Version classiqueVersion mobile

Déverbaliser – reverbaliser

 | 
Svetlana Vogeleer
, 
Laurent Béghin

Les représentations mentales de l’interprète de dialogue : de la pertinence locale à la cohérence discursive globale

Anne Delizée et Christine Michaux

Résumé

Cette étude vise à approfondir la compréhension du processus de négociation du sens entre les participants d’une interaction bilingue interprétée, à savoir entre deux intervenants primaires (IP) et l’interprète, en se focalisant sur les effets de la verbalisation des représentations mentales (inférences) de l’interprète quant au vouloir-dire du locuteur. Nous appliquerons à deux études de cas les outils conceptuels de la théorie de la pertinence de Sperber et Wilson (1989 [1986]) associés à ceux de la théorie de la structure du discours de Grosz et Sidner (1986), ce qui constitue une innovation méthodologique. Nous montrerons que la verbalisation des inférences de l’interprète non seulement contribue à créer un environnement cognitif mutuellement manifeste entre les IP (effets au niveau local), mais encore renforce la cohérence intradiscursive du discours originel, ce qui étaye le but communicatif du locuteur, ainsi que la cohérence interdiscursive entre les IP (effets au niveau global). Ces effets facilitent sans aucun doute leur compréhension mutuelle.

Texte intégral

1. Objet de l’étude

  • 1 Précisons qu’il est possible que l’interprète opère un raisonnement inférentiel sans nécessairement (...)

1Des chercheurs comme Gutt (1991) pour la traduction, Setton (1999) et Vianna (2005) pour l’interprétation de conférence, Gallez (2014) et Mason (2006a, 2006b) pour l’interprétation de dialogue, ont montré que la conception du sens encodé linguistiquement dans l’énoncé primaire n’était pas tenable une fois confrontée à un transfert interlinguistique authentique : le traducteur / l’interprète est engagé dans un processus de traitement inférentiel de l’énoncé primaire et verbalise (parfois)1 l’inférence à laquelle il a abouti, ou, autrement dit, il exprime sa propre représentation mentale de ce qui a été communiqué.

2Dans cette étude, nous nous pencherons tout particulièrement sur les effets de la verbalisation des inférences de l’interprète sur l’interaction entre deux locuteurs. Pour ce faire, nous analyserons deux extraits d’entretiens psychothérapeutiques interprétés authentiques, interactions qui impliquent deux intervenants primaires (IP) – le thérapeute et son patient – et l’interprète. Interpréter une interaction, c’est participer à l’interaction (e.g. Angelelli 2004 ; Bot 2005 ; Mason 2001 ; Metzger 1999 ; Roy 2000) : c’est entre autres la coordonner de manière explicite et implicite (Wadensjö 1998), la coordonner de manière réflexive afin que chaque intervenant primaire occupe l’espace de parole qui lui revient (Baraldi et Gavioli 2012), protéger la relation interpersonnelle (e.g. Mason et Stewart 2001) et co-construire un climat empathique et soutenant propice à la réalisation des objectifs thérapeutiques (Goguikian Ratcliff 2010 ; Merlini et Gatti 2015). Nous émettons pour notre part l’hypothèse qu’en verbalisant ses représentations mentales, l’interprète non seulement précise le vouloir-dire de l’énoncé du locuteur, tel qu’il le perçoit (niveau local), mais encore renforce la cohérence de l’ensemble des énoncés originaux (niveau global), ce qui a pour effet de renforcer le but communicatif du locuteur et d’améliorer la compréhension mutuelle des intervenants primaires.

3Nous définirons dans la section 2 le cadre théorique de notre analyse. Celle-ci sera présentée dans la section 3 : après une brève présentation des données discursives (3.1), nous procéderons à l’analyse du premier extrait (3.2), puis du second (3.3). La dernière section présente nos conclusions.

2. Cadre théorique

  • 2 Nous en ferons un usage économique, c’est-à-dire que nous ne prendrons dans ces théories que les co (...)

4Dans notre analyse empirique, nous aurons recours à la théorie de la pertinence de Sperber et Wilson (1989 pour la version française, 1986 pour la version originale) et à la théorie de la structure du discours de Grosz et Sidner (1986)2.

5Nous ferons appel à la théorie de la pertinence (Sperber et Wilson 1989 [1986]) parce que Sperber et Wilson proposent une approche non littérale du sens d’un énoncé. Leur théorie explique les mécanismes cognitifs en jeu lorsque le destinataire (l’interprétant) dégage par inférence le vouloir-dire du locuteur, tel qu’il le perçoit. Nous n’entrerons pas ici dans les détails du processus cognitif de traitement inférentiel de l’énoncé parce qu’il répond à la question de savoir comment l’interprétant infère le vouloir-dire, mais nous nous centrerons sur le concept de manifesteté mutuelle, qui, lui, permet de cerner les effets de la verbalisation de l’inférence par l’interprète.

6Pour formuler son énoncé, le locuteur fait des hypothèses sur les hypothèses (sur les caractéristiques de l’environnement cognitif) du destinataire (Yus Ramos 1998, p. 311). Le destinataire, lui, émet des hypothèses sur les hypothèses (sur le vouloir-dire) du locuteur (Sperber et Wilson 1990, p. 13). Lorsqu’en cours d’interaction, les hypothèses sont mutuellement manifestes, un environnement cognitif mutuellement manifeste est créé entre les interactants (idem). Dans ce cadre théorique, l’interprète, qui a le double statut de destinataire et de locuteur (il écoute pour restituer – Wadensjö 1998), fait des hypothèses sur le vouloir-dire de l’IP-locuteur pour traiter l’énoncé, et fait des hypothèses sur l’environnement cognitif de l’IP-destinataire pour le restituer (Mason 2006b). En rendant les hypothèses mutuellement manifestes par le biais de la verbalisation de ses inférences, l’interprète joue un rôle crucial dans l’établissement d’un environnement cognitif partagé entre les deux IP (Gallez 2014 ; Mason 2006a, 2006b).

7La théorie de la structure du discours de Grosz et Sidner (1986) a pour sa part été choisie parce qu’elle peut être utilisée comme un outil pour interroger la cohérence d’un discours : les auteures ont défini trois composantes à la structure du discours, et leur analyse conjointe témoigne du degré de cohérence discursive. Aucune de ces composantes n’est donnée a priori, avant le début du discours ; elles se construisent et évoluent toutes trois au fur et à mesure du développement du discours (Grosz et Sidner 1986, p. 180).

8Selon les auteures, la personne qui s’engage dans un discours est motivée par une intention dominante, l’intention discursive globale (I), qui est donc l’intention du discours dans sa totalité. Tout discours est composé de :

  • La structure linguistique : elle est faite de segments, eux-mêmes composés d’un énoncé ou d’un groupe d’énoncés. Le segment permet au locuteur d’accomplir une intention segmentale (i). Le segment est délimité par des indices linguistiques, les « expressions-signaux » (cue phrases ou cue words), de nature verbale ou prosodique. La structure linguistique est constituée de segments qui mettent en œuvre des intentions segmentales, et des liens entre elles. Ces liens sont le reflet, sur le plan linguistique, des relations qui unissent les éléments de la structure intentionnelle (Grosz et Sidner 1986, p. 177) ;

  • La structure intentionnelle : elle relève de l’intention globale du discours (I), des intentions segmentales (i) et des relations entre elles. Si le discours est cohérent, les intentions segmentales (i) vont toutes contribuer à la satisfaction de (I). Certaines intentions segmentales (i) contribuent à la compréhension des intentions suivantes, elles doivent alors être satisfaites avant que d’autres intentions segmentales soient introduites dans le discours. Selon la terminologie de Grosz et Sidner, si une intention (i1) contribue à la compréhension d’une autre (i2), (i1) satisfait-précède (i2) ;

  • La structure attentionnelle : elle est une abstraction de ce qui est au centre de l’attention du locuteur au fur et à mesure que le discours se déploie. Elle contient des « entités », c’est-à-dire les intentions segmentales, relations, objets et propriétés (Grosz et Sidner 1986, p. 178) qui sont saillants à un point donné du discours (ibid., p. 177). Chaque intention segmentale (i) va introduire dans la structure un espace de focus qui contient une entité et qui restera actif tant que les intentions et les liens entre elles ne seront pas satisfaits (ibid., p. 180).

9Ces trois structures sont intimement interconnectées. La structure intentionnelle influence la structure attentionnelle, car ce sont les relations entre les intentions qui vont la construire. Les relations entre les intentions donnent également forme à la structure linguistique. Et la structure attentionnelle guide le processus de reconnaissance des intentions. En résumé, l’interlocuteur (l’interprétant) analyse la structure linguistique, qui est le reflet des intentions et des liens entre elles, et détermine de manière concomitante ce qui est au centre de l’attention du locuteur, ce qui limite les inférences nécessaires à sa compréhension des énoncés (Grosz et al. 1995, p. 205) ; ce traitement guide le processus de reconnaissance de la structure intentionnelle du locuteur.

10L’analyse des trois structures témoigne de la cohérence discursive : un discours est cohérent uniquement lorsque son intention discursive globale (I) est partagée par tous les interactants et que chaque énoncé contribue à cette intention (I), directement ou indirectement, en participant à la satisfaction de l’intention (i) du segment auquel cet énoncé appartient (Grosz et al. 1995, p. 202).

11Dans l’analyse qui suit, nous allons associer théorie de la pertinence et théorie de la structure du discours, conçues pour l’analyse de conversations monolingues, et mettre cet appareil conceptuel à l’épreuve de données authentiques tirées de dialogues bilingues interprétés. Si la théorie de Sperber et Wilson a déjà été appliquée – à quelques reprises seulement – à l’interprétation de dialogue (e.g. Gallez 2014 ; Mason 2006a, 2006b), le recours à la théorie de Grosz et Sidner constitue une innovation méthodologique pour ce domaine.

12Notre approche sera strictement descriptive : nous ne discuterons des actions de l’interprète que du point de vue discursif, en dehors de tout jugement sur ce qui est acceptable ou pas éthiquement et qualitativement, et nous n’émettrons aucun avis sur la pertinence de ses actions du point de vue psychothérapeutique.

3. Analyse

3.1. Présentation des données discursives

13Les données discursives analysées dans cet article sont tirées d’un corpus de huit entretiens psychothérapeutiques russe-français interprétés, audio-enregistrés avec le consentement des trois parties entre janvier 2013 et novembre 2014 en Belgique francophone par Delizée (cf. Delizée 2018). Les interprètes des vignettes 1 et 2 sont professionnels puisqu’ils ont suivi respectivement 600 et 240 heures de formation spécifique à l’interprétation pour les services publics. Ils travaillent exclusivement dans ce domaine depuis onze et douze ans. Le thérapeute, désigné par la lettre T, s’exprime en français, le patient (P) en russe. L’interprète (I) travaille en liaison (petite consécutive) sans prise de notes.

14Nous présenterons les extraits complets, mais seuls les tours de parole pertinents pour l’observation des représentations mentales de l’interprète, marqués d’une flèche, seront pris en compte dans l’analyse. La séquence a été transcrite selon les conventions spécifiées dans Traverso (2002). Les interventions en russe sont suivies d’une traduction en français aussi proche que possible de l’original, dont le but est de tenter de reproduire sur le lecteur francophone les mêmes effets que l’énoncé original aurait eus sur un interlocuteur russophone afin que cette traduction serve de point de comparaison par rapport à la restitution de l’interprète (cf. Traverso 2002).

3.2. Vignette 1

15Extrait EnTh6 / 03 : 43 - 05 : 13

16Nous constatons qu’en (16), I pose des inférences quant au discours de T (9-13) et les verbalise (en gras dans le transcript) : T évoque une demande de document pour pouvoir continuer à octroyer l’aide sociale à P, mais ne spécifie pas le document demandé ; I précise qu’il s’agit de la preuve du suivi.

  • 3 L’inférence produit des effets contextuels, c’est-à-dire des changements dans l’environnement cogni (...)
  • 4 La notion de contexte est à comprendre dans cet article dans le sens que lui donnent Sperber et Wil (...)

17Dans l’esprit de la théorie de la pertinence, la verbalisation de ces inférences témoigne du processus d’interprétation de l’énoncé original vu comme la construction du sens : la verbalisation précise le vouloir-dire de l’IP-locuteur, tel qu’il a été perçu par l’interprète-destinataire. En verbalisant ses inférences, l’interprète-locuteur contribue à créer un environnement cognitif mutuellement manifeste entre les deux IP, ce qui a pour corollaire la diminution des efforts cognitifs de traitement de la restitution à fournir par l’IP-destinataire. Les effets contextuels3 entraînés par la verbalisation d’une inférence modifient le contexte4 et facilitent ici le traitement de l’énoncé suivant. Le contexte fait l’objet d’une co-construction par les interactants et est en mutation tout au long de l’interaction (Pérez González 2006) et, comme l’ont également montré Gallez (2014) et Mason (2006b), l’interprète participe lui aussi à ce processus de recontextualisation. C’est ce que nous appellerons la pertinence locale de la verbalisation de l’inférence.

18Observons à présent si la verbalisation des inférences a une influence sur la cohérence discursive, ou, autrement dit, si elle contribue à la satisfaction de l’intention discursive globale (I). Pour ce faire, nous devons dégager les structures linguistique, attentionnelle et intentionnelle, ainsi que l’intention discursive globale (I) de T, et déterminer si la verbalisation des inférences par l’interprète contribue à leur affaiblissement, à leur maintien ou à leur renforcement.

  • 5 Au début de la vignette, nous avons présenté l’extrait complet : la numérotation y correspond aux t (...)
  • 6 Dans le tableau, (i/) renvoie à ce que nous appelons une « intention segmentale tronquée », non env (...)

19Au tour de parole (1), T s’adresse à I et met en œuvre l’intention segmentale (i1) = « déterminer si P est au courant des démarches en cours ». Il reprend la parole de (9) à (15), interrompu par I. Sur la base des expressions-signaux (en gras dans le tableau récapitulatif ci-dessous) et des intentions segmentales mises en œuvre, nous avons reconstruit les structures linguistique et intentionnelle de la prise de parole de T, dans lesquelles nous avons inséré les interruptions d’I. Pour la clarté de notre propos, nous présenterons d’abord le tableau récapitulatif de ces structures5 et donnerons ensuite les éléments d’analyse qui ont permis cette reconstruction6.

20Sur les plans linguistique, attentionnel et intentionnel, nous observons ce qui suit :

  • Dans l’énoncé (1) la conjonction de subordination « >parce que< » est l’expression-signal de la cause. La conjonction est ici le marqueur d’une relation causale, non sur le plan propositionnel, mais sur le plan pragmatique : T introduit par « parce que » l’explication de son acte de langage (à valeur de question) posé au premier tour de parole, soit « je demande s’il est au courant des démarches en cours parce que… ». L’intention segmentale S1 est tronquée, et sera continuée en (3) ;

  • En (2), T contextualise temporellement cette cause ;

  • En (3), il développe l’intention initiée en (1) : « [parce que] l’avocat de P m’a contacté » ;

  • En (4) et en (6), il définit sur quoi porte la demande de l’avocat : il a besoin d’un nouveau document, mais T n’en précise pas la teneur ;

  • En (7), la préposition « pour le: le:: » est l’expression-signal du but. L’intention segmentale est tronquée et sera continuée en (10) ;

  • En (8), la conjonction de subordination « comm- » est dans cette proposition l’expression-signal de la cause. Le sujet « ils » n’a pas d’antécédent. Le temps verbal « avaient prolongé l’aide so↑ciale » indique l’antériorité de la prolongation par rapport à la demande de l’avocat ;

  • Cette cause en (8) est enchaînée en (9) à la reprise, pour la troisième fois, de l’intention « demande de document », mais cette fois l’auteur de la demande n’est pas l’avocat, mais le « ils » indéterminé. Le temps verbal « ils avaient demandé un nouveau docu↑ment » marque l’antériorité de leur demande par rapport à celle de l’avocat ;

  • En (10) l’intention segmentale interrompue en (7) est développée : le but de la demande de document est que P puisse continuer à recevoir l’aide sociale ;

  • Le traitement inférentiel logico-sémantique des énoncés (7), (8), (9) et (10) permet à l’analyste d’aboutir à l’inférence suivante : puisque les collaborateurs du CPAS avaient déjà prolongé l’aide sociale octroyée à P, pour justifier cette prolongation, ils avaient demandé a posteriori à son avocat de lui-même introduire auprès de T une demande de document. Autrement dit, il est possible qu’il y ait eu une double demande post factum : (a) les membres du CPAS ont d’abord prolongé l’aide sociale, et (b) ont ensuite demandé à l’avocat (c) de demander un document à T. Le focus attentionnel porte sur le déroulement de la demande ;

  • L’énoncé (11) véhicule l’intention « ce qui a été demandé a été fait », mais ne précise pas ce qui a été fait. Cette imprécision suscite la demande d’information de I en (13) et la réponse de T en (14) attestant qu’il a bien envoyé le document. Nous verrons comment I traite cette demande d’information dans sa restitution ;

  • L’énoncé (12) véhicule l’intention « seule démarche portée à ma connaissance », qui fait écho à l’intention mise en œuvre dans le premier tour de parole de T (i1) = « déterminer si P est au courant des démarches en cours ».

21La structure intentionnelle du discours de T, qui donne forme à sa structure linguistique, est turbulente et imprécise. Nous relevons :

  • Deux intentions tronquées ;

  • Trois ruptures intentionnelles ;

  • Une intention reprise et précisée ;

  • Deux antériorités et une double demande ;

  • Quatre imprécisions intentionnelles :

    • Quelle est la teneur du document demandé ?

    • Quel est le lien intentionnel entre « demande de document » et « prolongation de l’aide sociale » ?

    • Qui est le « ils » ?

    • Qu’est-ce qui a été fait exactement après cette demande ?

22La turbulence des intentions segmentales (i) et le manque de lien entre elles engorgent la structure attentionnelle, puisque chaque (i) va introduire un espace de focus qui restera actif tant que les intentions et les liens entre elles ne seront pas satisfaits. Cette structure attentionnelle encombrée guide difficilement le processus de reconnaissance des intentions : quelle est l’intention discursive globale (I) poursuivie par T dans ses tours de parole (1), (9) et (13) ? Est-elle de savoir si son patient est au courant de la démarche administrative en cours dont il est, lui, au courant ? Ou est-elle plutôt d’expliquer la demande de l’avocat en focalisant l’attention sur le déroulement de cette demande ?

23Observons comment I, dans son tour de parole en (16), a traité ces énoncés et les liens intentionnels entre eux. Voici la reconstruction des structures linguistique et intentionnelle de sa restitution.

24Sur les plans linguistique, attentionnel et intentionnel, nous observons ce qui suit :

  • Après avoir indiqué que le thérapeute est la source de l’acte d’énonciation en (1), I introduit la contextualisation temporelle en (2) ;

  • S’ensuit un enchaînement intentionnel fluide en (3) et (4). La double demande (par l’avocat et par « ils ») et l’antériorité temporelle de l’original ont disparu, et la finalité de la demande de l’avocat est précisée : l’avocat a contacté le thérapeute pour lui demander l’envoi de nouveaux documents. En d’autres termes, le focus attentionnel d’I ne porte pas sur le déroulement de la demande, comme chez T, mais sur sa finalité : la structure attentionnelle est allégée, ce qui explique la fluidité de l’enchaînement intentionnel ;

    • 7 Le phénomène de réparation (repair) conversationnelle, notion très large, a été défini par Scheglof (...)
    • 8 L’idée de « continuer » est renforcée par l’adverbe « ещё - encore ».

    Au segment S5, I verbalise son inférence quant au type de documents demandés. Elle exprime trois contenus propositionnels différents en (6), (7) et (8), ce qui témoigne d’un phénomène de réparation (Schegloff et al. 1977)7, phénomène souvent accompagné d’une accélération du débit (Couper-Kuhlen 1992), comme en (8) : ce n’est pas tant un document sur l’état de santé, ni un document attestant que P vient [chez le docteur], qu’un document certifiant qu’il continue8 à venir [chez le docteur]. Cette séquence de réparation montre qu’I essaie de formuler le plus précisément possible le lien entre le document demandé et la prolongation de l’aide sociale : celle-ci ne peut être prolongée qu’en cas de poursuite de la thérapie.

25En d’autres termes, la verbalisation de l’inférence « documents sur la poursuite de la thérapie » explicite le lien intentionnel de satisfaction-précédence entre l’intention segmentale (S4 i) = « demande de l’envoi de nouveaux documents » et l’intention segmentale (S6 i) = « pour prolonger votre paiement, par le CPAS », qui sera exprimée en (9) ;

  • En (10), I spécifie une nouvelle fois les documents demandés : il faut une « доказательство - preuve » de la poursuite du suivi thérapeutique. La verbalisation de cette inférence renforce le lien intentionnel de satisfaction-précédence entre (S4 i) et (S6 i) ;

  • En (12), la finalité de la demande est une seconde fois mise au centre de l’attention : T a envoyé les documents demandés. 

26Dans l’original, le caractère implicite des informations et des liens intentionnels, qui donne lieu à une structure attentionnelle engorgée et une structure intentionnelle turbulente, ne permettait pas de déterminer l’intention discursive globale (I) de T avec certitude. Dans la restitution, chaque énoncé concourt à la clarté, à la précision et à la complétude des intentions segmentales (i). Les imprécisions intentionnelles relevées dans le discours de T ont été levées et les intentions s’enchaînent sans rupture. La verbalisation des inférences explicite dans un premier temps, et ensuite renforce, le lien intentionnel entre deux (i). Cette structure intentionnelle fluide et cohérente est en relation avec une structure attentionnelle compacte et harmonieuse qui fait apparaître l’intention discursive globale (I) suivante = « envoi de la preuve de la poursuite de la thérapie pour prolonger l’aide sociale ». La restitution guide l’attention de P sur la finalité de la demande de l’avocat, et P réagit au tour de parole (17) en remerciant T.

27La verbalisation d’inférences par I renforce la cohérence intradiscursive : chaque énoncé participe à la satisfaction d’une intention segmentale (i), chaque (i) est claire, précise et complète, et tous les liens entre les (i) sont explicites, ce qui rend manifeste pour P l’intention discursive globale (I) de T, telle que l’interprète l’a perçue.

3.3. Vignette 2

28Extrait EnTh9 / 36 : 01 - 38 : 09

29Au tout début de la consultation, P annonce avoir reçu, le matin, un appel téléphonique de sa fille lui annonçant qu’elle venait d’obtenir son diplôme.

30Trente-cinq minutes plus tard, P ouvre une nouvelle séquence, appelons-la Séquence 1, qui porte sur son sentiment de souffrance et les malheurs qui ne font que s’enchaîner dans sa vie. L’extrait analysé s’ouvre sur la fin de cette Séquence 1.

31À la lumière de la théorie de la pertinence de Sperber et Wilson 1989, nous observons qu’au tour de parole (6), I explicite à deux reprises ce qu’il a perçu comme le vouloir-dire de P au tour (5) :

  • « J’ai une bonne nou[↑velle » : cet énoncé représente la citation de ce que la jeune fille a dit à sa mère au téléphone. Or, à aucun moment, que cela soit dans l’extrait analysé ou dans le co-texte précédent, P n’a rapporté que sa fille lui a dit explicitement « j’ai une bonne nouvelle ». Observé au niveau local (enchaînement de l’original et sa restitution), cet énoncé est sans doute le résultat du traitement inférentiel de « я получила диплом - j’ai reçu le diplôme » : I a inféré le sentiment que devrait procurer l’obtention d’un diplôme. La verbalisation de l’inférence précise l’intention discursive, qui n’est pas tant « obtention d’un diplôme » que « joie d’avoir obtenu son diplôme » ;

  • « On va avoir des documents officiels euh la permission de rester,° » : P n’avait pas spécifié le type de documents attendus. La verbalisation de l’inférence précise son intention discursive : il s’agit du permis de séjour.

32La verbalisation de ces inférences précise le vouloir-dire perçu de P au niveau segmental, ce qui a pour effet de contribuer à créer un environnement cognitif partagé entre les IP : les hypothèses sont mutuellement manifestes. Ceci diminue les efforts cognitifs de traitement de la restitution par T : la verbalisation est pertinente au niveau local.

33Tâchons à présent de déterminer si cette verbalisation a une influence sur la cohérence discursive. Pour ce faire, nous devons dans cette vignette dégager la structure linguistique, attentionnelle et intentionnelle de chaque IP, ainsi que leur intention discursive globale (I) respective, puisqu’il s’agit d’un échange entre les deux IP.

34Au tour de parole (1), l’intention segmentale de P est (i1) = « pas de fin aux ennuis ». Elle contribue à l’intention discursive globale (I) poursuivie par la patiente depuis le début de cette Séquence 1 = « vie de malheurs ». L’intention (i1) est restituée par l’interprète.

35En (3), T réagit par un mouvement d’admission (l’adverbe de confirmation « oui » répété trois fois), puis introduit une opposition argumentative « mais » (cf. Ducrot 1978) suivie d’une nouvelle intention (i3) « se réjouir quand il y a des bonnes nouvelles ». T exprime sa reconnaissance du sentiment de souffrance de P, puis l’oriente vers une solution. Une transition intentionnelle et structurelle est opérée : T clôture la Séquence 1 « vie de malheurs » et initie la Séquence 2 dont l’intention discursive globale (I) est d’inciter sa patiente à se réjouir des bonnes nouvelles. L’inspiration prise par le thérapeute souligne d’ailleurs cette transition : le locuteur est « inspiré » d’une nouvelle intention. L’intention (i3) est restituée par l’interprète.

36P réagit dans le tour de parole (5). Sur les plans linguistique, attentionnel et intentionnel, nous notons ce qui suit :

  • Elle rapporte la conversation téléphonique tenue avec sa fille, qui véhicule (i5) = « obtention du diplôme » ;

  • P cite ensuite deux souhaits de sa fille :

    • « чтоб папа приехал, - que papa vienne, » est un énoncé qui suscite une inférence par relation de présupposition (e.g. Simons 2006) : si le souhait est que le père vienne (= ce qui est posé dans l’énoncé), c’est que le père n’est pas aux côtés de sa famille en Belgique (= ce qui est présupposé) ;

    • des documents sont également attendus, mais ils ne sont pas spécifiés.

37En rapportant les souhaits de sa fille, P exprime ce qu’elles n’ont pas : la présence du père et des documents. Autrement dit, elle revient à son intention discursive globale « vie de malheurs ».

38Dans le tour de parole de P, une structure intentionnelle contenant des éléments implicités est observable : il n’y a pas de lien explicite entre (i5) = « obtention du diplôme » de P et l’intention de T, restituée par I, (i3) = « se réjouir des bonnes nouvelles », et le type de documents attendus n’est pas spécifié. De plus, un retour à (I de P) = « vie de malheurs » est décelable.

39I formule la restitution en (6). Sur les plans linguistique, attentionnel et intentionnel, nous observons ce qui suit :

  • I restitue (i5) « obtention du diplôme » en ajoutant la verbalisation de son inférence « j’ai une bonne nou[velle ». La verbalisation précise l’intention discursive de P, qui devient (i5’) « joie d’avoir obtenu son diplôme », et est pertinente localement, mais elle établit également un lien interdiscursif avec (i3) de T « se réjouir des bonnes nouvelles quand il y en a », ce qui renforce la cohérence entre l’intervention de T et la réaction de P ;

  • I restitue les deux souhaits qui véhiculent l’absence du père et l’absence de documents : il transmet le retour à (I de P) « vie de malheurs ». De plus,

      • 9 L’énoncé contient un déclencheur de présupposition (trigger - Simons 2004), qui est ici le préverbe (...)
      • 10 La chercheuse n’était pas présente pendant la consultation, mais a observé ce qui se passait entre (...)
      • 11 Observation non participante de la chercheuse.

      À la différence de l’énoncé de P « чтоб папа приехал, - que papa vienne, », qui suscite la présupposition que le père n’est pas aux côtés de sa famille en Belgique, l’énoncé d’I « notre papa:: va reveni:r » suscite la présupposition que le père est déjà venu en Belgique mais a dû quitter les siens9. C’est effectivement ce qui s’est passé dans l’histoire de cette famille : le père a accompagné sa femme et ses enfants en Belgique pour déposer leur demande d’asile, mais est ensuite retourné, seul, dans son pays natal10. La situation familiale de P a déjà été abordée par T à plusieurs reprises lors de consultations antérieures11 ; cet état de fait appartient donc à l’environnement cognitif partagé du trio. Or, l’énoncé de P est en porte-à-faux par rapport à cet environnement. En déclenchant la présupposition, I établit un lien entre le discours actuel de P et leurs discours antérieurs, ce qui rétablit la cohérence interdiscursive ;

      • 12 Observation non participante.

      I spécifie le type de documents attendus en verbalisant son inférence : P et les siens attendent leur permis de séjour. Tout comme pour la verbalisation précédente « bonne nouvelle », celle-ci est non seulement pertinente localement, mais elle établit également un lien interdiscursif avec l’(i3) de T : cela fait trois ans que P a déposé sa demande d’asile et elle est toujours en attente de la décision12 ; préciser qu’il s’agit du permis de séjour en particulier intensifie l’idée de bonne nouvelle. Par la verbalisation, I renforce une seconde fois la cohérence entre l’intervention de T et la réaction de P ;

    • 13 Ces accents d’intensité sont atypiques chez l’interprète : il n’y en a que très peu dans le reste d (...)

    Notons les accents d’intensité marqués (↑)13 sur le segment « j’ai une bonne nouvelle, je reçois un diplôme » véhiculant l’intention « joie d’obtenir un diplôme ». Pour l’analyse conversationnelle, les accents d’intensité ont pour fonction d’augmenter l’impact d’un acte de langage (Kerbrat-Orecchioni 1992, p. 226) ; pour Grosz et Sidner, les modifications prosodiques relèvent de la structure linguistique et guident la reconnaissance de l’état attentionnel du locuteur et de ses intentions (Grosz et Sidner 1986, p. 177-178). Autrement dit, par une action sur le plan prosodique, I renforce l’intention segmentale et en facilite la reconnaissance par le destinataire. C’est également une manière de renforcer le lien interdiscursif avec l’intention de T « se réjouir des bonnes nouvelles ».

40I est ici observé dans un entre-deux discursif :

  • D’une part, il restitue le discours de P : il transmet (i5) = « obtention du diplôme » et les deux souhaits qui marquent un retour à (I de P) = « vie de malheurs », tout en précisant, par la verbalisation de deux inférences, les intentions discursives perçues : (i5) devient (i5’) = « joie d’obtenir un diplôme », et « documents » devient « permis de séjour ». Les intentions segmentales gagnent en précision, l’interprète contribue à créer un environnement cognitif mutuellement manifeste entre les deux IP, et les efforts cognitifs à fournir par le destinataire sont diminués : la verbalisation des inférences est pertinente localement ;

  • D’autre part, la verbalisation de ces inférences établit deux liens intentionnels avec le discours de T : préciser les intentions de P, telles qu’elles ont été perçues, concourt à la satisfaction de l’intention discursive globale (I de T) = « se réjouir des bonnes nouvelles ». Le lien avec le discours de T est de plus intensifié par un renforcement prosodique. I renforce la cohérence entre les discours actuels des IP ;

  • En outre, par un déclencheur de présupposition, I rétablit la cohérence entre le discours actuel et les discours antérieurs.

41Autrement dit, les actions discursives d’I, c’est-à-dire la verbalisation de ses inférences, son intensification prosodique et le déclenchement d’une présupposition, renforcent la cohérence interdiscursive.

Conclusion

42Nous avons observé dans deux extraits d’entretiens psychothérapeutiques bilingues interprétés les effets de la verbalisation des représentations mentales de l’interprète, à savoir ses inférences, sur l’interaction.

43Dans l’esprit de la théorie de la pertinence de Sperber et Wilson (1989 [1986]), la verbalisation des inférences témoigne du processus d’interprétation de l’énoncé original vu comme la construction du sens : la verbalisation précise le vouloir-dire de l’IP-locuteur, tel qu’il a été perçu par l’interprète, et contribue à créer un environnement cognitif mutuellement manifeste, ce qui a pour corollaire la diminution des efforts cognitifs de compréhension de la restitution à fournir par l’IP-destinataire. Les effets contextuels entraînés par la verbalisation d’une inférence modifient le contexte pour le traitement de l’énoncé suivant en un processus de recontextualisation constant, opéré tant par les intervenants primaires que par l’interprète, comme l’ont également montré Gallez (2014), Mason (2006b) et Pérez González (2006). Du point de vue discursif, nous dirons que la verbalisation de l’inférence est pertinente localement.

44Si nous appliquons à ce phénomène une lentille analytique supplémentaire, la théorie de la structure du discours de Grosz et Sidner (1986), nous observons que la verbalisation de ces inférences a également les effets suivants :

  • Soit elle explicite les intentions segmentales poursuivies par l’IP-locuteur et les liens entre elles, ce qui concourt à la satisfaction de son intention communicative globale, telle qu’elle a été perçue par l’interprète, et la rend plus manifeste à l’IP-destinataire ;

  • Soit elle établit des liens entre les intentions discursives poursuivies par l’IP-locuteur et celles poursuivies par l’IP-destinataire lors de leurs interventions précédentes.

45Nous avons par ailleurs observé que l’interprète renforçait prosodiquement une intention segmentale et utilisait un déclencheur de présupposition qui facilite, pour l’IP-destinataire, l’établissement d’un lien intentionnel entre le discours actuel et les discours antérieurs.

46Ces observations nous amènent à suggérer, dans le cadre de la discussion sur les représentations mentales de l’interprète de dialogue, que celui-ci tâche non seulement de se représenter ce qui est dit, mais également pourquoi c’est dit, et que par différentes actions discursives, notamment par la verbalisation de ses représentations mentales, il co-crée un environnement cognitif mutuellement manifeste, renforce la cohérence intradiscursive, ce qui étaie le but communicatif de l’IP-locuteur, ou renforce la cohérence interdiscursive entre les IP. Ces actions facilitent sans aucun doute la compréhension mutuelle des intervenants primaires.

47Nous avons présenté deux études de cas, nous nous garderons donc de toute généralisation imprudente. L’étude du renforcement de la cohérence intra- et interdiscursive par l’interprète de dialogue via la verbalisation de ses représentations mentales nous semble cependant une piste intéressante pour mieux comprendre comment s’exerce la médiation linguistique de l’interprète et quels en sont les effets sur l’interaction ; cet aspect mérite sans doute d’être mis à l’épreuve d’un corpus plus large. Par ailleurs, du point de vue méthodologique, notre étude montre que l’association de la théorie de la pertinence et de la théorie de la structure du discours constitue un appareil conceptuel innovant qui met en lumière la part active de l’interprète dans le processus de négociation du sens entre les interactants.

Bibliographie

Angelelli (C.V.), Medical Interpreting and Cross-cultural Communication, Cambridge, Cambridge University Press, 2004.

Baraldi (C.), Gavioli (L.) (éds), Coordinating Participation in Dialogue Interpreting, Amsterdam / Philadelphia, John Benjamins, 2012.

Bot (H.), « Dialogue interpreting as a specific case of reported speech », Interpreting. Special Issue. Healthcare Interpreting: Discourse and Interaction, 7/2 (2005), p. 237‑261.

Couper-Kuhlen (E.), « Contextualizing discourse. The prosody of interactive repair », in The Contextualization of Language, édité par Auer (P.), Luzio (A.D.), Amsterdam, John Benjamins, 1992, p. 337‑364.

Delizée (A.), Du rôle de l’interprète en santé mentale : analyse socio-discursive de ses positions subjectives au sein de la triade thérapeute-patient-interprète, Thèse de doctorat, Mons, Université de Mons, Faculté de Traduction et d’Interprétation, 2018.

Ducrot (O.), « Deux “mais” », Cahiers de linguistique, 8 (1978), p. 109-120.

Gallez (E.), Ethos et interprétation judiciaire. Une analyse ethnographique de l’interprétation dans une cour d’assises belge : une étude de cas, Thèse de doctorat, Leuven, KULeuven, Faculté de Lettres, 2014.

Goguikian Ratcliff (B.), « Du bon usage de l’interprète, entre neutralité et implication émotionnelle », in Language Barriers in Clinical Settings. Barrières linguistiques en contexte médical, édité par Singy (P.), Bourquin (C.), Weber (O.), Lausanne, Université de Lausanne, 2010, p. 39‑56.

Grosz (B.J.), Sidner (C.L.), « Attention, intentions, and the structure of discourse », Computational Linguistics, 12/3 (1986), p. 175‑204.

Grosz (B.J.), Joshi (A.K.), Weinstein (S.), « Centering. A framework for modeling the local coherence of discourse », Computational Linguistics, 21/2 (1995), p. 203‑225.

Gutt (E.A.), Translation and Relevance: Cognition and Context, Oxford, Basil Blackwell, 1991.

Jefferson (G.), « Glossary of transcript symbols with an introduction », in Conversation Analysis. Studies from the First Generation, édité par Lerner (G.H.), Amsterdam, John Benjamins, 2004, p. 13‑31.

Kerbrat-Orecchioni (C.), Les interactions verbales, tome II, Paris, Armand Colin, 1992.

Mason (I.) (éd.), Triadic Exchanges. Studies in Dialogue Interpreting, Manchester, St. Jerome Publishing, 2001.

Mason (I.), « On mutual accessibility of contextual assumptions in dialogue interpreting », Journal of Pragmatics, 38 (2006a), p. 359‑373.

Mason (I.), « Ostension, inference and response. Analysing participant moves in community interpreting dialogues », Linguistica Antverpiensia. Special Issue. Taking Stock: Research and Methodology in Community Interpreting, 5 (2006b), p. 103‑120.

Mason (I.), Stewart (M.), « Interactional pragmatics, face and the dialogue interpreter », in Triadic Exchanges. Studies in Dialogue Interpreting, édité par Mason (I.), Manchester, St Jerome Publishing, 2001, p. 51‑70.

Merlini (R.), Gatti (M.), « Empathy in healthcare interpreting. Going beyond the notion of role », The Interpreters’ Newsletter, 20 (2015), p. 139‑160.

Metzger (M.), Sign Language Interpreting. Deconstructing the Myth of Neutrality, Washington D.C., Gallaudet University Press, 1999.

Pérez González (L.), « Interpreting strategic recontextualization cues in the courtroom. Corpus-based insights into the pragmatic force of non-restrictive relative clauses », Journal of Pragmatics, 38/3 (2006), p. 390‑417.

Roy (C.), Interpreting as a Discourse Process, Oxford, Oxford University Press, 2000.

Schegloff et al. 1977

Schegloff (E.A.), Jefferson (G.), Sacks (H.), « The preference for self-correction in the organization of repair in conversation », Langage, 53 (1977), p. 361‑382.

Setton (R.), Simultaneous Interpretation. A Cognitive and Pragmatic Analysis, Amsterdam / Philadelphia, John Benjamins, 1999.

Simons (M.), « Presupposition and relevance », in Semantics vs Pragmatics, édité par Szabo (Z.), Oxford, Oxford University Press, 2004, p. 329‑355.

Simons (M.), « Presupposition without common ground », en ligne, http://www.cmu.edu/dietrich/philosophy/people/faculty/core-faculty/simons.html, consulté le 24 février 2017.

Sperber (D.), Wilson (D.), Relevance: Communication and Cognition, Oxford, Blackwell, 1986.

Sperber (D.), Wilson (D.), La Pertinence. Communication et Cognition, traduit par Gerschenfeld (A.), Sperber (D.), Paris, Minuit, 1989.

Sperber (D.), Wilson (D.), « Forme linguistique et pertinence », Cahiers de linguistique française, 11 (1990), p. 13‑35.

Traverso (V.), « Transcription et traduction des interactions en langue étrangère », Cahiers de praxématique, 39 (2002), p. 77‑99.

Vianna (B.), « Simultaneous interpreting. A relevance-theoretic approach », Intercultural Pragmatics, 2/2 (2005), p. 169‑190.

Wadensjö (C.), Interpreting as Interaction, London / New York, Longman, 1998.

Yus Ramos (F.), « A decade of Relevance Theory », Journal of Pragmatics, 30 (1998), p. 305‑345.

Notes

1 Précisons qu’il est possible que l’interprète opère un raisonnement inférentiel sans nécessairement verbaliser l’inférence à laquelle il a abouti ; nous ne pouvons qu’analyser les cas où il verbalise son inférence sans pouvoir affirmer qu’il le fait à chaque fois qu’il a abouti à une inférence (cf. Mason 2006b, p. 114).

2 Nous en ferons un usage économique, c’est-à-dire que nous ne prendrons dans ces théories que les concepts qui éclairent les phénomènes observés dans nos données discursives en fonction de l’objectif de notre analyse.

3 L’inférence produit des effets contextuels, c’est-à-dire des changements dans l’environnement cognitif de l’interprétant : elle peut ajouter une nouvelle information, ou supprimer une information de son dispositif déductif et la remplacer par une autre, plus convaincante, ou encore renforcer ou atténuer la force de conviction avec laquelle une hypothèse est entretenue (Sperber et Wilson 1989, p. 166-180).

4 La notion de contexte est à comprendre dans cet article dans le sens que lui donnent Sperber et Wilson (1989, p. 31) : construction psychologique, sous-ensemble des hypothèses de l’auditeur sur le monde (connaissances, croyances, suppositions, etc.), retenues comme pertinentes pour interpréter de manière cohérente un énoncé.

5 Au début de la vignette, nous avons présenté l’extrait complet : la numérotation y correspond aux tours de parole. Dans ce tableau, la numérotation correspond aux énoncés.

6 Dans le tableau, (i/) renvoie à ce que nous appelons une « intention segmentale tronquée », non envisagée par Grosz et Sidner (1986) dans leur théorie. Pour nous, une intention segmentale tronquée est une intention initiée mais non formulée de manière aboutie, que le locuteur complètera lui-même dans la suite de son tour de parole. Autre symbole de ce tableau, (i’) signifie ce que nous appelons une « intention segmentale reprise et précisée » ; Grosz et Sidner n’envisagent pas ce cas non plus. Il s’agit pour nous d’une intention segmentale reprise par le locuteur lui-même pour apporter une précision, ou reprise par l’interlocuteur pour que le locuteur y apporte une précision.

7 Le phénomène de réparation (repair) conversationnelle, notion très large, a été défini par Schegloff et al. (1977) comme l’ensemble des pratiques discursives par lesquelles un conversant interrompt le cours de l’interaction pour faire face à une difficulté d’élocution, d’audition ou à une incompréhension ; la réparation peut être auto- ou hétéro-initiée.

8 L’idée de « continuer » est renforcée par l’adverbe « ещё - encore ».

9 L’énoncé contient un déclencheur de présupposition (trigger - Simons 2004), qui est ici le préverbe « re-[venir] » : c’est le préverbe qui déclenche, chez le destinataire, la présupposition que le père était déjà venu en Belgique.

10 La chercheuse n’était pas présente pendant la consultation, mais a observé ce qui se passait entre les membres de la triade avant et après celle-ci (observation non participante). Ces informations ont été reçues par la chercheuse dans ce cadre.

11 Observation non participante de la chercheuse.

12 Observation non participante.

13 Ces accents d’intensité sont atypiques chez l’interprète : il n’y en a que très peu dans le reste de la consultation. Leur localisation quasi exclusive dans cet extrait est un indicateur de leur fonctionnalité.

Auteurs

Université de Mons

 

Université de Mons

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search