Version classiqueVersion mobile

Les ambivalences du risque

 | 
Yves Cartuyvels

Risque et action publique : une approche de science politique

Fabrizio Cantelli

Texte intégral

Introduction

1Agir en politique comporte des risques. Voilà une évidence, un truisme même. Les journalistes politiques nous rappellent sans cesse les incertitudes de la campagne électorale. Les difficiles coalitions. Les changements d’alliance. Les luttes à l’intérieur des partis politiques, les rapports de forces changeants. Une femme politique, un homme politique doit savoir gérer les risques, mais aussi les anticiper, les travailler, les construire, parfois les prendre, parfois pas. Calculer, négocier, gérer, autant d’activités et de compétences qui sont cardinales dans le monde politique. La science politique contemporaine a produit énormément de travaux sur cette dimension de la politique. On peut aussi voir à quel point les auteurs classiques, Machiavel en premier, avaient déjà attiré l’attention sur ces ingrédients du pouvoir. Que le lecteur soit averti – et peut-être déçu. Nous n’allons pas discuter le risque sous cet angle, à partir de ces questions et problématiques, pourtant à l’évidence cardinales sur l’agenda médiatique. Notre grille de lecture sera différente, quelque peu décalée par rapport à la représentation classique de la science politique comme science des comportements électoraux et des partis politiques. La science politique offre d’autres angles, d’autres regards sur le politique. Ils sont peut-être moins présents dans les médias, moins reconnus, moins installés dans l’opinion publique, en tout cas en Belgique francophone. Mais ils commencent néanmoins à prendre forme et à occuper une place dans le paysage académique. Il suffit pour cela de voir les enseignements des différentes universités, les activités des groupes de travail des politologues professionnels, en Belgique, mais aussi en France, en Suisse, en Allemagne et aux États-Unis d’Amérique – sans oublier les nombreux colloques internationaux. C’est aussi l’occasion de rendre compte du pluralisme qui caractérise la science politique actuelle (recherche et enseignement). On ne pose pas que nous disposons là d’une approche meilleure. Loin de prétendre faire une science politique nouvelle, moins conventionnelle, on entend montrer plutôt que la science politique délivre des clefs, des balises, des cadres qui ne se réduisent pas à l'analyse des phénomènes politiques électoraux. La diversification des démarches et des domaines est telle en science politique que l’on aurait pu interroger le risque à partir d’approches politologiques qui se développent dans le domaine des relations internationales, sans oublier d’autres cadres stimulants, comme les études de genre.

2Cette contribution met en relation la notion de risque avec les analyses de l’action publique. Il s’agit ici de proposer au lecteur une exploration d’un versant de la science politique et des recherches qui y sont menées. Trois temps structureront cette contribution. Un premier temps sera consacré aux liens généraux à établir entre science politique et risque. Un deuxième temps va retracer l’introduction de la notion du risque dans les analyses de l’action publique. Quelles ont été les principales jonctions ? Quels chercheurs ont introduit ces réflexions ? Un troisième temps va examiner comment ma recherche menée sur les politiques de prévention du sida pourrait s’articuler avec la notion de risque. L’usage du conditionnel n’est pas à négliger : il montre comment une recherche n’utilisant pas initialement la notion de risque pourrait pourtant s’enrichir par ce rapprochement.

I. Risque et science politique : préliminaires

  • 1 U. Beck, La société du risque, Paris, Aubier/Alto, 2001. Il faudrait mentionner les développements (...)
  • 2 J.-F. Cauchie et H.-O. Hubert, « La société du risque de Beck : des balises », La Revue nouvelle, 2 (...)

3La notion de risque est présente en science politique au sein de l’étude des relations internationales, via des thèmes « verts » (climat, environnement, biotechnologie, nucléaire, tremblement de terre, tsunami, etc.), via les thèmes liés à la santé (sida, grippe aviaire, vache folle, organismes génétiquement modifiés, etc.) et via les thèmes « guerre/paix » (early warning System, menace nucléaire, etc.) ; et aussi dans le champ de la théorie politique, à la suite d’Ulrich Beck1 dont les thèses ont aussi été discutées chez nous, notamment par Hugues Olivier Hubert et Jean-François Cauchie2.

4Malgré les thèmes proches, les liens avec la théorie politique et les interrelations entre le niveau global et le niveau local, la focale de cette contribution portera sur le domaine de l’analyse des politiques publiques et sa branche sociologisée, qualifiée d’« analyse de l’action publique ». Cette contribution va certainement interagir, dans cet ouvrage collectif, avec les contributions de Luc Van Campenhoudt sur le sida et celle d’Abraham Franssen sur la question sociale. Au-delà des aspects complémentaires, notre texte va insister particulièrement sur les relations entre risque, science politique et les analyses de l’action publique.

  • 3 J. Leca et M. Grawitz (dir.). Traité de science politique, Paris, PUF, 1985.

5Aux États-Unis d’Amérique, on a approché le risque par les notions d’incertitude et de rationalité limitée, avec Mancur Oison, Herbert Simon, etc. Mais le risque n’a pas été approfondi en tant que tel dans l’analyse des politiques publiques. Dans ce domaine d’étude, il y a souvent un découpage sectoriel. Il suffit pour cela de voir comment procède en France3 le Traité de science politique au milieu des années 1980. Les secteurs de politique publique (agriculture, social, santé, etc.) se succèdent. Ce phénomène illustre un corps naissant de questions, thématiques, découpages. Ce sont là les premières années d’émergence et de constitution des travaux d’analyse des politiques publiques. Le travail théorique y est présent, mais les notions et les concepts apparaissent comme faiblement définis, peu solidifiés.

6Identifions les espaces scientifiques qui ont discuté les relations entre risque et politique : un numéro de la Revue internationale de politique comparée « Les politiques publiques du risque » en 2003, coordonné par Pierre Lascoumes et Claude Gilbert ; en 1998 un numéro de la revue Politix, coordonné par Cyril Lemieux et Yannick Barthe « Les risques collectifs sous le regard des sciences du politique : nouveaux chantiers, vieilles questions » ; le prochain numéro de la revue canadienne Politiques et société coordonné par Steve Jacob et Nathalie Schiffino porte également sur le risque. C’est dire l’actualité de la notion de risque au sein des travaux actuels menés par les politologues francophones.

  • 4 Alain Bourdin a discuté les affinités entre le risque et les notions de confiance, réflexivité et m (...)

7Notons la proximité entre risque et expertise4. Plusieurs ouvrages dont Expertise et action publique publié en 2004 par Jean-Louis Genard et Steve Jacob témoignent de ces affinités. La catégorie du risque est produite par des acteurs, aux profils divers, mais dotés d’une capacité à « faire exister » un risque dans l’espace social et politique ainsi que dans les médias. Les nouveaux enjeux de gouvernabilité des sociétés y sont posés de manière forte. Ces recherches mettent en lumière la tendance à la délégation et à l’externalisation de l’expertise par les autorités publiques. La cartographie des experts appelés à gérer les risques ne se limite plus aux techniciens ou aux professionnels. Le jeu s’ouvre, en termes d’acteurs concernés, via la société civile, les associations, les usagers, divers collectifs. Le militantisme fabrique ses outils, ses instruments, construit de l’expertise. Les formes actuelles de l’engagement politique ont tendance à se rapporter également à des singularités, à des cas individuels, à des plaintes qui parviennent à accéder à l’espace public – et à construire des figures renouvelées de l’intérêt général et du bien commun. Ce n’est pas un constat fondamentalement nouveau, mais il semble que la littérature actuelle accorde à ces enjeux un statut de plus en plus important.

  • 5 F. Cantelli, S. Jacob, J.-L. Genard et C. De Visscher (dir.), Les constructions de l’action publiqu (...)

8Plus qu’un simple bougé ne concernant que la carte des acteurs, le jeu s’ouvre également en termes d’arguments, de grammaires, de vocabulaires, de justifications. Il s’agit là de comprendre la « mise en mots » du risque. Dans cette perspective, notons que le colloque de l’Association belge de science politique (ABSP) a pris au sérieux les liens qui se tissent entre expertise et expérience ; il a étudié dans le groupe de travail « action publique » les cas du travail social, de la toxicomanie, du sida, de l’homosexualité, etc.5. En France, c’est l’ouvrage collectif du CERAT (Centre d’études et de recherches sur le politique, l’administration, le territoire et la ville) Le recours aux experts qui participe à nourrir et approfondir les analyses.

  • 6 M. Callon, P. Lascoumes et Y. Barthe, Agir dans un monde incertain, Paris, Seuil. 2001, p. 39.

9Gardons-nous d’aller trop vite. La notion de risque ne fait pas l’unanimité. D’autres notions, tout en se révélant proches, sont préférées à celle de risque. C’est le cas des situations d’incertitude et de l’apprentissage, préférées à risque car ce dernier est associé à une politique rationnelle et à une décision rationnelle. C’est la position défendue dans Agir dans un monde incertain par Michel Callon, Yannick Barthe et Pierre Lascoumes. Quelques compléments sont nécessaires. Ces auteurs qualifient le risque en ces termes : « Convenons donc de parler de risque que dans les cas, tout à fait particuliers, où l’exploration des mondes possibles ou, si l’on préfère, l’établissement des scénarios envisageables, a été menée à terme, mettant en évidence la possibilité d’événements dommageables pour certains groupes. On connaît parfaitement ces événements et les conditions requises pour qu’ils se produisent, même si l’on ne sait pas s’ils se produiront vraiment, même si l’on ne connaît que leur probabilité d’occurrence6. » Pour le dire autrement, la notion de risque véhicule et ratifie trop une vision lisse, objective, clôturée du politique, du social et des techniques, dont l’épaisseur, les contingences, la dynamique exploratoire, les processus d’apprentissage, ne sont pas suffisamment intégrés.

  • 7 Bruno Latour a préfacé (« Beck ou comment refaire son outillage intellectuel ») la première traduct (...)

10Identifions à présent les chercheurs ayant contribué à explorer une facette du risque : Pierre Lascoumes, produisant une science politique ouverte, auteur de publications sur les politiques environnementales ; le CERAT à Grenoble ; la sociologie des sciences (via le Centre de sociologie de l’innovation et Bruno Latour qui a introduit Ulrich Beck en France7). Si plusieurs axes de réflexion se trouvent au premier plan, on peut isoler en particulier celui-ci : repenser la science et repenser le politique, en y introduisant la dimension démocratique en relation avec la citoyenneté. Ce trait singulier se retrouve de manière transversale au cœur des réflexions, invitant à prendre au sérieux les formes nouvelles, plus « aérées », plus participatives, plus dialogiques, de la science, mais aussi de la politique. Pour la science, contentons-nous d’épingler, par exemple, le développement d’une variété de méthodes de recherche en sciences sociales qui entendent produire un savoir avec les acteurs de terrain, à partir d’eux (analyse en groupe, recherche-action, intervention, panel, etc.). Pour la politique, il suffit de penser, en Europe, à la prolifération de dispositifs de concertation et de délibération, prenant la forme d’un atelier, d’une table ronde, des assises, des états généraux, etc. Ces reconfigurations croisées ne sont pas à louer, mais à saisir de près, dans ce qu’elles font et comment elles le font.

11Quelques enseignements généraux se dégagent de ce rapide tour d’horizon. La notion de risque a donc été travaillée à partir de différents lieux, par plusieurs centres de recherche : par des revues, situées au croisement de la sociologie et de la science politique, à l’instar de la revue Politi ; par des chercheurs (Bruno Latour, Pierre Lascoumes, Yannick Barthe, etc.) entre sociologie et science politique ; dans des domaines, liés aux thèmes verts ou santé – il n’y a pas pour autant de domaine d’élection, pour s’en convaincre il suffit de voir des études de cas comme celui de Marie-Pierre Lefeuvre portant sur la situation de copropriétaires dans les Cahiers internationaux de sociologie.

II. Risque et action publique

  • 8 Pour une mise en débat du traitement du risque chez Ulrich Beck et Michel Foucault, voyez la contri (...)

12Comment saisir l’État à partir de cette notion de risque ? Quelles sont les « promesses » d’une telle perspective ? On voudrait maintenant approfondir la question de l’État et sa relation avec la notion de risque. Malgré les incursions et les ouvertures rendues possibles par les travaux de Michel Foucault, d’ailleurs plus souvent mis en débat dans les études anglo-saxonnes plutôt qu’en France8, il y a là une relation qui n’est pas si évidente à établir. Par exemple, les textes du sociologue David Le Breton, auteur de nombreuses publications sur les conduites à risque, ne mentionnent pas le travail politique et son rôle dans la fabrication des risques, dans leur gestion et leur prévention. Sans pour autant constituer une lacune, on y voit plutôt un effet révélateur du caractère construit (et à construire) des relations entre risque et politique, explorées par Robert Castel ou François Ewald dont nous allons discuter plus loin les travaux. Ce rappel est important en ce qu’il permet de dénaturaliser les schèmes de pensée portant sur le risque : les analystes du risque n’ont pas tous intégré la dimension politique et inversement, les analystes du politique n’ont pas tous intégré la notion de risque.

  • 9 J. Commaille, « Sociologie de l'action publique », in L. Boussaguet, S. Jacquot et P. Ravinet (dir. (...)
  • 10 On peut y voir une sociologisation de la science politique, explorée déjà dans les travaux du Résea (...)

13L’analyse des politiques publiques en Europe n’a pas non plus étudié de manière centrale cette notion. Pour rappel, nous avions montré que le Traité de science politique est conçu à partir d’un découpage sectoriel. Par contre, même si encore aujourd’hui il reste des impensés et des absences – c’est par exemple le cas dans le récent Dictionnaire des politiques publiques – le domaine de l’analyse de l’action publique9 a procédé à plusieurs ouvertures. Voyons. Reprenons trois axes de définition de cette approche10 :

  1. La critique de l’étato-centrisme présent dans les approches de politiques publiques ;

  2. L’impératif d’intégrer l’environnement, les acteurs non politiques et les logiques de délégation, de contractualisation, etc.

    • 11 Sur la question des frontières du politique, cf. C. Lefort, Essais sur le politique, Paris, Fayard, (...)

    L’interrogation du politique, de ses lieux, de ses formes ; il n’y a donc pas de frontières fermées, pas de lieux, d’espaces, d’acteurs qui incarnent le politique11.

  • 12 Il faudrait développer le cadre de Francis Chateauraynaud et Didier Torny qui procèdent à une étude (...)

14Fondamentalement, c’est ce troisième point qui rend le plus compte d’une élucidation de la notion de risque, qui est reliée avec les reconfigurations actuelles des modes de gouvernement, des instruments de gestion, des formes d’intervention de l’État. De même, le deuxième point rappelle combien l’État gère les risques divers en soutenant une constellation d’acteurs professionnels. Pour le dire autrement, certains contextes singuliers (crise, alerte12, danger, etc.) poussent l’État à se décentrer et à faire appel (et confiance) à d’autres configurations d’acteurs.

  • 13 J. Dewey, The Public and Its Problems, New York, Henri Holt, 1927.

15Au final, ce sont les situations d’incertitude, d’apprentissage, de tâtonnement, d'expérimentation13 qui sont explorées au cœur de ces analyses. L’État est questionné dans sa capacité à gérer les risques, à les anticiper, à les négocier et à les institutionnaliser. En plus de la diversification des paradigmes, ces situations d’interaction et d’interdépendance expliquent qu’on est rarement aujourd’hui en présence d’analyses « décisionnistes » si l’on suit Jürgen Habermas dans la Science et la technique comme idéologie en 1973. Dans ces analyses, c’est l’État qui gère l’incertitude en tenant compte des expertises. C’est l’État qui décide au final. D’autres auteurs peuvent continuer toutefois à privilégier la grille « technocratique » où les experts orientent la gestion et déterminent la décision de l’État.

  • 14 J. Habermas la qualifie aussi de pragmatique.
  • 15 F. Cantelli, « Espaces d’interdépendance entre experts et action publique : un État réflexif dans l (...)

16Jürgen Habermas a posé une troisième perspective, qualifiée d’« itérative14, » qui a été exposée plus longuement dans un article consacré spécialement à cette dimension, discutée à partir des politiques de prévention du VIH/sida en Belgique15. Dans les termes d’Habermas, au sein de celle-ci, on y voit davantage des logiques d’interaction et d’apprentissage (coproduction) entre les expertises, entre les acteurs qui les portent et l’État, qualifié d’animateur, de réflexif. Analysée par le politologue Yannis Papadopoulos dans une perspective proche de celle du sociologue allemand Niklas Luhmann, la (délicate) gestion de la complexité sociale, institutionnelle et technique par le politique n’est jamais loin de ces pistes de réflexion. L’État va organiser la mise en présence de la science et du politique. Il va orchestrer la pluralité des expertises afin de gérer les risques.

17Une remarque s’impose : ce troisième cadre habermassien n’est pas pour autant une piste qui lisse les rapports de force, les asymétries et les inégalités, mais il intègre les arrangements, les modes de coordination (sorte de « bricolage », dénoncé tant par les tenants des approches décisionnistes que par les défenseurs du cadre technocratique). Il prend au sérieux l’inédit qui surgit, le contexte temporel et les impératifs de décodage, d’intelligibilité du social, du politique. D’où, dans ce contexte, l’importance particulière des savoirs spécialisés, sur un secteur, un domaine, une question, tant des sciences exactes qu’humaines, à propos desquelles Anthony Giddens a davantage insisté dans ses travaux.

  • 16 C. Gilbert et Y. Barthe, « Impuretés et compromis de l’expertise, une difficile reconnaissance », i (...)

18Soulignons que cette approche amène aussi à ouvrir des pistes de recherche qui partent des pratiques d’expertise, considérées comme « impures », car s’éloignant d’un modèle de référence, de l’expert neutre, indépendant pour regarder les pratiques16, décrire ce que font les acteurs et comment ils le font. Pour le dire autrement, trop souvent, la neutralité et l’indépendance des experts appelés à gérer les risques sont posées et supposées pour ensuite mieux dévoiler les contradictions et dénoncer la dimension politique de l’expertise. Influencée par le courant des analyses pragmatiques, cette posture centrée sur les formes d’action et de coordination permet de dépasser le constat, devenu aujourd’hui quasi banal, de la politisation de la science et de la scientifisation du politique. Le point suivant va permettre à la discussion de passer à un niveau plus opérationnel.

III. Risque et action publique : le cas d’une recherche

  • 17 Ma thèse de doctorat a été soutenue à l’ULB en février 2006. Cf. F. Cantelli, « Pragmatique de l’ac (...)
  • 18 N. Dodier, « Les appuis conventionnels de l’action. Éléments de pragmatique sociologique », Réseaux (...)
  • 19 T. Benatouïl, « A Tale of Two Sociologies. The Critical and the Pragmatic Stance Contemporary Frenc (...)

19Ma recherche doctorale en science politique17 a porté sur l’action publique de prévention du sida (Belgique francophone) en phase de normalisation. Ce temps se traduit par l’émergence depuis la fin des années 1990, sur le plan médical, de trithérapies capables de réduire la mortalité et d’améliorer la qualité de vie des malades. Sur le plan politique, ce temps se marque par une gestion publique moins volontariste et également plus centrée sur les dispositifs curatifs que préventifs. Certains auteurs, dont Michel Setbon, ont signalé les paradoxes de cette normalisation : d’une part, sur le plan des représentations, le sida devient progressivement une maladie chronique et d'autre part, les statistiques épidémiologiques ne cessent de montrer l’augmentation de nouvelles contaminations. Mes travaux se situent dans une perspective pragmatique, à savoir attentive aux modalités de coordination et d’accomplissement de l’action, dans son épaisseur et dans ses plis, en intégrant la parole des acteurs ainsi que les supports matériels (objets, cartes, instruments). Cette perspective se situe à distance de la dénonciation, du dévoilement, de la critique, même si le résultat de la recherche peut alimenter cette posture. Même si elle peut suivre des orientations différentes, cette approche pragmatique a déjà été présentée et discutée, notamment par Nicolas Dodier18 et Thomas Benatouïl19, sans oublier l’ouvrage récent de Laurent Thévenot L'action au pluriel, avec la section portant sur les politiques au regard du proche.

20Notre cadre théorique se base sur trois modèles d’État que nous allons résumer à gros traits. Il s’agit, dans notre perspective, de les concevoir non pas comme une suite chronologique, dans une perspective évolutionniste, mais plutôt comme des strates qui se superposent et qui coexistent. L’État gendarme se construit à partir de droits-liberté ; l’État social à partir de droits-créance (logique néo-corporatiste, apprentissage et conflits collectifs, etc.) ; l’État réflexif à partir de droits-autonomie (logique délibérative, apprentissage et morale individuelle, etc.).

21Deux temps différents de cette action publique singulière ont jalonné notre recherche empirique. L'étude de la phase de l’élaboration concerne un dispositif de table ronde, lancé début 2004 par la ministre de la Promotion de la santé Nicole Maréchal (Écolo) active dans le gouvernement de la Communauté française. Nous avons éclairé les enjeux cognitifs (apprentissage mutuel), politiques, soulignant les nombreuses défaillances de cadre qui ont surgi dans ce dispositif. L’étude de la phase de la mise en œuvre par quatre associations thématiques a montré comment elles procédaient (mots, objets, pratiques, dispositifs, etc.) pour atteindre la subjectivité d’usagers en situation de précarité et de vulnérabilité, en prenant en compte la complexité de l’action, le rôle des objets et les diverses contraintes. Les notions de responsabilité, capacité et confiance ont été choisies pour opérationnaliser notre recherche sur les formes de subjectivation développées dans l’action publique auprès d’usagers vulnérables.

22Convenons à présent que la notion de risque n’a pas été axiale dans notre recherche. Et il n’y a pas à en rougir ! L’exercice mené ici ne consiste ni à masquer les aspérités ni à faire « comme si » la notion de risque habitait notre recherche depuis le début. Il ne consiste pas non plus à dresser un bulletin, à procéder à un quelconque bilan. Pour cela, il faudrait que la recherche ait intégré et discuté plus amplement la notion de risque. Là n’est pas notre démarche. Il s’agit surtout d’exposer réflexivement ce qu’une recherche, pourtant proche des thématiques soulevées par le risque, peut révéler sur les logiques de construction, de choix, de sélection des outils d’analyse (les concepts) qui jalonnent un processus de recherche en science politique. Plusieurs raisons de divers ordres peuvent expliquer la non prise en considération de cette notion.

  • 20 C. Thiaudiere, Sociologie du sida, Paris, La Découverte, 2002.
  • 21 Les relations entre épidémiologie et risque mériteraient également d’être approfondies. Cf. P. Pere (...)
  • 22 Pour une recherche menée dans le domaine du sida en Belgique, cf. F. Delor et M. Hubert « Revisitin (...)

23D’abord, c’est une notion qui a été critiquée scientifiquement, notamment pour la réification qu’elle véhicule. Ensuite, c’est une notion qui a été critiquée politiquement, en particulier par rapport au sida. La notion de groupe à risque contribue à stigmatiser certaines catégories de population20, qui deviennent automatiquement porteuses d’une essence négative, dangereuse – on peut voir les affinités de cette notion avec l’imaginaire criminologique21. Si progressivement on lui a préféré les situations à risque, il n’en reste pas moins que la notion de vulnérabilité, malgré les failles, est davantage pratiquée tant par les acteurs de terrain qu’utilisée par les chercheurs22. Enfin, c’est une notion très présente et utilisée chez Modus Vivendi, association francophone qui se définit par une approche en termes de réduction de risques (auprès des usagers de drogues). Intégrer la notion de risque nécessiterait un effort de théorisation supplémentaire, certes faisable mais qui n’était pas en relation directe avec mon cadre initial de recherche. Ce point éclaire également les ressorts, parfois insuffisamment discutés lors des débats scientifiques, propres à la construction d’une recherche. S’il veut avancer, le chercheur doit également faire des choix et simplifier son appareil théorique.

24Ces considérations ayant été faites, le lecteur connaît à présent nos réticences à mobiliser la notion de risque. Mais jouons le jeu à présent. Voyons comment cette notion de risque pourrait permettre d’affiner mon cadre théorique, tant à un niveau micro que macro. Il s’agit bien de pistes exploratoires qu’il faudrait davantage approfondir et affiner. N’excluons pas non plus que cet effort puisse inspirer d’autres travaux.

  • 23 S. Webb, Social Work in a Risk Society, New York, Palgrave, 2006.

251. Elle se montrerait utile car elle révèle que ce sont les dispositifs associatifs, issus de la société civile, à qui l’État a délégué certaines missions, qui bricolent une présence, une intervention auprès des usagers avec l’objectif de réduire les vulnérabilités, d’augmenter ses capacités/responsabilités, de prévenir le risque (avec une temporalité liée à la capacité de gestion d’un futur). La prévention du sida, à l’instar d’autres domaines23, est reliée à des pratiques de qualification, de discussion des risques par des acteurs associatifs (cas du préservatif, usage problématique, etc.).

262. La notion de risque aurait pu être mise en relation avec celle de la confiance (dans le prolongement de A. Giddens et N. Luhmann), notion empruntée à Axel Honneth et utilisée dans ma recherche pour comprendre les approches d’autrui et la présence, l’écoute, l’empathie. Par exemple, l’objet préservatif mêle à la fois le risque et la confiance. Comment réduire les risques et comment construire la confiance, ces deux problématiques, explorées dans les études de Michael Pollak sur les représentations différentielles du risque chez les personnes homosexuelles en France, se rejoignent souvent dans les dispositifs d’action publique étudiés.

  • 24 Dans L’État-providence, François Ewald, en plus de fournir un cadre intéressant concernant la notio (...)
  • 25 Les récents travaux de R. Castel portent sur ce point. On peut difficilement passer à côté de son t (...)
  • 26 Le lecteur attentif aura noté que la notion de risque n’a pas été rapprochée du modèle d’État genda (...)

273. Le modèle d’État social se base sur une conception et une gestion du risque : l’assurance24 en constitue en quelque sorte la matrice. Elle incarne l’instrument de gestion de prévention et d’anticipation, sur un mode collectif, des risques sociaux. Un type anthropologique en découle : un individu protégé25, dont l’État assure sa sécurité. La notion de risque permet là de singulariser une logique à l’œuvre dans le modèle de l’État social en tant que forme d’action publique. Dans notre perspective, il ne s’agit pas de s’arrêter là et de clôturer l’effort de théorisation. On n’entend pas réduire la régulation à ce modèle d’État unique, comme l’invitent à le faire les travaux de François Ewald. En effet, notre recherche a posé également un autre modèle d’État26 qui sera approché dans le point suivant.

  • 27 M.-H. Soulet, « L’individualisation des politiques sociales : une réponse à l’exclusion durable ? » (...)
  • 28 R. Castel et C. Haroche, Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi, Paris, Fayard, 2001 (...)
  • 29 Nous renvoyons aux recherches d’Alain Ehrenberg ainsi qu’aux études de Luc Boltanski et Ève Chiapel (...)
  • 30 T. Perilleux, « Se rendre désirable. L'employabilité dans l’État social actif et l’idéologie managé (...)
  • 31 La contribution d’Abraham Franssen dans cet ouvrage permet au lecteur de situer davantage l’État so (...)
  • 32 F. Cantelli, « From Welfare State to Reflexive State ? Autonomy, Responsibility and Capacity in Soc (...)

284. Le modèle d’État réflexif se baserait sur une autre conception du risque : l’autonomie incarne le mode de gestion et l’horizon de gestion des risques, traités cette fois sur un mode plus individuel que collectif. Le sociologue suisse Marc-Henry Soulet27 va jusqu’à poser que : « La période contemporaine voit le passage d’un modèle solidariste du risque à un modèle responsabiliste du risque. Le premier, considérant le risque comme un danger encouru du fait de l’organisation et du fonctionnement de la société, sous-tend une imputation de la responsabilité à la collectivité induisant un double registre de protection des risques et de réparation/compensation des dommages reposant essentiellement sur un mécanisme de socialisation des risques. Le second se déploie avec force aujourd’hui autour d’une positivation du risque qui devient un bien à défendre et non plus un danger dont il faut se protéger. » Les dispositifs actuels ont tendance à stimuler l’apprentissage individuel de la gestion des risques et non la disparition des risques. Plus encore, il y a là le développement d’une configuration sociopolitique, englobant discours, pratiques, acteurs et objets, qui entend que l’individu soit responsable des risques, quitte à réduire ses droits, à affaiblir ses protections légales et à accroître sa vulnérabilité sur le marché de l’emploi (le cas du Contrat Première Embauche en France, par exemple). Un type anthropologique en découle : un individu autonome28. Face à la sécurité propre au modèle d’Etat social, il y a ici une insécurité à assumer par les individus et qui est appréhendée comme étant un mode de régulation publique des risques, en plus de témoigner de la montée en puissance du référentiel de la performance29 dans les politiques publiques. Être flexible, être adaptable, être employable30, faire des projets, faire face aux épreuves, prendre des risques, autant de références sur la gestion de soi qui se distillent en particulier dans les politiques sociales, en particulier à l’égard des usagers les plus vulnérables. Regarder l’envers de ces catégories n’est pas non plus inintéressant dans la mesure où, en Belgique31 en particulier, ce genre de jugements et de qualifications autour de ce qui est attendu se situe précisément à la base de la sélection d’un usager pour obtenir (ou non, à certaines conditions) une aide sociale : être mou, être vide, ne pas oser, être passif, errer sans projet, zoner, se traîner dans une vie pépère, etc. Ce sont autant de formes de construction – tant sur un mode positif que négatif – du risque qui cristallisent des représentations, des discours, des valeurs mais ce sont également des catégories juridiques, des interventions publiques, des définitions (par les travailleurs sociaux de première ligne) de l’individu, du social et de la responsabilité. Par cette appréhension individualiste et responsabiliste du risque, c’est la notion même de solidarité qui est mise à l’épreuve32. Peut-on encore parler de solidarité ? Serait-il plus opportun de mettre en lumière des formes différentes de solidarité ? Est-il pertinent, à l’instar de plusieurs auteurs, notamment Christian Arnsperger en Belgique, de penser à une solidarité de type responsabiliste ? On voit donc à quel point l’architecture du risque touche à des questions fondamentales du politique.

Conclusion

29Résumons-nous. Il est temps de rappeler les trois temps principaux qui ont structuré ce texte. Nous avons d’abord mis en lumière les relations entre le risque et les différents domaines de recherche en science politique. Nous avons dans un second temps précisé les liens et les recherches qui ont contribué à le mettre en débat dans le champ des analyses de l’action publique, essentiellement dans la science politique francophone. Dans un troisième et dernier temps, nous avons tenté de discuter, pour notre recherche, les forces et faiblesses d’une « entrée » par les risques.

  • 33 Dans cette perspective, les recherches développées par Loïc Wacquant ouvrent, malgré les limites po (...)

30Au final, au-delà des réserves initiales qui ont explicitées, l’outil du modèle d’État sortirait renforcé par cette notion de risque et par sa déclinaison au sein de chaque modèle d’État. De même, elle permettrait de rendre compte d’une pluralité de régimes du risque dans l’action publique au concret. Ce qui implique une prise de distance avec l’analyse de Marc-Henry Soulet qui insiste sur le déplacement vers un modèle de type responsabiliste. Mais aussi avec les thèses autour de l’État pénal33 en tant que gestionnaire dominant des risques. On serait alors à même de pointer subtilement l’économie morale et politique à l’œuvre à l’égard des usagers en situation de précarité et de vulnérabilité, pour la prévention du sida mais au-delà également. Cela permettrait d’affiner, pour les recherches empiriques à venir, l’interrogation des enjeux anthropologiques et politiques sous-jacents à la production de l’action publique contemporaine.

Notes

1 U. Beck, La société du risque, Paris, Aubier/Alto, 2001. Il faudrait mentionner les développements de M. Foucault et les recherches actuelles sur le risque qui s’y réfèrent. Pour une revue de la littérature anglo-saxonne, cf. P. Taylor-Gooby et J. Zinn, « Current Directions in Risk Research : Reinvigorating the Social ? », in Working Paper, 2005 no 8, Social Contexts and Responses to Risk Network (SCARR) ; J. Zinn, « Literature Review : Sociology and Risk », in Working Paper, 2004 no 1, Social Contexts and Responses to Risk Network (SCARR).

2 J.-F. Cauchie et H.-O. Hubert, « La société du risque de Beck : des balises », La Revue nouvelle, 2002, vol. 115, p. 86-97.

3 J. Leca et M. Grawitz (dir.). Traité de science politique, Paris, PUF, 1985.

4 Alain Bourdin a discuté les affinités entre le risque et les notions de confiance, réflexivité et modernité. Cf. A. Bourdin, « La modernité du risque », Cahiers internationaux de sociologie (« Faut-il une sociologie du risque ? »), 2003, vol. CXIV, p. 5-26.

5 F. Cantelli, S. Jacob, J.-L. Genard et C. De Visscher (dir.), Les constructions de l’action publique, Paris, L’Harmattan, Logiques politiques, 2007.

6 M. Callon, P. Lascoumes et Y. Barthe, Agir dans un monde incertain, Paris, Seuil. 2001, p. 39.

7 Bruno Latour a préfacé (« Beck ou comment refaire son outillage intellectuel ») la première traduction française de La société du risque dans la collection « Alto » chez Aubier.

8 Pour une mise en débat du traitement du risque chez Ulrich Beck et Michel Foucault, voyez la contribution de G. Chantraine et J.-F. Cauchie dans ce volume.

9 J. Commaille, « Sociologie de l'action publique », in L. Boussaguet, S. Jacquot et P. Ravinet (dir.), Dictionnaire des politiques publiques, Paris, Presses de Science Po, 2004, p. 413-421.

10 On peut y voir une sociologisation de la science politique, explorée déjà dans les travaux du Réseau interdisciplinaire et société (RIS) à propos de l’émission Star Academy. Cf. F. Cantelli et O. Paye, « Star Academy : un objet pour la science politique ? » in Y. Cartuyvels (dir.), Star Academy : un objet pour les sciences humaines ?, Bruxelles, Publications des FUSL, 2004, p. 65-89.

11 Sur la question des frontières du politique, cf. C. Lefort, Essais sur le politique, Paris, Fayard, 2001.

12 Il faudrait développer le cadre de Francis Chateauraynaud et Didier Torny qui procèdent à une étude pragmatique (la section III de cette contribution va détailler cette notion) du risque, à partir d’une série de mobilisations sanitaires (nucléaire, prions, amiante). Cf. F. Chateauraynaud et D. Torny, Les sombres précurseurs. Une sociologie pragmatique de l’alerte et du risque, Paris, Editions EHESS, 1999.

13 J. Dewey, The Public and Its Problems, New York, Henri Holt, 1927.

14 J. Habermas la qualifie aussi de pragmatique.

15 F. Cantelli, « Espaces d’interdépendance entre experts et action publique : un État réflexif dans le champ du sida », Revue suisse de science politique, 2004, vol. 10, no 1, p. 57-76.

16 C. Gilbert et Y. Barthe, « Impuretés et compromis de l’expertise, une difficile reconnaissance », in P. Warin, L. Dumoulin, S. La Branche et C. Robert (dir.), Le recours aux experts, Grenoble, PUG, 2005, p. 43-62.

17 Ma thèse de doctorat a été soutenue à l’ULB en février 2006. Cf. F. Cantelli, « Pragmatique de l’action publique : État réflexif, subjectivité et délibération. Le cas de la prévention du VIH/sida en Belgique », thèse de doctorat en sciences politiques, Bruxelles, ULB, 2006. Cf. L’État à tâtons. Pragmatique de l’action publique face au sida, Bruxelles, Peter Lang, à paraître.

18 N. Dodier, « Les appuis conventionnels de l’action. Éléments de pragmatique sociologique », Réseaux, 1993, no 62, p. 63-85 ; « L’espace et le mouvement du sens critique », Annales. Histoire et sciences sociales, 2005, vol. 60, p. 7-31.

19 T. Benatouïl, « A Tale of Two Sociologies. The Critical and the Pragmatic Stance Contemporary French Sociology », European Journal of Social Theory, 1999, vol. 2, no 3, p. 379-396.

20 C. Thiaudiere, Sociologie du sida, Paris, La Découverte, 2002.

21 Les relations entre épidémiologie et risque mériteraient également d’être approfondies. Cf. P. Peretti-Watel, « Du recours au paradigme épidémiologique pour l’étude des conduites à risque », Revue française de sociologie, 2004, vol. 45, no 1, p. 103-132. Je remercie Olivier Schmitz de m’avoir mis sur la piste de cette référence.

22 Pour une recherche menée dans le domaine du sida en Belgique, cf. F. Delor et M. Hubert « Revisiting the concept of "vulnerability", Social Science & Medicine, juin 2000, vol. 50, no 11, p. 1557-1771.

23 S. Webb, Social Work in a Risk Society, New York, Palgrave, 2006.

24 Dans L’État-providence, François Ewald, en plus de fournir un cadre intéressant concernant la notion de risque, définit ainsi les sociétés assurantielles envisagées dans une perspective englobante, « diffusionniste » mais ces sociétés, contrairement à notre perspective, ne coexistent pas avec d’autres formes de régulation politique : « Avec cette caractéristique que, rien n’étant en soi un risque, tout peut en être un. Depuis la fin du xixe siècle, la notion de risque sert à penser tout événement qui pose une question de justice sociale et le risque tend à redevenir un principe d’objectivation des problèmes sociaux, qui ne semblent eux-mêmes en plus pouvoir trouver des solutions que s’ils sont « mis en risque ». La vie. la mort, la maladie, la santé, sont des risques ; mais aussi bien la réussite que l’échec scolaire, toute forme de handicap, la dangerosité, la criminalité, etc. Le risque s’étend aujourd’hui de l’infiniment petit de l’existence quotidienne jusqu’à l’infiniment grand du risque technologique majeur (Amoco Cadiz, Seveso, Three Miles Island...), avec, en arrière-fond, la catastrophe nucléaire. Nous sommes à l’âge d’une infinie sophistique du risque. La pente naturelle du risque est de proliférer partout ; le risque a un mode d’existence allusif ; à la fois présent et absent, il se loge en toute chose. [...] Généralisation de la notion de risque, objectivation de l'insécurité comme accident, prolifération des institutions d’assurances doublant et remplaçant progressivement les anciennes procédures juridiques de plus en plus inadaptées à la nouvelle problématique de la responsabilité, décidément nous sommes à l’âge de ce qu’on pourrait appeler les « sociétés assurantielles ». Il ne faudrait pas entendre seulement par là des sociétés où se sont multipliées les institutions d’assurances, encore que cela ne soit pas sans importance ni signification, mais surtout des sociétés qui réfléchissent leurs problèmes et imaginent leur régulation à travers la technique et les catégories de l’assurance. » F. Ewald, L’État-providence, Paris, Grasset, 1986, p. 20.

25 Les récents travaux de R. Castel portent sur ce point. On peut difficilement passer à côté de son travail, pionnier, autour de la gestion des risques. Voir R. Castel, « De la dangerosité au risque », Actes de la Recherche en sciences sociales, 1983, no 47, p. 119-127.

26 Le lecteur attentif aura noté que la notion de risque n’a pas été rapprochée du modèle d’État gendarme.

27 M.-H. Soulet, « L’individualisation des politiques sociales : une réponse à l’exclusion durable ? », in Cantelli F. et Genard J.-L. (dir.), Action publique et subjectivité, Paris, LGDJ, à paraître.

28 R. Castel et C. Haroche, Propriété privée, propriété sociale, propriété de soi, Paris, Fayard, 2001 ; R. Castel, L’insécurité sociale. Qu'est-ce qu'être protégé ?, Paris, Seuil, 2003.

29 Nous renvoyons aux recherches d’Alain Ehrenberg ainsi qu’aux études de Luc Boltanski et Ève Chiapello portant sur les reconfigurations du capitalisme. A. Ehrenberg, Le culte de la performance, Paris, Calmann-Lévy, 1991 ; L. Boltanski et È. Chiapello, Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.

30 T. Perilleux, « Se rendre désirable. L'employabilité dans l’État social actif et l’idéologie managériale », in P. Vieille, P. Pochet et I. Cassiers (dir.), L’État social actif. Vers un changement de paradigme ?, Bruxelles, Peter Lang, 2005, p. 301-322.

31 La contribution d’Abraham Franssen dans cet ouvrage permet au lecteur de situer davantage l’État social actif en Belgique.

32 F. Cantelli, « From Welfare State to Reflexive State ? Autonomy, Responsibility and Capacity in Social Policy », Transformation of the Welfare State : Political Regulation and Social Inequality, 4th Annual ESPAnet Conference, Brême, 21-23 septembre 2006.

33 Dans cette perspective, les recherches développées par Loïc Wacquant ouvrent, malgré les limites pointées supra, des débats majeurs pour la science politique, notamment au sujet de la régulation de la question sociale.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search