Version classiqueVersion mobile

Les frontières et la communauté politique

 | 
Florence Delmotte
, 
Denis Duez

Les auteurs

Texte intégral

1Martine Brouillette est doctorante au sein du laboratoire Migrinter (UMR 7301), CNRS/Université de Poitiers. Sa thèse de science politique, codirigée par des chercheurs de l’Université de Poitiers et de l’Université d’Ottawa, porte à l’étude la dimension extérieure de la politique migratoire européenne, en s’appuyant sur l’exemple des Partenariats à la mobilité et les transferts politiques qui s’effectuent dans ce cadre. Ses travaux sont notamment consacrés à la signification de cette coopération pour les pays tiers et examine l’adaptation de ces derniers à leur mandat élargi de gestion des frontières et des migrations avec l’Europe.

2Meryll David-Ismayil, docteure en science politique de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, est actuellement visiting scholar et lecturer à l’université York à Toronto. Elle s’intéresse aux rapports Nord-Sud et aux phénomènes de domination au sein des organisations internationales. Elle a publié plusieurs articles à ce sujet dans des revues telles que Études internationales, Cultures & Conflits ou encore la Revue française d’administration publique.

3Florence Delmotte est chercheuse qualifiée du Fonds de la Recherche Scientifique (F.R.S.-FNRS) et professeure à l’Université Saint-Louis – Bruxelles où elle dirige le Centre de recherche en science politique (CReSPo). Elle est aussi membre de l’Institut d’études européennes. Spécialiste de l’œuvre du sociologue Norbert Elias, elle s’intéresse à l’actualité des classiques pour penser l’intégration européenne. Elle travaille également sur les enjeux du développement urbain à Bruxelles. Elle est l’auteure de nombreux articles sur ces questions et de Norbert Elias : la civilisation et l’État (Éditions de l’Université de Bruxelles, 2007).

4Denis Duez est professeur en science politique à l’Université Saint-Louis – Bruxelles et directeur de l’Institut d’études européennes. Il est également membre du Centre de recherches en science politique (CReSPo). Ses recherches portent sur la gestion des frontières extérieures de l’Union européenne. Il examine plus spécialement les liens entre contrôles aux frontières et légitimation du processus d’intégration européenne. Il est l’auteur de L’Union européenne et l’immigration clandestine. De la sécurité intérieure à la construction de la communauté politique (Éditions de l’Université de Bruxelles, 2008).

5Justine Guichard a obtenu son doctorat en science politique de Sciences Po et Columbia University. Elle continue de poursuivre ses recherches au sein du Centre d’études et de recherches internationales (CERI) de Sciences Po où elle a notamment contribué au CERISCOPE Frontières (2011). Elle est l'auteure de Regime Transition and the Judicial Politics of Enmity. Democratic Inclusion and Exclusion in South Korean Constitutional Justice (Palgrave Macmillan, 2016).

6Heidi Mercenier est chercheuse et doctorante au Centre de recherches en science politique (CReSPo) et à l’Institut d’études européennes (IEE) à l’Université Saint-Louis – Bruxelles. Ses recherches portent sur les perceptions des citoyens à l’égard du politique en général et de l’Union européenne en particulier, et adoptent un regard microscopique partant de la collecte de paroles de jeunes Bruxellois.

7Marianne Fougère est actuellement doctorante à Sciences Po Paris (CEVIPOF). Dans ses travaux de recherche, menés sous la direction d’Astrid von Busekist, elle appréhende la notion de communauté au travers de l’activité de jugement.

8Christine Schaut, docteure en sociologie, enseigne à l’Université Saint-Louis à Bruxelles et à l’Université Libre de Bruxelles. Ses domaines de recherche et d’enseignement portent sur la mise à l’épreuve des politiques de la ville et de leurs référentiels, sur les logiques de réception des espaces et sur la démarche ethnographique. Elle a publié des articles sur ces thèmes dans des revues comme Espaces et Sociétés, les Cahiers Internationaux de Sociologie, Sociologie et Sociétés, la Revue Clara Architecture/Recherche.

9Étienne Schmitt est candidat au doctorat en science politique à l’Université du Québec à Montréal. Ses recherches portent sur la formation des représentations, des pratiques et des idéologies nationales, notamment sur leur coexistence au sein de sociétés réputées plurinationales.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search