Version classiqueVersion mobile

Trois propositions pour une théorie du droit international pénal

 | 
Diane Bernard

Chapitre II. Mouvoir

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au premier chapitre, nous avons diagnostiqué la complexité du droit international pénal, pointant notamment la diversité de ses manifestations (aux niveaux international et nationaux, au sein des tribunaux et ailleurs). Reste à faire lien : certes, différents pôles existent, voire s’articulent explicitement (par les mécanismes de primauté ou de complémentarité, par exemple), mais comment fonctionnent-ils en un ensemble ? Sans connexions, sans circulation, il n’y aurait pas de droit international pénal mais une nébuleuse d’actions isolées. Comment y a-t-il transmission d’un pôle à l’autre, alors que chaque « nœud » du réseau présente ses propres acteurs, logiques et discours ?

Ce chapitre vient compléter notre première proposition, en proposant une conceptualisation du « mouvement » dans le réseau – autrement dit, en animant ce dernier. Cette proposition est paradigmatique au sens large : nous verrons au long du chapitre qu’elle paraît la plus adéquate pour appréhender les interaction...

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search