Version classiqueVersion mobile

Les frontières et la communauté politique

 | 
Florence Delmotte
, 
Denis Duez

Chapitre III. La libre circulation des personnes et les justifications de l’UE, statut : c’est compliqué !

Heidi Mercenier

Résumé

La libre circulation des personnes est généralement présentée comme l’un des éléments clés de l’intégration européenne. Les pratiques qui en découlent, telles que l’intensification des interactions entre les citoyens des différents États membres, ont été envisagées comme l’un des moteurs centraux de l’acceptation sociale de l’intégration européenne. Toutefois, la libre circulation semble souvent insuffisante pour envisager un rapport plus concret des citoyens à l’égard de l’Union européenne, même de la part des plus mobiles d’entre eux. En s’appuyant sur les paroles collectées lors de six entretiens collectifs menés auprès de jeunes Bruxellois, ce chapitre met en avant les manières dont ce cadre de perception est mobilisé pour imaginer l’Union européenne. Il esquisse la complexité des usages de ce cadre de perception : la libre circulation est une liberté indissociable de la concurrence économique qu’elle semble engendrer. La libre circulation est aussi mobilisée pour questionner l’utilité en tant que telle de l’Union européenne. Cette recherche invite alors à remettre en perspective la position souvent privilégiée accordée à la libre circulation dans les documents officiels de la Commission européenne, qui présente celle-ci comme un moyen de rapprocher le projet européen de ses citoyens, et à prendre en compte la complexité des liens entre libre circulation et Union européenne.

Texte intégral

Introduction

1A l’image de la question générale que pose cet ouvrage sur la nécessité des frontières pour penser le politique, on s’interrogera ici sur la place des images que les citoyens se font de la libre circulation des personnes – qui se trouve définie dans les discours officiels à travers la double mention de la suppression des frontières intérieures entre les États membres et du contrôle des frontières extérieures – pour penser l’Union européenne (UE). Sur base de ce que nous avons pu retirer des discussions menées lors de six entretiens collectifs organisés avec des jeunes à Bruxelles, des pistes de réflexion sont ouvertes pour réexaminer les liens entre les perceptions de la libre circulation et les images que ces jeunes peuvent se faire de l’UE.

  • 2 OCDE, Economic Survey of the European Union, 2012, p. 13.
  • 3 Commission européenne, Eurobaromètre Flash 365. Citoyenneté de l'Union européenne, Bruxelles, 2013, (...)
  • 4 Ibidem, p. 5.
  • 5 Favell (Adrian), « European identity and European citizenship in three “euro-cities” : a sociologic (...)
  • 6 Id., « The fourth freedom : theories of migration and mobilities in “neo-liberal” Europe », Europea (...)

2La libre circulation des personnes est associée à de nombreuses pratiques : quitter son pays pour des périodes plus ou moins longues ; se déplacer pour travailler, étudier ou voyager à des fins professionnelles ou de loisir ; ou encore réaliser ses achats à l’étranger. Alors que seulement 3 % des citoyens européens vivent dans un autre État membre2, neuf citoyens sur dix connaissent l’existence du droit à la libre circulation3. Plus de deux tiers des personnes interrogées pour répondre aux sondages Eurobaromètres estiment que la libre circulation des personnes à l’intérieur de l’UE est avantageuse pour l’économie de leur pays4. Toutefois, le lien entre la connaissance et surtout l’usage de ce droit au niveau individuel et une opinion favorable à l’égard de l’UE, autrement dit le fait d’exprimer un soutien à l’UE pour reprendre le vocabulaire des recherches sur l’opinion publique européenne, n’est pas si évident à établir5. Au niveau des États membres, la libre circulation est remise en question, aussi parmi les bénéficiaires, avec la situation actuelle du Royaume-Uni comme l’un des exemples phares6. Malgré ces constats, le discours officiel de la Commission continue de mettre l’accent sur cet élément dans ses tentatives de rapprocher le projet européen des citoyens. Par exemple, à la première page du rapport 2013 sur la citoyenneté européenne rédigé par la Commission européenne, on retrouve en introduction un commentaire complet sur le lien entre libre circulation et citoyenneté européenne, qui avance notamment qu’« elle crée des liens plus étroits entre les Européens » :

  • 7 Commission européenne, Rapport de la Commission au Parlement européen, au Conseil, au Comité économ (...)

La citoyenneté de l’Union confère aux citoyens de nouveaux droits et leur ouvre de nouvelles possibilités. Le droit de circuler et de s’établir librement dans l’UE est le droit qu’ils associent le plus étroitement à cette citoyenneté. Grâce aux technologies modernes et aux voyages désormais plus faciles, la libre circulation permet aux Européens d’élargir leurs horizons au-delà des frontières nationales, de quitter leur pays pour des périodes plus ou moins longues, de se déplacer d’un pays de l’Union à l’autre pour travailler, étudier et se former, de voyager pour des raisons professionnelles ou pour leurs loisirs, ou de faire des achats à l’étranger. La libre circulation augmente ainsi les interactions sociales et culturelles au sein de l’Union et elle crée des liens plus étroits entre les Européens7.

3Dans le champ académique, la libre circulation a souvent été étudiée en tant que variable explicative permettant d’expliquer le soutien (ou l’absence de rejet) des citoyens qui en font usage à l’égard de l’UE. Les recherches se sont intéressées à comprendre comment l’usage de la libre circulation, principalement comprise comme la mobilité intra-européenne, et les interactions qu’elle est supposée engendrer, pouvaient rapprocher les citoyens du projet européen. Cependant, comme on l’a déjà mentionné plus haut, le lien entre l’usage de ce droit au niveau individuel et une opinion favorable à l’égard de l’UE n’est pas si évident à établir au plan empirique.

  • 8 Diez Medrano (Juan), Framing Europe. Attitudes to European integration in Germany, Spain and the Un (...)

4Une autre approche considère que, pour la plupart des citoyens, la libre circulation constitue plutôt un cadre de perception sur lequel ceux-ci s’appuient pour se référer à UE. Les recherches de Juan Diez Medrano soulignent/démontrent ainsi l’importance de s’intéresser à l’identification et à la construction des cadres de perception – frames – si l’on s’intéresse aux rapports des citoyens à l’Europe. Selon celui-ci, « people’s attitudes and behavior toward objects or problems depend on how they conceive of, frame, or represent them »8. Partant de là, ce qui nous intéresse plus particulièrement dans cette recherche, c’est de contribuer à comprendre la place accordée au cadre de perception de la libre circulation lorsque les citoyens ordinaires parlent entre eux de l’UE, réfléchissent à l’UE et à ses éventuelles justifications.

5La libre circulation des personnes a souvent été présentée sur base des résultats de sondages d’opinion tels que les Eurobaromètres comme un des principaux bénéfices de l’intégration européenne. Pourtant, en y regardant de plus près et en considérant l’analyse des données collectées à partir du travail de terrain à la base de ce chapitre, la relation entre les deux semble plus compliquée qu’il n’y paraît de prime abord. Dans ce qui suit, la présentation de la libre circulation comme bénéfice central de l’UE induisant ou impliquant le rapprochement des citoyens avec l’UE est réévaluée à partir des discours de jeunes citoyens. La libre circulation est présentée officiellement comme la partie tangible de l’UE, celle qui devrait permettre aux citoyens de s’approprier aisément le projet européen alors qu’elle est aussi clairement mobilisée pour exprimer l’éloignement qui existe à son égard. La vision restrictive de la mobilité adoptée par les institutions européennes quand elles souhaitent promouvoir la citoyenneté européenne participe certainement à l’explication de cette observation.

6La première section de ce chapitre revient sur ces différentes recherches où la libre circulation est considérée d’abord comme une variable permettant principalement d’expliquer le soutien à l’UE et, ensuite, comme un cadre de perception auquel sont accordées différentes significations. La deuxième section propose de nourrir la compréhension de ce cadre de perception de l’UE en partant d’une recherche de terrain menée à partir de six entretiens collectifs auprès de jeunes (16-26 ans) de différentes communes ou quartiers de la Région de Bruxelles-Capitale. Avant de revenir sur la richesse de ces entretiens, la méthodologie et la justification du terrain sont présentées. Finalement, sur base de l’analyse des échanges collectés, l’usage de la libre circulation en tant que cadre de perception souvent privilégié par le discours officiel de la Commission européenne pour « rapprocher les citoyens de l’Union européenne » est brièvement discuté.

I. La libre circulation des personnes : variable explicative ou cadre de perception ?

7Comme il vient d’être mentionné, une première manière d’aborder la question de la libre circulation est de s’y intéresser en tant que variable explicative. Elle renvoie à l’idée que le fait d’en faire usage influencerait le soutien à l’égard de l’UE. Sous cet angle, plusieurs orientations et interprétations apparaissent d’emblée.

  • 9 Deutsch (Karl), Nationalism and Social Communication. An Inquiry into the Foundations of Nationalit (...)

8La libre circulation des personnes a été souvent présentée, spécialement dans les théories transactionnalistes, comme l’un des bénéfices les plus importants de l’intégration européenne. Les pratiques qui en découlent, telles que l’intensification des interactions entre les citoyens des différents États membres, ont été analysées comme l’un des moteurs de l’acceptation sociale de l’intégration européenne. Karl Deutsch a dans les années cinquante émis l’hypothèse que l’augmentation des interactions entre les États membres favoriserait les interactions entre les individus à tous les niveaux, ce qui selon lui devait permettre de renforcer un sentiment d'appartenance à la communauté politique au niveau individuel par rapport à l’UE9.

  • 10 Kuhn (Theresa), « Individual transnationalism, globalisation and euroscepticism : an empirical test (...)
  • 11 Id., Experiencing European Integration. Transnational Lives and European Identity, New York, Oxford (...)
  • 12 Fligstein (Neil), Euroclash. The EU, European Identity and the Future of Europe, Oxford, Oxford Uni (...)
  • 13 Favell (Adrian), Eurostars and Eurocities. Free Movement and Mobility in an Integrating Europe, Oxf (...)
  • 14 Rother (Nina), Nebe (Tina), « More mobile, more European ? Free movement and EU identity », in Recc (...)
  • 15 Kriesi (Hanspeter) et al., « Globalization and the transformation of the national political space : (...)
  • 16 Kuhn (Theresa), 2015, op. cit., p. 6.

9Theresa Kuhn a récemment testé empiriquement cette théorie à partir d’une analyse quantitative des Eurobaromètres. A travers ses recherches, elle s’est intéressée à la situation actuelle qui combine une augmentation globale des interactions transnationales, ici comprises comme les interactions entre les individus des différents États membres, et un euroscepticisme plus élevé10. Elle évalue spécialement le degré d’« individual transnationalism », à savoir la manière dont un individu est impliqué dans des interactions transnationales, à partir de trois critères : ses origines, ses pratiques et son capital culturel. La libre circulation est à première vue comprise de manière assez large. A travers ses résultats, Theresa Kuhn nuance doublement la théorie de Karl Deutsch. D’une part, l’UE est impliquée dans un phénomène plus large de globalisation qui masquerait les avantages propres à l’UE. La nature des interactions, celles de nature instrumentale ou celles impliquant des contacts sociaux durables, est également à prendre en compte pour envisager leurs effets potentiels concernant le renforcement du transnationalisme11. D’autre part, comme Neil Fligstein l’a également mis en évidence, seule une partie limitée de la population participe réellement aux interactions entre les États membres12. Theresa Kuhn ajoute que les citoyens qui profitent de l’ouverture des frontières ont effectivement moins de chance d’exprimer un rejet à l’égard de l’UE, mais ceux-ci représentent une part limitée de la population européenne, ceux que certains appellent les movers13. Elle confirmerait ainsi d’autres études qui s’étaient déjà intéressées au fait que les migrants intra-européens développaient une identification à l’UE14, ou la voyaient, pour des raisons plutôt qualifiées d’utilitaires, comme une source d’opportunités15. Pour les individus qui ne profitent pas des interactions transnationales, la libre circulation peut être plutôt considérée comme induisant des effets négatifs dans leur quotidien16.

  • 17 Mau (Steffen), Social Transnationalism : Lifeworlds Beyond the Nation-State, London/New York, Routl (...)
  • 18 Ibidem.
  • 19 EUCROSS project, The europeanisation of everyday life : Cross-border practices and transnational id (...)
  • 20 Favell (Adrian), Reimer (David), « Winners and Losers ? Citizens and Sceptics ? European integratio (...)
  • 21 EUCROSS project, The europeanisation of everyday life, op. cit.
  • 22 Fligstein (Neil), op. cit.

10Les travaux de Steffen Mau ont plutôt mis en avant le concept d’européanisation horizontale17. Ces recherches montrent l’augmentation d’interactions variées impliquant cette fois les citoyens ordinaires, ceux que l’on considère habituellement comme les stayers. Les classes moyennes sont celles qui auraient le plus profité de l’intégration européenne, les classes sociales plus élevées auraient quant à elles de toute manière eu accès à cette opportunité indépendamment du processus d’intégration européenne18. En s’inspirant de cette recherche, le projet EUCROSS investigue, sur la base d’un échantillon de 8 500 citoyens dans six États membres et des pays tiers, le lien entre les multiples pratiques liées à la libre circulation (mobilité, relations sociales, communications et consommation de biens et services, capital humain) et les identités collectives19. Cette recherche part ainsi d’une conception élargie de la notion de libre circulation, qui n’est pas limitée à la mobilité physique des personnes à proprement parler. Les chercheurs se posent la question des effets pratiques de ces interactions pour les Européens « ordinaires », en termes de renforcement des valeurs liées au cosmopolitisme, comme le fait de reconnaître d’autres cultures ; d’accepter des responsabilités pour d’autres pays ; d’accepter que des institutions internationales soient les mieux adaptées pour s’occuper de certains problèmes20. Ils suggèrent qu’il existe un lien entre les pratiques transnationales et le développement de ces valeurs. Ils confirment qu’il existe bien des différences de situation qui sont fonction du niveau d’éducation et des classes sociales : les personnes issues de classes sociales plus élevées et les personnes les plus éduquées bénéficient en effet de plus d’interactions. Toutefois, le lien entre les pratiques liées à la libre circulation et le renforcement des valeurs cosmopolites est le plus fort au niveau des personnes appartenant aux classes sociales moins élevées. En outre, les pratiques liées à la libre circulation seraient beaucoup plus répandues parmi les classes sociales moins élevées qu’on ne le suggère généralement, par exemple dans certains pays tels qu’en Allemagne ou au Danemark21. Le simple phénomène de polarisation entre les classes sociales proposée par Neil Fligstein se trouve ainsi nuancé22.

  • 23 Kuhn (Theresa), 2011, op. cit., p. 828.
  • 24 Kuhn (Theresa), « Why educational exchange programmes miss their mark : crossborder mobility, educa (...)

11Il est à ce stade essentiel de réfléchir à quelques nuances concernant l’angle adopté par ces recherches. D’une part, même si les recherches de Theresa Kuhn viennent approfondir et nuancer la théorie proposée par Karl Deutsch, les rapports des citoyens à l’UE continuent d’être envisagés à partir de ceux qui bougent dans l’espace européen. Pour diminuer l’euroscepticisme, Theresa Kuhn suggère en effet d’étendre le public susceptible de profiter de l’augmentation des interactions23. En étudiant les effets des échanges Erasmus, elle parvient à la même conclusion. L’effet de ces séjours en termes de renforcement de l’identité européenne est limité, car ils s’adressent aux personnes les plus éduquées qui ont déjà en théorie une certaine relation à l’égard de l’UE24. D’autre part, le projet EUCROSS élargit l’acceptation de la notion de libre circulation à un ensemble de pratiques sociales et économiques. Elle n’est plus uniquement étudiée à travers la mobilité physique entre les frontières. Ce projet élargit également le spectre des effets qu’on peut attendre de ces pratiques. Il ne se limite pas à l’étude du lien entre ces pratiques et un sentiment d’appartenance à l’égard de l’UE, il les regarde plus largement en lien avec l’émergence de valeurs cosmopolites. Cette étude montre que le renforcement des valeurs cosmopolites de ces citoyens ordinaires profitant des multiples pratiques liées à la libre circulation n’induit pas un renforcement per se du lien ou de l’attachement à l’UE. Les liens entre libre circulation et attachement à l’UE ne vont pas de soi. La suite des recherches présentées ci-dessous apporte un regard complémentaire pour envisager ces relations.

  • 25 Cf. références mentionnées notamment aux notes de bas de page suivantes.

12Parallèlement à ces recherches, une deuxième porte d’entrée consiste à appréhender la libre circulation comme un cadre de perception mobilisé pour donner sens à l’UE. On ne vise donc pas à mesurer l’impact des usages de la libre circulation sur le rejet ou le soutien à l’égard de l’Union ; il est davantage question de comprendre comment la libre circulation est mobilisée quand les citoyens s’imaginent l’UE. Dans cette perspective, un ensemble de recherches qualitatives vise à comprendre à partir de quels éléments les citoyens se rapportent à l’UE. Ces recherches se rendent au plus près des citoyens pour comprendre ce que l’Europe leur fait. Alors que les éventuelles justifications de l’UE sont souvent analysées en partant d’en haut, de plus en plus de chercheurs s’y intéressent d’en bas. Au lieu d’évaluer la manière dont les décisions politiques sont prises ou comment les institutions fonctionnent à partir de critères normatifs, ces recherches s’intéressent plutôt à l’acceptation sociale de l’UE, au point de vue des citoyens. Sous cet angle, l’analyse est souvent fondée sur de grandes enquêtes quantitatives, le plus souvent menées à partir des Eurobaromètres. Les approches « microscopiques », et principalement qualitatives, ont l’ambition de compléter, voire d’éclairer d’un jour nouveau, ces grandes tendances. En n’omettant pas les postulats émis par les recherches quantitatives, ces recherches sondent de près les citoyens européens sur des terrains divers, à partir de questions et d’outils méthodologiques variés. Elles tentent d’élucider les processus fondant les logiques structurant les attitudes des individus à l’égard de l’UE et d’éclairer ainsi les corrélations avancées par les approches quantitatives. La complexité des rapports aux différents niveaux et formes du politique est appréhendée au-delà d’une explication en termes de soutien versus rejet.25 Pour revenir plus spécialement sur le niveau européen et le cadre de perception de la libre circulation, comme nous allons le voir, il se retrouve mobilisé dans les discours de différents groupes de citoyens sous différentes formes.

  • 26 Favell (Adrian), 2008, op. cit.

13D’une part, certaines recherches s’intéressent d’en bas aux movers pour relativiser leur attachement par défaut à l’UE. Par défaut, on entend l’idée que suite à l’usage du droit à la libre circulation, de leurs multiples rencontres dans les différents États membres, ces citoyens sont supposés développer des liens vis-à-vis de l’UE, voire une opinion favorable à son égard. Adrian Favell a ainsi réalisé des entretiens individuels auprès de ceux qu’il appelle des Eurostars, à savoir des professionnels issus des classes moyennes et supérieures qui sont installés dans un autre État membre (Londres, Amsterdam et Bruxelles)26. Il révèle le faible niveau d’intérêt pour l’UE alors que ces Eurostars semblent bénéficier directement des opportunités offertes par l’UE, plus spécialement à travers la libre circulation. Ces citoyens connaissent l’UE, mais ne s’y sentent pas concrètement attachés. Ces résultats contrastent avec les études Eurobaromètres dans lesquelles cette catégorie d’individus est principalement considérée comme « europhile ». Un écart apparaît ici entre la pratique et les cadres de perception.

  • 27 Diez Medrano (Juan), op. cit.
  • 28 Ce cadre de perception revient également dans d’autres recherches qui adoptent une perspective d’en (...)
  • 29 Duchesne (Sophie) et al. dir., Citizens’Reactions to European Integration Compared. Overlooking Eur (...)

14D’autre part, on peut mentionner les recherches qui investiguent les principaux cadres de perception mobilisés par les citoyens ordinaires, parmi lesquels l’on peut identifier le caractère important, voir central, du cadre de perception de la libre circulation lorsqu’il s’agit de parler d’Europe. Juan Diez Medrano éclaire en profondeur les logiques nationales structurant les attitudes des individus. En associant les résultats de recherches quantitatives à l’analyse de journaux, de discours publics, et d’entretiens individuels auprès des élites mais également de citoyens ordinaires au Royaume-Uni, en Allemagne et en Espagne, il met au jour les cadres propres à chaque État membre qui participent à la structuration des attitudes des citoyens27. La libre circulation est un des premiers cadres de perception mobilisés pour donner sens à l’UE28. La recherche menée par Sophie Duchesne et son équipe au sein du projet CITAE (Citizens talking about Europe) s’est intéressée quant à elle aux logiques sociales et nationales des attitudes à l’égard de l’UE à partir de la réalisation de 24 entretiens collectifs entre 2005 et 2006 au Royaume-Uni, en France et en Belgique29. Leur guide d’entretien amenait les individus à porter différents regards sur l’UE, à la fois synoptiques et focalisés sur des aspects spécifiques de l’intégration. Comme l’indique la référence explicite dans le titre de leur ouvrage Overlooking Europe, les citoyens sont en mesure de parler de l’UE, mais sans pour autant qu’elle ne fasse concrètement sens pour eux. La libre circulation revient encore une fois comme cadre de perception.

  • 30 Van Ingelgom (Virginie), op. cit., p. 132-134 ; Diez Medrano, op. cit., p. 30-31.

15Dans ces travaux, les chercheurs identifient les cadres de perception principaux des citoyens pour s’imaginer l’UE. Parmi les quatre grandes catégories qu’ils identifient, on retrouve « le marché commun », « les États sont trop petits », « la suppression des frontières » ou encore « la gouvernance ». La libre circulation fait partie de ces cadres principaux, codée comme « suppression des frontières »30. Ce cadre de perception se retrouve décliné de différentes manières dans les discussions. Il est principalement mobilisé de manière positive pour aborder l’avantage d’une mobilité facilitée par l’absence de contrôles aux frontières ou encore par l’existence de la monnaie unique dans les entretiens plus récents. Sous cet angle, la libre circulation mènerait pour certains participants à un renforcement de la compréhension entre les peuples. La libre circulation est aussi mobilisée pour exprimer une réticence – voire un rejet – de certains vis-à-vis du projet européen, notamment à travers la mention de l’immigration et de l’insécurité qu’elle engendrerait, ainsi que les problèmes d’inflation liés à l’Euro. Deux éléments ressortent de ces recherches : la libre circulation est un cadre de perception central dans la construction cognitive des citoyens à l’égard de l’UE, et celui-ci est surtout mobilisé, au moment où ces recherches sont menées en tout les cas, pour justifier positivement l’existence du projet européen.

16Au point suivant, on entend approfondir la compréhension de ce cadre de perception qui apparaît ainsi particulièrement important si l’on se fonde sur les recherches antérieures sus-mentionnées, et ce, à partir du matériau recueilli, et de son interprétation, auprès d’un groupe de citoyens : des jeunes à Bruxelles. Ce point de vue microscopique apporte une nuance intéressante pour revisiter ce cadre de perception. En plus des déclinaisons assez communément évoquées par les citoyens à son propos, tant de manière positive – possibilité de mobilité vers l’extérieur – que négative – concurrence économique –, on interroge surtout la mobilisation de ce cadre de perception pour expliquer et exprimer un certain éloignement à l’égard de l’UE.

II. Aborder l’UE d’en (par en-) bas

A. Six entretiens collectifs avec des jeunes à Bruxelles

  • 31 Pour des références sur la pertinence des focus groups pour la collecte et l’analyse des cadres de (...)

17Ce chapitre se base sur les données recueillies à Bruxelles, au cœur de ce qui est considéré comme la capitale de l’UE, autour de six entretiens collectifs – focus groups – menés entre octobre 2013 et mai 2014. Ceux-ci ont réuni au total 35 jeunes âgés de 16 à 26 ans provenant de six des dix-neuf communes de la Région de Bruxelles-Capitale. Les groupes étaient composés de quatre à sept personnes31. La libre circulation n’était pas l’objet principal de la recherche, celle-ci porte en effet plus largement sur les processus de légitimation à l’égard de l’UE. La thématique a émergé, comme l’analyse le montre dans la prochaine section, principalement dans la quatrième question (Qu’est-ce que l’Union européenne pour vous ?), là où les perceptions à l’égard de l’UE ont été le plus explicitement exprimées. L’objectif de ce chapitre est de s’arrêter sur la libre circulation à partir des données récoltées, de la prendre pour fil rouge de l’analyse. Avant de revenir sur le contenu des données, le choix du terrain de recherche nécessite quelques explications.

  • 32 Down (Ian), Wilson (Carole J.), « A rising generation of Europeans ? Lifecycle and cohort effects o (...)
  • 33 Ibidem.
  • 34 Muxel (Anne), L’expérience politique des jeunes, Paris, Presses de Sciences Po, 2001.

18Tout d’abord, s’intéresser aux jeunes permet d’envisager d’une certaine manière la sixième génération d’Européens, celle qui a grandi à une période où l’UE peut être expérimentée au quotidien à travers l’Euro ou encore l’espace Schengen32. L’UE, comme certains jeunes le mentionnent explicitement dans certains groupes, serait devenue « banale ». Des recherches antérieures ont abordé l’importance de la variable de l’âge dans le soutien à l’intégration européenne, soulignant qu’il faut à la fois tenir compte d’un effet génération et d’un effet cycle de vie33. Les positions d’une génération concernant l’UE sont intéressantes à investiguer et peuvent amener des indices concernant l’approfondissement futur de l’UE. La jeunesse constitue également un moment important en termes de socialisation politique34.

  • 35 Cette recherche vient en outre compléter les approches qui s’intéressent à l’UE à partir des indivi (...)

19Cette recherche s’organise dans un espace géographique limité : Bruxelles35. Les différences nationales dans les rapports à l’Europe ont été fortement documentées. Le « contrôle » de cette variable permet d’envisager la comparaison à d’autres niveaux afin d’investir des perspectives « nouvelles » ou d’approfondir celles existantes dans la compréhension des processus de légitimation. Cette recherche se veut ainsi ouverte au dialogue avec des recherches réalisées à d’autres niveaux, dans d’autres lieux ou à d’autres moments.

  • 36 Les participants ont été rémunérés pour leur participation (40 euros) pour permettre de recruter de (...)
  • 37 Pour des informations complémentaires sur chacune des communes présentes dans la recherche, voir le (...)

20Concernant la sélection des participants, elle se fonde sur deux éléments communs principaux : l’âge ainsi que la socialisation et la scolarisation à Bruxelles. Ensuite, les participants d’un même focus groupe sont issus d’une même commune de Bruxelles et si possible, dans le cas de communes fortement contrastées, du même quartier, afin de faciliter les échanges. On a toutefois veillé à ce que les jeunes ne se connaissent pas afin de mettre en place les conditions d’un débat public36. Des focus groups ont ainsi été organisés à Molenbeek, Saint-Josse, Anderlecht, Jette, Ixelles et Uccle. Le choix des communes a visé à toucher des publics avec différents profils socio-économiques et socio-culturels, mais qui sont relativement similaires au sein de chaque lieu d’enquête37. Sans prétendre à l’homogénéité des profils des individus issus de ces différents lieux, partir des communes permettait d’assurer le partage d’éléments au sein des groupes. Pour reprendre quelques éléments, les groupes de Molenbeek, Saint-Josse et Anderlecht rassemblaient plutôt des jeunes issus de familles au profil socio-économique « ouvrier », principalement de la seconde ou troisième génération d’immigration (Pakistan, Maroc). A Jette, le profil des participants était plutôt mixte avec des jeunes issus de la « classe moyenne » et un mélange entre des jeunes d’origine immigrée ou non. A Ixelles, les jeunes étaient issus de famille d’origines diverses, de « classe moyenne », voire « supérieure ». A Uccle, les jeunes étaient issus de famille de la « classe moyenne », voire « supérieure ».

21Sans prétention à la représentativité statistique mais recherchant tout de même la diversité et le contraste, l’approche qualitative vise ici à mieux comprendre comment l’Europe est perçue et représentée par des jeunes ou futurs « citoyens », deux d’entre eux n’ont pas une nationalité d’un État membre de l’UE. Ils ont tous en commun d’avoir été socialisés et scolarisés dans une ville en un sens « saturée » d’Europe, tout en ayant des trajectoires et des expériences de vie contrastées. Les noms des participants ont été modifiés dans la recherche, un effort a toutefois été réalisé pour conserver autant que possible l’origine des prénoms des individus.

  • 38 White (Jonathan), 2011, op. cit.

22Les questions ont été construites à partir de réflexions théoriques et sur base de recherches adoptant une approche similaire dans l’étude des rapports des citoyens au projet européen, à l’UE ou plus largement à l’Europe38. Elles ont été élaborées afin d’approcher différents éléments à la base des perceptions à l’égard du politique, notamment la satisfaction politique, la connaissance politique ou encore le rapport entre politique et identité. Ces questions visent à saisir comment les jeunes imaginent et construisent leur environnement politique et social. Le niveau politique européen se retrouve en effet discuté dans des questions plus larges relatives à leur rapport au politique. Même si le même protocole a été suivi dans chaque groupe, chacun d’entre eux constitue un terrain en soi avec ses propres et imprévisibles dynamiques de groupe. Dans tous les cas, les questions ont été les suivantes :

Question 1 (40 min) : Quels sont les problèmes les plus importants auxquels nous devons faire face aujourd’hui ?
Question 2 (20 min) : Qui devrait apporter des solutions à ces problèmes ?
Question 3 (25 min - matériel : photos des différentes institutions politiques (niveau local, régional, national, européen) qui se situent à Bruxelles et de deux lieux culturels et sportifs)
- Que représente chaque image ?
- Vous sentez-vous proches ou éloignés de (ce que représentent) ces images ? Pourquoi ?
Question 4 (30 min) : Qu’est-ce que l’Union européenne pour vous ? (matériel : rédaction de cartes par sous-groupes et discussion en groupe).
Question 5 (20 min) : Qu’est-ce qui permet d’identifier les groupes de personnes auxquels vous appartenez ?
Question 6 (30 min) : De quelle(s) entité(s) vous sentez-vous faire partie et pourquoi ? (matériel : cartes de la commune, de Bruxelles, de Belgique, d’Europe/de l’Union européenne, du monde).

23Guidée par les rencontres et les interactions au sein de chacun de ces groupes, je propose de rendre compte dans la prochaine section de la place accordée à la libre circulation quand les jeunes s’expriment à l’égard de l’UE. L’idée est d’entrevoir l’implicite et les discours qui se déploient dans les discussions pour penser de manière critique les discours officiels, comme ceux de la Commission, qui visent principalement à présenter la libre circulation en tant que principe fondateur de l’UE permettant de la justifier en soi.

B. La libre circulation dans les discussions : identification d’un cadre de perception

  • 39 L’analyse proposée dans ce chapitre se concentre donc sur des portions assez limitées des discussio (...)

24Pour suivre le thème de la libre circulation dans les discussions et appréhender les images et représentations de l’UE qui y sont liées, deux moments d’analyse se sont succédé39. Les passages où la libre circulation est directement mentionnée ont été identifiés par l’attribution du code thématique « libre circulation » dans un logiciel d’analyse qualitative (NVIVO dans le cas présent). Le nombre de fois où ce thème apparaît et l’espace occupé par chacun de ces échanges offrent un premier aperçu des discussions. Toutefois, c’est surtout l’analyse de l’articulation des débats dans le deuxième moment de l’analyse qui permet d’approfondir le contexte d’émergence de chaque passage et la manière dont cette thématique est mobilisée.

25A travers les six discussions, 21 passages de longueurs variables ont été codés. Il est important de souligner encore une fois que la plupart de ces passages se concentrent sur la quatrième question, celle-ci est directement orientée sur le niveau politique européen « Qu’est-ce que l'Union européenne pour vous ? ». Dans cette question, les participants devaient rédiger des cartes en ajoutant une évaluation (positive, négative, ambivalente) en sous-groupes ; ces cartes étaient ensuite discutées par l’ensemble du groupe. Dans le tableau 1 ci-dessous, mis à part dans le groupe de Saint-Josse, tous les groupes ont inscrit une ou plusieurs fois la thématique de la libre circulation sur les cartes. L’apparition de ce thème dans la plupart des groupes quand on focalise l’attention des jeunes vers l’UE permet de confirmer que la libre circulation reste un des éléments centraux pour s’imaginer l’UE.

Tableau I. Présentation des groupes et apparition du thème de la libre circulation dans les discussions

Tableau I. Présentation des groupes et apparition du thème de la libre circulation dans les discussions
  • 40 Le nombre mentionné entre parenthèses indique le nombre de passages qui ont été codés sous le code (...)
  • 41 Le tableau reprend les mots exacts rédigés par les participants sur chacune des cartes qui ont été (...)

Notes 40 41

  • 42 La troisième question n’est pas prise en compte dans ce comptage car lors de cette question des pho (...)

26Même si on focalise surtout sur la question 4 où le chercheur a directement posé une question sur l’UE, il y a lieu de mentionner que l’UE émerge aussi de manière spontanée dans la première partie des discussions. Dans la question 1 (« Quels sont les problèmes les plus importants auxquels nous devons faire face aujourd’hui ? ») et la question 2 (« Qui devrait apporter des solutions à ces problèmes ? »), 51 références au thème large de l’Europe apparaissent dans l’ensemble des groupes, 28 références sont faites à l’UE en tant qu’entité politique42. Les autres reprennent l’Europe comme une entité géographique (18 références) ou comme une entité culturelle (5 références). L’UE émerge dès lors dans tous les groupes sans avoir été introduite par défaut par l’animateur. Malgré tout, il ressort des discussions un éloignement, voire une méfiance, par rapport au politique, y compris le niveau européen – et non uniquement le niveau européen comme c’est souvent présenté –, méfiance s’accompagnant d’une reconnaissance de son importance dans l’organisation de la société. Les propos de Mariam illustrent bien ce constat :

(Extrait 1 – Anderlecht)
Mariam : On se sent proche au niveau des facilités du système [politique] qui a été mis en place plutôt que, de, le fonctionnement. On se, on se sent éloigné du fonctionnement, comment ça fonctionne.

III. La libre circulation dans les rapports de jeunes Bruxellois à l’UE : ce qu’ils en disent

27En partant d’abord de l’analyse de la persistance des significations attribuées au cadre de perception de la libre circulation identifiées par d’autres recherches (possibilité de mobilité vers l’extérieur et concurrence économique/sociale), on envisage ensuite comment la libre circulation est associée à un sentiment d’éloignement à l’égard de l’Europe. Dans la suite de ce chapitre, les passages codés dans chaque discussion en tant que « libre circulation » sont évoqués de manière chronologique afin de garder la cohérence de chacune des discussions et de ne pas les sur-utiliser.

A. Concurrence économique et sociale et/ou possibilité de mobilité vers l’extérieur ?

28L’unique référence directe à la libre circulation dans le groupe de Molenbeek est très courte et se situe dans la quatrième question. Les participants ont rédigé une carte en présentant la libre circulation comme un avantage pratique. Odomar mentionne l’avantage de l’absence de douanes pour circuler et Yassine complète en mentionnant « les facilités de passage entre les pays » grâce à l’absence de passeport. Les références sont moins directes concernant la concurrence d’autres migrants. A Saint-Josse (cf. extrait 2), la libre circulation est plutôt présentée de manière négative en référence aux migrants de l’Est qui viennent profiter des allocations sociales. Ils appréhendent la libre circulation à partir de la concurrence qu’ils perçoivent de la part de nouveaux migrants venant de pays européens. Un sentiment d’injustice est exprimé par ces jeunes. Ils mentionnent que ces nouveaux migrants ont trop facilement accès à un ensemble de droits auxquels leurs parents en tant qu’immigrés ont eu difficilement accès. Ils expriment également le fait que ces immigrés entrent directement en concurrence avec eux. L’expérience de la libre circulation pour ces jeunes se construit à travers l’expérience de cette concurrence et de ce sentiment d’injustice par rapport aux migrants de l’Est.

  • 43 Chaque commune (division administrative au niveau local en Belgique) dispose de son propre CPAS (Ce (...)
  • 44 Les trois points de suspension dans les citations indiquent une phrase inachevée dans les discussio (...)
  • 45 La « / » dans les citations indique le fait que les participants parlent en même temps dans les dis (...)

(Extrait 2, Saint-Josse)
Lila : Dans le CPAS [Centre public d’aide sociale43]…44 Le fait qu’on donne plus facilement le CPAS par exemple, à des gens des pays qui viennent de rentrer dans l’Union européenne comme par exemple la Roumanie et la Bulgarie. Et donc on voit tous ces gens qui sont rentrés il n’y a pas si longtemps…’Fin, oui, quand même, il n’y a pas si longtemps mais on voit tout, tout, les personnes qui viennent de la Bulgarie, de la Roumanie. Ils ont tous droit à un CPAS alors qu’une personne qui est née ici, en Belgique, et qui, qui…
Naima : Qui parle la langue.
Lila : Qui parle la langue qui est dans… Qui n’a pas les moyens de vraiment vivre…
Jordan : Qui même a travaillé pour son pays.
Lila : Voilà, qui même, voilà. Et qui n’a pas de droit, à ses droits. J’ai envie de dire. Parce que c'est son droit aussi. On est nés ici. Ils sont nés ici. On a travaillé pour eux. Et ne pas avoir le droit, c’est quand même… ne pas avoir ses droits, / c’est …
Jordan : / C’est frustrant…45
Lila : C’est frustrant. C’est ça, aussi, que je voulais dire.

29Dans les discussions du premier groupe (Molenbeek), l’accent est mis sur « la possibilité de mobilité vers l’extérieur, au sein de l’UE » en évaluant la libre circulation comme un élément positif, même si à d’autres moments de la discussion des références négatives à l’encontre des immigrations récentes arrivent en filigrane. Dans le second groupe (Saint-Josse), les jeunes soulignent surtout les problèmes de concurrence économique par l’arrivée de migrants en mentionnant directement un lien à la libre circulation. Un lien clair est établi avec l’UE qui est considérée comme « fautive » car elle permet l’existence de cette concurrence. Ces deux cadres de perceptions sont assez répandus lorsqu’on parle de libre circulation. Il ressort un lien fort entre la libre circulation et ses avantages ou désavantages en termes économiques.

30Dans la discussion menée à Anderlecht et contrairement à l’ensemble des groupes, la libre circulation est déjà mentionnée dans la première question par Bilal. Il l’introduit comme un problème à partir de la mention de l’élargissement de l’Europe à l’Est et l’affluence d’étrangers (cf. extrait 3). Tout comme à Saint-Josse, il apparaît une peur face à la concurrence des étrangers, principalement européens, sur le marché du travail et concernant la possibilité de bénéficier d’allocations sociales. Bilal fait le lien entre crise économique, ouverture des marchés à l’Est et chômage des jeunes en Belgique. Il est particulièrement intéressant de suivre comment cette thématique évolue au sein du groupe en fonction des interventions des participants.

(Extrait 3, Anderlecht)
Bilal : Moi, je voudrais revenir en fait sur le... la crise économique. Et avoir votre avis (en s’adressant aux autres participants) par rapport à l'élargissement de l’Europe. Est-ce que c’est pas plutôt ça qui enfonce les jeunes ici, à Bruxelles, qui ne trouvent plus de travail ? On augmente les, les pays...
Waleed : Ouverture du marché.
Bilal : Ouais. Et il n’y a plus d’emplois pour ceux d’ici. Et ils préfèrent les étrangers.

31Les immigrés, dans ce cas-ci ceux venant de l’Est, sont pointés du doigt par Bilal dans l’extrait 3. Nisrine vient nuancer la discussion en mettant en évidence les paradoxes du système économique, qui nécessite à la fois des travailleurs pour des emplois précaires « que personne n’accepterait », mais où ces mêmes personnes sont tenues responsables du manque d’emploi (cf. extrait 4). Elle prend l’exemple de ses parents qui ont émigré du Maroc pour appuyer ses propos. Ils étaient dans la même situation que celle des migrants de l’Est aujourd’hui.

(Extrait 4, Anderlecht)
Nisrine : Technicien de surface attention (rires). ’Fin, ça n’existe plus aujourd'hui. A l’époque, il y a 30 ans, c’était nos parents qui acceptaient ce genre de travail. Mais maintenant, nous, leurs enfants, euh, maintenant, nous, on a fait des études et cetera. On a tous des diplômes différents. On n'a pas envie, nous, aussi nécessairement de faire ça. Donc ce sera des Bulgares ou des Polonais etcetera qui vont venir chercher. Donc ce n'est pas vraiment vrai le fait que ce soit à cause d’eux que… Il n’y a plus de travail en Belgique.

32Nisrine propose de remettre le système économique en tant que tel en question au lieu de désigner les étrangers comme responsables. Waleed répond que la situation est différente : à l’époque de leurs parents il y avait du travail. Nisrine essaye de mettre en évidence qu’on ne peut pas faire le lien entre étrangers et absence de travail, il faut plutôt faire le lien avec la crise économique. Après l’intervention de Nisrine au début de l’extrait 5, les autres participants reformulent leurs propos. Bilal indique que le véritable problème est l’élargissement de l’UE à l’Est plutôt que « les Polonais qui viennent travailler ici » (cf. extrait 5). Il tente d’atténuer ses propos en indiquant ainsi que la source du problème ne vient pas directement des gens (« les Polonais »), il évoque plutôt le fait que le problème provient du phénomène d’élargissement. A travers la référence à un phénomène plus large, Bilal tente d’atténuer ses propos en ne pointant plus du doigt directement les migrants de l’Est. Toutefois, même énoncé d’une manière distincte, le problème évoqué reste similaire : la venue d’étrangers européens pose problème, elle induit une concurrence économique et sociale.

(Extrait 5, Anderlecht)
Nisrine : Non ce n’est pas les étrangers qui font que…
Waleed : Il n’y a pas de travail.
Nisrine : Voilà c’est ça. Ça a toujours été comme ça de tout temps. Et ce le sera encore de toute façon. Donc, la crise économique n’a pas vraiment de rapport avec le fait que… ça a… ça n’a vraiment pas de rapport. C’est, c’est basé sur autre chose. C’est pas…’Fin, on a joué avec notre argent. Je veux dire les banques si, si elles sont tombées en faillite c’est parce que… C'est, c’est l’argent de nos parents, des personnes qui ont travaillé qui, qui… Qui voilà, qu’ils ont perdu quoi.
Alexandre : Moi, quand je parlais de crise économique et tout ça. ’Fin, je ne parlais pas des étrangers qui venaient travailler en Belgique. Par exemple, l’Espagne elle avait un certain nombre de dettes, je pense. Et le fait est que plusieurs pays aient dû se mettre ensemble entre guillemets et essayent de rembourser cette dette fait que nous sommes…’Fin, je ne sais pas si tu vois ce que je veux dire ? (vers Nisrine)
Nisrine : Ouais, ouais.
Alexandre : C’est pas le fait que des Bulgares, des Espagnols.
Chercheur : Mais il y en a certains d’entre vous qui disaient ça. Pour Bilal, c’était…
Bilal : Non, ce n'est pas vraiment ça. Je disais… On élargit l'Europe, mais on sait très bien qu’il n’y a pas de boulot et on accepte d’autres pays et donc ça, ça augmentera plus le chômage. Mais pas par rapport à des Polonais qui viennent travailler ici, ça c’est pas vraiment le problème.

  • 46 Jamoulle (Pascale), Mazzocchetti (Jacinthe), Adolescences en exil, Louvain-La-Neuve, Academia-L’Har (...)

33Les propos de ces jeunes reflètent la construction d’une certaine frontière s’érigeant à l’encontre d’autres groupes d’individus aux caractéristiques socio-économiques similaires qui entrent en concurrence avec eux. Cette frontière est exprimée principalement à l’égard d’autres Européens dans cette discussion, à l’encontre des immigrations plus récentes de l’Est. Le regroupement des immigrés par phénotype ou origine ethnique a été mis en évidence dans différentes recherches comme stratégies pour faire parler de soi, et justifier sa propre situation46. Ils retournent les discriminations dont ils expriment faire l’objet à l’encontre de ces migrants. Cette frontière est également formulée à d’autres moments vis-à-vis d’autres groupes tels que « les Belges », en référence aux classes socio-économiques supérieures.

34A la suite de cette discussion et toujours à Anderlecht, Alexandre propose l’image du marché, non pas le marché intérieur mais plutôt « le marché du dimanche », pour se représenter l’UE. Il n’y a pas de frontières, ce qui est positif car cela permet d’aller acheter ce que l’on veut ailleurs. En même temps, il ajoute qu’« il y a trop de mouvements ».

(Extrait 6, Anderlecht)
Alexandre : Ouais, le premier papier à gauche « l’Union européenne est égale à un marché », ça me fait penser… Fin’, ça me fait penser à un marché, dans le sens où il n’y a pas de frontières. Donc, on peut aller comme bon nous semble, en Italie, en Espagne. En même temps, c’est bien. Mais en même temps, c'est pas bien. Dans le sens, il y a trop de mouvements, trop de mouvements au final. Je ne sais pas comment l'expliquer. Il y a un peu la pagaille, comme ça.

35Les propos d’Alexandre sont confus, on comprend quelques commentaires plus tard qu’il voulait parler de la problématique des Roms. Il s’interroge sur l’apport de ces personnes à leur pays d’accueil : « Quel apport ils ont en venant ici ? Rien. Fin’, moi tout ce que je vois c’est des gens mendier, salir la place de la commune… ». En s’adressant à Alexandre, Nisrine revient avec l’exemple de leurs parents (« Mais, tu vois, il faut faire très attention. Parce qu’il y a 30 ans, d’autres personnes ont eu les mêmes propos par rapport à nous »). Alexandre tente alors d’atténuer ses propos en indiquant qu’il y a une différence entre Roms et Roumains. Nisrine indique qu’elle comprend son point de vue. Elle ajoute que lorsqu’on essaye de se mettre à la place de ces individus, on se rend compte qu’ils n’ont pas choisi d’être là. Elle n’est pas réellement suivie dans son analyse par le reste des participants qui continuent à voir ces migrants à travers une image de concurrence.

36Dans ces trois groupes, la libre circulation est spécialement présentée dans son aspect négatif en tant qu’immigration intra-européenne, accompagnée principalement de conséquences négatives au niveau économique. Elle est vue comme source de concurrence. L’Angleterre est d’ailleurs présentée comme un exemple de réussite par certains participants. Elle a su tirer son épingle du jeu, en étant dans l’UE mais en n’ayant pas adopté l’Euro et en voulant aujourd’hui fermer ses frontières aux migrants de l’Est. Sur base de ces arguments, Nabila (Anderlecht) mentionne que « l’Angleterre, elle est intelligente ».

  • 47 Kaya (Ayhan), Kentel (Ferhat), Belgo-Turc. Pont ou Brèche entre la Turquie et l'Union européenne, F (...)

37Cette référence négative à la libre circulation n’est pas centrale dans les groupes d’Uccle et Ixelles. Elle se retrouve en partie à Jette comme nous allons le voir dans la prochaine section. Les jeunes qui parlent directement de la libre circulation en termes de concurrence sont ceux pour qui de tels effets sont les plus visibles au sein de leurs quartiers. Les jeunes qui ont participé aux groupes d’Anderlecht, de Molenbeek et de Saint-Josse sont issus de famille de deuxième ou troisième génération d’immigration. Comme d’autres travaux ont déjà pu le mettre en évidence47, la stigmatisation des vagues d’immigration plus récentes peut être comprise comme une réponse à leur propre situation. Certains participants expriment directement dans la première question le problème de la « discrimination », spécialement au sein des groupes d’Anderlecht et de Molenbeek, où ce terme est mentionné à de nombreuses reprises.

B. « On l’a [l’Union européenne] toujours connue »

38Dans le groupe de Jette, la discussion sur la libre circulation est introduite dans la quatrième question par la mention d’une carte « l’Union européenne protège ». Lucie et Nathan ont rédigé cette carte. La libre circulation est alors prise comme un exemple de protection offerte par l’UE. Toutefois, même si les participants reconnaissent ces avantages liés à la mobilité, au même moment, ils évoquent de nombreux désavantages liés au fait de faire partie d’une union de pays : l’obligation d’être solidaire et de payer pour les autres, la perte de souveraineté, etc. L’impression est alors qu’ils voient en l’UE quelque chose de particulièrement négatif. L’animatrice rebondit sur ces propos en demandant : « Vous préféreriez qu’il n’y ait pas d’UE ? ». Pour répondre à cette question, Nathan exprime son éloignement à l’égard du politique européen d’une manière intéressante. Il mentionne surtout la difficulté en tant que jeunes de valoriser une situation qu’ils ont toujours connue : « On a toujours vécu là-dedans. Donc finalement on ne peut pas comparer ce qui, ce qu’il y avait avant je pense. Donc, après, c'est peut-être pour ça qu’on est plus négatifs » (cf. extrait 7). En partant du thème de la libre circulation, Nathan mentionne la banalisation des avantages de la libre circulation ou de l’Euro pour pouvoir valoriser le projet européen.

(Extrait 7, Jette)
Nathan : C’est pas ça, mais il faut aussi prendre le contexte. On est tous jeunes. On a tous vécu, on n’a pas… L’union douanière, on l’a toujours connue. L’Euro à la limite, on a plus connu dans l’Euro que le Franc belge, quoi. Donc, euh, je suis sûr que tu poserais la même question à mes parents et tout, qui ont connu la Guerre froide et tout. Je suis sûr qu’ils seraient beaucoup plus pro-européens, je pense. En tout cas, pro-Union européenne entre guillemets. C’est nous. On a toujours vécu là-dedans. Donc finalement, on ne peut pas comparer ce qui, ce qu’il y avait avant je pense. Donc, après, c'est peut-être pour ça qu’on est plus négatifs. Mais après dans tout ce qui est fonctionnel, l’Europe. ’Fin c’est beaucoup de choses.

39Ce sentiment d’éloignement est exprimé de nouveau quelques minutes plus tard quand les participants de Jette continuent de discuter de l’ouverture des frontières. Gabriel se demande alors si le peuple a été consulté au départ lorsqu’on a pris la décision de mettre en place le projet européen. Lucie mentionne que peut-être « on a trop ouvert les portes de l’Union européenne ». Adil ajoute que les élargissements se sont faits sans qu’on ne demande vraiment l’avis aux gens. Nathan conclut : « c’est quelque chose qui s’impose à nous et on manque de prise dessus, c’est énervant ». La libre circulation est de nouveau une entrée pour discuter les justifications données à l’UE et exprimer l’éloignement de l’UE vis-à-vis des citoyens.

40On retrouve également dans ce groupe la perspective négative liée à la libre circulation, la concurrence économique et sociale, qui était déjà présente dans les groupes menés à Anderlecht et à Saint-Josse. Nour indique que la libre circulation, « c’est bien, on peut voyager », mais il y a également « trop de gens de l’Est qui viennent ici et prennent la place des gens ». Gabriel, qui est d’origine polonaise, vient nuancer la situation, tout comme Nisrine l’avait fait dans la discussion qui s’est déroulée à Anderlecht en s’appuyant sur son expérience singulière. Il indique que si les gens partent, c’est surtout parce que la situation dans leur pays est vraiment compliquée. Nour tente alors de reformuler sa position dans des termes qui lui semblent plus acceptables. Elle mentionne qu’il ne doit pas y avoir trop de mouvements, car il risque d’y avoir des problèmes de surpopulation dans les pays de destination. Elle s’inquiète aussi des conséquences concernant la population des pays d’origine (« Qui va rester en Grèce ? Qui va rester en Ukraine ? Il faut bien qu'on s'occupe de ces pays-là. Et, c’est aussi, si… ‘ Fin, la Grèce, c’est juste magnifique, donc, je me vois mal partir voir des Espagnols et pas des Grecs. ‘ Fin, je ne sais pas »).

41L’évolution de la formulation des propos de participants dans les discussions est particulièrement intéressante à relever. La richesse et la complexité des éléments à prendre en compte dans l’analyse ressortent bien dans ces moments de discussion plus polarisés. Gabriel conclut alors en indiquant que « le fait que les frontières [soient] ouvertes et que la main-d'œuvre tourne un petit peu partout » arrange finalement tout le monde. Les gens qui arrivent prennent les emplois que personne ne veut et ils ne demandent pas un salaire élevé (cf. extrait 8).

(Extrait 8, Jette)
Gabriel : Ouais, ils ont finalement le droit de faire ce qu’ils veulent. Ils voyagent. Comme tu as dit les frontières sont ouvertes, donc ils peuvent… Vu que c’est des Européens, et que l’Union européenne existe, ils peuvent aller faire ce qu’ils veulent. Aller où ça leur chante. Donc à mon avis, c’est pas un souci. Ça arrange tout le monde.
Chercheur : Qu’est-ce qui arrange tout le monde ? Qu’est-ce qui arrange tout le monde ?
Gabriel : Non, le fait que les frontières sont ouvertes et que la main-d’œuvre tourne un petit peu partout.
Nathan : Ouais. Les mouvements de population ça a toujours existé de tout temps. Depuis que l’homme existe il y a toujours eu des mouvements de population. Mais ce qui est marrant dans l’Europe, c’est que t’as deux entités qui s’opposent dans leur construction, dans leur logique. ’Fin, t’as l'État-nation : la Belgique, la France et tout. Puis, t’as ce grand ensemble européen où tout le monde peut voyager. Mais la citoyenneté européenne n’existe pas. Donc ça veut dire qu’on est d’abord citoyen belge. Donc tu peux être touriste en France, mais tu peux travailler en France si t’es, si tu viens d'un autre pays de l’Union européenne. L’idéal ce serait vraiment que tout le monde soit Européen point barre. A la limite Français, Belge, c'est le folklore quoi. C’est l’histoire d’avant. C’est ça qui est marrant. C’est qu’on a deux systèmes. ’Fin, deux entités politiques. ’Fin, deux constructions qui s’opposent et qui vivent ensemble. C’est ça qui est… dans l’Union européenne… C’est pris partout dans les grandes entités.

C. Un facteur de liens entre Européens ou d’éloignement de ceux-ci à l’égard de l’UE ?

  • 48 Pour un résumé des discussions académiques sur la notion d’identité européenne et son usage, voir :(...)

42Dans l’extrait qui précède (cf. extrait 8), Nathan considère le projet européen comme une évolution du niveau national. Le niveau national « c’est l’histoire d’avant ». La possibilité de bouger au sein de « ce grand ensemble européen » semble nécessiter selon lui une évolution des allégeances des citoyens vers le niveau européen (« l’idéal ce serait vraiment que tout le monde soit européen point barre ») pour en assurer le fonctionnement. Au même moment, il reconnaît aussi que « la citoyenneté européenne n’existe pas » (cf. extrait 8). Cette réflexion est toutefois largement minorisée dans les discussions. Lorsque l’animatrice demande à la suite de ce commentaire à l’ensemble des participants « Et vous ça vous irait de dire : “Maintenant vous êtes tous européens, vous n’êtes plus belges, vous êtes européens ?” ». La réaction de Lucie est : « faut pas exagérer ». Catherine répond que « ça me ferait bizarre ». Nathan complète alors en indiquant qu’il « faut vivre avec son temps ». Le remplacement de l’identité nationale n’est pas souhaitable pour les premiers alors qu’elle semble inévitable, voire indispensable, pour Nathan48.

43Passons maintenant à l’examen des propos recueillis dans le groupe qui s’est tenu à Uccle. La libre circulation est généralement présentée comme un élément qui devrait permettre aux citoyens de s’approprier aisément le projet européen, elle est pourtant clairement ici mobilisée pour faire sens d’un éloignement qui existe à son égard. La discussion sur la libre circulation est lancée en partant de deux cartes rédigées au début de la quatrième question : « libre circulation » et « marché commun ». Thomas propose de les rassembler en indiquant que l’une découle de l’autre, même s’il indique qu’il ne sait plus dans quel ordre il faut les mettre. Théo exprime son désaccord. La libre circulation, c’est avant tout pour les êtres humains. Les biens ne sont pas concernés, pour lui, ce sont juste les êtres humains. Julie reprend qu’elle voyait également dans le terme libre circulation le côté relationnel (« t’es européen, tu vas partout ») plutôt que la libre circulation des biens (cf. extrait 9). Nicolas indique quelques minutes plus tard que les deux sont à rattacher au libéralisme. Julie n’est pas d’accord, ce n’est pas la même chose d’ouvrir les frontières pour les « gens » ou pour les « choses ».

(Extrait 9, Uccle)
Théo : De toute façon. Libre circulation, c’est libre circulation. C’est pas des biens, pas la circulation…
Nicolas : Si, la circulation. T’as humain, t’as bien. T’as tout. Ça reprend tout, quoi.
Julie : / Oui, ça reprend tout. Mais l’idée que j’avançais, c’était au niveau des frontières, au niveau des relations
Nicolas : / Non, ouais d’office, d’office.
Julie : ’Fin, tu vois. Toi, t’es Européen, tu vas partout, tu vas pas…
Théo : Tout ce qui diminue le contrôle.

44Directement à la suite de la discussion précédente, l’animatrice rebondit sur la carte « n’évoque pas grand chose » rédigée par Sophie pour exprimer son rapport à l’UE. Dans ses explications, Sophie prend l’exemple de la libre circulation pour mentionner que c’est la seule chose qu’elle identifie de l’UE. La libre circulation n’est toutefois pas suffisante selon elle pour identifier un impact de l’UE dans la vie des citoyens et pour pouvoir valoriser concrètement l’UE (cf. extrait 10).

(Extrait 10, Uccle)
Sophie : Pour moi, clairement, tu me dis Union européenne. Ben, oui, je sais que ça existe. Je sais que c’est là. Je sais que ça joue un rôle. Mais, qu’est-ce que ça joue ? Qu’est-ce que ça fait ? Qu’est-ce que ça a comme impact sur moi ? Et, à part libre, libre circulation, ça je sais voilà. Mais après, au-delà de ça. Actuellement, ce qu'ils font ? Où on en est ? Moi j’avoue, je suis, je suis dépassée, quoi…
Théo : C’est vrai que moi, je suis complètement d’ accord.
Sophie : Et donc me, me, me… Comment dire ? Me positionner sur un truc. Est-ce que c'est bien ou c'est pas bien ? Je, j'avoue que j’en connais pas assez pour pouvoir le dire. Donc, je ne m’affirme pas à ce niveau-là. Et là, là, personnellement, je n’en ressens pas vraiment… plus la nécessité ou plus les, les impacts sur moi.

45La libre circulation est encore une fois, tout comme c’était le cas à Jette, une entrée pour discuter l’éloignement qu’ils perçoivent à l’égard du politique. Julie ajoute que la seule chose qui les touche ce sont les programmes Erasmus (cf. extrait 11).

(Extrait 11, Uccle)
Julie : Après, je connais pas. Je crois que cette notion-là [Union européenne] n’évoque pas grand-chose. Elle revient un peu pour tout le monde, parce qu'on se sent loin. Tout ça. Et parce que… A part, à part les prog… On va dire les projets Erasmus / …
Sophie : / Oui, c’est ça qui nous touche.
Julie : Qui nous touchent directement. On, on est loin, puis voilà.

46Pour en venir finalement aux discussions au sein du groupe d’Ixelles, le débat démarre au début de la quatrième question sur la recherche d’explications pour comprendre pourquoi certains pays font partie ou veulent faire partie de l’UE. Cette interrogation guide les réflexions des participants pour identifier les possibles sources de justification de l’UE. Ils mobilisent alors le cadre de perception de la libre circulation. Lorsque l’animatrice leur demande « qu’est-ce que l’UE finalement ? », Isabella résume la discussion en indiquant qu’elle a été mise en place pour « permettre aux gens de circuler librement, d’avoir une meilleure économie, de pouvoir se protéger ». Il ne faut toutefois pas être « trop nombreux », sinon ça « tue l’union ». La libre circulation reste ici centrale pour s’imaginer l’UE.

47La suite des discussions est particulièrement intéressante. Alors que Maël exprime clairement que la liberté de voyager et d’échange est essentielle et qu’elle lui a fortement facilité l’ensemble de ses voyages, Louis réagit en indiquant qu’elle amène de la ségrégation à l’égard de pays et de personnes qui ne font pas partie du groupe fermé et privilégié où cette possibilité de circuler librement est donnée. Les contours et frontières de l’UE se verraient ainsi renforcés de manière négative, devenant infranchissables. Dans ce contexte, la question émerge : l’UE est-elle finalement nécessaire pour autre chose que la liberté de circulation ? Si c’est le cas, Inaya suggère en rigolant : « Il n’y avait pas besoin d’appeler ça l’Union européenne, alors ». Inaya a l’impression que c’est finalement le seul bénéfice qui peut être attribué à l’UE (cf. extrait 12), mais il n’est pas suffisant pour justifier l’existence en tant que telle de l’UE.

(Extrait 12, Ixelles)
Maël : Moi, je trouve quand même que dans la zone où on est, c’est cool, parce qu’on peut voyager de l’un à l’autre très facilement. Et j’ai toujours de bons contacts avec tout le monde. Et je ne sens pas : « Ah il vient d’un autre pays, il faut faire attention quand je suis là ».’Fin, je sais pas.
Inaya : Alors, il n’y avait pas besoin d’appeler ça l’Union européenne, alors.
Maël : Bin.
Louis : (inaudible) /…
Inaya : J’ai l’impression qu’il n’y a que ça qui est bénéfique.
Maël : J’aime bien ça.
Inaya : Ah, mais non. C’est très bien, mais je veux dire. Il y a quoi d’autre, quoi ?

48Dans ces derniers passages, la libre circulation est abordée comme un bénéfice de l’intégration européenne, mais elle amène aussi à exprimer son éloignement à son égard. Elle ne serait pas suffisante pour justifier l’intégration européenne. En outre, elle est également présentée comme un risque de renfermement de l’UE sur elle-même à travers la définition d’un espace clos et d’exclusion des personnes extérieures à cet espace.

Conclusion

49Ce chapitre a mené à réfléchir à la place accordée à la libre circulation en tant que cadre de perception mobilisé par les jeunes dans leur manière de parler de l’UE. Ce cadre de perception a émergé dans les discours des jeunes, de manière assez spontanée – la recherche initiale ne posant aucune question directe à son propos. Le cadre de perception de la libre circulation est devenu commun, dans les deux sens du mot : parfois banal, parfois partagé.

50Dans les premières discussions évoquées à Anderlecht, Molenbeek ou Saint-Josse, la liberté de circulation amène à entrevoir l’UE sous un angle principalement négatif. Même si elle est aussi reconnue comme amenant une possibilité de mobilité vers l’extérieur, au sein de l’UE, elle est surtout perçue comme une source de concurrence économique et sociale à l’intérieur de la Belgique. Ces cadres de perception se sont assez largement retrouvés dans de précédentes recherches. Cette analyse met surtout l’accent sur une certaine prévalence de la perception négative et du lien aux désavantages économiques dans ces groupes de jeunes. La libre circulation est perçue comme engendrant une concurrence dans la vie quotidienne de jeunes issus principalement de familles d’origine immigrée et dont les conditions de vie sont modestes.

51La suite des discussions, à Ixelles, Jette ou encore Uccle, apporte un regard complémentaire sur la mobilisation de ce cadre de perception dans le discours de certains de ces jeunes. Au-delà de servir les évaluations positive ou négative à l’égard du projet européen, ce cadre de perception conduit aussi à exprimer un éloignement envers celui-ci. La libre circulation, même pour ceux qui en font usage, n’est pas une source suffisante pour justifier l’UE et créer les conditions pour l’émergence d’un sentiment d’appartenance à l’égard de l’UE. La liberté de circulation est mobilisée pour questionner l’utilité de l’UE en se demandant si elle est utile pour autre chose.

52A partir de ces éléments, on est amené à s’interroger sur la persistance du focus sur la libre circulation et sa présentation essentiellement comme l’un des bénéfices centraux de l’intégration européenne dans les discours officiels. La Commission suggère qu’elle est l’élément qui permet de rendre l’UE « tangible » pour les citoyens. La connaissance de ce droit et son usage par les citoyens permettraient de susciter l’émergence d’un sentiment d’appartenance, ou au moins un rapport concret, à l’UE. La Commission adopte une vision restreinte de la libre circulation qui est associée à la possibilité de mobilité vers l’extérieur, au sein de l’UE. Toutefois, la libre circulation dans ce sens restreint n’est réellement mise en pratique que par un nombre limité d’Européens (ce nombre dépend de la définition que l’on fait de la libre circulation). Ensuite, elle suscite clairement des images négatives au niveau macro et micro. Cette focalisation est dans une certaine mesure devenue contre-productive. Finalement, même si ce cadre de perception persiste pour justifier l’UE, la libre circulation ne semble pas suffisante pour répondre au questionnement de ces jeunes concernant les recherches de justifications du projet européen. La réaction de certains participants est en effet de l’utiliser comme moyen pour exprimer leur éloignement par rapport à l’UE.

  • 49 Aradau (Claudia), Huysmans (Jef), Squire (Vicky), « Acts of European citizenship : a political soci (...)

53Une redéfinition du cadrage des liens entre mobilité et UE semble nécessaire. Le lien entre mobilité et citoyenneté européenne est plus complexe qu’il n’y parait. L’approche de la mobilité adoptée par les institutions exprime une définition restrictive de la citoyenneté européenne49. Elle semble presque « exclure » certains citoyens peu mobiles de la définition de la citoyenneté européenne. Une acception plus nuancée de la notion de mobilité et de ses liens avec les perceptions de l’UE amènerait à mieux rendre compte de la complexité existante. Elle permettrait plus généralement d’intégrer le fait que les observations concernant les effets de la libre circulation pour penser l’UE ne doivent pas être limitées au mouvement entre les frontières. Comme cette recherche le montre, le cadre de perception de la libre circulation est associé à un plus grand nombre d’éléments, comme par exemple l’immigration ou encore la globalisation, dont l’articulation est à prendre en compte lorsque l’on parle du lien entre mobilité et sentiment d’appartenance à l’UE.

  • 50 Favell (Adrian), 2010, op. cit., p. 192.

54La focalisation principalement sur les avantages de la libre circulation, du point de vue institutionnel européen, voire même académique, pour rapprocher les citoyens de l’UE semble en décalage avec les discours que l’on a pu identifier au sein de ces différents groupes de jeunes qui abordent aussi ses difficultés. La relation entre la libre circulation et l’UE est compliquée à gérer, entre son statut de bénéfice central pour justifier l’intégration européenne et celui de proxy pour l’expression d’un éloignement à l’égard de l’UE ou voire même de remise en question. Elle est donc nécessaire à appréhender comme un ensemble. Le risque de focaliser sur les avantages de la libre circulation amène également à un « jeu de rhétorique dangereux » invitant à une comparaison des avantages entre le niveau européen et le niveau national50. Même sous cet angle, les propos recueillis ont montré que la libre circulation n’est pas suffisante en elle-même pour justifier l’UE.

55A l’instar de précédentes recherches, la libre circulation a globalement été identifiée dans les six groupes de discussion analysés comme un cadre de perception utilisé par les jeunes pour se représenter l’UE. Cette recherche amène toutefois à réévaluer la position privilégiée qui lui est accordée par certains chercheurs, ou encore par les institutions européennes elles-mêmes, qui voient dans celle-ci un moyen de rapprocher le projet européen des citoyens. Cette recherche démontre la complexité de la relation entre libre circulation et UE du point de vue des citoyens. Paradoxalement (ou non), le fait que la libre circulation soit devenue commune (dans le double sens), implique aussi que son rôle comme cadre de perception - frame - est compliqué à déchiffrer, et plutôt ambigu dans ses implications. Ce chapitre amène finalement à confirmer l’importance de recherches microscopiques afin de remettre en perspective certains usages, dont celui de la libre circulation qui est ici étudié, pour ainsi, peut-être, rendre compte des points de vue des citoyens et accepter leur complexité.

Bibliographie

Bibliographie

Aradau (Claudia), Huysmans (Jef), Squire (Vicky), « Acts of European citizenship : a political sociology of mobility », Journal of Common Market Studies, vol. 48, no 4, 2010, p. 945-965.

Baisnée (Olivier), « En être ou pas. Les logiques de l’entre-soi à Bruxelles », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 166-167, no 1, 2007, p. 110-121.

Barbour (Rosaline), Doing Focus Group, London, Sage Publication, 2007, 174 p.

Barslund (Mikkel), Busse (Matthias), Vargas-Silva (Carlos), Kaczmarczyk (Pawel), Baas (Timo), Izquierdo Peinado (Mario), Jimeno (Juan), Galgóczi (Béla), Leschke (Janine), « Labour mobility in the EU : dynamics, patterns and policies », Intereconomics, vol. 49, no 3, 2014, p. 116-158.

Belot (Céline), « L’Europe en citoyenneté. Jeunes Français et Britanniques dans le processus de légitimation de l’Union européenne », Thèse doctorale de science politique, Grenoble, 2000.

Commission européenne, Eurobaromètre Flash 365. Citoyenneté de l'Union européenne, Bruxelles, 2013.

—, Rapport de la Commission au Parlement européen, au Conseil, au Comité économique et social européen et au Comité des Régions. Rapport 2013 sur la citoyenneté de l’Union. Citoyens de l’Union : vos droits, votre avenir, COM(2013) 269 final, Bruxelles, 8/5/2013.

Deutsch (Karl), Nationalism and Social Communication. An Inquiry into the Foundations of Nationality, New York, Technology Press of Massachussetts Institute of Technology and Wiley, 1953, 292 p.

Diez Medrano (Juan), Framing Europe. Attitudes to European integration in Germany, Spain and the United Kingdom, Princeton/Oxford, Princeton University Press, 2003, 344 p.

Down (Ian), Wilson (Carole J.) « A rising generation of Europeans ? Life-cycle and cohort effects on support for “Europe” », European Journal of Political Research, vol. 52, no 4, 2013, p. 431-456.

Duchesne (Sophie), Frazer (Elizabeth), Haegel (Florence), Van Ingelgom (Virginie) dir., Citizens’ Reactions to European Integration Compared. Overlooking Europe, New York, Palgrave Macmillan, 2013.

Duchesne (Sophie) et Haegel (Florence), L’enquête et ses méthodes. L’entretien collectif, Paris, Nathan Université, 2004, 128 p.

EUCROSS project, The europeanisation of everyday life : Cross-border practices and transnational identifications among EU and third-country citizens, Final Report, Juin 2014.

Favell (Adrian), « European identity and European citizenship in three “eurocities” : a sociological approach to the European union », Politique européenne, vol. 30, no 30, 2010, p. 187-224.

—, Eurostars and Eurocities. Free Movement and Mobility in an Integrating Europe, Oxford, Blackwell, 2008, 206 p.

—, « The fourth freedom : theories of migration and mobilities in “neoliberal” Europe, European Journal of Social Theory, vol. 17, no 3, 2014, p. 275-289.

Favell (Adrian), Reimer (David), « Winners and Losers ? Citizens and Sceptics ? European integration and the spread of cosmopolitanism », Policy Brief D9.6 EUCROSS project, 2013.

Fligstein (Neil), Euroclash. The EU, European Identity and the Future of Europe, Oxford, Oxford University Press, 2008, 279 p.

Gatti (Emanuele), « Définir les expats : le cas des immigrés hautement qualifiés à Bruxelles », Brussels Studies, vol. 28, 31 août 2009.

Gaxie (Daniel), Hubé (Nicolas), de Lassale (Marine), Rowell (Jay) dir., L'Europe des Européens. Enquête comparative sur les perceptions de l'Europe, Paris, Economica, 2011.

Jamoulle (Pascale), Mazzocchetti (Jacinthe), Adolescences en exil, Louvain-La-Neuve, Academia-Harmattan, 2011, 379 p.

Kaya (Ayhan), Kentel (Ferhat), Belgo-Turc. Pont ou Brèche entre la Turquie et l’Union européenne, Fondation Roi Baudouin, Bruxelles, 2007.

Kriesi (Hanspeter), Grande (Edgar), Lachat (Romain), Dolezal (Martin), Bornschier (Simon), Frey (Tim), « Globalization and the transformation of the national political space : six European countries compared », European Journal of Political Research, vol. 45, no 6, 2006, p. 921-957.

Kuhn (Theresa), « Individual transnationalism, globalisation and euroscepticism : an empirical test of Deutsch› s transactionalist theory », European Journal of Political Research, vol. 50, no 6, 2011, p. 811-837.

—, « Why educational exchange programmes miss their mark : cross-border mobility, education and European identity », Journal of Common Market Studies, vol. 50, no 6, 2012, p. 994-1010.

—, Experiencing European Integration. Transnational Lives and European Identity. New York, Oxford University Press, 2015, 208 p.

Mau (Steffen), Social Transnationalism : Lifeworlds Beyond the Nation-State, London/New York, Routledge, 2010, 201 p.

Mazzocchetti (Jacinthe), « Sentiments d’injustice et théorie du complot. Représentations d’adolescents migrants et issus des migrations africaines (Maroc et Afrique subsaharienne) dans des quartiers précaires de Bruxelles », Brussels Studies, vol. 63, http://www.brusselstudies.be, 26 novembre 2012 (consulté le 20 novembre 2014).

Muxel (Anne), L’expérience politique des jeunes, Paris, Presses de Sciences Po, 2001, 192 p.

OCDE, Economic Survey of the European Union, 2012.

Rother (Nina), Nebe (Tina), « More mobile, more European ? Free movement and EU identity », in Recchi (Ettore), Favell (Adrian), Pioneers of European Integration : Citizenship and Mobility in the EU, Cheltenham, Edward Elgar, 2009, p. 125-155.

Severs (Eline), Mattelaer (Alexander), « A crisis of democratic legitimacy ? It’s about legitimation, stupid ! », in Lepoivre (Marc), Verhelst (Stijn), The European Elections : What is at Stake for the Citizens ? An Analysis of the EU’s Legitimacy and Policy Challenges, Gent, Academia Press, 2014, p. 25-38.

Van Ingelgom (Virginie), Integrating Indifference. A comparative, qualitative and quantitative approach to the legitimacy of European integration, Essex, ECPR Press, 2014, 236 p.

White (Jonathan), « A common European identity is an illusion », in Zimmermann (Hubert), Dür (Andreas), Key Controversies in European Integration, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2012, p. 103-111.

—, Political Allegiance after European Integration, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2011, 266 p.

Notes

2 OCDE, Economic Survey of the European Union, 2012, p. 13.

3 Commission européenne, Eurobaromètre Flash 365. Citoyenneté de l'Union européenne, Bruxelles, 2013, p. 30.

4 Ibidem, p. 5.

5 Favell (Adrian), « European identity and European citizenship in three “euro-cities” : a sociological approach to the European union », Politique européenne, vol. 30, 2010, p. 187-224.

6 Id., « The fourth freedom : theories of migration and mobilities in “neo-liberal” Europe », European Journal of Social Theory, vol. 17, no 3, 2014, p. 275-289 ; Barslund (Mikkel) et al., « Labour mobility in the EU : dynamics, patterns and policies », Intereconomics, vol. 49, no 3, 2014, p. 116-158.

7 Commission européenne, Rapport de la Commission au Parlement européen, au Conseil, au Comité économique et social européen et au Comité des Régions. Rapport 2013 sur la citoyenneté de l’Union. Citoyens de l’Union : vos droits, votre avenir, COM(2013) 269 final, Bruxelles, 8/5/2013, p. 2.

8 Diez Medrano (Juan), Framing Europe. Attitudes to European integration in Germany, Spain and the United Kingdom, Princeton/Oxford, Princeton University Press, 2003. p. 5.

9 Deutsch (Karl), Nationalism and Social Communication. An Inquiry into the Foundations of Nationality, New York, Technology Press of Massachussetts Institute of Technology and Wiley, 1953.

10 Kuhn (Theresa), « Individual transnationalism, globalisation and euroscepticism : an empirical test of Deutsch’s transactionalist theory », European Journal of Political Research, vol. 50, no 6, 2011, p. 811-837.

11 Id., Experiencing European Integration. Transnational Lives and European Identity, New York, Oxford University Press, 2015, p. 14.

12 Fligstein (Neil), Euroclash. The EU, European Identity and the Future of Europe, Oxford, Oxford University Press, 2008.

13 Favell (Adrian), Eurostars and Eurocities. Free Movement and Mobility in an Integrating Europe, Oxford, Blackwell, 2008.

14 Rother (Nina), Nebe (Tina), « More mobile, more European ? Free movement and EU identity », in Recchi (Ettore), Favell (Adrian) dir., Pioneers of European Integration : Citizenship and Mobility in the EU, Cheltenham, Edward Elgar, 2009, p. 125-155.

15 Kriesi (Hanspeter) et al., « Globalization and the transformation of the national political space : Six European countries compared », European Journal of Political Research, vol. 45, no 6, 2006, p. 921– 957.

16 Kuhn (Theresa), 2015, op. cit., p. 6.

17 Mau (Steffen), Social Transnationalism : Lifeworlds Beyond the Nation-State, London/New York, Routledge, 2010.

18 Ibidem.

19 EUCROSS project, The europeanisation of everyday life : Cross-border practices and transnational identifications among EU and third-country citizens, Final Report, Juin 2014.

20 Favell (Adrian), Reimer (David), « Winners and Losers ? Citizens and Sceptics ? European integration and the spread of cosmopolitanism », Policy Brief D9.6, EUCROSS project, March 2013, p. 8-9.

21 EUCROSS project, The europeanisation of everyday life, op. cit.

22 Fligstein (Neil), op. cit.

23 Kuhn (Theresa), 2011, op. cit., p. 828.

24 Kuhn (Theresa), « Why educational exchange programmes miss their mark : crossborder mobility, education and European identity », Journal of Common Market Studies, vol. 50, no 6, 2012, p. 994-1010.

25 Cf. références mentionnées notamment aux notes de bas de page suivantes.

26 Favell (Adrian), 2008, op. cit.

27 Diez Medrano (Juan), op. cit.

28 Ce cadre de perception revient également dans d’autres recherches qui adoptent une perspective d’en bas pour étudier les attitudes à l’égard du projet européen. On peut notamment mentionner le travail de Céline Belot mené à partir d’entretiens individuels auprès de jeunes en France et au Royaume-Uni, Belot (Céline), « L’Europe en citoyenneté. Jeunes Français et Britanniques dans le processus de légitimation de l’Union européenne », Thèse doctorale de science politique, Grenoble, 2000 ; la recherche de Jonathan White menée auprès de chauffeurs de taxis dans trois États membres, White (Jonathan), Political Allegiance after European Integration, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2011 ; le projet Concorde de Daniel Gaxie et son équipe, Gaxie (Daniel) et al. dir., L'Europe des Européens. Enquête comparative sur les perceptions de l’Europe, Paris, Economica, 2011.

29 Duchesne (Sophie) et al. dir., Citizens’Reactions to European Integration Compared. Overlooking Europe, New York, Palgrave Macmillan, 2013 ; Van Ingelgom (Virginie), Integrating Indifference. A comparative, qualitative and quantitative approach to the legitimacy of European integration, Essex, ECPR Press, 2014.

30 Van Ingelgom (Virginie), op. cit., p. 132-134 ; Diez Medrano, op. cit., p. 30-31.

31 Pour des références sur la pertinence des focus groups pour la collecte et l’analyse des cadres de perception des citoyens, voir Barbour (Rosaline), Doing Focus Group, Londres, Sage Publication, 2007 ; Duchesne (Sophie) et Haegel (Florence), L’enquête et ses méthodes. L’entretien collectif, Paris, Nathan Université, 2004.

32 Down (Ian), Wilson (Carole J.), « A rising generation of Europeans ? Lifecycle and cohort effects on support for ‘Europe’ », European Journal of Political Research, vol. 52, no 4, 2013, p. 431-456.

33 Ibidem.

34 Muxel (Anne), L’expérience politique des jeunes, Paris, Presses de Sciences Po, 2001.

35 Cette recherche vient en outre compléter les approches qui s’intéressent à l’UE à partir des individus liés au quartier européen pour s’arrêter aux autres lieux de cette ville. Par exemple, Baisnée (Olivier), « En être ou pas. Les logiques de l’entre-soi à Bruxelles », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 166-167, no 1, 2007, p. 110-121 ; Gatti (Emanuele), « Définir les expats : le cas des immigrés hautement qualifiés à Bruxelles », Brussels Studies, vol. 28, 31 août 2009.

36 Les participants ont été rémunérés pour leur participation (40 euros) pour permettre de recruter des gens qui sont généralement peu présents dans ce genre d’enquête pour différentes raisons (sentiment d’incompétence, méfiance à l’égard des institutions, manque de temps, etc.). Les annonces ont été envoyées à travers différents canaux. Les participants étaient informés que la discussion porterait sur des « problèmes de société », l’UE n’était pas mentionnée.

37 Pour des informations complémentaires sur chacune des communes présentes dans la recherche, voir le site « Monitoring des quartiers de la région de Bruxelles-Capitale » : https://monitoringdesquartiers.irisnet.be

38 White (Jonathan), 2011, op. cit.

39 L’analyse proposée dans ce chapitre se concentre donc sur des portions assez limitées des discussions. Elle se tient cependant après une longue appropriation de l’ensemble du matériel disponible à travers le visionnage, à plusieurs reprises, des enregistrements vidéo de chaque groupe de discussion, la retranscription intégrale des propos et la rédaction de notes de contexte et de synthèses des discussions. Ce travail d’appropriation participe intégralement à l’interprétation des données qui est proposée dans ce chapitre.

40 Le nombre mentionné entre parenthèses indique le nombre de passages qui ont été codés sous le code LC (libre circulation) dans chaque discussion. Ces passages représentent des pourcentages de mots codés qui varient dans chaque discussion, le pourcentage indique ainsi la proportion de mots codés sous le code LC dans la discussion. Par exemple, à Saint-Josse, il y deux passages qui sont codés LC. Ces passages représentent 3,23 % de la discussion totale. Ces données chiffrées sont données à titre indicatif, c’est avant tout l’analyse interprétative qui permet de replacer l’importance et l’articulation des propos tenus.

41 Le tableau reprend les mots exacts rédigés par les participants sur chacune des cartes qui ont été attribuées au code LC. Il y a eu au total 69 cartes, dont 7 reprenaient la libre circulation, qui ont été discutées dans l’ensemble des groupes durant la quatrième question : Saint-Josse (10), Molenbeek (10), Anderlecht (10), Jette (12), Ixelles (19), Uccle (10).

42 La troisième question n’est pas prise en compte dans ce comptage car lors de cette question des photos des différents niveaux politiques sont présentées aux participants. L’UE est donc directement introduite dans cette partie de la discussion en même temps que le niveau local, régional et national. Les 28 références à l’UE en tant qu’entité politique dans les questions 1 et 2 sont réparties comme suit : Saint-Josse (1), Molenbeek (12), Anderlecht (11), Jette (11), Ixelles (12), Uccle (4).

43 Chaque commune (division administrative au niveau local en Belgique) dispose de son propre CPAS (Centre public d’aide sociale) qui vise à fournir une assistance sociale aux personnes résidant légalement en Belgique et ne disposant pas de moyens de subsistance suffisants.

44 Les trois points de suspension dans les citations indiquent une phrase inachevée dans les discussions.

45 La « / » dans les citations indique le fait que les participants parlent en même temps dans les discussions.

46 Jamoulle (Pascale), Mazzocchetti (Jacinthe), Adolescences en exil, Louvain-La-Neuve, Academia-L’Harmattan, 2011, p. 313-318.

47 Kaya (Ayhan), Kentel (Ferhat), Belgo-Turc. Pont ou Brèche entre la Turquie et l'Union européenne, Fondation Roi Baudouin, Bruxelles, 2007 ; Mazzocchetti (Jacinthe), « Sentiments d’injustice et théorie du complot. Représentations d’adolescents migrants et issus des migrations africaines (Maroc et Afrique subsaharienne) dans des quartiers précaires de Bruxelles », Brussels Studies, vol. 63, www.brusselstudies.be, 26 novembre 2012 (consulté le 20 novembre 2014).

48 Pour un résumé des discussions académiques sur la notion d’identité européenne et son usage, voir : White (Jonathan), « A common European Identity is an illusion », in Zimmermann (Hubert), Dür (Andreas), Key Controversies in European Integration, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2012, p. 103-111. »

49 Aradau (Claudia), Huysmans (Jef), Squire (Vicky), « Acts of European citizenship : a political sociology of mobility », Journal of Common Market Studies, vol. 48, no 4, 2010, p. 945-965.

50 Favell (Adrian), 2010, op. cit., p. 192.

Table des illustrations

Titre Tableau I. Présentation des groupes et apparition du thème de la libre circulation dans les discussions
Légende Notes 40 41
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/3084/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 183k

Auteur

Chercheuse et doctorante au Centre de recherches en science politique (CReSPo) et à l’Institut d’études européennes (IEE) à l’Université Saint-Louis – Bruxelles. dans le cadre de l’Action de recherche concertée (ARC) Why Regulate ? Regulation, Deregulation and the Legitimacy of the EU. Ses recherches portent sur les perceptions des citoyens à l’égard du politique en général et de l’Union européenne en particulier, et adoptent un regard microscopique partant de la collecte de paroles de jeunes Bruxellois.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search