Version classiqueVersion mobile

Hommes et normes

 | 
Jean-Pierre Nandrin

Avant-propos

Pierre-Olivier de Broux

Texte intégral

Jean-Pierre Nandrin
1947-2012

1A l’heure d’envisager son éméritat, Jean-Pierre Nandrin avait confié à plusieurs de ses collègues son souhait de voir réédités une série de ses articles scientifiques. Modeste, comme toujours, il ne voulait pas astreindre ses collègues à la rédaction d’articles bienveillants pour célébrer une retraite bien méritée. En filigrane, mais inconsciemment sans doute, il faut y voir également un très juste projet de mise en évidence tant de la cohérence que de la richesse de son œuvre scientifique. C’est à ce vœu, et à la pertinence de ce projet, que le présent volume entend répondre le mieux possible, pour rendre hommage à celui qui nous a quitté si vite, par une froide journée de décembre, en 2012 déjà.

2Au sein d’une vaste bibliographie, reproduite au début de cet ouvrage, une série de textes ont été sélectionnés par ses collègues, anciens doctorants et assistants. La reproduction de ces textes nous a paru pouvoir éclairer au mieux les diverses facettes des recherches de Jean-Pierre, en mêlant ses préoccupations sociales, sociétales et juridiques. Ce sont ainsi cinq thématiques qui retracent les orientations choisies par Jean-Pierre tout au long de sa carrière académique : la justice, la naissance du droit social, l’histoire politique, le rôle des femmes et les enjeux de la discipline historique.

3Chacun de ces titres, qui structurent le présent ouvrage, rassemble quatre à six publications significatives de Jean-Pierre, qui composent les chapitres de cette œuvre finale. Parmi ces articles, certains étaient devenus difficilement trouvables, dans des revues au tirage limité ou dans des ouvrages collectifs moins diffusés. Ils pourront ainsi trouver une nouvelle jeunesse, et il faut remercier ici l’ensemble des maisons d’éditions concernées pour avoir autorisé leur reproduction. Certaines contributions ont été rédigées il y a fort longtemps. Leur édition a parfois nécessité quelques rares mises à jour pour maintenir leur accessibilité au lecteur de 2015. Surtout, et ce n’est pas le moindre des plaisirs des coordinateurs de l’ouvrage, quatre articles sont inédits, issus de publications projetées par Jean-Pierre, pour lesquelles il avait déjà réalisé un travail très avancé de recherches et de rédaction. Là où cela s’avérait nécessaire, ces inédits ont fait l’objet d’un travail d’édition consciencieux, en s’attelant à ne pas déflorer la pensée ni le style de Jean-Pierre. Chaque titre fait également l’objet d’un commentaire critique, qui vise en particulier à replacer la production scientifique de Jean-Pierre dans son contexte historiographique.

4Quelques saveurs supplémentaires s’ajoutent à ce plat de résistance somme toute très scientifique. Derrière la science, il ne fallait pas oublier l’homme, son humour, son art étudié de la pédagogie, de la provocation, de la vulgarisation et les services incessants rendus bien au-delà des murs de l’université. Outre l’occasion saisie par ses collègues dans leurs commentaires respectifs, plusieurs contributions spécifiques le rappellent. Ses anciens doctorants tout d’abord et de proches collègues ensuite, font mémoire de cette vie d’homme et d’engagement en début et en fin de volume.

5Il fallait enfin trouver un titre pour synthétiser ce travail. Nous avons finalement décidé de laisser la paternité de ce titre à Jean-Pierre lui-même, en reprenant tout d’abord les premiers mots du titre de sa thèse : Hommes et normes. Le pouvoir judiciaire en Belgique aux premiers temps de l'indépendance (1832-1848). Ce travail magistral n’a en effet pas été publié intégralement et son titre n’a jamais été repris par Jean-Pierre. Il nous paraît néanmoins refléter parfaitement, dans le bon ordre, la carrière et les champs de recherche qu’il a explorés – outre une pointe d’humour, involontaire semble-t-il, qui le caractérise pourtant si bien. Etudier les hommes tout d’abord, au sens large, en incluant bien évidemment le rôle des femmes et l’histoire du féminisme ; mais aussi dans leur dimension collective, éminemment sociale, l’attention scientifique – juste miroir de sa manière d’être – qu’il consacrait aux populations plus fragiles ou précarisées. Etudier les normes ensuite, reflétant son implication dans et son intérêt pour l’histoire du droit et, surtout, de la justice, l’histoire de la chose juridique et donc, a fortiori pour un historien, l’histoire politique.

6Si nous pouvions chapeauter ainsi la plus grande partie des travaux et des histoires racontées par Jean-Pierre, il fallait encore donner une place à la réflexion permanente sur son rôle d’historien, réflexion qu’il a menée du début jusqu’à la fin de sa carrière. « L’utilité sociale de l’historien est pour moi une option méthodologique », rappelait-il dans une interview à La Libre Belgique le 23 juin 1995. La création d’une troisième année d’étude au sein du bachelier en histoire à Saint-Louis lui avait d’ailleurs permis de faire état de cette réflexion et d’y faire participer les étudiants, en créant un cours d’Enjeux et débats : le métier d’historien. C’est aussi en souvenir de cette préoccupation centrale que nous a léguée Jean-Pierre que nous avons repris, en l’adaptant, cet intitulé. Deux titres qui sont donc les siens, et qui nous paraissent si bien décrire l’homme et le scientifique que nous ne sommes pas prêts d’oublier.

7Cerise sur le gâteau, enfin : le présent hommage s’est réalisé en parallèle avec celui organisé par l’asbl La Fonderie au Musée bruxellois de l’industrie et du travail, à la fondation desquels Jean-Pierre a participé avec tant de passion. L’équipe de la Fonderie lui a consacré un numéro spécial des Cahiers de la Fonderie intitulé « L’historien dans la cité ». L’un et l’autre hommage gagneront à être lus conjointement si l’on veut avoir une petite idée de la diversité des engagements de Jean-Pierre Nandrin, un homme… énorme, hors norme, qui confessait, encore à La Libre Belgique, en 2000, dans une autre interview reproduite à la fin de cet ouvrage, se sentir comme le peau-rouge d’Achille Chavée, celui qui ne marchera jamais en file indienne.

822 novembre 2015

Table des illustrations

Légende Jean-Pierre Nandrin1947-2012
URL http://books.openedition.org/pusl/docannexe/image/2789/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 269k

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search