Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les frontières et la communauté politique

 | 
Florence Delmotte
, 
Denis Duez

Chapitre I. Des murs et des passages. Une approche socio-anthropologique de la frontière

Christine Schaut

Résumé

Scandé par l’histoire du lieutenant Drogo, héros triste et mélancolique du Désert des Tartares de Dino Buzzati qui se cogne tout à la fois à l’implacabilité des frontières et à leur surréalisme, le chapitre s’articule autour de différents moments. Dans un premier temps, il propose une définition de la double notion de frontière et de limite laquelle montre un double mouvement : à la fois sa dématérialisation et sa virtualisation au cours du temps et, dans d’autres contextes, le maintien de sa consistance spatiale au travers de la création de murs et autres forteresses. L’histoire récente de l’Europe face aux immigrants de l’Afrique et du Moyen-Orient l’illustre tragiquement. Ensuite l’article en propose une approche socio-anthropologique et soulève deux conceptions présentes dans des travaux en sociologie et en anthropologie, en particulier ceux liés à l’espace. L’une est forte ; la frontière-limite y est considérée comme la marque d’une opération excluante et différentialisante. L’autre est plus ouverte : si l’activité de délimitation reste une activité sociale fondamentale, elle est, d’une part, aussi considérée comme condition de possibilité d’interactions et d’échanges et, d’autre part, est l’objet de nombreuses opérations de reformulation, de transgression et de dépassement. Les deux opérations n’étant possibles que parce que l’une et l’autre existent. Dans un troisième et dernier temps, le chapitre s’intéresse à la pertinence et à l’actualité de la notion dans les sociétés contemporaines et en particulier dans les métropoles européennes. Il le fait à partir de l’étude d’une controverse surgie en France mais présente également en Belgique qui concerne le péri-urbain et son statut symbolique et montre la permanence de la conception dure et excluante de la frontière. En conclusion, le chapitre, inscrit dans la tradition interactionniste et ethnographique, propose d’aller voir de plus près en prenant la frontière et les limites comme objet en situation et en contexte.

Texte intégral

Introduction

  • 2 Buzzati (Dino), Le désert des Tartares, Paris, Pocket, 1994, p. 232.

Mais on ne vit pas avancer d’armée. Il ne restait à travers du désert des Tartares que le ruban de la route, singulier signe d’ordre humain dans cette séculaire solitude. L’armée ne vint pas donner l’assaut, tout cela sembla laissé en suspens, qui sait pour combien d’années2.

1Le lieutenant Giovanni Drogo est encore un très jeune lieutenant quand il rejoint le fort Bastiani situé aux confins montagnards de son pays et qui tient la frontière. De l’autre côté se trouve le désert d’où pourrait et d’où devrait surgir l’ennemi. Drogo y passera presque la totalité de sa vie, ne le quittant qu’à deux reprises. Il passera sa vie à attendre – son destin l’attend au nord, pense-t-il – et à espérer l’arrivée des ennemis, les Tartares, qu’il ne verra pourtant, au travers d’une longue-vue, que sous la forme de petits points noirs, dont on ne sait s’ils sont de l’ordre du rêve ou de la réalité. Peut-être ce qu’il voit n’est-il qu’un repli de terrain. A une seule reprise il croira à leur venue : le fort va enfin servir à quelque chose, pense-t-il alors. Pourtant, ils ne viendront pas, se contentant de tracer une route et d’inspecter la frontière. Leur probable arrivée, enfin, coïncidera avec le départ définitif du lieutenant. Malade, il est jugé inapte à combattre. La dernière scène se déroule dans la chambre d’une auberge. Drogo continue à attendre. Plus fidèle, la mort quant à elle viendra sûrement.

2Le propos de l’article est double. Dans un premier temps, il veut interroger la notion de limite et de frontière en sociologie et en anthropologie, en particulier en anthropologie de l’espace. Cette analyse, loin d’être exhaustive, met au jour deux conceptions de la limite et de la frontière. L’une est forte ; la limite y est considérée comme la marque d’une opération excluante et différentialisante. L’autre est plus ouverte : si l’activité de délimitation reste une activité sociale fondamentale, elle est, d’une part, aussi considérée comme condition de possibilité d’interactions et d’échanges et est, d’autre part, objet de nombreuses opérations de reformulation, de transgression et de dépassement. Dans un second temps, l’article s’intéresse à la pertinence et à l’actualité de la notion de frontière dans les sociétés contemporaines et en particulier dans les métropoles. Il le fait à partir de l’étude d’une controverse surgie en France mais présente également en Belgique, qui concerne le péri-urbain et son statut symbolique. Quant au livre, Le désert des Tartares, il tracera, par moments et en pointillés, les contours narratifs de notre propos.

I. Le choix des mots

  • 3 Le Robert, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Dictionnaire Le Robert, 1991.
  • 4 Groupe Frontière, « La frontière, un objet spatial en mutation », EspacesTemps. net, Travaux, 2004 (...)
  • 5 Ibidem.

3Si l’on se réfère au dictionnaire historique de la langue française Le Robert3, le mot « frontière » vient de « faire front » (1213), faisant référence à une place forte située face à l’ennemi. Elle désigne encore le front d’une armée. Si, jusqu’à la fin du Moyen Âge, la notion de frontière se lie encore à celles de confins et de marches, plus floues, incertaines, et surtout plus discontinues, la construction de l’État moderne la rigidifie en lui imposant les « principes de continuité et de cohésion territoriales4 ». Dès lors, la frontière exprime la limite entre deux États. Même si au même moment, soit à partir du XVIIe siècle, le mot désigne aussi la limite entre des domaines abstraits et concrets, sa définition géopolitique quant à elle perdure. La frontière est toujours la « limite de souveraineté et de compétence territoriale d’un État5 » et sous-tend l’exercice d’un pouvoir sur le territoire.

4Quant au mot « limite », toujours selon Le Robert, il vient du latin limes, qui signifie « chemin bordant un domaine », lequel, nous confie le dictionnaire historique, vient sans doute du mot limen, désignant le seuil. La limite désigne donc originellement une « démarcation entre territoires contigus ». Avec le temps, la notion devient elle aussi de plus en plus abstraite et multidimensionnelle. Elle peut marquer le début ou la fin d’un espace aussi bien que d’un temps (comme dans l’expression « limite d’âge »). Au contraire de la notion de frontière, la limite n’évoque pas a priori par son usage un soubassement géopolitique fort.

  • 6 Bigo (Didier), Bocco (Ricardo), Piernay (Jean-Louis), « Logiques de marquage : murs et disputes fr (...)
  • 7 Courrier International, « La carte des murs du monde », Courrier international, no 1253, 2014, htt (...)
  • 8 Le Goix (Renaud), « Les Communautés fermées dans les villes des États-Unis : Les aspects géographi (...)

5Au-delà des différences étymologiques et d’usage des termes entre la frontière et la limite, ce bref historique laisse apparaître des homologies de sens. Tout d’abord, à l’origine, les deux notions partagent une dimension spatiale voire matérielle forte : la forteresse garde la frontière en même temps qu’elle l’institue, tel le fort Bastiani aux portes du désert des Tartares, ou l’enceinte à l’intérieur de laquelle la ville européenne invente son histoire jusqu’à la révolution industrielle, qui remplacera cette enceinte par des boulevards, ou encore le chemin, creusé dans la terre, qui trace la limite entre deux terrains et les sépare… Cette matérialité qui se marque dans l’espace physique s’estompe parfois avec le temps alors que les notions de frontière et de limite s’élargissent et renvoient à des nouvelles dimensions. La dématérialisation au sujet de la frontière est évoquée pour marquer l’idée de sa virtualisation et de sa pixellisation6. Ce processus est néanmoins encore fortement contrebalancé par un mouvement inverse : en 2014, la revue Courrier International recense une cinquantaine de murs érigés ou en cours de construction dans le monde. Ce chiffre, ajoute le périodique, est en extension depuis la fin de la guerre froide7. Par ailleurs, les gated communities, ces quartiers privés souvent ceinturés de murs abritant des habitants sélectionnés par leurs pairs selon des critères d’âge et de revenu, ces entre-soi de personnes aisées séparés de leur environnement jugé insécurisant se multiplient aussi, d’abord principalement aux États-Unis et en Amérique Latine mais également en Europe8.

  • 9 Hannerz (Ulf), « Flows, boundaries and hybrids : keywords in transnational anthropology », Publish (...)

6Les deux notions ont aussi en commun l’idée de la séparation et de la distinction : entre soi et l’autre, entre le « nous » et le « eux », entre un État et un autre. Si elles renvoient donc de manière explicite à l’établissement de différences, elles peuvent aussi suggérer, en creux, l’idée de proximité même si celle-ci est le plus souvent conçue comme un frottement à éviter. Très vite, dès lors qu’il s’agit de frontières et de limites, surgit la perspective de l’interaction, de l’échange possible et du passage craint ou souhaité9. L’ambivalence et la complexité qui accompagnent cette double notion sont également perceptibles dans le traitement qu’en font la sociologie et l’anthropologie. Ces deux disciplines semblent en effet utiliser davantage la notion de limite pour parler de l’activité de marquage spatial et celle de frontière pour évoquer la délimitation géopolitique et de manière plus générale les activités construisant des distinctions sociales et symboliques. Mais l’entremêlement des deux notions, en sociologie urbaine et en anthropologie de l’espace notamment, est à ce point dense – l’opération visant à tracer des limites spatiales et géopolitiques n’ayant de sens que si elle est soutenue par une lecture sociale et symbolique du monde – que cet article prend le parti de les évoquer ensemble.

II. L’anthropologie et la sociologie de la limite et des frontières

  • 10 Paul-Lévy (Françoise), Segaud (Marion), Anthropologie de l’espace, Paris, Centre G. Pompidou - Cen (...)
  • 11 Ce travail de création de frontières et de catégorisation sociale et symbolique peut ne pas avoir (...)
  • 12 En français le mot sauvage vient du latin silvaticus, « fait pour la forêt ». S’il s’applique en p (...)
  • 13 Levi-Strauss (Claude), Race et histoire, Paris, Gonthier, 1982, p. 19.
  • 14 Levi-Strauss (Claude), Tristes Tropiques, Paris, Plon, 1955 in Paul-Levy (Françoise), Segaud (Mari (...)
  • 15 Berque (Augustin), « Le rural, le sauvage et l’urbain », Études rurales, 2011/1, no 187, p. 51-61.

7L’anthropologie conçoit le travail sur l’espace comme une opération fondamentale de toutes les sociétés humaines : « Toutes les sociétés […] ont affaire avec l’étendue, c’est-à-dire que toutes sont situées dans l’espace, dans un espace qu’elles particularisent et qui les particularise10 ». Parmi les types d’activités menées sur l’espace, l’opération de création et de marquage de limites et de frontières occupe une place importante. L’acte de marquer la limite, de faire frontière, a pour objectif de faire fondation et d’instituer le groupe ainsi constitué. L’opération de marquage institue l’humanité de soi, du groupe dont le soi fait partie et renvoie l’hors soi, l’hors nous, au sauvage, au barbare, et finalement à l’inhumain. Elle distingue un intérieur et un extérieur, un « nous » et un « eux » en même temps qu’elle les qualifie. Le soi et le nous sont dotés des qualités manquantes aux « eux » : l’humanité, le civilisé, la culture, le domestiqué11. Les autres, les « eux », qui sont au-delà de la frontière et de la limite, sont considérés comme des sauvages12 et des barbares, sans nulle trace d’humanité : « on préfère rejeter hors de la culture, dans la nature, tout ce qui ne se conforme pas à la norme sous laquelle on vit13 ». Les autres sont en quelque sorte naturalisés, autrement dit assimilés à la nature, aussi craints qu’elle ne l’est et tout autant à contrôler qu’elle doit l’être. La limite crée de la distinction et de la discontinuité là où la continuité et la proximité pourraient apparaître comme allant de soi. Or c’est bien l’abolition de la distinction qui est crainte et redoutée. La limite en tant qu’organisation spatiale, est, dit encore Lévi-Strauss dans Tristes Tropiques, le garant de l’identité du groupe Bororo14. La frontière peut se marquer naturellement comme dans le cas du passage entre la forêt et la campagne, elle peut aussi être le produit d’une activité humaine. Ainsi Rome est-elle fondée par le creusement par Romulus d’un sillon marquant sa limite et suffisamment sacré pour que Romulus tue son frère Remus parce que celui-ci par bravade et provocation ose le franchir15.

  • 16 Gottman (Jean), « Les frontières et les marches. Cloisonnement et dynamique du monde », in Kishimu (...)

8Cependant, cette perspective dualiste opposant de manière forte le « nous » aux « eux », le civilisé au sauvage, la culture à la nature – la nature étant peuplée de barbares qui ne peuvent recevoir le nom d’humains – et induisant une définition forte et excluante de la frontière, entendue ici comme une barrière16, doit être complexifiée au regard d’autres perspectives.

A. Des limites franches, fortes, inhospitalières et immuables, aux limites floues, échangeantes et mouvantes

9Par rapport à cette opposition forte que l’on vient d’évoquer, certains travaux anthropologiques souvent plus récents montrent bien que la manière de tracer les limites et la nécessité de les matérialiser ou non sont fortement liées aux contextes socio-politiques et aux systèmes symboliques dans lesquelles elles prennent place. Ils montrent aussi que ce traçage n’implique pas mécaniquement un processus de catégorisation et d’exclusion fortes et est constamment l’objet d’opérations de construction, de destruction, de reconstruction et de dépassement.

  • 17 Descola (Philippe), Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005, p. 13.
  • 18 Descola (Philippe), Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005, p. 61.
  • 19 Ibidem.

10Avec le travail mené par Philippe Descola et relaté dans son ouvrage Par-delà culture et nature, l’universalité de l’opposition entre le civilisé et le sauvage est questionnée : « elle ne possède pas l’humanité qu’on lui prête17 ». Descola propose là une autre manière d’aborder les rapports entre sauvage et civilisé en interrogeant l’universalisme de ce dualisme, occidental à ses yeux. Ainsi chez les peuples de nomades, chasseurs-cueilleurs de l’espace amazonien, dont les Achuars, les territoires se constituent par itinérance, les Achuars veillant davantage à se fondre dans l’environnement naturel qu’à le marquer de leur empreinte en le délimitant : « l’occupation de l’espace n’irradie pas à partir d’un point fixe, mais se déploie comme un réseau d’itinéraires balisés par des haltes plus ou moins ponctuelles et plus ou moins récurrentes18 ». Le territoire de chasse est parcouru sans relâche et présente des traces d’événements qui rétablissent des continuités expérientielles dans la discontinuité spatiale que représente l’itinéraire : des restes d’un camp abandonné, un lieu où on a été initié. Les temps d’itinérance alternent avec des moments de sédentarisation, moments de vie « sociale plus intense » et permettant « le déploiement des grands rituels collectifs19 ».

  • 20 Ibid., p. 76.

11Cette même proximité avec la nature se retrouve chez les Achuars sédentarisés qui eux aussi balisent leurs territoires de signes légers et discontinus. Nulle barrière ne marque leur jardin et ne le sépare de son environnement. La production des territoires Achuars ne repose donc pas sur une tension forte entre le sauvage et le domestique, la nature et la culture. Elle ne produit pas des limites conçues comme des barrières mais repose sur une forme de connivence avec l’environnement qui, loin d’être hostile, produit et figure le prolongement, le continuum qui existe entre les humains et les non-humains. Si occupation de l’espace il y a, elle ne se traduit pas par la volonté de dompter le sauvage et la nature qu’il représente soit en le domestiquant pour en manifester sa culturalisation, soit en le craignant, les deux opérations étant par ailleurs étroitement liées, la crainte de la nature poussant à sa domestication. Si occupation de l’espace il y a, elle se fait à l’aide de traces légères, discontinues, venant rappeler la biographie mouvante des individus Achuars et de leur groupe. D’autres exemples émaillent les propos de Philippe Descola. Ainsi à propos de la Chine ancienne, l’opposition souvent décrite par les voyageurs occidentaux entre la ville, siège des pouvoirs économique et politique, et la montagne est elle aussi à nuancer. La montagne est un lieu de ressourcement, de contemplation, les divinités y résident20.

  • 21 Ibid., p. 97.
  • 22 Descola (Philippe), Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005, p. 77.
  • 23 Ibidem.
  • 24 Ibid., p. 51.

12Ce bref voyage dans le temps et dans l’espace vise à démontrer que le travail de catégorisation entre culture et nature est une opération intellectuelle avant tout occidentale liée à la révolution scientifique qui inaugure la construction de la nature en objet, un objet « régi par des lois autonomes », à étudier comme tel et à maîtriser en lui imposant un travail de culturalisation consistant à lui donner un sens humain21. Ainsi le travail de défrichage, par les moines bénédictins, de la forêt, siège d’une « inquiétante altérité22 », peut-il être aussi lu comme une tentative d’en « exorciser la sauvagerie23 ». Plus loin, Descola interroge la construction du regard anthropologique et en particulier le poids qu’y prend l’ethnocentrisme : les anthropologues étudiant les sociétés premières pourraient avoir été tentés d’appliquer leur lecture dualiste du monde aux sociétés étudiées24. In fine ce travail de catégorisation, très construit et substantialisant, en dit peut-être plus du monde de l’anthropologue que du monde de celui que l’anthropologue observe.

  • 25 Bonte (Pierre), Anthropologie des sociétés nomades, cours, Université Paris 8, 2006, http://www.un (...)
  • 26 Claudot-Hawad (Hélène), « Nomades et État : l’impensé juridique », Droits et Sociétés, no 15, 1990 (...)
  • 27 Id., Touaregs. Apprivoiser le désert, Paris, Gallimard, 2002, p. 56.

13De la même manière que chez les Achuars, les nomades Touaregs construisent un territoire où les limites ne ressemblent guère aux habitudes occidentales25. Les nomades empruntent des chemins le long desquels se trouvent des pâturages qui appartiennent à leur tribu ou dont l’usage a été négocié avec les tribus possédantes. S’il y a conflit, il est réglé par le déplacement des trajectoires. Les limites des territoires sont aussi temporelles, fixées par les usages et les besoins des déplacements caravaniers. Ainsi dans le Sahara, les territoires sont réservés à certaines époques de l’année aux éleveurs de chameaux et à d’autres aux éleveurs de bovins. Selon Hélène Claudot-Hawad, la terre est davantage traversée qu’appropriée et cultivée26. A côté de ce territoire rayonnant, les Touaregs tracent aussi des espaces entre eux et le désert. Ils distinguent dans leur monde l’Essuf, l’extérieur qui est le désert, le vide. Il représente la solitude et le danger mais il est aussi stimulant, il est « l’éperon de la marche nomade27 » car il oblige constamment à aller de l’avant, à nomadiser. L’Ebewel, l’intérieur, est la tente qui constitue l’abri. Il désigne un monde connu et protecteur. C’est le monde de la femme alors que l’Essuf est celui des divinités, bonnes et mauvaises, que l’homme dont c’est le monde, doit apprivoiser. Si l’espace des Touaregs est loin d’être indistinct, s’ils y tracent eux aussi des limites, celles-ci sont mouvantes, constamment négociées avec les autres groupes et avec le désert qui les accueille.

14La limite, si elle n’est pas abrogée, parce que des traces même légères sont encore des traces, varie, s’assouplit. Elle se complexifie dès lors que l’on accepte de la regarder au plus près et à décentrer son regard. Est ainsi questionnée la définition univoque de la limite vue comme une barrière. La lecture dualiste fait place à l’ambivalence.

B. Ne jamais pouvoir se fermer entièrement, ne jamais pouvoir s’ouvrir entièrement

  • 28 Berque (Augustin), op. cit.
  • 29 Le Goff (Jacques), Pour l'amour des villes : Entretiens avec Jean Lebrun, Paris, Éditions Textuel, (...)
  • 30 Au point de s’y confondre. Berque nous apprend qu’en 1765, l’Encyclopédie de Diderot désigne la vi (...)

15En fait, à observer de plus près les usages et activités générées par la mise en application des notions de limite et de frontière, dans une perspective micro-sociologique et ethnographique, on se rend vite compte que les notions de limite et de frontière n’équivalent pas toujours ni partout, y compris dans les sociétés européennes, à celles de fermeture et de barrière. L’histoire des villes en témoigne. En Europe, dès la fondation de Rome, on l’a dit, la ville se constitue en se distinguant de la campagne et en la craignant. La campagne elle-même, née après la forêt et de son déboisement, se différencie d’elle et redoute les mystères que celle-ci recèle et les brigands qu’elle cache. Chacune de ces trois entités spatiales et symboliques s’oppose à l’autre en regard de sa dangerosité, de son étrangeté et de son inhumanité28. Se crée ainsi une hiérarchie spatiale, sociale et symbolique au sommet de laquelle se trouvent la ville et ses habitants, dotés de qualités supérieures aux habitants des autres espaces. Les termes de civilité et d’urbanité, dont l’usage perdure, en attestent. Ainsi durant le Moyen Âge le citadin se doit-il d’être meilleur chrétien que le paysan qui est méprisé par les acteurs urbains29. La ville témoigne de sa volonté de distinction et de sa crainte par l’enceinte30 qui l’entoure et s’agrandit avec elle jusqu’au milieu du XIXe siècle.

  • 31 Menjot (Denis), « Introduction. Les gens venus d’ailleurs dans les villes médiévales : quelques ac (...)

16Cependant, aucune de ces entités ne peut vivre sans échanger avec les autres. Pour des raisons économiques d’abord, la ville est le débouché des produits de la campagne et de ceux de la forêt transformés par les paysans. Les raisons de l’échange sont aussi politiques : la ville ouvre les portes à « ses » paysans en cas de forte insécurité ; des paysans y migrent pour pouvoir bénéficier des privilèges offerts par un seigneur quant à lui désireux de faire grandir la ville31. Elles sont aussi symboliques, chacun des termes ayant besoin de l’autre pour mieux se convaincre de sa singularité et de ses qualités. Cette nécessité de l’échange se manifeste matériellement par les portes d’octroi qui sont les portes de la ville et qui ouvrent la ville et ses marchés aux paysans en échange d’une taxe de passage. Si les « étrangers » peuvent se promener et commercer à l’intérieur des remparts des villes arabo-musulmanes, ils ne peuvent y résider et doivent donc loger dans les funduks situés aux marges de la ville, à ses portes. L’hospitalité se mêle au contrôle. L’enjeu du pouvoir urbain n’est donc pas tant de prôner la fermeture ou l’ouverture mais bien de prouver sa capacité à maîtriser les termes de l’échange. L’ambivalence de la limite est ici clairement suggérée.

C. L’ambivalence simmelienne

  • 32 Simmel (Georg), Sociologie. Études sur les formes de la socialisation, Paris, PUF, 1999, p. 607.
  • 33 Ibidem, p. 605.
  • 34 Lapierre (Nicole), « De Georges Simmel à Siegfried Kracauer », Communications, vol. 70, no 80, 200 (...)
  • 35 Simmel (Georg), op. cit., p. 609.
  • 36 Truc (Gérôme), « Simmel sociologue du cosmopolitisme », Tumultes, 2005/1, no 24, p. 49-77.

17Dans ses écrits, Georg Simmel a abordé la notion de frontière dans ses dimensions politique et sociale. Selon lui, « la frontière n’est pas un fait spatial avec des conséquences sociologiques, mais un fait sociologique qui prend une forme spatiale32 ». Loin d’être naturelle, elle est le résultat d’une construction sociale variant au gré des contextes. Elle n’en a pas moins force de réalité puisque son existence et ce qu’elle symbolise produisent des effets tangibles33 : elle crée de la cohésion interne à l’intérieur des communautés qu’elle sépare en même temps qu’elle les lie l’une à l’autre34. Selon Simmel, les frontières sociales, construites au cours d’interactions, sont une condition de coexistence des individus35. Mais, qu’elles soient sociales ou politiques, ces frontières, si elles paraissent indispensables pour tenir le monde et ses différents éléments, n’en sont pas moins mouvantes et ne préjugent en rien de la qualité des interactions entre les individus et les groupes qui se trouvent d’un côté ou de l’autre de leur tracé. L’idée de la plasticité et de la variabilité des contours de la frontière contient en elle-même l’idée de son dépassement, elle la rend possible36.

  • 37 Simmel (Georg), « Pont et porte », in Simmel (Georg), La Tragédie de la culture et autres essais, (...)
  • 38 Ibidem, p. 168.
  • 39 Ibid., p. 165 et 168.

18La métaphore à propos du pont et de la porte illustre parfaitement cette ambivalence et la complexité de la notion de frontière37. Le pont et la porte ont à première vue des fonctions différentes. Le pont unit ce qui est séparé alors que la porte divise ce qui est uni. Cependant, l’un et l’autre contiennent en eux-mêmes les fonctions inverses : le pont n’existe que parce qu’il y a séparation. Il la matérialise et la rend tangible. Quant à la porte, si elle divise, elle peut s’ouvrir et à nouveau rassembler et engager les individus dans des liens de sociabilité voire d’hospitalité. Son ouverture rend palpable la possibilité que chacun a de briser la limite38. « Nous sommes à chaque instant ceux qui séparent le relié et ceux qui relient le séparé […] Parce que l’homme est l’être de liaison qui doit toujours séparer, et qui ne peut relier que sans avoir séparé, il nous faut d’abord concevoir en esprit comme une séparation l’existence indifférente de deux rives, pour les relier par un pont. Et l’homme est autant l’être-frontière qui n’a pas de frontière39 ». La porte et le pont sont des symboles, l’un de division, l’autre d’union, mais à tout moment leur signification peut s’inverser. Ils représentent tant la possibilité de dépassement des frontières que celle de leur existence.

  • 40 A propos de la figure de « l’étranger », Simmel dit qu’il se situe dans un régime de proximité dis (...)
  • 41 Voir le site de France 24, « Le pont de la discorde », http://www. france24.com/fr/20120907-report (...)
  • 42 Samson (Michel), Une frontière française, Marseille, Wildproject Éditions, 2013.

19La notion d’ambivalence appliquée à la frontière est un outil de compréhension, y compris politique, du monde social. Ainsi elle permet d’étudier les moments et les contextes socio-politiques qui font varier les relations entre les pôles de fermeture et d’ouverture, de division et d’union et d’analyser les points de dépassement et les moments de bascule entre l’un ou l’autre des deux termes40. L’analyse simmelienne oblige aussi à dé-substantialiser les dualités et à aller les voir à l’œuvre sur place, en situation, au cœur des interactions et des situations. Un exemple puisé dans la géopolitique franco-brésilienne montre que, contrairement à ce que notre imaginaire conçoit, un pont supposé unir sépare dans les faits et que la séparation est bien plus importante que quand il n’existait pas, lorsque le fleuve Oyapock séparait la Guyane française et le Brésil et en marquait la frontière politique : « Jusqu’à présent, Brésiliens et Guyanais naviguaient librement d’une rive à l’autre. Mais depuis qu’un pont les relie, les contrôles aux frontières sont devenus permanents. Censé rapprocher la France et le Brésil, ce pont est aujourd’hui le symbole d’une incompréhension mutuelle41 ». Peu avant la construction du pont, un journaliste français, Michel Samson, avait étudié cette frontière française, en y vivant et en y enquêtant, tel un ethnographe. Il y avait décrit la richesse et l’épaisseur sociologiques de ce monde des confins où vivent des gens que l’on ne rencontre pas ailleurs, des orpailleurs, des contrebandiers, des gens qui profitent de la frontière pour faire des affaires, des policiers brésiliens et des gendarmes français qui scrutent avec plus ou moins de vigilance la frontière, des fonctionnaires français un peu oubliés de l’État, des peuples inconnus : le monde épais des bordures, de lisières et de passages incessants entre les deux rives42.

D. Une conception interactionniste de la frontière

  • 43 Barth (Fréderik), « Les groupes ethniques et leurs frontières », in Poutignat (Philippe), Streiff- (...)
  • 44 Ibidem, p. 295.
  • 45 Jeanpierre (Laurent), op. cit., p. 377.
  • 46 Barth (Fréderik), op. cit., p. 213.
  • 47 Poutignat (Philippe), Streiff-Fenart (Jocelyne), op. cit., p. 127.
  • 48 Barth (Fréderik), op. cit., p. 214.
  • 49 L’histoire de l’immigration en atteste.
  • 50 Barth (Fréderik), op. cit., p. 204.

20Simmel fera école. En posant le regard au cœur des interactions humaines qu’il nomme des « actions réciproques » et qu’il faut analyser en situation en dé-substantialisant les faits sociaux, il ouvre la voie à l’interactionnisme américain. Dans son article « Les groupes ethniques et leurs frontières » écrit en 1969, l’anthropologue norvégien Fréderic Barth propose une lecture interactionniste de la frontière sociale, en particulier de la frontière ethnique43. Selon lui, l’ethnie ne peut être définie comme tend à le faire l’anthropologie de l’époque par des traits culturels substantiellement caractérisables, comme un tout clos aisément identifiable et homogène et qui justifierait l’existence de la frontière. Pour Barth, elle est le produit d’un travail incessant, constamment remis sur l’établi, de catégorisation de soi-même et des autres, de construction, de maintien, de renforcement ou au contraire d’assouplissement et de dépassement des frontières entre des groupes sociaux et culturels. Cette activité de différenciation, de dichotomisation mais aussi de rapprochement s’accomplit dans des situations d’interactions, d’interdépendances et de contacts entre groupes44. Le succès de ce travail passe par le fait que les désignations opérées paraissent aller de soi et que les traits culturels qu’elles produisent sont naturellement accolés aux individus et aux groupes à qui elles s’adressent. C’est parce qu’il s’agit de faire frontière, de se distinguer, que se construisent des processus d’incorporation ou au contraire d’exclusion, de production de différences présumées qu’il s’agit de naturaliser en les faisant apparaître comme « vraies ». La construction de frontières est dans le monde social une « opération cognitive fondamentale » de catégorisation45. C’est elle qui définit le groupe, et non les traits culturels qu’elle véhicule46. Elle est fondamentale parce qu’elle instaure au creux des interactions entre les groupes ethniques des pratiques routinières, donne du sens aux conduites, permet d’organiser des oppositions47 et définit les codes d’être ensemble et des manières d’être qui paraissent d’autant plus réconfortantes qu’elles sont prévisibles et stables48. Pour Barth les frontières ethniques subsistent malgré les contacts, la perméabilité des frontières et la mobilité d’un groupe à l’autre. Un outsider, un individu ou un groupe, peut devenir un insider ; d’autres groupes d’outsiders seront alors désignés tandis que la frontière entre les « nous » et les « eux », elle, subsistera49 : « Les frontières persistent en dépit des personnes qui les franchissent50 ».

  • 51 Jeanpierre (Laurent), op. cit., p. 394.

21Ainsi Barth convie le chercheur à porter son regard non sur les prétendues caractéristiques culturelles propres à chaque groupe ethnique, vu comme une entité homogène et close par nature, mais bien sur la nature et les modalités des interactions et des opérations de catégorisation qui se passent entre les groupes pour donner existence et poids à la frontière. Comme le souligne justement Laurent Jeanpierre, il invite non pas à regarder le « cœur des groupes » mais à se poster à leurs marges et à leurs frontières51 pour assister aux activités que ces groupes et ces individus y mènent pour constamment inclure ou exclure, pour se donner à voir aux autres ou pour se cacher d’eux ou encore pour passer par-dessus les frontières. Cette lecture interactionniste pousse à étudier la frontière comme un espace-temps construit au cœur d’interactions concrètes en situation de coexistence, soit-elle fragile, et d’échanges. Barth et Simmel ont en commun de prendre acte de la frontière – la produire est une activité qui « occupe » les individus et les groupes – et de lui donner un sens social, celui d’organiser les interactions et leurs limites. En analysant de près les modalités de sa construction, ils en font une activité humaine ordinaire qui peut se révéler excluante et stigmatisante, mais aussi parfois simplement ordonnatrice des interactions quotidiennes.

III. L’actualité sociologique de la frontière dans l’espace urbain contemporain

  • 52 Boltanski (Luc), Chiapello (Ève), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.
  • 53 Sassen (Saskia), The Global City : New York, London, Tokyo, Princeton, Princeton University Press, (...)

22Peut-on encore parler de frontières dans un monde « connexionniste »52 ? Ce monde qui repose sur les nouvelles technologies de la communication, sur les flux et la virtualisation des échanges, s’inscrit dans un processus de globalisation qui proclame l’ouverture des frontières politiques et économiques et qui inaugure un nouveau règne de l’urbain, du point de vue économique et politique mais aussi parce que la forme urbaine s’étend quasiment à l’infini, au point que l’on en vient à parler d’« urbanisation du monde », compte tenu de la diffusion de l’urbain dans des périphéries de plus en plus éloignées de la ville centrale. Ainsi la ville globale, articulée autour de réseaux mondiaux, supplanterait les États-nations53.

  • 54 Agier (Michel), La condition cosmopolite. L’anthropologie à l’épreuve du piège identitaire, Paris, (...)
  • 55 Schaut (Christine), « La meilleure façon de marcher. Une analyse des rapports inégaux à la mobilit (...)

23Dans ce contexte, on pourrait douter de l’actualité des notions de limite et de frontière. Pourtant, à y regarder de plus près, le monde connexionniste n’en a pas fini avec la frontière, il la réinvente et lui donne d’autres formes. La ville globale qui en est l’expression spatiale la plus achevée n’y échappe pas. Ainsi Boltanski et Chiapello étudient un monde contemporain qui ne fonctionne que parce qu’il y a, pour le servir, des immobiles, ou des trop-mobiles, les sans-domicile fixe, les sans-papiers, qui n’ont pas accès aux réseaux qui font le monde et qui vivent encastrés dans certains quartiers ou dans les interstices et les marges des villes. Ceux-là sont confrontés de la manière la plus rude aux frontières sociales et symboliques de la société urbaine54. Saïd, 18 ans, habitant un quartier populaire de Bruxelles, en dresse le constat de manière lucide quand il dit : « Les gens sont dans la lune, et nous on est toujours là à discuter, dans la rue du quartier… On s’ennuie, dans un coin, nulle part où aller55 ».

  • 56 Berque (Augustin), op. cit., p. 55.
  • 57 Le poème d’Émile Verhaeren, « Les campagnes hallucinées », suivi de « Les villes tentaculaires », (...)

24Quand la ville se constitue, elle impose un nouvel ordre du monde et se met à distance de la campagne. Celle-ci devient « hors-monde »56, sauvage. Et si l’on voit émerger un discours anti-urbain, particulièrement virulent dans la deuxième partie du XIXe siècle au moment où la ville s’industrialise, qui va exalter les vertus de la campagne en même temps qu’il en pleure la disparition57, ce discours soutient et manifeste encore la permanence de l’opposition. C’est toujours au nom de son caractère naturel, sauvage et non culturalisé que la campagne y est encensée.

  • 58 Secchi (Bernardo), Première leçon d’urbanisme, Marseille, Éd. Parenthèses, 2006.
  • 59 Mangin (David), La ville franchisée, Paris, Éditions de la Villette, 2004.
  • 60 Augé (Marc), Non-lieux, Paris, Le Seuil, 1992.
  • 61 Lévy (Jacques), « La France des marges s’est fait entendre le 22 avril », Le Monde, 25 avril 2012  (...)

25La ville du XXe siècle s’étend, aidée par l’avènement de l’automobile et des transports publics. On évoque la périurbanisation ou la rurbanisation des campagnes. Alors que le modèle urbain se diffuse58 et que tout semble se mettre à ressembler sinon à la ville du moins à de l’urbain, y compris les modes de vie et les comportements, que devient la tension entre la ville et la campagne ? N’est-elle pas désuète, voire dépassée ? L’analyse de la controverse qui a eu lieu en France suite à la parution, en février 2010, dans l’hebdomadaire Télérama d’un article titré « Halte à la France moche » et bénéficiant de la première page du magazine apporte des éléments de réponse. La couverture du numéro exhibe une photo représentant une route où circulent quelques voitures et où les bords sont occupés anarchiquement par des zones commerciales. N’y manquent même pas les pylônes électriques. L’article recense les méfaits de la périurbanisation en s’appuyant essentiellement sur l’ouvrage, La ville franchisée, écrit par un urbaniste, David Mangin59. La disqualification du péri-urbain a recours à plusieurs registres de justification. En premier lieu, elle est esthétique : la périphérie est « moche », elle est remplie de « métastases péri-urbaines ». Les panneaux y défigurent les paysages campagnards. La disqualification est aussi écologique : la ville diffuse est particulièrement dispendieuse en énergies et en espaces, chacun y réclamant une « villa quatre façades » et faisant la part belle aux zonings commerciaux. L’étalement urbain est également critiqué pour des raisons morales, voire politiques. Le péri-urbain figure la contrainte, l’individualisme égoïste contemporain, le développement de non-lieux60, la normalisation des comportements, l’homogénéisation des formes architecturales et leur appauvrissement, la marchandisation des villes et, encore, le développement d’entre-soi. La mise en cause du modèle de la ville diffuse peut aussi compter sur le discours de certains géographes, tels Jacques Lévy et Christophe Guilly, qui voient dans la vie en péri-urbain un facilitateur du développement de comportements anti-démocratiques, typiques de la droite extrême61. Ainsi, dans ses travaux, Jacques Lévy développe le concept de « gradient d’urbanité », lequel se définit à partir des critères de densité et d’altérité, sociale, culturelle et fonctionnelle : le péri-urbain, s’il fait sans doute mieux que les Causses de la Lozère et le plateau de l’Aubrac en terme d’urbanité, figure bien loin derrière le centre de Paris.

  • 62 Berque (Augustin), op. cit., p. 60.

26Ces opérations de disqualification trouvent un écho dans l’anthropologie de l’espace. Ainsi Augustin Berque critique-t-il la ville diffuse précisément parce qu’elle ne permet plus de penser et de faire limite (forte). L’urbain diffus est acosmique, dit-il. Il ne peut pas faire monde car il n’en dresse plus les contours et donc ne l’institue plus. Dans ce cas il ne « peut pas exister62. » Ainsi, même si cette lecture s’en prend à un troisième et nouveau terme, celui du « périurbain », dont l’apparition pourrait à première vue remettre en cause la symbolique de la dualité culture/nature, il me semble au contraire qu’elle la perpétue, en creux, en s’en prenant au péri-urbain et à ses habitants au nom du danger de dissolution qu’ils font courir à la naturalité de la campagne et à l’urbanité de la ville. L’entre-deux que le péri-urbain représente n’est ni la ville ni la campagne, il « adoucit » et par-là nie l’opposition entre les deux, jugée constitutive de notre monde. Comme si l’atténuation de la limite risquait de faire disparaître non seulement chacun des deux termes mais aussi ce qu’ils contiennent. Hors du dualisme point de salut.

  • 63 Secchi (Bernardo), « La ville diffuse. Le grand territoire de demain », Techni.cités, no 155, 2008 (...)
  • 64 Riviere (Jean), « Sous les cartes les habitants. La diversité du vote des périurbains en 2012 », E (...)
  • 65 Charmes (Eric), Launay (Lydie), Vermeersch (Stéphanie), « Le péri-urbain, France du repli ? », La (...)
  • 66 Grosjean (Bénédicte), Urbanisation sans urbanisme. Une histoire de la « ville diffuse », Bruxelles, (...)
  • 67 Dumont (Marc), « Penser la ville incertaine : périmètres et interstices », Espacestemps.net, Objets (...)
  • 68 Pirson (Jean-François) et Marchal (Florence), La limite comme chemin, Bruxelles, Espaces.Regards, 2 (...)

27« Même si ces maisons ne nous plaisent pas forcément, vivre ainsi n’est pas un crime63. » A ces opérations de disqualification succèdent des tentatives de requalification empruntant elles aussi au vocabulaire de l’esthétique et valorisant la beauté de l’ordinaire ou l’esthétique du désordre. Certaines recherches sociologiques et géographiques64 révèlent quant à elles des formes de sociabilité se construisant dans les espaces périurbains et loin de l’entre soi, de l’égoïsme et de la culture du refus de l’altérité. Si le périurbain n’est pas la ville centrale, il n’en est pas moins une « ville autre65 ». D’autres tentent de démonter le lien spatialiste existant entre espace et formes sociales, selon lequel il y aurait une correspondance parfaite entre, d’un côté, homogénéité sociale, dépendance et pauvretés culturelles, individualisme négatif et espace péri-urbain et, de l’autre côté, entre hétérogénéité sociale, culture, personnalité et identité urbaines fortes, reconnaissance des altérités, altruisme et ville centrale. Pour ces sociologues et urbanistes attentifs à ce que la ville diffuse produit réellement, la reconnaître c’est admettre que quelque chose existe au-delà du périphérique parisien et du ring bruxellois66. Aux yeux de certains d’entre eux les franges de la ville constituent un lieu d’intervention urbanistique à même de renouveler la conception des espaces habités67. Des artistes, tel Jean-François Pirson, les arpentent pour y découvrir ce que la ville centrale tente d’enfouir68.

  • 69 Aux termes historiques de ville et de campagne s’adjoindrait le périurbain, difficilement catégori (...)

28Cette controverse, trop vite évoquée ici, renvoie, semble-t-il, à deux conceptions du monde. La première actualise la dualité ville/campagne, en introduisant un troisième terme, celui de « péri-urbain » lequel réactive la nécessité quasi ontologique de la limite entre la ville, siège de l’urbanité et de la culture, et la campagne, siège de la naturalité69. Cette conception clive et catégorise les lieux – d’une part la bonne et vraie ville, de l’autre la mauvaise et fausse ville – et leurs habitants – d’une part les altruistes, les civils, les urbains, de l’autre, les égoïstes, les incivils. La seconde conception est plus ouverte. Elle aborde les espaces et leurs habitants sans les catégoriser normativement et tente de dépasser la vision dualiste. Elle pousse à mettre en débat ce qui semble aller de soi et à inventer une nouvelle manière de penser la complexité des rapports que les hommes entretiennent entre eux et avec les espaces qu’ils produisent et s’approprient.

Conclusion

29Cet article avait comme ambition d’ouvrir à la complexité et à l’ambivalence de la double notion de la frontière et de la limite. Les travaux sociologiques et anthropologiques cités prennent acte de son existence sociale et symbolique. A côté des indignations légitimes liées à la construction de frontières excluantes et du désir, partagé par l’auteure, de les voir abolies, la socio-anthropologie voit l’opération de délimitation comme une activité cognitive fondamentale, visant à mettre de l’ordre dans le monde, à y créer des repères et à le rendre prévisible et apprivoisable. Cependant, la manière dont cette double notion est traitée varie dans le temps et dans l’espace. Le temps actuel valorise la production de frontières vives et tendues.

  • 70 Wolfe (Alan), « Democracy versus Sociology : Boundaries and their Political Consequences », in Lam (...)

30Entre une vision structuraliste et une vision interactionniste, entre une approche macro-sociologique et une approche micro-sociologique, au ras des usages et des expériences, entre une frontière envisagée comme un mur, dans une perspective dualiste, et une frontière envisagée comme une porte au sens simmelien du terme, la complexité de la notion de frontière et des réalités qu’elle charrie surgit. L’analyse se fait hésitante et ardue. Cette complexité invite pourtant à aller plus loin dans l’analyse de la frontière et de la limite pour en étudier les contours et les modalités de production concrète, en situation, en prenant ces notions comme un objet de recherche à part entière. L’on verra ainsi que leur tracé est ambivalent, bougeant selon les contextes, et qu’il est lui-même objet de tensions, de controverses, mais aussi de négociations et d’arrangements locaux entre les acteurs chargés de le produire. Tantôt il se tend, éloigne, nie, s’inscrit dans une logique d’exclusion où la distinction s’appuie moins sur l’autre que sur sa négation, tantôt il s’ouvre, se construit en pointillé, se rapproche et devient perméable à l’autre, humain ou non-humain. L’approche socio-anthropologique doit aussi donner envie de prendre la frontière comme terrain d’enquête pour en étudier toute la chair et l’épaisseur et faire le pari qu’elle révèle un monde dense de liens fait de rapprochements et d’éloignements, d’assemblements et de différences. « Boundaries are both here to stay but also here to be crossed70 ». De la nécessité de s’installer aux limites et aux frontières pour étudier les conditions à la fois de leur existence et de leur dépassement.

  • 71 Buzzati (Dino), op. cit., p. 132-133.
  • 72 Ibidem, p. 137.
  • 73 Ibid.
  • 74 Ibid., p. 151.
  • 75 Ibid., p. 160.

31Le lieutenant Drogo et ses collègues soldats ne cessent de scruter, en vain, le désert d’où des étrangers devraient surgir. Ce n’est qu’avec l’idée de leur venue que la vie a du sens aux yeux de Drogo et des habitants du fort. C’est d’ailleurs ce qui les réjouit quand ils croient les apercevoir : « Cette fois, ça y est, je crois que ça y est !, lui dit le commandant Matti avec l’un de ses sourires ambigus […] Dans le grand silence on entendait seulement la respiration profonde des officiers […] Filimore eut la brusque certitude que les étrangers étaient vraiment des ennemis, décidés à violer la frontière71.» Un pli de l’état-major arrive, il s’agit en fait d’un détachement de l’État du nord, chargé d’établir la frontière comme l’armée à laquelle appartient Drogo l’a fait quelques années auparavant : « il avait bien senti ça, dès le début le colonel Filimore. Il savait bien que ce ne pouvait pas être des ennemis : il n’était pas né pour la gloire72 ». Un peu plus tard, puisque l’armée du nord juge bon de visiter de près la frontière, le colonel envoie certains de ses hommes dans la montagne délimiter le seul endroit de la frontière qui n’est pas borné, « non point qu’il ait une importance stratégique […] car là-haut une guerre ne pourra jamais se développer73 ». Les soldats envoyés se dépêchent pour arriver avant ceux du nord, qui sont partis avant eux. Drogo et ses collègues soldats les aperçoivent au sommet. Étonnamment, les soldats du nord leur conseillent un chemin : « Vous n’arriverez pas à monter par là. Il faut monter par la crête74 ! ». Les soldats dépêchés par le colonel Filimore refusent la corde que leurs supposés ennemis leur lancent. Ils ont l’impression qu’ils se moquent d’eux. Pour ne pas perdre la face, l’un d’entre eux continue à avancer sous la neige vers la cime. Il en mourra. Après son enterrement, les « jours s’écoulèrent de nouveau, semblables à ce qu’ils étaient avant75 ».

Bibliographie

Bibliographie

Agier (Michel), La condition cosmopolite. L’anthropologie à l’épreuve du piège identitaire, Paris, La Découverte, 2013, 240 p.

Augé (Marc), Non-lieux, Paris, Le Seuil, 1992, 115 p.

Barth (Fréderik), « Les groupes ethniques et leurs frontières », in Poutignat (Philippe), Streiff-Fenart (Jocelyne), Théories de l’ethnicité, Paris, PUF, 1995, p. 203-249.

Berque (Augustin), « Le rural, le sauvage et l’urbain », Études rurales, 2011/1, no 187, p. 51-61.

Bigo (Didier), Bocco (Ricardo), Piernay (Jean-Louis), « Logiques de marquage : murs et disputes frontalières, Cultures et Conflits, no 73, 2009, p. 7-13, http://conflits.revues.org/17484 Boltanski (Luc), Chiapello (Ève), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999, 843 p.

Bonte (Pierre), Anthropologie des sociétés nomades, cours, Université Paris 8, 2006, http://www.univ-paris8.fr/sociologie/fichiers/bonte-cours.pdf

Buzzati (Dino), Le désert des Tartares, Paris, Pocket, 1994, 267 p.

Charmes (Eric), Launay (Lydie), Vermeersch (Stéphanie), « Le périurbain, France du repli ? », La vie des Idées, 2014, http://www.laviedesidees.fr/Le-periurbain-France-du-repli.html

Claudot-Hawad (Hélène), « Nomades et État : l’impensé juridique », Droits et Sociétés, no 15, 1990, p. 229-242, http://www.reds.msh-paris.fr/publications/revue/pdf/ds15/ds015-08.pdf

—, Touaregs. Apprivoiser le désert, Paris, Gallimard, 2002, 144 p.

Courrier International, « La carte des murs du monde », Courrier international, no 1253, 2014, http://www.courrierinternational.com/node/1174352.

Descola (Philippe), « Le monde, par-delà la nature et la culture », La recherche. Actualité des sciences, no 373, 2004, http://www.larecherche.fr/savoirs/entretien/philippe-descola-monde-dela-nature-culture-01-04-2004-76561

—, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005, 640 p.

Dumont (Marc), « Penser la ville incertaine : périmètres et interstices », Espacestemps. net, Objets, 2006, http://www.espacestemps.net/articles/penser-la-ville-incertaine-perimetres-et-interstices/

France 24, « Le pont de la discorde », http://www.france24.com/fr/20120907-reporters-oiapoque-pont-discorde-fleuve-france-bresil-guyane-francaise-controlesfrontieres-incomprehension,27/9/2012.

Grosjean (Bénédicte), Urbanisation sans urbanisme. Une histoire de la « ville diffuse », Bruxelles, Éd. Mardaga, coll. « Architecture, Ville et Paysage », 2010, 349 p.

Groupe-Frontière, « La frontière, un objet spatial en mutation », EspacesTemps.net, Travaux, 2004, http://www.espacestemps.net/articles/la-frontiere-un-objet-spatial-en-mutation.

Guilly (Christophe), Fractures françaises, Paris, Bourin Éditeurs, 2010, 186 p.

Hannerz (Ulf), « Flows, boundaries and hybrids : keywords in transnational anthropology », Published in Portuguese as « Fluxos, fronteiras, híbridos : palavras-chave da antropologia transnacional », Mana, no 3 (1), 1997, p. 7-39, http://www.transcomm.ox.ac.uk/working%20papers/hannerz.pdf

Jeanpierre (Laurent), « Frontières », in Christin (Olivier) dir., Dictionnaire des concepts nomades en sciences sociales, Paris, Métailié, 2010, p. 365-395.

Lamont (Michèle), Fournier (Marcel) dir., Cultivating Differences : Symbolic Boundaries and the Making of Inequality, Chicago, University of Chicago Press, 1992, 364 p.

Lapierre (Nicole), « De Georges Simmel à Siegfried Kracauer », Communications, vol. 70, no 70, 2000, p. 47-58.

Le Goff (Jacques), Pour l'amour des villes : Entretiens avec Jean Lebrun, Paris, Éditions Textuel, 1997, 160 p.

Le Goix (Renaud), « Les Communautés fermées dans les villes des États-Unis : Les aspects géographiques d'une sécession urbaine », L'Espace Géographique, no 30.1, 2001, p. 81-93.

Le Robert, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Dictionnaire Le Robert, 1991.

Levi-Strauss (Claude), Tristes Tropiques, Paris, Plon, 1955, 404 p.

—, Race et histoire, Paris, Gonthier, 1982, 130 p.

Levy (Jacques), « La France des marges s’est fait entendre le 22 avril », Le Monde, 25 avril 2012.

Mangin (David), La ville franchisée, Paris, Éditions de la Villette, 2004, 399 p.

Menjot (Denis), « Introduction. Les gens venus d’ailleurs dans les villes médiévales : quelques acquis de la recherche », in Quertier (Cédric), Chila (Roxane), Pluchot (Nicolas) dir., « Arriver » en ville. Les migrants en milieu urbain au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2013, 329 p.

Paul-Levy (Françoise), Segaud (Marion), Anthropologie de l’espace, Paris, Centre G. Pompidou-Centre de Création Industrielle, 1983, 345 p.

Pirson (Jean-François), Marchal (Florence), La limite comme chemin, Bruxelles, espaces.regards, 2008, 64 p.

Poutignat (Philippe), Streiff-Fenart (Jocelyne), Théories de l’ethnicité, Paris, PUF, 1995, 304 p.

Rivière (Jean), « Sous les cartes les habitants. La diversité du vote des périurbains en 2012 », Esprit, 2013/3 - Mars/Avril, pp. 34-44.

Samson (Michel), Une frontière française, Marseille, Wildproject Éditions, 2013.

Sassen (Saskia), The Global City : New York, London, Tokyo, Princeton, Princeton University Press, 1991, 480 p.

Schaut (Christine), « La meilleure façon de marcher. Une analyse des rapports inégaux à la mobilité contemporaine », Clara architecture/recherche, Marche et espace urbain de l’antiquité à nos jours, no 1, 2013, p. 155-163.

Secchi (Bernardo), « La ville diffuse. Le grand territoire de demain », Techni.cités, no 155, 2008, p. 8-18.

Secchi (Bernardo), Première leçon d’urbanisme, Marseille, Éd. Parenthèses, 2006, 155 p.

Segaud (Marion), Anthropologie de l’espace, Paris, Armand Colin, 2007, 224 p.

Simmel (Georg), « Pont et porte », in Simmel (Georg), La Tragédie de la CULTURE et autres essais, Paris, Rivages, 1988, p. 161-168.

Simmel (Georg), La grande ville et la vie de l’esprit, Paris, Payot, 1988, 112 p.

—, Sociologie. Études sur les formes de la socialisation, Paris, PUF, 1999, 780 p.

Télérama, Halte à la France moche, no 3135, 13 février 2010.

Truc (Gérôme), « Simmel sociologue du cosmopolitisme », Tumultes, 2005/1, no 24, p. 49-77.

Verhaeren (Émile), Les campagnes hallucinées. Les villes tentaculaires, Paris, Gallimard, 1982, 158 p.

Wolfe (Alan), « Democracy versus Sociology : Boundaries and their Political Consequences », in Lamont (Michèle), Fournier (Marcel) dir., Cultivating Differences : Symbolic Boundaries and the Making of Inequality, Chicago, University of Chicago Press, 1992, p. 309-324.

Notes

2 Buzzati (Dino), Le désert des Tartares, Paris, Pocket, 1994, p. 232.

3 Le Robert, Dictionnaire historique de la langue française, Paris, Dictionnaire Le Robert, 1991.

4 Groupe Frontière, « La frontière, un objet spatial en mutation », EspacesTemps. net, Travaux, 2004, http://www.espacestemps.net/articles/la-frontiere-un-objet-spatial-en-mutation, p. 1.

5 Ibidem.

6 Bigo (Didier), Bocco (Ricardo), Piernay (Jean-Louis), « Logiques de marquage : murs et disputes frontalières, Cultures et Conflits, no 83, 2009, p. 7-13, http://conflits.revues.org/17484

7 Courrier International, « La carte des murs du monde », Courrier international, no 1253, 2014, http://www.courrierinternational.com/node/1174352

8 Le Goix (Renaud), « Les Communautés fermées dans les villes des États-Unis : Les aspects géographiques d'une sécession urbaine », L'Espace Géographique, no 30.1, 2001, p. 81-93.

9 Hannerz (Ulf), « Flows, boundaries and hybrids : keywords in transnational anthropology », Published in Portuguese as « Fluxos, fronteiras, híbridos : palavras-chave da antropologia transnacional », Mana, no 3 (1), 1997, p. 7-39, http://www.transcomm.ox.ac.uk/working%20papers/hannerz.pdf ; Jeanpierre (Laurent), « Frontières », in Christin (Olivier) dir., Dictionnaire des concepts nomades en sciences sociales, Paris, Métailié, 2010, p. 365-395.

10 Paul-Lévy (Françoise), Segaud (Marion), Anthropologie de l’espace, Paris, Centre G. Pompidou - Centre de Création Industrielle, 1983, p. 28.

11 Ce travail de création de frontières et de catégorisation sociale et symbolique peut ne pas avoir de fin : ce qui est jugé hors nous par les « nous » peut à son tour refaire différence avec d’autres.

12 En français le mot sauvage vient du latin silvaticus, « fait pour la forêt ». S’il s’applique en premier lieu aux animaux carnassiers vivant dans la nature, non défrichée en opposition à la campagne qui, elle, l’est, dès le XIIe siècle il s’adresse aussi à des humains, des ermites et des brigands qui vivent dans la forêt. Le mot s’applique en particulier aux Sarrasins, puis aux anormaux, aux rudes et aux grossiers (Le Robert, op. cit., p. 1885).

13 Levi-Strauss (Claude), Race et histoire, Paris, Gonthier, 1982, p. 19.

14 Levi-Strauss (Claude), Tristes Tropiques, Paris, Plon, 1955 in Paul-Levy (Françoise), Segaud (Marion), op. cit., p. 29.

15 Berque (Augustin), « Le rural, le sauvage et l’urbain », Études rurales, 2011/1, no 187, p. 51-61.

16 Gottman (Jean), « Les frontières et les marches. Cloisonnement et dynamique du monde », in Kishimuto (Haruko) dir., Geography and Its Boundaries, Berne, Kümmerly und Frey, 1980, p. 53-58 cité par Jeanpierre (Laurent), op. cit., p. 367.

17 Descola (Philippe), Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005, p. 13.

18 Descola (Philippe), Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005, p. 61.

19 Ibidem.

20 Ibid., p. 76.

21 Ibid., p. 97.

22 Descola (Philippe), Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005, p. 77.

23 Ibidem.

24 Ibid., p. 51.

25 Bonte (Pierre), Anthropologie des sociétés nomades, cours, Université Paris 8, 2006, http://www.univ-paris8.fr/sociologie/fichiers/bonte-cours.pdf ; Claudot-Hawad (Hélène), Touaregs. Apprivoiser le désert, Paris, Gallimard, 2002.

26 Claudot-Hawad (Hélène), « Nomades et État : l’impensé juridique », Droits et Sociétés, no 15, 1990, p. 229-242, [http://www.reds.msh-paris.fr/publications/revue/pdf/ds15/ds015-08.pdf

27 Id., Touaregs. Apprivoiser le désert, Paris, Gallimard, 2002, p. 56.

28 Berque (Augustin), op. cit.

29 Le Goff (Jacques), Pour l'amour des villes : Entretiens avec Jean Lebrun, Paris, Éditions Textuel, 1997, p. 69.

30 Au point de s’y confondre. Berque nous apprend qu’en 1765, l’Encyclopédie de Diderot désigne la ville par sa muraille : « C’est une enceinte fermée de murailles qui renferme plusieurs quartiers, des rues, des places publiques et autres édifices », Berque (Augustin), op. cit., p. 55.

31 Menjot (Denis), « Introduction. Les gens venus d’ailleurs dans les villes médiévales : quelques acquis de la recherche », in Quertier (Cédric), Chila (Roxane), Pluchot (Nicolas) dir., « Arriver » en ville. Les migrants en milieu urbain au Moyen Âge, Paris, Publications de la Sorbonne, 2013, p. 15-29.

32 Simmel (Georg), Sociologie. Études sur les formes de la socialisation, Paris, PUF, 1999, p. 607.

33 Ibidem, p. 605.

34 Lapierre (Nicole), « De Georges Simmel à Siegfried Kracauer », Communications, vol. 70, no 80, 2000, p. 47-58.

35 Simmel (Georg), op. cit., p. 609.

36 Truc (Gérôme), « Simmel sociologue du cosmopolitisme », Tumultes, 2005/1, no 24, p. 49-77.

37 Simmel (Georg), « Pont et porte », in Simmel (Georg), La Tragédie de la culture et autres essais, Paris, Rivages, 1988, p. 161-168.

38 Ibidem, p. 168.

39 Ibid., p. 165 et 168.

40 A propos de la figure de « l’étranger », Simmel dit qu’il se situe dans un régime de proximité distante sans que l’un ou l’autre de ces deux termes ne soit supposé prendre le dessus. Le racisme est par contre le moment où la distance prend le pas sur ce qui rapproche et où l’ambivalence est niée. Id., Sociologie. Études sur les formes de la socialisation, Paris, PUF, p. 663-668.

41 Voir le site de France 24, « Le pont de la discorde », http://www. france24.com/fr/20120907-reporters-oiapoque-pont-discorde-fleuve-france-bresil-guyane-francaisecontroles-frontieres-incomprehension, consulté le 27/9/2012.

42 Samson (Michel), Une frontière française, Marseille, Wildproject Éditions, 2013.

43 Barth (Fréderik), « Les groupes ethniques et leurs frontières », in Poutignat (Philippe), Streiff-Fenart (Jocelyne), Théories de l’ethnicité, Paris, PUF, 1995, p. 203-249.

44 Ibidem, p. 295.

45 Jeanpierre (Laurent), op. cit., p. 377.

46 Barth (Fréderik), op. cit., p. 213.

47 Poutignat (Philippe), Streiff-Fenart (Jocelyne), op. cit., p. 127.

48 Barth (Fréderik), op. cit., p. 214.

49 L’histoire de l’immigration en atteste.

50 Barth (Fréderik), op. cit., p. 204.

51 Jeanpierre (Laurent), op. cit., p. 394.

52 Boltanski (Luc), Chiapello (Ève), Le nouvel esprit du capitalisme, Paris, Gallimard, 1999.

53 Sassen (Saskia), The Global City : New York, London, Tokyo, Princeton, Princeton University Press, 1991.

54 Agier (Michel), La condition cosmopolite. L’anthropologie à l’épreuve du piège identitaire, Paris, La Découverte, 2013.

55 Schaut (Christine), « La meilleure façon de marcher. Une analyse des rapports inégaux à la mobilité contemporaine », Clara architecture/recherche, Marche et espace urbain de l’antiquité à nos jours, no 1, 2013, p. 159.

56 Berque (Augustin), op. cit., p. 55.

57 Le poème d’Émile Verhaeren, « Les campagnes hallucinées », suivi de « Les villes tentaculaires », exprime bien cette inquiétude face au phénomène d’industrialisation et d’urbanisation. Verhaeren (Émile), Paris, Gallimard, 1982. En urbanisme, le discours anti-urbain se traduit entre autres par la création par E. Howard de cités-jardins, qui doivent permettre aux ouvriers de se loger dans de bonnes conditions physiques, à la campagne, loin des foyers de sédition. En sociologie, Simmel dans son essai, La grande ville et la vie de l’esprit, exprime lui aussi son inquiétude à l’égard de la métropolisation et de ses effets sur la santé psychique du citadin. Simmel (Georg), La grande ville et la vie de l’esprit, Paris, Payot, 1988.

58 Secchi (Bernardo), Première leçon d’urbanisme, Marseille, Éd. Parenthèses, 2006.

59 Mangin (David), La ville franchisée, Paris, Éditions de la Villette, 2004.

60 Augé (Marc), Non-lieux, Paris, Le Seuil, 1992.

61 Lévy (Jacques), « La France des marges s’est fait entendre le 22 avril », Le Monde, 25 avril 2012 ; Guilly (Christophe), Fractures françaises, Paris, Bourin Éditeurs, 2010.

62 Berque (Augustin), op. cit., p. 60.

63 Secchi (Bernardo), « La ville diffuse. Le grand territoire de demain », Techni.cités, no 155, 2008, p. 11.

64 Riviere (Jean), « Sous les cartes les habitants. La diversité du vote des périurbains en 2012 », Esprit, 2013/3 - Mars/Avril, p. 34-44.

65 Charmes (Eric), Launay (Lydie), Vermeersch (Stéphanie), « Le péri-urbain, France du repli ? », La vie des Idées, 2014, http://www.laviedesidees.fr/Le-periurbain-France-du-repli.html

66 Grosjean (Bénédicte), Urbanisation sans urbanisme. Une histoire de la « ville diffuse », Bruxelles, Éd. Mardaga, coll. « Architecture, Ville et Paysage », 2010.

67 Dumont (Marc), « Penser la ville incertaine : périmètres et interstices », Espacestemps.net, Objets, 2006, http://www.espacestemps.net/articles/penser-la-villeincertaine-perimetres-et-interstices/

68 Pirson (Jean-François) et Marchal (Florence), La limite comme chemin, Bruxelles, Espaces.Regards, 2008.

69 Aux termes historiques de ville et de campagne s’adjoindrait le périurbain, difficilement catégorisable et duquel, pour les tenants de la lecture dualiste, devrait se protéger tant la ville que la « vraie » campagne.

70 Wolfe (Alan), « Democracy versus Sociology : Boundaries and their Political Consequences », in Lamont (Michèle), Fournier (Marcel) dir., Cultivating Differences : Symbolic Boundaries and the Making of Inequality, Chicago, University of Chicago Press, 1992, p. 323.

71 Buzzati (Dino), op. cit., p. 132-133.

72 Ibidem, p. 137.

73 Ibid.

74 Ibid., p. 151.

75 Ibid., p. 160.

Auteur

Sociologue, professeure à l’Université Saint-Louis-Bruxelles et chargée de cours à la Faculté d’Architecture La Cambre Horta-ULB.
Docteure en sociologie, enseigne à l’Université Saint-Louis à Bruxelles et à l’Université Libre de Bruxelles. Ses domaines de recherche et d’enseignement portent sur la mise à l’épreuve des politiques de la ville et de leurs référentiels, sur les logiques de réception des espaces et sur la démarche ethnographique. Elle a publié des articles sur ces thèmes dans des revues comme Espaces et Sociétés, les Cahiers Internationaux de Sociologie, Sociologie et Sociétés, la Revue Clara Architecture/Recherche.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site