Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Utopie et quotidien. Autour de Pierre Macherey

 | 
Peggy Avez
, 
Louis Carré
, 
Sébastien Laoureux

Introduction

Peggy Avez, Louis Carré et Sébastien Laoureux

Texte intégral

L’autre monde qui est inclus dans celui-ci
André Breton

  • 1 Macherey (P.), Petits Riens. Ornières et dérives du quotidien, Bordeaux, Éditions Le Bord de l’eau, (...)
  • 2 Macherey (P.), De l’utopie !, Lille, De l’incidence éditeur, 2011.
  • 3 La « philosophie au sens large » est le nom du Groupe d’études animé par Pierre Macherey à l’Univer (...)
  • 4 La célèbre citation tirée des Chants du Maldoror se trouve détournée par Macherey dans la partie de(...)

1Au premier abord, quoi de plus opposé que l’utopie et le quotidien ? La première n’est-elle pas ce qui interrompt parfois brutalement les mécanismes les mieux huilés de la routine en vue de « changer la vie » ? Et le second n’est-il pas ce qui réinscrit sans cesse l’apparente nouveauté dans ce qui a toujours été et l’altérité dans le toujours identique ? Les derniers travaux de Pierre Macherey – en particulier Petits riens. Ornières et dérives du quotidien1 et De l’utopie !2 – tendent à montrer le contraire. C’est en tout cas en s’appuyant sur ces réflexions autour de l’utopie et du quotidien que les auteurs des différentes contributions qui composent le présent ouvrage ont fait un pari inverse à celui de la commode opposition. Au lieu de considérer d’emblée l’utopie et le quotidien comme des termes opposés occupant des espaces parallèles que rien ne permettrait de croiser, la réflexion souhaite ici porter l’attention sur ce qui au sein même de l’utopie et du quotidien en constitue les points de jonction, d’articulation, d’enchevêtrement et d’inclusion réciproque. Autrement dit, c’est au jeu critique d’une dialectique ouverte, sans conciliation ni synthèse finale, remettant sans cesse sur le tapis les couples d’oppositions les mieux acceptés, que s’exercent ici les contributeurs, dans la lignée des travaux de Pierre Macherey et de sa « philosophie au sens large »3. La dialectique prend alors les allures d’une poétique : la méthode philosophique consiste à examiner l’endurance d’une mise en relation de termes apparemment disparates « comme la rencontre fortuite sur une table d’opération d’une machine à coudre et d’un parapluie »4. S’agissant du couple qui nous intéresse, il est un fait, d’une part, qu’à travers les grands récits utopiques de la tradition – ceux de Thomas More, de Bacon, de Campanella, de Fourier –, une même obsession du quotidien se retrouve, comme si les nouveaux lieux de l’utopie devaient nécessairement se nourrir à ce qui à terme les installe dans la durée. Et, d’autre part, à condition de le scruter de plus près, le quotidien apparaît non pas comme la répétition ordinaire du toujours identique, mais plutôt comme étant lui-même traversé par des moments d’« inquiétante étrangeté » et de possible basculement qui renvoient au travail discret mais tenace de l’utopie.

  • 5 Macherey (P.), De l’utopie, op. cit., p. 73.
  • 6 Voir la contribution de Pierre Macherey dans le présent volume : Macherey (P.), « Utopie et quotidi (...)
  • 7 Perec (G.), L’infra-ordinaire, Paris, Seuil, 1989, p. 11.

2Dialectiser les rapports entre utopie et quotidien revient à déplacer leur apparente opposition sur d’autres plans comme le propose Macherey en distinguant conceptuellement l’utopie de l’atopie et le quotidien de l’ordinaire. L’utopie se démarque de l’atopie en ce qu’elle se présente non pas comme une fuite hors du réel en direction d’un impossible déréalisé, mais comme ce quelque chose qui travaille le réel de l’intérieur au titre de « puissance du négatif ». Témoigne de cette « immanence de l’au-delà » la manière dont l’utopie se décline le plus souvent à l’indicatif, creusant l’écart entre l’être et le non-être, entre ce qui est là et pas là (u-topie) ; tandis que l’atopie opte pour le subjonctif, délaissant l’être au nom d’un pur devoir-être, d’un possible impossible, d’une négation abstraite de ce qui existe (a-topie). Comme le souligne Macherey, « loin de se projeter vers un réel différent, dont elle donnerait par avance une libre représentation, l’utopie correspond à la nécessité objective dans laquelle se trouve le réel tel qu’il existe actuellement d’effectuer un retour sur soi critique, qui le met à distance de son existence présente, inquiète ses certitudes acquises, perturbe son ordre donné, dans une perspective de délégitimation et d’excentration qui en remet en cause la cohésion »5. De son côté, le quotidien ne se laisse pas assimiler à de l’ordinaire dans la mesure où son épaisseur le rend de lui-même réfractaire à toute « normalisation » ou « routinisation » sans reste. Au contraire de l’ordinaire qui se répète inlassablement tout en se dérobant au questionnement, le quotidien s’expose « en permanence au risque de l’irrégularité, qui, sans transition, le fait basculer dans l’extraordinaire ». Il en découle, poursuit Macherey, « une permanente co-présence de l’accoutumé et de l’insolite, source de surprise et de tension, qui fait la trame du quotidien, où certitude et incertitude, concentration et dispersion, sont inextricablement mêlées »6. Le quotidien se présente ainsi comme l’objet par excellence de ce que Georges Perec s’était donné d’investiguer sous le vocable de « l’infraordinaire ». « Comment parler de ces "choses communes", comment les traquer plutôt, comment les débusquer, les arracher à la gangue dans laquelle elles restent engluées », se demandait-il7. « Interroger l’habituel » selon le programme de recherche énoncé par Perec, c’est précisément ce à quoi se prête le quotidien en son « infra-ordinarité » par opposition à l’ordinarité de l’ordinaire, qui, dépourvue de tout relief et de toute aspérité, n’offre elle pas de prise à la critique.

  • 8 Voir notamment Macherey (P.), Le sujet des normes, Paris, Éditions Amsterdam, 2014.

3Par le jeu subtil et dialectique des distinctions conceptuelles, on perçoit mieux en quoi, loin de s’opposer frontalement comme deux antithèses, l’extra-ordinaire de l’utopie et l’infra-ordinaire du quotidien sont susceptibles de se rejoindre sans toutefois se confondre l’un avec l’autre. De l’utopie il y en a discrètement au travail dans les écarts du quotidien de la même façon que « l’inquiétante étrangeté » traverse le fil du quotidien en direction de l’utopie, mais sans à nouveau que la charge d’utopie que contient in nuce le quotidien se réduise à lui. À l’inverse, il ne serait peut-être pas si paradoxal de soutenir que l’atopie et l’ordinaire, la fuite hors du réel et la platitude du réel, partagent quant à eux un seul et même plan : celui de l’« idéologie », thème qui apparaît en toile de fond des réflexions de Macherey dans plusieurs ouvrages8. Car qu’est-ce que l’impossible déréalisé de l’atopie sinon l’envers exact d’un ordinaire que plus rien ne vient inquiéter ? À l’idiotie du réel qui se répète correspond la rêverie innocente qui souhaite s’en échapper. Pour paraphraser la formule de Breton citée en exergue, les rapports dialectiques de l’utopie et du quotidien relèvent d’une altérité inclusive où les deux termes en présence préservent leur singularité tout en s’appelant réciproquement ; alors que les rapports idéologiques entre l’atopie et l’ordinaire sont de congruence parfaite en se conglomérant l’une à l’autre.

  • 9 Benjamin (W.), « Le surréalisme. Le dernier instantané de l’intelligentsia européenne », in Benjami (...)
  • 10 Macherey (P.), Pour une théorie de la production littéraire, Paris, Maspero, 1980 et Macherey (P.),(...)
  • 11 Macherey (P.), « Pour faire le point », exposé présenté à l’Ecole Normale Supérieure (Paris), 20 fé (...)

4« L’autre monde qui est inclus dans celui-ci » est au cœur de « l’expérience surréaliste » que Walter Benjamin, ce grand penseur dialectique de l’utopie, avait décrit en termes d’« illumination profane ». Benjamin opposait déjà à la régression atopique du romantisme fuyant le réel par la rêverie le potentiel utopico-révolutionnaire du surréalisme en soulignant que « nous ne pénètrerons le mystère que pour autant que nous le retrouvons dans le quotidien, grâce à une optique dialectique qui reconnaît le quotidien comme impénétrable et l’impénétrable comme quotidien »9. La référence au surréalisme constitue ici bien plus qu’une « référence littéraire » en ce que la littérature donne véritablement à penser, ce sur quoi Macherey n’a eu de cesse d’insister tout au long de ses travaux10. En brouillant les lignes de partage trop simples entre illusion et réalité, la fiction littéraire, à l’instar des récits utopiques, se prête en effet elle aussi parfaitement à un exercice dialectique de transformation en prise décalée avec la réalité. « Avec la littérature, – nous recommande Macherey – renonçons à nous contenter d’interpréter le monde, et essayons de le voir différent de ce qu’il est, ou plutôt essayons de le voir tel qu’il est en tant qu’il est, au présent et non au futur du "grand soir", engagé dans le mouvement de sa transformation »11.

  • 12 Perec (G.), L’infra-ordinaire, op. cit., p. 11-12.
  • 13 Begout (B.), La découverte du quotidien, Paris, Allia, 2010.
  • 14 Dayan-Herzbrun (S.) et al., « L’homme est un animal utopique. Entretien avec Miguel Abensour », Mou (...)
  • 15 Macherey (P.), Identités, Lille, De l’incidence éditeur, 2013.
  • 16 Ibid., p. 12.

5Mais qui dit dialectique dit aussi, de près ou de loin, médiation. Bien que la dialectique ouverte de l’utopie et du quotidien ne se laisse que difficilement résorber par un seul et unique terme médiateur (rôle qu’endosse par exemple l’idéologie pour les rapports entre atopie et ordinaire), des points de jonction – en soi toujours discutables – peuvent néanmoins être tracés entre l’infraet l’extra-ordinaire. À partir d’une enquête sur l’infra-ordinaire, Perec lançait la possibilité de « fonder enfin notre propre anthropologie : celle qui parlera de nous, qui ira chercher en nous ce que nous avons si longtemps pillé chez les autres. Non pas l’exotique, mais l’endotique »12. La « découverte du quotidien »13 en tant que terra incognita indéfiniment à explorer a pour effet d’inquiéter l’homme prétendument civilisé et de l’exotiser à son tour. À cette décentration de l’homme par la découverte de l’infraordinaire semble faire écho un autre trait anthropologique, celui de l’humain comme « animal utopique ». D’après Miguel Abensour, l’utopie coïnciderait en effet avec le « surgissement de l’humain, non pas sous la forme du retour chez soi, mais en tant que découverte du non-lieu qui vient hanter et doubler tout lieu »14. Entre le devenir étranger à soi par la découverte du quotidien et le « pas hors de l’homme » effectué grâce au truchement de l’utopie, l’humain joindrait en quelque sorte les deux bouts. Mais plutôt que de renvoyer à la dimension hautement périlleuse de l’Homme, c’est peut-être aussi et surtout au niveau de la subjectivité que viendrait se jouer une partie de l’intrigue entre utopie et quotidien. C’est en tout cas ce à quoi nous invite Pierre Macherey dans son livre Identités15. Macherey y part du postulat selon lequel le fameux dilemme, qui taraude la réflexion philosophique sur l’identité personnelle au moins depuis Locke, entre « l’identité-chose » (la mêmeté) et « l’identité-acte » (l’ipséité) non seulement ne se laisse pas trancher mais qu’« il faut renoncer à le trancher »16. En tant qu’« énigme irrésoluble », l’identité personnelle se trouve à la charnière de l’utopie et du quotidien, le sujet humain étant constamment pris entre une identité à laquelle il est assigné par la voie de l’interpellation idéologique et une identité proprement indéfinie parce que « flottante, hésitante, en cours de transformation ».

6Ce bref parcours introductif à travers les méandres dialectiques des rapports qu’entretiennent utopie et quotidien n’avait évidemment pour but que de signaler certains des problèmes que soulève pareille articulation. Il n’épuise en rien la richesse des contributions que le lecteur s’apprête à lire, au cours desquelles ce sont tour à tour la théorie littéraire, l’analyse cinématographique, la phénoménologie, la philosophie sociale et politique qui se trouvent convoquées, afin de nouer et de dénouer constamment l’entrelacs de l’infra- et de l’extra-ordinaire. En entrée de volume, Pierre Macherey entreprend de penser ensemble utopie et quotidien. À partir de l'écart apparent qui semblerait placer ces deux termes sur des plans suffisamment disjoints pour n'avoir aucun rapport – l'utopie procèderait de la fuite imaginaire, là où le quotidien serait voué au terre à terre factuel, répétitif et ordinaire – Macherey attire l'attention sur l'ambivalence qui caractérise intrinsèquement tant le récit utopique que la trame du quotidien. En soulignant la dimension critique de chacun d'eux, il nous invite à explorer la puissance du négatif dont l'utopie et le quotidien sont chargés, ainsi reliés l'un à l'autre par des potentialités communes de contestation et d'investigation du réel.

7Les deux contributions suivantes tentent quant à elles d’approfondir séparément les dimensions de l’utopie et du quotidien. C’est tout d’abord la notion d’utopie qui est interrogée par Sébastien Laoureux. Avec pour toile de fond les deux dilemmes – l’un ontologique, l’autre éthique – de l’utopie identifiés par Macherey dans De l’utopie !, mais aussi sur la base du constat d’une méfiance de la pensée critique contemporaine à l’égard de l’utopie, Laoureux revient sur ses nombreuses potentialités. Plus particulièrement, c’est la perspective de Jacques Derrida qui est ici mobilisée. Plutôt critique à son égard, on peut pourtant se demander dans quelle mesure Derrida ne mobilise pas – à travers le concept d’« impossible » – les dimensions critiques et émancipatrices de l’utopie que le travail de Macherey met en évidence. Il est vrai, comme Macherey le montre à travers son dilemme éthique, que l’utopie possède également un versant proprement aliénant. Serait-ce l’une des raisons qui pourrait justifier le retrait de l’utopie dans la pensée critique contemporaine – dont celle de Derrida ? Mais le concept derridien d’impossible parvient-il néanmoins à éviter la fragilité constitutive de l’utopie ? Et en quoi l’impossible de Derrida éviterait-il de tomber dans les écueils de l’atopie pointés par Macherey ?

8L’ouvrage Petits riens constitue le point de départ des analyses du quotidien proposées par Philippe Sabot. S’intéressant plus particulièrement à la quatrième partie de l’ouvrage – intitulée « Approches critiques » –, sa contribution reprend la perspective déployée par Jean Baudrillard dans ses premiers travaux – non sans rappeler la façon dont celle-ci s’inscrit et prolonge les réflexions de Henri Lefebvre, de Maurice Blanchot, de Guy Debord ou encore de Georges Perec. Ce sont les mécanismes complexes et ambivalents de l'aliénation propre à la pratique quotidienne de la consommation qui constituent ici le fil conducteur. Comme le montre Baudrillard à travers une analyse du « mythe fonctionnaliste », dans l’univers consumériste les hommes désormais donnent la réplique à des objets qui les commandent. Néanmoins, fidèle en cela à une perspective « dialectique » sur le quotidien qui fait d’ailleurs le propre des « approches critiques », et retrouvant par là-même l’une des spécificités de l’utopie, Sabot indique la façon, paradoxale, dont certains objets (les objets « anciens » de collections, les objets relevant de l’automatisme) échappent à une telle fonctionnalisation, pour in fine ne faire que la déplacer produisant en ce sens d’autres formes d’aliénation aux objets.

9Les contributions respectives de Berns et Avez adoptent résolument l’angle du contemporain pour démêler les rapports entre utopie du quotidien. Thomas Berns se penche sur l’émergence d’une nouvelle forme de gouvernementalité – la « gouvernementalité algorithmique » – pour questionner la possibilité d’une « utopie du quotidien » au double sens, objectif et subjectif, du génitif. Même s’il remonte au vieux rêve moderne d’une mise en nombre du monde, ce mode de gouvernement, rendu techniquement possible par la récolte et la conservation de données numériques (big data) et leur analyse au moyen de puissantes machines de calcul, prend la forme d’une utopie du quotidien en ce qu’il prétend non plus imposer de l’extérieur des normes mais à faire émerger celles-ci depuis l’« objectivité » du réel lui-même. Comme le suggère Berns, le danger d’une telle utopie (ou dystopie) contemporaine réside moins dans son caractère « totalitaire » (big data is watching you) que dans sa prétention à « neutraliser » le réel et à en lisser les aspérités, bref à le rendre « ordinaire ». Dans sa contribution, Peggy Avez repart du thème de l'efficience du virtuel pour elle aussi développer une hypothèse à propos d’une dystopie contemporaine. Le manque d'utopie aujourd’hui serait au moins partiellement lié à l'approche thérapeutique qui focalise l'attention sur les gestes les plus ordinaires de la vie quotidienne. Ultimement réduites à des déséquilibres énergétiques ou émotionnels, les souffrances individuelles sont autant de motifs allégués pour se désintéresser des problèmes « seulement » collectifs dont ils doivent être découplés. Là où le quotidien collectif minutieusement rêvé par la pensée utopique endosse une fonction critique à dimension sociale et politique, la perspective thérapeutique et psychologisante – actuellement dominante – dispense des techniques rassurantes, associées à une rhétorique anxiogène, voire paranoïaque. Elle engage les individus à se replier sur leurs pratiques privées, notamment domestiques : il appartient à chacun pris individuellement de changer sa manière de manger, de consommer, de gérer ses émotions, de se rapporter aux autres (potentiellement « toxiques »), pour changer sa vie, c'est-à-dire obtenir le bien-être promis. Prenant acte du caractère indéterminé de nos peurs comme de nos désirs, on peut jeter un éclairage sur la façon toute idéaliste dont les individus apaisent leurs craintes en surinvestissant les détails les plus prosaïques de leur vie privée et en laissant à d'autres le souci du socio-politique, ainsi relégué au second plan.

10La contribution d’Isabelle Ost explicite le rapport – faussement paradoxal – qui lie l'utopie et le quotidien à travers un troisième terme, central dans la pensée de Macherey : la littérature. Dans cette perspective, il s'agit de mettre en évidence le nœud borroméen à la faveur duquel utopie et quotidien s'articulent « autour de leur rapport commun au singulier, au " petit rien" », mais aussi contre la réduction du quotidien au règne de l’effectif et du permanent, et à la faveur de l’ouverture à l’avenir et à l’imaginaire. Ost éclaire ce nœud par une compréhension de la littérature – celle du récit utopique et de son envers, le récit du quotidien – comme hétérotopie, comme non-lieu ou comme « contre-espace » de pensée à partir duquel, depuis le quotidien, s'ouvrent des possibles utopiques. C’est à la recherche d’une jonction entre utopie et quotidien que s’attelle pareillement la contribution de Louis Carré à l’aide cette fois d’un exemple cinématographique : le film Wanda réalisé et interprété par Barbara Loden en 1970. La subjectivité « à la dérive » du personnage de Wanda permet non seulement d’appréhender la manière dont l’utopie travaille de l’intérieur le quotidien en apparence le plus banal, mais aussi de reprendre à neuf, grâce à la spécificité du médium cinématographique, la question de la tension irréconciliable entre « Moi » social et « Je » privé que Macherey a mise au jour dans son interprétation des photogrammes de Cindy Sherman.

11C’est également aux ressorts multiples de la subjectivité que s’intéressent les deux contributions avec lesquelles s’achève le volume. Délia Popa interroge l'articulation entre liberté et nécessité qui se déploie dans la pensée de Macherey, tant dans ses réflexions sur le quotidien que dans celles sur l'identité personnelle et le statut des normes. Ainsi la circularité pathologique qui suspend la liberté à une forme de nécessité apparaît-elle aussi comme ce qui ouvre, par ses instabilités propres, la possibilité d'une marge et par là d'une créativité. Au gré d'un détour par une analyse de la répétition – constitutive de la routinisation opérée par les normes –, Popa examine la façon dont la créativité demeure le pendant de la vulnérabilité des sujets qui, quoique livrés à un certain nombre d'automatismes, peuvent à travers eux initier une action transformatrice. Parce que le quotidien ouvre aussi des brèches où l'extra-ordinaire peut s’immiscer, parce que les troubles qui accablent le sujet sont aussi ce par quoi il peut innover, on peut défendre un « optimisme de la pratique » qui dépasse l'insuffisante alternative entre liberté et déterminisme. Repartant d’abord de la compréhension – élaborée par Pierre Macherey dans sa présente contribution – du quotidien et de l’utopie comme constituant les deux faces d’une même réalité, la contribution de Florence Caeymaex s’attarde sur la pensée de Foucault qu’elle interroge à partir de sa critique des notions de sujet et de souveraineté. Sur fond d’« investissement utopique » – au sens d’une opération critique qui affecte le réel en son ici-et-maintenant – de la notion de subjectivité, Caeymaex nous propose un parcours dans l’œuvre foucaldienne afin d’insister sur la dernière de ses étapes, marquée par un retour à l’Antiquité. Or le détour par les Anciens semble se caractériser par la mobilisation de la métaphore politique de la souveraineté lorsqu’il s’agit de décrire la subjectivité (socratique, stoïcienne et cynique). Pourtant, une telle projection rétrospective sur les Anciens est interprétée non pas comme la réinstauration de l’idée du « sujet souverain », mais plutôt comme une fiction utopique. La fiction utopique du sujet antique, imaginée par Foucault, endosserait alors le rôle de « levier d’une critique immanente » vis-à-vis notamment de la fiction moderne de la souveraineté.

Notes

1 Macherey (P.), Petits Riens. Ornières et dérives du quotidien, Bordeaux, Éditions Le Bord de l’eau, 2009.

2 Macherey (P.), De l’utopie !, Lille, De l’incidence éditeur, 2011.

3 La « philosophie au sens large » est le nom du Groupe d’études animé par Pierre Macherey à l’Université Lille 3 ainsi que de son blog (philolarge.hypotheses.org).

4 La célèbre citation tirée des Chants du Maldoror se trouve détournée par Macherey dans la partie de De l’utopie ! qu’il consacre à Fourier (De l’utopie !, op. cit., p. 305).

5 Macherey (P.), De l’utopie, op. cit., p. 73.

6 Voir la contribution de Pierre Macherey dans le présent volume : Macherey (P.), « Utopie et quotidien : les deux faces d’une même réalité ».

7 Perec (G.), L’infra-ordinaire, Paris, Seuil, 1989, p. 11.

8 Voir notamment Macherey (P.), Le sujet des normes, Paris, Éditions Amsterdam, 2014.

9 Benjamin (W.), « Le surréalisme. Le dernier instantané de l’intelligentsia européenne », in Benjamin (W.), Œuvres II, Paris, Gallimard, 2000, p. 131.

10 Macherey (P.), Pour une théorie de la production littéraire, Paris, Maspero, 1980 et Macherey (P.), Philosopher avec la littérature. Exercices de philosophie littéraire, Paris, Hermann éditeurs, 2013.

11 Macherey (P.), « Pour faire le point », exposé présenté à l’Ecole Normale Supérieure (Paris), 20 février 2012, disponible sur le site http://philolarge.hypotheses.org

12 Perec (G.), L’infra-ordinaire, op. cit., p. 11-12.

13 Begout (B.), La découverte du quotidien, Paris, Allia, 2010.

14 Dayan-Herzbrun (S.) et al., « L’homme est un animal utopique. Entretien avec Miguel Abensour », Mouvements, 2006/3, no 45-46, p. 83. Voir également

15 Macherey (P.), Identités, Lille, De l’incidence éditeur, 2013.

16 Ibid., p. 12.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540