Version classiqueVersion mobile

Hommes et normes

 | 
Jean-Pierre Nandrin

Partie V. Historiographie et réflexions sur l’histoire

– 21 – La périodisation en question(s)922

Jean-Pierre Nandrin

Texte intégral

  • 922 Cet article est inédit. Il reprend la conférence prononcée par Jean-Pierre Nandrin le samedi 17 nov (...)
  • 923 [Jean-Pierre Nandrin, alors doyen et animateur de la conférence des présidents des départements d’h (...)

1La question de la périodisation en histoire (mais en aussi dans d’autres domaines comme la littérature, par exemple, ou en histoire de l’art, ou en sciences, etc.) peut apparaître aujourd’hui comme une pratique aussi évidente que celle exercée par Monsieur Jourdain. Lorsque vous êtes entré à l’université et que vous avez choisi les études d’histoire ou d’histoire de l’art, vous avez été tenus d’opter assez rapidement entre l’Antiquité, le Moyen Âge, les Temps modernes ou l’époque contemporaine avec, à chaque fois, des cours de période, des séminaires de périodes et un mémoire dans la même période. On ne vous a guère expliqué les raisons de ces divisions tant elles apparaissaient comme naturelles et évidentes ; elles prolongeaient celles que vous aviez connues dans l’enseignement secondaire. Peut-être, certainement même, quelques professeurs ont-il essayé d’expliquer que les limites chronologiques de ces périodes les corsetaient un peu, qu’elles étaient conventionnelles mais que, tout compte fait, il fallait les prendre comme telles et s’en satisfaire. Cette même évidence s’est imposée aux négociateurs de l’harmonisation des programmes d’histoire du premier cycle, discutée lors de la mise en route des programmes de Bologne. A ce moment-là, également, point de débats sur la périodisation classique, dite canonique, alors même que, on le verra, certains programmes révèlent la difficulté d’enserrer dans une période précise des objets historiques très divers923.

2Et pourtant, à y regarder de près, depuis quelques années, surtout à la suite du combat mené par les partisans de l’histoire du temps présent, la problématique de la périodisation a été remise sur le tapis, comme elle l’avait déjà été dans les années 50-70 par les tenants de la longue durée braudélienne.

3Précisons les limites de cet exposé.

  • 924 Ozouf (M.), « Longue durée et temps présent », Historiens et géographes, no 284, 1981, p. 432.

4Si la périodisation traite de la question du temps et de la durée, le problème serait métaphysique, et nous en arriverions, observe avec malice Mona Ozouf, à débattre en mobilisant nos souvenirs bergsoniens924. Ce ne sera pas notre propos, même si quelques réflexions théoriques émailleront ci et là notre exposé. Mon propos consistera à dérouler devant vous, à partir d’une posture historiographique, les débats sur cette question, liée à l’évolution de l’historiographie qui, à son tour, a rétroagi sur les conceptions et les mises en œuvre de périodisations nouvelles.

5Mais avant d’aborder les enjeux et les controverses touchant à la périodisation, il convient dans un premier temps de s’interroger sur les raisons de l’émergence du concept de période, appréhendé comme une catégorie historique et comme un outillage essentiel du travail historien.

Section 1. La naissance du concept de période historique

6Quand et pourquoi la périodisation en histoire est-elle née ? Sans entrer dans la longue et complexe histoire des conceptions du temps, qui relèverait de la métaphysique, retenons quelques éléments permettant d’éclairer la transformation du régime d’historicité qu’a connu l’Occident depuis le XVe siècle, transformation à l’origine de la question de la périodisation.

  • 925 Koselleck (R.), Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Éditions (...)

7Selon Koselleck, entre 1500 et 1800, on assiste à une temporalisation de l’histoire, au terme de laquelle on trouve cette forme singulière d’accélération qui est la marque de notre monde moderne, et qui modifiera notre rapport au temps, et partant, celui du travail de l’historien. C’est à partir de la seconde moitié du XVe siècle que se produit une prise de conscience de la différence entre le passé et le présent par ceux qu’on appellera plus tard les humanistes. Le présent n’est plus pensé comme la continuité du passé proche, mais comme une « renaissance » du passé lointain (Renascità, Vasari, 1550). Pour Vasari, il y a deux lignes de partage, le passé proche et le passé lointain, qui séparent trois périodes : la première va des temps les plus reculés jusqu’au règne de Constantin, la deuxième du règne de Constantin à 1250, et la troisième est la période qu’il qualifie de « moderne ». Au XVIe siècle, la Renaissance en tant que seuil d’une époque est un terme courant925. Cependant, ce n’est qu’au terme d’une lente évolution que la métaphore de re-naissance se transforme en un concept de période : l’évolution ne s’achève qu’aux XVIIIe et XIXe siècles.

  • 926 Ibid., p. 275.

8En parallèle, l’on en vient peu à peu à désigner la période située entre l’Antiquité et sa Renaissance comme la media aetas, medium tempus, media tempora, medium aevum et, enfin, « Moyen Age ». Le premier usage du terme en langue française date de 1572, mais le concept ne s’impose dans les travaux de savants qu’au XVIIe siècle, avant d’entrer dans l’usage dans la seconde moitié du XVIIIe siècle. Depuis l’humanisme, les concepts eux-mêmes – la trinité Temps anciens, Moyen Age et Temps modernes – existaient bel et bien, mais ils ne se sont imposés à l’histoire dans son ensemble que lentement à partir de la seconde moitié du XVIIIe siècle. Au siècle des Lumières, on a désormais parfaitement conscience de vivre depuis trois cents ans un « temps nouveau »926.

  • 927 Cadou (FR.) et alii, Comment se fait l’histoire. Pratiques et enjeux, Paris, La Découverte, 2005, p (...)

9Ainsi, progressivement, un nouveau régime d’historicité émerge en Europe à la fin du XVIIIe siècle927 : ce n’est plus dans le temps mais par le temps que s’accomplit désormais l’histoire. Le temps se dynamise en une force inhérente à l’histoire elle-même (Koselleck). On assiste au basculement du centre de gravité de l’histoire : situé auparavant dans le passé, près de l’âge mythique des origines, celui-ci se déplace désormais vers l’avenir plus ou moins lointain.

10L’idée de progrès comme dynamique constructive, consubstantielle à l’histoire, introduit dès lors l’idée de discontinuité dans le déroulement de l’histoire : on distingue, dans la masse mouvante de l’histoire, avancées, retards, survivances, réactions des sociétés humaines. Dès lors, la temporalité de l’histoire se distingue de la chronologie et oblige à identifier les critères de continuité autant que ceux des ruptures.

Section 2. La période comme catégorie d’analyse : des durées construites

11Cette brève esquisse nous amène à la deuxième question. Qu’est-ce que périodiser ? A quelles pratiques historiographiques cela correspond-il ? En quoi consiste la périodisation ?

12Précisons d’emblée, si cela est encore nécessaire à votre niveau de formation, qu’il ne convient pas de confondre chronologie et périodisation. Il n’y a pas d’histoire sans date, tout le monde en conviendra. Le premier travail de l’historien est certes la chronologie.

  • 928 Prost (A.), Douze leçons sur l’histoire, Paris, Seuil, coll. Points histoire 1996, p. 114.

13Il s’agit d’abord de ranger les événements dans l’ordre du temps928. Lévi-Strauss l’a bien noté :

  • 929 Levi-Strauss (Cl.), La pensée sauvage, Paris, Plon, 1962, p. 342.

« Si les dates ne sont pas toute l’histoire, ni le plus intéressant dans l’histoire, elles sont ce à défaut de quoi l’histoire elle-même s’évanouirait, puisque toute son originalité et sa spécificité sont dans l’appréhension du rapport de l’avant et de l’après, qui serait voué à se dissoudre si, au moins virtuellement, ses termes ne pouvaient être datés. »929

  • 930 Ibid., p. 343.
  • 931 Farge (A.), « Le temps, l’événement et l’historien », L’Inactuel, no 2, 1994, p. 34-35, citée par L (...)
  • 932 Prost (A.), op. cit., p. 101.
  • 933 Ricœur (P.), La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000, p. 232.
  • 934 Ibid.

14Mais l’établissement des dates, leur mise en succession, le codage calendaire ne constitue pas encore un travail d’historien ; une date, en soi, ne signifie rien. Prise en elle-même, observe Lévi-Strauss, une date historique n’a pas de sens puisqu’elle ne renvoie pas à autre chose que soi930. La date ne prend sens que pour autant qu’elle entretient avec les autres dates des rapports complexes de corrélation et d’opposition. Et le danger est grand, note Arlette Farge, de faire d’un événement l’antécédent de celui qui suivra931. La chronologie ne s’impose pas comme indicateur de sens. Seul l’historien établit ces relations complexes. Seul, l’historien donnera sens à ces éléments, les organisera, en évaluera l’originalité ou la conformité. Celles-ci ne se révéleront que par un travail sur le temps. « Ce qui distingue la question de l’historien et la met à part de celle du sociologue ou de l’ethnologue [est] sa dimension diachronique » rappelle Antoine Prost932. C’est par l’accent que l’histoire met sur le changement et sur les différences ou écarts affectant ces changements, qu’elle se distingue des autres sciences sociales, précise Ricœur933. Or, changements et différences, ou écarts, dans les changements comportent une connotation temporelle934.

15Et ce travail diachronique consistera à identifier, selon des critères que l’historien s’imposera d’expliciter, — non seulement à identifier mais plus souvent à construire— des séquences temporelles, comparées les unes aux autres. C’est la spécificité du travail historien.

  • 935 Prost (A.), op. cit., p. 115.
  • 936 Dumoulin (O.), « La guerre des deux périodes », dans Périodes. La construction du temps historique,(...)

16Périodiser renvoie donc à des durées construites, à des découpages du temps en périodes. A l’historien de trouver, et de justifier, les articulations pertinentes pour découper l’histoire en périodes, c’est-à-dire substituer à la continuité insaisissable du temps une structure signifiante935. « Michel de Certeau et Krzystof Pomian l’écrivent ; on construit la périodisation pour rendre les faits sinon intelligibles, du moins pensables » [rappelle Olivier Dumoulin, qui ajoute :].« Pour reprendre l’analogie de Lucien Febvre, la périodisation prépare la trame de l’histoire comme les différents révélateurs préparent les tissus vivants de l’histologiste » : [et le même O. Dumoulin de citer, fort librement, de Certeau,] « ainsi la chronologie se compose de période… [sic] la coupure est donc le postulat de toute interprétation »936.

17Si l’on admet que l’histoire n’est pas que le processus par lequel sont avérés des faits situés dans le passé, mais le processus par lequel, une fois ces faits établis, se trouve repérée une séquence logique de faits, plus ou moins longue afin d’en déterminer le sens, dans ce cas la démarche de périodisation renvoie non plus à une opération purement méthodologique et opératoire, mais à une opération qui vise à identifier des indicateurs de rupture ou de continuités à l’aune d’une diachronie bien identifiée. Cette opération de sens renvoie bien évidemment à un questionnement contemporain portant sur la signification de notre espace-temps par rapport à d’autres séquences.

18Si la corporation des historiens partage, dans l’ensemble, cette analyse, encore se distinguent-ils quant à la manière d’envisager la périodisation. Cette opération historienne a connu [en effet] différentes phases depuis [ses premières manifestations].

Section 3. Les formes de périodisation : quels choix ?

19Comment périodiser ? Selon quels critères et selon quelles modalités temporelles ?

A. La périodisation canonique

  • 937 Noiriel (G.), Qu’est-ce que l’histoire contemporaine ?, Paris, Hachette, coll. Carré histoire, 1998 (...)

20Le découpage le plus connu est celui que j’ai évoqué au début de mon exposé. La périodisation ternaire (Antiquité, Moyen Age, Temps modernes) est reprise dans la seconde moitié du XIXe siècle, à laquelle on ajoute l’époque contemporaine et la préhistoire. [En Sorbonne, par exemple,] la première chaire d’histoire moderne et contemporaine est fondée en 1884 ; la deuxième, centrée sur l’histoire moderne, en 1888 ; la troisième, en 1891, est consacrée à l’étude de la Révolution française. En 1890 est créée la Société d’histoire contemporaine. [Ces développements avaient été précédés par la] création de l’École libre des sciences politiques, fondée par Emile Boutmy, au lendemain de la guerre de 1870. Destinée à la formation des futurs hauts fonctionnaires, on y crée plusieurs chaires d’histoire contemporaines, à un moment où il n’en existait aucune en Sorbonne937.

  • 938 A propos de cette professionnalisation, voir Noiriel (G.), Sur la crise de l’histoire, Paris, Belin (...)

21Sur quels critères ce découpage s’opère-t-il et pourquoi cette périodisation s’est-elle perpétuée jusqu’à aujourd’hui au point que l’on la dénomme canonique ? La fixation de ces cadres périodiques est contemporaine de la professionnalisation de la recherche dans le cadre universitaire, de la professionnalisation de l’enseignement de la pédagogie de l’histoire à tous les niveaux, professionnalisation qui se produit dans la deuxième moitié du XIXe siècle938. Elle vient d’Allemagne et est en usage dans de nombreux pays, Italie ou Espagne, Belgique, etc. On pourrait d’ailleurs s’interroger sur cette internationale européenne des pratiques historiennes au XIXe siècle, thème qui relèverait de l’histoire des influences culturelles, des transferts culturels. Mais c’est un autre sujet.

  • 939 Chartier (R.), recension du livre de Mann (H.D.), Lucien Febvre. La pensée vivante d’un historien, (...)

22Le critère de ces césures canoniques est principalement politique : la chute de l’Empire romain d’Occident, la chute de Constantinople (la fin de l’Empire byzantin), la Révolution française, autant de ruptures prenant en compte le fait politique. Cette construction temporelle de type politique est la traduction du credo de l’école méthodique représentée en France par Langlois et Seignobos et par Ranke en Allemagne, initiatrice par ailleurs de la professionnalisation historienne : priorité à l’événement, de préférence politique, comme facteur quasi exclusif d’explication de l’histoire, culte du document écrit et conviction d’une pratique scientifique conçue comme relation simple entre un fait donné d’avance et un observateur sans passion939.

23Notons cependant que la préhistoire fait exception en ce que qu’elle est définie non sur un critère politique mais sur un critère de source : l’histoire avant l’écriture (pas vraiment l’histoire)/l’histoire après l’écriture. Ce critère sera repris par les historiens du temps présent : la source est le témoignage des êtres encore en vie.

24Cette périodisation perdure dans nos universités et dans nos écoles. Il suffit, pour s’en convaincre, de parcourir les nomenclatures du CNU en France :

Section 21. Histoire, civilisations, archéologie et arts des mondes anciens et des mondes médiévaux.
Section 22. Histoire moderne et contemporaine, Histoire de l’art moderne et contemporain, musicologie.

25Pourquoi cette perduration ? Pourquoi cette pérennité par-delà les générations d’historiens ? [Plusieurs explications peuvent être avancées :]

  • la défense d’un terrain de chasse, du jardin de l’heureux sommeil » (Veyne),

  • la nécessité d’être dans sa spécialité » [(O. Dumoulin)] : chaque période nécessite la maîtrise d’un code singulier ;

  • l’inertie ;

  • la constitution de baronnies de pouvoir.

26Peut-être aussi, on y reviendra, cette périodisation n’est-elle pas aussi arbitraire que certains le prétendent.

B. Le siècle, la génération, la cohorte

  • 940 Milo (D.S.), Trahir le temps (Histoire), Paris, Les Belles Lettres, 1991. Nouveau tirage en 2005.
  • 941 Ibid., p. 98.
  • 942 Leduc (J.), Les historiens et le temps. Conceptions, problématiques, écritures, Paris, Seuil, coll. (...)

27Une autre périodisation conventionnelle s’est également imposée : celle du siècle. Nous avons des seiziémistes, des dix-septiémistes, des dix-huitiémistes, des dix-neuviémistes et des vingtiémistes, et autant de revues éponymes. A l’origine, saeculum a le sens indéfini d’« âge, époque, longue période de temps ». Le sens défini de période de cent années demeure marginal. Selon Daniel Milo940, la référence à une période de cent ans encadrée par des millésimes à deux zéros ne devient courante qu’à l’époque napoléonienne. Le succès de ce sens mathématique tiendrait à sa « neutralité, à son « auto-référentialité » qui permet de rompre avec les références aux règnes et aux grands hommes941. Cela étant, observe Jean Leduc, le siècle des historiens est très élastique car ils ne peuvent, ou ne parviennent pas, à ignorer certaines bornes politiques majeures, qui demeurent la référence de césure942 :

  • Le XVIIIe siècle prend fin en 1789 plutôt qu’en 1800 ;

  • Braudel et ses émules parlent d’un « long XVIe siècle » ;

  • Pour Eric Hobsbawm, le XXe siècle débute en 14-18 et s’achève en 1989 avec la chute du mur de Berlin ;

    • 943 Delpech (T.), L’ensauvagement. Le retour de la barbarie au XXIe siècle, Paris, Grasset, 2005, p. 12 (...)

    Thérèse Delpech, auteur d’un excellent livre sur L’ensauvagement. Le retour de la Barbarie au XXIe siècle, prend 1905 comme date initiale du XXe siècle, année, écrit-elle, où « on y trouve pêle-mêle une série d’événements qui vont bouleverser les affaires du monde »943 ;

  • D’autres historiens voient dans le XXe siècle le « siècle des génocides » : des Arméniens, des Juifs, des Tutsis.

28L’on est déjà aujourd’hui à s’interroger sur la/les dates initiales de l’histoire du XXIe siècle. Aujourd’hui, de nouvelles périodisations sont construites : la génération, la cohorte et même le temps très court comme cette Brève histoire du XXIe siècle que vient de publier Fabrice d’Almeida, directeur de l’Institut d’histoire du temps présent. On en reparlera.

C. La périodisation revisitée : le moment braudélien des Annales

29Cette périodisation canonique a été contestée par l’École des Annales, ou en tout cas revisitée autrement, en multipliant les critères de césures ou de continuités, à l’aune de ce qui fera la spécificité de l’École des Annales : l’histoire économique et sociale.

  • 944 Prost (A.), op. cit., p. 116.
  • 945 Dumoulin (O.), « La guerre des deux périodes… », art. cité, p. 145-153, p. 148.

30Ce qui heurte les fondateurs des Annales, c’est moins la périodisation comme telle — Bloch et Febvre demeureront dans la périodisation canonique : le Moyen Âge et les Temps modernes, c’est un des grands paradoxes de ces pourfendeurs de l’école méthodique —, que leur cadre contraignant et arbitraire en ce qu’elles se sont imposées sur la base du seul critère politique. Le risque, c’est qu’une fois l’objet historique construit, il fonctionne de manière autonome944, la période se clôt sur elle-même et tend à devenir une unité factice. La création risque de devenir concrétion, selon l’heureuse formule d’Olivier Dumoulin945.

31Je reprends mon exemple de l’harmonisation des programmes d’histoire du premier cycle, discutée lors de la mise en route des programmes de Bologne. Point de débats sur la périodisation classique, dite canonique, alors même que certains programmes révèlent la difficulté d’enserrer dans une période précise, par exemple les Temps modernes, l’histoire politique, l’histoire religieuse, l’histoire culturelle, l’histoire économique et l’histoire sociale, comme si toutes ces histoires se déploient sur le même rythme entre le XVIe et le XVIIIe siècle, et trouvaient leur cohérence dans cette période.

32De ce point de vue, l’apport de Braudel et de ses épigones – Le Roy Ladurie, Goubert et d’autres – fut décisif. Braudel remet en cause l’idée d’un temps unique pour l’historien, distinguant dans sa thèse sur La Méditerranée trois temporalités :

  • la longue durée qui est le temps géographique, celui de la

  • les oscillations cycliques, temps médian, qui est celui des sociétés,

  • le temps court qui est celui de l’individu et de l’événement.

33[Ecoutons-le :]

« Ce livre se divise en trois parties, chacune étant en soi un essai d’explication d’ensemble.
La première met en cause une histoire quasi immobile, celle de l’homme dans ses rapports avec le milieu qui l’entoure ; une histoire lente à couler, à se transformer. [...]

Au-dessus de cette histoire immobile se distingue une histoire lentement rythmée : on dirait volontiers une histoire sociale, celle des groupes et des groupements. [...]

Troisième partie enfin, celle de l’histoire traditionnelle [...] l’histoire à la dimension non de l’homme mais de l’individu, l’histoire événementielle [...] une agitation de surface, les vagues que les marées soulèvent de leur puissant mouvement. Une histoire à oscillations brèves, rapides, nerveuses. Ultrasensible par définition [...] c’est la plus passionnante, la plus riche en humanité, la plus dangereuse aussi. Méfions-nous de cette histoire brûlante encore, telle que les contemporains l’on sentie, décrite, vécue au rythme de leur vie, brève comme la nôtre [...]

  • 946 Braudel (F.), Écrits sur l’histoire, Paris, Flammarion, 1969, p. 11-13.

Ainsi sommes-nous arrivés à une décomposition de l’histoire en plans étagés. Ou, si l’on veut, à la distinction, dans le temps de l’histoire, d’un temps géographique, d’un temps social, d’un temps individuel. »946

34Cette tripartition temporelle est apparue comme un nouveau paradigme historien, sonnant le glas de l’école méthodique en ce qu’il renvoie le temps bref, l’événement, à l’insignifiance :

  • 947 Ibid., p. 23 (article de 1958).

« il n’est que qu’"une fumée abusive", une "illusion", un temps dont le "souffle court" ne peut relever que de la chronique ou du journalisme qui sont incapables de distinguer l’événement significatif du fait obscur. »947

  • 948 Ozouf (M.), « Longue durée et temps présent », art. cité, p. 433 : « Ce qui explique la prédilectio (...)

35Pour les historiens de la longue durée, c’est le répétitif qui est le plus signifiant. « Tout ce qui est important est répété », disait Labrousse. Dans une histoire du répétitif, le fait n’existe plus que pour sa place dans une série. Le plus signifiant est aussi le massif car, note Mona Ozouf, comme le répétitif, le massif est aveu d’existence et de besoin. Par ailleurs, il va de soi que ce qui fait sens, c’est aussi l’invisible et non pas le visible948.

  • 949 Ibid., p. 434.

36Cette nouvelle approche, qui a donné d’excellents travaux, a pour conséquence de privilégier une histoire de la permanence sur une histoire du changement. On connaît ce célèbre oxymoron de Le Roy Ladurie – le temps immobile – qui a fait florès dans les années 60/70. C’est la sanction d’une méfiance vis-à-vis du changement949.

37Cette nouvelle posture emporte-t-elle une nouvelle façon de périodiser ?

  • 950 Ricœur (P.), La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000, p. 233.

38L’innovation de Braudel n’est pas tant de proposer une nouvelle périodisation, que d’étendre la périodisation classique jusqu’aux limites exigées par l’objet historique qu’il traite. Telle est la nouveauté : le questionnement sur l’objet traité fournit les scansions temporelles. C’est bien sous Philippe II qu’il envisage la Méditerranée. Braudel demeure dans la période Ancien Régime/Temps modernes. Mais comme l’objet historique est ici l’histoire économique et sociale, celle-ci impose une rythmique très spécifique, tendant plus à la longue durée, celle-ci étant liée au type de document privilégié accessible à la quantification et au traitement mathématique950.

39L’originalité de Braudel consiste avant tout à proposer un agencement de ces trois temporalités afin d’aboutir à une histoire qu’il appelle « totale ».

40Jacques Le Goff fait remarquer à juste titre que l’on a moins affaire à une théorie de durées plus ou moins longues, qu’à une théorie des rythmes plus ou moins rapides :

  • 951 Le Goff (J.), « Le changement dans la continuité », Espaces Temps, no 34-35, 1986, p. 20-22.

« On a souvent déformé la signification de la longue durée, en l’interprétant comme une longue tranche chronologique, alors qu’il s’agit d’un rythme d’évolution ! Braudel voyait l’évolution de l’histoire dans une combinaison de différents rythmes [...] »951

  • 952 Revel (J.), « Une œuvre inimitable », Espaces Temps, no 34-35, 1986, p. 12.

41De même, autre appréciation, Jacques Revel, revisitant La Méditerranée, considère que Braudel « a voulu raconter la même histoire de trois points de vue différents et construire un objet en relief. [...] C’est un peu la cassure du modèle romanesque du XIXe siècle où l’historien, comme l’auteur, sait tout ce qui se passe dans la tête des gens, raconte à leur place. Au contraire, il y a une série d’excentrements que je trouve étonnants »952.

42Mais Braudel demeure dans un segment périodique relativement bien délimité. Tout comme ses disciples. Pierre Chaunu analyse Séville et l’Atlantique de 1550 à 1650. Pierre Goubert décrit Beauvais et le Beauvaisis de 1660 à 1730. La thèse de Pierre Deyon porte sur Amiens au XVIIe siècle. De même la thèse de François Lebrun porte sur Les hommes et la mort en Anjou aux XVIIe et XVIIIe siècles. Ces quelques exemples montrent que la mise en œuvre de la problématique temporelle braudélienne se déploie à l’intérieur d’un segment qui, fondamentalement, n’est pas remis en question. Ce n’est pas qu’un problème de types de sources ou de confort intellectuel, mais bien une conviction qu’il existe une unité temporelle encadrée par des coupures bien nettes. J’y reviendrai dans la conclusion.

43Ainsi, le moment braudélien des Annales ne met pas en cause les périodes canoniques, mais y réaménage les scansions temporelles.

D. Les années 1970-80

  • 953 [Le samedi 1er décembre 2007, dans la suite de ce module de formation, Nicolas Cauwe, des Musées ro (...)
  • 954 [Le troisième orateur du samedi 17 novembre 2007 était Hervé Inglebert, de l’Université Paris X Nan (...)

44Dans le prolongement de cette redistribution temporelle, de nombreux historiens ont proposé un rééchelonnement des coupures traditionnelles. Pensons à Georges Duby pour qui le Moyen débute avec la Civilisation féodale, ou Jacques Le Goff pour qui le Moyen Âge ne s’achève qu’au XVIIIe siècle. Toujours au sujet du Moyen Âge, les médiévistes connaissent bien les controverses autour de la mutation de l’an mil (Barthélemy, Poly et autres). On pourrait évoquer le Néolithique, il en sera question lors de la prochaine rencontre953, ou la question de l’Antiquité tardive dont Hervé Inglebert parlera probablement tout à l’heure954.

45Dans le domaine français, les années soixante-dix ont vu le dernier procès des périodes canoniques construites sur les césures politiques, définitivement présentées comme un obstacle à l’avancement de la science historique.

  • 955 Dumoulin (O.), « La guerre des deux périodes », art. cité, p. 145 et s.

46A la suite de l’essoufflement du paradigme braudélien, mais en reprenant en l’amplifiant un autre paradigme des Annales, celui de l’histoire-problème appréhendée à partir d’une interrogation du présent, on assiste à l’émiettement des recherches historiennes — l’histoire en miettes pour reprendre le titre d’un livre de François Dosse — qui aura pour effet une remise en cause d’une certaine conception de la période, condamnée pour entrave à la marche du progrès scientifique955.

47Paul Veyne est le plus virulent contempteur de la période, considérant celle-ci comme un obstacle à l’avancement de la science historique :

« Le mythe de la période naît d’une pratique et d’une impuissance.
La difficulté est de dominer la documentation, les langues et la bibliographie de plus d’une civilisation, et elle est insurmontable [...]

L’impuissance est de ne cerner l’individuel qu’au moyen d’une notion trop floue et d’un indicateur temporel : « C’est un impérialisme, celui de Rome ». A ce degré de généralité, cet impérialisme ressemble à tous les autres ; il ne reste donc plus, pour sérier les faits individuels, que l’indicateur temporel : on rangera et étudiera les événements selon l’ordre des temps, on mettra ce qui est romain avec ce qui est romain. Pratiquement, cela veut dire ceci : on débitera, selon un plan scolaire, des faits parfaitement hétérogènes : les institutions romaines, le droit romain, l’économie, la culture, les arts, la vie quotidienne. Tout ce qui compose ce capharnaüm passe pour avoir un même air de famille, encore que l’on se gardera bien de préciser lequel ; le capharnaüm lui-même prend un nom bien connu, celui de civilisation [...].

Laissons tomber une bonne fois les périodes, les civilisations, les histoires nationales [...] Les faits historiques peuvent être individualisés sans être remis à leur place dans un contexte spatio-temporel ; le droit romain ne prend pas place dans une boîte appelée Rome, mais parmi les autres droits [...]

Représentez-vous la table des matières d’une idéale histoire de l’humanité, et supposez que les chapitres aient pour titre, non pas « L’Orient, la Grèce, Rome, le Moyen Âge », mais par exemple : « du pouvoir par droit subjectif au pouvoir par délégation », « de l’économie comme activité essentielle à la professionnalisation de l’économie », « isolationnisme et pluralisme dans les relations internationales » [...]

  • 956 Veyne (P.), L’inventaire des différences. Leçon inaugurale au Collège de France, Paris, Seuil, 1976 (...)

Le continuum spatio-temporel n’est qu’un cadre didactique qui perpétue la tradition paresseusement narrative. Les faits historiques ne s’organisent pas par périodes et par peuples, mais par notions ; ils n’ont pas à être replacés en leur temps, mais sous leur concept. »956

  • 957 Bloch (M.), Apologie pour l’histoire ou le métier de l’historien, 7e éd., coll. Uprisme, Paris, Arm (...)
  • 958 Simiand (F.), « Méthode historique et science sociale », Annales ESC, 15e année, 1960, no 1, p. 83- (...)
  • 959 Bloch (M.), op. cit., p. 149.

48Sans aller dans un sens aussi radical, François Furet, dans un article-phare paru en 1971, reformule la position de Marc Bloch. Rappelons brièvement la conception de Marc Bloch. Dans son Apologie pour l’histoire957, Bloch dénonce avec ironie les constructions artificielles, vilipendées quarante ans plus tôt par Simiand958 :« Une histoire religieuse du règne de Philippe-Auguste ? [...] Pourquoi pas ‘ journal de ce qui s’est passé dans mon laboratoire sous la présidence de Jules Grévy’ par Louis Pasteur ? » ; puis propose un nouveau paradigme : « Gardons-nous, pourtant, de sacrifier à l’idole de la fausse exactitude. La coupure la plus exacte n’est pas forcément celle qui fait appel à l’unité de temps la plus petite [...], c’est la mieux adaptée à la nature des choses. Or chaque type de phénomènes a son épaisseur de mesure particulière, et, pour ainsi dire, sa décimale spécifique »959.

  • 960 Furet (F.), « L’histoire quantitative et la construction du fait historique », Annales ESC, 1971. C (...)

49Trente ans plus tard, Furet formule la nouvelle approche périodique des Annales. Il convient « de réviser les périodisations globales traditionnelles, qui sont pour l’essentiel un héritage idéologique du XIXe siècle et qui présupposent ce qui reste précisément à démontrer : l’évolution progressivement concomitante des éléments les plus divers d’un ensemble, à l’intérieur de la période donnée. Au lieu de partir d’une périodisation donnée, il est probablement plus fécond de poser d’abord les questions par rapport aux éléments décrits. Le concept de ‘ Renaissance’, par exemple, est sans doute pertinent par rapport à bien des indicateurs d’histoire culturelle, mais dénué de sens par rapport aux données de la productivité agraire »960. C’est la reprise, affinée, de la posture des fondateurs des Annales.

  • 961 Braudel (F.), « La longue durée », dans ses Ecrits sur l’histoire, op. cit., p. 48.

50En d’autres termes, il s’agit d’établir des séries de phénomènes homogènes, mesurables, les ordonner éventuellement de manière à construire des séquences. Le renversement consiste en ceci : à chaque ordre de faits, son rythme propre, sa respiration, en quelque sorte sa périodisation961. Chaque objet historique a sa périodisation propre.

  • 962 Le Goff (J.), « Le changement dans la continuité », op. cit., p. 21.

51Ce renversement, perceptible même au sein des Annales chez les successeurs de Braudel, consistera précisément à contester le paradigme braudélien. Le meurtre du père en quelque sorte. Jacques Le Goff affirme : « [...] je pense qu’il n’y a pas d’histoire immobile ; l’histoire, c’est le changement »962.

  • 963 Le Goff (J.), Pour un autre Moyen Age. Temps, travail et culture en Occident, Paris, Gallimard, 197 (...)

52Dans sa préface à Pour un autre Moyen Age, Jacques Le Goff manifestait sa méfiance : « Si l’historien, tenté par l’anthropologie historique [...] devait être amené par l’anthropologie à une histoire universelle et immobile, je lui conseillerais de reprendre ses billes »963.

  • 964 Braudel (F.), Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle, t. II : Les jeux (...)

53Procès un peu excessif, car Braudel, dans son dernier grand ouvrage Civilisation matérielle, économie et capitalisme964 désavoue les historiens qui « ont tendance à imaginer des situations immobiles dans le temps ; toute longue durée se brise un jour ou l’autre, jamais d’un seul coup, jamais dans sa totalité, mais des cassures interviennent ».

  • 965 Revel (J.), « Une œuvre inimitable », op. cit., p. 12-13.

De même, Jacques Revel dira :
« Il [Braudel] n’a pas complètement réussi l’intégration des trois temps, sauf dans le domaine économique. Sinon, on ne trouve pas une articulation soigneuse, développée des temporalités entre elles. […] J’aurais tendance à penser qu’il n’y a pas trois temporalités mais que chaque type d’objet s’inscrit dans des temporalités "n" qu’il faut tenter de reconstruire. »965

54De même, dans un numéro programmatique de 1988, les Annales sous la plume de Revel et de Bernard Lepetit plaident pour un retour de l’intérêt pour les acteurs et leurs stratégies. Influence du politique ? de la sociologie ?

Section 4. L’histoire du temps présent : une nouvelle période, un nouveau regard

55Ce n’est pas un hasard que, dans la foulée, des historiens contemporanéistes ont construit une nouvelle période, l’histoire du temps présent. Ils relevaient ainsi le défi de Marc Bloch invitant les historiens à inverser le rapport passé/présent

56Temps présent, quelle étonnante expression, laissant ouverte la question de la possibilité de considérer le présent comme un temps susceptible d’être décrit, d’être historisé, c’est-à-dire de l’insérer dans une diachronie. Tel est le pari des présentistes qui, partout en Europe, ont créé des Instituts d’histoire du temps présent.

57Sans entrer dans les controverses sur la validité d’une telle histoire, je m’en tiendrai à la question à l’ordre du jour en pointant quelques aspects.

  1. Penser le temps présent, c’est tenter de le périodiser, c’est-à-dire de le délimiter et donc, de le spécifier.

  2. Cela implique que l’on fasse dépendre cette périodisation des représentations du présent et de ses enjeux.

  3. N’est-elle pas vouée à révision constante dans la mesure où les historiens du temps présent caractérisent cette période de manière mobile ? Faire l’histoire du temps présent, c’est en effet considérer que le segment temporel retenu correspond à celui des témoins encore vivants. La période devient alors une période mobile, conditionnée à la disponibilité des sources testimoniales vivantes, c’est-à-dire à la mémoire vive, une mémoire-source, celle des contemporains de l’historien (un certain retour à Hérodote et Thucydide) ; or ce passé, nous disent les historiens présentistes, même clos, n’a rien de révolu tant qu’il vit dans la mémoire. Mais ne butons-nous pas sur une certaine aporie ? La mémoire des camisards est toujours prégnante ; de même l’on sait combien aujourd’hui la mémoire de l’esclavage, plus exactement, la mémoire de la représentation de l’esclavage envahit le champ historien et bien d’autres champs.

58Mais l’histoire du temps présent ne peut se limiter à être l’histoire de la mémoire vive. Il lui faut également rendre compte d’événements, de faits, des relations entre ces faits, et surtout de césures qui lui paraissent suffisamment pertinents pour borner la période traitée. Or, ces bornes sont particulièrement fluctuantes. En 1980, on considérait que la Seconde guerre mondiale marquait la rupture. Certains remontent en 14-18, mais cette hypothèse éloigne du temps présent et fait basculer le segment temporel dans la période séculaire, dans l’évaluation du siècle : 14-18 marquerait, selon Hobsbawm, le terminus a quo du XXe siècle. En d’autres termes, comme l’observe judicieusement René Rémond,

  • 966 Remond (R.), « Quelques questions de portée générale en guise d’introduction », dans Écrire l’histo (...)

« il […] faut continûment réviser la délimitation [du] champ de recherche [des historiens du temps présent]. Par un glissement continu et ininterrompu, tel problème, tel sujet, tel thème qui définissaient leurs objets sont en train de sortir du champ, basculent dans une histoire qui n’est plus celle du temps présent. »966

  • 967 Frank (R.), « Préface », dans Écrire l’histoire du temps présent, op. cit., p. 13.

59Paul Ricœur propose ainsi de « distinguer l’histoire du passé récent mais révolu (la Seconde Guerre mondiale, les empires coloniaux, le communisme) d’une histoire du temps présent, celle dont ne connaît pas la fin au moment où on l’écrit (l’Afrique ou l’Asie post-coloniale, l’Europe de l’Est post-communiste) »967.

60Dans ce cas, il faut surmonter un obstacle de taille : comment faire un récit achevé d’une histoire qui ne l’est pas, si ce n’est en courant le risque de se projeter dans l’avenir ?

  • 968 D’Almeida (P.), Brève histoire du XXIe siècle, Paris, Perrin, 2007, p. 16.
  • 969 Ibid., p. 17.

61C’est bien ce risque-là que vient de prendre Patrice d’Almeida, le Directeur de l’Institut d’Histoire du temps présent (IHTP, Paris), en publiant une Brève histoire du XXIe siècle (parue en septembre 2007 chez Perrin) dans laquelle il propose des points de repères, au prix, dit-il, « d’une réinvention du regard historique, libéré de ses habitudes et de ses préjugés, de sa terrible tendance à la routine bureaucratique, rompant avec ses timidités en matière d’anticipation »968. En quoi consiste ce nouveau regard historique ? Le discours de l’histoire doit penser « les probabilités » et dégager « les déterminations qui pèsent sur l’évolution des sociétés ». « Conjuguée au futur, [l’histoire] doit rendre objectives les conditions de possibilité et les facteurs de transformation »969.

  • 970 Sirinelli (J-F.), « La Génération », dans Périodes. La construction du temps historique, Paris, EHE (...)
  • 971 Ibid., p. 131.

62Une traduction de cette perspective mobile en termes de périodes, c’est le choix fait par certains historiens de prendre comme critère périodique la génération970. Sirinelli, après avoir discuté de la difficulté d’établir cet étalon-temps, plaide pour la génération conçue comme une échelle mobile du temps ; la notion de génération, écrit-il, reste féconde pour l’analyse historique et notamment pour les respirations du temps971. Elle apparaît féconde pour analyser, par exemple, les mentalités économiques, entre les temps économiques longs, de moyenne durée et les crises. L’histoire littéraire a souvent procédé par générations. Le recours à la structure génération a pour effet de réhabiliter l’événement, dans la mesure où les générations sont souvent créées ou modelées par un événement majeur.

  • 972 La sécularisation de la pensée, recherches réunies sous la dir. de G. Vattimo, Paris, Seuil, 1988, (...)

63Bref, plus on miniaturise les objets historiques, plus on multiplie, plus on élargit la palette —on enrichit, diront certains—, des périodisations possibles, au risque d’une perte de sens et, parfois, souvent aujourd’hui, de tomber dans l’anecdotique. La crise des idéologies, la dissolution des métaphysiques historicistes ou scientistes, le déclin du mythe du progrès et de l’idée même d’histoire comme cours linéaire des événements972 expliquent peut-être cette fascination pour l’histoire liliputienne. [Mais inversément, par la pratique des] jeux d’échelle, [il devient possible d’articuler des approches de] micro-histoire [à des perspectives temporelles ou analytiques plus larges].

Section 5. Nécessité de la périodisation

  • 973 Koselleck (R.), Le futur passé, op. cit., p. 267.

64Il faut périodiser, on n’y échappe pas. Quoique il en soit des échelles proposées quant à la délimitation des périodes, ou des focales choisies, une chose apparaît clairement : on ne peut échapper à la périodisation. On a beau multiplier les critères, les croiser et les recroiser, le choix d’une période, aussi menue soit-elle, relève pour une large part de l’arbitraire. Ranke s’est insurgé contre le découpage de l’histoire en trois périodes, mais il a employé ces catégories et leur a donné un contenu973. Seignobos savait très bien le caractère artificiel des périodes, « divisions imaginaires » introduites par les historiens :

  • 974 Seignobos (C.), « L’enseignement de l’histoire dans les facultés », Revue internationale de l’ensei (...)

« Je sais que ce procédé peut sembler artificiel. Les périodes ne sont pas des réalités, c’est l’historien qui, dans la série continue des transformations, introduit des divisions imaginaires. »974

65Un choix s’impose, et l’histoire se doit d’assumer cette contradiction entre la nécessité de périodiser et celle de révéler des pluralités de temps et de rythmes qui colorent la période choisie d’une grande hétérogénéité.

66Peut-on lever cette contradiction ? Peut-être, en partie en tout cas, en considérant deux lignes de force.

A. La périodisation comme construction d’une hypothèse

  • 975 Cité par Milo (D.S.), « Le siècle, projet expérimental avorté », dans Périodes, op. cit., p. 123-12 (...)
  • 976 [citation placée in fine sur le tapuscrit :] « […] retenons l’idée que la périodisation est une hyp (...)

67« La division de l’histoire en périodes n’est pas un fait, mais une nécessaire hypothèse […] » (E.H. Carr975). Mais une hypothèse de quoi ? [Une hypothèse qui vise, comme le souligne D. Milo, à] vérifier une association du collectif et du temps, soit toute forme d’homogénéité collective qui a une durée limitée (économique, sociale, littéraire, artistique, etc.). La périodisation permet « de s’interroger sur la réalité de cette homogénéité, sur les champs de son applicabilité, sur ceux qui lui échappent ». Elle permet « aussi de d’interroger [...] l’étendue temporelle de cette homogénéité »976, et donc également, sur les changements, sur la diachronie qui est bien le champ de l’historien.

B. La périodisation n’implique pas l’homogénéisation

68[La deuxième condition est] d’opter pour la perspective de Koselleck : qu’en un même moment du temps, tous les éléments observés ne sont pas au même stade d’évolution, ou, pour le dire de façon paradoxale, tous les éléments contemporains ne sont pas contemporains.

69Encore que Braudel se pose une question fondamentale qui nous ramène à la question de la cohérence périodique évoquée au début de cet exposé : « Y a-t-il, ou n’y a-t-il pas », se demande-t-il lors de sa leçon inaugurale au Collègue de France faite le 1er décembre 1950, « exceptionnelle et brève coïncidence entre tous les temps variés de la vie des hommes ? Immense question qui est nôtre. [Toute progression lente s’achève un jour, le temps des vraies révolutions est aussi le temps qui voit fleurir les roses] ».

70Claude Lévi-Straus n’identifiait que deux grandes révolutions, dont l’une nous touche encore de près : la révolution néolithique et la révolution industrielle. Ce sont, pour lui, les deux seuls moments où tous les paramètres politiques, économiques, sociaux, culturelles, etc se conjuguent dans le même laps de temps pour produire une quasi mutation civilisationelle. On peut en discuter.

En guise de conclusion : Global history, rythmes et tournants mondiaux

71Cette question d’un ensemble temporel homogénéisé est reprise aujourd’hui à un autre niveau, qui est celui de la Global history, qui présente l’avantage de quitter l’européocentrisme ou l’occidentalocentrisme. C’est une orientation intéressante car on quitte la micro-histoire, les micro-périodes émiettées pour essayer de retrouver une histoire à la Braudel, celle qui dégage un sens plus général à l’évolution des sociétés.

72Je retiens un ouvrage, celui de C.A. Bayly, La naissance du monde moderne (1780-1914), paru aux Éditions de l’Atelier en 2007 (original en anglais en 2003-2004). Un retour sur l’histoire du monde qui ne soit pas centré sur la conquête du globe par les Européens, c’est un phénomène récent :

  • 977 Bayly (C.A.), La naissance du monde moderne (1780-1914), trad. de l’anglais, Paris, Éditions de l’A (...)

« Ce livre montre comment il est possible de rapprocher des évolutions historiques et des enchaînements d’événements traités indépendamment les uns des autres dans le cadre de travaux d’histoire nationale ou régionale. »977

73Il s’agit en fait d’analyser la naissance du monde moderne, en le saisissant comme la mise en place d’un processus de mondialisation et d’homogénéisation auquel aucun pays n’échappe (Cfr Braudel : « Y a-t-il, ou n’y a-t-il pas, exceptionnelle et brève coïncidence entre tous les temps variés de la vie des hommes ? »).

« Ce livre, dit Baily, décrit l’émergence, à l’échelle planétaire, d’un phénomène d’uniformisation qui toucha les États, la religion, les idéologies politiques et la vie économique, à mesure de leur développement tout au long du XIXe siècle. »

74Cet essai reprend une problématique qui a fasciné autant qu’irrité les historiens : je veux parler de celle de Robert Bonnaud [1929-2013], qui à longueur de livres, a essayé de construire une périodisation de type mondial à partir d’une quête éperdue des tournants historiques.

  • 978 Bonnaud (R.), « A la recherche des tournants historiques mondiaux », Le Débat, no 75, mai-août 1993 (...)

75Bonnaud de distinguer des sphères, terme qui a l’avantage de n’impliquer aucune domination ou subordination978 :

  • il y a la sphère de l’invention, celle de la haute pensée, de la haute créativité ;

  • il y a la sphère de l’innovation, celle des idées novatrices et de l’action transformatrice, des transformations des structures ;

  • il y a la sphère de l’expansion, l’activité, les mentalités.

  • 979 Bonnaud (R.), « A quelles conditions une histoire universelle est-elle possible ? », Le Débat, no 7 (...)
  • 980 Ibid., p. 167.
  • 981 Ibid.

76Dans chacune des trois sphères, les courbes de la quantité (la quantité de changement positif, les changements de rythmes) et celles de la qualité (le contenu du changement, les changements de direction du progrès et de la régression) ne se recouvrent pas. On a donc en fait six périodisations et non pas une seule. Les tournants ne se valent pas. Ils doivent être hiérarchisés. D’où l’importance des notions de hiérarchie des tournants et d’emboîtements des périodes. Pour Bonnaud, pour s’en tenir aux siècles modernes979, le grand moment de l’invention, c’est le XVIIe siècle ; le grand moment de l’action, de l’innovation, c’est la fin du XVIIIe siècle ; le grand moment de l’expansion, c’est le XIXe siècle. Cette conception des tournants s’appuie sur le concept theilhardien de noosphère, « ce système de pulsions, permanentes et fluctuantes, de pulsions qui sont des valeurs, et en même temps des anti-valeurs, et qui sont à l’origine des progrès, des régressions, des trends ascendants »980. Sa vision : « l’histoire est commune depuis le début, l’humanité existe depuis le début, les directions de progrès sont à l’œuvre depuis le début. C’est ce que j’appelle les universaux, de préférence à invariants, mot problématique quand il s’agit de rendre compte de la variabilité »981.

77Je m’en tiens là car l’exploration de la pensée de Bonnaud est ardue tant celle-ci est complexe. Mais il était intéressant, me semble-t-il, de l’évoquer dans le cadre de ce bref exposé sur la périodisation, surtout à un moment de l’histoire où l’historien ne peut plus échapper au comparatisme, au décloisonnement.

78Je terminerai par cette réflexion de Braudel, qui loin de clore le débat, l’ouvre davantage :

  • 982 Braudel (F.), Écrits sur l’histoire, op. cit., p. 31 (Leçon inaugurale au Collège de France, 1950) (...)

« Il n’y a pas un temps social d’une seule et même coulée, mais un temps social à mille vitesses, à mille lenteurs. »982

Bibliographie

Bibliographie

Aries (Ph.), Le temps de l’histoire, coll. L’univers historique, Paris, Seuil, 1986.

Berstein (S.), « L’historien et le contemporain », dans Écrire l’histoire du temps présent. En hommage à François Bédarida, Actes de la journée d’études de l’IHTP le 14 mai 1992, Paris, CNRS Édition, 1993, p. 53-56.

Cadiou (Fr.), Coulomb (C.), Lemonde (A.) et Santamaria (Y.), Comment se fait l’histoire. Pratiques et enjeux, coll. Guides Repères, Paris, La Découverte, 2005, p. 224-239.

Dumoulin (O.), « La guerre des deux périodes », dans Périodes. La construction du temps historique, Paris, EHESS, 1991, p. 145-153.

Hartog (Fr.), Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps, Paris, Seuil, 2003.

Koselleck (R.), Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, trad. de l’allemand, coll. Recherches d’histoire et de sciences sociales, vol. 44, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1990.

Leduc (J.), Les historiens et le temps. Conceptions, problématiques, écritures, coll. Point, Paris, Seuil, 1999.

Martin (J.C.), « Pour une typologie des événements », chapitre de son livre La Vendée et la Révolution, coll. Tempus, Paris, Perrin, 2007, p. 19-39.

Milo (D.S.), Trahir le temps, coll. Pluriel, Paris, Hachette, 1997.

Noirel (G.), Qu’est-ce que l’histoire contemporaine ?, coll. Carré histoire, Paris, Hachette, 1998.

Pomian (K.), L’ordre du temps, coll. Bibliothèque des histoires, Paris, Gallimard, 1984.

Pomian (K.), Sur l’histoire, coll. Folio histoire, Paris, Gallimard, 1999.

Prost (A.), Douze leçons sur l’histoire, coll. Points histoire, Paris, Seuil, 1996. En particulier le chapitre 5, intitulé « Les temps de l’histoire » (p. 101-123).

Ricœur (P.), La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000. En particulier les pages 231-238 et 267-277.

Ricœur (P.), « Remarques d’un philosophe », dans Écrire l’histoire du temps présent. En hommage à François Bédarida, Actes de la journée d’études de l’IHTP le 14 mai 1992, Paris, CNRS Édition, 1993, p. 35-41.

Notes

922 Cet article est inédit. Il reprend la conférence prononcée par Jean-Pierre Nandrin le samedi 17 novembre 2007 en ouverture d’une matinée du module de formation commune de l’École doctorale Histoire, art et archéologie fédérant les cinq départements d’histoire et les quatre départements d’histoire de l’art et archéologie des universités de Belgique francophone. Le thème du module était « La périodisation en histoire, histoire de l’art et archéologie ». Jean-Pierre avait le projet de développer ce texte, déjà pourvu de notes et références, pour en faire un article. Les circonstances ne lui en ont pas laissé l’occasion. Nous donnons ici la version du tapuscrit qui servit de base, semble-t-il, à l’exposé oral. Nous nous sommes limité à une intervention éditoriale classique de type rédactionnel, n’intervenant sur le plan ecdotique qu’aux rares endroits où cela était strictement nécessaire et signalant ces interventions par des []. Les intertitres sont de nous.

923 [Jean-Pierre Nandrin, alors doyen et animateur de la conférence des présidents des départements d’histoire, fut un témoin privilégié et un acteur de ces discussions (ndle)]

924 Ozouf (M.), « Longue durée et temps présent », Historiens et géographes, no 284, 1981, p. 432.

925 Koselleck (R.), Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 1990, p. 268-269.

926 Ibid., p. 275.

927 Cadou (FR.) et alii, Comment se fait l’histoire. Pratiques et enjeux, Paris, La Découverte, 2005, p. 226 et s.

928 Prost (A.), Douze leçons sur l’histoire, Paris, Seuil, coll. Points histoire 1996, p. 114.

929 Levi-Strauss (Cl.), La pensée sauvage, Paris, Plon, 1962, p. 342.

930 Ibid., p. 343.

931 Farge (A.), « Le temps, l’événement et l’historien », L’Inactuel, no 2, 1994, p. 34-35, citée par Leduc (J.), Les historiens et le temps. Conceptions, problématiques, écritures, coll. Point, Paris, Seuil, 1999, p. 82.

932 Prost (A.), op. cit., p. 101.

933 Ricœur (P.), La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000, p. 232.

934 Ibid.

935 Prost (A.), op. cit., p. 115.

936 Dumoulin (O.), « La guerre des deux périodes », dans Périodes. La construction du temps historique, Paris, EHESS, 1991, p. 145 ; De Certeau (M.), L’écriture de l’histoire, Paris, Gallimard, 1974, p. 10 [(« Ainsi sa chronologie se compose de « périodes » (…). La coupure est donc le postulat de l’interprétation (…) »)] ; Pomian (K.), L’ordre du temps, Paris, Gallimard, 1984, p. 159.

937 Noiriel (G.), Qu’est-ce que l’histoire contemporaine ?, Paris, Hachette, coll. Carré histoire, 1998, p. 14-15.

938 A propos de cette professionnalisation, voir Noiriel (G.), Sur la crise de l’histoire, Paris, Belin, 1996.

939 Chartier (R.), recension du livre de Mann (H.D.), Lucien Febvre. La pensée vivante d’un historien, Paris, Armand Colin, 1971, parue dans Annales ESC, 27e année, no 3, mai-juin 1972, p. 671.

940 Milo (D.S.), Trahir le temps (Histoire), Paris, Les Belles Lettres, 1991. Nouveau tirage en 2005.

941 Ibid., p. 98.

942 Leduc (J.), Les historiens et le temps. Conceptions, problématiques, écritures, Paris, Seuil, coll. Point, 1999, p. 99.

943 Delpech (T.), L’ensauvagement. Le retour de la barbarie au XXIe siècle, Paris, Grasset, 2005, p. 125.

944 Prost (A.), op. cit., p. 116.

945 Dumoulin (O.), « La guerre des deux périodes… », art. cité, p. 145-153, p. 148.

946 Braudel (F.), Écrits sur l’histoire, Paris, Flammarion, 1969, p. 11-13.

947 Ibid., p. 23 (article de 1958).

948 Ozouf (M.), « Longue durée et temps présent », art. cité, p. 433 : « Ce qui explique la prédilection que nos historiens montrent aux témoignages non conscients, anonymes, sans intervention volontaire, non écrits de préférence ».

949 Ibid., p. 434.

950 Ricœur (P.), La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000, p. 233.

951 Le Goff (J.), « Le changement dans la continuité », Espaces Temps, no 34-35, 1986, p. 20-22.

952 Revel (J.), « Une œuvre inimitable », Espaces Temps, no 34-35, 1986, p. 12.

953 [Le samedi 1er décembre 2007, dans la suite de ce module de formation, Nicolas Cauwe, des Musées royaux d’Art et d’Histoire et de l’Université catholique de Louvain, allait envisager « La périodisation du Néolithique européen (7e -4e millénaires av. J.-C.) »].

954 [Le troisième orateur du samedi 17 novembre 2007 était Hervé Inglebert, de l’Université Paris X Nanterre. Il prit la parole sur « Périodiser l’Antiquité tardive : les débats récents (1971-2007) »].

955 Dumoulin (O.), « La guerre des deux périodes », art. cité, p. 145 et s.

956 Veyne (P.), L’inventaire des différences. Leçon inaugurale au Collège de France, Paris, Seuil, 1976, p. 47-49.

957 Bloch (M.), Apologie pour l’histoire ou le métier de l’historien, 7e éd., coll. Uprisme, Paris, Armand Colin, 1974, p. 148-149.

958 Simiand (F.), « Méthode historique et science sociale », Annales ESC, 15e année, 1960, no 1, p. 83-119 (reprise de l’article paru dans la Revue de Synthèse historique, t. VI-1, no 16, février 1903, p. 1-22, et t. VI-2, no 17, avril 1903, p. 129-157).

959 Bloch (M.), op. cit., p. 149.

960 Furet (F.), « L’histoire quantitative et la construction du fait historique », Annales ESC, 1971. Cet article est repris sous le titre « Le quantitatif en histoire », dans Furet (F.), L’Atelier de l’histoire, Paris, Flammarion, 1989. Les passages cités renvoient aux pages 69-71 de cet ouvrage.

961 Braudel (F.), « La longue durée », dans ses Ecrits sur l’histoire, op. cit., p. 48.

962 Le Goff (J.), « Le changement dans la continuité », op. cit., p. 21.

963 Le Goff (J.), Pour un autre Moyen Age. Temps, travail et culture en Occident, Paris, Gallimard, 1979, coll. Bibliothèque des Histoires, p. 10.

964 Braudel (F.), Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVe-XVIIIe siècle, t. II : Les jeux de l’échange, Paris, A. Colin, 1979, p. 298.

965 Revel (J.), « Une œuvre inimitable », op. cit., p. 12-13.

966 Remond (R.), « Quelques questions de portée générale en guise d’introduction », dans Écrire l’histoire du temps présent, Paris, CNRS Éditions, 1993, p. 32.

967 Frank (R.), « Préface », dans Écrire l’histoire du temps présent, op. cit., p. 13.

968 D’Almeida (P.), Brève histoire du XXIe siècle, Paris, Perrin, 2007, p. 16.

969 Ibid., p. 17.

970 Sirinelli (J-F.), « La Génération », dans Périodes. La construction du temps historique, Paris, EHESS, 1991, p. 129-134.

971 Ibid., p. 131.

972 La sécularisation de la pensée, recherches réunies sous la dir. de G. Vattimo, Paris, Seuil, 1988, p. 7.

973 Koselleck (R.), Le futur passé, op. cit., p. 267.

974 Seignobos (C.), « L’enseignement de l’histoire dans les facultés », Revue internationale de l’enseignement, II, 15 juillet 1884, p. 36.

975 Cité par Milo (D.S.), « Le siècle, projet expérimental avorté », dans Périodes, op. cit., p. 123-128, ici p. 125.

976 [citation placée in fine sur le tapuscrit :] « […] retenons l’idée que la périodisation est une hypothèse. Mais hypothèse de quoi ? Selon moi, périodiser, c’est à la fois postuler et vérifier une association à première vue triviale, mais qui ne l’est guère, celle du collectif et du temps. Diviser l’Histoire en périodes implique qu’un « esprit du temps » (Zeitgeist) – soit toute forme d’homogénéité collective : économique, littéraire, agricole – a une durée limitée. Tout historien, même celui qui n’adhère pas aux thèses historicistes, accepte une version plus ou moins rigoureuse […] de cette idée. Les formes habituelles de périodisation (…) permettent […] de s’interroger sur la réalité de cette homogénéité, sur les champs de son applicabilité, sur ceux qui lui échappent. Elles permettent aussi de d’interroger […] l’étendue temporelle de cette homogénéité » (Milo (D.S.), « Le siècle, projet expérimental avorté », op. cit., p. 125).

977 Bayly (C.A.), La naissance du monde moderne (1780-1914), trad. de l’anglais, Paris, Éditions de l’Atelier, 2007, p. 15.

978 Bonnaud (R.), « A la recherche des tournants historiques mondiaux », Le Débat, no 75, mai-août 1993, p. 156 et s.

979 Bonnaud (R.), « A quelles conditions une histoire universelle est-elle possible ? », Le Débat, no 75, mai-août 1993, p. 166.

980 Ibid., p. 167.

981 Ibid.

982 Braudel (F.), Écrits sur l’histoire, op. cit., p. 31 (Leçon inaugurale au Collège de France, 1950) et p. 48 (article sur la longue durée, 1958).

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search