Version classiqueVersion mobile

Hommes et normes

 | 
Jean-Pierre Nandrin

Partie V. Historiographie et réflexions sur l’histoire

Introduction. A quoi sert l’histoire ? Jean-Pierre Nandrin face à son métier d’historien

Eric Bousmar et Nathalie Tousignant

Texte intégral

1« Bien, bien... » Ainsi commençaient souvent les prises de parole de Jean-Pierre, un peu comme s’il se retroussait les manches, lorsqu’il présidait une réunion ou une séance de colloque. Il aimait discuter, par plaisir de la conversation et, avec ses collègues, par goût de la disputatio et de l’échange de vue.

2Contemporanéiste, et soucieux de développer les travaux d’histoire contemporaine, notamment dans son université, il n’en rappelait pas moins son intérêt —bien réel— pour les autres périodes de l’histoire. Il soulignait d’ailleurs volontiers qu’il avait « fait son mémoire » en Temps modernes.

3Jean-Pierre a lu énormément, faisait profiter ses collègues de ses trouvailles et, en gestionnaire avisé des acquisitions d’ouvrages d’histoire pour la bibliothèque universitaire, a rempli des rayonnages entiers, faisant la part belle aux travaux d’historiographie et de réflexion sur l’activité et le rôle social de l’historien. C’est de ces préoccupations que sont issus les textes que nous présentons ici.

  • 904 Nous renvoyons sur ce point le lecteur à la contribution de Marie-Thérèse Coenen dans cet ouvrage.

4Tout avait commencé il y a bien longtemps, dans le creuset intellectuel de l’Université de Louvain de la fin des années 1960. « Mai 68 » anime la génération de ces étudiants et assistants nés dans une Europe en pleine reconstruction. Les débats qui secouent la vénérable institution ne sont pas analogues chez les francophones et les néerlandophones qui forment la communauté universitaire. Pour les Flamands, les revendications sont d’ordre linguistique et communautaire ; elles mèneront comme l’on sait à la scission de l’université en deux établissements indépendants. D’après les témoignages, c’est, du côté francophone, davantage le personnel scientifique qui demande des conditions de travail dignes et la reconnaissance du travail intellectuel effectué sous la supervision d’un professeur. Jean-Pierre, alors étudiant en histoire, rencontre les assistants de Joseph Ruwet, moderniste sous la direction duquel il rédigera son mémoire. De ces échanges dans un cadre pédagogique, naîtront de fortes amitiés avec Pierre-Paul Dupont, Guy Lemaire et André Vanderborght. Cependant, leur métier semble sclérosé à ces historiens qui, revendiquant un ancrage idéologique de gauche, seront sensibles au projet porté par Albert D’Haenens904.

  • 905 Les éléments qu’on vient de lire sur le Groupe Clio 70 reposent notamment sur les entretiens réali (...)

5Jean-Pierre, Guy et Pierre-Paul, de même que leurs épouses, fraîchement diplômés, s’engagent à la fois dans la vie professionnelle (long parcours dans l’enseignement secondaire et supérieur) et dans l’aventure « Clio 70 ». Le Groupe Clio 70 est une des premières initiatives de public history menée en Belgique francophone, rassemblant un groupe de jeunes historiens autour d’un professeur de l’UCL, le médiéviste Albert D’Haenens. A relire le manifeste fondateur du groupe, on y retrouve les idéaux de « Mai 68 » : écrire l’histoire des dominés, des sans-histoire, rendre accessible cette histoire hors des circuits académiques, intégrer l’image dans la production scientifique et comme vecteur de communication par le livre illustré ou le montage audio-visuel. Pour parvenir à concrétiser ce projet, il faut se lancer dans un travail d’historien indépendant, auto-entrepreneur qui démarche les commanditaires potentiels. Le Groupe Clio 70, un collectif bien dans l’esprit de l’époque, inscrivit plusieurs réalisations à son actif, dont un Guide des abbayes de Belgique (1973), un Guide du folklore (1974), ou encore Sept merveilles de Belgique à la demande d’Arthur Haulot, commissaire général au tourisme (1978), sans compter les albums réalisés pour les éditions Historia puis Artis-Historia, après la rencontre avec Jean-Michel Ugeux, dont Abbayes et béguinages de Belgique (5 vol., 1974-1979), et l’histoire officielle de l’université rédigée dans le cadre de la commémoration des 550 ans de l’UCL (1975). Dans ce noyau fondateur et fécond s’est effectuée une synthèse de deux courants marquant profondément l’historiographie belge francophone : d’une part l’érudition et le travail minutieux sur de longues séries archivistiques et d’autre part la capacité d’innovation, de décloisonnement et de communication vers un large public. Pour ces jeunes historiens, la référence, c’est Paris, les historiens qui animent les Annales et l’EHESS : P. Goubert, J. Delumeau, E. Le Roy Ladurie, J. Chesneaux905.

  • 906 Voy. toujours la contribution de Marie-Thérèse Coenen dans cet ouvrage.

6Comme dans plusieurs aventures humaines, nées à la marge des institutions, celle du Groupe Clio 70 se reconfigure, suite aux impératifs des carrières et des trajectoires de ses membres, ainsi qu’en raison de la personnalité de son fondateur. Il en va tout autrement de l’expérience de la Fonderie, qui s’est inscrite avec succès dans la durée906. Durant toutes ses années, Jean-Pierre enseigne dans l’enseignement secondaire. C’est tout naturellement qu’on le retrouve plus tard associé à la publication de manuels d’histoire pour l’enseignement secondaire.

7A Saint-Louis, ces préoccupations de Jean-Pierre se traduisirent de multiples façons. D’abord dans son approche générale de l’histoire : une discipline qui ne peut être fermée sur elle-même, qui doit contribuer à élucider le présent et non se complaire dans le passé. « Ça sert à quoi, l’histoire ? », demandait-il souvent à ses propres collègues, n’hésitant pas à les titiller sur ce point (tandis qu’il défendait vigoureusement l’utilité de l’histoire auprès des collègues d’autres disciplines !).

8Ensuite par son approche de la formation des étudiants. Le cours de Critique historique qu’il a dispensé durant plusieurs années aux étudiants de lettres (philologies romane, germanique et classique, philosophie, histoire) et de sciences sociales (science politique, sociologie, communication) était assorti d’un recueil de textes comportant des articles sur la fonction sociale de l’historien, la critique du négationnisme, la critique de témoignages relatifs à la Shoah (la critique de restitution du journal d’Anne Franck, la critique d’interprétation du journal du médecin SS Kremer), etc. L’historien n’est pas coupé des enjeux du monde où il vit ; bien plus, lorsque nécessaire, il doit prendre position dans le débat public. Lorsqu’il s’est agi de réorganiser le programme de premier cycle en histoire à la faveur de la réforme dite de Bologne, Jean-Pierre a tenu à développer les enseignements menant les étudiants à réfléchir sur l’activité de l’historien, au point d’en faire une véritable séquence pédagogique menant des enseignements méthodologiques de première année et du cours d’historiographie de seconde année à un séminaire d’historiographie et de théorie de l’histoire et à un cours consacré aux Enjeux et débats du métier d’historien. Il a aussi plaidé, avec un succès certain, pour l’instauration de plusieurs cours portant sur des thématiques historiques sans s’arrêter aux barrières des quatre périodes conventionnelles, tant il est vrai que celles-ci sont arbitraires. Comme président de la section d’histoire puis comme doyen de la Faculté, il a veillé à ces discussions, convaincu ses collègues puis assuré la mise en œuvre des réformes. Il a lui-même assuré personnellement la charge du séminaire d’historiographie et du cours d’enjeux et débats. Il estimait, à raison, que dans le système belge (axé sur la complémentarité des exercices de recherche et des cours magistraux), les étudiants ne lisaient pas assez. Certes (un autre mot fétiche de Jean-Pierre), nos étudiants sont-ils rôdés à la critique des témoignages, à la bibliographie et à l’examen de documents originaux, mais cet apprentissage tourne auteur de questions particulières à résoudre et ne conduit pas nécessairement à la lecture des « auteurs ». Jean-Pierre entreprit donc de familiariser les étudiants avec le contact direct des textes marquants du XXe siècle, et en particulier ceux de l’école des Annales. Dans le même temps, il invitait des collègues extérieurs à présenter des questions débattues dans leurs domaines de spécialité. Il continuait ainsi une tradition qu’il avait lui-même initiée aux Facultés en invitant, par exemple, Annette Wiewiorka à parler de l’ère du témoin ou Olivier Petré-Grenouilleau, aux prises avec des revendications judiciaires, à présenter ses travaux sur les traites négrières.

9Enfin sur le terrain de la recherche, Jean-Pierre s’est attelé à coordonner deux séries successives de bilans historiographiques – dont un avant-propos est réédité ci-après –, publiés dans les Cahiers du centre qu’il co-dirigeait, la première série ayant en outre fait l’objet d’une table-ronde préliminaire. Soucieux de démontrer la continuité des démarches de l’historien et des autres sciences « de l’Homme », il a également organisé une table-ronde consacrée à l’histoire et aux perspectives actuelles de l’université, sous le titre De Bologne à Bologne. Au sein de l’École doctorale « Histoire, art et archéologie », une structure interuniversitaire neuve, issue de la réforme de Bologne et dont il fut l’une des chevilles ouvrières appréciée et respectée, Jean-Pierre a contribué à instaurer une pratique analogue, par l’organisation d’un séminaire doctoral consacré à de grands enjeux transpériodes et interdisciplinaires (puisque ce domaine d’étude, cotte plus ou moins bien taillée par un décret, comporte les trois disciplines éponymes, avec toutes leurs sous-spécialités, sans omettre la musicologie). A nouveau ce souci d’ouvrir les doctorants à d’autres horizons que celui de la mine d’or qu’ils creusent en solitaire mais dont l’éboulement pourrait les ensevelir, si l’on n’y prend garde.

10Et puis, c’est cette conception du métier qui a porté Jean-Pierre à s’engager dans des structures, d’une part, et dans le débat public, d’autre part. On a déjà rappelé l’implication de Jean-Pierre dans l’aventure de la Fonderie, jamais démentie. Il fut également une des chevilles ouvrières du Centre d’archives pour l’histoire des femmes - Archiefcentrum voor vrouwengeschiedenis (CARHIF-AVG), une asbl qui se donne pour but la collecte, la préservation, et l’ouverture à la recherche d’archives du mouvement des femmes. Pas d’histoire sans source et pas d’histoire véritable sans qu’elle n’intègre la dimension de l’histoire des femmes. A un niveau plus général, nous retrouvons Jean-Pierre au Conseil supérieur des archives privées : un enjeu vécu du métier d’historien, s’il en est, et dont il témoigne dans le texte édité ci-après. Et comme historien, le voilà également impliqué dans la politique documentaire de son institution : responsable attentif des acquisitions en histoire, et délégué dans plusieurs instances interuniversitaires (la Conférence des bibliothécaires en chef des universités, le comité d’accompagnement Boréal, le « Chantier Bibliothèques » préparant ces matières et coordonnant trois groupes de travail en vue de la fusion UCLouvain, le groupe transversal Ressources documentaires —ou GTRD— de la Coopération universitaire au développement). Pas d’historien sans ressources documentaires, à tel point que l’historien, dans son institution, est souvent requis comme spécialiste des ressources documentaires. A ces requêtes, Jean-Pierre ne s’était pas dérobé non plus, assumant ainsi un autre aspect du métier d’historien : mettre sa méthodologie au service de la communauté universitaire. Reste un terrain : le débat public. Là aussi, Jean-Pierre a tenu à s’exprimer, comme historien. L’« homme à l’écharpe rouge » ne souhaitait pas s’exprimer comme un intellectuel touche-à-tout, mais s’appuyer sur son métier et les exigences de celui-ci. Le voici donc écrivant pour un grand quotidien, La Libre Belgique (voir ci-après, le chapitre 25), ou dans une revue de réflexion. Il s’était engagé auprès de la Revue nouvelle et espérait y trouver une tribune nouvelle durant son éméritat. Malheureusement, la maladie l’a privé, nous a privé, de ce dernier rôle.

11Les articles reproduits ici illustrent ces volets importants de la personnalité scientifique de Jean-Pierre Nandrin.

  • 907 Le terme renvoie au titre d’un livre : Blanc (W.), Chery (A.), Naudin (Ch.), Les historiens de gar (...)
  • 908 Van Doorslaer (R.), Debruyne (E.) Seberechts (F.), Wouters (N.), La Belgique docile, Bruxelles, Lu (...)
  • 909 A l’automne 2014, la communauté scientifique belge, appuyée par ses réseaux internationaux, a lanc (...)
  • 910 Bost (M.), Kesteloot (CH.), « Les commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale », C (...)
  • 911 In cauda, Jean-Pierre Nandrin regrettait la disparition de l’histoire globale, aux visées explicat (...)

12Le premier texte porte sur Politique, mémoire et histoire : un trio infernal. Il s’agit d’un texte de circonstance, qui entendait réagir, dans la foulée d’une carte blanche signée par 150 historiens belges, tant flamands que francophones, à une proposition de loi déposée par deux sénateurs et plus largement de mettre les choses à plat : « La crainte des historiens est de voir le politique caporaliser la recherche historique [...] ». Le risque est bel et bien d’« imposer des jugements de valeur au détriment de l’analyse critique des phénomènes ». Jean-Pierre resitue les enjeux des interventions politiques et judiciaires dans la pratique du métier d’historien, en contexte démocratique, sur fond des débats français relatifs aux lois mémorielles. Alors que « [l] e monde politique et l’opinion publique tendent à substituer la mémoire à l’histoire et à considérer la première comme la quintessence même de la pratique historienne », le devoir de mémoire « ces dernières années[,] s’est transformé en une sorte de procès systématique de[s] pratiques historiques, jugées souvent trop sommairement ». Une dizaine d’années plus tard, le constat reste largement d’actualité. Dans la sphère médiatique française, si les revendications mémorielles groupusculaires ont diminué (provisoirement ?), des crispations mémorielles identitaires agitent certaines franges de la société tandis que de pseudo-historiens qualifiés par dérision d’« historiens de garde » pratiquent avec aplomb la manipulation du passé à leur propre sauce idéologique, affichant sans complexe ignorances, confusions et absence de perspectives critiques907. Si les autorités politiques belges ont su quant à elles, dans certains dossiers sensibles, donner les coudées franches à une équipe d’historiens mandatés à titre d’experts et de chercheurs (comme par exemple pour le rapport La Belgique docile908), de telles situations restent occasionnelles ou, c’est selon, exceptionnelles. L’équilibre risque sans cesse d’être remis en question : soit par des coupes budgétaires qui touchent aux fondements et non à la marge de l’outil scientifique susceptible de répondre aux demandes sociétales (on songe aux restrictions budgétaires du gouvernement Michel, touchant les institutions scientifiques fédérales, notamment le Ceges, annoncées en 2014 et suscitant pétitions et protestations909, ou au sous-financement structurel des universités et de leurs secteurs sciences humaines), soit par un mépris à l’égard des compétences des historiens (attitude du Gouvernement flamand à l’égard des historiens flamands, négligés, écartés et non écoutés, dans la préparation du Centenaire de la Grande Guerre910). Plus que jamais, il revient aux historiens de tenir compte des interactions entre histoire et mémoire et de sensibiliser les décideurs et la société civile sur les implications de la posture historienne911.

13Avec La périodisation en question(s), nous retrouvons Jean-Pierre Nandrin au clavier d’un texte de circonstance (2009). Il l’avait également baptisé ailleurs La périodisation historique en question(s). On appréciera la nuance. Ce texte était le support d’une conférence d’ouverture à une matinée d’école doctorale, que Jean-Pierre avait toutefois le projet d’élaborer en un article. Il y évoque sa perplexité, voire son irritation, quant à la périodisation canonique figée qui rythme l’histoire enseignée, organise les carrières d’historiens et, plus souvent qu’à son tour, le travail de recherche. Rappelant le caractère arbitraire de la scansion Antiquité/Moyen Age/Temps modernes/Période contemporaine, ou du découpage pseudo-objectif en siècles, il souligne que sa remise en cause par l’école des Annales fut toute relative, que F. Braudel lui-même inscrivait son travail dans les bornes classiques des Temps modernes et que sa fameuse tripartition temporelle mettait plus l’accent sur différents rythmes d’évolution que sur des bornes périodologiques. Poursuivant l’examen de l’historiographie, il montre en quoi l’émiettement des spécialités au sein d’une école des Annales devenue dominante, d’une part, et l’émergence de la notion et de la pratique d’histoire du Temps présent, d’autre part, bousculent le bien-fondé des périodisations acquises. Surgissements de micro-objets avec leurs périodisations propres d’une part, définition d’une période aux bornes mouvantes d’autre part. En même temps, il concède que la périodisation est une opération indispensable dans l’entreprise d’intelligibilité qu’est la mise en récit historienne, s’appuyant en cela tant sur Charles Seignobos (1884) que sur Edward H. Carr (1961). Entendue comme une hypothèse, la périodisation est évidemment indispensable et bénéfique. Le propos se termine en suggérant qu’une tentative de périodisation à l’échelle macro-historique, renouant avec un découpage d’ensemble de la « matière historique », est en fait loin d’être absurde ou surannée ; les travaux de la Global history en démontrent au contraire la nécessité (mais aussi la difficulté). La boucle est ainsi bouclée, en évoquant au passage les travaux d’un élève de Jean Chesneaux, le néo-marxiste Robert Bonnaud.

14Le troisième texte, Comment écrire l’histoire des droits de l’homme ?, illustre l’engagement de Jean-Pierre à inscrire ses analyses dans la longue durée et dans l’interdisciplinarité. Dans le cadre de la conférence qu’il prononce à Lorient, à l’Université de Bretagne-Sud, il reprend différents thèmes abordés dans le cours qu’il donne au sein du programme de master complémentaire en droits de l’homme. Il était essentiel pour Jean-Pierre de casser l’habitude de certains étudiants et collègues à ne comprendre et interpréter ces conventions que dans leur dimension immédiate, comme si elles avaient été écrites ex nihilo. L’histoire comme discipline a donc toute sa place pour problématiser et contextualiser les textes phares du court XXe siècle. Enfin, cet article, par sa profondeur historique, amène à un regard éclairé sur notre temps présent, autre finalité que Jean-Pierre attribuait au travail de l’historien.

15Le dernier texte enfin, après son avant-propos historiographique, fait un premier bilan scientifique de son mandat à la tête du Conseil des centres d’archives privées, tout en livrant un précieux témoignage sur son fonctionnement. Il témoigne du souci de Jean-Pierre pour la protection de ces archives si précaire et de sa conscience aigüe des enjeux les plus modernes de la recherche historique en Belgique.

16En présentant ces textes, il faut souligner encore une fois la fascination de Jean-Pierre pour l’École des Annales, son engouement pour la pratique du métier d’historien dans le contexte hexagonal et son exceptionnelle maîtrise de l’historiographie produite en français.

17Ses articles témoignent aussi de son engagement et des prises de position qui furent les siennes tout au long de sa carrière. Il n’a pas attendu « Indignez-vous » pour dénoncer la détérioration de l’environnement académique, lui qui, par esprit de service à l’institution, a accepté de nombreuses tâches administratives qui l’ont éloigné de son travail de chercheur. Il comptait bien profiter de son éméritat pour y remédier. Nous anticipions déjà le plaisir de travailler avec ce perfectionniste et l’enthousiasme communicatif qui était le sien. Etre sensible et pudique, il n’aurait pas souhaité qu’on le mette sur un piédestal, mais simplement qu’on le reconnaisse, lui et ses écrits, pour leur qualité.

18Ayant succédé à Jean-Pierre dans plusieurs de ses missions, et notamment en assumant la cotitulature du séminaire Enjeux et débats : historiographie et métier d’historien (issu de la fusion de deux de ses enseignements), nous ne pouvons que souligner la grande dette qu’ont envers lui ses collègues proches. Nombre de ses initiatives, de ses prises de position et de ses interpellations continuent aujourd’hui de marquer notre travail de chercheur, notre activité auprès des étudiants et notre attitude générale d’historiens.

Notes

904 Nous renvoyons sur ce point le lecteur à la contribution de Marie-Thérèse Coenen dans cet ouvrage.

905 Les éléments qu’on vient de lire sur le Groupe Clio 70 reposent notamment sur les entretiens réalisés en août et septembre 2014 par N. Tousignant avec Guy Lemaire et le regretté Pierre-Paul Dupont.

906 Voy. toujours la contribution de Marie-Thérèse Coenen dans cet ouvrage.

907 Le terme renvoie au titre d’un livre : Blanc (W.), Chery (A.), Naudin (Ch.), Les historiens de garde. De Lorànt Deutsch à Patrick Buisson, la résurgence du roman national, préface de Nicolas Offenstadt, Paris, Éditions Inculte, 2013, 224 p. http :// www.leshistoriensdegarde.fr. Depuis la présidence de Nicolas Sarkozy, poursuivant ainsi une tendance esquissée par ses prédécesseurs illustres Charles de Gaulle, Valéry Giscard-d’Estaing, François Mitterrand et Jacques Chirac, l’histoire est régulièrement convoquée dans l’espace public républicain en France. L’adoption d’une série de lois mémorielles (en fait, quatre lois votées entre 1990 et 2005, la cinquième ayant été censurée par le Conseil constitutionnel en 2012) et plus particulièrement l’article 4 (rôle positif de la présence française outre-mer) de la loi de 2005 (loi française no 2005-158 du 23 février 2005 portant reconnaissance de la Nation et contribution nationale en faveur des Français rapatriés) a suscité la création d’un Comité de vigilance face aux usages publics de l’histoire en 2005, à l’initiative de Gérard Noiriel, Nicolas Offenstadt et Michèle Riot-Sarcey. Le site de l’association documente une décennie de prises de position : http://cvuh.blogspot.be. Cette instrumentalisation du passé, de l’histoire et de la mémoire s’est développée, en même temps qu’un débat sur la place de l’histoire dans les programmes d’enseignement en France, conduisant certains intervenants à militer pour le retour de l’« histoire de France », factuelle, événementielle, politique, consacrée aux « grands » hommes et en déphasage total par rapport à l’évolution historiographique. Enfin, un troisième courant présent en France et ailleurs en Europe, l’histotainment : le divertissement historique, décliné par le livre (par exemple Métronome, de Lorànt Deutsch) par la série documentaire télévisée (par exemple Secrets d’histoire, présenté par Stéphane Bern), par le film historique (Indigènes ou La Rafle), par les fêtes médiévales et les reconstitutions historiques, tend à nuire à l’approche critique et historienne du passé.

908 Van Doorslaer (R.), Debruyne (E.) Seberechts (F.), Wouters (N.), La Belgique docile, Bruxelles, Luc Pire/Cegesoma, 2 vol., 2007, env. 1500 pages.

909 A l’automne 2014, la communauté scientifique belge, appuyée par ses réseaux internationaux, a lancé une pétition pour sauver la politique scientifique fédérale belge. Celle-ci a fait l’objet de compressions budgétaires significatives. De même, cette politique devait être entièrement transférée, dans le cadre de la sixième réforme de l’État, aux entités fédérées - http://savebelspo.be/savebelspo_fr.stm.

910 Bost (M.), Kesteloot (CH.), « Les commémorations du centenaire de la Première Guerre mondiale », Courrier hebdomadaire du CRISP, 2014/30 (No 2235-2236), p. 35-37 et p. 50-51.

911 In cauda, Jean-Pierre Nandrin regrettait la disparition de l’histoire globale, aux visées explicatives d’ensemble, non émiettée. Dans son texte sur La périodisation en question(s), on l’a vu, il révisait son jugement, évoquant l’intérêt des tentatives de la Global history.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search