Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les frontières et la communauté politique

 | 
Florence Delmotte
, 
Denis Duez

Chapitre VII. Pratiques des frontières, pratique de la communauté : aller et retour autopoiétique

Marianne Fougère

Résumé

Ce chapitre se propose de montrer en quel sens les frontières ne constituent pas tant un problème pour le politique qu’une chance pour le politique, pour penser la communauté. Cependant, réinvestir la dimension politique du principe frontalier, c’est-à-dire considérer les frontières comme un lieu essentiel du politique requiert de se départir d’une certaine image mentale de la communauté, d’être attentifs à des manières de voir différentes, à des imaginaires et des pratiques concurrents de la frontière. Il s’agit de concevoir une pratique frontalière qui ne mobilise pas la communalité simultanément comme point de départ d’une pensée de la communauté et comme point d’arrivée de cette communauté. Ainsi, ce chapitre invite-t-il à envisager les frontières comme un terrain de confrontation politique des communalités et des différences, à transformer le front des frontières en front commun d’affrontement.

Texte intégral

Prologue

  • 2 Voir http://papersplea.se/

1En mars 2014, San Francisco accueillait l’Independant Games Festival, compétition qui chaque année récompense la créativité et le talent d’innovation des développeurs indépendants de jeux vidéos. Le jeu développé par Lucas Pope, Papers, Please2, est sorti grand vainqueur de l’édition 2014, raflant la majorité des prix. Et pourtant, au premier abord, ce jeu n’a rien de très attrayant puisqu’il soulève en creux la question de la gestion des frontières, à l’heure où les gamers aspirent à plus grande évasion au contact de mondes virtuels. Le scénario de Papers, Please est simple : dernier gagnant à la loterie nationale d’Arstotzka, le joueur se voit proposer comme gain la possibilité d’être placé à un poste-frontière pour y travailler… Le jeu consistera alors à contrôler les passeports, vérifier quantité de formulaires administratifs, tamponner des visas, avec l’obligation de ne commettre aucune erreur (i.e., se laisser amadouer par un fraudeur, refuser l’entrée d’une honnête personne, etc.) sous peine de sanction. De jour en jour, le pouvoir central produit de nouvelles réglementations, les cas particuliers et ambigus défilent toujours plus nombreux, les tentations se multiplient, les problèmes personnels du garde-frontière prennent l’ascendant sur sa conscience professionnelle et/ou éthique. Les choix gagnent en complexité, et les décisions, confrontées à tant d’incertitude, sont de plus en plus difficiles à prendre.

2Malgré son packaging tout « soviétique », Papers, Please propose d’aborder, sous un mode ludique, un problème éminemment contemporain. Dans un monde de plus en plus globalisé, les questions de la mobilité des personnes, du passage des frontières, se posent en effet avec une acuité renouvelée et sont sans cesse reconfigurées, déstabilisant jusqu’à nos représentations des frontières elles-mêmes. Tout l’intérêt d’un jeu vidéo comme celui de Lucas Pope réside justement dans la manière dont il participe non seulement à interroger ces représentations frontalières mais surtout à les perturber, à les brouiller. Si le postulat de départ de Papers, Please coïncide avec un imaginaire frontalier qui, par-delà l’espace Schengen, demeure prégnant – i.e., devant la frontière se tient un garde chargé de décider qui peut la franchir ou non –, c’est pour mieux le remettre en question : et si la visibilité de la décision du garde-frontière n’était là que pour mieux masquer un enchevêtrement de lignes de partition et de démarcation ? En se confrontant à l’éventualité d’erreurs de jugement, d’une part, et en confrontant le joueur à des situations peu agréables lorsqu’il voit mis à sa disposition des moyens à l’usage contestable (détentions arbitraires, scanner corporel intégral, par exemple), d’autre part, le monde virtuel de Papers, Please soulève la question de l’incorporation de l’imprévisibilité et de l’incertitude dans la prise de décision.

  • 3 Keenan (Thomas), Fables of Responsibility. Aberrations and Predicaments in Ethics and Politics, St (...)

3Le jeu, en nous confrontant à l’expérience de l’incertitude – une expérience tout autant sensorielle que cognitivement transformative –, ouvre un espace de potentialité pour le jugement : à chaque nouvelle « rencontre », le joueur est placé comme devant les faits, à savoir la présence de tel ou tel individu particulier aux portes de la loi, aux portes d’Arstotzka. Aussi doit-il considérer la singularité de cette présence, comprendre le fait de cette présence et juger en face de l’autre au risque de se tromper, c’est-à-dire d’ouvrir la porte non seulement à l’individu devant lui mais aussi à des singularités et à des événements imprévus. A la frontière d’Arstotzka, comme le décrit fort joliment Thomas Keenan, « nous commençons [donc] avec une réponse, une question qui répond à un bruit, et nous le faisons dans le noir […] Qui est là, ou ici, […] ? » A la frontière d’Arstotzka, c’est nous-mêmes que nous rencontrons car nous sommes tombés par hasard sur d’autres, sur d’autres que nous. « Nuit de non-savoir et de non-gouvernement », la frontière nous confronte à l’autre et nous place en situation d’incapacité. Cependant, la frontière représente aussi « la possibilité de l’autre3 ». Il s’agit donc de trouver, sinon une issue définitive, du moins une sortie temporaire à cette obscurité frontalière, autrement dit de rendre sa visibilité à la frontière. Et dans cette tâche, la frontière peut nous aider puisque son expérience même nous renvoie à notre condition à tous d’étrangers. En effet,

  • 4 Arendt (Hannah), Journal de Pensée, Paris, Seuil, 2005, Carnet XXVII, [55], p. 972 (je souligne).

[l]orsque nous venons au monde, nous sommes d’emblée exclusivement confrontés à ce qui apparaît grâce à notre perception du sensible. étant donné que nous venons au monde en qualité d’étrangers, en tant que nouveaux venus, nous sommes terrassés par l’étonnement et les questions que nous posons sont autant d’instruments pour apprendre à le connaître4.

4Ainsi, pour être saisie, la possibilité de l’autre encourage-t-elle à substituer aux dichotomies appartenance/non-appartenance, nous/eux, une pensée de notre commune étrange entr’appartenance au monde. La frontière, avec ses questions et ses réponses, est l’occasion pour tous d’être un peu moins étrangers au monde, d’apprendre à le connaître. Saisir l’occasion de la frontière requiert ainsi de concevoir une activité (et des principes) qui, nous mettant en relation, les uns avec les autres, avec le monde, nous permettent de construire du commun. Le commun, c’est mon hypothèse, n’est jamais déjà là, mais toujours à construire dans la co-activité. Je propose ainsi, dans les lignes qui suivent, de tenter de montrer que les frontières ne constituent pas tant un problème pour le politique qu’une chance pour le politique, pour penser la communauté. Cependant, considérer les frontières comme un lieu essentiel du politique requiert de se départir d’une certaine image mentale de la communauté, d’être attentifs à des manières de voir différentes, à des imaginaires frontaliers concurrents.

5En d’autres termes, il s’agit de concevoir une pratique frontalière qui ne mobilise pas la communalité simultanément comme point de départ d’une pensée de la communauté et comme point d’arrivée de cette communauté. Bien plutôt, ma réflexion invite à envisager les frontières comme un terrain de confrontation politique des communalités et des différences, à transformer le front des frontières en front commun d’affrontement. Les frontières sont importantes pour penser la communauté parce qu’elles nous permettent de mettre en question cette communalité, d’interroger ce que nous avons justement en commun, de découvrir les limites de la communauté tout en construisant, simultanément, un « nous » toujours incertain et ouvert à la reformulation.

I.

  • 5 Arendt (Hannah), L’humaine condition, Paris, Gallimard, coll. Quarto, 2012, p. 219 : « Tout se pas (...)

6Papers, Please ! Par cette injonction, le jeu renvoie à une pratique frontalière bien réelle, aux effets bien concrets que produisent des frontières et des dispositifs tous particuliers. En effet, la gestion des frontières implique en grande partie de déterminer les conditions d’accès à un espace. Au-delà du seul accès au territoire, cette gestion frontalière soulève le problème de l’inclusion (et donc de l’exclusion) dans une communauté particulière que les frontières sont censées circonscrire, et pose ainsi la question de l’appartenance à cette communauté ou, pour le dire autrement, de l’accès à la citoyenneté. Les frontières, en tant qu’institutions, ont pour fonction principale d’encadrer l’exercice de la citoyenneté, de reconnaître et de garantir des droits fondamentaux pour mener une existence politique. Délimitant l’espace politique, elles protègent et stabilisent cet « îlot » au sein duquel les individus peuvent être vus et entendus, apparaître les uns aux autres5.

  • 6 J’emprunte cette expression à Jérôme Esnouf qui, lui aussi inscrit sa réflexion sur la notion de f (...)

7Or, comme le montre parfaitement Papers, Please, la « distribution de la visibilité6 » au sein de l’espace politique n’est en rien un jeu aisé.

8Pour certains « nouveaux venus », il n’est pas facile de déterminer de manière parfaitement « objective » si leur dossier remplit toutes les conditions requises pour franchir la frontière. Par ailleurs, il n’est pas certain que leur admission sur le territoire s’accompagne de leur pleine et effective intégration. Comment, en effet, la société d’accueil peut-elle être certaine que l’arrivée de tel ou tel immigrant ne constitue pas un danger pour la communauté ? Comment, par exemple, s’assurer de la loyauté future de chacun de ces nouveaux arrivants ? Sur quels critères faire reposer la confiance à l’égard de ceux-ci ? Est-il possible, d’une part, d’anticiper l’intégration à la communauté et, d’autre part, d’envisager de désamorcer le risque que toute nouvelle inclusion pourrait faire courir à celle-ci ?

  • 7 D’un point de vue plus théorique, la mise en place de tels dispositifs dévoile en creux toute la t (...)
  • 8 Fougère (Marianne), « Aux frontières du visible. Réflexions pour ne pas perdre de vue les frontièr (...)
  • 9 Suvarierol (Semin), « Nation-freezing : images of the nation and the migrant in citizenship packag (...)

9L’une des stratégies pour rendre possibles de telles anticipations consisterait à définir précisément ce qu’est la communauté, à circonscrire rigoureusement son identité. Autrement dit, il s’agirait d’articuler la relation entre frontières, communauté et appartenance autour d’un principe identitaire. Les dispositifs législatifs mis en place dans le cadre de politiques d’immigration semblent emprunter cette voie identitaire. En effet, nombreux sont désormais les pays européens à conditionner l’accès à la citoyenneté à la réussite de tests de langue et de connaissances sociétales7. C’est le cas notamment des Pays-Bas, exemple dont j’ai pu étudier un peu plus attentivement la spécificité ailleurs8. Dans le cadre de notre présente réflexion, il est suffisant de dire que le test de connaissances mis en place par les Pays-Bas fait l’hypothèse que les comportements, coutumes, préjugés et autres pratiques de certains candidats à l’admission sur le territoire national, puis à l’intégration, constituent autant d’attaques possibles contre lesquelles il faudrait prémunir l’identité de la société néerlandaise. Or, le meilleur moyen de protéger cette identité est de la connaître, de définir et de savoir ce qu’elle est, ce qui implique de « fixer [l’identité] comme une entité homogène et stable9 », de fermer discursivement la communauté (nationale) à toute addition ou transformation potentielle, de ne laisser aucun espace à des pratiques posées a priori comme divergentes. En posant des critères suffisamment exigeants, en venant au travers d’un contrôle de connaissances confirmer des valeurs, le test d’intégration fait la promesse de maintenir le consensus social intact et d’envisager des liens de confiance avec les nouveaux arrivants puisqu’il a été prouvé qu’ils partageaient les mêmes valeurs, qu’ils souscrivaient aux mêmes principes.

10Comme en réponse aux interrogations et doutes engendrés par l’expérience virtuelle de Papers, Please les tests de langue et de connaissances donnent à voir dans quelle mesure pratiques des frontières et pratique de la communauté sont inextricablement liées : c’est au travers d’une image cohérente de ce à quoi ressemble le candidat à l’admission (tropes culturels, figure de l’étranger, voire du « barbare »), de ce qu’il vient chercher (travail, système de sécurité sociale, éducation), de ce qu’il pourrait perturber (« nous », identité commune, valeurs) que certains acteurs rendent visible la frontière et font ainsi la politique d’immigration, justifient la mise en place de tests de connaissance. Plus encore, ce « faire frontière » n’est possible qu’à condition de déployer simultanément un imaginaire communautaire : ici, la notion de commun renvoie à l’idée d’une appartenance que les frontières ont justement pour fonction de délimiter voire de consacrer. Cette image particulière du partage lie inextricablement la co-possession de frontières à la co-appartenance à une identité commune, elle-même génératrice de liens de confiance et de solidarité, de capacité d’agir collective.

  • 10 Ferguson (Michaele L.), Sharing Democracy, Oxford, New York, Oxford University Press, 2012, p. 40.
  • 11 Ministère de l’Intérieur et des Relations du Royaume, Naar Nederland, La Haye, 2005.

11Michaele Ferguson qualifie cette manière d’appréhender le « partage », dans laquelle la croyance communautaire s’enracinerait, d’« objective » en ce qu’elle suppose l’existence objective de quelque chose à partager. En ce sens, les exigences ontologique et épistémologique d’objectivité priment sur la perception des personnes supposées être impliquées dans le partage d’une chose en commun et sous-tendent une conception « passive » de la communauté puisque « ce qui est partagé demeure à l’écart de l’activité humaine et de l’expérience subjective10 ». Aussi, l’immigrant qui se situe à l’extérieur des frontières communes, hors de l’espace du commun, ne peut-il pas prétendre au commun des frontières dans la mesure où ce commun a été précisément conçu indépendamment de sa perception et de sa contribution. C’est à condition seulement, et s’il en a réellement la possibilité, d’« émigrer intérieurement11 » et de se soumettre à un processus d’intégration, d’assimilation, qu’il pourra émettre la moindre prétention.

  • 12 Les revendications politiques, contrairement aux revendications de vérité, ne peuvent présumer en (...)
  • 13 Tassin (Étienne), « Qu’est-ce qu’un sujet politique ? Remarques sur les notions d’identité et d’ac (...)
  • 14 Je suis ici Arendt pour qui la réalité de nos perceptions dépend non seulement du contexte dans le (...)

12Le privilège accordé au principe identitaire par les tests de connaissances, dans le cadre de la gestion et du contrôle des frontières, se fait au prix de l’oubli de la dimension politique du principe frontalier. Dans la mesure où le test d’admission enferme et enserre la communauté dans une certaine image mentale de son identité, il déploie un régime de visibilité qui, à la frontière, met verticalement en lumière des valeurs identifiables et identificatoires. Axé autour de connaissances, de revendications de vérité et non de revendications politiques12, un tel régime empêche que les regards s’entrecroisent, qu’une interaction se crée de part et d’autre de la frontière. Aussi les frontières se voient-elle confisquer leur rôle potentiel dans le processus de subjectivation politique en ce qu’elles sont visiblement réduites à une fonction d’enregistrement, de part et d’autre d’elles-mêmes, de communalités et de différences. Dans ce scénario, les frontières n’ouvrent pas un espace de visibilité, aussi petit soit-il, pour confronter les communalités et les différences, pour leur donner du sens. Or, c’est justement au travers des conflits politiques, et non dans le partage de valeurs dites communes, que s’élabore la subjectivation politique13. Privé d’un espace de visibilité du sens, la mise en communauté, qui suppose la contestation, l’indétermination et l’incomplétude, perd en réalité puisque seul un monde capable de soutenir, d’entretenir, de stimuler une pluralité et une conflictualité de voix donne accès au sens de la réalité14.

II.

  • 15 Arendt (Hannah), « Vérité et politique », in La Crise de la culture, op. cit., p. 307.

13L’atout de la virtualité d’un jeu comme Papers, Please vis-à-vis de la réalité réside dans l’opportunité qu’il procure à ses joueurs de prendre, le temps d’une partie, toute la mesure de l’écart qui sépare nos principes tels que nous les rêvons du monde tel qu’il se laisse décrire. Plus encore, grâce au jeu, il nous est permis de voir la frontière depuis une perspective qui n’est pas habituellement la nôtre, à savoir celle d’un garde-frontière. Le jeu, pour reprendre les mots d’Hannah Arendt, est l’occasion « d’être et de penser dans ma propre identité où je ne suis pas réellement15 » ; il entrouvre la possibilité de penser autrement et la frontière et la communauté, de réinvestir politiquement le principe frontalier.

  • 16 Arendt (Hannah), « Vérité et politique », in La Crise de la culture, op. cit.

14Avant d’approfondir et d’affiner cette intuition, il me semble important de préciser que, dans le cadre de cette réflexion, j’envisage, par hypothèse, la notion de communauté politique en un sens arendtien. L’enjeu de la communauté politique, selon Hannah Arendt, consiste moins à définir ce que nous sommes ou à circonscrire une identité particulière, une identification communautaire, des valeurs partagées, qu’à instaurer un espace commun dans lequel qui nous sommes politiquement dépend de la manière dont nous sommes vus, dont nous devenons visibles. Au fondement de cette conception se trouve la critique arendtienne des théories métaphysiques des deux-mondes, qui non seulement distinguent l’Être de l’Apparence mais aussi élèvent le premier au détriment de la seconde. Politiquement, le rejet par Arendt de ces théories métaphysiques signifie deux choses : d’une part, il pose la visibilité comme principe essentiel de notre condition politique et, d’autre part, il fait reposer la réalité du monde commun non pas sur une nature, qui serait commune à tous les hommes, mais sur le fait qu’en dépit des différences de localisation ou de perspective, le monde se présente, apparaît, à chacun de ces hommes. C’est donc non seulement parce qu’elles sont visibles à tous que les actions et les paroles peuvent être jugées politiquement, mais c’est aussi, et surtout, « parce que chacun voit et entend de sa place, qui est différente de toutes les autres » « qu’il vaut la peine d’être vu et d’être entendu16 ».

15Pour être considéré pleinement comme un espace de liberté, l’espace d’apparence requiert de fonder et d’être fondé sur une certaine égalité artificielle : le principe d’égalité à l’œuvre dans l’espace d’apparence n’implique ni des similarités prépolitiques entre ces membres, ni la suppression des inégalités de statut ou de ressources telles celles articulant les sphères sociale et privée. L’espace d’apparence instaure bien plutôt des relations horizontales d’égalité qui tout à la fois relient et séparent les hommes entre eux : elles les relient dans la mesure où tous sont placés dans des conditions de visibilité mutuelle ; elles les séparent dans la mesure où chacun d’entre eux voit depuis sa place, qui est distincte de celle des autres. L’espace politique, en ce qu’il engendre un lieu d’apparition et de réceptivité pour les actions (le sens des actions étant conditionné non seulement par la publicité de celles-ci mais surtout par leur confirmation par une multiplicité de spectateurs), constitue donc tout à la fois un espace de visibilité et de réciprocité, d’égalité et de pluralité, de communauté et de conflictualité.

  • 17 Arendt (Hannah), « Vérité et politique », in La Crise de la culture, op. cit. Arendt note, par ail (...)

16Pour Arendt, donc, les actions deviennent politiquement significatives si, d’une part, elles deviennent dans toute leur singularité visibles et si, d’autre part, elles sont confirmées par un « public » de spectateurs. Suivre cette intuition arendtienne suggère d’adopter un mode de pensée qui serait « représentatif », c’est-à-dire qui « [rendrait] présentes à l’esprit les positions de ceux qui sont absents17 ». Dès lors, penser politiquement consisterait à considérer un objet sous différents points de vue, sous une pluralité de perspectives. Dans le cadre de notre réflexion sur les frontières, il s’agit plus spécifiquement de concevoir une interaction frontalière qui permette de voir les frontières de points de vue autres que le nôtre et de garantir la réalité des frontières, cette réalité étant en effet conditionnée par la pluralité des perspectives. Sans un sens partagé de la réalité des frontières – c’est-à-dire si leur formation n’intègre pas une pluralité de perspectives – les arguments évoqués au sujet de la question frontalière ne pourront être ni communicables ni politiquement valides. C’est parce que nous voyons les frontières depuis des positions différentes, et non parce qu’elles nous réunissent autour de valeurs partagées ou qu’elles protègent une identité commune, que nous avons les frontières en commun.

  • 18 Scott (James), Seeing Like a State. How Certain Schemes to Improve the Human Condition Have Failed(...)
  • 19 Arendt (Hannah), 2012, op. cit., p. 206 : « Ces intérêts constituent, au sens le plus littéral du (...)

17Tout l’intérêt de Papers, Please pour mon propos, réside dans la possibilité d’échapper à un régime de visibilité au travers duquel les frontières ne deviendraient visibles qu’à condition de « voir comme un État18 ». Certes, les décisions du garde-frontière sont régulées et encadrées par des textes de lois et des procédures imposés par une autorité étatique – i. e., le gouvernement de la République Populaire d’Arstotzka. Cependant, grâce au jeu et dans le jeu de rôle qu’il implique, l’intuition arendtienne de frontières communes car perçues depuis une pluralité de perspectives prend véritablement tout son sens. Pour le dire simplement, par le jeu entrent en contact, en friction, la perspective que je peux d’ordinaire avoir en tant que citoyenne française sur la frontière séparant, disons, l’Europe du continent africain, la position que je dois adopter dans mon rôle de garde-frontière, la frontière juridico-administrative de la République Populaire d’Arstotzka qui se construit au travers des différents documents qui virtuellement me sont transmis, etc. Plus encore, le jeu rappelle qu’il ne peut exister, en tant que jeu, qu’à condition que des candidats à l’immigration se présentent à la frontière ; sans eux, le jeu serait dépourvu de tout « intérêt », voire il n’y aurait pas de « jeu ». Ainsi le jeu de rôle implique-t-il de prendre conscience d’une certaine interaction entre des acteurs situés de part et d’autre de la frontière ; les positions spatialement distinctes du garde et des immigrants vis-à-vis de la frontière permettent à celle-ci de devenir visible. Et c’est justement cette différence de positionnement qui rend possible la communalité de la frontière. Le jeu de rôle ouvre la possibilité d’un inter-est19.

  • 20 Esnouf (Jérôme), op. cit., p. 199.
  • 21 Isin (Engin F.), Rygiel (Kim), « Abject Spaces : Frontiers, Zones, Camps », in Dauphinée (E.), Mas (...)
  • 22 J’emprunte cette formule à Sophie Nield dans son article « The Proteus Cabinet, or “we are Here bu (...)

18Mon propos n’est en aucun cas de suggérer que le jeu vidéo présenterait une bonne pratique de la frontière, révélant à partir de lui le sens éthique et normatif des frontières. Il s’agit bien plutôt de souligner la dimension transformative du jeu, sa capacité à re-présenter la frontière, c’est-à-dire à rendre présentes différentes perspectives sur la frontière. Cet autre regard sur la frontière vise ainsi à opérer comme un instrument critique permettant de distinguer des pratiques de frontières plus ou moins justes. Selon moi, la virtualité du jeu vidéo permet de dévoiler que certaines manières de percevoir virtualisent les frontières et, avec elles, la mise en communauté. Par exemple, dans le cadre du test d’admission mis en place par les Pays-Bas, les frontières géo-localisent la communauté, fixent fermement son identité de manière à exclure toute discussion, toute contestation de la signification de l’identité commune. En effet, lors du test de « connaissance de la société néerlandaise », le candidat à l’admission est contraint non pas de confirmer intersubjectivement la signification qui lui est présentée mais bien d’endosser celle-ci comme objectivement vraie. Or, pour ne pas courir le danger d’une virtualité de la mise en communauté, une identité démocratique – c’est mon hypothèse – ne saurait être réduite à une « -éité » spécifique, à l’obtention d’un score élevé à un QCM. Elle doit plutôt demeurer ouverte à la contestation, à l’intersubjectivité, à l’interaction. Par ailleurs, le jeu vidéo crée, à la frontière, un espace de visibilité pour une pluralité d’acteurs, parmi lesquels les immigrants eux-mêmes. Or, comme le remarquent fort justement Isin et Rygiel, certains dispositifs frontaliers actuels fonctionnent selon un mode de gouvernance qui empêche les frontières de remplir leur fonction intime et ultime, à savoir la « distribution des espaces de visibilité20 ». Isin et Rygiel montrent en effet comment la redéfinition du territoire étatique par l’établissement de places offshore chargées de traiter les demandeurs d’asile crée des espaces qui « rendent les individus invisibles et inaudibles ». Dénués de voix, de parole, de présence, les sujets placés dans ces espaces « abjects » ont un statut inexistant qui les « rend incapables de se constituer eux-mêmes en tant que sujets disposant d’un droit d’avoir des droits21 ». En ce qu’elles rendent les individus politiquement inexistants, c’est-à-dire politiquement invisibles, les frontières fonctionnent dès lors comme de véritables machines de dis/parition22 : la privation d’un « espace du paraître » pour certains individus se fait au prix de la disparition du politique.

  • 23 Chavel (Solange), « De l’autre côté du Havre : malaise moral et films de migrant », Recherches Sém (...)

19Ainsi, un jeu tel que Papers, Please n’aurait pas qu’une dimension strictement divertissante mais pourrait, le temps d’une partie, interrompre le régime d’(in)visibilité imposé par certaines pratiques frontalières. Le jeu agirait comme un véritable « flash » de visibilité sur des pratiques démocratiques particulières, offrirait une perspective différente, et dévoilerait le gouffre séparant nos pratiques frontalières actuelles de nos principes tels que nous souhaiterions les voir appliquer. Cependant, la condamnation morale ou l’indignation face à l’existence de lieux d’invisibilisation ne pourront à elles seules faire que nous cessions immédiatement et définitivement de retrancher des personnes dans ces espaces, aussi abjects soient-ils. Si l’on peut, en un sens, « se réjouir » de la sortie et du succès de jeux vidéos ou de films apportant un regard critique sur les frontières, notre tâche, il faut le rappeler, consiste bien plutôt à tenter de comprendre la cause de l’écart entre la réalité de certaines de nos pratiques et nos principes. Mais dans cette tâche difficile, le jeu vidéo, plus que le cinéma, peut s’avérer d’une aide précieuse. Les films – je pense notamment à Welcome, réalisé par Philippe Lioret en 2009 – peinent trop souvent, en effet, à dépasser un registre mêlant paternalisme et mauvaise conscience23. Aussi, pour agir sur et résister pleinement au malaise moral que provoquent certaines représentations de la frontière et de l’immigration, il me semble intéressant de prendre littéralement au mot le jeu vidéo : jouer avec des manières de voir différentes, faire jouer ensemble des imaginaires frontaliers concurrents, c’est-à-dire les images et les représentations de la frontière qu’en font et s’en font tous ses acteurs. Dans une certaine mesure, Papers, Please présente une limite dans sa capacité de décentrement puisqu’il me permet de voir la frontière que du seul point de vue du garde-frontière. Cependant, une attention à la pluralité des imaginaires frontaliers permet de co-construire politiquement les frontières, de décider de leur configuration ou de leur reconfiguration et d’envisager une manière, sinon absolument juste, du moins plus convenable, de faire jouer les frontières. C’est ainsi seulement que le gouffre entre nos idéaux et nos principes pourra être réduit, que les frontières cesseront d’être considérées au travers de concepts massifs (i. e., souveraineté, identité, etc.) et, in fine, que les paradigmes spatiaux (i. e., État-nation), qui trop souvent nous emprisonnent, pourront être dépassés.

III.

  • 24 Pour des raisons de copyright, je ne peux pas reproduire cette photographie ici. Elle est néanmoin (...)
  • 25 J’emprunte cette expression à Jacques Rancière dans la lecture de l’ouvrage photographique de Mari (...)
  • 26 Arendt (Hannah), 2005, op. cit., p. 932.

20Dans leur article sur les espaces abjects, Isin et Rygiel reproduisent et mentionnent la photographie de Paul Vreeker, récompensée d’un second prix (catégorie « People in the News »), lors du World Press Photo de 200424. Isin et Rygiel reviennent sur l’acte de se suturer lui-même, représenté dans cette photographie. Au travers de cet acte, l’immigré revendiquerait une subjectivité politique qui lui est interdite par la politique d’asile instaurée aux Pays-Bas ; il réclame en effet le droit d’être vu et entendu. Cependant, la photographie prise par Paul Vreeker suggère un droit à la parole et un droit au regard supplémentaires. L’immigré, qui sur la photographie nous fait face (et qui vraisemblablement a consenti à être photographié), revendique de participer activement à la visibilité collective des frontières. La photographie de Vreeker crée un espace d’apparence pour l’immigré qui révèle qui il est au travers de son action. De la même manière que chez Arendt l’action des acteurs politiques nécessite la co-présence de spectateurs pour avoir du sens, cette révélation requiert la reconnaissance d’autrui pour obtenir une place dans le monde depuis laquelle revendiquer un droit de regard25 et participer pleinement dans une juste distribution politique du visible et du dicible. Par ailleurs, la photographie n’impose pas l’autorité d’une visualisation particulière à l’instar des lignes de séparation entre des États tracées sur une carte du monde. La photographie transgresse et subvertit les scripts produits par les machines frontalières en ce qu’elle laisse entrapercevoir ce qui d’ordinaire est hors du cadre de l’image, en ce qu’elle permet « de rendre à nouveau présent ce qui [d’ordinaire] est absent26 ». En soulignant la dimension active de l’immigration, et plus précisément de l’immigrant, la photographie de Vreeker génère un autre point de vue sur les frontières. Elle re-présente pour nous les frontières et permet ainsi de les penser politiquement, de les considérer sous une pluralité de perspectives. Les frontières, dans la perspective adoptée ici, nous sont communes non pas parce qu’elles nous réunissent autour de valeurs partagées ou qu’elles protègent une identité commune, mais parce que nous les voyons depuis des positions différentes.

  • 27 Kant (Emmanuel), Critique de la faculté de juger, I. Analytique du sublime, Paris, Gallimard, coll (...)

21A la manière de Kant qui considérait l’originalité comme étant la caractéristique première du génie d’un artiste27, nous pourrions suggérer que le talent de Vreeker réside dans sa présentation inhabituelle du commun des frontières. Habituellement, la notion de commun renvoie à l’idée d’une appartenance que les frontières ont justement pour fonction de délimiter voire de consacrer. J’ai déjà donné plus haut un aperçu de cette manière « objective » d’appréhender le « partage » au travers de l’exemple néerlandais des tests de langue et de connaissances sociétales conditionnant l’admission et l’accès à la citoyenneté. Une seconde présentation habituelle du commun des frontières pourrait être contenue sous l’expression, non moins familière, de « frontières communes ». Nombreux sont les États qui, à travers le monde, partagent des frontières communes. Ici, également, le commun de la chose partagée confirme une réalité objective (i.e., un fait « physique », une délimitation de la souveraineté étatique, un produit historique). Mais dans ce cas, le commun des frontières renvoie moins à une co-appartenance qu’à une co-distinction de ce qui dans le partage est la part de chacun. Autrement dit, dans le partage des frontières il y a « part », à savoir ce qui sépare les deux entités l’une de l’autre. Et si le commun des frontières peut être l’occasion de formes de coopération transfrontalières, de politiques communes liées à la question migratoire, cette participation commune est imposée par la nécessité et se règle selon une logique instrumentale. Si des pays tiers peuvent être également impliqués dans la co-participation (et plus encore s’ils sont considérés comme étant des pays dits « d’immigration »), celle-ci demeure étatique et exclut une forme active de participation pour les immigrants (i.e., ils sont patients et non acteurs).

  • 28 Ricœur (Paul), Le Juste 1, Paris, Éditions Esprit, 1995, p. 191.
  • 29 Zerilli (Linda), Feminism and the Abyss of Freedom, Chicago, London, The University of Chicago Pre (...)
  • 30 Dardot (Pierre), Laval (Christian), Commun. Essai sur la révolution au XXIe siècle, Paris, La Déco (...)

22Autrement dit, une dichotomie régit d’ordinaire la question du commun des frontières : le commun des frontières est conçu ou comme lien ou comme séparation. Si la photographie de Vreeker est, pour reprendre la terminologie kantienne, originale, c’est en ce qu’elle substitue à une logique dichotomique la proposition d’un aussi bien que. A travers cette photographie, le commun des frontières est autant ce qui relie que ce qui sépare : ce qui relie dans la mesure où c’est le même objet qui est considéré (i.e., les frontières) ; ce qui sépare dans la mesure où l’on observe l’objet depuis des positions, des points de vue distincts. Plus encore, la photographie suggère une image intersubjective du commun des frontières en dévoilant que le commun des frontières « a pour horizon un équilibre fragile entre les deux composantes du partage »28 : entre ce qui départage, distingue, la part de chaque perspective sur la frontière et ce qui fait que chaque perspective prend part au partage. Liant ainsi inextricablement l’égalité des positions vis-à-vis de la frontière à leur distinction (singularité) même, la photographie élargit de manière créative le concept d’égalité29 et laisse entrapercevoir l’idée selon laquelle le commun des frontières est « à penser comme co-activité30 ».

  • 31 Barry (Anthony), « Demonstrations : sites and sights of direct action », Economy and Society, vol. (...)
  • 32 Rancière (Jacques), La Mésentente, Philosophie et politique, Paris, Gallilée, 1995, p. 45.

23Au-delà du choc initial, la photographie nous interpelle, ouvre notre imagination à concevoir cette personne aux lèvres fermement closes comme une voix qui compte, à considérer ses yeux mi-clos comme porteurs d’une perception qui compte dans l’appréhension des frontières. La photographie doit être comprise comme une démonstration en ce qu’elle cherche « à rendre visible un phénomène pour qu’il soit attesté par d’autres personnes31 ». Plus précisément, elle rend visible une situation relativement nouvelle et non familière pour laquelle nous ne semblons pas disposer de concepts déterminés, déterminants, qui nous permettraient de l’appréhender et en faciliteraient la compréhension, le jugement. En effet, la photographie ne désire pas stabiliser l’identité de Kavousi – c’est le nom de l’homme photographié – et éprouve ainsi les dichotomies générales existantes (e.g., citoyen/étranger, légal/illégal, insider/outsider, etc.) sous lesquelles subsumer ou non le cas particulier de Kavousi. Et c’est en cela qu’elle saisit particulièrement bien la dimension politique de l’acte de Kavousi lui-même. Par son geste, Kavousi ne tend pas seulement à protester contre la menace d’expulsion dont il fait personnellement l’objet. Il montre la politique d’asile telle que pratiquée par les Pays-Bas aux frontières de la communauté politique comme un objet de dispute et cherche à persuader d’autres personnes de la reconnaître comme telle. Autrement dit cette personne, menacée d’expulsion avant même toute inclusion, fait le pari que d’autres vont voir l’objet qu’il désigne comme un objet visible de conflit, comme une « scène commune32 » de dispute à laquelle il peut prendre part.

  • 33 Zerilli (Linda), 2005a, op. cit., p. 156.
  • 34 Ibidem, p. 162.

24En ce sens, le photographe et son sujet ne se lancent pas à proprement parler dans un plaidoyer explicite en faveur des droits des migrants ou dans un réquisitoire en bonne et due forme contre la politique d’asile menée aux Pays-Bas. Leurs actions respectives soulignent plutôt toute l’importance de l’existence d’un espace de visibilité pour les questions liées à l’immigration. Leur pari démocratique commun consiste ainsi à rendre visibles les limites des conceptions de ce qu’est ou devrait être une communauté politique, à ouvrir, en un sens, « une question de communauté33 ». Le commun de la communauté politique peut difficilement être posé en termes de connaissance, le « nous » justifié à l’aide de preuves objectivement testées et confirmées, de concepts prédéterminés, d’arguments raisonnés. Ainsi, Vreeker et Kavousi présentent-ils l’idée de communauté sous la forme d’une « idée esthétique », c’est-à-dire, pour reprendre les mots de Linda Zerilli qui elle-même s’appuie sur Kant, « “une présentation de l’imagination” qui toujours excède les termes du concept34 », qui permet d’établir de nouvelles connections. Ils formulent une proposition et prennent ainsi le risque que celle-ci n’obtienne pas le consentement d’un public de spectateurs. Il n’est pas certain, en effet, que ces derniers considèrent l’objet rendu visible comme un objet possible de dispute, donc tout à la fois de communauté et de séparation. Mais si l’accord n’est pas garanti, leur proposition altère au moins la perception de l’objet désormais visible.

IV.

  • 35 Arendt (Hannah), The Origins of Totalitarianism, New York, Harcourt Brace Jovanovich, 1974, p. 434

25Le commun des frontières, tel que j’aimerais proposer de le concevoir, réside justement dans leur capacité à soulever la question de la communauté, à interroger les limites de cette communauté. Cependant, pour réinvestir la dimension politique du principe frontalier, il me semble nécessaire de considérer les frontières non pas au travers de concepts massifs mais au travers du cercle autopoiétique qui se noue entre les pratiques, les perceptions des acteurs des frontières et la visibilité de celles-ci. Pour saisir la cause de l’écart entre les dimensions descriptive et normative, il me semble essentiel de comprendre quelles manières de voir font la frontière afin de tendre vers un cadre normatif plus convenable grâce à une pratique plus satisfaisante de la visibilité des frontières que celle offerte par ces murs, ces « trous d’oubli35 » et d’obscurité.

  • 36 Curtis (Kimberley), Our Sense of the Real. Aesthetic Experience and Arendtian Politics, Ithaca, Lo (...)
  • 37 Keenan (Thomas), 1997, op. cit., p. 11 (je souligne).

26En effet, l’importance des frontières est telle qu’elles requièrent que nous les prenions véritablement au sérieux comme des objets politiques. Les frontières ne sont pas par essence politiques, c’est la manière de les percevoir qui leur confère leur dimension politique. L’activation politique du principe frontalier réside ainsi dans notre « agilité théâtrale36 », dans notre capacité à faire l’expérience du monde sous une pluralité de perspectives, d’établir des relations nouvelles et politiques entre des éléments. C’est pourquoi les frontières ne constituent pas un « problème » pour le politique mais représentent au contraire, comme le suggère Keenan, une « chance pour le politique37 » et donc pour l’idée de communauté, à condition que la communalité ne soit pas simultanément point de départ d’une pensée de la communauté et point d’arrivée de cette communauté. Les frontières nous permettent de mettre en question cette communalité, d’interroger ce que nous avons justement en commun, de découvrir les limites de la communauté tout en construisant, simultanément, un « nous » toujours incertain et ouvert à la reformulation.

27Un jeu tel que Papers, Please – et c’est en cela qu’il me semblait pertinent d’en faire comme le fil rouge de ma réflexion – déstabilise les représentations que l’on peut avoir des ou se faire sur les frontières. En nous plaçant dans le rôle d’un garde-frontière, il reprend non seulement un imaginaire familier, mais ouvre aussi sur d’autres imaginaires de la frontière. Il dévoile non seulement le rôle reproductif de l’imagination mais aussi, et surtout, sa dimension productive, génératrice de nouvelles formes et de nouvelles relations. Toute réflexion aux frontières, et la théorie politique n’y échappe pas, se heurte à un déficit de représentation de la frontière. La difficulté qui se présente à nous, lorsque nous tentons de visualiser les frontières, est qu’à ce déficit de représentation se joint notre manque cruel d’imagination. Ce manque d’imagination ne constitue pas seulement un problème d’ordre, disons, esthétique. Il nous rend captif d’une certaine image mentale de la mise en communauté et nous impose un mode d’attention (et d’être) au monde imperméable à l’émergence du nouveau, ce qui n’est pas sans conséquence sur notre manière de juger politiquement les frontières. La question de la visibilité des frontières soulève, à mon sens, un problème politique dans la mesure où une perception déformée, biaisée, altérisante, et donc dépourvue d’imagination, constitue un obstacle pour l’institution du commun.

  • 38 Balibar (Étienne), « What is a border ? », in Politics and the Other Scene, London, Verso, 2002, p (...)
  • 39 Keenan (Alan), Democracy in Question : Democratic Openness in a Time of Political Closure, Stanfor (...)
  • 40 Zerilli (Linda), 2005b, op. cit., p. 159.
  • 41 Keenan (Alan), 2003, op. cit., p. 178.

28Au cours de cette réflexion, j’ai pointé certaines pratiques qui à mon sens instrumentalisent les frontières, et ainsi défont plus qu’elles ne font politiquement les frontières. Cette instrumentalisation des frontières induit une « “réduction de complexité”, l’application d’une force simplificatrice38 » à leur visibilité qui empêche de saisir la nature multidimensionnelle de la réalité du monde. Plutôt qu’à instituer les frontières comme un terrain politique d’affrontement, qu’à transformer le front des frontières en front commun de perceptions, ces pratiques visuelles tendent à appréhender les frontières dans une logique de division qui conduit à une réification de la mise en communauté. En effet, ces pratiques ne prennent pas suffisamment au sérieux la condition prépolitique de cohabitation et le risque de pareille cohabitation. Elles refusent d’accepter qu’il ne saurait y avoir des termes a priori d’après lesquels chacun de nous serait inclus dans une communauté politique fixe et statique39. Aussi ces pratiques tentent-elles de répondre à la question démocratique au travers de « revendications de vérité40 », de « l’assertion d’une version particulière du “nous”41 », de l’allégation d’une conception particulière de la communauté et de la mise en communauté. Ce refus d’assumer pleinement les différents challenges posés à nos clôtures démocratiques conduit à poursuivre une politique de justification de ces clôtures plutôt qu’à envisager pleinement une co-activité de perception des frontières et, ainsi, leur co-construction.

  • 42 Arendt (Hannah), 2012, op. cit., p. 105-106.

29L’atelier à l’origine de cet ouvrage collectif soulevait la question suivante : « A-t-on encore besoin des frontières pour penser la communauté ? ». J’espère avoir suffisamment bien montré, au cours de ma réflexion, l’importance des frontières pour penser politiquement et démocratiquement la communauté, et plus précisément la mise en communauté. Le commun se construit dans la pratique, dans la co-activité. C’est en ce sens que je propose de concevoir les frontières comme des lieux essentiels du politique, comme des sites potentiels de mise en communauté au travers d’une activité de co-perception fondée sur les principes d’égalité et de pluralité. Égalité car tous, indépendamment de nos statuts juridiques déterminés et de nos positions vis-à-vis de la frontière, sommes capables de percevoir la frontière et chacune de nos perceptions dépend de celles des autres. Pluralité, car si nous nous rencontrons tous en un même lieu, chacun d’entre nous voit de sa place, qui est distincte de celle des autres. La mise en communauté cesserait, le commun des frontières prendrait fin, si on ne voyait la frontière que sous un aspect, si la frontière n’avait le droit de se présenter que dans une seule perspective42. Une activité de co-perception des frontières inviterait ainsi à construire du commun dans la pluralité, autrement dit du politique.

Épilogue

30C’est dans l’activité de co-perception, dans cet engagement instable et incertain avec le monde, que le commun est co-construit, que les frontières des communautés peuvent être reconfigurées, que de nouveaux sujets politiques peuvent survenir. Cette tâche requiert de se risquer à voir le monde différemment, à voir le monde au travers de perspectives et de positions étrangères, de mettre en jeu ce que nous partageons, de tester les limites de notre communalité et, peut-être, de fermer les frontières de nos communautés. Cette clôture frontalière, cependant, respecte l’incertitude constitutive du commun qui réside justement dans le fait que le commun démocratique est une permanente co-création. Par ailleurs, contrairement aux machines de dis/parition, cette clôture n’est pas vectrice de domination. D’où l’importance des frontières qui, en un sens, protègent l’existence d’un tel espace interactif de co-perception dans lequel décider ensemble de leur configuration ou de leur reconfiguration et envisager une manière, sinon absolument juste, du moins plus convenable, de les faire jouer.

  • 43 Les participants étaient proches de United We Dream, le plus grand groupe représentatif des jeunes (...)

31Ainsi, j’aimerais proposer de concevoir les frontières comme des sites essentiels à l’exercice d’une citoyenneté visuelle : c’est par la pratique de revendications de perspectives sur le commun que les frontières de la communauté peuvent être reconfigurées et le pari démocratique véritablement assumé. L’idée d’une citoyenneté visuelle a sans doute de quoi séduire ; son opérationnalité et sa mise en pratique peuvent laisser, en revanche, plus sceptique. Or, il n’est pas besoin de faire preuve d’une imagination débordante pour observer des actes initiant une telle pratique. La « flash mob » performée par les DREAMers, en juillet 2013 dans le Capitol Visitor Center à Washington, est un exemple à même de mettre notre imagination en mouvement43.

Bibliographie

Bibliographie

Arendt (Hannah), L’Humaine Condition, Paris, Gallimard, coll. Quarto, 2012, 1450 p.

—, Journal de Pensée, Paris, Seuil, 2005, 1325 p.

—, La Crise de la culture, Paris, Gallimard, 1989, 384 p.

—, The Life of the Mind, New York, Harcourt Brace Jovanovich, 1981, 284 p.

Balibar (Étienne), « What is a border ? », in Politics and the Other Scene, London, Verso, 2002, p. 75-86.

Barry (Anthony), « Demonstrations : sites and sights of direct action », Economy and Society, vol. 28, no 1, 1999, p. 75-94.

Chavel (Solange), « De l’autre côté du Havre : malaise moral et films de migrant », Recherches Sémiotiques/Semiotic Inquiry, 2013, p. 67-79.

Curtis (Kimberley), Our Sense of the Real. Aesthetic Experience and Arendtian Politics, Ithaca, London, Cornell University Press, 1999, 224 p.

Dardot (Pierre), Laval (Christian), Commun. Essai sur la révolution au XXIe siècle, Paris, La Découverte, 2014, 593 p.

Esnouf (Jerôme), Un monde sans frontières ?, Angoulême, Éditions Abeille et Castor, 2013, 230 p.

Ferguson (Michaele L.), Sharing Democracy, Oxford, New York, Oxford University Press, 2012, 208 p.

Fougère (Marianne), « Aux frontières du visible. Réflexions pour ne pas perdre de vue les frontières », in Von Busekist (Astrid), Savidan (Patrick) dir., Frontières Justes, Rennes, Presses Universitaire de Rennes, à paraître.

Isin (Engin F.), Rygiel (Kim), « Abject Spaces : Frontiers, Zones, Camps », in Dauphinee (E.), Masters (C.) dir., Logics of Biopower and the War on Terror, Houndmills, Basingstoke, Hampshire, Palgrave, 2007, p. 181-203.

Kant (Emmanuel), Critique de la faculté de juger, I. Analytique du sublime, Paris, Gallimard, coll. Folio essais, 1985, 561 p.

Keenan (Alan), Democracy in Question : Democratic Openness in a Time of Political Closure, Stanford, Stanford University Press, 2003, 256 p.

Keenan (Thomas), Fables of Responsibility. Aberrations and Predicaments in Ethics and Politics, Stanford, Stanford University Press, 1997, 251 p.

Nield (Sophie), « The Proteus Cabinet, or “we are Here but not Here” », Reseach in Drama Education, vol. 13, no 2, 2008, p. 137-145.

—, « On the Border as Theatrical Space : Appearance, Dis-location and the Production of the Refugee », in Kelleher (Joe), Ridout (Nicholas) dir., Contemporary Theatres in Europe : A Critical Companion, Oxford, New York, Routledge, 2006, p. 61-72.

Rancière (Jacques), La Mésentente, Philosophie et politique, Paris, Gallilée, 1995, 188 p.

Ricœur (Paul), Le Juste 1, Paris, Éditions Esprit, 1995, 224 p.

Scott (James), Seeing Like a State. How Certain Schemes to Improve the Human Condition Have Failed, New Haven, Yale University Press, 1999, 445 p.

Suvarierol (Semin), « Nation-freezing : images of the nation and the migrant in citizenship packages », Nations and Nationalism, vol. 18, no 2, 2012, p. 210-229.

Tassin (Étienne), « Qu’est-ce qu’un sujet politique ? Remarques sur les notions d’identité et d’action », Esprit, mars-avril 1997, p. 132-150.

Zerilli (Linda), « “We Feel Our Freedom” : Imagination and Judgment in the Thought of Hannah Arendt », Political Theory, vol. 33, no 2, avril 2005, p. 158-188.

—, Feminism and the Abyss of Freedom, Chicago, London, University of Chicago Press, 2005, 249 p.

Notes

2 Voir http://papersplea.se/

3 Keenan (Thomas), Fables of Responsibility. Aberrations and Predicaments in Ethics and Politics, Stanford, Stanford University Press, 1997, p. 11 (je souligne).

4 Arendt (Hannah), Journal de Pensée, Paris, Seuil, 2005, Carnet XXVII, [55], p. 972 (je souligne).

5 Arendt (Hannah), L’humaine condition, Paris, Gallimard, coll. Quarto, 2012, p. 219 : « Tout se passe comme si l’on avait tracé le rempart de la polis et les frontières de la loi autour d’un espace public déjà existant qui toutefois, privé de cette protection stabilisante, ne pourrait pas durer, ne pourrait pas survivre à l’instant de la parole et de l’action ».

6 J’emprunte cette expression à Jérôme Esnouf qui, lui aussi inscrit sa réflexion sur la notion de frontière dans une perspective arendtienne. Il estime ainsi qu’« [u] ne cité juste devrait pouvoir offrir à l’ensemble de ses citoyens l’égale possibilité a priori de s’ouvrir au regard de tous. Dans la lumière de la justice, chaque portion du sol commun devrait ainsi pouvoir se révéler à la conscience perceptive de la communauté. C’est dans cette distribution des espaces de visibilité que les frontières révèlent leur fonction intime et ultime. In Esnouf (Jérôme), Un monde sans frontières ?, Angoulême, Éditions Abeille et Castor, 2013, p. 198-199.

7 D’un point de vue plus théorique, la mise en place de tels dispositifs dévoile en creux toute la tragédie du libéralisme, à savoir son incapacité à justifier l’existence de frontières. Aussi, certains commentateurs considèrent-ils les tests de connaissances comme la manifestation d’une forme « illibérale » ou « répressive », selon les auteurs, de libéralisme. Voir notamment, Orgad (Liav), « Illiberal Liberalism. Cultural Restrictions on Migration and Access to Citizenship in Europe », The American Journal of Comparative Law, vol. 58, 2010, p. 53-105 ; Joppke (Christian), « Beyond National Models : Civic Integration Policies for Immigrants in Western Europe », West European Politics, vol. 30, no 1, 2007, p. 1-22.

8 Fougère (Marianne), « Aux frontières du visible. Réflexions pour ne pas perdre de vue les frontières », in Von Busekist (Astrid), Savidan (Patrick) dir., Frontières Justes, Rennes, Presses Universitaire de Rennes, à paraître.

9 Suvarierol (Semin), « Nation-freezing : images of the nation and the migrant in citizenship packages », Nations and Nationalism, vol. 18, no 2, 2012, p. 212. Suvarierol propose de qualifier ce processus comme celui d’une congélation identitaire : « Practically, nation-freezing involves activities of the nation-state to reconstruct national identity through a new nationalist discourse which defines the elements of this ‘national culture’ as if it was (ever) unitary and static. The new nationalisms thus stand in sheer contrast to the diversity and fluidity of the current social reality of West European societies. Yet, the state aims to revive and preserve national unity as if ‘to return to an earlier period of “innocence” when the state was dominant’ (Kofman 2005 : 461) and when it was assumed that the state could effectively impose a unique national identity which would remain fixed for generations. (…) As the metaphor suggests, nation-freezing implies a stiff conceptualisation of the nation which would like to conserve itself in a particular idealised form. As such, new nationalisms differ from classical nation-building nationalisms since the aim is not to build a new nation ». Suvarierol précise que ce type de nationalisme trouve l’une de ses formes les plus manifestes aux Pays-Bas (ibid., p. 225).

10 Ferguson (Michaele L.), Sharing Democracy, Oxford, New York, Oxford University Press, 2012, p. 40.

11 Ministère de l’Intérieur et des Relations du Royaume, Naar Nederland, La Haye, 2005.

12 Les revendications politiques, contrairement aux revendications de vérité, ne peuvent présumer en amont de l’accord de ceux à l’égard desquels ces revendications sont faites. Plutôt que de chercher à convaincre, à l’aide de preuves et de raisonnements logiques, de la vérité des revendications qu’elles formulent, elles tentent de persuader, de « courtiser l’assentiment des autres » (Arendt (Hannah), « La crise de la culture », in La Crise de la culture, Paris, Gallimard, 1989, p. 284). Sur cette distinction, voir notamment Zerilli (Linda), « “We Feel Our Freedom” : Imagination and Judgment in the Thought of Hannah Arendt », Political Theory, vol. 33, no 2, avril 2005b, p. 158-188.

13 Tassin (Étienne), « Qu’est-ce qu’un sujet politique ? Remarques sur les notions d’identité et d’action », Esprit, mars-avril 1997, p. 140-141.

14 Je suis ici Arendt pour qui la réalité de nos perceptions dépend non seulement du contexte dans lequel les choses singulières nous apparaissent mais aussi « du contexte dans lequel nous-mêmes, en tant qu’apparences, existons parmi d’autres créatures apparaissant ». En d’autres termes, pour être « certains » que ce que nous percevons n’est pas une construction de notre esprit, d’autres que nous doivent percevoir le même objet. Arendt écrit ainsi : « Sans cette tacite reconnaissance de la part des autres nous ne pourrions même pas être capables d’avoir foi dans la manière dont nous apparaissons à nous-mêmes » (Arendt (Hannah), The Life of the Mind, New York, Harcourt Brace Jovanovich, 1981, p. 51, 46 (je traduis)).

15 Arendt (Hannah), « Vérité et politique », in La Crise de la culture, op. cit., p. 307.

16 Arendt (Hannah), « Vérité et politique », in La Crise de la culture, op. cit.

17 Arendt (Hannah), « Vérité et politique », in La Crise de la culture, op. cit. Arendt note, par ailleurs, à l’entrée [41] du Cahier XXVI de son Journal de Pensée : « Political relevance of thought : first of all in the concept of representation » (p. 926).

18 Scott (James), Seeing Like a State. How Certain Schemes to Improve the Human Condition Have Failed, New Haven, Yale University Press, 1999.

19 Arendt (Hannah), 2012, op. cit., p. 206 : « Ces intérêts constituent, au sens le plus littéral du mot, quelque chose qui inter-est, qui est entre les gens, et par conséquent peut les rapprocher et les lier. La plus grande part de l’action et de la parole concerne cet entre-deux, qui varie avec chaque groupe en sorte que la plupart des paroles et des actes sont en outre au sujet de quelque réalité objective du monde, tout en étant révélation de l’agent qui agit et qui parle ».

20 Esnouf (Jérôme), op. cit., p. 199.

21 Isin (Engin F.), Rygiel (Kim), « Abject Spaces : Frontiers, Zones, Camps », in Dauphinée (E.), Masters (C.) dir., Logics of Biopower and the War on Terror, Houndmills, Basingstoke, Hampshire, Palgrave, 2007, p. 192. La création de centres offshore de traitement des demandes d’asile en Papouasie et dans le micro-État de Nauru est au cœur de la “solution du Pacifique” lancée en 2001 par le gouvernement conservateur de John Howard. Si les travaillistes, une fois arrivés au pouvoir en 2007, l’avaient suspendue, cette « solution » a été reprise en 2012 et même durcie en 2013, suscitant les inquiétudes du Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR). Voir notamment : http://www.unhcr.fr/51f6354ec.html [dernière consultation le 28 mars 2014].

22 J’emprunte cette formule à Sophie Nield dans son article « The Proteus Cabinet, or “we are Here but not Here”, publié dans Reseach in Drama Education (vol. 13, no 2, 2008, p. 137-145), qui s’inscrit plus largement dans ses travaux menés autour de la dimension théâtrale des frontières. Voir aussi Nield (Sophie), « On the Border as Theatrical Space : Appearance, Dis-location and the Production of the Refugee », in Kelleher (Joe), Ridout (Nicholas) dir., Contemporary Theatres in Europe : A Critical Companion, Oxford, New York, Routledge, 2006, p. 61-72.

23 Chavel (Solange), « De l’autre côté du Havre : malaise moral et films de migrant », Recherches Sémiotiques/Semiotic Inquiry, 2013, p. 67-79.

24 Pour des raisons de copyright, je ne peux pas reproduire cette photographie ici. Elle est néanmoins accessible à l’adresse suivante : http://www.archive.worldpressphoto.org/search/layout/result/indeling/detailwpp/form/wpp/q/ishoofdafbeelding/true/trefwoord/photographer_formal/Vreeker,%20Paul

25 J’emprunte cette expression à Jacques Rancière dans la lecture de l’ouvrage photographique de Marie-Françoise Plissart, Droit de regards, Liège, Les Impressions Nouvelles, 2010.

26 Arendt (Hannah), 2005, op. cit., p. 932.

27 Kant (Emmanuel), Critique de la faculté de juger, I. Analytique du sublime, Paris, Gallimard, coll. Folio essais, 1985, §46, p. 262 : « Il en ressort : 1° que le génie est un talent qui consiste à produire ce pour quoi on ne saurait donner de règle déterminée : il n’est pas une aptitude à quoi que ce soit qui pourrait être appris d’après une règle quelconque ; par conséquent, sa première caractéristique doit être l’originalité ; 2° que, dans la mesure où l’absurde peut être lui aussi original, les productions du génie doivent être également des modèles, c’est-à-dire être exemplaires ; sans être elles-mêmes créées par imitation, elles doivent être proposées à l’imitation des autres, c’est-à-dire servir de critères ou de règle au jugement ».

28 Ricœur (Paul), Le Juste 1, Paris, Éditions Esprit, 1995, p. 191.

29 Zerilli (Linda), Feminism and the Abyss of Freedom, Chicago, London, The University of Chicago Press, 2005a, p. 162.

30 Dardot (Pierre), Laval (Christian), Commun. Essai sur la révolution au XXIe siècle, Paris, La Découverte, 2014, p. 48.

31 Barry (Anthony), « Demonstrations : sites and sights of direct action », Economy and Society, vol. 28, no 1, 1999, p. 77.

32 Rancière (Jacques), La Mésentente, Philosophie et politique, Paris, Gallilée, 1995, p. 45.

33 Zerilli (Linda), 2005a, op. cit., p. 156.

34 Ibidem, p. 162.

35 Arendt (Hannah), The Origins of Totalitarianism, New York, Harcourt Brace Jovanovich, 1974, p. 434.

36 Curtis (Kimberley), Our Sense of the Real. Aesthetic Experience and Arendtian Politics, Ithaca, London, Cornell University Press, 1999, p. 40.

37 Keenan (Thomas), 1997, op. cit., p. 11 (je souligne).

38 Balibar (Étienne), « What is a border ? », in Politics and the Other Scene, London, Verso, 2002, p. 78, p. 76.

39 Keenan (Alan), Democracy in Question : Democratic Openness in a Time of Political Closure, Stanford, Stanford University Press, 2003, p. 178.

40 Zerilli (Linda), 2005b, op. cit., p. 159.

41 Keenan (Alan), 2003, op. cit., p. 178.

42 Arendt (Hannah), 2012, op. cit., p. 105-106.

43 Les participants étaient proches de United We Dream, le plus grand groupe représentatif des jeunes immigrés aux États-Unis. Des informations supplémentaires sur les activités du collectif peuvent être obtenues sur le site internet http://unitedwedream.org. Je me permets également de renvoyer à la lecture de « Aux frontières du visible. Réflexions pour ne pas perdre de vue les frontières », chapitre dans lequel je déploie de manière plus explicite cet exemple d’une activité de co-perception, (in Von Busekist (Astrid), Savidan (Patrick) dir., Frontières Justes, Rennes, Presses Universitaire de Rennes, à paraître).

Auteur

Doctorante à Sciences Po Paris (CEVIPOF). Dans ses travaux de recherche, menés sous la direction d'Astrid von Busekist, elle appréhende la notion de communauté au travers de l'activité de jugement.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site