Version classiqueVersion mobile

Légiférer, gouverner et juger

 | 
Éric Bousmar
, 
Philippe Desmette
, 
Nicolas Simon

Du droit, des institutions et des hommes. Les itinéraires de Jean-Marie Cauchies

Eric Bousmar, Philippe Desmette et Nicolas Simon

Texte intégral

  • 1 Successivement comme correspondant (2002) puis comme membre titulaire (15 mai 2004) de la Classe de (...)

1Doyen de la Faculté de philosophie et lettres de 1990 à 1996, enseignant dans cette Faculté et dans celle de Droit, Jean-Marie Cauchies a marqué depuis 1977 des générations d’étudiants de l’Université Saint-Louis, dénommée jusqu’en 2012 Facultés universitaires Saint-Louis. Il assura en outre à partir de 1985 deux enseignements et de nombreuses directions de mémoires et thèses à l’UCL. Ses travaux de recherches et son rayonnement universitaire lui ont valu d’être élu à l’Académie royale de Belgique en janvier 2002– il n’a encore que 50 ans et devient l'un des plus jeunes de sa Classe1 –, ainsi que de recevoir deux doctorats honoris causa, décernés par les universités de Lyon-III Jean Moulin (2001) et de Haute-Alsace à Mulhouse (2007), et de se voir confier une Chaire Francqui à l’université de Namur en 2007.

  • 2 Il s’est exprimé sur cette expérience dans une plaquette hors commerce, diffusée à titre gracieux p (...)

2Pèlerin de Compostelle – qu’il atteignit en 19972 à la faveur d’une année sabbatique par ailleurs fertile en recherches –, marcheur de montagne et de coteaux, passager assidu et passionné des réseaux ferroviaires européens, Jean-Marie est aussi un homme de contacts et de rencontres. Ces qualités humaines et sa curiosité, il les a mises au service de la science historique, de ses collègues et de ses étudiants, tout comme, nous le verrons, d’un très large public.

Là où tout a commencé ou Quand le pèlerin trouva son bâton

3C’est le 29 novembre 1951 que naît Jean-Marie Cauchies, dans la commune hainuyère de Quaregnon. Son milieu familial l’a très tôt mis sur les voies, si l’on peut dire, de ses passions et engagements futurs. En effet, d’un père chef de gare, il hérite la passion du train et d’une mère institutrice celle du savoir bien ordonné et bien enseigné. Si Quaregnon, dont il fréquente l’école primaire dans l’enseignement communal officiel, est un des berceaux du socialisme belge, et une commune où ce parti politique dispose d’une majorité absolue, la famille de Jean-Marie fait partie d’une minorité fidèle à ses convictions sociales-chrétiennes. De cela aussi, son parcours porte la marque. Homme de convictions affirmées, parfois de façon tranchée, il est aussi respectueux d’autrui, jamais sectaire, et ne s’arrête pas aux « étiquettes » pour nouer des contacts fructueux et constructifs, une approche sensible dès ses études universitaires.

  • 3 Les témoignages de Jean-Marie Cauchies qu’on lira au long de ces pages sont extraits d’une longue i (...)

4Jean-Marie Cauchies évoque lui-même la manière dont le goût de l’histoire lui est venu des activités familiales et de l’école… au point de lire la monumentale Histoire de Belgique d’Henri Pirenne à l’école secondaire3 :

  • 4 Il s’agit de l’Institut Saint-Ferdinand, à Jemappes, ancienne commune du Borinage voisine de Quareg (...)

Pourquoi l’histoire ? Ma réponse sera très banale : parce qu’étant jeune, à l’école primaire, je me suis senti attiré par le passé. Sans doute aussi parce que mes parents – c’est aussi souvent ce qui se passe – m’y ont intéressé. Quand nous partions en randonnée, nous allions voir des « vieux trucs » et donc par conséquent j’ai très vite pris goût au passé. (…) Dans le secondaire, j’ai fait mes études chez les Frères des écoles chrétiennes4 où j’ai eu deux professeurs d’histoire particulièrement excellents qui introduisaient eux-mêmes la critique. (…) Lorsque j’étais en 4e année d’humanités – qu’on appelait la 3e latine à l’époque – mon professeur de français possédait les quatre volumes illustrés de l’Histoire de Belgique de Pirenne. Il savait que l’histoire m’intéressait particulièrement et il était sans doute content d’avoir un étudiant quelque peu « littéraire » alors que les Frères des écoles chrétiennes préparaient surtout à Polytechnique. Ce professeur m’a dit qu’il mettait en vente ses quatre volumes pour un prix très intéressant. J’ai ainsi demandé à mes parents qui me les ont payés. Il s’agit donc du premier ouvrage scientifique qui est entré chez moi et que j’ai lu avec beaucoup d’attention. Henri Pirenne a donc été l’entrée non pas en religion, mais bien en histoire.

5On pouvait difficilement rêver meilleure entrée en matière. Au terme des humanités, le choix est donc fait pour des études d’histoire qui débuteront à Bruxelles, aux Facultés universitaires Saint-Louis. Comment le choix de cette institution s’est-il imposé à lui ?

De la meilleure façon qui soit : la recommandation personnalisée. Il se fait que ma mère avait, comme tout bon chrétien, une marraine, dont la fille avait épousé un général, commandant de l’École Royale Militaire. Cette personne avait trois enfants qui étaient passés par Saint-Louis : deux garçons en droit et la fille en germaniques. Quand il m’a demandé ce que je voulais faire, il m’a naturellement suggéré Saint-Louis. Le général nous a expliqué qu’il s’agissait d’une institution très sérieuse, avec de la discipline, etc. ; ce qui me convenait car je ne voulais pas aller faire la gaudriole à Louvain. Comme j’avais de la famille à Bruxelles, cela facilitait les choses. Ma tante et mon oncle m’ont ainsi accueilli chez eux. Sans cette recommandation, j’aurais filé, par habitude, à Louvain. Liège était trop loin. Et l’ULB, un « repaire de mal-pensants », dans une famille catholique comme la mienne… c’était exclu ! Donc : la conjonction de la recommandation et de la facilité ! Voilà comment je suis arrivé à Saint-Louis et comment d’emblée, malgré mon jeune âge, je m’y suis senti à mon aise. C’est vrai que nous étions quinze en première candidature, et huit en seconde ! Petite maison, petite famille… (…) Il y avait un corps professoral assez important en Histoire, puisqu’il y avait six professeurs, qui n’enseignaient pas qu’en Histoire et d’ailleurs qui n’enseignaient pas qu’à Saint-Louis. (…) On savait qu’on était à l’université intellectuellement parlant, mais on n’était pas perdu dans les couloirs car la « maison » était beaucoup plus petite. (…) On était malgré tout très respectés par Louvain parce qu’il était bien connu que les étudiants de Saint-Louis qui allaient y poursuivre leur licence se débrouillaient très bien. On n’était pas du tout considérés comme une petite institution d’entre-deux. (…) Comme étudiant, je vivais chez ma tante et mon oncle à Ixelles et depuis l’âge de 7 ans je venais passer une partie de mes vacances à Bruxelles. Vers 9-10 ans, je rebattais déjà la ville tout seul ; je me composais mes promenades et retrouvais ma tante à midi pour aller manger. À l’époque on ne se posait pas la question de laisser un garçon débrouillard de 9-10 ans traîner dans Bruxelles... Et je trouve dommage qu’il n’en soit plus ainsi maintenant car j’ai pu apprendre énormément de choses de cette façon. Pour moi Bruxelles n’avait donc pratiquement pas de secret. Donc si Saint-Louis était nouveau, l’environnement bruxellois, lui, ne l’était pas.

  • 5 Le système universitaire belge comportait jusqu’en 2004 un premier cycle de deux ans, menant au gra (...)
  • 6 Sur celui-ci, voir aussi Cauchies (J.-M.), « Avant-propos », dans La critique historique à l’épreuv (...)
  • 7 Sur celui-ci, voir Cauchies (J.-M.), « In memoriam Maurice-A. Arnould (1914-2001) », Bulletin de la (...)
  • 8 « J’ai eu un modèle qui m’a inspiré et que j’ai suivi. Il s’agit encore une fois de Maurice Arnould (...)
  • 9 Sur celui-ci, voir Despy (G.), « Léopold Genicot », Académie royale des Sciences, des Lettres et de (...)
  • 10 Sur celui-ci, voir Wijffels (A.), « In memoriam : Philippe Godding (1926-2013) », Tijdschrift voor (...)

6Concernant les historiens qui ont marqué ses débuts, Jean-Marie Cauchies évoque volontiers quatre maîtres, une pluralité peu banale dans le monde universitaire. Le premier maître est celui qui le marque particulièrement durant ses deux ans de candidature5 à Saint-Louis (1968-1970), le professeur Jacques Paquet6. Le deuxième est un Hainuyer professeur à l’Université libre de Bruxelles, Maurice-A. Arnould7. Il rencontre celui-ci au cours de l’été 1970, en quête d’un sujet de mémoire. L’implication de Maurice Arnould dans le terreau des cercles d’histoire locale sera d’ailleurs pour Jean-Marie Cauchies un véritable modèle8. Notons ce trait significatif du parcours de Jean-Marie : c’est bien quelqu’un de l’« autre bord » philosophique qu’il va consulter et qui le met sur la voie de son sujet de mémoire et de thèse et, pour tout dire, de sa future carrière. Mais c’est aussi un attachement commun à la petite patrie, le Hainaut ancien et moderne, qui les réunit. Les deux maîtres suivants sont ceux qu’il rencontre à Louvain, pour sa licence (1970-1972) puis sa thèse (1972-1978) : Léopold Genicot, le grand historien médiéviste9, et Philippe Godding, l’historien du droit10. Jean-Marie conserve un souvenir vivace de ces quatre maîtres :

Jacques Paquet (…) m’a beaucoup marqué parce qu’il a été mon premier maître aux Facultés Saint-Louis. C’était un bon formateur, il y avait du très bon contenu dans ses cours. C’était aussi un brillant causeur, toujours avec beaucoup de nuance et qui développait l’esprit critique. À tel point qu’avec le recul il pourrait apparaître comme hyper critique et extrêmement méfiant. Il aurait sans doute pu publier davantage, mais s’il ne l’a pas fait ce n’est pas parce qu’il ne travaillait pas. Il avait des scrupules à écrire dix lignes en se demandant si c’était bien rigoureux. (…) Je garde une reconnaissance éternelle envers Maurice Arnould. Étudier les textes législatifs pour eux-mêmes ne l’intéressait pas vraiment car il n’était pas spécifiquement historien du droit. Il avait commencé par la démographie historique et était davantage historien de la société que des institutions. Il m’a alors dit qu’en travaillant sur les dénombrements de feux il avait trouvé des mentions à propos des textes législatifs dans les comptabilités. C’est donc lui qui m’a mis sur cette piste. (…) Après Saint-Louis, je suis arrivé à Louvain. Quand j’ai proposé mon sujet de mémoire, Genicot a dit que Philippe Godding pourrait être intéressé. Je le connaissais parce que j’avais suivi son cours d’introduction au droit aux Facultés Saint-Louis. Philippe Godding était vraiment un patron et un guide. Il était toujours là, disponible sans être en train de dire : « Alors, ça avance ? Où en êtes-vous dans vos recherches ? ». De toute façon je suivais un plan de travail qui était assez serré. Philippe Godding était là pour lire, pour répondre et aussi pour critiquer, annotant et justifiant ses commentaires. Il donnait également des conseils sur la manière de tourner les mots. Et j’appréciais énormément cela. C’est cela qui m’a donc marqué : toujours soupeser ce que l’on dit, ce que l’on exprime. Au moment de la thèse, il m’a ensuite laissé voler de mes propres ailes. Quand je lui remettais les différents chapitres, j’ai toujours eu droit à une relecture très attentive. Le rapport entre nous était alors différent, bien qu’il y avait toujours cette relation de maître à disciple. Il y avait toutefois une plus grande complicité. Il n’hésitait pas à mettre une remarque ironique ou même une gaudriole. Il m’avait même écrit une lettre en ancien français pour me dire qu’il avait bien reçu le chapitre que je venais de lui envoyer. (…) De Genicot, j’ai surtout retenu sa manière de donner cours, la façon dont il s’exprimait. Les inflexions dans la voix, les intonations, la façon de dégager quelque chose en appuyant sur un mot m’ont marqué. Son apport a surtout été pédagogique. C’est le meilleur pédagogue que j’ai eu quand j’étais étudiant.

  • 11 Notons que l’article se terminait en soulignant qu’avec « son nœud papillon et son éternel costume (...)

7Après un mémoire sur le même thème mais limité au principat de Philippe le Bon, c’est à la législation princière dans le comté de Hainaut sous les ducs de Bourgogne et les premiers Habsbourg que J.-M. Cauchies consacra sa thèse de doctorat en histoire, une thèse qu’il réalisa à l’UCL, après avoir obtenu les mandats successifs de stagiaire de recherche (1972-1973) puis d’aspirant (1973-1978) du Fonds national de la recherche scientifique. Ces mandats connurent une interruption (1976-1977) consacrée au service militaire, qu’il termine avec le rang de caporal. Sans commune mesure avec ce modeste galon, sa thèse lui vaut le Prix Terlinden de l’Université de Louvain pour la période 1977-1980. Elle sera publiée en 1982 et lui permettra aussi d’obtenir ses premiers cours, grâce au soutien de son maître Ph. Godding. Le quotidien Nord Éclair consacra d’ailleurs un article aux travaux de Jean-Marie Cauchies à l’occasion de la publication de cette thèse. Dès les premières lignes, le ton était donné : « tous les sujets, même les plus austères peuvent devenir passionnants » car « il suffit de les entendre évoquer par quelqu’un de vraiment motivé »11.

La montée en chaire

8Suivons l’entrée en lice du jeune enseignant, d’abord à temps partiel (1977), puis très vite à temps plein (1980), successivement suppléant (1977), chargé de cours à temps partiel (1978), chargé de cours invité (1980), puis à fonction complète (1982), professeur (1987) et professeur ordinaire (1992) :

En ce qui concerne ma nomination à Saint-Louis, j’ai eu l’immense chance d’avoir eu un patron qui m’a mis en selle. Philippe Godding était un homme qui, à l’instar de Philippe le Hardi, voyait au loin sur ses besognes. Il s’apprêtait à passer temps plein à Louvain-la-Neuve et voulait préparer la suite à Saint-Louis. Il m’a donc un peu pressé pour terminer le doctorat. Déjà, la dernière année du doctorat, il a mis son cours d’Histoire du droit public de première année en suppléance. J’étais toujours Aspirant FNRS, mais je pouvais cumuler le mandat avec cet enseignement. J’ai donc été nommé suppléant car Philippe Godding comptait abandonner le cours l’année suivante, de sorte que je sois en première loge pour le reprendre. (…) Par ce biais, j’ai donc eu le pied à l’étrier. Et, de surcroît, Paquet m’a cédé un de ses cours en suppléance. J’étais donc titulaire d’un cours et en avais un autre en suppléance. Je n’étais qu’à temps partiel mais je m’accommodais fort bien d’un salaire qui n’était pas un salaire de misère. (…) Et puis un autre professeur a lâché un cours, il y a eu la mise à la retraite de Paul Warzée, qui m’a permis d’obtenir le cours d’Histoire de Belgique, ce qui a fait qu’en quelques années j’ai eu tout mon portefeuille. (…) Le fait que j’étais un ancien de la maison a aussi joué : j’étais connu et les collègues avaient tous été mes professeurs, parce qu’ils étaient relativement jeunes dans la mesure où il y avait eu tout un renouvellement au moment du départ des professeurs ecclésiastiques au début des années soixante.

9S’y ajoutent bien vite deux cours à Louvain-la-Neuve :

Un jour, en 1985, il [le Recteur magnifique de l’UCL, Mgr E. Massaux] m’a convoqué alors que j’étais déjà à temps plein à Saint-Louis. Il m’a dit : « Vous savez que [Alfred] Van der Essen s’en va. Il y a le cours d’Histoire moderne qui devient libre, je voudrais que vous le preniez ». Il a ensuite rajouté ceci : « Vous savez que Genicot est parti et qu’il y a le cours d’Histoire de Belgique à attribuer. Je vais faire un tour et je reviens dans dix minutes, vous me répondrez à ce moment. »

10Moyennant l’accord du recteur des Facultés Saint-Louis – le professeur Jacques Dabin –, ravi de renforcer les liens entre les deux institutions, l’affaire était dans le sac.

11Comme professeur, il sera aussi appelé à exercer d’importantes fonctions au sein de son université. Il sera doyen pour deux mandats consécutifs de 1990 à 1996. Il succède au philosophe Henri Declève et précède l’angliciste Jean Heiderscheidt. Comme c’est la norme à Saint-Louis, il est membre ex officio du conseil d’administration durant son décanat. Il était déjà, depuis 1983, membre du conseil de direction, où il sera élu jusqu’en 2004. Il a également, au sein de la Faculté de philosophie et lettres, présidé à deux reprises la section d’histoire (en 1985-1989 et en 1999-2001). De son mandat décanal découle aussi, de 1995 à 2003, un engagement international comme trésorier de l’Association francophone des Facultés et établissements de Lettres et sciences humaines, ou AFELSH, une instance dépendant de l’AUPELF ou Association des universités partiellement ou entièrement de langue française (qui devient Agence universitaire de la Francophonie en 1998), un engagement qui le mènera notamment à rencontrer brièvement le premier ministre libanais Rafiq Hariri, assassiné en 2005.

12Arrêtons-nous un instant sur les matières enseignées par Jean-Marie Cauchies, à commencer par le cours d’Histoire du droit et des institutions. Dans cet enseignement destiné aux étudiants de première année de la Faculté de droit, il s’attache à donner les bases historiques nécessaires aux futurs juristes. Mais il ne s’agit pas d’un cours d’histoire générale. C’est bien un parcours spécifique auquel il invite son public, présentant l’évolution des sources formelles du droit, des institutions et de la justice des débuts du moyen âge à la fin de l’Ancien Régime, maniant la comparaison entre trois aires : le royaume de France, le royaume d’Angleterre (avec son redoutable common law et sa procédure formulaire), et le Saint-Empire. Le cours s’appuie sur un recueil de textes, matière de commentaires lors du cours magistral et sujet d’examen. Nous pouvons témoigner — deux d’entre nous furent ses assistants successifs pour ce cours — du soin tout particulier que Jean-Marie mettait à la préparation des questions d’examen, celles-ci devant être équitables (en ce compris le texte soumis au commentaire des étudiants) et devant balayer l’ensemble des aspects du cours. La clarté de l’exposé du Maître, par un découpage sûr de la matière et la présence de balises soulignant les articulations, soutenu par le sens de la formule qui fait mouche, faisait écho à ce souci.

  • 12 Il s’exprime sur son attachement à cette forme du cours dans Cauchies (J.-M.), « Conclusions. Ensei (...)

13S’y ajoutent bientôt d’autres enseignements. Les uns portent sur un domaine ou une période spécifiques de l’histoire. S’il enseigne ainsi depuis 1989 l’Histoire du moyen âge à Saint-Louis, il dispense dès 1985 l’Histoire des temps modernes à l’UCL (ce qui lui vaut, dans cette université, d’être rattaché à l’Unité d’histoire moderne), témoignant d’une égale aisance dans les deux périodes. Depuis 1985, il est aussi chargé dans les deux institutions du cours d’Histoire de Belgique. Celui-ci implique un véritable défi trans-périodes pour le titulaire puisque ce cours envisage l’évolution territoriale et institutionnelle de la future Belgique depuis les Romains jusqu’au XIXe siècle, puis l’histoire de l’État belge de 1830 à nos jours. Sans impliquer aucun déterminisme, il représente malgré tout un choix affirmé par rapport à d’autres formules pratiquées par les universités belges (histoire régionale, ou histoire des anciens Pays-Bas suivie d’une histoire de la Belgique indépendante)12. Il s’agit ici de pister racines et continuités dans le domaine des institutions et des structures politiques depuis la Gaule romaine, sur le territoire de l’actuelle Belgique :

Je ne me sens pas totalement pirennien ni anti-pirennien. Au fond, je ne me suis jamais vraiment posé le problème. (…) Plutôt que le pirennisme, c’est la spécificité de l’histoire de Belgique qui m’a toujours paru intéressante. C’est d’ailleurs ce que je dis chaque année en commençant mon cours : « Excusez-moi, mais nous avons une histoire qui est compliquée ». C’est cette complexité qui fait sa richesse. Je ne cherche pas d’emblée à lui donner une trame. J’essaie de suivre cette histoire telle qu’elle est. Je ne suis pas insensible à Pirenne, mais je ne veux pas attacher l’histoire à un fil et dire que je le tiens bien ou qu’un autre est à rompre. Je ne suis pas « grand néerlandais » non plus et certainement pas régionaliste. J’essaie d’envisager l’histoire de Belgique telle qu’elle s’est passée et en me disant qu’elle aurait pu tourner à tout autre chose. (…) est-ce que les princes bourguignons et habsbourgeois font du bricolage ? Je réponds non et de manière catégorique. Je ne fais pas de téléologie en sous-entendant qu’ils savaient très bien ce qu’ils étaient en train de construire, etc. Même Pirenne n’a pas dit cela, bien que parfois on lui prête ces propos. Pirenne dit qu’ils ont construit des choses qui ont rendu possible les constructions ultérieures.

14Attaché à la Belgique unitaire comme jeune historien, il prend la mesure des évolutions et n’hésite d’ailleurs pas ensuite à collaborer à des synthèses d’histoire de la Wallonie :

Tout en n’adhérant pas aux thèses fédéralistes, en restant plutôt « belgicain », je me suis tout de même rendu compte qu’il y avait des nuances : militer pour la reconnaissance de la Wallonie ne signifiait pas une option séparatiste. Genicot, par exemple, n’était absolument pas séparatiste. C’était quelqu’un de viscéralement attaché à la Belgique, mais il réagissait de manière fougueuse car il la sentait menacée. De mon côté, je refusais la fougue et prônais plutôt la conciliation, mais avec le temps, je me suis rendu compte des évolutions. Je ne fais absolument pas un mea culpa en pensant avoir fait une erreur. Disons plutôt que les choses ont changé et je me suis adapté au changement. Au début, on ne trouvait pas trop sérieux ces ouvrages qui parlaient d’une « histoire de la Wallonie ». Et puis on a compris que « histoire de Belgique » ou « histoire de la Wallonie », ce sont des démarches similaires (…).

15L’autre volet de son portefeuille de cours concerne la méthodologie de la discipline historique : Introduction à la critique historique pour les étudiants en droit (1979-1984), Encyclopédie de l’histoire (1979-1989), en l’occurrence l’initiation théorique et pratique des étudiants de première année d'histoire à la recherche bibliographique, Initiation à la recherche historique (1980-2004) destinée là aussi aux étudiants de première et consistant en exercices réguliers et en un travail de fin d’année (corrigé sans assistant par le professeur lui-même…), Historiographie (1983-2012), cours magistral portant sur les historiens de l’Antiquité jusqu’au XIXe siècle, nourri au commentaire de textes, Latin médiéval (1993-2012), Français médiéval et classique (la seule année 2004-2005, à titre de transition lors d'une réforme de programmes) et enfin les Questions spéciales d'histoire des temps modernes (2000-2012 ; rebaptisées par la suite Séminaire d'histoire des temps modernes), et le Séminaire d'histoire du moyen âge (2006-2012), destinés aux étudiants de deuxième et troisième année et supposant l’examen d’une question inédite, sur sources, par les étudiants. Stable à Louvain-la-Neuve, cette charge fut par contre constamment évolutive à Saint-Louis, comme on peut le constater. Elle y fut aussi marquée par une spécificité de ces Facultés bruxelloises. En effet, celles-ci ont longtemps concentré leur enseignement sur les années du premier cycle (avant d’y ajouter en 1995 les études de troisième cycle et le doctorat) : la pratique pédagogique y est donc, par vocation, centrée sur les étudiants débutant dans le monde universitaire.

16Jean-Marie est de ceux qui prennent cette mission au sérieux. Certes est-il exigeant, tant à l’examen oral qu’à l’écrit ou lors de la remise d’un travail d’exercices ou de séminaire. Il impressionne. Il ne s’agit pas de savoir à moitié. Il a dès lors marqué les souvenirs de ses étudiants. L’examen d’Encyclopédie, par exemple, se déroulait en bibliothèque et exigeait une bonne maîtrise des instruments de travail, pour trouver dans les délais impartis le renseignement faisant l’objet de la question ; armé d’une clochette et d’un réveil, l’enseignant attendait… Aux « bleus » du cours d’histoire de Belgique, il prit au bout d’un temps l’habitude de distribuer un avis reprenant « les connaissances ‘ incontournables’ que les étudiants sont censés posséder », insistant sur le devoir de chaque étudiant de « cultiver toujours la curiosité d’en apprendre plus ». Il y soulignait à raison qu’une connaissance minimale de la géographie est indispensable pour envisager l’histoire de Belgique. Quitte à la rappeler de manière… inoubliable : « Les frontières de la Belgique : quels sont les pays qui la bordent (récemment encore, par exemple, un récipiendaire ignorait que c’est l’Allemagne, à l’Est : inacceptable !) ». Mais le cas évoqué n’était, hélas, pas imaginaire. En 2007-2008, présentant la thématique de l’année aux huit étudiants présents lors d’une séance introductive de séminaire de temps modernes, il n’en retrouva que trois lors de la suivante. N’avait-il pas prévenu les étudiants qu’il faudrait manier le néerlandais, langue dans laquelle sont rédigées l’essentiel des études sur la période qu’il envisageait de traiter : la moitié ont pris la fuite à cette annonce.

17La contrepartie de ce haut degré d’exigence est une implication sincère de l’enseignant. S’il n’est guère réaliste pour le grand auditoire de droit d’accorder une attention spécifique à chaque étudiant, c’est en revanche possible pour ceux de la section d’histoire, bien moins nombreux. Jean-Marie est capable de commenter des prestations d’examen après plusieurs mois, soupesant les qualités de synthèse, de précision et d’expression. Pour ses étudiants d’histoire, il organisa longtemps un voyage annuel, mêlant culture et détente, pour lequel il mobilisait son réseau scientifique dans les lieux visités. Lors des soupers de cours, il fut rarement parmi les premiers à quitter les réjouissances. Il est vrai qu’il possédait un logement à Saint-Louis même, bien pratique en de telles circonstances. Tout ceci témoigne d’une considération réelle pour les étudiants qui lui étaient confiés, et dont plusieurs devinrent d’ailleurs par la suite des amis. Il n’est pas non plus contre l’irruption, certes raisonnablement limitée, de la farce au cours. Ainsi, lors d’un séminaire de temps modernes consacré à la législation sous les archiducs Albert et Isabelle, n’avait-il pas hésité à convier Gargamel – sous forme de poupée en peluche – car la séance se déroulait le jour d’Halloween…

  • 13 Jean-Marie Cauchies a été ou est encore directeur ou co-directeur de neuf thèses de doctorat : Moni (...)

18Exigence et disponibilité, attention et cordialité, telles sont donc les qualités mises en œuvre par Jean-Marie Cauchies dans la relation pédagogique. Comme directeur de mémoire et de thèse13, il se montre attentif sans être intrusif, respectant l’autonomie nécessaire, à l’instar de l’attitude qu’il a lui-même pu apprécier chez Ph. Godding. Soucieux de lancer ses élèves, il ouvre des portes, stimule et conseille. Toujours disponible aux moments cruciaux de la rédaction, il annote en prodiguant des commentaires précis, rehaussés d’une bonne dose d’humour. L’étudiant coupable de trop nombreuses coquilles et fautes de grammaire risque de voir un pendu à ses initiales croqué dans la marge de son travail de séminaire, de son mémoire ou de sa… thèse !

19Émérite en 2012 tant à Louvain-la-Neuve qu’à Saint-Louis, Jean-Marie Cauchies a souhaité garder à l’Université Saint-Louis un cours en tant que professeur émérite invité, et son choix s’est naturellement porté sur le cours d’Histoire de Belgique. Il continue par ailleurs son activité de chercheur, publiant d’arrachepied, entre chemins (ceux de Compostelle par excellence, médiévaux d’origine par nature) et village (celui de Quaregnon, bien sûr, mais aussi celui du Pays maudit, situé à l’époque de Johan et Pirlouit, dans un moyen âge imaginaire de convention). Écrites il y a près de quinze ans, les lignes qui suivent restent dès lors d’actualité :

  • 14 Bortolin (Cl.), « Les racines et les ailes de Jean-Marie Cauchies », Le Soir, lundi 24 juin 2002, p (...)

Ce qu’il aime par-dessus tout lorsqu’il ne travaille pas, c’est parcourir les chemins de randonnée, joindre la forme physique et intellectuelle, comme il dit. (…) Son autre passion est plus anecdotique mais saute aux yeux dès qu’on pénètre dans la petite maison qui lui sert de bureau : son univers est peuplé de Schtroumpfs ! Une collection tout à fait extraordinaire de figurines de latex, du costaud au grognon, du grand Schtroumpf à la Schtroumpfette…14

20La petite maison pourrait, entendu le contexte, évoquer les maisons champignons du village des Schtroumpfs imaginé par Peyo, mais il n’en est rien : c’est une maison en rangée, rue de la Station, face au chemin de fer, à quelques dizaines de mètres de l’autre maison. Le maître a deux maisons et deux numéros de téléphone fixe, celui du repaire de travail n’ayant été, pendant longtemps, communiqué qu’aux rares initiés.

Gouvernants et gouvernés : de la principauté à l’État Hainaut, Bourgogne, Belgique

21Gouvernants et gouvernés : ce binôme qui figure dans le sous-titre de la thèse de Jean-Marie Cauchies décrit à merveille le centre d’intérêt majeur de son parcours, tant comme chercheur que comme enseignant. L’étude de la législation princière est en effet au cœur des problèmes de gouvernement, dès lors que derrière la source formelle du droit on envisage aussi le processus de son élaboration. Dans ce travail d’investigation, Jean-Marie Cauchies examine la question des sources, directes (avec une attention minutieuse pour la diplomatique des actes) et indirectes (parmi ces dernières, les mentions relatives à la législation dans les comptes d’officiers), la terminologie, les modes de publication des ordonnances (avec un intérêt marqué pour un élément d’architecture, la bretèche ou bretèque, et pour les messagers) ou encore l’essor d’une législation générale par contraste avec une législation princière en détail (prise pour un seul comté ou duché, voire pour une seule localité à l’intérieur de celui-ci). C’est évidemment l’occasion d’approfondir plusieurs thématiques en fonction des objets traités par cette législation. Mais le souci premier reste l’étude de l’élaboration d’un acte législatif, entre volonté du prince, agissements de son entourage, prises d’information sur le terrain et requêtes portées par les sujets, que ce soit au travers d’organes constitués (corps de ville ou assemblées représentatives) ou via d’autres intermédiaires. Si possible, quand de telles sources – fort rares pour l’époque et les régions étudiées – sont parvenues jusqu’à nous, en comparant la requête et la minute de l’ordonnance.

22Très vite, Jean-Marie Cauchies va traiter la législation dans un cadre élargi et l’envisager comme l’un des moyens juridiques de la genèse de l’État moderne, en participant notamment aux rencontres organisées sur cette thématique sous l’égide de l’European Science Foundation. Plusieurs publications en découlent. Cette législation est aussi mise en relation avec d’autres sources formelles du droit : il interroge ses rapports multiples avec la coutume, avec les « lois de chef-lieu », avec les « chartes-lois » ou chartes de franchises, avec les règlements urbains ou bans de police (qui relèvent comme tels du droit édictal), les règlements de métier, les privilèges et « libertés », mais aussi avec les auteurs de la doctrine et avec le droit romain. Il a régulièrement pointé la question des « relais » entre différents types de norme ou entre différents niveaux de législation, une disposition étant reprise d’une source normative à l’autre. La justice, dont l’exercice n’est pas l’objet essentiel de Jean-Marie Cauchies, n’est pas négligée pour autant : sont ainsi abordés des questions de conflits de juridiction et plusieurs procès significatifs pour l’histoire des rapports de pouvoir. Le personnel – celui des cours de justice, des administrations urbaines ou de l’entourage princier – fait l’objet de plusieurs études et de diverses notices biographiques. Plusieurs travaux d’ensemble – dont un gros article, devenu petit livre, coécrit avec Hugo de Schepper – jalonnent la bibliographie de Jean-Marie Cauchies et sont comme des synthèses d’étape, préparant la grande histoire de la législation dans les Pays-Bas méridionaux, à laquelle il consacre une bonne part de son énergie depuis plusieurs années. La question de la définition de l’objet étant sensible, et moins consensuelle qu’il n’y paraît, c’est aussi à un véritable travail comparé que s’est livré Jean-Marie Cauchies dans plusieurs publications, où il prend position contre une utilisation selon lui trop prudente du mot « législation ». Alors que certains auteurs réservent ce terme aux expressions les plus souveraines, il prône au contraire son application large aux textes princiers et communaux, la nature de la norme – édictale, durable et de portée générale – primant ici sur la qualité de son auteur et sur la question – moins claire en cette fin du moyen âge qu’elle ne le sera par la suite aux yeux des jurisconsultes – de la hiérarchie des normes. C’est un des points de débat sur lesquels Jean-Marie s’est positionné, notamment par rapport aux définitions données par beaucoup d’historiens français du droit.

23Le législateur et le gouvernant, dans les travaux de Jean-Marie Cauchies, ce sont avant tout les ducs Valois de Bourgogne et leurs successeurs immédiats comme comtes de Hainaut, mais la préoccupation du chercheur s’élargit à l’ensemble des principautés relevant des ducs de Bourgogne et des premiers Habsbourg. Il mène ainsi des campagnes d’archives en Autriche et en Espagne. En étudiant l’action politique princière, il s’intéresse à des questions de relations diplomatiques, de négociations et de guerres, de successions dynastiques, de gouverneurs, de gouvernante et de lieutenants généraux. Concentrant la focale, il a consacré deux livres à un examen centré sur une figure princière : d’abord le face-à-face entre le duc Charles et le roi Louis XI – un duc Charles, qu’il qualifie de Hardi à la suite de L. Genicot, l’appellation courante de Téméraire témoignant à ses yeux d’un fâcheux a priori sur l’action politique du personnage –, puis la biographie politique de Philippe le Beau. Il montre tout l’intérêt de cette figure jusque-là trop négligée, quelque peu coincée entre son grand-père Charles le Té…, le Hardi, son père Maximilien et son fils Charles Quint. Le caractère propre du règne est mis en évidence, les qualités et choix du prince sont mis en lumière, son entourage est passé au peigne fin. Il met également en exergue la continuité du régime et de l’idéologie politique de l’époque des ducs Valois à ce moment burgondo-habsbourgeois ou austro-bourguignon, Philippe étant fort significativement qualifié de « dernier duc de Bourgogne », comme pour le restituer à sa véritable lignée politique. Tout ceci conduit aussi J.-M. Cauchies à se pencher, à de multiples reprises, sur la question de la continuité bourguignonne, sur celle de l’appellation des possessions bourguignonnes, et plus fondamentalement sur la nature de la construction politique qui naît de l’action progressive des ducs puis archiducs, un État qu’il voit volontiers, arguments à l’appui, comme une structure résolument plurielle. D’où sa préférence pour le désigner comme étant « les États bourguignons » et sa présence autour de cette question dans un débat historiographique loin d’être clos.

24Historien du droit et des institutions, du monde bourguignon et du Hainaut, Jean-Marie Cauchies est aussi éditeur de textes. Ce travail lui tient particulièrement à cœur. Il ne cache pas qu’il y a là une réminiscence de son maître J. Paquet affirmant à ses étudiants que les bonnes éditions dureraient encore lorsque les études seraient dépassées par l’avancement des connaissances. Un peu en amont de son « cœur de période », Jean-Marie Cauchies a donc publié les ordonnances de Jean sans Peur, soit près de 600 pages. De son fils Philippe le Bon, il a donné avec la collaboration de Gilles Docquier les ordonnances dites générales, c’est-à-dire celles s’appliquant à l’ensemble de ses possessions, et les ordonnances prises spécifiquement pour le comté de Hainaut. Ce sont là plus de 600 pages à nouveau. Dans l’un et l’autre cas, ces éditions sont réalisées pour le Recueil des ordonnances des Pays-Bas de la Commission royale pour la publication des anciennes lois et ordonnances de Belgique. Elles sont le résultat de nombreuses années de patient repérage dans de nombreux dépôts d’archives et bibliothèques, et ce travail s’accompagne d’articles et de communications livrant divers aspects du matériau. Il contribue par ailleurs, par des notes historiques et un index, à l’édition de la Chronique de 1507 de Jean Lemaire de Belges par Anne Schoysman, et livrera par la suite, du même chroniqueur, l’édition d’un carnet de notes pour les années 1507-1509, deux publications accueillies dans la Collection des anciens auteurs belges de l’Académie royale de Belgique. À ces éditions majeures s’ajoutent de nombreux textes et documents publiés sous la forme de pièces justificatives ou comme articles dans le Bulletin de la Commission royale d’histoire ou dans celui de la Commission royale des anciennes lois et ordonnances, sans compter l’édition collective des chartes-lois hainuyères dont il fut l’un des maîtres d’œuvre.

  • 15 Comme il le dit lui-même, « Philippe le Beau est le dernier prince bourguignon par l’action, Charle (...)

25Bas-médiéviste, ou tardo-médiéviste selon la terminologie pour laquelle on optera, Jean-Marie Cauchies a pourtant dès sa thèse enjambé la césure traditionnelle entre moyen âge et temps modernes. Dans l’histoire nationale belge, celle-ci a pendant longtemps été instituée par la date de 1477 (mort du duc Charles et avènement de sa fille Marie, dont le mariage signifie l’entrée en scène des Habsbourg) ou par celle de 1482 (décès de Marie). La thèse, elle, porte résolument jusqu’en 1506, englobant la régence de Maximilien et le principat de Philippe le Beau. Ses travaux ultérieurs prendront aussi en compte le règne de Charles Quint15. Voilà donc pour la période bourguignonne au sens large, telle qu’arpentée par Jean-Marie Cauchies. Il est de ceux qui ont contribué depuis les années 1970 à prendre en compte cette période comme un tout cohérent, portant l’attention des médiévistes jusqu’au milieu du XVIe siècle. Il n’est pas étonnant à cet égard qu’il se soit vu confier un cours d’Histoire des temps modernes, et que, se présentant aux étudiants néo-louvanistes de son cours d’histoire de Belgique en deuxième année, il se soit défini à la fin des années 1980 comme « un médiéviste, reconverti en un semi-moderniste par les nécessités de la carrière ». Nécessité, peut-être, mais opportunité aussi, qui vient soutenir une dynamique intellectuelle justifiée par son objet d’étude.

  • 16 Sur cet épisode, qui concerne le pré-classement d’un fonds d’archives des XIVe-XVIIIe siècles, voir (...)

26Par ailleurs, travaillant sur le Hainaut ou sur le droit et les institutions d’Ancien Régime, il ne se limite pas à la période bourguignonne, même élargie. Il prône en effet les excursions inter-périodes et met ce précepte en application, arpentant l’histoire des anciens Pays-Bas du XIIe à la fin du XVIIIe siècle, et même au-delà à l’occasion. Il peut donc descendre le temps. On le voit ainsi s’intéresser à la fondation du carmel de Mons en 1607, à la présence de Fénelon dans le Borinage, au droit des moulins et aux banalités jusqu’en 1795, à l’organisation d’une confrérie d’archers aux XVIIIe -XIXe siècles, aux figures de saint Ghislain et de sainte Waudru, à des Protestants du XVIIe siècle (mais de Quaregnon…), à une empreinte de sceau de l’impératrice Marie-Thérèse, à une chicane relative aux communaux de Quaregnon et Wasmuel à la fin du XVIIIe siècle, à l’empereur Joseph II législateur face à ses sujets dans les années 1780, ou encore à la mémoire de la bataille de Jemappes (1792) et à certains dossiers historiographiques, tels que le cas de Jeanne la Folle vu par le XIXe siècle. S’il descend le cours du temps, Jean-Marie Cauchies peut tout aussi bien le remonter jusqu’aux XIIe -XIVe siècles, pour étudier le serment inaugural princier, les rapports entre coutume et législation, les chartes de franchises, la législation du comte de Hainaut Jean d’Avesnes (fin XIIIe -tout début XIVe siècle), les relations entre les comtes et Valenciennes, etc. Et si de minimis praetor non curat, Jean-Marie n’hésite pas quant à lui, en marge de ses grands chantiers, à consacrer une journée à identifier un ensemble improbable d’archives conservées dans un tiroir et touchant son cher Hainaut16.

27En consacrant une partie de son temps à la constitution d’instruments de travail, ce à quoi certains de nos collègues renâclent tant la tâche est ingrate, il se déplace à nouveau en historien tout-terrain le long des lignes du temps : table des actes édités dans les publications du Cercle archéologique de Mons (1980), table des publications du Centre européen d’études bourguignonnes (1985 et 2002), bibliographie d’histoire des communes du Borinage (1982, 1986, 1993, 2000, 2005, 2016), sans compter une contribution de longue date à la Bibliographie d’histoire de Belgique publiée annuellement par la Revue belge de philologie et d’histoire, et son travail comme codirecteur des deux tomes de la Bibliographie d’histoire du Hainaut couvrant la période 1951-1980 (1984). À cela s’ajoute, bien entendu, son inlassable activité comme éditeur d’ouvrages collectifs, relatifs en particulier à l’histoire du droit et des institutions dans nos régions : on songe aux deux volumes de 2009 consacrés aux institutions du Hainaut et du Tournaisis sous l’Ancien Régime – la somme de référence et les actes d’un colloque –, aux actes commémorant les 700 ans des franchises de la ville de Mons (1295-1995), aux actes de trois Journées internationales d’histoire du droit (tenues en 1995 et 1998 à Ath, Bruxelles et Lierre), à deux volumes de mélanges, aux actes de trois colloques tenus par la Fondation van der Burch (qu’il préside) au château d’Écaussines-Lalaing, et à plusieurs volumes des Cahiers du CRHiDI. Au total, ce ne sont pas moins de 59 ouvrages collectifs – certains d’entre eux seront aussi évoqués plus loin – qui ont vu le jour sous sa direction ! L’édition scientifique est une activité dans laquelle il se révèle particulièrement efficace : relecteur impitoyable, travailleur ponctuel, il n’hésite d’ailleurs pas à refuser un article à un proche s’il est hors de tout délai, ce qui garantit un produit de qualité livré dans les temps.

28Au terme du palmarès, ajoutons encore que Jean-Marie Cauchies a rédigé de nombreuses notices pour le Lexikon des Mittelalters, la Nouvelle Biographie Nationale, le dictionnaire Communes de Belgique (1980), le Dictionnaire d’histoire de Belgique (1988), l’encyclopédie Histoire et patrimoine des communes de Belgique (2009), le Dictionnaire historique des juristes français (2007), l’Enciclopedia dell’arte medievale (1996) et le Diccionario biográfico español (2012-2013).

Un petit tour, ou plus, en politique

29Si, à l’inverse d’autres universitaires belges de haut vol, il n’a pas mené de front carrière parlementaire et ministérielle et carrière de professeur, Jean-Marie Cauchies n’en est pas pour autant dépourvu d’expérience politique. En 1979-1980, il a cumulé sa charge académique avec un poste de conseiller au Cabinet du ministre de la Culture Michel Hansenne ; il y était en charge du patrimoine. Une expérience rien moins qu’anecdotique :

Cela m’a énormément apporté et cette expérience est arrivée à un bon moment dans mon existence. J’avais 30 ans et étais déjà jeune professeur depuis quelques années. J’avais encore beaucoup à apprendre même si je m’étais forgé ma petite expérience. J’ai non seulement vu fonctionner les rouages, mais j’y ai aussi participé. Cela m’a aussi beaucoup aidé pour le cours d’Histoire de Belgique – que je ne donnais pas encore à l’époque – quand il a fallu s’y retrouver dans les institutions contemporaines et le processus de régionalisation-communautarisation. Je suis à l’aise là-dedans car c’était le premier gouvernement avec un exécutif communautaire. Les ministres faisaient partie du gouvernement encore national, mais avaient déjà une réunion à trois, une fois par semaine. (…) Je pense surtout aux questions parlementaires. J’ai moi-même rédigé des questions et des réponses. (…) J’ai en tête un cas bien précis concernant Wasmes, un village proche de Quaregnon. Il y avait une ancienne ferme, magnifique, de l’abbaye de Saint-Ghislain avec un très beau pigeonnier. À l’époque, les bâtiments étaient un peu laissés à l’abandon. Il fallait donc les classer. Depuis lors, cela a été fait et, maintenant, c’est devenu une école d’hôtellerie. Le député PSC du coin, Albert Liénard, voulait mettre devant ses responsabilités le bourgmestre socialiste de Wasmes. Le Ministre de tutelle était évidemment du même bord social-chrétien. Un député PSC interrogeait donc un Ministre PSC pour se plaindre que la commune de Wasmes ne faisait rien pour sauvegarder un patrimoine estimable. On voit avec cet exemple jusqu’où va le jeu. Quelqu’un qui est extérieur à l’affaire se demanderait presque si Liénard voulait embêter le Ministre issu du même parti que lui. Évidemment pas. Il s’agissait simplement de mettre un tiers sur la sellette. (…) C’est un peu un jeu de « gugusse », mais c’était très amusant. Tant de rédiger la question pour Liénard (car, m’occupant du patrimoine au sein du cabinet, je pouvais sans doute, mieux que lui, définir les choses), que de rédiger la réponse du Ministre dans laquelle il brodait sur la qualité du bâtiment, le souci qu’il avait de le préserver, etc. Et en même temps in cauda venenum il soulignait qu’il y avait de graves manquements du côté des autorités communales. Tout ceci avait comme dessein de titiller le bourgmestre PS de Wasmes. C’est un peu tartuffien, mais j’ai eu quelques expériences édifiantes de ce genre. (…) Je ne dis pas que le député Liénard n’en avait rien à faire de cette vieille ferme abbatiale. Je le connaissais bien car il avait été mon professeur au collège – c’était un géographe de formation. Il était assez sensible à tout ce qui touchait au patrimoine et à l’environnement. Dans le cas présent, il agissait aussi pour mettre sur la sellette un de ses concurrents directs vu que le bourgmestre wasmois était également député du même arrondissement. (…) Ceci m’a énormément apporté, mais les circonstances faisaient que l’année suivante je passais professeur à temps plein et que je ne pouvais plus combiner avec cette charge au cabinet.

  • 17 Propos du bourgmestre socialiste Guy Roland rapportés par Bortolin (Cl.), « Au conseil communal de (...)

30Quoi de plus formateur, en effet, pour un historien de la vie politique et du processus législatif ! L’expérience de la vie publique, en sus des structures universitaires et associatives où il occupa de multiples fonctions représentatives et décisionnelles, Jean-Marie la pratique aussi sur le plan local. Il est à deux reprises conseiller communal à Quaregnon, totalisant quatre mandats, siégeant dans l’opposition, dont il fut même un moment chef de file (1977-1988 et 2001-2012), ce qui en soi est un bon témoignage de ténacité, s’agissant d’une commune où le parti au pouvoir dispose d’une majorité absolue et d’une hégémonie de longue date. Tout ceci n’empêcha pas le bourgmestre, lors de l’élection du conseiller communal à la Thérésienne en 2002, de lui rendre hommage en séance : « Quelque part, c’est un morceau de Quaregnon qui est entré à l’Académie. (…) Voilà donc, chose plutôt rare, un intellectuel qui ne méprise ni les politiques, ni les Borains ! »17. Ne se revendique-t-il pas comme homme de terroir ? Ne fut-il pas membre du comité d’une des Harmonies du cru, sans pour autant être lui-même musicien ? Car Jean-Marie Cauchies est également, dans sa commune, président d’une Fabrique d’église et du pouvoir organisateur d’une école. Réunions, réunions, réunions… À tel point qu’on pourrait en venir à se demander s’il n’a pas été contaminé par la lecture d’un passage récurrent dans les ordonnances qu’il côtoie tant : à grande et meure deliberation de conseil…

L’historien en société(s)

  • 18 Bortolin (Cl.), « Les racines et les ailes », op. cit., p. 13.

31Le fameux plan en trois parties, principe auquel la présente contribution déroge sans aucune vergogne, est une des marottes de Jean-Marie Cauchies. Est-ce un hasard ? Ce sont bien trois axes, ou trois dimensions comme on voudra, qui définissent le champ thématique, chronologique et géographique dans lequel il a mené ses travaux d’historien : droit et institutions, monde bourguignon, terroir hainuyer. « Arborant fièrement son nœud papillon18 », il s’est investi dans ces trois dimensions non seulement comme chercheur mais aussi comme animateur de la recherche, en créant, présidant et participant à de nombreuses structures collectives.

  • 19 Sur ce collègue, voir Ruelle (A.) et Berlingin (M.), « Gilbert Hanard ou quand la fantaisie vient à (...)
  • 20 Sur ce collègue, décédé en 2012, voir de Broux (P.-O.) Hendrick (A.) et Muller (F.), « Bio-bibliogr (...)

32Prenons tout d’abord le domaine du droit et des institutions. Le CRHiDI est le Centre de recherches en histoire du droit et des institutions qu’il a fondé en 1992 dans son université et qu’il dirigea jusqu’en 2012, d’abord en duo avec son comparse Gilbert Hanard, professeur de droit romain et cofondateur du centre19, puis en trio, lorsque les consuls, rejoints par Jean-Pierre Nandrin, professeur d’histoire contemporaine20, devinrent triumvirs, toujours avec le soutien efficace du secrétaire scientifique du Centre, Serge Dauchy. Le CRHiDI a joué un rôle essentiel pour fédérer la recherche en histoire, en droit romain et en histoire du droit à Saint-Louis et pour lui conférer une visibilité collective hors-les-murs, en organisant des tables-rondes et en publiant des Cahiers, tantôt collection, tantôt revue, dont plusieurs numéros furent édités par Jean-Marie lui-même. C’est dans ce cadre dynamique que les historiens maison continuent de mener leurs recherches et projets ; le travail trans-périodes, ou inter-périodes, sans négliger la spécialisation de chacun par ailleurs, apparaît comme une signature de l’équipe qui succède au directeur émérite.

  • 21 Steurs (W.), compte rendu de l’ouvrage, Revue belge de philologie et d’histoire, t. 84, 2006, fasc. (...)

33Par ailleurs, Jean-Marie Cauchies a été nommé dans plusieurs organes scientifiques officiels, au sein desquels il se révélera en particulier un actif éditeur de textes : la Commission royale pour la publication des anciennes lois et ordonnances de Belgique (dès 1982), la Commission royale d’histoire (1996), le Conseil de Noblesse (ex-Conseil héraldique) près le Ministère des Affaires étrangères de Belgique (1996), au sein duquel il veillait jusqu’il y a peu à la diplomatique des patentes de noblesse, la Commission royale de toponymie et de dialectologie (1998), en lien avec ses connaissances pointues et reconnues en matière d’histoire locale. Les sociétés savantes sont un autre lieu de son activité : l’association Anciens pays et assemblées d’États / Standen en Landen (dont il fut président de 1989 à 2005), publiant une collection scientifique, la Société d’histoire du droit et des institutions des Pays flamands, picards et wallons (dont il fut président de 1996 à 1999) et la Société d’histoire du droit (Paris), ces deux dernières organisant des Journées internationales d’histoire du droit auxquelles il participa avec bonheur et régularité, en éditant les actes à trois reprises. Il accueillit d’ailleurs à Bruxelles, en 1998, avec le CRHiDI les journées internationales annuelles de la Société d’Histoire du droit. Ses nombreux contacts avec les historiens et historiens du droit français lui valurent d’être à plusieurs reprises professeur invité (en 1991 à Paris-V-René Descartes, en 1992 à Nantes, en 1997 à Paris-XIII-Nord et en 2002 à Paris II-Panthéon-Assas), ainsi que membre du conseil scientifique de l’Université d’Artois. De 1997 à 2001, il prit part à un programme dit Pôle d’attraction interuniversitaire, relevant de la Politique scientifique fédérale belge. Collaborant avec Gand, Louvain-la-Neuve et Anvers autour de la société urbaine médiévale, il en dirigea le volet consacré à la législation des villes, qu’il inscrivit d’emblée dans une perspective comparatiste. Ce fut notamment l’occasion de la mise sur pied d’un colloque majeur, dont la Revue belge de philologie et d’histoire a salué les actes : « [il] s’agissait d’étudier le sujet dans une perspective européenne et pluridisciplinaire. (…) Les actes du colloque ‘Faire bans, edictz et statuz’ s’imposent comme l’instrument de référence sur la législation communale, ses sources et ses rapports avec les actes de l’autorité princière. C’est l’outil de travail indispensable à l’historien comme au juriste. À lire absolument21. »

  • 22 Sur les origines du Centre et sur sa première période, marquée par la pensée du littérateur suisse (...)

34On l’a dit, les études « bourguignonnes », élargies aux « premiers Habsbourg », sont le terrain chronologique et géographique de prédilection de Jean-Marie Cauchies depuis sa thèse, et sa notoriété en la matière lui a valu d’être élu membre correspondant de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Dijon. Outre ses nombreux travaux personnels dans ce domaine, il a été un animateur majeur de la recherche. On songe en tout premier lieu à l’opération de sauvetage et de reprofilage de ce qui était encore le « Centre européen d’études burgondo-médianes », association en perte de vitesse et de crédibilité dont il devient secrétaire général en 1983. En un an, il transforme l’association en un « Centre européen d’études bourguignonnes (XIVe-XVIe s.) », recentré sur la période des ducs Valois et des premiers Habsbourg et, sans exclure la présence d’amateurs éclairés, de plus en plus universitaire dans sa programmation et dans ses publications22. Le récit de cette entrée en fonction montre que les leçons apprises quelques années plus tôt au sein d’un cabinet ministériel n’ont pas été perdues :

(…) quand on est venu me chercher, j’ai exigé que l’on fasse de cette association une véritable institution scientifique et non un « truc » mixte composé de bons chercheurs mais aussi d’amateurs, certes très cultivés, mais qui n’étaient pas des scientifiques. J’ai donc mis sur la table une série de conditions : changement de nom, cotisation plus basse mais obligatoire, diversification du recrutement, rajeunissement des cadres, etc. Le problème était que cette association existait tout de même depuis un quart de siècle. (…) J’étais déjà membre, l’un des plus jeunes, et j’avais déjà organisé les Rencontres de 1982, à Mons, qui ne s’étaient pas trop mal déroulées. C’était alors que Roger Henrard, historien de la littérature, a suggéré de m’introduire au comité du Centre avec l’idée d’aller plus loin. Finalement on m’a demandé de reprendre le secrétariat général. J’ai imposé une série de conditions scientifiques qui ont été acceptées. On a ainsi progressivement renouvelé le comité. Il y avait du potentiel mais cela a été un pari pour recruter du monde. J’ai établi des listes, on m’a donné des noms et finalement une cinquantaine de personnes ont adhéré. Voilà comment on a progressivement organisé les choses. (…)

35En réalité, l’association doubla ses effectifs en cinq ans, atteignant quelques 230 membres, avant de bientôt flirter avec les 300 cotisants. Jean-Marie Cauchies quitte ici son terrain personnel d’historien politique et institutionnel, pour se mettre au service d’une approche interdisciplinaire de sa période de prédilection. Interdisciplinaire, que ce soit dans le choix des thématiques (vie économique, commerce, crédit, dévotion et vie religieuse, littérature, art, musique, alimentation, sont autant de thèmes qui rejoignent d’autres plus familiers, tels que justice, diplomatie, relations entre prince et villes) ou dans leur traitement (est ici favorisé le croisement d’approches disciplinaires autour d’un thème donné), le Centre est aussi international, tant dans son recrutement que dans les lieux retenus pour les Rencontres annuelles. Le Centre est en effet résolument itinérant ; au fil de contacts avec des collègues coorganisateurs locaux, ce sont des lieux chargés d’histoire, souvent en lien avec la thématique de l’année, qui sont visités en Espagne (Madrid/Tolède), en Italie (Milan, Asti, Rome), en Autriche (Innsbruck), en Allemagne (Wetzlar), aux Pays-Bas (Rotterdam, Middelbourg/Bergen-op-Zoom, Nimègue, Dordrecht, Leyde/La Haye), au Grand-Duché (Luxembourg-ville, à deux reprises), en Belgique (Bruxelles, Gand, Nivelles/Bruxelles, Malines, Liège, Mariemont/Bruxelles), au Royaume-Uni (Oxford, Édimbourg/Glasgow) en Suisse (Fribourg, Lausanne, Porrentruy, Neuchâtel) et en France (Douai, Colmar/Strasbourg, Montbéliard, Dijon/Dole, Chambéry, Chalonsur-Saône, Boulogne-sur-Mer, Avignon, Calais). Aux nombreux déplacements, aux nombreuses réunions préparatoires, s’ajoutent les innombrables contacts téléphoniques et épistolaires, en y incluant le fax d’abord, puis progressivement le courriel, que toute cette organisation, répétée inlassablement d’année en année mais dans un contexte chaque fois renouvelé, suppose. Jean-Marie Cauchies y gagne de renforcer ou nouer de nombreux contacts scientifiques ; il livre de nombreuses communications aux Rencontres, participe activement aux débats, et plus encore aux discussions off qui se tiennent à table, autour d’un bon verre ou de bons plats. Inépuisable réservoir d’anecdotes sur la vie universitaire, il sait aussi donner de la voix, que ce soit pour entonner un vieil air d’opérette ou le fameux Réveillez-vous Picards / Picards et Bourguignons… Il contribuait ainsi à insuffler une cordialité essentielle à ces colloques largement ouverts aux jeunes générations de médiévistes et de modernistes, et on ne dira jamais assez le rôle de sociabilité scientifique que le Centre remplit grâce à lui pour de nombreux jeunes et moins jeunes chercheurs. Son rôle comporte aussi le rituel du rapport annuel présenté à l’assemblée des membres lors du colloque, et bien sûr tout le travail accompli dans l’ombre comme secrétaire général du Centre et comme éditeur du volume annuel d’actes, toujours parus dans l’année et prêt pour les Rencontres suivantes. Le cap fut maintenu, contre vents et marées, de 1983 à 2015, le passage officiel du flambeau s’effectuant en janvier 2016. Ce sont ainsi 31 volumes d’actes qui furent dirigés et livrés dans les temps par Jean-Marie, autant de Rencontres annuelles co-organisées avec des partenaires locaux et des membres du Comité exécutif, sans compter l’envoi d’une newsletter semestrielle. S’y ajoute par la suite une responsabilité comme directeur de collection, « Burgundica », chez l’éditeur flamand Brepols : ouverte en 1998 par un florilège d’études tirées des publications du Centre, la collection compte aujourd’hui plus d’une vingtaine de volumes en français ou en anglais, que ce soient monographies, ouvrages collectifs ou actes de colloque, et elle joue un rôle important dans la diffusion des travaux.

  • 23 Chardonnens (A.), op. cit., p. 53-56.

36Dans le même temps, Jean-Marie faisait en petit ce qu’il faisait en grand : l’ancienne Chaire d’études bourguignonnes de l’Université catholique de Louvain, fondée à Louvain (Leuven) en 195423, et tombée en désuétude après le transfert à Louvain-la-Neuve, ne l’a pas laissé indifférent. Il obtient de lui redonner vie, sous la forme d’un « Centre belge d’études bourguignonnes 1400-1600 », dont il devient secrétaire : ce nouvel organe est commun désormais à l’UCL et aux Facultés Saint-Louis, les deux institutions de rattachement de son secrétaire. La formule belge permit de beaux cycles de leçons publiques et des grandes conférences. Si passé l’an 2000, elle s’essouffla, ce n’est point la faute de son secrétaire, l’un de nous peut en témoigner ; l’outil restait toutefois intact et prêt pour être adapté aux nouvelles donnes du public par un Bureau auquel, à la veille de son éméritat, l’ancien secrétaire confia les archives et le flambeau, toujours interuniversitaire.

37Notons encore que la stature académique de Jean-Marie Cauchies lui a valu d’être appelé à siéger dans les organes de la Fondation pour la protection du patrimoine culturel, historique et artisanal (Lausanne), de la Fondation d’Arenberg (Enghien) et de la Fondation van der Burch (Écaussinnes-Lalaing), actives toutes trois sur le plan international ou hainuyer dans le secteur du patrimoine historique et culturel.

  • 24 Sur cet aspect de son parcours d’homme et d’historien, voir aussi Depauw (Cl.), Desmette (Ph.), Hon (...)

38Enfin – on vient de l’évoquer –, le terrain hainuyer24 : ici aussi, à des travaux personnels, le plus souvent sous l’angle politique et institutionnel, s’adosse une implication dans l’animation collective de l’histoire locale et régionale, engagement d’autant plus remarquable qu’il n’est pas – à tort, pensons-nous – valorisé par une partie du monde académique. C’est qu’il s’agit ici d’être proche des gens, des amateurs, des curieux, qu’ils soient auditeurs d’une conférence, cotisants d’un cercle d’histoire locale ou auteurs d’articles en quête de publications dans une revue d’histoire locale. C’est qu’il s’agit de passer du temps au sein de comités de cercles et d’associations, de s’attarder à la gestion matérielle, et d’offrir aussi son expertise d’historien universitaire pour monter des projets et assurer des publications de qualité. Et Jean-Marie s’engage, sans compter, ici aussi : cheville ouvrière d’« Hannonia – Centre d'information et de contact des cercles d'histoire, d'archéologie et de folklore du Hainaut » et de ses publications (dont il fut l’un des fondateurs en 1974 et de cette date à 1989 le secrétaire général – une fonction initialement assumée alors qu’il était encore en thèse !), il sera aussi secrétaire du Congrès de Comines en 1980 et président du Congrès de Mons en 2000, tenus par la vénérable Fédération des Cercles archéologiques et historiques de Belgique, et entretemps secrétaire général de l’Association des Cercles francophones d’Histoire et d’Archéologie de Belgique (1980-1984). Dès ses études, déjà candidat mais pas encore licencié, il s’inscrit à plusieurs cercles et n’aura de cesse d’y ajouter d’autres sociétés par la suite. Il est ainsi membre des Cercles de Mons (qu’il préside depuis 2012), de Saint-Ghislain (dont il fut président de 1977 à 1989, y organisant trois expositions) et de Soignies, de la Société d’archéologie et des amis du musée de Binche, de la Société des sciences, des arts et des lettres du Hainaut (où il siège au Bureau) et de la Société des Bibliophiles belges séant à Mons. Il est donc fort légitime que le Prix quinquennal des Amis du Hainaut – une distinction instaurée en 1935 – lui fut octroyé en 1998 ; il le reçut des mains du Gouverneur de la province. Mais l’ancien Hainaut comtal n’est pas enfermé dans les frontières administratives actuelles, et l’activité de Jean-Marie Cauchies est au service du Hainaut belge et français. Il est ainsi membre du comité du Cercle archéologique et historique de Valenciennes et depuis 2003 correspondant de la Commission historique du Nord. Notons que ce tropisme hainuyer n’empêche pas des incursions d’histoire locale en Brabant par exemple (la bibliographie en témoigne, autour de Genappe et du Lothier).

  • 25 Il s’agit, plus précisément en l’occurrence, de la participation à une table-ronde organisée en sep (...)

39À ces multiples implications dans des sociétés d’histoire locale, essentiellement mais non exclusivement hainuyères – il donnera des conférences jusqu’à Malmedy à l’attention du public local25 –, à ces multiples implications disions-nous, s’ajoutent encore les associations d’(anciens) pèlerins de Compostelle, auxquelles il donne des conférences et fournit des articles (sans compter l’organisation d’un colloque, mis sur pied conjointement par le CRHiDI et l’Association des Amis de Saint-Jacques de Compostelle).

40Dans ce milieu associatif, l’investissement en temps est énorme ; il est donné aux amis et aux proches, investis comme lui dans de multiples comités, mais aussi au public des annales, bulletins, expositions et conférences ainsi réalisés. Cependant, l’enrichissement, pensons-nous, vient en retour, tant au niveau d’une connaissance approfondie d’une histoire régionale sur plusieurs siècles, qui fait de notre historien un spécialiste écouté et sollicité, qu’au niveau d’une connaissance pratique des hommes et du fonctionnement – encore une fois – des institutions, fussent-elles modestes, que l’historien peut mettre à profit dans son exploration du passé. Les choix de Jean-Marie Cauchies sont exigeants pour lui-même, mais ils sont cohérents, et au fil du travail, de l’effort et du plaisir, ils expliquent l’immense qualité de ce qu’il nous apporte sur de multiples terrains, que nous soyons étudiants, collègues, amis, auditeurs ou lecteurs.

Notes

1 Successivement comme correspondant (2002) puis comme membre titulaire (15 mai 2004) de la Classe des Lettres et des Sciences morales et politiques.

2 Il s’est exprimé sur cette expérience dans une plaquette hors commerce, diffusée à titre gracieux parmi ses proches dans le courant de mars 1998 : Cauchies (J.-M.), La fe, las fuentes, los pies. Carnets compostellans (juin-juillet 1997), s.l.n.d. [chez l’auteur, 1997], 64 p.

3 Les témoignages de Jean-Marie Cauchies qu’on lira au long de ces pages sont extraits d’une longue interview qu’il accorda le 23 avril 2015 à Nicolas Simon et Quentin Verreycken, et dont une partie a déjà fait l’objet d’une publication dans le numéro 39 des C@hiers du CRHiDI consacré au processus législatif dans les anciens Pays-Bas (en ligne). Cette interview sera par ailleurs publiée sur le blog ParenThèses. Carnet de recherche en histoire du droit et des institutions [http://parenthese.hypotheses.org] animé par ces derniers.

4 Il s’agit de l’Institut Saint-Ferdinand, à Jemappes, ancienne commune du Borinage voisine de Quaregnon, rattachée à la Ville de Mons depuis la fusion des communes (1976).

5 Le système universitaire belge comportait jusqu’en 2004 un premier cycle de deux ans, menant au grade de candidat, et un second cycle de deux ans également, débouchant sur le grade de licencié. Ils ont été remplacés dans le système actuel par un premier cycle de trois ans (baccalauréat) et un second cycle de deux ans (master).

6 Sur celui-ci, voir aussi Cauchies (J.-M.), « Avant-propos », dans La critique historique à l’épreuve. Liber discipulorum Jacques Paquet, éd. Braive (G.) et Cauchies (J.-M.), Bruxelles, 1989, p. 7-8 (Publications des Facultés universitaires Saint-Louis. Travaux et recherches, 17) ; J.-M. Cauchies a également rédigé une notice à propos de Jacques Paquet dans Revue d’histoire ecclésiastique, t. 94, 1999, p. 1145-1146, et Id., « In memoriam Jacques Paquet », Bulletin d’information des Facultés universitaires Saint-Louis, 26e a., no 49, juillet 1999, p. 18-19.

7 Sur celui-ci, voir Cauchies (J.-M.), « In memoriam Maurice-A. Arnould (1914-2001) », Bulletin de la Commission royale de toponymie et dialectologie, t. LXXIV, 2002, p. 41-49.

8 « J’ai eu un modèle qui m’a inspiré et que j’ai suivi. Il s’agit encore une fois de Maurice Arnould. Cet homme, professeur réputé, serviable et très ouvert, était à la fois Académicien et, lui aussi, très impliqué dans les sociétés locales. À l’époque il n’y en avait pas beaucoup et certains comme Genicot avaient de la sympathie pour les sociétés locales, mais ne s’impliquaient pas dans la gestion. J’ai trouvé que cela s’imposait, d’autant que je faisais de l’histoire locale, celle du Hainaut. Dès ma licence, je me suis inscrit dans plusieurs cercles, et puis il y a eu l’aventure Hannonia qui a commencé en 1974 quand on a décidé de fédérer les cercles hainuyers. Il y a eu la réunion de dix fondateurs et on m’a proposé comme secrétaire. Dans la mesure où j’étais le plus jeune – j’avais 23 ans et préparais mon doctorat – j’officiais comme secrétaire des séances, et on m’a proposé le secrétariat général. Cela m’a énormément apporté, tant en termes de travail sur le terrain qu’au niveau des contacts professionnels ou personnels. C’est un secteur qui m’a beaucoup apporté, à tous les niveaux, et je n’ai jamais renoncé. Je fais toujours de l’histoire et de la bibliographie au niveau local. J’ai toujours recommandé à mes étudiants, à mes mémorants d’aller à la société d’histoire de leur coin. »

9 Sur celui-ci, voir Despy (G.), « Léopold Genicot », Académie royale des Sciences, des Lettres et des Beaux-Arts de Belgique. Annuaire, Bruxelles, 1999, p. 103-126 ; Pycke (J.), « In memoriam Léopold Genicot », Revue d’histoire ecclésiastique, t. XC, 1995, p. 345-346. Une journée d’étude fut organisée à Louvain-La-Neuve, le 21 novembre 2014, à l’occasion du centenaire de la naissance de L. Genicot. Elle fut l’occasion de rappeler l’importance des travaux de cet historien de même que de mettre en avant ses engagements politiques assumés. Jean-Marie Cauchies fut d'ailleurs invité à en présenter les conclusions.

10 Sur celui-ci, voir Wijffels (A.), « In memoriam : Philippe Godding (1926-2013) », Tijdschrift voor rechtsgeschiedenis, t. LXXXII, 2014, p. 1-9. On trouvera encore deux articles de Philippe Van Parijs et d’Alain Wijffels consacrés à cet historien et juriste dans la revue Annales de droit de Louvain (t. LXXIII, 2013, n ° 3). Jean-Marie Cauchies rédigera lui-même la notice destinée à paraître dans l’Annuaire de l’Académie royale de Belgique, sur la base de l'éloge déjà établi pour l'Académie par feu François Rigaut, confrère et ancien collègue de Philippe Godding à l'UCL.

11 Notons que l’article se terminait en soulignant qu’avec « son nœud papillon et son éternel costume gris [sic !], Jean-Marie Cauchies est un personnage intéressant, personnalité scientifique tempérée par un humour et un esprit très aigus ». Cf. Nord Eclair. Borinage, 7 mai 1982.

12 Il s’exprime sur son attachement à cette forme du cours dans Cauchies (J.-M.), « Conclusions. Enseigner l’histoire de Belgique : narration et consensus », in À l’aune de Nos Gloires. Édifier, narrer et embellir par l’image, éd. Federinov (B.), Docquier (G.) et Cauchies (J.-M.), Bruxelles/Morlanwelz, 2015, p. 227237, ici surtout p. 227-228 (Monographies du Musée royal de Mariemont, 20 – Cahiers du CRHiDI, hors-série).

13 Jean-Marie Cauchies a été ou est encore directeur ou co-directeur de neuf thèses de doctorat : Monique Maillard-Luypaert (UCL, 1997), Éric Bousmar (UCL, 1997), Philippe Desmette (UCL, 2005), Florian Mariage (UCL, 2013), Michael Depreter (ULB, 2014), Marie Van Eeckenrode (UCL, 2015), Bernard Vandermeersch (UCL, en cours), Emmanuël Falzone (Saint-Louis, en cours) et Nicolas Simon (Saint-Louis, en cours). S’il confie, dans l’interview accordée à l’Académie royale, avoir peut-être eu moins de doctorants que d’autres, c’est par volonté, dit-il, de privilégier une relation de qualité avec les chercheurs qu’il choisit d’encadrer. Il a par ailleurs été promoteur de presque cinquante mémoires de licence (puis master) à l’UCL, et lecteur de nombreux autres, une expérience qu’il apprécie et qui permet de se pencher parfois sur des thématiques qui lui sont moins familières.

14 Bortolin (Cl.), « Les racines et les ailes de Jean-Marie Cauchies », Le Soir, lundi 24 juin 2002, pages régionales Hainaut, p. 13. Écrit à l’occasion de son élection à l’Académie, cet article brosse un beau portrait des multiples facettes de notre historien. Voir aussi Ead., « Quaregnon a son académicien. Les racines d’un historien », Nord Éclair, 9 février 2002. On pourra y ajouter l’intéressant entretien accordé le 3 novembre 2008 par J.-M. Cauchies à l’Académie royale de Belgique, disponible sous forme de capsules vidéo sur la plateforme http://lacademie.tv/conferences/rencontre-avec-jean-marie-cauchies, cons. le 29 mai 2016. La version intégrale de l’interview accordée à l’Académie peut être consultée à la Bibliothèque de celle-ci.

15 Comme il le dit lui-même, « Philippe le Beau est le dernier prince bourguignon par l’action, Charles Quint est le dernier prince bourguignon par l’intention. Si vous voulez, c’est encore l’époque bourguignonne, mais on n’est plus à un même degré d’action (…) » (propos recueillis par N. Simon et Q. Verreycken, interview citée, 23 avril 2015).

16 Sur cet épisode, qui concerne le pré-classement d’un fonds d’archives des XIVe-XVIIIe siècles, voir Bousmar (E.), « Le CRHIDI sur les traces du passé au Séminaire de Tournai », Bulletin d’information des Facultés universitaires Saint-Louis, 29e année, no 54, 1er semestre 2002, p. 23.

17 Propos du bourgmestre socialiste Guy Roland rapportés par Bortolin (Cl.), « Au conseil communal de Quaregnon. Académicien et borain », Nord Eclair, 25 janvier 2002.

18 Bortolin (Cl.), « Les racines et les ailes », op. cit., p. 13.

19 Sur ce collègue, voir Ruelle (A.) et Berlingin (M.), « Gilbert Hanard ou quand la fantaisie vient à la jurisprudence. Éléments biographiques », dans Le droit romain d’hier à aujourd’hui : collationes et oblationes. Liber amicorum en l’honneur du professeur Gilbert Hanard, éd. Id., Bruxelles, 2009, p. 9-14 (Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, 123).

20 Sur ce collègue, décédé en 2012, voir de Broux (P.-O.) Hendrick (A.) et Muller (F.), « Bio-bibliographie d’un homme hors norme », dans J.-P. Nandrin, Hommes et normes. Enjeux et débats du métier d’un historien, textes recueillis par P.-O. de Broux et al., Bruxelles, 2016, p. 15-41 (Publications de l’Université Saint-Louis, 142).

21 Steurs (W.), compte rendu de l’ouvrage, Revue belge de philologie et d’histoire, t. 84, 2006, fasc. 4, p. 1260-1262.

22 Sur les origines du Centre et sur sa première période, marquée par la pensée du littérateur suisse Gonzague de Reynold et de son premier secrétaire général, le Baron Drion du Chapois, puis sur la transformation et le tournant de 1983, voir Chardonnens (A.), Une alternative à l’Europe technocratique : le Centre européen d’études burgondo-médianes (1958-1983), préface de Richard (J.), Bruxelles-Neuchâtel, 2005, en particulier p. 112-133 et 138-139. Sur les deux derniers présidents, voir aussi Delcorps (V.), Daniel Cardon de Lichtbuer. Une vie plurielle, Bruxelles, 2015, p. 165-167. De manière générale, on se reportera au rapport annuel du secrétaire général dans chaque tome des Publications du Centre, ainsi qu’au volume Pour la singuliere affection qu’avons a luy. Études bourguignonnes offertes à Jean-Marie Cauchies, s. dir. de Delsalle (P.), Docquier (G.), Marchandisse (A.) et Schnerb (B.), Turnhout, 2016 (Burgundica, 24), sous presse, qui permettent de prendre la mesure de l’apport de Jean-Marie Cauchies aux études bourguignonnes au travers de l’animation du Centre.

23 Chardonnens (A.), op. cit., p. 53-56.

24 Sur cet aspect de son parcours d’homme et d’historien, voir aussi Depauw (Cl.), Desmette (Ph.), Honnoré (L.) et Maillard-Luypaert (M.), « Jean-Marie Cauchies en Hainaut », dans Hainaut. La terre et les hommes. Mélanges offerts à Jean-Marie Cauchies par Hannonia à l'occasion de son soixante-cinquième anniversaire, s. dir. Id., Hainin, 2016 (Analectes d'histoire du Hainaut).

25 Il s’agit, plus précisément en l’occurrence, de la participation à une table-ronde organisée en septembre 2000 par l’association Malmedy Art & Histoire : Lousberg (B.), « Malmedy. Exposition et conférences autour d’un pèlerinage. L’appel de Saint-Jacques de Compostelle », Le Soir, lundi 28 août 2000, p. 16.

Auteurs

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search