effets positifs, durée traitement ».

76 http://iis13.domicile.fr/essentiaco/Omega-3%20Etudes.htm « Revue de presse du forum Guérir (Guérir.fr) », 2004.

77 http://www.agrobiosciences.org/imprime.php3?id_article=1260 « L'orthorexie, une névrose culturelle ? » P. Denoux, conférence, 14 décembre 2004.

78 O. Schmiz, « Des fleurs pour soigner les affects. L’usage des remèdes du Dr Bach par les guérisseurs syncrétiques », in L. Pordie (dir.), Panser le monde, penser les médecines, Paris, Karthala, 2005, p. 307-320.

79 P. Denoux, Id.

80 P. Denoux, Id.

81 www.unicef.org « La malaria tue un enfant toutes les 30 secondes » (25 avril 2007).

82 www.probiox.com « Stress oxydant », J. Pincemail.

83 V. Maindiaux, (Institut Paul Lambin), Comment mettre en application les recommandations nutritionnelles ? Symposium oméga 3 Danone, Bruxelles, 22 octobre 2005.

Auteur

Professeur invité aux Facultés universitaires Saint-Louis

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search