Version classiqueVersion mobile

Philosopher en points de vue

 | 
Quentin Landenne

Présentation

Quentin Landenne

Texte intégral

1Si le concept de « perspectivisme » s’est largement imposé dans les usages en philosophie et, au-delà, dans de nombreuses sciences humaines, il est encore loin de faire l’objet d’une définition tant soit peu stabilisée ou d’un statut historiographique bien identifié dans le champ de l’histoire de la philosophie. On s’accorde certes communément à le renvoyer aux philosophes qui ont explicitement investi la conceptualité perspectiviste, au premier rang desquels figurent bien sûr Friedrich Nietzsche, qui en a fait l’un des étendards les plus fameux de sa pensée, ainsi que Gottfried Wilhelm Leibniz qui, faute de faire usage de la terminaison en « isme », a élevé le mot « perspective » à la dignité d’un concept métaphysique central – au point d’ailleurs de l’adverbialiser par moments. Outre ces deux célèbres représentants, le titre de « perspectivisme » est le plus souvent attribué à – ou revendiqué par – des auteurs plus contemporains qui se réclament plus ou moins directement d’une certaine inspiration qu’ils trouvent dans le perspectivisme de Leibniz et/ou de Nietzsche.

  • 1 Kaulbach 1990.
  • 2 Boehm 1969.

2Mais il est possible – et il peut s’avérer fécond – d’élargir ce concept au-delà et en amont de cette double source bien reconnue, au prix d’un travail de reconstruction interprétative qui se donnerait d’abord pour tâche de retracer, dans des époques, traditions et corpus parfois très différents et éloignés les uns des autres, les multiples avatars du riche champ lexical propre au perspectivisme et d’en examiner ensuite dans chaque cas la portée conceptuelle, la fonction systématique et l’efficace philosophique. Ce chantier historico-philosophique a été mis en œuvre au vingtième siècle par des commentateurs comme Friedrich Kaulbach, dans sa monographie Philosophie des Perspektivismus consacrée à Kant, Hegel et Nietzsche1, ou avant lui et dans une veine heideggerienne, Gottfried Boehm qui publie en 1969 une série d’études sur la perspectivité en philosophie, de Nicolas de Cues à Martin Heidegger2.

  • 3 Liebert et al. 1997, Graumann & Kallmeyer 2002, Köller 2004, Koch 2010, Abel & Plümacher 2016, Dirk (...)
  • 4 Gerhardt & Herold 1992, Timmermans 2006, Asmuth & Landenne 2018.

3De tels travaux ont ouvert la voie à de nombreuses études consacrées à la pertinence contemporaine d’une épistémologie perspectiviste3, mais aussi à des recherches génétiques et historiques4 qui se donnent pour tâche de montrer comment et jusqu’à quel point, au-delà des occurrences les plus fameuses, le concept de « point de vue » et la logique perspectiviste ont pu jouer un rôle récurrent, plus ou moins discret, plus ou moins central, à travers l’histoire de la pensée européenne et des systèmes philosophiques, depuis les joutes éristiques entre Platon et les sophistes (notamment Protagoras), en passant par les néo-platonismes, la mystique rhénane, la cosmologie renaissante, le rationalisme classique, l’idéalisme allemand, l’herméneutique et jusqu’à la philosophie analytique, la phénoménologie et la métaphysique contemporaine.

4Tout au long de la tradition philosophique occidentale, des philosophes se sont inspirés d’inventions typiquement perspectivistes dans les domaines de l’optique, de la peinture, de la cartographie ou de l’astronomie et ont cherché à s’approprier certaines ressources conceptuelles de ces techniques et théories pour en faire un usage proprement métaphysique, permettant de reconstruire les objets fondamentaux de l’ontologique classique – la réalité, la vérité, le monde – à partir de la multiplicité de points de vue qui les constituent. Plus généralement, sur les plans épistémologique, anthropologique, historique, éthique et politique, la pensée philosophique se transforme à mesure qu’elle réfléchit le rapport de dépendance et de relativité entre la position qui conditionne l’exercice de la connaissance humaine et les aspects du réel qu’elle peut appréhender depuis cette position. Cette relativité se complexifie encore par la pluralisation des points de vue subjectifs possibles et des aspects objectifs correspondants.

5Pourtant, cette relativité de l’appréhension de la réalité aux multiples points de vue d’où ces aspects peuvent prendre du sens n’entraîne pas nécessairement les penseurs perspectivistes dans un type de relativisme épistémique qui serait auto-réfutant, ni dans un scepticisme indépassable. Toute une série de philosophes qui font du « point de vue » un opérateur central dans leur spéculation s’inscrivent en effet dans une conception universaliste de la vérité et pensent précisément le perspectivisme comme un universalisme, voire l’universalisme comme un perspectivisme. D’autres, au contraire, particulièrement à partir de la modernité tardive, mobilisent les phénomènes perspectifs précisément pour rendre caduque ou vide de sens toute prétention universaliste et font de la perspectivité une dimension de la vie ou une structure du réel, avant d’être une loi de la connaissance.

6L’enjeu de ce volume est de réunir plusieurs historiens de la philosophie, spécialistes de philosophies, d’époques et de traditions diverses, pour faire apparaître la variété des types de perspectivisme philosophique et contribuer à reconstruire diachroniquement certaines des étapes les plus marquantes de l’histoire de la philosophie des points de vue en cherchant à mettre en lumière la possible fonction structurante de l’idée perspectiviste dans les différents systèmes où elle opère, le contexte épistémique et historique qui la porte à l’agenda métaphysique, les problèmes et limites de la logique du « point de vue » et les diverses stratégies que les philosophes élaborent, soit pour se frayer une voie moyenne entre un universalisme dogmatique et un relativisme sceptique, soit au contraire pour valoriser l’outil perspectiviste dans une entreprise déconstructrice de toute prétention à l’universalité.

7Une telle reconstruction historique pourrait s’exposer à un premier écueil qui consisterait à vouloir réduire les divers types de perspectivisme à un modèle déterminé, aussi efficace soit-il dans son ordre, comme par exemple le modèle représentationnel, et en particulier le paradigme visuel. Certes, le perspectivisme comme concept philosophique procède manifestement d’une métaphore visuelle. La perspective en optique, en peinture et en architecture est bien une source indéniable pour le perspectivisme philosophique. Mais sa transformation métaphysique s’est très rapidement affranchie de la domination exclusive du paradigme de la perspective visuelle (qu’elle soit artificielle ou naturelle), sans pour autant renoncer au champ lexical qu’il recouvre (point de vue, aspect, plan, ligne de fuite, géométral, etc.).

8On peut en effet distinguer au moins trois niveaux où la logique perspectiviste peut et a pu opérer : le premier niveau, le plus communément investi, est celui de la conscience représentationnelle et plus largement des actes intentionnels, où l’on dévoile la dynamique des points de vue comme structure phénoménale et discursive des sujets individués. Le second niveau vise plus spécifiquement la dynamique spéculative de la pensée philosophique dans le mouvement de sa propre construction, attestant de la fécondité de la perspectivité comme opérateur de la réflexivité philosophique. Enfin, un troisième niveau relève d’une dimension plus fondamentalement ontologique et voit dans la perspectivité une structure du réel lui-même, de la vie ou de l’être. Ces trois niveaux, loin d’épuiser les domaines de pertinence de la logique perspectiviste, peuvent se combiner les uns aux autres dans une même théorie. Bien des philosophes qui ont développé cette logique de manière relativement centrale et intense, l’ont d’ailleurs élaborée à plusieurs niveaux. Aussi schématique soit-elle, cette différenciation permet cependant de dégager le perspectivisme des interprétations strictement subjectivistes ou individualistes, reconnaissant certes la subjectivité et l’individualité comme des opérateurs perspectivistes très puissants, mais sans nécessairement réduire la perspectivité aux limites du sujet ou de l’individu.

9Un deuxième écueil possible pour ce genre de démarche comparative et reconstructrice serait celui du confusionnisme théorique. En rapprochant formellement des philosophies de prime abord assez éloignées historiquement et doctrinalement, la tentation peut être grande de proposer des analogies aussi rapides que suggestives entre les logiques perspectivistes afférentes à différents cadres théoriques et d’y voir l’indice, sinon d’une philosophia perennis de la perspective, du moins d’une sorte de continuité épistémologique ou méthodologique. Certes, pour une partie des chercheurs qui participent à ce collectif, le perspectivisme ne désigne sans doute pas tant un ensemble de thèses déterminées ou une doctrine positive, que quelque chose de l’ordre d’une méthode d’exploration, un mode de questionnement et parfois même un type de résolution de problèmes. Des constantes formelles se laissent ainsi observer de l’un à l’autre, par delà les divergences substantielles. Mais la méthode perspectiviste, s’il en est, n’est pas pour autant philosophiquement neutre ou doctrinalement indifférente, comme on doit pouvoir le percevoir à travers ses effets particuliers sur les divers systèmes qui la mobilisent. En retour, les philosophies qui investissent cette logique, génèrent à chaque fois leur propre concept du perspectivisme, leur propre pratique du point de vue, en fonction des questions, des besoins et des limites de leur cadre théorique. Ainsi, sur le plan conceptuel, si les notions de « point de vue » et de « perspective » peuvent, chez maints auteurs, recouvrir des enjeux similaires, voire tendre à la synonymie ou à l’équivalence fonctionnelle, il n’en va pas du tout de même dans d’autres contextes systématiques, où elles renvoient à des problématiques bien distinctes, comme certains contributeurs de ce volume y insistent à juste titre.

10Si l’on veut éviter de tomber dans les écueils symétriques du réductionnisme unilatéral et du confusionnisme indifférencié, il ne peut donc pas s’agir de postuler a priori – et sans doute pas non plus de constater a posteriori – la moindre unité d’essence transhistorique du perspectivisme philosophique, ni de construire abstraitement une définition générale de la perspectivité, mais de commencer par élucider différents points de vue sur la logique perspectiviste que nous donne à voir l’histoire de la philosophie, pour ensuite les confronter les uns aux autres, par des biais plus ou moins directs. C’est alors à une sorte de méthodologie prudemment perspectiviste de l’histoire de la philosophie que nous invite l’objet même de notre interrogation, dont les différentes contributions réunies ici se proposent de déployer les divers aspects, sans rechercher ni à imposer des convergences, ni à les rendre impossibles, sans vouloir ni occulter la pluralité irréductible des pratiques perspectivistes, ni renoncer à interroger un possible horizon commun de la pensée philosophique du point vue.

Bibliographie

Bibliographie

Abel & Plümacher 2016

Abel (G.), Plümacher (M.) (éd.), The power of distributive perspectives, Berlin, De Gruyter, 2016.

Asmuth & Landenne 2018

ASMUTH (Ch.), LANDENNE (Q.) (éd.), Perspektivität als Grundstruktur der Erkenntnis, Würzburg, Königshausen und Neumann, 2018.

Boehm 1969

BOEHM (G.), Studien zur Perspektivität, Heidelberg, C. Winter, 1969.

Dirks & Wagner 2017

DIRKS (U.), WAGNER (A.) (éd.), Abel im Dialog. Perspektiven der Zeichen- und Interpretationsphilosophie, 2 vol., Berlin, De Gruyter, 2017.

Gerhardt & Herold 1992

GERHARDT (V.), HEROLD (N.) (éd.), Perspektiven des Perspektivismus, Würzburg, Königshausen und Neumann, 1992.

Graumann & Kallmeyer 2002

graumann (C. F.), Kallmeyer (W.) (éd.), Perspective and Perspectivation in Discourse, Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins, 2002.

Kaulbach 1990

Kaulbach (F.), Philosophie des Perspektivismus, Tubingen, Mohr, 1990.

Koch 2010

Koch (G.) (éd.), Perspektive – Die Spaltung der Standpunkte, München, Wilhelm Fink, 2010.

Köller 2004

KÖLLER (W.) (éd.), Perspektivität und Sprache, Berlin, De Gruyter, 2004.

Liebert et al. 1997

Liebert (W.-A.) et al. (éd.), Discourse and Perspectivation in Cognitive Linguistics, Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins, 1997.

Timmermans 2006

Timmermans (B.) (éd.), Perspective. Leibniz, Whitehead, Deleuze, Paris, Vrin, 2006.

Notes

1 Kaulbach 1990.

2 Boehm 1969.

3 Liebert et al. 1997, Graumann & Kallmeyer 2002, Köller 2004, Koch 2010, Abel & Plümacher 2016, Dirks & Wagner 2017.

4 Gerhardt & Herold 1992, Timmermans 2006, Asmuth & Landenne 2018.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search