Version classiqueVersion mobile

Hommes et normes

 | 
Jean-Pierre Nandrin

Partie V. Historiographie et réflexions sur l’histoire

– 23 – Avant-propos1024. Panorama historiographique francophone et néerlandophone en histoire contemporaine

Texte intégral

  • 1024 Cet article a été initialement publié sous le seul titre « Avant-propos » dans « Bilans critiques (...)
  • 1025 Boutier (J.) et Julia (D.), « Ouverture : A quoi pensent les historiens ? », dans Passés recomposé (...)
  • 1026 Stengers (J.), « Marc Bloch et l’histoire », Annales (E.S.C.), 1953, no 3, p. 329. Il s’agit de la (...)

1« A quoi pensent les historiens ? » Tel est le titre quelque peu provocateur d’un article liminaire d’un ouvrage stimulant consacré aux « champs et chantiers de l’histoire » paru en France en 19951025. Ce que visaient les deux auteurs, Jean Boutier et Dominique Julia, n’était certes pas l’incapacité des historiens à réfléchir sur leur discipline mais bien « qu’on n’attend pas des historiens qu’ils jonglent en virtuoses avec des concepts ni qu’ils élaborent de complexes architectures théoriques ». Les historiens se sont toujours méfiés de la philosophie de l’histoire, de tout ce qui pouvait évoquer un « sens de l’histoire », eux qui sont d’abord des praticiens travaillant en priorité sur des données empiriques. En 1953, Jean Stengers observait que « ce sera plus tard un des grands étonnements de ceux qui étudieront la vie intellectuelle du XIXe et du XXe siècle que de constater combien, à côté du prodigieux épanouissement qu’ont connu à cette époque les sciences historiques, la réflexion philosophique sur l’histoire est demeurée indigente… Du côté des hommes de métier, l’attitude la plus courante a été l’abstention »1026.

  • 1027 A titre d’exemple, la bibliographie de l’histoire de Belgique publiée chaque année dans la Revue B (...)
  • 1028 Voir, sur la responsabilité de l’historien, l’article de Stengers (J.), « L’historien face à ses r (...)
  • 1029 Farge (A.), « Histoires vraies », Libération, 23 février 1995.

2La multiplication des travaux d’histoire1027, l’extension de nouveaux territoires, la diversification des méthodes, l’envahissement de l’informatique obligent cependant l’historien d’arrêter un moment le train fou des publications pour s’interroger sur son métier et réfléchir sur sa signification. En un mot, il doit pratiquer le « moment historiographique » afin de dégager un sens à sa discipline, d’autant plus que celui-ci s’ouvre de plus en plus à la grande vulgarisation et donc à la diffusion, ce qui engendre une responsabilité sociale à laquelle l’historien ne peut plus échapper1028. D’érudit et de savant, il devient aussi un acteur social, surtout s’il travaille sur l’histoire du temps présent, période qui renforce « le lien indissoluble entre passé, présent, mémoire et oubli »1029.

  • 1030 Carbonell (C. -O.), Histoire et historiens, une mutation idéologique des historiens français, 1865 (...)

3Sans entrer dans l’inépuisable, mais néanmoins fécond débat sur les sens du mot histoire entendu comme histoire-connaissance et/ou histoire-réalité, et ses multiples dérivés ou associations — philosophie de l’histoire, théorie de l’histoire, conscience historique, science historique, historicité etc.—, retenons avec Charles-Olivier Carbonnell que l’historiographie consiste en une démarche d’analyse d’une production historique donnée, pour en déceler les spécificités et les originalités1030. Il s’agit en somme de dresser un état des lieux d’un courant historique, d’une période considérée comme un moment de mutation du travail historien, d’une école, d’un pays, ou encore d’un auteur ou d’un événement historique qui donne lieu à des controverses d’interprétation.

4La voie minimale de l’historiographie consiste à dresser périodiquement un état bibliographique de la production historique, un état sélectif, accompagné de brefs commentaires, mais sans analyses critiques développées. La sélection constitue à elle seule le critère. On suppose, mais cela n’est jamais explicité, que l’auteur n’a retenu que les ouvrages originaux, novateurs ou ceux qui conservent encore une valeur suffisante pour être conseillé comme première lecture indispensable. L’exercice est utile, indispensable même pour ceux qui entament une recherche, mais quelque peu limité car il s’interdit d’orienter et d’évaluer.

  • 1031 L’histoire et l’historien. Recherches et débats du Centre des intellectuels catholiques, Paris, Fa (...)
  • 1032 Aujourd’hui l’histoire, Paris, Éd. sociales, 1974.
  • 1033 Le Goff (J.), Chartier (R.), Revel (J.), La Nouvelle Histoire, Paris, Retz, 1978.
  • 1034 Burguiere (A.) (dir.), Dictionnaire des sciences historiques, Paris, PUF, 1986.
  • 1035 Le Goff (J.), Nora (P.) (éd.), Faire de l’histoire, t. I : Nouveaux problèmes, t. II : Nouvelles a (...)
  • 1036 Prost (A.), Douze leçons sur l’histoire, Paris, Seuil, 1995.
  • 1037 Bonnaud (R.), Histoires et historiens depuis 68 : le triomphe et les impasses, Paris, Kimé, 1997.
  • 1038 Gauchet (M.) (textes réunis et présentés par), Philosophie des sciences historiques. Le moment rom (...)

5Plus stimulant sont les « ouvrages-bilans » qui prennent en compte les nouvelles orientations historiographiques pour en évaluer les apports ou les apories. Outre leur contribution bibliographique, ces ouvrages contiennent des réflexions plus théoriques sur le métier d’historien et offrent dès lors l’avantage de susciter une démarche heuristique positive. Cette tendance se manifeste nettement en France depuis les années 1960. Les historiens français ne rechignent plus à pratiquer ce que Jean Boutier et Dominique Julia appellent « un examen de conscience périodique ». Certes, il ne manquait pas d’ouvrages de ce type avant 1960 – que l’on songe par exemple à Marc Bloch, Lucien Febvre ou Henri-Irénée Marrou —, mais ils étaient le plus souvent l’œuvre d’un historien et non d’une réflexion collective. L’Histoire et ses méthodes, publié en 1961 dans la collection La Pléiade sous la direction de Charles Samaran marque une date clef de cette évolution. Depuis lors, les ouvrages collectifs se sont multipliés, témoignant à la fois de la nécessité d’une réflexion sur l’histoire et de l’éclatement de l’historiographie en multiples directions. Citons, sans prétendre à l’exhaustivité, L’histoire et l’historien. Recherches et débats du Centre des intellectuels catholiques1031, Paris, Fayard, 1964, Aujourd’hui l’histoire1032, La Nouvelle Histoire1033, le Dictionnaire des sciences historiques1034, sans oublier la trilogie « Faire de l’histoire »1035 et l’ouvrage de Jean Boutier et Dominique Julia cité au début de cet article. Après la lecture de l’ouvrage d’Antoine Prost, Douze leçons sur l’histoire paru en 19951036 et celui de Robert Bonnaud en 19971037, l’observation de Marcel Gauchet que « le défaut ordinaire de la réflexion sur la nature et les limites de la connaissance de l’histoire est d’en ignorer l’existence »1038, n’est vraiment plus d’actualité.

  • 1039 Kriegel (B.), Les Historiens et la monarchie, Paris, PUF, 1988, 4 vol. ; Grell (C.), L’histoire en (...)
  • 1040 Au berceau des Annales, Toulouse, Presses de l’Institut d’études politiques, 1983 et Dosse (F.), L (...)
  • 1041 On retrouvera un relevé quasi exhaustif pour les XIXe et XXe siècles dans Delacroix (C.), Dosse (F (...)
  • 1042 Que l’on songe, par exemple, aux multiples analyses historiographies sur la Révolution française. (...)
  • 1043 Prost (A.), Winter (J.), Penser la Grande Guerre. Un essai d’historiographie, Paris, Seuil, collect (...)
  • 1044 Douzou (L.), La Résistance française : une histoire périlleuse, Paris, Seuil, collection Points-Hi (...)
  • 1045 Conan (E.), Rousso (H.), Vichy, un passé qui ne passe pas, Paris, Gallimard, 1996, coll. Folio-His (...)
  • 1046 Petiteau (N.), Napoléon, de la mythologie à l’histoire, Paris, Seuil, collection Points-Histoire, (...)
  • 1047 Retenons Bourde (G.), Martin (H.), Les écoles historiques, Paris, Seuil, 1983 ; Carbonell (C. -O.) (...)
  • 1048 Carbonell (C. -O.), Walch (J.) (dir.), Les sciences historiques de l’Antiquité à nos jours, Paris, (...)
  • 1049 Cadiou (F.), Coulomb (C.), Lemonde (A.), Santamaria (Y.), Comment se fait l’histoire. Pratiques et (...)

6Outre ces synthèses réflexives, se sont développées de très nombreuses études historiographiques sur des objets spécifiques comme par exemple, l’histoire des érudits du XVIIe et XVIIIe siècles1039, ou celle encore de l’« école » des Annales1040, sans oublier les études sur les œuvres de tel ou tel historien1041 ou sur un événement historique1042. Les dernières productions – véritables ouvrages modèles - concernent l’historiographie de la Grande guerre (Antoine Prost et Jay Winter)1043 et la Résistance française (Laurent Douzou)1044, Vichy1045 ou Napoléon1046. La profusion historiographique française aujourd’hui est telle que des ouvrages de synthèse, des manuels1047 ou des anthologies1048 ont été édités afin de synthétiser cette nouvelle production historique. La dernière en date, intitulée Comment se fait l’histoire, présente la particularité d’offrir aux lecteurs un panorama très diversifié et original, analysant successivement l’Histoire de l’histoire (de l’Antiquité à la période contemporaine), les Demandes d’histoire (les programmes, les valeurs et le droit, le fait religieux, histoire et mémoire, guerre et géopolitique), le métier d’historien (les sources, histoire et images, histoire temps et récit, les territoires de l’historien, les biographies) pour s’achever dans une évaluation des Echelles et points de vue (les patrimoines, la nation, nous et les autres c’est-à-dire les représentations et l’histoire du temps présent, l’histoire des femmes et des genres, et l’Europe)1049.

  • 1050 Signalons cependant Stengers (J.), « Les fonctions de l’histoire dans la société », Académie royal (...)

7Le bilan historiographique des historiens belges est beaucoup plus maigre. Les historiens francophones manifestent une certaine frilosité, si pas une résistance certaine, à pratiquer l’exercice réflexif sur leur production historique quand bien même un cours d’historiographie est inscrit au programme d’histoire de plusieurs universités1050.

  • 1051 Ce passage a été rédigé par Geneviève Warland, assistante aux Facultés universitaires Saint-Louis, (...)
  • 1052 Micha (R.), de Waelhens (A.), « Du caractère des Belges », Les Temps Modernes, 1949, p. 413-422.

8Comment donc interpréter ce relatif silence historiographique belge sur l’évolution de sa propre discipline1051 ? Doit-on l’attribuer à une reconnaissance tardive de cette branche de l’histoire comme discipline d’enseignement à part entière et donc comme domaine de recherches ? Doit-on l’attribuer à un éclatement tel des recherches historiques que la nécessité d’une vue d’ensemble ne vient même plus à l’esprit ? Doit-on y déceler une frilosité par rapport à un retour réflexif sur ses propres présupposés épistémologiques et méthodologiques qui, par un lien un peu caricatural, rappellerait le pragmatisme et l’absence de spéculation propres aux Belges, dénoncés par De Waelhens et Picha dans un article sur le caractère des Belges paru dans Les Temps Modernes en 19491052 ? Doit-on encore voir là l’effet de la répartition politique et linguistique, qui aurait transformé les historiens contemporanéistes belges en historiens flamands, d’un côté, et historiens wallons, de l’autre, s’intéressant exclusivement à des questions d’ordre local et régional ?

  • 1053 A l’exemple de celle de Bruneel (C.) (dir.), Des révolutions à Waterloo. Bibliographie sélective d (...)
  • 1054 Van Houtte (J.) (dir.), Un quart de siècle de recherche historique en Belgique. 1944-1968, Louvain (...)
  • 1055 Aubert (R.), « L’historiographie contemporaine en Belgique depuis 1945. Aperçu thématique », Revue (...)
  • 1056 Tihon (A.), « Les recherches en histoire religieuse contemporaine dans la Belgique francophone », (...)

9Plus arrimés à l’école allemande, davantage pragmatiques, les historiens belges francophones ont réalisé d’excellentes bibliographies, très exhaustives, sur certains sujets ou sur certaines périodes. La liste serait trop longue pour la publier dans le cadre de cet avant-propos. Retenons cependant que la grande majorité de ces bibliographies se présentent comme un relevé exhaustif de titres sans guère de commentaires approfondis ou comme une bibliographie sélective d’une période bien précise1053. Relevons cependant deux publications dans lesquelles les auteurs dressent un bilan de la recherche historique en Belgique, bien qu’il soit toujours délicat de dégager les caractères d’une « école nationale »1054. Et, dans le registre des « aperçus », citons ceux de Roger Aubert sur la production historique belge depuis 19451055 et de André Tihon sur l’histoire religieuse1056.

  • 1057 Arnould (M.A.), Historiographie de la Belgique : des origines à 1830, Bruxelles, Office de publici (...)
  • 1058 Vercauteren (F.), Cent ans d’histoire nationale en Belgique, Bruxelles, La renaissance du livre, t (...)
  • 1059 Hasquin (H.) (dir.), Histoire et historiens depuis 1830 en Belgique, numéro spécial de la Revue de (...)
  • 1060 Sur les partis belges (Witte (E.), p. 97-124), le mouvement flamand (GUBIN (E.), p. 125-146), le m (...)
  • 1061 Hasquin (H.), Historiographie et politique en Belgique, Institut Jules Destrée, Bruxelles-Charlero (...)
  • 1062 Dumont (H.), Franck (C.), OST (F.), De Brouwer (J.L.) (dir.), Belgitude et crise de l’État belge, (...)
  • 1063 Raxhon (P.), La révolution liégoise de 1789 vue par les historiens belges, de 1805 à nos jours, Br (...)
  • 1064 Gotovitch (J.), « Problèmes de l’historiographie de la Belgique pendant la seconde guerre mondiale (...)
  • 1065 Kesteloot (C.), « Tendance récente de l’historiographie du mouvement wallon (1981-1955) », Revue B (...)
  • 1066 Dumoulin (M.), « Léopold III : les enjeux d’une controverse », Cahiers d’Histoire du Temps Présent (...)
  • 1067 Dumoulin (M.), « La Belgique et la construction européenne : un essai de bilan historiographique » (...)
  • 1068 Courtois (L.), Pirotte (J.), Rosart (F.), « Une décennie des femmes à l’époque contemporaine en Be (...)

10Les études historiographiques stricto sensu, c’est-à-dire celles qui osent le commentaire critique et l’analyse des enjeux, ne sont guère nombreuses. Maurice-Aurélien Arnould est sans conteste un pionnier, en ceci comme en d’autres domaines : il fut l’un des premiers à brosser une vue diachronique de l’historiographie de la Belgique1057, sans oublier l’opuscule de Fernand Vercauteren1058. L’on doit à son successeur à l’Université libre de Bruxelles, Hervé Hasquin d’avoir invité plusieurs de ses collègues à faire le point sur l’histoire et les historiens en Belgique depuis 18301059, ouvrage dans lequel on y trouve des articles de réflexion et des bilans historiographiques de certains secteurs1060. Le même historien a publié un Essai sur l’histoire de Belgique et la Wallonie dont l’objet « est de démontrer les mécanismes fondamentaux qui ont conduit à l’élaboration d’une ‘ histoire de Belgique’ susceptible de venir à la rescousse d’un pouvoir politique, de plus en plus désemparé […] par l’évolution des rapports entre communautés linguistiques »1061. Dans une autre veine, mais contenant de nombreuses réflexions sur des ouvrages d’histoire de Belgique, citons le collectif Belgitude et crise de l’État belge, publié en 19891062. Retenons également, d’une manière plus ciblée et toujours sans souci d’exhaustivité, les contributions sur l’historiographie de la révolution liégeoise de 17891063, de la Belgique pendant la seconde guerre mondiale1064 et du mouvement wallon1065, des enjeux de la question royale1066, de la construction de l’Europe1067 sans oublier un premier bilan des recherches sur l’histoire des femmes1068.

  • 1069 Dhondt (J.), « L’histoire récurrente », Diogène, no 75, juillet-septembre 1971, p. 26-59.
  • 1070 Kossman-putto (J.), Witte (E.), Historical Research in the Low Countries 1981-1983 : a critical su (...)
  • 1071 Wils (L.), « De stand van het onderzoek naar de Vlaamse beweging », Revue Belge de Philologie et d (...)
  • 1072 Christens (R.), « Verkend verleden. Een kritisch overzicht van de vrouwengeschiedenis, 19de-20ste (...)
  • 1073 Vanhee (H.), Castrick (G.), « Belgische historiografie en verbeelding over het koloniale verleden  (...)
  • 1074 Dans la Revue Belge de Philologie et d’Histoire, no 81, fasc. 2, 2003, les articles de Witte (E.), (...)
  • 1075 Van Den Eeckhout (P.), Scholliers (P.), « Social History in Belgium : old habits and new perspecti (...)

11Les historiens néerlandophones se montrent plus réceptifs à la démarche théorique et historiographique. Jan Dhondt fut un des pionniers en la matière1069. Comme production à mi-chemin entre l’historiographie et la simple bibliographie, relevons les recensions critiques dues à l’initiative d’Els Witte1070. De même, peut-on retenir quelques bilans sur le mouvement flamand1071, l’histoire des femmes1072, sur l’histoire coloniale1073 ou la sociologie électorale1074. Se détache de cette pratique somme toute classique, la contribution de Patricia Van den Eeckhout et de Peter Scholliers sur l’histoire sociale en Belgique dans laquelle les auteurs développent, à l’aune de la production scientifique en la matière, une problématique aux vertus très heuristiques1075.

  • 1076 De Schryver (R.), Historiografie. Vijfentwintig eeuwen geschiedschrijving van West-Europa, Louvain (...)
  • 1077 Tollebeek (J.), De ijkmeesters. Opstellen over de geschiedschrijving in Nederland en België, Amste (...)
  • 1078 Tollebeek (J.), « Voorgeschiedenis en vormverandering. Historische tijdschriften in België, 1870-1 (...)
  • 1079 Beyen (M.), Oorlog en verleden : nationale geschiedenis in België en Nederland, 1938-1947, Amsterd (...)
  • 1080 Verschaffel (T.), De hoed en de hond. Geschiedschrijving in de Zuidelijke Nederlanden 1715-1794, H (...)

12Mais surtout, à partir des travaux de Réginal De Schrijver1076, s’est développée une véritable école d’historiographie autour de Jo Tollebeek et de Tom Verschaffel de la Katolieke Universiteit Leuven (KUL). Relevons deux de ses contributions importantes : ses études d’historiographie comparée entre la Belgique et les Pays-Bas où sont traitées la question de la professionnalisation de l’histoire dans ces deux pays, et celle de l’engagement catholique des historiens au cours du XIXe siècle1077, ainsi que son étude sur les revues historiques1078. Méritent d’être également citées, les contributions d’un jeune chercheur aux talents multiples, Marnix Beyen, dans lesquelles est étudiée la production historique belge jusqu’en 1947 dans la perspective d’une histoire culturelle centrée sur la représentation/construction du passé par les historiens1079. Enfin, dans la même « école », mentionnons les recherches de Tom Verschaffel sur l’historiographie du XVIIIe siècle1080.

13Ce rapide aperçu montre qu’il est encore loin le moment où pourra s’écrire une histoire de la production historique belge sur un temps suffisamment long afin d’en saisir des évolutions. le champ à balayer est vaste et complexe, surtout au regard de l’émiettement de la science historique qui décourage toute tentative de synthèse et de l’évolution centrifuge des institutions universitaires et de recherche de la Belgique fédérale qui ne favorise guère les rapprochements entre les deux communautés scientifiques francophone et néerlandophone.

14Faut-il pour autant baisser les bras ? D’autres axes de regroupement que celui d’une production « nationale » peuvent s’opérer. C’est, modestement, à cette tâche que ce se sont attelés les chercheurs qui ont participé le 11 décembre 2003 à une journée d’études sur l’historiographie, organisée par le Centre de Recherches en Histoire du Droit et des Institutions (CRHIDI) des Facultés universitaires Saint-Louis à Bruxelles.

15Un choix s’imposait, et il n’est pas déshonorant de dire qu’il s’est effectué à partir d’affinités relationnelles et scientifiques. On parle souvent entre nous des problématiques de nos domaines de recherche, entre deux portes, autour d’une table ou entre deux cours. Fugacement le plus souvent, entre les rares respirations que nous laisse aujourd’hui la vie universitaire, phagocytée par le travail administratif et l’activité pédagogique rendue très lourde par la massification de l’Université, à laquelle manquent, ici comme ailleurs, les moyens d’encadrement et de financement.

16Chacun, à sa manière, a souhaité marquer un temps de respiration. Dresser un bilan, c’est marquer un arrêt, et non clôturer, pour visiter la production des collègues, non pour en évaluer la pertinence, mais pour mesurer les progrès d’un savoir, pour prendre acte des renouvellements, ou des non-renouvellements, des problématiques, d’enregistrer des avancées, de regretter des stagnations, d’évaluer des approfondissements. C’est aussi le moment d’ouvrir les perspectives, de tracer de nouveaux sillons à creuser ; c’est surtout l’occasion de confronter ses propres recherches à celles des autres. L’acte historiographique est un acte d’humilité autant qu’un geste de rebondissement et de liberté.

  • 1081 Le lecteur du présent ouvrage se réfèrera, pour lire les contributions ici annoncées par Jean-Pier (...)

17On a laissé aux six contributeurs de ce volume1081 le choix de leur problématique. On trouvera ainsi un texte de Laurence van Ypersele (UCL et FNRS) qui passe en revue avec beaucoup de finesse la production historique de ces dernières années sur la guerre 14-18, autour de nouvelles problématiques plus attentives aux questions de représentation, de retentissement, de vécus, de mémoire qu’au déroulement proprement dit de la guerre ; ce bilan déborde largement le cadre belge.

18Dans la même veine, Emmanuel Gerard (KUL) et Frederik Verleden (KUL) nous invitent à un parcours de l’historiographie politique de la Belgique contemporaine au cours duquel sont également évoquées les conditions de la production historienne.

19Xavier Rousseaux (UCL et FNRS) nous livre « quelques réflexions » sur l’historiographie récente d’un domaine de l’histoire qui s’est développé depuis quelques années : l’histoire de la justice à l’époque contemporaine, et nous gratifie en plus d’un quasi exhaustif aperçu bibliographique de la production en la matière de 1990 à 2000.

20Les trois autres contributions présentent une autre tonalité : elles analysent des champs historiques nouveaux ou problématiques. C’est ainsi que Peter Lagrou (ULB) reprend la question de la validité scientifique d’une histoire du temps présent, en montrant les diverses facettes et l’évolution des manières de la traiter.

21Nathalie Tousignant (UCL et FUSL) ouvre le champ de l’historiographie des « european studies » en confrontant les histoires officielles – relations historiennes légitimitantes – à celles des scientifiques qui s’interrogent sur l’objet même de cette historiographie.

22Enfin, Éliane Gubin (ULB) fait le point sur un domaine qui a connu une explosion de publications ces vingt dernières années : l’histoire des femmes. Surtout, elle y montre comment on est passé d’une histoire des femmes à une histoire du genre, concept plus englobant, moins discriminant et surtout, du point de vue scientifique, plus opérant.

23Il nous reste à formuler un souhait ; que ces quelques contributions marquent l’amorce d’un courant historiographique, démarche réflexive indispensable pour développer une histoire scientifique et non purement érudite.

Notes

1024 Cet article a été initialement publié sous le seul titre « Avant-propos » dans « Bilans critiques et historiographiques en histoire contemporaine », dir. J.P. Nandrin, Cahiers du CRHIDI, no 23-24, 2005, p. VII-XIX. Il était assorti de la note suivante : « Cet avant-propos ne vise pas à répertorier de manière exhaustive les ouvrages d’historiographie. Il ne contient que des références de livres jugés exemplaires ou illustrant tel ou tel propos. Ont été retenues en priorité les productions concernant l’histoire contemporaine ». Le titre ici choisi est inspiré par la référence que Jean-Pierre Nandrin avait lui même faite à cette contribution dans l’avant-propos d’un nouveau « Bilans historiographiques » qu’il rédigea pour les Cahiers du CRHIDI, no 30, 2008, p. 7

1025 Boutier (J.) et Julia (D.), « Ouverture : A quoi pensent les historiens ? », dans Passés recomposés. Champs et chantiers de l’histoire, Paris, Éditions Autrement, Série Mutations no 150/151, p. 13-53.

1026 Stengers (J.), « Marc Bloch et l’histoire », Annales (E.S.C.), 1953, no 3, p. 329. Il s’agit de la recension du livre de Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien. La première édition de cette recension est parue dans la Revue de l’Institut de Sociologie en 1950 ; celle publiée, à la demande des directeurs des Annales, a été légèrement remaniée.

1027 A titre d’exemple, la bibliographie de l’histoire de Belgique publiée chaque année dans la Revue Belge de Philologie et d’Histoire (RBPH), comptait pour l’année 2001 pas moins de 3.845 titres ; en 1981, elle en comptait 1.741. L’explosion des publications est telle que, depuis 1995, la RBPH n’intègre plus cette bibliographie dans un de ses numéros, mais en fait un numéro spécial chaque année.

1028 Voir, sur la responsabilité de l’historien, l’article de Stengers (J.), « L’historien face à ses responsabilités », Cahiers de l’École des sciences philosophiques et religieuses, 15, 1994, p. 19-50.

1029 Farge (A.), « Histoires vraies », Libération, 23 février 1995.

1030 Carbonell (C. -O.), Histoire et historiens, une mutation idéologique des historiens français, 1865-1885, Toulouse, Privat, 1976, p. 42.

1031 L’histoire et l’historien. Recherches et débats du Centre des intellectuels catholiques, Paris, Fayard, 1964.

1032 Aujourd’hui l’histoire, Paris, Éd. sociales, 1974.

1033 Le Goff (J.), Chartier (R.), Revel (J.), La Nouvelle Histoire, Paris, Retz, 1978.

1034 Burguiere (A.) (dir.), Dictionnaire des sciences historiques, Paris, PUF, 1986.

1035 Le Goff (J.), Nora (P.) (éd.), Faire de l’histoire, t. I : Nouveaux problèmes, t. II : Nouvelles approches, t. III : Nouveaux objets, Paris, Gallimard, 1974, 3 vol.

1036 Prost (A.), Douze leçons sur l’histoire, Paris, Seuil, 1995.

1037 Bonnaud (R.), Histoires et historiens depuis 68 : le triomphe et les impasses, Paris, Kimé, 1997.

1038 Gauchet (M.) (textes réunis et présentés par), Philosophie des sciences historiques. Le moment romantique, Lille, Presses universitaires de Lille, 1988, réédité, en le complétant, au Seuil, coll. Points-Histoire, 2002, p. 9.

1039 Kriegel (B.), Les Historiens et la monarchie, Paris, PUF, 1988, 4 vol. ; Grell (C.), L’histoire entre érudition et philosophie, Paris, PUF, 1993.

1040 Au berceau des Annales, Toulouse, Presses de l’Institut d’études politiques, 1983 et Dosse (F.), L’histoire en miettes : des « Annales » à la « nouvelle histoire », Paris, La Découverte, 1987. Réédition chez Agora-Pocket, 1997, avec une nouvelle préface.

1041 On retrouvera un relevé quasi exhaustif pour les XIXe et XXe siècles dans Delacroix (C.), Dosse (F.), Garcia (P.), Les courants historiques en France. 19e-20e siècles, coll. U-Histoire, Paris, Armand Colin, 1999, 327 p.

1042 Que l’on songe, par exemple, aux multiples analyses historiographies sur la Révolution française. Pour une première orientation à l’usage des étudiants, citons les trois ouvrages suivants : Sole (J.), La Révolution en questions, Paris, Seuil, coll. Points-Histoire, 1988 ; Gerard (A.), La révolution française, mythes et interprétations. 1789-1970, Paris, Flammarion, coll. Questions d’histoire, no 21, 1970 et Suratteau (J.R.), La Révolution française. Certitudes et controverses, Paris, PUF, coll. Dossiers Clio, 1973.
Comme autre modèle, citons la première partie de l’ouvrage de Verlez (P.) La Révolution industrielle, Paris Gallimard, coll. Folio-Histoire, 1997, intitulée : « La révolution industrielle : histoire d’un problème » (p. 11-121).

1043 Prost (A.), Winter (J.), Penser la Grande Guerre. Un essai d’historiographie, Paris, Seuil, collection Points-Histoire, 2004.

1044 Douzou (L.), La Résistance française : une histoire périlleuse, Paris, Seuil, collection Points-Histoire, 2005.

1045 Conan (E.), Rousso (H.), Vichy, un passé qui ne passe pas, Paris, Gallimard, 1996, coll. Folio-Histoire et Rousso (H.), Vichy, l’évènement, la mémoire, l’histoire, Paris, Gallimard, 2001, coll. Folio-Histoire.

1046 Petiteau (N.), Napoléon, de la mythologie à l’histoire, Paris, Seuil, collection Points-Histoire, 2e édition, 2004.

1047 Retenons Bourde (G.), Martin (H.), Les écoles historiques, Paris, Seuil, 1983 ; Carbonell (C. -O.), L’historiographie, Paris, PUF, coll. Que sais-je ?, 5e édition, 1995 ; Biziere (J.M.), Vayssiere (P.), Histoire et historiens. Antiquité, Moyen Âge, France moderne et contemporaine, Paris, Hachette, 1995 et, pour la période contemporaine, Delacroix (C.), Dosse (F.) et Garcia (P.), Les courants historiques en France. 19e-20e siècles, Paris, Armand Colin, coll. U-Histoire, 1999, 327 p. et Caire-Jabinet (M.P.), L’histoire en France du Moyen Âge à nos jours. Introduction à l’historiographie, Paris, Flammarion, coll. Champs Université, 2002.

1048 Carbonell (C. -O.), Walch (J.) (dir.), Les sciences historiques de l’Antiquité à nos jours, Paris, Larousse, 1994 (Collection Textes essentiels) ; Leterrier (S. -A.), Le XIXe siècle historien. Anthologie raisonnée, Paris, Belin, 1997.

1049 Cadiou (F.), Coulomb (C.), Lemonde (A.), Santamaria (Y.), Comment se fait l’histoire. Pratiques et enjeux, Paris, La Découverte, coll. Guides Repères, 2005, 384 p.

1050 Signalons cependant Stengers (J.), « Les fonctions de l’histoire dans la société », Académie royale de Belgique. Bulletin de la Classe des lettres et des sciences morales et politiques, 69, 1983, p. 222-240 ainsi que son article sur la responsabilité de l’historien cité à la note 5.

1051 Ce passage a été rédigé par Geneviève Warland, assistante aux Facultés universitaires Saint-Louis, lors de la préparation de sa thèse de doctorat sur une comparaison entre Pirenne, Lamprecht, Lavisse et Blok à propos de la construction de l’identité nationale. Je la remercie également pour les informations communiquées sur la production historiographique des historiens néerlandophones.

1052 Micha (R.), de Waelhens (A.), « Du caractère des Belges », Les Temps Modernes, 1949, p. 413-422.

1053 A l’exemple de celle de Bruneel (C.) (dir.), Des révolutions à Waterloo. Bibliographie sélective d’histoire de Belgique (1789-1815), Bruxelles, 1989.

1054 Van Houtte (J.) (dir.), Un quart de siècle de recherche historique en Belgique. 1944-1968, Louvain-Paris, Éd. Nauwelaerts, 1970 et Genicot (L.) (dir.), Vingt ans de recherche historique en Belgique. 1969-1988, Bruxelles, Crédit Communal, 1990.

1055 Aubert (R.), « L’historiographie contemporaine en Belgique depuis 1945. Aperçu thématique », Revue Belge d’Histoire Contemporaine (RBHC), XXV, 1994-1995, 1-2, p. 213-222.

1056 Tihon (A.), « Les recherches en histoire religieuse contemporaine dans la Belgique francophone », dans Courtois (L.), Pirotte (J.), Foi, gestes et institutions religieuses aux 19e et 20e siècles, Louvain-la-Neuve, Centre d’histoire religieuse, 1991, p. 9-28.

1057 Arnould (M.A.), Historiographie de la Belgique : des origines à 1830, Bruxelles, Office de publicité, 1947 (Collection Nationale, 7e série, 80) et Le travail historique en Belgique des origines à nos jours, Bruxelles, Editoral Office, 1954, 124 p. Ce dernier volume reprend partiellement le texte du premier et poursuit jusqu’en 1950.

1058 Vercauteren (F.), Cent ans d’histoire nationale en Belgique, Bruxelles, La renaissance du livre, t. 1, 1959, 215 p. (Collection Notre Passé). Ce tome 1 couvre uniquement le XIXe siècle.

1059 Hasquin (H.) (dir.), Histoire et historiens depuis 1830 en Belgique, numéro spécial de la Revue de l’Université de Bruxelles, 1981/1-2.

1060 Sur les partis belges (Witte (E.), p. 97-124), le mouvement flamand (GUBIN (E.), p. 125-146), le mouvement wallon (Hasquin (H.), p. 147-155), la politique étrangère (Willequet (J.), p. 157-174), le mouvement ouvrier (Puissant (J.), p. 175-192), le patronat (Kurgan (G.), p. 193-206).

1061 Hasquin (H.), Historiographie et politique en Belgique, Institut Jules Destrée, Bruxelles-Charleroi, 1996, p. 15 (3e édition de 1996)

1062 Dumont (H.), Franck (C.), OST (F.), De Brouwer (J.L.) (dir.), Belgitude et crise de l’État belge, Bruxelles, Publications des Facultés universitaires Saint-Louis, 1989, 300 p.

1063 Raxhon (P.), La révolution liégoise de 1789 vue par les historiens belges, de 1805 à nos jours, Bruxelles, Éditions de l’Université de Bruxelles, 1989 (Études sur le XVIIIe siècle, vol. hors série, 6).

1064 Gotovitch (J.), « Problèmes de l’historiographie de la Belgique pendant la seconde guerre mondiale », Septentrion, no 3, 1976, p. 5-13.

1065 Kesteloot (C.), « Tendance récente de l’historiographie du mouvement wallon (1981-1955) », Revue Belge d’Histoire contemporaine, XXV, 1994-1995, p. 539-568 et IDEM, « Ecrire l’histoire du mouvement wallon. Une démarche historique et citoyenne ? », Cahiers d’Histoire du temps Présent, no 13-14, 2004, p. 17-44.

1066 Dumoulin (M.), « Léopold III : les enjeux d’une controverse », Cahiers d’Histoire du Temps Présent, no 10, 2002, p. 199-213.

1067 Dumoulin (M.), « La Belgique et la construction européenne : un essai de bilan historiographique » dans La Belgique, les petits États et la construction européenne, dir. M. Dumoulin, G. Duchenne, A. Van Laer, Bruxelles, Peter Lang, 2003, p. 15-37 (Actes de la Chaire Glaverbel d’études européennes, no 3).

1068 Courtois (L.), Pirotte (J.), Rosart (F.), « Une décennie des femmes à l’époque contemporaine en Belgique (1980-1990) », dans IDEM, Femmes et pouvoirs. Flux et reflux de l’émancipation féminine depuis un siècle, Louvain-la-Neuve - Bruxelles, 1992, p. 165-197.

1069 Dhondt (J.), « L’histoire récurrente », Diogène, no 75, juillet-septembre 1971, p. 26-59.

1070 Kossman-putto (J.), Witte (E.), Historical Research in the Low Countries 1981-1983 : a critical survey, Leide, 1985, 117 p. ; Van Sas (N.), Witte (E.) (éds.), Historical Research in the Low Countries, La Haye, 1992 et Mares (A.), Witte (E.), Twintig jaar onderzoek over Brussel, Bruxelles, VUBPress, 1998, 383 p.

1071 Wils (L.), « De stand van het onderzoek naar de Vlaamse beweging », Revue Belge de Philologie et d’Histoire, 79, 2001, p. 1283-1299 et De Wever (B.), « De geschiedenis over de Vlaamse beweging », dans Geschiedenis maken. Liber amicorum Herman Balthazar, dir. G. Deneckere, B. De Wever, Gand, Universiteit Gent, 2003, p. 129-145.

1072 Christens (R.), « Verkend verleden. Een kritisch overzicht van de vrouwengeschiedenis, 19de-20ste eeuw in België », Revue Belge d’Histoire contemporaine, XXVII, 1997, no 1-2, p. 5-35.

1073 Vanhee (H.), Castrick (G.), « Belgische historiografie en verbeelding over het koloniale verleden », Revue Belge d’Histoire Contemporaine, XXXII, 2002, p. 305-320.

1074 Dans la Revue Belge de Philologie et d’Histoire, no 81, fasc. 2, 2003, les articles de Witte (E.), « Verkiezingsonderzoek over de periode 1830-1940 » (p. 397-414), Deschouwer (K.), « Het verkiezingsonderzoek in België na de Tweede Wereldoorlog » (p. 415-420), Swyngebouw (M.), « Het gebruik van kiesresultaten als bron voor historisch-politicologisch verkiezingsonderzoek. Het politiek-sociologisch verkiezingsonderzoek van de jaren 90 » (p. 421-435) et De Smaele (H.), « Nieuwe tendensen in het historisch verkiezingsonderzoek », (p. 437-445).

1075 Van Den Eeckhout (P.), Scholliers (P.), « Social History in Belgium : old habits and new perspectives », Tijdschrift voor sociale geschiedenis, 1997, 2, p. 147-181.

1076 De Schryver (R.), Historiografie. Vijfentwintig eeuwen geschiedschrijving van West-Europa, Louvain, Assen-Maastricht, 1990.

1077 Tollebeek (J.), De ijkmeesters. Opstellen over de geschiedschrijving in Nederland en België, Amsterdam, Uitgeverij Bert Bakkers, 1994. Citons également du même auteur : De Toga van Fruin. Denken over geschiedenis in Nederland sinds 1860, Amsterdam, 1990 (seconde édition en 1996) ; De ekster en de kooi : nieuwe opstellen over de geschiedschrijving, Amsterdam, 1996 ; De ziel en de fabriek van de historicus, Amsterdam, 1998.

1078 Tollebeek (J.), « Voorgeschiedenis en vormverandering. Historische tijdschriften in België, 1870-1922 », Revue Belge de Philologie et d’Histoire, 76, 1998, p. 847-870. Citons aussi, bien que l’ouvrage porte sur l’historiographie néerlandaise, Tollebeek (J.), Verschaffel (T.), Wessels (L.H.M.) (dir.), De Palimpsest. Geschiedschrijving in de Nerderlanden, 1500-2000, Hilversum, Verloren, 2002, 2 vol.

1079 Beyen (M.), Oorlog en verleden : nationale geschiedenis in België en Nederland, 1938-1947, Amsterdam, Amsterdam University Press, 2002, 606 p. et « Natural-born nations ? National historiography in Belgium and the Netherlands between a tribal and a social-cultural paradigm, 1900-1950 », Storia della Storiografia, 38, 200, p. 33-58.

1080 Verschaffel (T.), De hoed en de hond. Geschiedschrijving in de Zuidelijke Nederlanden 1715-1794, Hilversum, 1998.

1081 Le lecteur du présent ouvrage se réfèrera, pour lire les contributions ici annoncées par Jean-Pierre Nandrin dans son article initial, aux « Bilans critiques et historiographiques en histoire contemporaine » précités, dir. J.P. Nandrin, Cahiers du CRHIDI, no 23-24, 2005, qui seront bientôt également accessibles en ligne et en open access sur le Portail de Publication de Périodiques Scientifiques (PoPuPS - http://popups.ulg.ac.be) (note de l’éditeur).

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search