Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Utopie et quotidien. Autour de Pierre Macherey

 | 
Peggy Avez
, 
Louis Carré
, 
Sébastien Laoureux

L’utopie du gouvernement du quotidien

Thomas Berns

Texte intégral

1Les derniers travaux de Pierre Macherey portent sur deux objets en apparence rivaux – le quotidien et l’utopie –, deux objets pour une part délaissés voire méprisés par le discours philosophique en général (et dans le cas du second par le discours contemporain). Sans m’opposer pour autant à ce constat, je souhaiterais mettre en évidence la spécificité d’une utopie du quotidien dans l’imaginaire contemporain, une utopie que je préfère cantonner dans le domaine de l’imaginaire (et non de l’idéologie) en ce que, comme nous le verrons, si elle est extraordinairement productrice sur le plan normatif, elle n’est pas cependant productrice de subjectivation : au contraire, comme je le montrerai, elle trouve sa force dans sa prétention à raréfier toute possibilité de subjectivation (sans néanmoins bien sûr l’annuler purement et simplement).

2Cette utopie contemporaine profondément articulée au quotidien consiste globalement dans l’attente d’une forme de gouvernement entièrement dicté par le quotidien, celui-ci étant saisi dans ses inflexions les plus fines et les plus singulières, avec l’objectivation aussi bien que la dilution de l’action politique qui en découleraient.

3Cette nouvelle utopie me semble essentiellement liée au développement de nouvelles pratiques statistiques automatisées, permettant de gouverner chaque aspect de la réalité en le rapportant à des profils définis à partir de banques de données massives qui reproduisent, dédoublent la totalité de la réalité la plus quotidienne (et sont nourries à leur tour, en temps réel, par chaque acte, chaque inflexion du réel gouverné). Bref, un gouvernement du quotidien, au double sens du génitif, objectif et subjectif, le quotidien étant toujours plus entièrement gouverné, mais étant aussi bien ce qui gouverne, avec la réconciliation que cela semblerait désigner dès lors entre l’objet et le sujet du gouvernement, mais plus encore avec la dilution que cela permettrait de l’acte même de gouverner : dès lors, le dépassement de cette tension fondamentale de la pensée politique que dénote l’écart qui habite le génitif pourrait aussi bien marquer la fin de tout génitif, le quotidien du « gouvernement du quotidien » devenant plutôt ce à partir de quoi « ça » gouverne. En apparence du moins, rien ne gouverne, et rien n’est gouverné, mais ça gouverne depuis le quotidien ou à partir du quotidien lui-même, et sans doute même cela n’a-t-il jamais autant gouverné.

4Par ce gouvernement du quotidien qui repose sur une utopie du quotidien, il pourrait aussi sembler que nous assistions au dépassement d’une tension inhérente à l’idée du quotidien, sur laquelle Macherey s’est arrêté, celle qui le voit à la fois se déployer de manière constante, régulière et attendue, et en même temps être fondamentalement mouvant, flou, habité par des inflexions infimes mais proprement inattendues et surprenantes. De même, quant aux identités qui sont prises en compte dans ce gouvernement du quotidien, ne doit-on pas considérer qu’elles témoignent elles aussi du dépassement de la distinction fondamentale entre deux versions de l’identité, sur laquelle à nouveau Macherey s’arrête longuement au début de son ouvrage Identités : d’une part l’identité administrative, qu’il qualifie de « résiduelle » parce qu’elle consiste en l’élimination de ce qui change, qui est donc stable, cible la personne et s’exprime à la troisième personne, et d’autre part l’identité à la première personne, celle qui relève d’un « qui suis-je ? », qui réclame l’engagement, la revendication, mais réclame alors tout autant du devenir, de la relation à un milieu, et qui n’est jamais dessinée à l’avance. Aucune réconciliation ne semble a priori possible entre ces deux identités, seul prévaudrait le balancement entre elles, permettant ainsi que l’identité reste fondamentalement une énigme. Or il me semble aussi que le gouvernement du quotidien, aussi utopique soit-il, nous met face à la prétention d’une résolution de cette énigme.

  • 1 Cette nouvelle gouvernementalité a été cernée par Antoinette Rouvroy et moi-même dans Berns (T.) e (...)

5Décrivons en quelques phrases la « gouvernementalité algorithmique »1 qui se dessine actuellement, pour montrer ensuite combien elle est liée à l’utopie d’une saisie du quotidien. Pour comprendre cette nouvelle forme de gouvernementalité, il est utile de la décomposer, de manière un peu artificielle en trois étapes, qui dans la réalité interagissent et sont d’ailleurs d’autant plus efficaces qu’elles se confondent. À chacune de ces étapes, nous verrons que ce qui s’impose, malgré l’extrême personnalisation des pratiques statistiques décrites, est un évitement des possibilités de frottement avec les sujets, ou encore une raréfaction des processus de subjectivation, raréfaction qui ne signifie toutefois jamais violence (ou en d’autres mots qui suppose toujours un accord tacite de ces sujets, une sorte de réflexivité minimale).

6D’abord, nous pouvons constater un phénomène de récolte et de conservation massives de données, qui se développe par défaut, qui constitue ce qu’on appelle communément le Big Data, et qui donne lieu à une sorte de dédoublement fragmenté du réel parfaitement respectueux de son hétérogénéité. Pour cerner ce phénomène, il convient de noter que les données qui constituent ce Big Data ne sont ni véritablement « données », ni pour autant « volées », deux alternatives qui présupposent la possibilité d’un consentement (dans le second cas par l’affirmation que celui-ci n’a pas été respecté). Or toute forme de consentement véritablement éclairé apparaît ici comme impossible dès lors que l’usage de ces données, la finalité qui en justifierait la transmission, ne sont eux-mêmes pas connus, sont indisponibles. Ni données, ni volées, ces données sont bien plutôt abandonnées, laissées. Cette idée d’un abandon, dans sa différence par rapport au don ou au vol, et en prenant en compte le voilement de la finalité qui le nourrit, voilement qui l’éloigne de ce qu’on peut concevoir comme un véritable consentement, me semble importante non pas pour déplorer la négation de ce dernier, mais pour rendre manifeste une forme d’accord tacite qui, s’il ne peut s’élever au niveau du consentement, n’en doit pas moins être compris comme un accord et nullement comme une extorsion. Ce n’est en d’autres mots nullement face à une négation de toute réflexivité qu’on se trouve, mais seulement à son affaiblissement le plus extrême. Ce dernier est d’ailleurs amplement nourri par le caractère anodin, « brut », hétérogène des données qui sont transmises. Mais cette impossibilité d’un véritable consentement, au point que même sa négation soit inconcevable, est tout autant le gage le plus fort de l’apparente objectivité des données en question, lesquelles sont si peu volontairement transmises qu’elles ne peuvent mentir. Voilà déjà, au niveau de ce premier temps de la gouvernementalité algorithmique, en quoi il y a raréfaction, et non annulation, des possibilités de subjectivation, et en quoi cette raréfaction, qui n’est pas annulation, est aussi le gage de la puissance du processus en question.

  • 2 Ce qui en soi n’est pas tragique – tous les êtres, et pas simplement les humains, profitent amplem (...)

7Le deuxième temps est celui du traitement automatisé de ces quantités massives de données, exemplairement par datamining, de manière à en faire émerger de multiples corrélations qui disent quelque chose et permettent d’établir des profils. Ce qu’il me semble fondamental de noter ici est le fait que nous nous trouvons ainsi face à la production d’un certain type de savoir, constitué de simples corrélations2 établies de manière automatisée à partir de données massives, cette production de savoir semblant se passer toujours plus de toute forme d’hypothèse préalable (a fortiori dans des pratiques de machine learning). De la sorte, nous nous trouverions à nouveau face à l’idée d’un savoir dont l’objectivité semble d’autant plus nette qu’elle est protégée de toute intervention subjective (dans ce cas de toute formulation d’hypothèses). Les normes (ces corrélations à l’aide desquelles des profils sont établis) semblent émerger du réel lui-même, dans le plus grand respect de sa variété.

8Le troisième temps est celui des effets de ces normes sur les comportements individuels ou collectifs (en rapportant ces derniers à des profils). De ce point de vue, je me contenterai de noter que l’action normative en question consiste toujours plus subtilement à agir sur les comportements possibles des sujets individuels ou collectifs par un modelage discret de l’environnement dans lequel ils se meuvent, et toujours moins en une contrainte qui leur serait imposée directement et de manière publique (à l’image de la norme juridique).

9Dans ce deuxième et ce troisième temps de la gouvernementalité algorithmique, c’est chaque fois encore à une minorisation de toute épreuve subjective que nous assistons, minorisation qui ne consiste jamais dans une violence (pas plus que dans une forme de contrainte dont la norme juridique est l’expression la plus accomplie) et qui assure de la sorte la puissance et la légitimité par l’objectivité du phénomène normatif décrit.

  • 3 Et comme nous l’avons vu, la réconciliation de deux représentations – traditionnellement en tensio (...)

10L’ensemble du processus normatif à l’œuvre dans la gouvernementalité algorithmique repose ainsi sur la supposition d’une sorte de saisie objective de la multiplicité du réel à même celle-ci, respectueuse de la diversité des besoins les plus singuliers, respect qui transiterait lui-même par un arrachement supposé consenti par rapport à toute subjectivité. Si donc il y a bien personnalisation du processus normatif, la prétention de définir une normativité à la hauteur de chaque individu, lequel en serait enfin l’objet (marquant de la sorte une sorte de réconciliation entre le gouvernement des grands nombres et le gouvernement des individus3), le ressort de cette personnalisation reposerait avant tout dans l’évitement de tout processus de subjectivation : les normes au sens large parviendraient désormais à émerger du réel lui-même, le plus quotidien, le plus variable, le plus composite, sans réclamer l’expression antérieure d’un projet, d’une hypothèse, sans non plus être marquées par la subjectivité de celui qui nourrit les normes par les informations qu’elles brassent, et enfin, sans non plus travailler directement ceux qui les subissent.

11Mais ceci est bien entendu une fiction, les normes n’émergent pas spontanément du réel ! Comme ne cessait de le répéter Alain Desrosières, « les données ne sont pas données », elles ont un coût, elles sont fabriquées, il y a toujours un amont à leur mise en disponibilité. Ensuite, elles sont triées et il y a bien sûr des hypothèses statistiques qui permettent la production de corrélations, et derrière ces hypothèses, il y a des ingénieurs, et derrière ceux-ci des intérêts économiques, des rapports de forces, des modes… C’est bien pour cela qu’il s’agit d’une utopie. Là où Macherey constate une disparition de l’utopie dans la culture contemporaine, une utopie entendue comme une sorte de divagation critique par rapport au réel, force est, me semble-t-il, de complexifier ce constat en ajoutant que cette disparition va de pair avec le développement d’une utopie du réel (utopie – ou contre-utopie – nourrie aussi bien par la science-fiction, par le discours transhumaniste, et plus encore par sa dénonciation, que par la gouvernementalité que nous décrivons ici). Mais cette utopie de la norme objective n’en est pas moins source de puissance et de légitimité pour la gouvernementalité algorithmique, avec la fiction qu’elle brasse d’une saisie, inoffensive et douce, du quotidien par-delà toute irruption de la subjectivité. En d’autres mots, s’il ne s’agit, prétendument, plus de gouverner le réel, mais de gouverner à partir du réel, il ne s’agit pas moins d’une véritable pratique de gouvernement, et sans doute plus intensive que jamais, dès lors que le frein de ce qui est gouverné (et même de ce qui gouverne) est levé.

  • 4 Pour plus de détails, je me permets de renvoyer à mon livre Gouverner sans gouverner. Une archéolo (...)

12Cette utopie a une histoire bien plus longue qu’il n’y paraît. Elle s’enracine dans les projets de mathématisation du monde et de représentation chiffrée du réel dans sa totalité avec toutes les activités qui s’y déploient, projets qui se développent dès la fin du Moyen-Âge (de Fibonacci qui prévoyait que les nombres allaient habiter les gestes les plus ordinaires et les harmoniser à l’esprit, à Nicolas de Cues pour lequel les multiples opérations de mensuration, même et avant tout celles de l’homme profane, témoignent de la co-naturalité de la mens humaine à la pensée divine), et de manière bien plus nette au seuil des Temps Modernes, lorsque l’on voit Pacioli ou Tartaglia plaider pour la généralisation des mathématiques à toutes les disciplines humaines, Leibniz et Condorcet insistant à leur tour sur le fait que ceci pouvait aussi s’entendre utilement pour la jurisprudence. Mais ce qui est particulièrement intéressant dans ce projet de mathématisation des activités humaines – contemporain à la fois de la naissance de la littérature utopique et du projet galiléen, pour sa part bien plus platonicien, de « lire le grand livre de la nature comme s’il avait été écrit en langage mathématique » –, c’est qu’il trouve pour sa part toujours sa légitimité dans le fait de produire des savoirs non dogmatiques (Hobbes) et parfaitement partagés et partageables, les savoirs de l’homme commun, portés par une « shoparithmetique » comme le dit William Petty : les livres de comptes des commerçants, et même les livres de famille, deviennent le modèle dont doit s’inspirer le prince4.

  • 5 Dans Gouverner sans gouverner, je montre en particulier combien durant les années 1570, par exempl (...)
  • 6 Bodin (J.), Les six Livres de la République, VI, 1, Paris, Fayard, 1986, p. 18.
  • 7 Petty (W.), Treatise of Taxes and Contributions, chap. V, 18, Economics Writings of Sir William Pet (...)

13Outre un projet de mathématisation, il s’agissait donc de l’attente d’un savoir ordinaire, partageable, mais aussi d’un savoir pour lequel chaque détail compte, chaque mouvement quotidien, et permettant de ce fait de répondre aux dégâts résultant des plus petites inflexions de la vie quotidienne5. Mais si de la sorte le « secret des maisons » (Bodin et Montchrétien) devient dans tous ses détails l’objet du gouvernement, c’est dans la mesure où une telle saisie du quotidien est réfléchie comme ne pouvant pas être tyrannique (elle n’est pas juridictionnelle, comme le précise Bodin) : surtout « les gens de bien, qui ne craignent point la lumière, prendront tousjours plaisir qu’on cognoisse leur estat, leur qualité, leur bien, leur façon de vivre. »6 Par définition, ce gouvernement du quotidien qui, dans l’objectivité à laquelle il prétend, n’est acceptable que parce qu’il ne relève pas du pouvoir juridictionnel de la loi et n’est qu’un savoir du quotidien, présuppose une morale du bon sens. C’est ce mélange de savoir quantitatif et de moralité qui assure à la fois l’inoffensivité et l’efficacité du projet statistique, et qui fait dire à William Petty : « si la richesse de chaque homme pouvait être lue sur son front, notre commerce en serait grandement amélioré »7.

14C’est cette même évidence, cette même idée d’un bon sens liant l’amour de la lumière, le savoir et la moralité, que nous retrouvons dans les propos d’Eric Schmidt, patron de Google, lors d'une interview sur CNBC consacrée au volume croissant de données personnelles stockées par son entreprise, données que par ailleurs il reconnaissait pouvoir transmettre aux autorités américaines dans le cadre du Patriot Act : « S’il y a quelque chose vous concernant que vous voulez que personne ne sache, peut-être devriez-vous déjà commencer par ne pas le faire » (If you have something that you don't want anyone to know, maybe you shouldn't be doing it in the first place).

15Il est avant tout sain de répéter d’un seul mouvement combien l’utopie qui accompagne la gouvernementalité algorithmique est classique et combien elle suppose une morale, pour donner lieu sur cette base – et c’est bien là sa seule nouveauté –, à l’idée qu’il est possible de gouverner exclusivement à partir de corrélations (de donnée tirées du quotidien). Car telle est bien la rançon de la prétention à l’objectivité propre à cette utopie du quotidien : les corrélations sont suffisantes (et doivent être suffisantes) pour que ça gouverne (sans frein) à partir du réel ; une rançon d’autant plus irrésistible que ces liens en apparence indolores que sont les corrélations peuvent prétendre ne nouer rien d’autre que l’ensemble des fragments de notre quotidien, sans rien lui ajouter : y résister serait schizophrénique.

16On peut essayer, pour conclure, de décrypter trois rêves profonds de cette utopie du quotidien qui nourrit la gouvernementalité algorithmique, trois rêves qui à la fois rendent visible l’utopie classique, dont cette dernière relève, et invitent à de nouvelles manières de s’en déprendre, s’en déprendre signifiant avant tout se donner l’occasion de réintroduire, dans cette gouvernementalité, des liens plus consistants sur le plan ontologique que ceux attestés par des corrélations.

17Tout d’abord, les nouvelles pratiques statistiques à l’œuvre dans la gouvernementalité algorithmique, en semblant se passer d’hypothèses préalables, et en faisant émerger leurs vérités d’une masse de données composites et hétérogènes, se donnent la possibilité d’échapper aux lois des grands nombres de la statistique classique, à l’homme moyen de Quételet ; elles se donnent la possibilité d’éviter l’usage de catégories discriminantes : plus de race, de religion, de sexe, de classe sociale. Un nouveau rasoir d’Occam, des mieux affutés, pourrait passer sur les universaux pour se contenter de corréler des données particulières… Cette force pourrait signifier que les conflictualités de classes, de races et de sexes peuvent désormais se dérouler sans plus apparaître, confirmant de la sorte son caractère étrangement utopique ! Face à ce constat, la réponse la plus immédiate est que l’enchaînement de corrélations non discriminantes peut en tant que tel être discriminant et doit être montré comme tel. Il s’agit dès lors de remettre à l’agenda, dans un discours qui disposerait en apparence de la possibilité de ne plus être discriminant, la fertilité de l’idée de la discrimination indirecte, mais en nourrissant celle-ci des moyens propres à ces nouvelles pratiques statistiques.

18Ensuite, la gouvernementalité algorithmique donne chair à l’idée d’atteindre, de manière parfaitement objective, le prix juste, la plus parfaite adéquation aux usages, besoins et désirs les plus personnalisés, et ce même en les anticipant. Contre une telle attente, il faut rappeler que le projet d’une tarification exacte et personnalisée apparaît comme la fin non seulement de toute mutualisation, mais même de toute tarification et de toute économie.

19Enfin, devant la masse de données disponibles, le moteur de recherche apparaît comme l’intermédiaire vital pour hiérarchiser celle-ci, avec l’espoir d’une hiérarchisation aussi objective que possible, c’est-à-dire qui ne s’embarrasse de rien d’autre que de faire dire quelque chose à la masse de données. Face à cette légitime prise de puissance d’un tel intermédiaire, la réponse la plus logique semble être de réclamer, au niveau des moteurs de recherche, des interfaces aussi neutres que possible, qui par exemple pourraient ne pas prendre en considération les données de navigation de l’usager qui s’en sert. Un tel retour de la catégorie de neutralité ne me semble toutefois être intéressant, sous peine d’accroître encore la puissance de l’intermédiaire en question et des mythes qui l’accompagnent, non pas en tant que production d’une proposition hiérarchique « neutre » (laquelle n’est qu’une citation parmi d’autres citations), mais par la différence que celle-ci manifeste et permet de mesurer par rapport à d’autres recommandations plus personnalisées. C’est non pas la proposition neutre, mais la différence de neutralité qui seule permet le retour d’un processus d’individuation.

20La fin des catégories discriminantes, l’espoir du juste prix et l’attente d’une hiérarchisation neutre me semblent être quelques-uns des rêves qui accompagnent la gouvernementalité algorithmique et donnent une consistance concrète à l’utopie du quotidien qui légitime celle-ci.

Notes

1 Cette nouvelle gouvernementalité a été cernée par Antoinette Rouvroy et moi-même dans Berns (T.) et Rouvroy (A.), « Gouvernementalité algorithmique et perspectives d’émancipation. Le disparate comme condition d’émancipation par la relation ? », Réseaux, 177 (2013), p. 163-196.

2 Ce qui en soi n’est pas tragique – tous les êtres, et pas simplement les humains, profitent amplement des corrélations qu’ils n’ont jamais cessé de tisser – même s’il convient toujours de constater combien certaines corrélations, telle celle qui lie un certain taux de dette publique et la baisse de la croissance (cf. Reinhart (C. M.) et Rogoff (K. S.), « Growth in a Time of Debt », American Economic Review, 100/2 (2010), p. 573-577), peuvent être dangereuses par les leçons qu’on en tire.

3 Et comme nous l’avons vu, la réconciliation de deux représentations – traditionnellement en tension – de l’identité aussi bien que du quotidien.

4 Pour plus de détails, je me permets de renvoyer à mon livre Gouverner sans gouverner. Une archéologie politique de la statistique, Paris, PUF, 2009, p. 45-54.

5 Dans Gouverner sans gouverner, je montre en particulier combien durant les années 1570, par exemple chez Jean Bodin, le projet du recensement était justifié par l’idée de répondre au problème posé par le fait que la corruption naissait de dérives minimes dont le droit ne pouvait que se désintéresser.

6 Bodin (J.), Les six Livres de la République, VI, 1, Paris, Fayard, 1986, p. 18.

7 Petty (W.), Treatise of Taxes and Contributions, chap. V, 18, Economics Writings of Sir William Petty, New York, 1963, vol. I, p. 53, je traduis.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540