Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les frontières et la communauté politique

 | 
Florence Delmotte
, 
Denis Duez

Résumé des contributions

Texte intégral

Introduction. Penser ensemble les frontières et la communauté (politique) par Florence Delmotte et Denis Duez

1L’actualité, politique, médiatique et scientifique, est saturée par les frontières, qu’il s’agisse de les condamner, d’en faire l’éloge ou tout simplement de les étudier sous leurs multiples aspects. Ce propos introductif invite à se démarquer tout à la fois des plaidoyers pour ou contre les frontières et des Border Studies pour étudier ensemble ce qui fait frontière et ce qui fait communauté. Il présente ensuite les pistes de recherche à l’origine du projet d’ouvrage. Selon la première piste, le rapport à la frontière inhérent à la gestion sécuritaire des phénomènes migratoires favorise en Europe comme ailleurs une distinction entre un Eux et un Nous qui contribue à concevoir la communauté politique comme une communauté d’insécurités partagées. Inspirée par la sociologie historique, la seconde piste insiste sur la dimension subjective de l’identification à la communauté et souligne en même temps qu’un tel processus constitue, socio-historiquement, une condition nécessaire mais pas une condition suffisante, surtout dans le cas des communautés politiques démocratiques contemporaines. Partant de là, les auteurs initient une réflexion collective délibérément située « à la frontière » de plusieurs terrains et disciplines – la théorie politique, l’anthropologie, la sociologie, la science politique et les études européennes. Au-delà de leur riche diversité, les contributions rassemblées permettent de mettre en exergue une « relative obsession » des frontières comme caractéristique du fait communautaire. Relative car, ce qui compte, au final, n’est pas la frontière en tant que telle, ni l’identité de celui qui se trouve d’un côté ou de l’autre, mais le processus éminemment politique de sa construction, de son déplacement ou de son abolition.

Chapitre i. Des murs et des passages. Une approche socio-anthropologique de la frontière par Christine Schaut

2Scandé par l’histoire du lieutenant Drogo, héros triste et mélancolique du Désert des Tartares de Dino Buzzati qui se cogne tout à la fois à l’implacabilité des frontières et à leur surréalisme, le chapitre s’articule autour de différents moments. Dans un premier temps, il propose une définition de la double notion de frontière et de limite laquelle montre un double mouvement : à la fois sa dématérialisation et sa virtualisation au cours du temps et, dans d’autres contextes, le maintien de sa consistance spatiale au travers de la création de murs et autres forteresses. L’histoire récente de l’Europe face aux immigrants de l’Afrique et du Moyen-Orient l’illustre tragiquement. Ensuite l’article en propose une approche socio-anthropologique et soulève deux conceptions présentes dans des travaux en sociologie et en anthropologie, en particulier ceux liés à l’espace. L’une est forte ; la frontière-limite y est considérée comme la marque d’une opération excluante et différentialisante. L’autre est plus ouverte : si l’activité de délimitation reste une activité sociale fondamentale, elle est, d’une part, aussi considérée comme condition de possibilité d’interactions et d’échanges et, d’autre part, est l’objet de nombreuses opérations de reformulation, de transgression et de dépassement. Les deux opérations n’étant possibles que parce que l’une et l’autre existent. Dans un troisième et dernier temps, le chapitre s’intéresse à la pertinence et à l’actualité de la notion dans les sociétés contemporaines et en particulier dans les métropoles européennes. Il le fait à partir de l’étude d’une controverse surgie en France mais présente également en Belgique qui concerne le péri-urbain et son statut symbolique et montre la permanence de la conception dure et excluante de la frontière. En conclusion, le chapitre, inscrit dans la tradition interactionniste et ethnographique, propose d’aller voir de plus près en prenant la frontière et les limites comme objet en situation et en contexte.

Chapitre ii. La redéfinition des frontières par la culture : le cas de l’humanisme rhénan par Étienne Schmitt

3En France, le principe d’indivisibilité de la République évacue toute possibilité de reconnaissance des minorités sur le territoire national. Cette dénégation est intimement liée au nationalisme français qui s’est évertué à clôturer son territoire, en usant notamment du référentiel des « frontières naturelles ». Des référentiels concurrents perdurent toutefois au sein de certaines populations, témoins de la facticité des frontières. Vivant à proximité d’une frontière disputée jusqu’au milieu du siècle dernier, l’Alsace se représente comme le Dreyeckland, « pays aux trois frontières » où le Rhin est perçu comme un carrefour culturel. A cause de la monopolisation étatique de la frontière, ce référentiel régional reste marginal dans l’espace public. Afin de s’émanciper de l’État tutélaire, les acteurs locaux le renouvèlent en invoquant « l’humanisme rhénan ». Contestant le référentiel national, l’humanisme rhénan renoue avec l’autonomisme, empruntant toutefois une rhétorique cosmopolitique, débarrassée des apories de l’histoire et des références folkloristes. Dans une perspective alliant la théorie politique à la sociologie de la connaissance, cette contribution cherche à démontrer comment la construction et la mobilisation d’une culture favorise une redéfinition du territoire et, par cela, des frontières imposées par l’État.

Chapitre iii. La libre circulation des personnes et les justifications de l’UE, statut : c’est compliqué ! par Heidi Mercenier

4La libre circulation des personnes est généralement présentée comme l’un des éléments clés de l’intégration européenne. Les pratiques qui en découlent, telles que l’intensification des interactions entre les citoyens des différents États membres, ont été envisagées comme l’un des moteurs centraux de l’acceptation sociale de l’intégration européenne. Toutefois, la libre circulation semble souvent insuffisante pour envisager un rapport plus concret des citoyens à l’égard de l’Union européenne, même de la part des plus mobiles d’entre eux. En s’appuyant sur les paroles collectées lors de six entretiens collectifs menés auprès de jeunes Bruxellois, ce chapitre met en avant les manières dont ce cadre de perception est mobilisé pour imaginer l’Union européenne. Il esquisse la complexité des usages de ce cadre de perception : la libre circulation est une liberté indissociable de la concurrence économique qu’elle semble engendrer. La libre circulation est aussi mobilisée pour questionner l’utilité en tant que telle de l’Union européenne. Cette recherche invite alors à remettre en perspective la position souvent privilégiée accordée à la libre circulation dans les documents officiels de la Commission européenne, qui présente celle-ci comme un moyen de rapprocher le projet européen de ses citoyens, et à prendre en compte la complexité des liens entre libre circulation et Union européenne.

Chapitre iv. Du discours à la pratique : trajectoire d’une politique européenne de gestion des migrations mise en œuvre dans les pays frontaliers à l’UE par Martine Brouillette

5Le chapitre propose une réflexion sur la façon dont les instruments politiques de coopération proposés par l’Union européenne aux pays de son voisinage participent à la diffusion des normes de la communauté au-delà de ses frontières en favorisant une harmonisation des cadres cognitifs, normatifs et opérationnels de gestion des migrations dans les pays tiers « partenaires ». La contribution examine comment les perceptions du phénomène migratoire propres aux décideurs européens transparaissent dans un outil de gestion des migrations. Pour répondre à cette interrogation, elle propose en premier lieu une analyse du discours émanant de la direction générale de la Commission européenne responsable de la définition de l’orientation de la politique migratoire. Cette analyse met au jour le système de croyances qui se dégage de cette instance et son impact sur l’évolution des pratiques dans ce domaine. En second lieu, le chapitre propose une étude de cas, celle du Partenariat à la mobilité conclu avec la République de Moldavie. Ce partenariat témoigne des formes diverses d’européanisation dans ce cadre de coopération qui sert surtout l’ambition de la communauté politique européenne d’externaliser ses mécanismes de contrôle des migrations au-delà de ses frontières.

Chapitre v. Au-delà et en-deçà du 38ème parallèle : les multiples contours de la communauté politique coréenne au prisme de la jurisprudence constitutionnelle par Justine Guichard

6La division qui sépare le Nord du Sud de la péninsule coréenne apparaît comme l’une des plus hermétiques et conflictuelles de l’époque contemporaine, rendant a priori vaine toute tentative de s’affranchir des frontières pour penser la communauté politique. Imprégnée par la Guerre froide tout en étant irréductible à son histoire, la partition symbolisée par la césure du 38ème parallèle n’épuise cependant pas les contours de la communauté politique telle qu’elle est définie dans la Corée du Sud de l’ère post-autoritaire. La jurisprudence de la Cour constitutionnelle de Corée représente à cet égard l’un des sites à partir duquel les multiples délinéations du corps collectif peuvent être interrogées. La pertinence de ce site est double dans la mesure où la jurisprudence constitutionnelle représente non seulement un lieu de fabrique mais de contestation des limites de la communauté politique. Celle-ci est à la fois projetée au-delà et en-deçà du 38ème parallèle comme en témoignent les décisions de la cour et son élaboration de la différence entre communauté nationale (inclusive des « résidents » du Nord sur la base d’une conception ethno-historique de l’identité coréenne) et communauté démocratique (de laquelle non seulement les Nord-Coréens mais les citoyens du Sud dont le comportement est considéré comme « anti-national » peuvent être tenus à la marge). La présente étude de cas a donc pour vocation de restituer les ambiguïtés et instabilités qui structurent le tracé de la frontière et la circonscription de la communauté politique au gré des définitions mouvantes de qui, et ce qui, relève du « national » ou de son antithèse dans la Corée du Sud contemporaine.

Chapitre vi. Au-delà des frontières : la construction d’une identité supranationale chez les fonctionnaires de l’UNESCO par Meryll David-Ismayil

7Ce chapitre s’interroge sur la réalité et la faisabilité d’une identité qui fait fi des frontrières nationales, dans un environnement multinational comme le sont les Nations Unies. En prenant comme population les fonctionnaires y travaillant, cette contribution explore le processus d’élaboration d’une telle identité à travers notamment l’invention du rôle « supranational » de fonctionnaire international. La première partie se concentre sur les éléments de « communalité » sur lesquels repose l’identité des fonctionnaires internationaux et sur les acteurs qui se sont investis dans cette entreprise. Elle revient pour cela aux années cinquante et aux luttes de définition qui ont eu lieu aussi bien dans les milieux académiques qu’au sein du « second UN » lui-même. A partir du cas de l’Organisation des Nations Unies pour l’Education, la Science et la Culture, Meryl David-Isamyil montre comment l’Association du personnel a veillé à l’inscription des fonctionnaires internationaux dans le groupe des « diplomates » en participant par exemple à la stylisation des modes de vie. La seconde partie du texte s’intéresse à la persistance des attaches et appartenances nationales au sein d’un tel groupe. Contrairement aux ambitions affichées en effet, les frontières nationales sont toujours bien présentes et leurs « gardiens » ne sont pas toujours ceux que l’on croit. Au-delà des États, qui vont jouer un rôle important dans le maintien de la pertinence de ces critères nationaux d’identité, les fonctionnaires internationaux eux-mêmes participent activement à l’entretien de ces liens qui peuvent être problématiques au regard des textes et réglements. Certains de leurs comportements ont même parfois constitué une négation totale de « l’esprit international » dont ils doivent se prévaloir selon les Normes de conduite requises des fonctionnaires internationaux.

Chapitre vii. Pratiques des frontières, pratique de la communauté : aller et retour autopoiétique par Marianne Fougère

8Ce chapitre se propose de montrer en quel sens les frontières ne constituent pas tant un problème pour le politique qu’une chance pour le politique, pour penser la communauté. Cependant, réinvestir la dimension politique du principe frontalier, c’est-à-dire considérer les frontières comme un lieu essentiel du politique requiert de se départir d’une certaine image mentale de la communauté, d’être attentifs à des manières de voir différentes, à des imaginaires et des pratiques concurrents de la frontière. Il s’agit de concevoir une pratique frontalière qui ne mobilise pas la communalité simultanément comme point de départ d’une pensée de la communauté et comme point d’arrivée de cette communauté. Ainsi, ce chapitre invite-t-il à envisager les frontières comme un terrain de confrontation politique des communalités et des différences, à transformer le front des frontières en front commun d’affrontement.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site