Version classiqueVersion mobile

Protéger le patrimoine culturel : à qui incombe la charge ?

 | 
Marie-Sophie de Clippele

Remerciements

Texte intégral

  • 1 Dès 1825, Victor Hugo lança : « [...] la France est encore riche en monuments français. Il faut arr (...)

« Il y a deux choses dans un édifice, son usage et sa beauté. Son usage appartient au propriétaire, sa beauté à tout le monde ; c’est donc dépasser son droit que de la détruire. »
(Victor Hugo)1

1Premières pages de la thèse, dernières pages écrites, les remerciements clôturent non seulement un travail, mais aussi toute une aventure humaine. La plume se libère du carcan scientifique pour s’envoler vers la face cachée de la thèse, mettant à l’honneur tous celles et ceux qui se sont trouvés derrière les lignes pendant ces quatre dernières années.

2Avant tout, je tiens à remercier le Fonds national de la recherche scientifique pour m’avoir octroyé un mandat d’aspirant, la « voie royale » pour réaliser une thèse dans d’excellentes conditions de travail et qui m’a donné toute « La liberté de chercher » selon sa devise.

3Ensuite, qu’il me soit permis de remercier ceux qui m’ont dirigée et accompagnée dans cette longue traversée.

4Tout d’abord, mon directeur, ou plutôt mon « promoteur », terme belge bien plus approprié dans mon cas pour qualifier celui qui m’a suivie depuis le début de mes recherches doctorales. Le professeur François Ost n’a en effet cessé de me lire et de me relire, à la vitesse de l’éclair et avec cette habitude si particulière de toujours faire ressortir le meilleur du texte, me stimulant à l’améliorer par des idées originales et novatrices, et m’encourageant à garder le lien avec le terrain. Il m’a appris à aimer les zones d’ombre, à ne pas craindre de mettre en avant les difficultés, les incohérences ou les lacunes qui apparaissent pendant la recherche et à les prendre au sérieux plutôt qu’à chercher à les effacer. Il m’a fait comprendre comment réellement m’inscrire dans une démarche critique et interdisciplinaire, par nos échanges ou par ses innombrables écrits, tous plus inspirants les uns que les autres. Il m’a aussi montré la force des mots et l’importance du style littéraire, même (ou surtout) dans une recherche en sciences juridiques. Nous avons enfin partagé un amour pour l’art et la culture, qui nous menait au-delà des discussions juridiques.

5Ma deuxième directrice, qui a tout autant rempli le rôle de « promotrice » pendant toutes ces années, la directrice de recherches CNRS Marie Cornu, a été un soutien tout aussi fondamental et parfaitement complémentaire. D’elle, j’ai appris à interroger dans tous les sens le droit du patrimoine culturel, gardant sans cesse une perspective critique, tout en bénéficiant de ses connaissances monumentales. Beaucoup de mes idées proviennent de discussions et d’échanges stimulants, desquels jaillissait souvent un moment de lumière, dissipant le brouillard dans lequel je pouvais m’enfermer. Outre le fond, j’ai aussi appris à faire attention à la mise en forme et en particulier à l’importance de titres et sous-titres percutants, qui résument le cœur de mon propos. Mes deux promoteurs se distinguent enfin par une forme de direction libre et bienveillante, laissant à la doctorante que j’ai été tout l’espace souhaité pour développer mes idées et pour en retirer une certaine fierté.

6À côté de mes promoteurs, j’étais aussi entourée par les deux autres membres de mon comité d’accompagnement. La professeure Delphine Misonne m’a ainsi intégrée dans son centre de recherche en droit de l’environnement et a toujours été disponible à m’écouter et me conseiller. Je ne compte plus le nombre de fois où j’ai passé ma tête par la porte de son bureau pour en ressortir qu’après de longs échanges, toujours motivants. Elle a aussi toujours veillé à ce que tous les propos soient vérifiés et bien argumentés. Nous nous sommes enfin embarquées dans l’aventure des communs, un projet intellectuel aussi stimulant que formateur, qui nous a mené des potagers bruxellois, aux tribunes genevoises, jusqu’aux arcades turinoises, voire aux auditoires japonais pour ma part.

7Le professeur Bert Demarsin a, quant à lui, été mon allié de la première heure, m’assurant de son soutien avant même que j’entame la thèse, et m’invitant à des conférences en droit de l’art à Maastricht ou à Leuven. Avec un grand souci de rigueur juridique, il m’a souvent poussée dans mes retranchements, maîtrisant parfaitement toute la technicité de la matière, tout en me laissant le champ libre pour des réflexions théoriques. La cordialité et la bienveillance a, tout autant que pour les trois autres membres de mon comité d’accompagnement, marqué nos échanges.

8Au-delà de ce quatuor, mon environnement de recherche a été comparable à un véritable foyer, dans lequel j’ai pu mener mes recherches en toute liberté et confiance. À l’Université Saint-Louis – Bruxelles, j’ai bénéficié du bureau emblématique du thésard, c’est-à-dire au fond des combles, là où personne ne s’aventure, sauf à se perdre dans un doctorat. Mais, je dois à la postérité qu’il était splendide ce bureau du grenier, si vaste qu’il y avait une table de réception au milieu et une vue imprenable sur la ville. Tout le couloir « G », peuplé de droïdes et autres thésards, a par ailleurs constitué un environnement matériel particulièrement propice, même si de nombreuses heures ont été consacrées à d’autres discussions que celles liées à nos recherches.

9Dans cet environnement universitaire, j’ai noué des liens avec de nombreux professeurs, ressortant de domaines juridiques variés, et avec qui j’ai eu la chance de travailler le temps d’un projet, d’un article ou d’une conférence, ou le tout à la fois. Que soient remerciés dans le désordre, mais avec autant de ferveur, les professeurs Isabelle Hachez, Antoine Bailleux, Pierre-Olivier de Broux, Hugues Dumont, Sébastien van Drooghenbroeck, Alain Strowel, Jérémie van Meerbeeck, Nicolas Bernard, Annette Ruelle, Paul Fontaine, ainsi que tous les autres qui ne sont pas cités, mais que j’ai le plaisir de saluer.

10Du côté français, j’ai été d’emblée accueillie chaleureusement, échappant presque entièrement aux classiques railleries. Je me suis tout de suite sentie « à la maison » dans mon centre de recherche, l’Institut des Sciences sociales du Politique, qui pratique entre autres une approche interdisciplinaire à l’égard des questions juridiques, et fonctionne avec des membres issus de plusieurs disciplines des sciences sociales. Les échanges lors de séminaires ou de conférences ont ainsi toujours été particulièrement enrichissants et j’ai pu bénéficier d’une variété de retours critiques sur mes travaux. À côté de l’ISP, j’ai aussi participé aux séminaires des doctorants en droit du patrimoine culturel, rassemblant les oiseaux rares intéressés par cette matière de niche. Merci en particulier à la professeure Stéphanie Lacour en tant que directrice de l’ISP pour sa disponibilité, surtout dans le parcours administratif – parsemé d’embûches – de mon doctorat, et son accueil chaleureux. Merci aussi à Vincent Négri, au professeur Jacques Commaille, Marie Trape et à tous les autres qui ont peuplé les couloirs du bâtiment Laplace de l’ENS Paris-Saclay. Merci aussi tout spécialement au professeur Noé Wagener, membre de mon jury de thèse par ailleurs, pour ses échanges et ses points de vue très intéressants et stimulants sur le droit du patrimoine culturel. Ses écrits et ses idées m’ont souvent inspirée dans ma thèse et m’ont aidé à augmenter le niveau de mon analyse critique.

11Interviennent en troisième lieu, selon cet ordre hiérarchique bien établi des remerciements, les collègues scientifiques, c’est-à-dire les doctorants, chercheurs ou assistants. Ici aussi, j’ai été remarquablement bien servie, mes amis étant mes collègues et mes collègues, mes amis. D’abord les juristes du couloir « G », ce couloir encore isolé au début de mon arrivée à Saint-Louis, quand j’étais au G2 et Olivier au G1, qui s’est progressivement peuplé, jusqu’à devenir un concept en soi. Merci pour tous les moments passés de porte à porte à rire, pleurer ou ragoter. Merci à Laurie, Olivia, Cecilia, Fanny et tous les autres nouveaux arrivés ou arrivants. Merci en particulier à Pauline, ma sœur de cœur et bien plus que ma collègue de bureau pendant trois ans. Merci aussi aux autres collègues dispersés au sein de l’université et avec qui j’ai partagé un café ou autres affinités.

12Amis doctorants français, merci pour votre accueil, pour le canapé des doctorants dans notre bureau partagé, pour la tête de Léopold II pour me connecter à ma session sur l’ordinateur commun et pour les repas au fameux Crous.

13Ma recherche a aussi bénéficié de forts liens avec le terrain, lui donnant une dimension supplémentaire que je n’aurais pas eue sans mon intégration au sein de l’asbl Icomos Vlaanderen-Brussel et de l’asbl des Demeures historiques & Jardins. Que leurs membres soient chacun remerciés, leur contact m’a toujours été précieux. À cette occasion, j’ai également rencontré la professeure émérite Anne Mie Draye, spécialisée en droit du patrimoine culturel et membre de mon jury de thèse. À travers nos rencontres, j’ai bénéficié de retours inestimables sur mes recherches. Elle m’a scrupuleusement relue à plusieurs reprises et a souvent ajouté des commentaires très pertinents à ma recherche, notamment grâce à sa connaissance toute aussi monumentale du droit du patrimoine culturel et de sa pratique. Elle m’a aussi transmis sa passion pour le patrimoine, ainsi que son sens fort du droit et de la rigueur juridique.

14Le terrain, je l’ai aussi pratiqué en tant que stagiaire-avocate, dans le Lambrecht Law Office, spécialisé en droit de l’art. Que Me Lucie Lambrecht soit remerciée de m’avoir formée, au sortir des bancs de l’université, au métier d’avocat, où la mise en pratique du droit prend une toute autre ampleur. Les interrogations juridiques que nous avons eues pendant deux ans, ainsi que les cas que nous avons traité m’ont aidé à façonner le cadre de réflexion de ma thèse.

15Mes remerciements ne pourraient se limiter au cercle professionnel, même s’il est déjà composé de nombreuses amitiés, sans me tourner vers les proches et la famille. L’occasion des remerciements de thèse est trop belle pour ne pas en profiter de prendre le temps de formuler expressément toute ma gratitude envers eux. Certaines se sont farcies des relectures formelles de la thèse, qu’elles soient remerciées, Sibylle en particulier. D’autres m’ont encouragées tout le long et surtout ces derniers mois, malgré les contacts réduits propres à chaque fin de thèse. Parmi tout ce monde, mes parents ont été une présence confiante et libre, à l’image de leur vision de la vie, m’offrant ainsi une force intérieure pour arriver au bout de ce long périple. Mon frère, penseur né, a souvent été mon meilleur discutant dans le développement de mes idées. Un énorme merci à eux, pour cela et tout le reste bien entendu.

16J’arrive au bout de mes hommages et autres marques de gratitude, pour clôturer en beauté. Un merci est peut-être rare en amour, dans la mesure où il va de soi, mais permets-moi, mon cher Wim, de te le souffler avec tout mon cœur. Tu as veillé pendant toutes ces années à mon équilibre, alimentaire et émotionnel, pour que je parvienne à sortir le meilleur de moi-même. Mariés sous le sigle de l’origami, nous avons aussi mis en pratique notre « 1 + 1 = 3 » en accueillant il y a près d’un an notre petite Eleonora, transpropriant notre bonheur partagé. Une nouvelle source d’émerveillement et un retour à l’enfance pour garder un juste équilibre dans ce travail si sérieux de la thèse.

Annexes

Avertissement : la présente étude est mise à jour jusqu’au 1er août 2020, même si certaines évolutions législatives ultérieures sont parfois mentionnées.

Par ailleurs, le style de citation est celui élaboré au sein de l’Université de Liège, à l’aide du logiciel de gestion de références bibliographiques « Zotero » (gratuit, libre et code source ouvert). Ce style de citation2 correspond « le plus largement possible à la manière de référencer des juristes francophones belges »3.

Notes

1 Dès 1825, Victor Hugo lança : « [...] la France est encore riche en monuments français. Il faut arrêter le marteau qui mutile la face du pays. Une loi suffirait ; qu’on la fasse. Quels que soient les droits de la propriété, la destruction d’un édifice historique et monumental ne doit pas être permise à ces ignobles spéculateurs que leur intérêt aveugle sur les honneur[s] ; misérables hommes, et si imbéciles, qu’ils ne comprennent même pas qu’ils sont des barbares ! » En 1832, il reprend sa proposition de manière plus policée : « Tous les jours, quand l’intérêt général élève la voix, la loi fait taire les glapissements de l’intérêt privé. La propriété particulière a été souvent et est encore à tous moments modifiée dans le sens de la communauté sociale. On vous achète votre champ pour en faire une place, votre maison pour en faire un hospice. On vous achètera votre monument », Victor Hugo, « Guerre aux démolisseurs ! 1825/1832 », Littérature et philosophie mêlées, 1834, Paris, Éditions Jean Massin, Paris, Club français du Livre, t. 5, 1865, pp. 160-173, cité par A. Desvallées, « Émergence et cheminements du mot patrimoine », Musées et collections publiques de France, 1995, vol. 3, n° 208, p. 10.

2 Université de Liège – Droit (classement par catégorie, French), http://www.zotero.org/styles/universite-de-liege-droit-par-categorie.

3 Q. Cordier et F. Desseilles, Styles de citation « Université de Liège – Droit ». Guide d’utilisation, septembre 2018, disponible sur https://orbi.uliege.be/bitstream/2268/228047/1/Guide_Style_Zotero_20180924.pdf, consulté le 7 septembre 2020. Voy. également N. Bernard (éd.), Guide des citations, références et abréviations juridiques, Waterloo, Wolters Kluwer Belgium, 2017.

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search