Version classiqueVersion mobile

Légiférer, gouverner et juger

 | 
Éric Bousmar
, 
Philippe Desmette
, 
Nicolas Simon

Justice, gouvernement et législation dans les Pays-Bas espagnols (XVIe-XVIIe siècle)

L’abolition du Conseil des Troubles du duc d’Albe, un conseil « communément haï » aux Pays-Bas (1573-1576)

Gustaaf Janssens

Texte intégral

  • 1 La meilleure biographie du duc d’Albe (1507-1592) est encore et toujours celle de Maltby (W.S.), A (...)
  • 2 Le duc d’Albe à Philippe II, 6.7.1568 (CODOIN, XXXVII, p. 297), et le même au même, 16.4.1573 et 1 (...)
  • 3 « Descripción sumaria de la forma de la república de los Países Bajos de su Magestad », [1573] (CO (...)
  • 4 « La nominación de los juezes, advogados fiscales y secretarios para el tribunal. En Bruselas a 5 (...)
  • 5 Pour le nombre d’exécutions, nous nous basons sur Decavele (J.), « Historiografie van het zestiend (...)
  • 6 Par exemple dans De kroniek van Godevaert van Haecht over de troebelen van 1565 tot 1574 te Antwer (...)
  • 7 Scheerder (J.), « De werking van de inquisitie », in Opstand en Pacificatie in de Lage Landen. Bijd (...)
  • 8 Verheyden (A.L.E.), op. cit., p. 34-35.
  • 9 Sánchez (D.M.), El deber de consejo en el estado moderno. Las Juntas “ad hoc” en España (1474-1665) (...)
  • 10 Janssens (G.), « The Duke of Alba : Governor of the Netherlands in Times of War », in Alba. General (...)

1L’action de Fernando Álvarez de Toledo, troisième duc d’Albe, en tant que gouverneur des Pays-Bas (1567-1573)1 est indissociablement liée au Conseil des Troubles (1567-1576) qui devait lui permettre de punir les responsables des troubles de 1566. Voilà pourquoi ce Conseil a été nommé « Conseil de la Révolte » ou « Conseil des Révoltes » (« Consejo de la Rebelión » ou « Consejo de rebeliones »)2. Le Conseil des Troubles n’était pas un véritable tribunal mais plutôt un conseil consultatif extraordinaire, comme le montre la description de l’administration aux Pays-Bas remise en octobre 1573 au successeur du duc d’Albe3. Toutefois, les gens de l’époque, et le duc d’Albe lui-même, considéraient bel et bien le Conseil comme un tribunal4. En raison des multiples condamnations à mort prononcées par le Conseil des Troubles, et des quelque 1.073 personnes exécutées5, il allait bien vite être appelé « Conseil du Sang »6. Le Conseil des Troubles ne fut pas créé pour combattre l’hérésie, mais bien pour punir la rébellion7. Certains soutiennent que le Conseil des Troubles était « illégal » dès sa création, n’ayant pas été officiellement institué par le Roi8. Le Conseil peut cependant être considéré comme un organe consultatif ad hoc. De tels conseils consultatifs provisoires extraordinaires ou « jointes » (juntas) étaient déjà constitués depuis l’époque des Rois catholiques pour examiner des problèmes spécifiques et souvent difficiles. Le recours aux jointes ad hoc allait s’intensifier sous le règne de Charles Quint et devenir très courant à l’époque de Philippe II. Ces juntas étaient réunies à la demande du Roi et se limitaient à recueillir des informations et formuler des avis, après quoi le souverain prenait la décision qu’il estimait la plus appropriée9. En tant que gouverneur-général, le duc d’Albe était le représentant du Roi aux Pays-Bas. Il promulguait les ordonnances au nom du Roi et il avait mandat pour punir les rebelles10, si bien qu’il nous semble normal que lui et lui seul prenne au final la décision concernant tous les cas qui étaient examinés par le Conseil des Troubles.

  • 11 Janssens (G.), « Brabant in het Verweer ». Loyale oppositie tegen Spanje’s bewind in de Nederlanden (...)
  • 12 Maltby (W.S.), op. cit., p. 153 et p. 156. Voir aussi Versele (J.), op. cit., p. 9-10 et 31. Sur la (...)
  • 13 Arnade (P.), Beggars, Iconoclasts, and Civic Patriots. The Political Culture of the Dutch Revolt, I (...)
  • 14 Maltby (W.S.), op. cit., p. 153.

2Pour les contemporains, et surtout pour les générations suivantes, le Conseil des Troubles fut avant tout l’illustration « de la tyrannie et de la férocité du duc d’Albe »11. Cette image, qui est nuancée par l’historiographie récente, s’inscrit dans la légende noire (la leyenda negra) qui, dès le XVIe siècle, s’est répandue au sujet de l’Espagne, et en particulier au sujet du duc d’Albe12. Peu de temps après sa création déjà, le travail et les pouvoirs du Conseil, considéré par l’opposition comme étant contraire à tout ce que les signataires du Compromis des nobles avaient souhaité, allait faire l’objet de critiques13. Plus que tout autre acte du duc d’Albe, son « Conseil des Troubles » a contribué à donner une image négative de son action aux Pays-Bas14.

  • 15 Gachard (L.-P.), « L’abolition du Conseil des Troubles », in Id., Études et notices, op. cit., t. I (...)

3Le départ du duc d’Albe des Pays-Bas n’entraînera pas la disparition du Conseil des Troubles. Il faudra attendre 1576 pour que le Conseil soit effectivement aboli. Dans le sillage de Louis-Prosper Gachard, et inspirée par l’historiographie récente sur la politique de pacification aux Pays-Bas dans les années 1567-1576, la présente contribution traite de la difficile abolition d’un Conseil qui « était très haï dans ces pays »15.

  • 16 Soen (V.), Geen Pardon zonder Paus ! Studie over de complementariteit van het koninklijk en pauseli (...)
  • 17 Janssens (G.), « Brabant in het Verweer », op. cit., p. 160-163. Une étude « classique » sur la gue (...)
  • 18 « Jamás será necessario embiar de allá otro dinero » : le duc d’Albe à G. De Zayas, 1.1.1572 (AGS,(...)
  • 19 Sur le Dixième Denier : Janssens (G.), « De Tiende Penning van Alva : factor van goed bestuur en c (...)

4Le duc d’Albe avait pour mission de ramener le calme dans les Pays-Bas, de réprimer la rébellion naissante et de préparer la venue du Roi16. Le Roi restera cependant en Espagne et le duc occupera pendant un peu plus de six ans la fonction de gouverneur des Pays-Bas. Après moins d’un an, alors que les « principaux meneurs » (los principales) avaient été arrêtés et qu’il semblait avoir la situation sous contrôle, Albe dut mobiliser ses troupes contre des bandes armées opérant sous la conduite de Louis de Nassau. Lorsqu’en octobre 1568, Guillaume d’Orange entra aux Pays-Bas depuis l’Allemagne à la tête d’une armée, ce fut le début d’une guerre qui allait dégénérer en guerre civile17. Les opérations militaires entraînèrent le duc d’Albe dans des difficultés financières et en 1569, il proposa aux États des différentes régions des impôts permanents sous la forme d’un « Dixième Denier » (10 % sur la vente de tous les biens immobiliers, à charge du vendeur) et d’un « Vingtième Denier » (5 % sur la vente de tous les biens immobiliers, également à charge du vendeur). Ces nouveaux impôts devaient permettre au gouverneur de ne plus devoir demander de dotations (« aides ») aux États, une procédure qui s’accompagnait toujours de longues et laborieuses négociations. Les nouveaux impôts suscitèrent de vives résistances et bien que leur perception n’ait pas encore été effectuée début 1572, le duc d’Albe persistait à les maintenir, car ils auraient rendu superflus les envois d’argent venant d’Espagne18. Finalement, le Dixième et le Vingtième Denier seront abandonnés et remplacés par une « aide » annuelle de 2 millions de florins. La résistance au Dixième Denier fut un facteur important dans la révolte contre le pouvoir du duc d’Albe, l’opposition n’étant pas dictée par une conviction religieuse19.

  • 20 Janssens (G.), « Le duc d’Albe, artisan de la paix et initiateur de la bonne gouvernance aux Pays-B (...)
  • 21 Janssens (G.), « Het “politiek testament” van de hertog van Alva : aanbevelingen voor don Luis de R (...)

5Après les succès militaires de 1568, le duc d’Albe put se concentrer entièrement sur les questions d’État et de religion. Il réussit à mener à bonne fin les nominations d’évêques contestées en installant Franciscus Sonnius comme évêque d’Anvers en 1570. Cette année-là, un synode épiscopal fut organisé pour la province ecclésiastique de Malines et, le 16 juillet 1570, le gouverneur annonça le Pardon Général attendu de longue date. Le duc d’Albe semblait alors en mesure de pouvoir quitter les Pays-Bas en « pacificateur »20. La rébellion de grandes parties de la Hollande et de la Zélande contre le pouvoir royal en 1572, l’intervention de Guillaume d’Orange en tant que stadhouder des zones contrôlées par les rebelles et la nouvelle situation de guerre qui en résulta, eurent cependant comme conséquence d’empêcher le gouverneur de retourner en Espagne. Ce n’est que fin 1573 qu’il put transmettre le pouvoir à Luis de Requeséns y Zúñiga21.

Le Conseil des Troubles et l’administration des biens confisqués

  • 22 Soen (V.), Vredehandel, op. cit., p. 83.
  • 23 Versele (J.), « Rapport de Gerónimo de Roda sur le fonctionnement du Conseil des Troubles aux Pays- (...)
  • 24 Viglius à Hopperus, 5.6.1568, cité par Postma (F.), « Viglius van Aytta en Joachim Hopperus tegeno (...)
  • 25 Horst (D.R.), De Opstand in zwart-wit. Propagandaprenten uit de Nederlandse Opstand (1566-1584), Zu (...)
  • 26 Par exemple les chansons no 29, 32, 40, 43, 45, 52, 53, 55, 56, 79, 80 et 81, in Het Geuzenliedboe (...)
  • 27 Geurts (P.A.M.), De Nederlandse Opstand in de Pamfletten, Utrecht, 1978, p. 28 et 37-40 (Historisch (...)

6Dès sa prise de fonction comme gouverneur, le duc d’Albe choisit la « voie de rigueur »22. Le Conseil des Troubles constituait à cet égard un instrument important, étant « l’outil gouvernemental du duc d’Albe et le siège de ses favoris »23. Les critiques à l’égard du Conseil n’allaient pas tarder. Viglius, le président du Conseil d’État, jugeait inacceptable que le crime de lèse-majesté soit si souvent invoqué, mettant ainsi hors jeu, selon lui, les instances judiciaires ordinaires24. Des estampes illustrant « les atrocités et l’horreur » du « gouvernement tyrannique » du duc d’Albe parurent également25. Des chansons de gueux éreintaient le duc d’Albe et en particulier son Dixième, mais dans ces chants, le Conseil des Troubles n’était pas un thème majeur. Par contre, le sort funeste des comtes d’Egmont et de Hornes, tous deux décapités, y apparaît régulièrement26. On a retrouvé peu de pamphlets de l’époque s’attaquant au Conseil des Troubles. La Copie van den Puncten ende Articulen, ghesloten by den hertoge van Alba, ende zijnen nieuwe Raet van twelven date de 1568. Cette pièce circulait en néerlandais et en allemand et doit être envisagée en lien avec les pamphlets qui sont apparus dans l’entourage de Guillaume d’Orange et qui défendaient l’action du Prince27.

  • 28 Marnef (G.) et de Schepper (H.), « Conseil des Troubles », op. cit., p. 471, et Versele (J.), « Rap (...)
  • 29 Payen (C.), op. cit., p. 143.
  • 30 Soen (V.), Vredehandel, op. cit., p. 83. Marguerite, duchesse de Parme (1522-1586), fille naturelle (...)
  • 31 M. Morillon à A. Perrenot de Granvelle, 12.10.1567 : Correspondance du Cardinal de Granvelle, 1565 (...)
  • 32 M. Morillon à A. Perrenot de Granvelle, 9.11.1567 (cité dans Verheyden (A.L.E.), op. cit., p. 72). (...)
  • 33 M. Morillon à A. Perrenot de Granvelle, 13.6.1574 (cité dans Soen (V.), Geen Pardon, op. cit., p.  (...)

7Si les jugements du Conseil des Troubles après 1568 ne formèrent pas un thème spécifique dans les actions dirigées contre le gouvernement du duc d’Albe, ceci tient sans doute au fait que le temps des multiples procès était alors déjà révolu (84 % de toutes les condamnations eurent lieu en 1568) et que le Conseil, par la suite, allait s’occuper principalement de l’administration des biens confisqués aux condamnés28. À cet effet, une Chambre des Confiscations fut constituée, avec Martin Van den Berghe comme « receveur général des confiscations » et une série de receveurs locaux29. Marguerite de Parme, juste avant son départ des Pays-Bas, avait déclaré qu’en confisquant les biens des condamnés, le Conseil des Troubles avait provoqué une grande agitation30. Maximilien Morillon qui, en tant que vicaire-général, dirigea l’archevêché de Malines en l’absence du cardinal Granvelle, fit remarquer pour sa part que plusieurs membres du Conseil estimaient « que l’on est par trop encharné sur les confiscations »31. Il indiqua que l’action brutale de Juan de Vargas soulevait des critiques, mais il n’émit aucune critique par rapport à la mission du Conseil des Troubles32. De nombreuses années plus tard, lorsqu’à l'été 1574 fut évoquée l’extension de la restitution des biens confisqués aux réfugiés catholiques rentrés au pays à toute personne qui rentrerait, Morillon estima que « l’avarice d’aulcuns que conduisent le Conseil des Troubles gatte tout »33.

  • 34 M. Morillon à A. Perrenot de Granvelle, 12.7.1572 : BÉC, Collection Granvelle, no 98, f° 82r° (cet (...)
  • 35 M. Morillon à A. Perrenot de Granvelle, 17.10.1572 : Correspondance du cardinal de Granvelle, t. I (...)
  • 36 Sur la réaction du prince d’Orange (1533-1583) à sa condamnation par le Conseil des Troubles : Swa (...)
  • 37 Janssens (G.), « Cardinal Granvelle and the Revolt in the Netherlands. The evolution of his thought (...)
  • 38 Janssens (G.), « Brabant in het Verweer », op. cit., p. 155-156 ; Id., « Joachim Hopperus en Willem (...)
  • 39 « Parecer de Hopperus tocante a los Payses Baxos » [1571 ou 1572] : AGS, Estado, leg. no 551, f° 1 (...)
  • 40 L. De Villavicencio à Philippe II, 22.2.1567 : AGS, Estado, leg. no 573, f° 239/240, et Scheerder (...)
  • 41 Janssens (G.), « Brabant in het Verweer », op. cit., p. 146-147, et Id., « “Barmhartig en rechtvaar (...)

8En 1572, Morillon soulignait que les actions drastiques du duc d’Albe provoquaient un grand mécontentement et avaient engendré « une hayne et extrème indignation contre son Excellence et ceulx de sa suytte ». Il insistait sur le rôle joué, dans ce contexte, par les confiscations et plaidait pour que l’on agisse plus en douceur34. Dans une autre lettre à Granvelle, il écrit que Juan de Vargas « veult faire riche le Roy par confiscations »35. Les confiscations avaient notamment porté atteinte à l’honneur et à la fierté des nobles. Ce fut du reste l’une des principales raisons qui incitèrent Guillaume d’Orange et d’autres membres de la haute noblesse comme Guillaume IV van den Bergh, à s’engager dans la lutte armée contre le pouvoir du duc d’Albe en 1568 et les années suivantes36. Le Cardinal Granvelle, qui s’était montré élogieux à l’égard du Conseil des Troubles en 1567-1568, estimait en 1572 que l’approche brutale du duc d’Albe n’offrait pas de solution37. Même Joachim Hopperus, le juriste frison qui avait été appelé en Espagne au printemps 1566 pour conseiller le Conseil d’État espagnol (Consejo de Estado) sur la situation aux Pays-Bas, et qui en 1567 soutenait sans réserve la création du Conseil des Troubles et l’action drastique du duc d’Albe, était d’un autre avis en 1572. Il s’interrogeait sur le fonctionnement du Conseil des Troubles et craignait que l’opposition à la politique du gouverneur (en particulier l’opposition au Dixième et au Vingtième Denier) finisse par se retourner contre le Roi. Dans sa Vraie narration sommaire du gouvernement du ducq d’Albe des Pays Bas du Roy nostre seigneur (non datée, mais de 1572 ou postérieure à cette année), Hopperus écrit qu’Albe ne visait que la force des armes et l’effusion de sang et n’envisageait pas la clémence ou le pardon38. Dans un autre mémoire, également non daté, sur la situation aux Pays-Bas, il met l’accent sur les dépenses que représentaient les fortes rétributions des membres du Conseil des Troubles. Le Conseil coûterait plus au Roi que tous les autres conseils aux Pays-Bas et comprenait seulement « quatre hommes avec droit de vote, mais qui ne connaissaient ni la langue, ni les usages, ni la situation, ni les droits » des Pays-Bas39. Fray Lorenzo de Villavicencio, qui se nommait lui-même « le créateur » du Conseil des Troubles et avait proposé en 1567 d’écrire un pamphlet pour démontrer que l’arrivée du duc d’Albe était bénéfique à la défense de la liberté et des privilèges des catholiques40, exhortait le Roi, en 1572, à abolir le Conseil des Troubles. Il motivait sa proposition en soulignant que les confiscations touchaient principalement les familles des condamnés et il encourageait Philippe II à « gagner les cœurs des sujets »41.

  • 42 Soen (V.), Vredehandel, op. cit., p. 84-85, mentionne à cet égard un avis que Philippe de Sainte-Al (...)
  • 43 Hortal Muñoz (J.E.), « La conseción de mercedes en los Países Bajos durante el gobierno del duque d (...)
  • 44 AGS, Estado, leg. no 544, f° 101 (proposition de J. Hopperus, [été 1569]).
  • 45 J. Hopperus à Philippe II, 6.10.1571 : AGS, Estado, leg. no 544, f° 152.
  • 46 Postma (V.), « Viglius van Aytta en Joachim Hopperus », op. cit., p. 41.

9Une manière de « gagner les cœurs » était d’emprunter la « voie de douceur ». Une application concrète de cette « voie » consistait à récompenser les nobles restés loyaux avec de l’argent et d’autres présents42. Le duc d’Albe lui-même, malgré sa décision d’emprunter la « voie de rigueur », avait envisagé cette stratégie, comme le prouve un mémoire du 31 janvier 1569. Ce document constitue, selon José Eloy Hortal Muñoz, l’un des textes les plus importants en ce qui concerne les premières années du gouvernement du duc d’Albe aux Pays-Bas. Dans cet écrit, le duc passe en revue tous les personnages importants, donne son opinion sur chacun d’eux et propose de répartir les tâches, de combler les fonctions qui étaient devenues vacantes et de récompenser des nobles et des fonctionnaires, tant espagnols que néerlandais, avec des sommes d’argent. Au sein du Consejo de Estado espagnol, la proposition donna lieu à une discussion à laquelle prit part Joachim Hopperus. La réponse de Philippe II ne fut formulée que le 19 septembre 156943. Elle était basée sur une proposition de Hopperus qui suggérait de récompenser les nobles avec des seigneuries confisquées et d’offrir à d’autres personnes de l’argent provenant du produit des confiscations. Selon Hopperus, ceci permettrait au Roi de renforcer sa position et son pouvoir en tant que souverain44. Les plans concernant l’affectation des seigneuries confisquées et des revenus provenant des biens confisqués furent élaborés en 1569-1571, une période relativement calme sur le plan militaire aux Pays-Bas. Mais c’était aussi la période durant laquelle l’opposition au Dixième et au Vingtième Denier grandit. Hopperus s’en inquiétait. Il constata que beaucoup luttaient non seulement contre le Dixième et le Vingtième Denier, mais aussi contre le pouvoir même. Selon lui, certains n’avaient pas peur « d’inciter le peuple à la révolte »45. La souveraineté du Roi risquait d’être menacée, ce qui fut l’une des raisons pour lesquelles Hopperus, mais aussi Viglius et d’autres personnalités loyales, se montrèrent critiques à l’égard du gouvernement du duc d’Albe aux Pays-Bas à partir de l’été 1572. Son action était à leurs yeux un dangereux « accident de parcours » auquel il pouvait être remédié en nommant un autre gouverneur46.

Critiques contre le Conseil des Troubles

  • 47 « El remedio que parece sería conveniente para las cosas de Flandes el año 1573 » : Madrid, Biblio (...)
  • 48 Fernández Conti (S.), Los Consejos de Estado y Guerra de la monarquía hispana en tiempos de Felipe (...)
  • 49 « Lo que paresció al consejo que se podía dezir a Hopperus, en Madrid último de hebrero » [28.2.15 (...)

10Dans les années 1572-1573, les critiques à l’égard de la politique du duc d’Albe et du travail du Conseil des Troubles s’intensifièrent. Selon un observateur anonyme, ni une intervention armée ni le renforcement de l’armée n’étaient les bons remèdes pour résoudre les problèmes, et l’on souhaitait ardemment que le Conseil des Troubles, « qui était communément haï », soit supprimé47. Dans les années 1572-1573, de nombreuses propositions furent mises sur papier à Madrid pour mettre fin à la guerre aux Pays-Bas. Le 28 février 1573, Hopperus proposa d’organiser le gouvernement « comme autrefois » (ce qui voulait dire « comme au bon vieux temps de Charles Quint »)48 et de supprimer tout ce qui avait été mis en place « en s’écartant de l’ordinaire », en particulier le Conseil des Troubles, une administration qui coûtait beaucoup d’argent, où régnait la confusion et où les choses n’avançaient pas. Sur ce point, le commentaire des membres du conseil madrilène fut plutôt vague. Ils recommandèrent que l’on demande au Roi de demander au gouverneur de veiller à ce que le droit se fasse de manière telle qu’aux Pays-Bas chacun soit satisfait49.

  • 50 Le duc d’Albe à Philippe II, 14.5.1573 : AGS, Estado, leg. no 555, f° 103 (résumé : Correspondance (...)
  • 51 « Relación sumaria de los proçessos que se an remitido a los Consejos Provinçiales destos Stados y (...)
  • 52 Philippe II au duc d’Albe, 13.7.1573 : AGS, Estado, leg. no 554, f° 73 (résumé : Correspondance de (...)

11Le duc d’Albe savait pertinemment que le travail du Conseil des Troubles était critiqué par l’opposition. Le 14 mai 1573, il fit savoir au Roi que des voix s’élevaient aux Pays-Bas en vue d’abolir le Conseil. Or, précédemment déjà, le gouverneur avait pris la décision de transférer un certain nombre de dossiers vers les conseils de justice provinciaux. En ce qui concerne le produit des confiscations, le duc d’Albe était clair : le Roi tirait un grand profit des rentes produites par les biens, et l’effort de guerre ainsi qu’une série de personnes et d’institutions (entre autres les religieux anglais réfugiés aux Pays-Bas) en profitaient également50. La lettre de duc était accompagnée d’un rapport. Il y déclare que l’argument avancé par les États selon lequel l’administration des biens irait à l’encontre de leurs privilèges, est un faux argument. Selon Albe, toutes les affaires concernant les privilèges sont réservées au souverain et à son Conseil. Il constate aussi qu’aux Pays-Bas, on « transige avec l’observance des ordonnances en matière de religion et avec la défense de la souveraineté du roi, la primauté et l’utilisation des possessions du souverain ». Le gouverneur indique ensuite que dès 1572, il avait transféré les dossiers concernant les religieux et les œuvres de bienfaisance aux conseils de justice provinciaux en vue de leur traitement. En définitive, les conseils de justice étudiaient les affaires et rédigeaient les sentences. Albe pouvait ensuite y apposer sa signature. Par ailleurs, les conseils de justice traitaient aussi bien des affaires pénales que civiles, si bien que les intéressés ne devaient plus se rendre à Bruxelles à cet effet. Le gouverneur pensait, de cette manière, décentraliser le travail du Conseil des Troubles51. Le Roi répondit qu’il allait tout examiner52.

  • 53 Janssens (G.), « Brabant in het Verweer », op. cit., p. 185-186.
  • 54 Parker (G.), Felipe II. La biografía definitiva, op. cit., p. 575.
  • 55 A. Perrenot de Granvelle à Juan Sagante, 15.6.1573 (cité dans Janssens (G.), « Cardinal Granvelle  (...)
  • 56 A. Perrenot de Granvelle à Juan de Zúñiga, 6.12.1573 : CODOIN, CII, p. 430. Juan de Zúñiga y Reque (...)

12Le 13 juillet 1573, le jour où Philippe II signait sa réponse au duc d’Albe, celui-ci obtint, avec la prise de Haarlem, son dernier grand succès dans la lutte contre les rebelles. Le siège d’Alkmaar devait en effet être levé, après quoi les soldats non rémunérés de l’armée du duc se mutinèrent53. L’échec du siège d’Alkmaar par le duc d’Albe fut pour les rebelles une importante victoire. In Alkmaar begon de victorie (« C’est à Alkmaar qu’a commencé la victoire »), allait-on dire plus tard en Hollande54. L’approche politique et militaire du duc d’Albe s’avérait un échec et le cardinal Granvelle constata que le gouvernement du duc d’Albe aux Pays-Bas était néfaste55. Plus tard dans l’année, lorsque le duc d’Albe partit pour l’Espagne, le cardinal préconisa, dans le cadre d’une politique générale de rétablissement, l’abolition du Conseil des Troubles. Selon lui, les sanctions pouvaient tout aussi bien être prononcées par le Conseil d’État, le Conseil Privé et les conseils de justice56.

  • 57 Versele (J.), « La razón de la elección de don Luis de Requesens como gobernador general de los Paí (...)
  • 58 Janssens (G.), « Brabant in het Verweer », op. cit., p. 207. Soen (V.), « Philip II’s Quest. The ap (...)

13Philippe II lui-même était à présent convaincu que le duc d’Albe n’apporterait pas la paix aux Pays-Bas. Il avait mené « avec droit et raison » une action punitive, mais « la haine à son égard était à l’évidence si grande que l’on ne voulait pas accepter le salut de ses mains ». C’est pourquoi le Roi nomma le Catalan don Luis de Requeséns y Zúniga (1528-1576) comme nouveau gouverneur général. Requeséns était un diplomate et administrateur d’expérience57. Il pouvait préparer l’arrivée aux Pays-Bas de don Juan d’Autriche en tant que « gouverneur-prince de sang », soutenait la politique militaire d’Albe, était conscient de la crise profonde dans laquelle se trouvaient les Pays-Bas, mais se refusait pour autant à en rejeter toute la faute sur le duc d’Albe58.

  • 59 De Wolf (J.G.C.), « Burocracia y tiempo como actores en el proceso de decisión. La sucesión del gra (...)
  • 60 Soen (V.), Geen pardon zonder Paus !, op. cit., p. 260.
  • 61 Philippe II à L. de Requeséns, 3.10.1573 (avec en annexe un aperçu de l'organisation de l'administ (...)
  • 62 Philippe II à L. de Requeséns, 20.10.1573 (cité dans Parker (G.), Felipe II., op. cit., p. 576). V (...)

14Requeséns, contrairement à son prédécesseur, était partisan d’un pardon et d’une autre approche des problèmes59. À son arrivée aux Pays-Bas le 17 novembre 1573, il n’était pas pour autant un « porteur du pardon »60. En ce qui concerne le Conseil des Troubles, le Roi lui avait fait savoir qu’il lui demanderait sous peu son avis61. À l’évidence, Philippe II ne voyait pas lui-même de solution et des avis divers et souvent contradictoires avaient, de son propre aveu, semé la confusion dans son esprit. Il ne pouvait dire quel était le meilleur remède pour les Pays-Bas. Le gouverneur devait en juger par lui-même. Il devait cependant éviter les mesures draconiennes et ne pouvait faire aucune concession dans le domaine religieux62.

  • 63 L. de Requeséns à Juan de Zúñiga, 22.11.1573 : CODOIN , CII, p. 378-381.
  • 64 « Recuerdos para el Señor Comendador Mayor de Castilla de algunas cosas conçernientes al Govierno (...)
  • 65 Le duc d’Albe à Philippe II, 16-4-1573 : Epistolario, III, p. 334-336.
  • 66 Le duc d’Albe à L. de Requeséns, 22 et 26.12.1573 : Epistolario, III, p. 657-658 et 659.
  • 67 Le duc d’Albe à Philippe II, 2.1.1574 : Epistolario, III, p. 573-579.

15Après son arrivée aux Pays-Bas, Luis de Requeséns se concerta à maintes reprises avec le duc d’Albe. Celui-ci donna à son successeur non seulement de bons conseils, mais aussi une série de lettres avec un avis complémentaire. Le duc indiqua clairement que selon lui, ce n’était pas le Dixième Denier, ni les exécutions ou les mauvais traitements de la part des soldats qui avaient été la cause de la révolte, mais bien la religion. Requeséns nota cependant, dans une lettre à son frère Juan, qu’il y avait des raisons de ne pas être d’accord avec cela63. L’issue de la lutte contre l’hérésie aux Pays-Bas dépendait, selon le duc d’Albe, du maintien du Conseil des Troubles. C’est la raison pour laquelle, dans ses recommandations du 2 décembre 1573, il jugeait les membres de ce Conseil extrêmement aptes à assister le nouveau gouverneur pour les questions de religion64. Le duc d’Albe se référait à cet égard à sa lettre au Roi du 16 avril 1573, dans laquelle il avait défendu l’action du Conseil des Troubles. Tout qui en disait du mal portait selon lui « préjudice à Dieu et au Roi ». Par ailleurs, le gouverneur insistait sur l’importance de l’administration des biens confisqués. En raison de « ce qu’il devait à Dieu et au Roi », il ne pouvait donc être d’accord avec l’abolition du Conseil des Troubles65. Dans les lettres du 22 et du 26 décembre 1573, le duc d’Albe se montrait préoccupé par l’éventuelle réexpédition des procès et par l’administration des sommes d’argent provenant des biens confisqués66. Enfin, dans une lettre du 2 janvier 1574 envoyée à Philippe II, il évoquait une fois de plus le Pardon général et le Conseil des Troubles. Un pardon n’apporterait selon lui aucun avantage, car ce que l’on demandait concernait la religion, qui « avait été la cause et le véritable fondement de la rébellion ». Selon le duc, on voulait saper l’autorité du Roi et le mettre sous tutelle. Le Conseil des Troubles servait, selon Albe, à défendre la foi et les privilèges royaux en ce qui concerne les biens confisqués. Si l’on devait supprimer le Conseil ou ne pas l’utiliser comme il se doit, cela créerait de très nombreux problèmes. Celui qui proclamait que le Conseil des Troubles devait être aboli devait, selon lui, « être bien puni »67.

Le long chemin vers l’abolition du Conseil des Troubles

  • 68 L. del Rio (1537-1578), né à Bruges de parents espagnols, juriste, membre du Conseil des Troubles, (...)
  • 69 G. de Roda (1525/1530-1580), juriste, auditeur auprès de la chancellerie de Valladolid, membre du (...)
  • 70 L. de Requeséns à Philippe II, 29.12.1573 : AGS, Estado, leg. no 554, f° 166/1. Voir aussi de Sche (...)

16Les lettres dans lesquelles Luis de Requeséns tient le Roi informé de la situation aux Pays-Bas en disent long sur les conceptions du duc d’Albe et sur la réaction de son successeur à ce sujet. Quelques jours avant que le duc d’Albe quitte Bruxelles, comme l’écrit Luis de Requeséns le 29 décembre 1573 à Philippe II, il lui montra une lettre dans laquelle le Roi demandait un avis au sujet du maintien ou de la suppression du Conseil des Troubles « qui est tant haï dans ces pays ». Le duc expliqua à son successeur que l’abolition du Conseil ferait beaucoup de tort à la religion, car il veillait selon lui à l’application des ordonnances en matière religieuse. Requeséns avance dans sa lettre au Roi que l’on doit tout de même contenter les habitants des Pays-Bas sur un point. C’est pourquoi, selon lui, il fallait examiner si l’on pourrait abolir le Conseil des Troubles sans nuire à la religion ou au produit des confiscations. Requeséns s’intéresse aussi au fonctionnement du Conseil. Il constate que seuls trois membres espagnols (Juan de Vargas, Luis del Rio68 et Gerónimo de Roda69) pouvaient voter et que le duc d’Albe n’était pas obligé de suivre la majorité. Vargas prétendait que sa voix était prépondérante et qu’il était le principal instrument du duc d’Albe. Ceci lui avait donné une grande autorité et del Rio l’avait toujours suivi. Requeséns était convaincu que la création du Conseil des Troubles avait été une bonne chose, mais il estimait que son action intransigeante avait provoqué un grand mécontentement. Il soulignait également que l’application des ordonnances en matière de religion avait toujours été confiée aux conseils de justice provinciaux. À présent, le travail de ces conseils était dirigé par le gouverneur. Obliger les conseils de justice à rendre compte au gouverneur de toutes les affaires importantes avait eu comme conséquence, selon Requeséns, que le gouverneur ordonnait aux conseils de justice ce qu’ils devaient faire. L’administration des biens confisqués était à ce point longue et fastidieuse – il restait quelque 12 à 15.000 procès en attente ! – que le Conseil, selon lui, n’était pas à la hauteur de la tâche. Enfin, il mettait l’accent sur la charge salariale des plus de 350 percepteurs grassement payés et sur les salaires des membres du Conseil, qui coûtaient au Roi 15 à 16.000 ducats par an. Pour Luis de Requeséns, il était clair que le Conseil des Troubles devait être aboli et il demanda dès lors au Roi de prendre rapidement une décision70.

  • 71 L. de Requeséns à Philippe II, 30.12.1573 : AGS, Estado, leg. no 554, f° 146 (résumé : Corresponda (...)
  • 72 « Recuerdos para el Señor Comendador Mayor de Castilla de algunas cosas conçernientes al Govierno (...)

17Dans l’une des lettres envoyées par Requeséns à Philippe II le 30 décembre 1573, le nouveau gouverneur écrit que ce n’est pas la religion qui est la cause de la révolte, mais bien les impôts et les mauvais traitements infligés par les gens de guerre. Il soutenait que « tant les catholiques que les hérétiques » étaient mécontents et que ceux qui étaient assignés s’étaient rendus coupables de « rébellion » et n’avaient pas commis de délit religieux71. Luis de Requeséns formulait clairement, ici, un avis différent de celui d’Albe qui, dans ses recommandations du 2 décembre 1573, avait prétendu « que la principale cause et le fondement de tous les malheurs étaient la faible allégeance et le peu de respect à l’égard de la Sainte mère l’Église catholique romaine »72.

  • 73 Versele (J.), « Del Rio Luis », op. cit., p. 60-61.
  • 74 Janssens (G.), « Brabant in het Verweer », op. cit., p. 214.
  • 75 Viglius à Hopperus, 7.4.1574 : Vigli Zwichemi ab Aytta epistolae politicae et historicae ad Joachi (...)
  • 76 M. Morillon à A. Perrenot de Granvelle, 8.2.1574 (cité dans ALT (W.), Sprache und Macht. Das Spani (...)
  • 77 M. Morillon à A. Perrenot de Granvelle, 15.2.1574 (cité dans Soen V., Geen Pardon, op. cit., p. 26 (...)

18Requeséns, tout en maintenant les membres du Conseil des Troubles dans leur fonction, commença dès février 1574 à limiter les pouvoirs du Conseil. Il transféra les affaires pendantes à l’avocat fiscal du Grand Conseil de Malines et veilla à ce que plus aucune condamnation à mort ni confiscation de biens ne soit prononcée. Philippe II, de son côté, ne prit provisoirement aucune décision quant à l’abolition du Conseil des Troubles73. Sur le plan militaire, le gouverneur était confronté à un manque d’argent. Les États, en effet, n’étaient pas disposés à approuver de nouvelles taxes avant que le Dixième Denier soit définitivement aboli et que la situation politique ait été examinée en profondeur. Dans le Brabant, les prélats et les nobles étaient prêts à autoriser les aides, mais ils demandaient la suppression du Conseil des Troubles et le respect des privilèges74. L’absence de pardon était un autre problème. Non seulement on attendait, aux Pays-Bas, une nouvelle amnistie générale et le rétablissement des privilèges, mais on espérait surtout la suppression du Dixième Denier et du Conseil des Troubles75. En l’absence manifeste de toute mesure à cet égard, Maximilien Morillon écrivit début février 1574 « que le Comendador Maior ne fera en rien mieulx que le Duc d’Albe »76. Selon Morillon, ceci était préjudiciable à l’autorité du Roi77.

  • 78 Philippe II à Luis de Requeséns, 10.3.1574 : AGS, Estado, leg. no 561, f° 139/140 (cité dans Soen (...)
  • 79 Janssens (B.), « Brabant in het Verweer », op. cit., p. 221-222, Soen (V.), Geen pardon, op. cit., (...)
  • 80 AGS, Estado, leg. no 568, f° 90 (« Relación de los que los diputados de los Payses Baxos juntados (...)

19En mars, Philippe II autorisa Luis de Requeséns à annoncer une amnistie générale aux Pays-Bas, comme Charles Quint l’avait fait en 1527 à l’époque du soulèvement des Comunidades de Castilla. Le Roi laissa aussi au gouverneur le choix d’abolir ou non le Dixième Denier et le Conseil des Troubles78. L’amnistie fut finalement proclamée le 6 juillet 1574, suivie par une convocation des États des quinze régions loyales, auxquels le gouverneur fit part de sa volonté de remplacer le Dixième Denier par une aide. Si les États s’y montraient favorables, le Conseil des Troubles serait aboli. Dans leur réponse, les États formulèrent une série d’exigences, notamment la suppression du Dixième Denier, la venue du Roi aux Pays-Bas, l’assouplissement des conditions de réconciliation, la restitution des biens confisqués à tous ceux qui rentraient et la création d’un Conseil spécial pour les Pays-Bas à Madrid79. Le gouverneur répondit à toutes les observations et envoya un rapport au Roi. En ce qui concerne le Conseil des Troubles, Requeséns précisa qu’il n’avait vraiment aucun problème à attribuer les affaires pendantes aux conseils de justice. Cela permettrait en outre de faire des économies. Philippe II nota sur le rapport qu’il trouvait cela bien80.

  • 81 J. Hopperus à Philippe II, 18.12.1573 : Madrid, Biblioteca Nacional, Manuscrits, no 915, f° 190v°.
  • 82 Soen (V.), Vredehandel, op. cit., p. 102.
  • 83 Fernández Conti (S.), Los Consejos, op. cit., p. 147, et Soen (V.), Vredehandel, op. cit., p. 102. (...)
  • 84 Janssens (G.), « Brabant in het Verweer », op. cit., p. 245.
  • 85 AGS, Estado, leg. no 561, f° 25 (rapport de G. de Zayas sur la réunion du 30.1.1574, destiné à Phi (...)

20Le fait que l’on voulait abolir le Conseil des Troubles aux Pays-Bas était connu dans les cercles du gouvernement à Madrid81. Tout cela fut examiné au sein d’une jointe consacrée aux affaires néerlandaises82. Cette commission de quatre conseillers (« los cuatro ») issus du Consejo de Estado, avec Gabriel de Zayas comme secrétaire, avait été constituée dans le but de conseiller le Roi sur la politique à mener à l’égard des Pays-Bas83. Lors de sa réunion des 28-29 janvier 1574, la jointe se prononça presque unanimement pour la suppression définitive du Dixième Denier, tandis que l’abolition du Conseil des Troubles fut également préconisée84. L’audience du 30 janvier 1574 fut entièrement consacrée au Conseil des Troubles. Andrés Ponce de León souligna qu’aux Pays-Bas, on était très attaché à ses propres lois et coutumes. Les rejeter ou les changer, et établir un « tribunal de pure répression sanglante et de confiscations » (tribunal de pura sangre y confiscaçiones), y était mal supporté et était difficile à défendre. Il souhaitait dès lors, comme Requeséns l’avait proposé, abolir le Conseil des Troubles. Ramener le gouvernement « à l’ordre ancien » serait selon lui un autre moyen de faire revenir le calme. Gaspar de Quiroga, évêque de Cuenca, déclara que le Conseil des Troubles était « une nouveauté », que son nom suscitait l’horreur et que la manière dont le Conseil fonctionnait pesait sur la conscience du Roi. C’est pourquoi on devait, selon lui, abolir le Conseil. Finalement, tous les membres de la jointe s’accordèrent sur ce point85.

  • 86 Janssens (G.), « Brabant in het Verweer », op. cit., p. 223.
  • 87 Philippe II à L. de Requeséns, 9.8.1574 (cité dans Janssens (G.), « Brabant in het Verweer », op. (...)
  • 88 A. Perrenot de Granvelle à Philippe II, 23.8.1574 (cité dans Janssens (G.), « Brabant in het Verwe (...)

21Hopperus écrivit le 9 août 1574 à Philippe II que des mesures urgentes devaient être prises pour parvenir à une réelle pacification aux Pays-Bas. Outre la nomination d’un gouverneur de sang royal, Hopperus jugeait nécessaire que le gouvernement soit rétabli dans le mode ancien et que les « nouveautés » comme le Conseil des Troubles et le Dixième Denier, « qui allaient à l’encontre des privilèges et soulevaient de nombreuses plaintes » soient supprimées86. Le Roi n’était pas de cet avis et souhaitait conserver le Conseil des Troubles87. Le Cardinal Granvelle lui fit cependant savoir qu’étant donné que la situation aux Pays-Bas menaçait de prendre une tournure dramatique au détriment du souverain, on serait bien obligé de donner suite aux exigences de l’opposition et de supprimer les « nouveautés » telles que le Conseil des Troubles et le Dixième Denier88.

  • 89 Soen (V.), « La réitération de pardons collectifs à finalités politiques pendant la Révolte des Pay (...)
  • 90 L. de Requeséns à Philippe II, 19.9.1574 : Nueva CODOIN, V, Madrid, 1894, p. 225-230.

22Même si Luis de Requeséns avait pris conscience que l’amnistie n’avait pas vraiment renforcé l’autorité du Roi, il estimait que cela avait malgré tout soulagé les réconciliés89. Il constata également que le ressentiment à l’égard du Conseil des Troubles restait très profond. Dans une lettre du 19 septembre 1574 à Philippe II, il formula une nouvelle fois ses réserves quant à la procédure au sein du Conseil des Troubles. Comme le duc le lui avait expliqué, les juges appelés à se prononcer sur Egmont et Hornes avaient chacun émis leur voix séparément, sans connaître l’opinion des autres. Requeséns croyait cependant savoir que selon la procédure, les juges devaient émettre leur voix en présence de leurs collègues. Il observe également qu’autrefois, au moment de la répression du soulèvement en Castille, il n’y avait eu que peu d’exécutions, que la grâce avait été accordée à beaucoup de gens et que ceux-ci avaient récupéré leurs biens. Le gouverneur rappelait aussi au Roi que la création du Conseil des Troubles et la manière de travailler de Juan de Vargas avaient blessé bien des gens. Les affaires pénales étaient cependant traitées, selon Requeséns, par les conseils de justice provinciaux. Ceux-ci devaient remettre leur sentence au Conseil des Troubles pour signature par le duc d’Albe. Les affaires civiles étaient traitées par Vargas, Roda et del Rio. Requeséns était convaincu qu’il ne fallait pas maintenir le Conseil, et surtout pas sous son appellation actuelle. Enfin, il estimait que les confiscations effectuées étaient légitimes, mais qu’il fallait affirmer clairement que la confiscation de biens était une punition pour la rébellion et qu’il n’y avait pas d’autres intentions entrant en ligne de compte90.

  • 91 « Primero recuerdo de J. Hopperus. A su Magestad sobre la pacificación de los Estados Baxos diole (...)
  • 92 Soen (V.), Vredehandel, op. cit., p. 102-103.
  • 93 Philippe II à Luis de Requeséns, 24.9.1574 : AGS, Estado, leg. no 561, f° 114 (projet de lettre, a (...)

23Dans le même temps, à Madrid, Hopperus ne cessait de répéter qu’il était important de respecter les privilèges et les lois des Pays-Bas. Il déclarait que la justice devait régner – « la justice est l’âme de la société » – et il soutenait que « le refus de la justice par le responsable du Conseil des Troubles était de nature à crier vengeance ». L’avis de Hopperus fut présenté à Philippe II et transmis à Luis de Requeséns91. Bien que le gouverneur jugeait superflues des négociations avec les rebelles de Hollande et de Zélande, il décida, après une intervention de l’empereur Maximilien II, de recueillir des avis à l’occasion d’un Conseil d’État élargi convoqué pour la circonstance. Cette « réunion de crise » opta, le 24 novembre 1574, pour la « voie de douceur » et pour des négociations de paix92. À l’automne 1574, il était clair que le Roi lui-même commençait à prendre en considération une éventuelle abolition du Conseil des Troubles93.

  • 94 « Lo que se platicó por los 4 en la junta que tuvieron domingo 13 de hebrero [1575] sobre lo conte (...)
  • 95 « Advertimiento del duque de Alva cerca de lo que se va tratando », 31.1.1575 : AGS, Estado, leg. (...)
  • 96 Kamen (H.), op. cit., p. 91.

24Pendant les premiers mois de 1575, des concertations intenses eurent lieu tant en Espagne qu’aux Pays-Bas. Des représentants de Luis de Requeséns négocièrent avec les quinze États loyaux et, à Madrid, la jointe jugea utile de satisfaire les loyaux. Selon elle, accéder à quelques propositions de Hopperus (comme la nomination d’un gouverneur de sang royal avec des conseillers nés aux Pays-Bas, le respect des privilèges,…) n’affaiblirait pas l’autorité du Roi94. Le 31 janvier, le duc d’Albe fit remarquer que le Roi ne pouvait pas informer Luis de Requeséns des concessions qu’il voulait accorder aux États. Celui-ci souhaitait en effet, selon Albe, être en bons termes avec les États et leur communiquerait tout directement. Le duc craignait que les États demandent la liberté de conscience. Il mettait aussi en garde contre la possibilité d’une révision des procès, ce qui créerait selon lui un précédent menant à l’annulation de toutes les sentences et à la restitution des biens confisqués95. L’incapacité du duc d’Albe, plus d’un an après son départ des Pays-Bas, à prendre du recul par rapport au Conseil des Troubles est manifestement liée au fait que pendant son gouvernement aux Pays-Bas, il s’était fortement identifié au Conseil96.

  • 97 AGS, Estado, leg. no 559, f° 84/87 (« Las cosas que paresçe devría conçeder su Magestad a los XV e (...)
  • 98 Janssens (G.), « Brabant in het Verweer », op. cit., p. 241-244, 247-253 et 257-265, Soen (V.), Vre (...)

25À la mi-juin 1575, « les quatre » de la Junta de Flandes se concertèrent sur ce qui pourrait être concédé à l’opposition loyale. Au sujet du Conseil des Troubles, il fut déclaré explicitement que l’on persistait à soutenir que le Conseil des Troubles devait être aboli et que toutes les affaires pendantes devaient être déférées aux conseils de justice provinciaux97. Début août, le Consejo de Estado approuva, au sujet des Pays-Bas, plusieurs principes d’administration destinés à rétablir la paix : assurer l’ordre et le calme dans le pays, rétablir le gouvernement « comme avant », respecter les privilèges, œuvrer à la justice, récompenser les bons comportements, accorder une amnistie générale à ceux qui souhaitaient revenir en tant que catholiques, et le retrait d’un certain nombre de soldats hors des Pays-Bas. Les négociations de paix entre les États loyaux et les rebelles de Hollande et Zélande s’avéraient ardues. Durant l’été de 1575, elles furent totalement bloquées par la question religieuse. En particulier, Luis de Requeséns ne pouvait accepter la demande des rebelles en vue d’obtenir la liberté de conscience. Le gouverneur réalisait à présent que le duc d’Albe avait finalement raison : « la religion avait provoqué cette guerre », écrit-il le 9 juillet à son frère Juan. Requeséns opta alors pour l’attaque et s’empara de Oudewater et Schoonhoven. Ces succès militaires furent suivis par l’occupation de l’île de Duiveland, qui représentait une position stratégique entre la Zélande et la Hollande. Mais les opérations militaires n’allaient pas sans mal, notamment en raison du fait que Requeséns avait urgemment besoin d’argent pour payer ses soldats. Il ne fallait attendre aucune contribution financière de l’Espagne vu la banqueroute de l’État, et les États des Pays-Bas n’avaient accordé une aide unique de 1.200.000 florins que sous une forte pression et à la condition qu’un compromis soit conclu avec les rebelles et que les États généraux soient rapidement convoqués98.

  • 99 Janssens (G.), « Brabant in het Verweer », op. cit., p. 269-276. La décision du 26 mars 1576 : Terl (...)
  • 100 Le Conseil d’État en tant que gouverneur des Pays-Bas à Philippe II, 31.3.1576 ; AGS, Estado, leg. (...)
  • 101 Baelde (M.), De collaterale raden onder Karel V en Filips II (1531-1578). Bijdrage tot de geschiede (...)
  • 102 Les ordonnances ont peut-être, comme c'était l’usage, été envoyées séparément aux différents conse (...)
  • 103 Versele (J.), Louis del Rio, op. cit., p. 80. Voir aussi Gachard (L.-P.), « L’abolition du Conseil (...)

26Après le décès de Luis de Requeséns (5 mars 1576), le Conseil d’État reprit en main le gouvernement des Pays-Bas. Cette situation fut entérinée par le Roi le 24 mars 1576. Le 26 mars, alors que la lettre de nomination pour le Conseil d’État n’arriverait à Bruxelles que le 10 avril, le Conseil déclara que dans le Brabant, tant le Dixième et le Vingtième Denier que le Conseil des Troubles appartenaient définitivement au passé99. Quelques jours plus tard, le 31 mars, le Conseil demanda à Philippe II la confirmation de l’abolition du Conseil des Troubles, la nomination d’un « gouverneur du sang » et la convocation du chapitre de l’Ordre de la Toison d’or. Le Conseil des Troubles est qualifié de « coûteux et inutile ». Il « irrite les sujets et utilise les produits des confiscations pour ses propres rétributions »100. Le 2 mai, le Conseil d’État promulgua une ordonnance qui abolissait le Conseil des Troubles et transférait tous les procès pendants aux conseils de justice provinciaux101. Cette décision mettait fin au travail du Conseil des Troubles102. Lors d’une réunion spéciale du Conseil d’État avec les membres du Conseil privé et du Conseil des Finances, une majorité opta, le 19 mai 1576, pour la suppression immédiate du Conseil des Troubles. Seul le comte de Mansfeld, Arnold Sasbout, et le trésorier-général, Gaspar Schetz, s’y opposèrent103.

  • 104 Gachard (L.-P.), « L’abolition du Conseil des Troubles », op. cit., p. 175.
  • 105 Versele (J.), « Del Rio Luis », op. cit., p. 80. Le document a été publié : « Copie de l’acte du Co (...)
  • 106 Bruxelles, Archives générales du Royaume, Audience, no 1684/1. Cette décision fut prise le 8 mai 1 (...)

27Au Consejo de Estado à Madrid, Gabriel de Zayas qualifia l’action du Conseil d’État de « téméraire » et regretta que tout ceci se soit passé sans un ordre du Roi104. Le 13 juin, le Conseil d’État, après consultation du Conseil des Finances et du Conseil Privé, constata que, dans la mesure où depuis la mort du gouverneur il était chargé de l’administration du pays et où la commission n’était pas prolongée pour les membres du Conseil, la mission du Conseil des Troubles prenait fin à la mort de Luis de Requeséns. Le Conseil d’État établit en outre que puisque la plupart des affaires relatives aux confiscations avaient été attribuées, il n’y avait pas lieu de donner de nouvelle commission. Il fut demandé à del Rio de présenter l’état des produits des confiscations. Les auditeurs des comptes de confiscation pouvaient, jusqu’à nouvel ordre, poursuivre leur travail. Ces décisions furent promulguées le lendemain sous la forme d’une ordonnance par le Conseil d’État105. Le 16 juin, la chambre du Conseil des Troubles fut mise sous scellés106.

  • 107 Les membres du Conseil des Troubles à Philippe II, 1-7-1576 : AGS, Estado, leg. no 568, f° 74 (pub (...)
  • 108 Le Conseil d’État en tant que gouverneur des Pays-Bas à Philippe II, 17-8-1576 : AGS, Estado, leg. (...)

28Les membres du Conseil d’État motivèrent leur décision le 1er juillet dans une lettre au Roi107. Philippe II n’ayant toujours pas réagi à la mi-août, le Conseil d’État demanda instamment au Roi, le 17 août, de « mettre un terme à toute la misère dans les Pays-Bas et prendre enfin les mesures de paix si souvent promises ». La ruine des Pays-Bas était en effet imminente, estimait le Conseil : les troubles et la révolte mettaient tout le pays en ébullition, des soldats et des citoyens prenaient les armes les uns contre les autres, des soldats commençaient à se mutiner, la population était désespérée et l’ennemi rassemblait plus de troupes que jamais. L’aide financière « pour entretenir l’énorme et pour ainsi dire inutile troupe de soldats qui sapait le pouvoir du Roi et dilapidait la nourriture de la population et qui servait uniquement à tout ravager » n’arrivait pratiquement pas. C’est pourquoi les États étaient obligés de lever eux-mêmes des armées pour se défendre à leurs propres frais contre les troubles, les mutineries et l’oppression exercée par les soldats. N’ayant plus l’espoir que la paix puisse être rétablie dans le pays par la force des armes, le Conseil d’État estimait qu’il était nécessaire de prendre de véritables mesures de pacification, de retirer les troupes étrangères du pays et de rétablir le gouvernement « comme autrefois ». Il demanda dès lors au Roi de « prendre une ultime décision »108.

  • 109 Janssens (G.), « Brabant in het Verweer », op. cit., p. 292-310. Maximilien Vilain, seigneur de Ras (...)

29Dans les Pays-Bas, les rapports de force politiques furent complètement bouleversés. Le 4 septembre, tous les membres du Conseil d’État ou presque furent placés en résidence forcée par des membres de l’administration de la ville de Bruxelles, ceci à la demande de la Hollande, de la Zélande et du prince d’Orange. Le pouvoir était de plus en plus entre les mains des États et une réunion des États Généraux fut convoquée pour traiter de la paix aux Pays-Bas. Le 18 décembre, après que l’on ait pris connaissance, à Madrid, de l’arrestation des membres du Conseil d’État, Joachim Hopperus tint avec Maximilien Vilain, Gabriel de Zayas et Gaspar de Quiroga un conseil de crise sur la situation aux Pays-Bas, lors duquel ils passèrent en revue une série de mesures pour les Pays-Bas : la nomination d’un « gouverneur du sang », le départ des troupes étrangères, le rétablissement de l’administration du pays « comme autrefois », la convocation des États Généraux et des négociations avec les rebelles. Tout cela à condition, bien entendu, que la religion catholique et l’autorité du Roi restent intactes109.

  • 110 Lettre patente de Philippe II (30.10.1576) par laquelle il rétablit le gouvernement des Pays-Bas t (...)
  • 111 Une lettre envoyée d’Espagne aux Pays-Bas mettait entre 10 et 14 jours pour arriver. Critique de l (...)
  • 112 Janssens (G.), « Brabant in het Verweer », op. cit., p. 311-317.
  • 113 Une analyse du contenu de la Pacification de Gand : Blockmans (W.) et Van Peteghem (P.), « De Paci (...)
  • 114 Verheyden (A.L.E.), op. cit., p. 306.
  • 115 Weis (M.), Les Pays-Bas espagnols et les États du Saint Empire (1559-1579). Priorités et enjeux de (...)

30Le 30 octobre 1576, Philippe II abolit le Conseil des Troubles. Ceci marquait officiellement la fin de l’une des institutions les plus controversées qu’aient connues les Pays-Bas dans la seconde moitié du XVIe siècle110. Comme souvent, la décision du Roi, au moment où elle fut prise et plus encore au moment où elle fut connue aux Pays-Bas, était déjà dépassée par la situation politique dans ces territoires111. Le 20 octobre furent entamées à Gand des négociations qui allaient mener à la Pacification de Gand du 8 novembre 1576. Dans cet accord, il était stipulé qu’un Pardon général serait annoncé, que la question religieuse et les problèmes militaires seraient examinés lors d’une prochaine réunion des États Généraux, que la perturbation du culte catholique était punissable, que chacun pourrait voyager librement aux Pays-Bas et y faire commerce, que les poursuites sur la base des ordonnances du duc d’Albe seraient suspendues, et que la question des confiscations serait réglée. Tout cela dans l’intention de faire régner aux Pays-Bas « une amitié et une paix indestructibles »112. Le Conseil des Troubles ne fut plus évoqué113. Il avait en effet été aboli par le Conseil d’État au nom du Roi. Néanmoins, un pamphlet de 1576 fustigeait encore les confiscations et la cupidité des membres du Conseil des Troubles114, tandis que la Diète, à Ratisbonne (octobre 1576), se pencha sur la récupération des biens confisqués sous le gouvernement du duc d’Albe115. Cela prouve une fois de plus que les confiscations ont provoqué un profond mécontentement parmi les condamnés et leurs familles.

31Le duc d’Albe voulait que le Conseil des Troubles reste en place après son départ des Pays-Bas. La cause des troubles résidait selon lui dans la question religieuse et le Conseil, estimait-il, était nécessaire pour défendre le catholicisme et administrer les biens confisqués. Luis de Requeséns était, à l’origine, d’un autre avis. Malgré ses recommandations visant à abolir le Conseil des Troubles et malgré la réponse positive qu’elles ont, dans un premier temps, suscité à Madrid, il n’a pas aboli le Conseil. Ceci était lié aux hésitations du Roi, au blocage des négociations de paix avec les rebelles sur la question religieuse et aux actions militaires qui ont suivi. Ce n’est que lorsque le Conseil d’État lui-même, en tant que gouverneur, a procédé à la suppression du Conseil des Troubles et après qu’à l’automne 1576 la situation politique aux Pays-Bas ait évolué au point de mettre en péril l’autorité du Roi, que Philippe II a finalement aboli le Conseil des Troubles.

Notes

1 La meilleure biographie du duc d’Albe (1507-1592) est encore et toujours celle de Maltby (W.S.), Alba. A Biography of Fernando Alvarez de Toledo, Thirth Duke of Alba 1507-1582, Berkeley-Los Angeles-Londres, 1983 (trad. espagnole : Id., El Gran Duque de Alba. Un siglo de España y de Europa. 1507-1582, Gérone, 2007). Pour les résultats des récentes recherches sur le troisième duc d’Albe, voir : Congreso V Centenario del nacimiento del III duque de Alba Fernando Álvarez de Toledo. Actas. Piedrahita. El Barco de Ávila y Alba de Tormes (22 a 26 de octubre de 2007), éd. Del Ser Quijano (G.), Ávila, 2008, et Alba. General and Servant to the Crown, éd. Ebben (M.) e. a., Rotterdam, 2013 (Protagonists of History in International Perspective, 3).

2 Le duc d’Albe à Philippe II, 6.7.1568 (CODOIN, XXXVII, p. 297), et le même au même, 16.4.1573 et 15.5.1573 (Epistolario, t. III, p. 400 et 334). Sur le Conseil des Troubles : Gachard (L.-P.), « Notice sur le Conseil des Troubles institué par le duc d’Albe », in Bulletin de l’Académie royale de Belgique, 1ere série, t. XVI, 1849, 2, p. 50-78 – réimprimé dans Gachard (L.-P.), Études et notices historiques concernant l’histoire politique des Pays-Bas, t. I, Bruxelles, 1890, p. 142-170 ; Verheyden (A.L.E.), Le Conseil des Troubles, Flavion-Florennes, 1981 (Histoire du protestantisme en Belgique et au Congo belge, 11). Cet ouvrage est malheureusement déparé par de multiples incorrections et références imprécises. Maltby (W.S.), op. cit., p. 153-158 ; Marnef (G.) et de Schepper (H.), « Conseil des Troubles (1567-1576) », in Les institutions du gouvernement central des Pays-Bas habsbourgeois (1482-1795), éd. Aerts (E.) t. I, Bruxelles, 1995, p. 470-478 (Archives générales du Royaume et Archives de l’État dans les Provinces. Studia, 56) ; Goosens (A.), Les inquisitions modernes dans les Pays-Bas méridionaux (1520-1633), t. II, Bruxelles, 1998, p. 108-113 ; Versele (J.), Louis del Rio (1537-1578). Reflets d’une période troublée, Bruxelles, 2004, et Payen (C.), Aux Confins du Hainaut, de la Flandre et du Brabant : le Bailliage d’Enghien dans la tourmente iconoclaste (1566-1576). Étude de la répression des troubles religieux à la lumière des archives du Conseil des Troubles et des Comptes de confiscation, Courtrai-Heule, 2013, p. 27-30 (Anciens Pays et Assemblées d’États, 109).

3 « Descripción sumaria de la forma de la república de los Países Bajos de su Magestad », [1573] (CODOIN, CII, p. 284).

4 « La nominación de los juezes, advogados fiscales y secretarios para el tribunal. En Bruselas a 5 de septiembre 1567 » (AGS, Estado, leg. no 535, f° 54), et « Memoria de las personas que el duque de Alva ha nombrado para el nuevo tribunal », [1567] (Idem, f° 181). Voir aussi le duc d’Albe à Philippe II, 9.9.1567 (CODOIN, IV, p. 416), et le même à Luis de Requeséns, 14.9.1567 (Epistolario, I, p. 676).

5 Pour le nombre d’exécutions, nous nous basons sur Decavele (J.), « Historiografie van het zestiende-eeuwse protestantisme in België », Nederlands Archief voor Kerkgeschiedenis, t. 62, 1982, p. 6-7. Alphonse Verheyden estime qu'il y a eu au moins 1.165 exécutions (Verheyden (A.L.E.), op. cit., p. 132). Maltby (W.S.), op. cit., p. 156 avance le chiffre de 1.083. Alvarez (M.-F.) affirme dans El duque de hierro. Fernando Álvarez de Toledo, III Duque de Alba, Madrid, 2007, p. 351, que « des milliers de personnes » – 6.000, 12.000, 18.000 ? – ont été exécutées ! Un contemporain estimait, dans une publication de 1577, le nombre d’exécutions à 1.700 (Cornejo (P.), Sumario de las Guerras Civiles y causas de la Rebelión de Flandes, León, 1577, p. 114, cité par Kamen (H.), The Duke of Alba, New Haven-Londres, 2004, p. 93).

6 Par exemple dans De kroniek van Godevaert van Haecht over de troebelen van 1565 tot 1574 te Antwerpen en elders, éd. Van Roosbroeck (R.), t. I, Anvers, 1929, p. 235. (Uitgaven van het Genootschap voor Antwerpsche Geschiedenis, 2).

7 Scheerder (J.), « De werking van de inquisitie », in Opstand en Pacificatie in de Lage Landen. Bijdrage tot de studie van de Pacificatie van Gent. Verslagboek van het tweedaags Colloquium bij de vierhonderdste verjaardag van de Pacificatie van Gent, Gand, 1976, p. 163.

8 Verheyden (A.L.E.), op. cit., p. 34-35.

9 Sánchez (D.M.), El deber de consejo en el estado moderno. Las Juntas “ad hoc” en España (1474-1665), Madrid, 1993, p. 86 et 112 (Bibliotéca Histórico-Jurídica, 1). Sur le système des « jointes » (juntas) à l'époque de Philippe II, voir aussi Parker (G.), Imprudent King. A new Life of Philip II, New Haven-Londres, 2014, p. 71-75.

10 Janssens (G.), « The Duke of Alba : Governor of the Netherlands in Times of War », in Alba. General and Servant to the Crown, op. cit., p. 93.

11 Janssens (G.), « Brabant in het Verweer ». Loyale oppositie tegen Spanje’s bewind in de Nederlanden van Alva tot Farnese. 1567-1578, Courtrai-Heule, 1989, p. 145 (Anciens Pays et Assemblées d’États, 89), et Id., « Het oordeel van tijdgenoten en historici over Alva’s bestuur in de Nederlanden », Revue belge de Philologie et d’Histoire, t. 54, 1976, p. 474-488. Voir aussi Sawyer (A.), « The Tyranny of Alva : the creation and development of a Dutch patriotic image », De Zeventiende Eeuw, t. 19, 2003, p. 181-211.

12 Maltby (W.S.), op. cit., p. 153 et p. 156. Voir aussi Versele (J.), op. cit., p. 9-10 et 31. Sur la « légende noire » : Soen (V.), « ¿ Más allá de la leyenda negra ? Léon van der Essen y la historiografía reciente en torno al castigo de las ciudades rebeldes en los Países Bajos (siglos XIV a XVI) », in El ejército español en Flandes 1567-1584, éd. Janssens (G.), Cuacos de Yuste, 2008, p. 45-72 ; Schulze Schneider (I.), La leyenda negra de España. Propaganda en la Guerra de Flandes (1566-1584), Madrid, 2008 ; Pérez (J.), La leyenda negra, Madrid, 2009, et Thomas (W.), De zwarte legende voorbij. Spanje, de Zuidelijke Nederlanden en de eerste globalisering, 1500-1700, Bruxelles, 2012 (Academia Analecta. Nieuw reeks, 20).

13 Arnade (P.), Beggars, Iconoclasts, and Civic Patriots. The Political Culture of the Dutch Revolt, Ithaca-Londres, 2008, p. 181.

14 Maltby (W.S.), op. cit., p. 153.

15 Gachard (L.-P.), « L’abolition du Conseil des Troubles », in Id., Études et notices, op. cit., t. I, p. 171-176 (paru initialement dans Bulletin de l’Académie royale de Belgique, t. 30, 1861, p. 234-238).

16 Soen (V.), Geen Pardon zonder Paus ! Studie over de complementariteit van het koninklijk en pauselijk generaal pardon (1570-1574) en over inquisiteur-generaal Michael Baius (1560-1576), Bruxelles, 2007, p. 154-157 (Verhandelingen van de Koninklijke Vlaamse Academie van België voor Wetenschappen en Kunsten. Nieuwe reeks, 14), et Id., Vredehandel. Adellijke en Habsburgse verzoeningspogingen tijdens de Nederlandse Opstand (1564-1581), Amsterdam, 2012, p. 80-82. Sur Philippe II (1526-1598) : Parker (G.), The Grand Strategy of Philip II, New Haven - Londres, 1998, Id., Felipe II. La biografía definitiva, Barcelone, 2011, et Id., Imprudent King, op. cit.

17 Janssens (G.), « Brabant in het Verweer », op. cit., p. 160-163. Une étude « classique » sur la guerre des Pays-Bas : Parker (G.), The Dutch Revolt, 2e éd., Londres, 1985. Une synthèse récente : Van der Lem (A.), De Opstand in de Nederlanden 1568-1648. De Tachtigjarige Oorlog in woord en beeld, Nimègue, 2014. Destiné à un large public, le livre de Lottin (A.), Politique, religion et société au XVIe siècle. La révolte des Gueux en Flandre, Artois et Hainaut, Lillers, 2007, traite uniquement de la période 1565-1569 mais s'intéresse néanmoins aux confiscations dans les régions étudiées.

18 « Jamás será necessario embiar de allá otro dinero » : le duc d’Albe à G. De Zayas, 1.1.1572 (AGS, Estado, leg. no 551, f° 48 – Aux Archives de Simancas (Archivo General de Simancas), “f°” désigne un “folleto”, un document pouvant être constitué de plusieurs folios).

19 Sur le Dixième Denier : Janssens (G.), « De Tiende Penning van Alva : factor van goed bestuur en catalysator van verzet en opstand in de Nederlanden », Eigen Schoon & De Brabander, t. 91, 2008, p. 17-50.

20 Janssens (G.), « Le duc d’Albe, artisan de la paix et initiateur de la bonne gouvernance aux Pays-Bas », in Gouvernance et administration dans les provinces belgiques (XVIe – XVIIIe siècles). Ouvrage publié en hommage au Professeur Claude Bruneel, éd. de Moreau de Gerbehaye (C.), Dubois (S.) & Yante (J.-M.), Bruxelles, 2013, p. 131-153 (Archives et Bibliothèques de Belgique. Numéro spécial, 99), et Id., « The Duke of Alba », op. cit., p. 99-108. François van de Velde, dit Franciscus Sonnius (1507-1576), théologien brabançon, premier évêque de Bois-le-Duc (1562-1570), ensuite premier évêque d’Anvers (1570-1576) : Goossens (T.), « Franciscus Sonnius » in Bossche Bijdragen, t. 25, 1961, p. 1-22, et Ganzer (K.), « Sonnius », in Lexikon für Theologie und Kirche, t. IX, Fribourg-Bâle-Rome-Vienne, 2000, col. 726.

21 Janssens (G.), « Het “politiek testament” van de hertog van Alva : aanbevelingen voor don Luis de Requeséns over het te voeren beleid in de Nederlanden (Bruxelles, 2 décembre 1573) », Bulletin de la Commission royale d’Histoire, t. 175, 2009, p. 455. L. de Requeséns (1528-1576), ambassadeur de Philippe II auprès du Saint-Siège (1563-1569), gouverneur de Milan (1571-1573) et gouverneur des Pays-Bas (1573-1576) : Rivero Rodriguez (M.), « Requeséns y Zúñiga, Luis de », in DBE, t. XLIII, Madrid, 2013, p. 173-176.

22 Soen (V.), Vredehandel, op. cit., p. 83.

23 Versele (J.), « Rapport de Gerónimo de Roda sur le fonctionnement du Conseil des Troubles aux Pays-Bas, suivie de suggestions pour sa réforme (s.d. - 1571 ?) », Bulletin de la Commission royale d’Histoire, t. 170, 2004, p. 173.

24 Viglius à Hopperus, 5.6.1568, cité par Postma (F.), « Viglius van Aytta en Joachim Hopperus tegenover de Nederlandse opstand », Bijdragen en Mededelingen betreffende de Geschiedenis der Nederlanden, t. 102, 1987, p. 39. Viglius (1507-1577), jurisconsulte et humaniste frison, président du Conseil d’État à partir de 1554 : Postma (F.), « Viglius Zwichemus ab Aytta », in Nationaal Biografisch Woordenboek, t. VIII, Bruxelles, 1979, col. 837-855.

25 Horst (D.R.), De Opstand in zwart-wit. Propagandaprenten uit de Nederlandse Opstand (1566-1584), Zutphen, 2003, p. 63-108.

26 Par exemple les chansons no 29, 32, 40, 43, 45, 52, 53, 55, 56, 79, 80 et 81, in Het Geuzenliedboek naar de oude drukken uit de nalatenschap van Dr E.T. Kuiper, éd. Leendertz (P. Jr), t. I, Zutphen, 1924, et no 158 in Idem, t. II, Zutphen, 1925. Sur Egmont dans les chansons de gueux : Van Nuffel (H.), Lamoraal van Egmont in de Geschiedenis, Literatuur, Beeldende Kunst en Legende, Louvain-Paris, 1968, p. 29-35 (Anciens Pays et Assemblées d’États, 46). Sur les comtes d’Egmont (1522-1568) et de Hornes (1518 ( ?)-1568) : Janssens (G.), Les comtes d’Egmont et de Hornes. Victimes de la répression politique aux Pays-Bas espagnols, Bruxelles, 2003 (Historia Bruxellae, 3).

27 Geurts (P.A.M.), De Nederlandse Opstand in de Pamfletten, Utrecht, 1978, p. 28 et 37-40 (Historische herdrukken, 3) [réimpression anastatique de la première édition, Nimègue, 1956)]. Une version espagnole, en manuscrit : AGS, Estado, leg. 538, f° 23/24. Une version latine et une version allemande, toutes deux en manuscrit : AGS, Estado, leg. 526, f° 91. Une version néerlandaise en manuscrit est reproduite dans Verheyden (A.L.E.), Le Conseil des Troubles, p. 309-318 (sans indication du lieu de conservation, mais avec un cachet visible mentionnant « Bibliothèque de l’Université de Gand »). Le même, op. cit., p. 301-302, mentionne encore deux autres pamphlets de 1568 : Complainte de la désolée terre du Païs-Bas, contre ses tardifs, nonchalans et desloyaux inhabitants, qui ne donnent assistance à leur propre délivrance et Fidelle exhortation aux inhabitants du Païs-Bas, conte les vains et faux espoirs dont leurs oppresseurs les font amuser. Ils ont paru à la fois en français et en néerlandais. Sur l’identification de ces pamphlets : Geurts (P.A.M.), op. cit., p. 303.

28 Marnef (G.) et de Schepper (H.), « Conseil des Troubles », op. cit., p. 471, et Versele (J.), « Rapport de Gerónimo de Roda », op. cit., p. 173.

29 Payen (C.), op. cit., p. 143.

30 Soen (V.), Vredehandel, op. cit., p. 83. Marguerite, duchesse de Parme (1522-1586), fille naturelle de Charles Quint, gouvernante des Pays-Bas (1559-1567, et – aux côtés d’Alexandre Farnèse, son fils – 1580-1583) : Stein (C.R.), Margret of Parma : A Life, Leyde-Boston, 2013 (Studies in medieval and Reformation Tradition, 174).

31 M. Morillon à A. Perrenot de Granvelle, 12.10.1567 : Correspondance du Cardinal de Granvelle, 1565-1583, éd. Poullet (E.), t. III, Bruxelles, 1881, p. 45. Sur M. Morillon (1516/1517-1586) et sur le cardinal Granvelle (1517-1586) : Janssens (G.), « De beginjaren van het aartsbisdom Mechelen. Kardinaal Antoine Perrenot de Granvelle en vicaris-generaal Maximilien Morillon, 1559-1583 », Eigen Schoon & De Brabander, t. 92, 2009, p. 41-66.

32 M. Morillon à A. Perrenot de Granvelle, 9.11.1567 (cité dans Verheyden (A.L.E.), op. cit., p. 72). Juan de Vargas (1515-1575/1580), juriste espagnol, membre du Consejo de Italia à Madrid, arrivé avec le duc d’Albe aux Pays-Bas, membre du Conseil des Troubles : Versele (J.), « Vargas, Juan », in Nouvelle Biographie nationale, t. VII, Bruxelles, 2003, p. 375-377.

33 M. Morillon à A. Perrenot de Granvelle, 13.6.1574 (cité dans Soen (V.), Geen Pardon, op. cit., p. 272).

34 M. Morillon à A. Perrenot de Granvelle, 12.7.1572 : BÉC, Collection Granvelle, no 98, f° 82r° (cette lettre n'avait pas été éditée par E. Poullet).

35 M. Morillon à A. Perrenot de Granvelle, 17.10.1572 : Correspondance du cardinal de Granvelle, t. IV, Bruxelles, 1884, p. 460.

36 Sur la réaction du prince d’Orange (1533-1583) à sa condamnation par le Conseil des Troubles : Swart (K.W.), « Wat bewoog Willem van Oranje de strijd tegen de Spaanse overheersing aan te binden ? », Bijdragen en Mededelingen betreffende de Geschiedenis der Nederlanden, t. 99, 1984, p. 554-572. Sur le comte Guillaume van den Bergh (1538-1586), qui émigra en 1567 tout comme le prince d’Orange et fut condamné par contumace par le Conseil des Troubles : Gietman (C.), Republiek van adel. Eer in de Oost-Nederlandse adelscultuur (1555-1702), Utrecht, 2010, p. 203-204 (Reeks Adelsgeschiedenis, 17), et Bartelds (J.G.E.), « Berg (Willem IV graaf van den) », in Nieuw Nederlandsch Biografisch Woordenboek, t. VIII, Leyde, 1930, col. 81-84.

37 Janssens (G.), « Cardinal Granvelle and the Revolt in the Netherlands. The evolution of his thought on a desirable political approach to the problem, 1567-1578 », in Les Granvelle et les anciens Pays-Bas, éd. De Jonge (K.) et Janssens (G.), Louvain, 2000, p. 135-142 (Symbolae Facultatis Litterarum Lovaniensis, Series B, 17). Sur l’opinion de Granvelle à propos du Conseil des Troubles : A. Perrenot de Granvelle à Philippe II, 2.11.1567 (AGS, Estado, leg. no 535, f° 159/160 – résumé en espagnol).

38 Janssens (G.), « Brabant in het Verweer », op. cit., p. 155-156 ; Id., « Joachim Hopperus en Willem van Oranje, 1566-1576 », in The Quintessence of Lives. Intellectual Biographies in the Low Countries presented to Jan Roegiers, éd. Vanysacker (D.), Louvain-la-Neuve – Louvain, 2010, p. 38-39 (Bibliothèque de la Revue d’Histoire ecclésiastique, 91) et Hopperus (J.), « Vraye narration sommaire » : BÉC, Collection Granvelle, no 82, f° 132r°-132v°. Sur J. Hopperus (1523-1576) : Janssens (G.), « Hopperus, Joachim », in The Oxford Encyclopaedia of the Reformation, t. II, New York – Oxford, 1996, p. 254-255.

39 « Parecer de Hopperus tocante a los Payses Baxos » [1571 ou 1572] : AGS, Estado, leg. no 551, f° 13.

40 L. De Villavicencio à Philippe II, 22.2.1567 : AGS, Estado, leg. no 573, f° 239/240, et Scheerder (J.), « De werking van de inquisitie », op. cit., p. 163. Concernant Villavicencio (°ca. 1518-1583) : Dorren (G.), « Lorenzo de Villavicencio en Alonso del Canto. Twee Spaanse informanten over de Nederlandse elite (1564-1566) », Tijdschrift voor Geschiedenis, t. 111, 1998, p. 352-376, et Roosenboom (H.Th.M.), « Fray Lorenzo de Villavicencio, een geheim rapporteur in de Nederlanden en zijn invloed op Filips II, 1563-1565 », Archief voor de Geschiedenis van de Katholieke Kerk in Nederland, t. 21, 1979, p. 146-174.

41 Janssens (G.), « Brabant in het Verweer », op. cit., p. 146-147, et Id., « “Barmhartig en rechtvaardig”. Visies van L. de Villavicencio en J. Hopperus op de taak van de Koning » », in État et religion aux XVe et XVIe siècles. Actes du colloque à Bruxelles du 9 au 12 octobre 1984 [titre bilingue], éd. Blockmans (W.P.) et Van Nuffel (H.), Bruxelles, 1986, p. 29.

42 Soen (V.), Vredehandel, op. cit., p. 84-85, mentionne à cet égard un avis que Philippe de Sainte-Aldegonde, seigneur de Noircarmes, fit parvenir en septembre 1568 à Philippe II.

43 Hortal Muñoz (J.E.), « La conseción de mercedes en los Países Bajos durante el gobierno del duque de Alba. La importancia del control del gobierno de las ciudades y provincias », in Actas del congreso internacional Espacios de poder : Cortes, ciudades y villas, éd. Bravo Lozano (J.), t. I, Madrid, 2002, p. 188-189.

44 AGS, Estado, leg. no 544, f° 101 (proposition de J. Hopperus, [été 1569]).

45 J. Hopperus à Philippe II, 6.10.1571 : AGS, Estado, leg. no 544, f° 152.

46 Postma (V.), « Viglius van Aytta en Joachim Hopperus », op. cit., p. 41.

47 « El remedio que parece sería conveniente para las cosas de Flandes el año 1573 » : Madrid, Biblioteca Nacional, Manuscrits, no 1009, f° 114v° et f° 122r°.

48 Fernández Conti (S.), Los Consejos de Estado y Guerra de la monarquía hispana en tiempos de Felipe II (1548-1598), [Valladolid], 1998, p. 147-148.

49 « Lo que paresció al consejo que se podía dezir a Hopperus, en Madrid último de hebrero » [28.2.1573] : AGS, Estado, leg. no 559, f° 80.

50 Le duc d’Albe à Philippe II, 14.5.1573 : AGS, Estado, leg. no 555, f° 103 (résumé : Correspondance de Philippe II sur les affaires des Pays-Bas, éd. Gachard (L.-P.), t. II, Bruxelles, 1851, p. 359). Avec deux annexes : 1 ° le duc d’Albe aux conseils de justice aux Pays-Bas, 16-6-1572 (Idem, f° 104) et 2 ° le duc d’Albe aux mêmes, 4-5-1573 (Idem, f° 105). Dans Epistolario, III, p. 395-396, la lettre du 14 mai est datée au 13 mai sur la base de la minute conservée aux Archives des ducs d’Albe (Madrid. Palacio de Liria).

51 « Relación sumaria de los proçessos que se an remitido a los Consejos Provinçiales destos Stados y de otros negoçios dellos dependientes para embiar a su Magestad » (texte paraphé par le duc d’Albe et daté du 15 mai 1573 à Nimègue) : AGS, Estado, leg. no 555, f° 106.

52 Philippe II au duc d’Albe, 13.7.1573 : AGS, Estado, leg. no 554, f° 73 (résumé : Correspondance de Philippe II, t. II, p. 384).

53 Janssens (G.), « Brabant in het Verweer », op. cit., p. 185-186.

54 Parker (G.), Felipe II. La biografía definitiva, op. cit., p. 575.

55 A. Perrenot de Granvelle à Juan Sagante, 15.6.1573 (cité dans Janssens (G.), « Cardinal Granvelle », op. cit., p. 142-143).

56 A. Perrenot de Granvelle à Juan de Zúñiga, 6.12.1573 : CODOIN, CII, p. 430. Juan de Zúñiga y Requeséns (1536-1586), frère cadet de Luis de Requeséns, ambassadeur de Philippe II auprès du Saint-Siège (1568-1579), par la suite vice-roi de Naples (1579-1582), conseiller de Philippe II : Hernando Sanchez (C.J.), « Zúñiga y Requeséns, Juan Bautista Silvestre de », in DBE, t. L, Madrid, 2013, p. 1020-1027.

57 Versele (J.), « La razón de la elección de don Luis de Requesens como gobernador general de los Países Bajos tras la retirada del duque de Alba », Studia Historica. Historia moderna, t. 28, 2006, p. 268-273. Voir aussi Philippe II à Francesco Hurtado de Mendoza, 5.9.1572 (CODOIN, CX, p. 2 – cité dans Janssens (G.), « Brabant in het Verweer », op. cit., p. 200). Don Juan d’Autriche (1547-1578), fils naturel de Charles Quint, vainqueur de la flotte turque près de Lépante (1571), gouverneur des Pays-Bas (1576-1578) : Bennassar (B.), « Juan de Austria », in DBE, t. XXVIII, Madrid, 2009, p. 253-258.

58 Janssens (G.), « Brabant in het Verweer », op. cit., p. 207. Soen (V.), « Philip II’s Quest. The appointment of Governors-General during the Dutch Revolt (1559-1598) », Bijdragen en Mededelingen betreffende de Geschiedenis der Nederlanden, t. 126, 2011, p. 11, souligne à juste titre le mobile dynastique (la préparation de la désignation de don Juan d’Autriche, demi-frère du Roi, comme gouverneur général des Pays-Bas) dans la nomination de Luis de Requeséns.

59 De Wolf (J.G.C.), « Burocracia y tiempo como actores en el proceso de decisión. La sucesión del gran duque de Alba en el gobierno de los Países Bajos », Cuadernos de Historia Moderna, t. 28, 2003, p. 119.

60 Soen (V.), Geen pardon zonder Paus !, op. cit., p. 260.

61 Philippe II à L. de Requeséns, 3.10.1573 (avec en annexe un aperçu de l'organisation de l'administration aux Pays-Bas et quatre instructions pour le nouveau gouverneur) : CODOIN, CII, p. 277-278 (lettre), p. 279-284 et p. 299-306 (« Instrucción secreta », où il est question spécifiquement du Conseil des Troubles, p. 305).

62 Philippe II à L. de Requeséns, 20.10.1573 (cité dans Parker (G.), Felipe II., op. cit., p. 576). Voir aussi Id., The Grand Strategy, op. cit., p. 141.

63 L. de Requeséns à Juan de Zúñiga, 22.11.1573 : CODOIN , CII, p. 378-381.

64 « Recuerdos para el Señor Comendador Mayor de Castilla de algunas cosas conçernientes al Govierno destos Stados » (2.12.1573), publié dans Janssens (G.), « Het “politiek testament” », op. cit., p. 458-470.

65 Le duc d’Albe à Philippe II, 16-4-1573 : Epistolario, III, p. 334-336.

66 Le duc d’Albe à L. de Requeséns, 22 et 26.12.1573 : Epistolario, III, p. 657-658 et 659.

67 Le duc d’Albe à Philippe II, 2.1.1574 : Epistolario, III, p. 573-579.

68 L. del Rio (1537-1578), né à Bruges de parents espagnols, juriste, membre du Conseil des Troubles, nommé par Albe membre de la commission de révision du droit pénal aux Pays-Bas, bras droit et confident du gouverneur Luis de Requeséns, membre du Conseil Privé (1573), arrêté avec les membres du Conseil d’État (4-9-1576), réhabilité par don Juan d’Autriche : Versele (J.), « Del Rio, Louis », in Nouvelle Biographie nationale, t. VII, Bruxelles, 2003, p. 113-117.

69 G. de Roda (1525/1530-1580), juriste, auditeur auprès de la chancellerie de Valladolid, membre du Conseil des Troubles (1570), membre du Conseil d’État (1574) et confident de L. de Requeséns, s’enfuit en 1576 à Anvers où il dirigea un « Conseil de gouvernement » contre le Conseil d’État et se proclama, après l'arrestation de ce Conseil (4.9.1576), gouverneur et capitaine-général des Pays-Bas. Après l’Édit perpétuel de Marche-en-Famenne (12.2.1577), il quitta les Pays-Bas pour l’Espagne et dirigea par la suite la chancellerie de Grenade : Versele (J.), « de Roda, Gerónimo », in Nouvelle Biogaphie nationale, t. VII, Bruxelles, 2003, p. 119-121.

70 L. de Requeséns à Philippe II, 29.12.1573 : AGS, Estado, leg. no 554, f° 166/1. Voir aussi de Schepper (H.), « Un catalán en Flandes : don Lluis de Requesens y Zuñiga, 1573-1576 », in Pedrables. Revista d’Història Moderna, t. 18, 1998, no 2, p. 161.

71 L. de Requeséns à Philippe II, 30.12.1573 : AGS, Estado, leg. no 554, f° 146 (résumé : Correspondance de Philippe II, op. cit., t. II, p. 446-451), et f° 147 (résumé espagnol). Sur les thèses du duc d’Albe quant à l'origine de la rébellion, voir aussi Parker (G.), Felipe II, op. cit., p. 576-577.

72 « Recuerdos para el Señor Comendador Mayor de Castilla de algunas cosas conçernientes al Govierno destos Stados », publié dans Janssens (G.), « Het “Politiek Testament” », op. cit., p. 458-470 (ici p. 458).

73 Versele (J.), « Del Rio Luis », op. cit., p. 60-61.

74 Janssens (G.), « Brabant in het Verweer », op. cit., p. 214.

75 Viglius à Hopperus, 7.4.1574 : Vigli Zwichemi ab Aytta epistolae politicae et historicae ad Joachimum Hopperum, éd. Gabbema (S.), Leeuwarden, 1661, p. 518.

76 M. Morillon à A. Perrenot de Granvelle, 8.2.1574 (cité dans ALT (W.), Sprache und Macht. Das Spanische in den Niederlanden unter Philipp II. Bis zur Eroberung Antwerpens (1555-1585). Dissertation inaugurale non publiée : Universität Trier, Trier, 2005, p. 398-399).

77 M. Morillon à A. Perrenot de Granvelle, 15.2.1574 (cité dans Soen V., Geen Pardon, op. cit., p. 262).

78 Philippe II à Luis de Requeséns, 10.3.1574 : AGS, Estado, leg. no 561, f° 139/140 (cité dans Soen (V.), Geen Pardon, op. cit., p. 263 – résumé dans Correspondance de Philippe II, t. III, op. cit., p. 33). Tant en Espagne qu'aux Pays-Bas, on met en exergue les parallèles entre la révolte castillane contre Charles Quint et la rébellion aux Pays-Bas : Alt (W.), Sprache und Macht, op. cit., p. 319-325.

79 Janssens (B.), « Brabant in het Verweer », op. cit., p. 221-222, Soen (V.), Geen pardon, op. cit., p. 272, et Id., Vredehandel, op. cit., p. 100-101.

80 AGS, Estado, leg. no 568, f° 90 (« Relación de los que los diputados de los Payses Baxos juntados en Bruselas por orden del Comendador Mayor le propusieron çerca de la pacificaçión de los dichos Payses », [8.6.1574], avec la réponse de Luis de Requeséns et, en marge, la réaction de Philippe II). Voir aussi les rapports : AGS, Estado, leg. no 559, f° 60, et Idem, leg. no 2842 (document non numéroté).

81 J. Hopperus à Philippe II, 18.12.1573 : Madrid, Biblioteca Nacional, Manuscrits, no 915, f° 190v°.

82 Soen (V.), Vredehandel, op. cit., p. 102.

83 Fernández Conti (S.), Los Consejos, op. cit., p. 147, et Soen (V.), Vredehandel, op. cit., p. 102. Alt (W.), op. cit., p. 76-79, soulignent qu'en 1571 déjà, des réunions de quatre conseillers ou plus issus du Consejo de Estado avaient eu lieu au sujet des affaires néerlandaises. Peut-être cette junta est-elle encore plus ancienne : « los 4 » écrivit Philippe II dans la marge d’une lettre (6.1.1568) du duc d’Albe (CODOIN, XXXVII, p. 83 et p. 85 – AGS, Estado, leg. no 539, f° 8, où il est indiqué « este capítulo vean los 4 »). G. de Zayas (1526-1593), secrétaire du Consejo de Estado (1567-1579) et du Consejo de Italia (1579-1592) : Rodriguez (P.), « Zayas, Gabriel de », in DBE, t. L, Madrid, 2013, p. 814-816 et Conti (S.), op. cit., p. 104, n. 9.

84 Janssens (G.), « Brabant in het Verweer », op. cit., p. 245.

85 AGS, Estado, leg. no 561, f° 25 (rapport de G. de Zayas sur la réunion du 30.1.1574, destiné à Philippe II, 24.2.1574 – résumé dans Correspondance de Philippe II, op. cit., t. III, p. 13). A. Ponce de León ( ?-1575), juriste, membre du Consejo de Estado et du Consejo de Castilla : Alonso Acero (B.) et Rivero Rodriguez (M.), « Ponce de León y de las Infantas, Andrés », in DBE, t. XLI, 2013, p. 961-962 ; Gaspar de Quiroga (1512-1594), membre du Consejo de Castilla et du Consejo de Inquisición (1565), président du Consejo de Italia (1567-1571 et 1586-1594), évêque de Cuenca (1571), membre du Consejo de Estado (1573) et inquisiteur général (1573), archevêque de Tolède (1577-1594), cardinal (1578) : Pizarro Llorente (H.), « Quiroga y Vela, Gaspar de », in DBE, t. XLII, 2013, p. 93-697.

86 Janssens (G.), « Brabant in het Verweer », op. cit., p. 223.

87 Philippe II à L. de Requeséns, 9.8.1574 (cité dans Janssens (G.), « Brabant in het Verweer », op. cit., p. 225-226).

88 A. Perrenot de Granvelle à Philippe II, 23.8.1574 (cité dans Janssens (G.), « Brabant in het Verweer », op. cit., p. 412).

89 Soen (V.), « La réitération de pardons collectifs à finalités politiques pendant la Révolte des Pays-Bas (1565-1598). Un cas d’espèce dans les rapports de force aux Temps Modernes ? », in Préférant miséricorde à rigueur de justice. Pratiques de la grâce (XIIIe – XVIIe siècles). Actes de la journée d’études de Louvain-la-Neuve, 15 octobre 2007, éd. Dauven (B.) et Rousseaux (X.), Louvain-la-Neuve, 2012, p. 123.

90 L. de Requeséns à Philippe II, 19.9.1574 : Nueva CODOIN, V, Madrid, 1894, p. 225-230.

91 « Primero recuerdo de J. Hopperus. A su Magestad sobre la pacificación de los Estados Baxos diole en Madrid a 28 de octubre 1574. Leyose en consejo miercoles 3 de noviembre 1574. Embiose en cifra al Comendador dos vezes. Una con carta de 29 de noviembre, y otra a 5 de diziembre 1574 » : AGS, Estado, leg. no 559, f° 78.

92 Soen (V.), Vredehandel, op. cit., p. 102-103.

93 Philippe II à Luis de Requeséns, 24.9.1574 : AGS, Estado, leg. no 561, f° 114 (projet de lettre, avec annotations manuscrites du Roi).

94 « Lo que se platicó por los 4 en la junta que tuvieron domingo 13 de hebrero [1575] sobre lo contenido en el recuerdo que Hopperus dio a su Magestad a 10 del mismo » : AGS, Estado, leg. no 568, f° 31 (un résumé imprécis dans Correspondance de Philippe II, op. cit., t. III, p. 264-266).

95 « Advertimiento del duque de Alva cerca de lo que se va tratando », 31.1.1575 : AGS, Estado, leg. no 568, f° 32 (résumé dans Correspondance de Philippe II, op. cit., t. III, p. 252-253).

96 Kamen (H.), op. cit., p. 91.

97 AGS, Estado, leg. no 559, f° 84/87 (« Las cosas que paresçe devría conçeder su Magestad a los XV estados no rebelados de los Payses Baxos – vio su Magestad esta consulta en el monasterio de Sanct Lorençio a 27 de junio 1575 »).

98 Janssens (G.), « Brabant in het Verweer », op. cit., p. 241-244, 247-253 et 257-265, Soen (V.), Vredehandel, op. cit., p. 104-105, et Parker (G.), The Grand Strategy, op. cit., p. 142 (avec référence à la lettre du 9 juillet à Juan de Zúñiga). Sur les problèmes financiers de la monarchie espagnole et la banqueroute de l'État espagnol : Lovett (A. W.), Philips II and Mateo Vázquez de Leca : the Government of Spain, 1572-1592, Genève, 1977, p. 59-93 (Travaux d’Humanisme et Renaissance, 155) et Fernandez Conti (S.), op. cit., p. 145.

99 Janssens (G.), « Brabant in het Verweer », op. cit., p. 269-276. La décision du 26 mars 1576 : Terlinden (C.), Liste chronologique provisoire des édits et ordonnances des Pays-Bas. Règne de Philippe II (1555-1598), Bruxelles, 1912, p. 138 (se réfère à un document aux Archives de la ville de Bruxelles : « liasse 1215, VI, cop. en flam. »).

100 Le Conseil d’État en tant que gouverneur des Pays-Bas à Philippe II, 31.3.1576 ; AGS, Estado, leg. no 568, f° 101 (publié dans Correspondance de Philippe II, op. cit., t. III, p. 478-482). Le 2 avril 1576, une demande similaire fut envoyée : Correspondance de Philippe II, op. cit., t. IV, p. 27-28.

101 Baelde (M.), De collaterale raden onder Karel V en Filips II (1531-1578). Bijdrage tot de geschiedenis van de centrale instellingen in de zestiende eeuw, Bruxelles, 1965, p. 207 (Verhandelingen van de Koninklijke Vlaamse Academie voor Wetenschappen, Letteren en Schone Kunsten van België. Klasse der Letteren, 60). Voir aussi Gachard (L.-P.), « Sur le Conseil des Troubles institué par le duc d’Albe », in Id., Études et notices, t. I, p. 165-166 (se réfère aux Archives de la ville de Bruges : « Witten-Boeck, f° 158v° ». Cette référence porte sur : Archives de la ville de Bruges (Stadsarchief Brugge), Oud Archief, Reeks 96 : Stadscartularia, nr. 5, f° 92v°-93r°. Nous remercions très chaleureusement notre collègue et ami le dr. Noël Geirnaert, archiviste en chef aux Archives de la ville de Bruges, pour avoir recherché cette pièce et avoir fourni la présente référence). Terlinden (C.), op. cit., p. 140, fait référence à Diegerick (I.L.A.), Inventaire analytique et chronologique des chartes et documents appartenant aux Archives de la Ville d’Ypres, t. VI, Bruges, 1864, p. 232 – un vidimus qui était conservé dans les archives de la ville d’Ypres jusqu'à la Première Guerre mondiale.

102 Les ordonnances ont peut-être, comme c'était l’usage, été envoyées séparément aux différents conseils de justice régionaux. Des recherches complémentaires doivent établir si, outre le Brabant (supra, note 99) et la Flandre (supra, note 101), des exemplaires sont également conservés pour d’autres régions.

103 Versele (J.), Louis del Rio, op. cit., p. 80. Voir aussi Gachard (L.-P.), « L’abolition du Conseil des Troubles », op. cit., p. 174. Pierre-Ernest comte de Mansfeld (1517-1604), gouverneur du Luxembourg, membre du Conseil d’État (1575), gouverneur des Pays-Bas (1593-1594) : Janssens (G.), « Le comte Pierre-Ernest de Mansfeld, loyal serviteur de Charles Quint et de Philippe II et la guerre aux Pays-Bas », Hémecht. Revue d’histoire luxembourgeoise, t. 56, 2004, p. 379-388. Arnold Sasbout ( ?-1583), membre du Conseil Privé (1575) et du Conseil d’État (1576), chancelier de la Gueldre (1596) : Baelde (M.), op. cit., p. 304 ; Gaspar Schetz (1513-1580), seigneur de Grobbendonk et Wezemaal, trésorier-général des Pays-Bas : Idem, p. 307-308.

104 Gachard (L.-P.), « L’abolition du Conseil des Troubles », op. cit., p. 175.

105 Versele (J.), « Del Rio Luis », op. cit., p. 80. Le document a été publié : « Copie de l’acte du Conseil d’Estat es Pays Bas de sa Majesté au regard de ceulx du Conseil y ordonné sur le faict des Troubles », 14.6.1576 (Verheyden (A.L.E.), Le Conseil des Troubles. Liste des condamnés (1567-1573), Bruxelles, 1961, p. 588, et Correspondance de Philippe II, op. cit., t. IV, p. 148-149).

106 Bruxelles, Archives générales du Royaume, Audience, no 1684/1. Cette décision fut prise le 8 mai 1576 par le Conseil d’État : Gachard (L.-P.), « L’abolition du Conseil des Troubles », op. cit., p. 173.

107 Les membres du Conseil des Troubles à Philippe II, 1-7-1576 : AGS, Estado, leg. no 568, f° 74 (publication dans Verheyden (A.L.E.), op. cit., p. 589-590). Voir aussi Versele (J.), « Del Rio Louis », op. cit., p. 80.

108 Le Conseil d’État en tant que gouverneur des Pays-Bas à Philippe II, 17-8-1576 : AGS, Estado, leg. no 568, f° 76 (traduction espagnole).

109 Janssens (G.), « Brabant in het Verweer », op. cit., p. 292-310. Maximilien Vilain, seigneur de Rassenghien ( ?-1583), gouverneur de Lille-Douai-Orchies à partir de 1567, membre du Conseil d’État (1576) : Baelde (M.), op. cit., p. 226.

110 Lettre patente de Philippe II (30.10.1576) par laquelle il rétablit le gouvernement des Pays-Bas telle qu'il existait au temps de Charles Quint et abolit le Conseil des Troubles : Correspondance de Philippe II, op. cit., t. IV, p. 460-464.

111 Une lettre envoyée d’Espagne aux Pays-Bas mettait entre 10 et 14 jours pour arriver. Critique de la lenteur avec laquelle Philippe II prenait une décision : G. de Roda à G. de Zayas, 30.5.1576 (Correspondance de Philippe II, op. cit., t. IV, p. 183).

112 Janssens (G.), « Brabant in het Verweer », op. cit., p. 311-317.

113 Une analyse du contenu de la Pacification de Gand : Blockmans (W.) et Van Peteghem (P.), « De Pacificatie van Gent als uiting van kontinuïteit in de politieke opvattingen van de standenvertegenwoordiging », Tijdschrift voor Geschiedenis, t. 89, 1976, p. 322-334. Le texte de la Pacification : Opstand en Pacificatie in de Lage Landen, p. 351-365.

114 Verheyden (A.L.E.), op. cit., p. 306.

115 Weis (M.), Les Pays-Bas espagnols et les États du Saint Empire (1559-1579). Priorités et enjeux de la diplomatie en temps de troubles, Bruxelles, 2003, p. 348.

Auteur

Professeur émérite de la KU Leuven, archiviste honoraire du Palais royal, membre de la Commission royale d'histoire, membre de la Commission royale pour la publication des anciennes lois et ordonnances de Belgique. Abréviations – AGS, Estado : Simancas. Archivo general de Simancas, Secretaría de Estado ; BÉC : Besançon, Bibliothèque d’Étude et de Conservation ; CODOIN : Colección de Documentos Inéditos para la Historia de España ; Epistolario : Epistolario del III Duque de Alba don Fernando Álvarez de Toledo (éd. Duque de Alba), Madrid, 1952 ; DBE : Diccionario Biográfico Español ; leg. : legajo.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search