Version classiqueVersion mobile

Déverbaliser – reverbaliser

 | 
Svetlana Vogeleer
, 
Laurent Béghin

Éloge mesuré du non-traduire : quand la signification naturelle prend le pas sur la signification intentionnelle

Philippe De Brabanter

Résumé

Le présent article se donne pour objectif principal d’éclairer un ensemble de cas où un segment du texte source est porteur d’information qui apparaîtrait comme tellement « évidente » au lecteur cible qu’il est non seulement inutile de traduire ce segment, mais souvent recommandable de l’omettre dans le texte cible. Cette recommandation, qui peut ressembler à un refus de traduire, va à l’encontre de ce que certains considèreraient comme la mission fondamentale du traducteur – traduire. Néanmoins, en nous servant d’une notion proposée par Paul Grice (1957) en philosophie du langage – la signification naturelle –, nous montrons que la décision de ne pas traduire s’impose parfois comme la meilleure façon pour le traducteur d’accomplir sa mission.

Texte intégral

1. Introduction

1Dans la présente contribution, notre attention se portera vers une série d’exemples tels que (1) et (2) ci-dessous. Les segments en caractères gras y sont porteurs d’informations utiles pour le lecteur source, ce que Gile (2009) appelle framing information, et que nous traduirons par « informations sur l’arrière-plan ». Typiquement, ces informations concernent une culture et/ou une langue étrangère au texte source (TS). En (1), l’auteur est amené à utiliser un terme français (qui vraisemblablement s’impose à lui parce que cette partie de son récit est située au Tour de France), pour ensuite l’expliquer à son lectorat anglophone. En (2), l’auteur précise ce que sont les merguez pour un lectorat qui ne connaît sans doute pas ce mets. En revanche, quand on se place du point de vue du lecteur ordinaire d’une traduction française de ces exemples, on voit qu’il n’a aucun besoin de ces informations métalinguistiques et métaculturelles, qui lui sont normalement déjà familières.

(1) Willy Voet, soigneur to the Festina team, was stopped by customs officers at the Franco-Belgian border. Soigneur means healer, and the job traditionally consists of giving massages and overseeing the day-to-day fitness of the riders. (Barnes 2002, p. 80)

(2) Fatima shopped for carrots; […], aromatic grains, seasonings, herbs and spices and thin, snaky lengths of merguez, a lamb meat sausage. (Lamar 2003, p. 167)

2Dans des cas comme ceux-ci, il semble normal d’omettre dans le texte cible (TC) ces informations inutiles. C’est donc sans étonnement que l’on constate que les traductions publiées des livres dont sont extraits (1) et (2) ne rendent effectivement pas les segments en gras, comme on le voit en (3) et (4).

  • 1 Le traducteur écrit ceci en note : « Les mots en italique suivis d’un astérisque sont en français d (...)

(3) Willy Voet, le soigneur* de l’équipe Festina, fut intercepté ce jour-là par les douaniers à la frontière franco-belge. ø Le travail du soigneur* consiste traditionnellement à faire des massages et à suivre de jour en jour la condition physique des coureurs. (Barnes / Aoustin 2004, p. 129)1

(4) Fatima acheta des carottes, […] des graines aromatiques, des herbes, des épices, et un chapelet de merguez ø. (Lamar / Carn et Cheval 2007, p. 225-226)

3La raison de ces omissions semble évidente : ce serait pour éviter la redondance que les traducteurs auraient choisi de ne pas rendre ces segments en français. Pour autant, ceci ne constitue pas une explication, dès lors qu’il n’existe pas de principe sémantique ou cognitif qui veuille que les humains évitent la redondance quand ils communiquent (au contraire). Nous ébaucherons dans la présente contribution une explication de ces omissions, qui s’appuiera sur la notion de signification naturelle (Grice 1957). Nous avancerons que la traduction de l’information contenue dans les segments en gras en (1) et (2) est susceptible de créer un effet de signification naturelle indésirable dans le TC. Mais avant de lever le voile sur cette idée formulée ici de manière quelque peu mystérieuse, nous allons préparer le terrain en passant en revue le discours traductologique sur la non-traduction. Ceci nous amènera à identifier un ensemble de termes liés à cette notion, que nous discutons en détail au point 2. Le point 3 est consacré plus spécifiquement à l’omission ainsi qu’à diverses raisons avancées dans la littérature pour la légitimer. Le point 4 synthétise les réflexions des traductologues sur les « effets inopportuns » que peuvent entraîner les choix de traduction. Une attention particulière est portée à la reconnaissance du rôle joué par quelque chose comme la signification naturelle (mais sous d’autres désignations). Au point 5, nous expliquons la distinction opérée par Grice entre signification naturelle et signification non naturelle. Au point 6, nous présentons le modeste corpus sur lequel prend appui la présente étude, en analysons un échantillon représentatif sous l’angle de la signification naturelle, et discutons les pertes éventuelles que peut entraîner la prise en compte de ce type de signification. Au point 7, nous évoquons la possibilité d’appliquer la signification naturelle dans l’explication d’autres phénomènes traductologiques et concluons.

4Le lecteur que n’enthousiasme pas une discussion détaillée de la terminologie du non-traduire dans la littérature traductologique peut sans trop de difficultés sauter les points 2 et 3 et reprendre la lecture au point 4.

2. La terminologie du non-traduire

5La littérature traductologique utilise plusieurs termes pour saisir le ou les mécanisme(s) par le(s)quel(s) une traduction en vient à posséder un contenu informatif moindre que le texte source. On se rendra compte qu’il n’y a pas d’homogénéité terminologique dans ce domaine : le même terme peut, d’un auteur à l’autre, identifier des réalités différentes, et la même réalité peut être rendue par plusieurs termes distincts. De plus, les mots employés ne constituent pas toujours des termes au sens fort puisque l’usage qui en est fait est souvent intuitif, ou « pré-théorique », plutôt que terminologique.

6Dans la présente section, je me pencherai, dans l’ordre, sur les termes réduction, compression, condensation, suppression (en anglais : subtraction, deletion), implicitation. Certains sont donnés en anglais parce que c’est souvent dans cette langue que se rencontrent les réflexions pertinentes. La section 3 sera intégralement consacrée au terme d’omission, au final le plus apte à saisir le phénomène sur lequel nous souhaitons nous concentrer.

2.1. « Réduction », « compression », « condensation »

  • 2 Les citations provenant de sources non francophones sont données dans notre traduction personnelle.

7On rencontre parfois le terme de réduction lorsqu’il est question de caractériser une traduction plus brève que le TS. Nida et Taber (1969, p. 168) mentionnaient sept types de réduction, allant de modifications grammaticales à l’élimination de redondances (voir aussi Becher 2011, p. 167 ; Davies 2007, p. 73) et à la simplification d’un style extrêmement répétitif. Mais ils faisaient de ce mot un emploi pré-théorique, n’en proposant pas de définition. Newmark (1988, p. 90) note d’ailleurs à propos de la réduction (et de son complément, l’expansion) qu’il s’agit de « procédés de traduction assez imprécis, que l’on pratique intuitivement dans certains cas et de manière ad hoc dans d’autres »2. Lomheim (1999) observe que le sous-titrage interlinguistique de films ou programmes télévisés entraîne une réduction significative – mesurée de manière très fruste par une simple comparaison du nombre de mots que comptent le TS et le TC. Lomheim ajoute que la réduction prend deux formes, l’omission et la compression. Mais ces deux termes non plus ne sont pas définis autrement que quantitativement : l’omission consiste à passer de n mots (avec n > 0) à 0 mots, la compression de n à m mots, avec n > m.

8Molina et Hurtado Albir (2002, p. 510) parlent de réduction lorsqu’il s’agit de « supprimer des informations du TS dans le TC », comme lorsque Ramadan, the Muslim month of fasting est traduit en arabe par le seul mot Ramadan. On notera la similitude avec nos exemples (1) et (2). Dans le même ordre d’idée, Hjort-Pedersen et Faber voient dans la réduction, qui « implique l’omission dans le TC d’éléments lexicaux porteurs de sens dans le TS » (2010, p. 244 ; cf. aussi Faber et Hjort-Pedersen 2013, p. 44), l’une des deux faces de l’implicitation (l’autre étant l’opération lexicale de généralisation). Enfin, la traduction en anglais (1995) de Vinay et Darbelnet emploie reduction pour certains cas d’implicitation (appuyé sur > against, du haut de > from), là où le texte original parlait de dépouillement.

9On conclura que la réduction tend à être caractérisée en termes purement quantitatifs, comme procédé dont l’application résulte en une diminution du nombre de mots dans le TC. On ajoutera toutefois que le terme est parfois conçu comme un hypéronyme d’omission (Lomheim 1999), un synonyme d’omission (Molina et Hurtado Albir 2002) ou un hyponyme d’implicitation (Faber et Hjort-Pedersen 2013 ; Denturck 2012). L’uniformité terminologique ne règne pas.

10Deux autres noms qui apparaissent, notamment dans des études sur le sous-titrage, comme synonymes de réduction dans son sens le plus fréquemment attesté, sont compression et condensation (par exemple Pedersen 2005, p. 14). Lomheim (1999) fait des deux un usage interchangeable. Klaudy (1996) voit dans la compression et la condensation deux formes de l’implicitation. Les deux, toutefois, semblent encore une fois entendues quantitativement (la même idée est exprimée en moins de mots). De plus, Klaudy ne dit pas s’il y a perte pure et simple d’une partie de l’information, ou implicitation au sens strict, où l’information supprimée resterait implicitement accessible dans le TC (voir le point 2.3). Molina et Hurtado Albir (2002, p. 510) définissent la compression comme servant à « synthétiser des éléments linguistiques dans le TC », mais l’illustration qu’ils offrent du procédé consiste également en une simple réduction numérique. Les mêmes auteurs (2002, p. 500) attribuent à Vinay et Darbelnet un procédé de condensation au sens d’une réduction du nombre de mots, mais Vinay et Darbelnet parlent en réalité de concentration, dans l’original en français (1977, p. 7 ; cf. aussi Delisle 2003, p. 31) comme d’ailleurs dans la traduction anglaise (Vinay et Darbelnet 1995, p. 192, 341).

2.2. « Suppression » (« subtraction », « deletion »)

11Aucun des trois noms que nous allons aborder ici ne semble jamais avoir constitué un terme technique stable au sein des études en traduction.

12Le terme de suppression se rencontre dans la littérature en anglais, alors même qu’il est censé être un faux-ami partiel. Il semble bien y désigner la simple suppression (en français) d’un élément du TS, sans connoter le recours à la force ou à la violence. Il constitue alors un énième synonyme d’omission. Il en va de même de la subtraction (soustraction), qui, reprise un moment par Nida (1964, p. 231) dans sa taxonomie des opérations de traduction, avait déjà disparu chez Nida et Taber (1969) (voir aussi Molina et Hurtado Albir 2002, p. 502 ; Klaudy et Károly 2005, p. 14). Enfin, le terme de deletion est utilisé, sans davantage d’intention terminologique, comme un synonyme de subtraction, ou d’omission, et est donc rarement listé comme désignant un procédé de traduction (sauf chez Newmark 1998, p. 184). L’avantage que le mot pourrait avoir sur omission est que ce dernier terme peut aisément désigner un acte involontaire lié à une négligence, un oubli, alors que deletion sera normalement interprété comme désignant un acte délibéré. Nous ne l’utiliserons toutefois pas dans ces pages, étant donné qu’il n’existe pas en français d’équivalent direct de traduction qui soit adéquat : effacement ne convient pas. De même pour suppression, qui n’apparaît quasi jamais en français pour désigner l’élimination dans le TC d’un élément du TS. (Même élimination ne se rencontre jamais avec un statut de terme de l’art).

2.3. « Implicitation »

  • 3 Avec « LD » pour « langue de départ ».

13Le terme doit probablement son introduction dans les études traductologiques à Vinay et Darbelnet (1977 [1958]), qui le définissaient comme suit : « Procédé qui consiste à laisser au contexte ou à la situation le soin de préciser certains détails explicites dans LD3. Procédé inverse : explicitation » (1977, p. 10). L’implicitation a été beaucoup moins étudiée que l’explicitation (Klaudy et Károly 2005, p. 13), et de nombreuses études qui s’intéressent aux deux procédés se penchent bien plus longuement sur cette dernière. Il est probable que cela soit dû en partie au fait que les traductologues estiment généralement que l’explicitation est la norme en traduction. Dès 1986, Blum-Kulka avançait une « hypothèse de l’explicitation » et posait la question de savoir si l’explicitation était inhérente à l’opération de traduction, c’est-à-dire si au moins une partie du « supplément d’information » avait une cause autre que les différences entre les systèmes linguistiques mis en présence. Il y a eu depuis lors un intérêt significatif pour la question du statut « universel » de l’hypothèse de l’explicitation (cf. Pym 2005 ; Klaudy 2009, p. 105f ; Becher 2011 ; Krüger 2013), mais ceci n’est pas le lieu pour s’y arrêter.

  • 4 Notre attention se limite par la suite autant que faire se peut à l’implicitation et à l’implicite.

14Comme tous les termes examinés à la section 2, celui d’implicitation connaît une certaine instabilité dans ses emplois (cf. Rura 2014, p. 241), néanmoins plutôt limitée. C’est sans doute Krüger (2013) qui propose la discussion la plus éclairante de l’implicitation. Krüger note que pour définir l’implicitation (ainsi que l’explicitation) avec suffisamment de clarté, il faut aussi pouvoir définir l’implicite et l’explicite (implicitness et explicitness)4. Cela lui semble la meilleure manière d’éviter la confusion entre implicitation et omission (Krüger 2013, p. 288 ; voir aussi Becher 2011, p. 19). Alors que l’implicitation est une opération de traduction impliquant deux langues, l’implicite est une propriété d’un texte ou discours dans une seule langue ; ce n’est pas un concept comparatif. S’inspirant de modèles développés en linguistique cognitive, Krüger suggère que ce qui est implicite dans un texte (i) fait partie du « substrat conceptuel » qui le sous-tend, et (ii) « a besoin d’être inféré en contexte [par le destinataire] pour arriver au contenu complet communiqué » (2013, p. 296). Krüger ajoute que « plus une information est centrale ou saillante […], plus légitime est la thèse selon laquelle l’effacement de cette information dans le TC a le statut d’une implicitation et non d’une omission » (Krüger 2013, p. 308). En d’autres termes, si une information qui était explicite dans le TS et ne l’est plus dans le TC est très peu saillante (elle reste très secondaire par rapport au message principal de l’énoncé / du discours), il y a de bonnes chances qu’elle ne soit pas inférable : elle aura donc été omise plutôt qu’implicitée. Krüger concède néanmoins (2013, p. 289, 308) que la mise en œuvre concrète de la distinction entre omission et implicitation ne va pas sans difficulté, puisqu’il n’existe pas « d’algorithme objectif » (2013, p. 308) qui permette (i) de mesurer la saillance de chaque information non explicite et donc (ii) de faire le départ entre omission et implicitation, notions qui dès lors fonctionnent comme les extrémités d’un continuum plutôt que comme des catégories mutuellement exclusives.

15La plupart des auteurs que nous avons consultés ont une conception de l’implicitation semblable à celle de Krüger, même si elle est moins aboutie. À tout le moins, ils considèrent que, pour que l’on puisse parler d’implicitation, il faut que l’information du TS qui n’est plus explicitement présente dans le TC reste inférable par le lecteur (Becher 2011, p. 17 ; Chesterman, cité dans Rura 2014, p. 241 ; Hoek et al. 2015, p. 42), mais aucun ne prend en compte la saillance de l’information. On note toutefois de rares auteurs qui font un emploi plus large du terme, du fait justement qu’ils ne font pas de l’inférabilité une condition de l’implicitation (par exemple Hjort-Pedersen et Faber 2010, p. 238 ; Faber et Hjort-Pedersen 2013, p. 44 ; Rura 2014, p. 241f).

  • 5 Une traduction sans perte d’information telle que I had dinner with my best woman friend manquerait (...)

16Il est utile, avec Klaudy et Károly (2005, p. 15) ou Klaudy (2009, p. 104ff), de distinguer encore entre implicitation obligatoire et facultative. La première est liée aux caractéristiques des systèmes linguistiques mis en présence par la traduction. Ainsi, si je traduis en anglais la phrase « J’ai dîné avec ma meilleure amie », la traduction, disons « I had dinner with my best friend »5, ne mentionne pas le sexe de mon amie parce que l’anglais n’a tout simplement pas de mot spécifique pour « une personne de sexe féminin avec qui l’on entretient une relation d’amitié ». On pourra dire que cette information est implicitée dans la traduction proposée si d’autres éléments du TC suggèrent que cette personne est une femme, par exemple une description de ses vêtements ou de son comportement. Mais que faut-il dire si, comme cela sera en général le cas, il lui est fait référence dans la suite du discours au moyen d’un pronom féminin ? Strictement parlant, il ne peut plus être question d’implicitation, puisque le pronom féminin signale explicitement le sexe de mon amie. On pourrait alors dire que cette information a bel et bien été perdue localement, mais qu’il y a compensation de cette perte en d’autres points du TC.

17Pour ce qui est des implicitations facultatives, elles sont liées, selon Klaudy (2009), à des préférences stylistiques. Ainsi, Denturck (2012) avance qu’il ressort des études de corpus que le néerlandais montre une plus grande prédilection que le français pour les connecteurs causaux (par exemple omdat et parce que), et l’on peut donc s’attendre à ce que ceux-ci soient parfois implicités dans le passage du néerlandais au français.

18La dernière distinction qu’il est utile de mentionner concerne le fait de savoir si le traducteur recourt à l’implicitation dans le cadre d’une stratégie ou s’il s’y livre inconsciemment (cf. Klaudy et Károly 2005, p. 15 ; Becher 2011, p. 70).

2.4. Conclusion intermédiaire

19Il est opportun de faire le point sur les termes de notre parcours terminologique afin d’en évaluer l’aptitude à caractériser nos exemples de départ. Gardons à l’esprit, toutefois, que le terme d’omission doit encore faire l’objet d’une étude détaillée à la section 3. Nous reproduisons ci-dessous nos deux premiers exemples avec leur traduction :

(1) Willy Voet, soigneur to the Festina team, was stopped by customs officers at the Franco-Belgian border. Soigneur means healer, and the job traditionally consists of giving massages and overseeing the day-to-day fitness of the riders. (Barnes 2002, p. 80)

(2) Fatima shopped for carrots; […], aromatic grains, seasonings, herbs and spices and thin, snaky lengths of merguez, a lamb meat sausage. (Lamar 2003, p. 167)

(3) Willy Voet, le soigneur * de l’équipe Festina, fut intercepté ce jour-là par les douaniers à la frontière franco-belge. ø Le travail du soigneur* consiste traditionnellement à faire des massages et à suivre de jour en jour la condition physique des coureurs. (Barnes / Aoustin 2004, p. 129)

(4) Fatima acheta des carottes, […] des graines aromatiques, des herbes, des épices, et un chapelet de merguez ø. (Lamar / Carn et Cheval 2007, p. 225-226)

20Comment caractériser le procédé qui mène, par exemple, de a lamb meat sausage à ø ? On pourrait parler de réduction puisque, pour le segment en question, le TC compte moins de mots que le TS. Néanmoins, comme il ne subsiste dans le TC aucun mot qui fasse écho aux segments en gras, il ne serait pas approprié de parler de compression ou condensation. Il est clair que l’on pourrait qualifier le procédé de suppression (subtraction, deletion) : les segments en gras ont « disparu » dans la traduction. Enfin, on pourrait également être tenté de parler d’implicitation, puisque la raison le plus généralement invoquée pour l’absence dans le TC de segments en gras semblables à ceux en (1) et (2) et dans l’exemple « Ramadan, the Muslim month of fasting » est leur caractère redondant. Mais il convient, pour la clarté de notre propos, de commencer par bien identifier la nature de l’information contenue dans les segments en gras.

  • 6 En réalité, la synonymie proposée par Barnes est inadéquate : un healer est un guérisseur. Mais nou (...)

21Commençons par l’exemple (1). L’information littérale que communique la phrase en gras est métalinguistique : soigneur et healer sont synonymes. Pareille information est sans intérêt pour le lecteur cible, qui a l’attention entièrement tournée vers les événements que dépeint le narrateur, et pas vers une correspondance lexicale entre l’anglais et le français. Dans cette interprétation-là, il ne peut être question d’implicitation, puisque la synonymie entre soigneur et healer échappera totalement au lecteur cible. Toutefois, on pourrait aussi argüer que la phrase en gras sert principalement à éclairer la signification de soigneur, la synonymie avec healer constituant alors un simple moyen de réaliser cet objectif. Dans cette lecture-là, on pourrait avancer que la phrase en gras signifie quelque chose comme : le soigneur est la « [p]ersonne chargée de donner les soins nécessaires (massages, pansage, surveillance diététique) à un sportif » (TLF en ligne)6. Mais s’agit-il d’une information implicitée ? Rappelons que, selon Krüger (2013), moins l’information « supprimée » est saillante, moins elle est susceptible d’avoir fait l’objet d’une implicitation. Rappelons également que l’inférence de l’information est censée être nécessaire à l’identification du « contenu complet communiqué ». Qu’en est-il ici ? D’un côté, nous sommes tenté de dire que la signification du mot soigneur n’est guère saillante : ce n’est pas de ça qu’il est question à ce moment du récit. En revanche, il paraît plus difficile de nier que cette signification soit nécessaire au destinataire qui vise une interprétation complète de l’énoncé : de manière triviale, s’il ne mobilise pas la signification de soigneur, il ne parviendra pas à une interprétation satisfaisante. Faut-il conclure que le traducteur de Barnes a procédé à une implicitation ? Nous nous retiendrons de franchir ce pas. En effet, pour le lecteur francophone, l’information portée par la phrase en gras est encodée dans le mot soigneur. L’occurrence du mot la rend donc explicite ; il ne s’agit donc pas pour le lecteur de l’inférer mais de la décoder. À ce titre, elle ne peut pas être considérée comme de l’information implicitée.

22Nous raisonnerons pareillement pour l’exemple (2). De nouveau, l’information selon laquelle les merguez sont de fines et sinueuses saucisses (notre adaptation libre du snaky de Lamar) est secondaire (non saillante). Par ailleurs, le lecteur francophone compétent sait ce que sont des merguez : l’occurrence du mot merguez mobilise, de manière explicite, cette signification encodée.

23Arrivés au terme de notre parcours, nous sommes en mesure de proposer les quelques conclusions qui suivent. Implicitation, nous l’avons vu, n’est pas une désignation adéquate. Réduction (et compression et condensation à sa suite) a une orientation trop quantitative pour nous satisfaire. Nous pourrions nous emparer de suppression, dont les emplois (surprenants) en anglais correspondent bien à ce que nous recherchons. Néanmoins, nous ne le ferons pas, principalement parce que ce mot n’a pas réussi à s’imposer en tant que terme de l’art, surtout pas en français. C’est pourquoi, en dépit de la réserve exprimée au point 2.2, nous opterons pour le terme d’omission, qui a lui gagné ses galons terminologiques, et auquel nous consacrons toute la section 3. Signalons que nous gardons à l’esprit la mise en garde de Krüger (2013) selon laquelle omission et implicitation ne sont pas mutuellement exclusives. C’est pourquoi nous ne rejetons pas la possibilité que certaines omissions résultent en une implicitation.

3. L’omission

24La présente section commence par dresser un portrait rapide de l’omission, pour ensuite s’interroger sur les circonstances dans lesquelles celle-ci peut être jugée licite. Ce faisant, nous portons une attention particulière à Davies (2007), un article bien documenté entièrement consacré à l’omission.

3.1. Qu’est-ce que l’omission ?

25La réponse la plus simple consiste à dire que l’omission est un procédé par lequel le traducteur supprime, efface, un segment qui apparaissait dans le TS. Et de fait, cette conception simple est la plus répandue. Elle cache, néanmoins, plusieurs difficultés.

26Tout d’abord, certains discernent au moins deux formes dans l’omission. Ainsi Baker et Saldanha (2009, p. 4) définissent l’omission comme « l’élimination ou l’implicitation d’une partie du texte ». Cette définition, qui fait d’implicitation un hyponyme d’omission, suggère que l’omission n’entraîne pas nécessairement l’impossibilité d’inférer le segment supprimé. À l’opposé, Klaudy et Károly (2005, p. 15) voient dans l’omission l’une des modalités de l’implicitation. Pour ne pas faciliter les choses, Klaudy (2009, p. 104) remarque que certains traductologues – elle mentionne Englund Dimitrova – font un usage interchangeable de ces deux termes, les traitant donc comme des synonymes.

  • 7 Comme nous l’avons vu, Krüger (2013) propose lui aussi une distinction nette entre ces notions, mai (...)
  • 8 Voir notre remarque sur l’omission par négligence, au point 2.3.

27Il y a au moins un auteur qui opère une séparation radicale entre omission et implicitation : Jean Delisle7. Delisle définit l’omission comme étant nécessairement une faute de traduction parce qu’elle se produit « sans raison valable » (Delisle 2003, p. 51). En revanche, l’implicitation est une opération licite, l’un des moyens d’éviter la surtraduction. En dépit de leur radicalité (qui correspond de fait à une décision terminologique), les vues de Delisle sur l’omission font écho à de nombreuses remarques d’enseignants de la traduction et de traductologues qui adoptent une attitude négative vis-à-vis de l’omission8. Citons par exemple House, qui dans son modèle d’évaluation de la qualité, range tout simplement les omissions dans la catégorie des erreurs, parce qu’elles engendrent « un écart entre la signification dénotative » du TS et du TC (House 2015, p. 33).

  • 9 Comme le fait remarquer un relecteur, les enseignants de traduction ont souvent cette attitude plus (...)

28D’autres auteurs ont une vision plus nuancée. Même s’ils voient dans l’omission un « dernier recours » (Baker 1992, p. 41f ; Rura 2014, p. 231), même s’ils mettent en garde contre ses dangers (qu’elle soit inconsciente (par exemple Newmark 1993, p. 15) ou délibérée (par exemple Gile 2009, p. 210) et rappellent la responsabilité morale du traducteur, ils reconnaissent aussi que l’omission est une option légitime dans certaines situations9.

3.2. Quand l’omission est-elle jugée légitime ?

  • 10 Ils emploient en fait le terme d’implicitation, mais n’émettent pas la condition que l’implicitatio (...)

29L’acceptabilité de l’omission, comme celle d’autres procédés de traduction d’ailleurs, dépend d’un ensemble de facteurs (voir Molina et Hurtado Albir 2002, p. 509). Plusieurs auteurs citent à ce titre le genre textuel. Seule concession à son rejet de l’omission, House la juge acceptable dans le cas d’une adaptation (ce qu’elle appelle « overt version ») d’un TS destiné, par exemple, à un lectorat jeune (2015, p. 59). Leden (2015) observe que ce qui rend l’omission plus acceptable dans la littérature enfantine, c’est le fait qu’elle requiert « qu’il soit aussi tenu compte des besoins de l’enfant lecteur ». D’autres genres semblent moins propices à l’omission. Ainsi Hjort-Pedersen et Faber (2010) notent que, dans le cadre de la traduction juridique, l’omission10 est une pratique à haut risque.

30Un autre facteur pouvant légitimer l’omission est le souci d’éviter que la traduction servile de tel ou tel élément du TS ne détourne l’attention du lecteur cible du propos essentiel du texte. On voit ici poindre une similarité avec nos exemples de départ. Newmark mentionne à cet égard le jargon inutile (1988, p. 209), les passages redondants (dans les textes « non-authoritative » où l’identité et le style de l’auteur sont sans importance) (cf. aussi Baker 1992, p. 40), certaines références culturelles dans un texte « à vocation persuasive » (Newmark 1991, p. 85). Mais toujours, insiste-t-il, le traducteur doit être en mesure de justifier son choix (Newmark 1988, p. 212 ; également Davies 2007, p. 74).

31Un troisième facteur souvent mentionné est la structure même des langues en présence. Nous l’avons déjà rencontré au point 2.3, où nous émettions des réserves quant à l’utilisation du terme d’implicitation dans ce contexte. Dans le même esprit, Baker préfère parler d’omission lorsque, par exemple, un traducteur de l’anglais au chinois doit laisser tomber les marques flexionnelles du temps (1992, p. 100) ou lorsque, à l’inverse, un traducteur du chinois ou du japonais à l’anglais est obligé de renoncer au marquage grammatical du topique. Il est à noter que ce type d’omission inévitable peut être compensé lexicalement, mais ceci ne va pas toujours sans nouveaux problèmes (Baker 1992, p. 142-143). Vinay et Darbelnet (1977, p. 106f) évoquent l’omission facultative de la « modalité de l’action » dans la traduction anglais-français de structures comme A bird flew into the room ou The ship sails into the harbour (voir aussi Edwards 2001), parce que cette modalité est évidente dans le contexte. En revanche, pareille omission ne serait pas recommandable s’il s’agissait de traduire A bird hopped into the room – un adjoint tel que en sautillant rendrait la modalité exprimée par le verbe anglais. De manière similaire, Denturck (2012) et Hoek et al. (2015) montrent que des connecteurs causaux peuvent être omis dans une traduction, soit parce que la langue cible a moins tendance à marquer les relations causales que la langue source (Denturck), soit parce que ces connecteurs expriment des relations hautement prévisibles (Hoek et al.). On notera que dans une bonne partie des exemples de ce paragraphe, l’omission d’un élément résulte en fait en une implicitation, parce que les informations perdues à un endroit restent inférables à partir du contexte (voire sont explicitement mentionnées autre part, ce qui entraîne une compensation). Comme quoi l’hypothèse d’un continuum de cas avancée par Krüger (2013) semble bien être sur la bonne voie.

32Nous pourrions poursuivre notre énumération de cas où certains auteurs au moins ont estimé que l’omission (avec ou sans implicitation) était légitime. Mais nous pensons que le lecteur a bien reçu le message. Nous enchaînons maintenant sur une discussion de l’important article de Davies (2007).

3.3. L’omission chez Davies

33Davies (2007, p. 56) part du constat que les débats autour de l’évaluation de la qualité ont tendance à traiter l’omission comme un défaut. Pour autant, il lui semble (et, nous l’avons vu, elle n’est pas seule) que l’omission n’est pas toujours injustifiée. Davies distingue quatre grandes raisons qu’un traducteur peut invoquer pour justifier une omission : l’intraduisibilité, l’inacceptabilité, la non-équivalence, la superfluité. Chacune de ces catégories connaît des sous-catégories. Nous ne passerons en revue que celles qui ont un rapport suffisamment étroit avec notre corpus. Il est important de remarquer que seul le premier facteur, l’intraduisibilité, est en lien avec les omissions inévitables, obligatoires. Les trois autres, s’ils donnent lieu à une omission, donnent lieu à une omission facultative. Autrement dit, il incombe au traducteur de déterminer si l’omission est préférable à la traduction. Ce seront bien sûr ces cas-là qui retiendront notre attention.

3.3.1. L’intraduisibilité

34Même si Davies distingue quatre sous-catégories, nous donnerons un seul exemple de l’intraduisibilité comme justification de l’omission parce qu’elle n’a qu’un lien secondaire avec notre corpus. Nous verrons toutefois que l’intraduisibilité peut jouer un rôle lorsque nous analyserons l’exemple( 25) au point 6.2. Davies suggère que les remarques métalinguistiques sur la langue source sont souvent intraduisibles : lorsque « le TS inclut un commentaire ou une allusion à un aspect de la langue dans laquelle il est rédigé, la traduction peut en être dépourvue de sens » (2007, p. 59). Davies en offre comme illustration la traduction vers l’anglais de la partie en gras de l’exemple (5) :

(5) La femme qui a quitté son foyer pour être tour à tour ingénieur (ingénieuse ?), pilote de ligne, médecin, architecte, agent de police […]. (Reda Lamrini, Le Maroc de nos enfants, p. 86)

35Il n’existe pas en anglais de forme féminine courante correspondant à engineer (engineeress est rare et largement perçu comme sexiste) et surtout pas une forme qui serait homonyme de l’adjectif signifiant « astucieux et inventif ». Le commentaire métalinguistique, comme le trait d’esprit qui s’y appuie, se révèle donc intraduisible, et il est légitime pour le traducteur d’en supprimer la trace dans le TC.

3.3.2. L’inacceptabilité

36Ce facteur concerne « du contenu dont le traducteur estime qu’il sera perçu comme choquant ou inacceptable par le lectorat cible » (2007, p. 63). Parmi les exemples de Davies, notons l’omission de toutes les interjections contenant les mots God et Jesus dans la traduction italienne de 1940 de The Grapes of Wrath de John Steinbeck, et celle de toute référence aux sous-vêtements féminins dans les traductions de romans policiers dans l’Allemagne nazie. Comme l’observe Davies, la décision d’omettre un segment du TS au motif de son inacceptabilité est inévitablement subjective.

37Il y a un lien entre ces exemples et ceux de notre corpus : la traduction de certains segments entraînerait chez le lecteur cible une réaction non prévue et non souhaitée par l’auteur du texte source. Dans les cas évoqués ici, il s’agit d’une réaction émotionnelle forte, comme l’outrage ou le déplaisir. Nous verrons au point 6.2 que, à défaut d’omission, nos exemples risqueraient d’entraîner des effets indésirables d’un autre type.

3.3.3. La non-équivalence

38Il est ici question de cas où la décision de traduire un segment donné du TS produirait dans le TC un effet différent de celui produit dans le TS, notamment un effet d’incongruité (2007, p. 67). Une illustration frappante est fournie par la traduction anglaise des récits de voyage de Ibn Battûta par H. A. R. Gibb. Davies explique que Ibn Battûta, conformément aux normes de sa culture et de son époque (le XIVe siècle), prenait soin à chaque mention d’un personnage mort ou important, ou d’un lieu saint, de lui témoigner son respect au moyen d’une formule consacrée. Selon Davies, Gibb prit le parti de traduire fidèlement toutes ces formules. L’exemple (6) en donne une idée :

(6) The site of the hut in which the Apostle of God (God bless and give him peace) passed the day of Badr, beseeching his Lord (Mighty and Exalted is He), is at the foot of the Hill of Drums. (Gibb 1956, p. 185, cité par Davies 2007, p. 68)

39Davies conjecture que le lecteur anglophone occidental vivra la répétition de ces formules au mieux comme un obstacle à une lecture fluide. Au pire, suggère Davies, cette accumulation sera jugée « lassante, irritante, voire légèrement comique, et on pourrait même considérer qu’elle renforce le stéréotype orientaliste de l’Arabe exagérément démonstratif, prisonnier de pittoresques conventions, gaspillant son temps à de vains mots plutôt qu’à des actes » (Davies 2007, p. 68). Ce qui nous semble le plus important dans le jugement de Davies, c’est moins l’exactitude de la description de l’impact du choix posé par Gibb que la reconnaissance que la traduction de paroles qui ne sont en rien choquantes est néanmoins susceptible d’effets délétères sur la réception de la traduction. Nous verrons au point 6.2 que c’est la crainte d’effets de ce genre qui peut motiver le traducteur à omettre dans son TC les « informations sur l’arrière-plan » qui apparaissent dans nos exemples. On notera également la porosité de la frontière entre inacceptabilité et non-équivalence. Après tout, la traduction des contenus dont Davies recommande ici l’omission est, elle aussi, supposée avoir sur le lecteur cible un effet indésirable.

3.3.4. La superfluité

40Sous cette rubrique, Davies distingue trois sous-catégories. Mais c’est la première de celles-ci qui retient toute notre attention parce qu’elle concerne précisément le type d’exemples qui composent notre corpus. Davies affirme que de nombreux manuels recommandent d’ôter du TC les redondances et les tournures inutilement longues. Peut-être a-t-elle raison, mais ce n’est pourtant pas l’impression que nous avons retirée de notre parcours de la littérature. Quoi qu’il en soit, les exemples qu’elle invoque sont extrêmement pertinents, notamment lorsqu’elle écrit qu’un cas classique de « contenu dispensable » est celui où « l’auteur du TS s’efforce d’expliquer des choses qui seront parfaitement évidentes aux lecteurs de la traduction » (Davies 2007, p. 71). Songeons à un article de journal britannique qui cite Le Monde et indique qu’il s’agit d’un quotidien français, ou à un article japonais qui mentionne le Pentagone et le situe à Washington. Dans la traduction française du premier et la traduction américaine du second, il sera tout à fait légitime d’omettre ces renseignements, utiles aux lecteurs des TS. Dans l’exemple suivant, emprunté à Moya (Moya 1999, cité par Davies 2007), il est question d’articles de El País traduits de papiers parus au départ en anglais dans The Economist (7) et Newsweek (8) :

(7) Nada tiene de sorprendente que los políticos dejen paso a los hombres de iglesia. Santa Barbara, patrona de la lluvia, se invoca en todo el país. (El País, 21/5/95, p. 12)

(8) Desgraciadamente para Aznar, el líder de 41 años del conservador Partido Popular, las próximas elecciones generales no deben ser hasta 1997. (El País, 16/2/95, p. 12)

41Le point de vue de Moya est qu’il n’y a aucune utilité à expliquer aux lecteurs de El País que Santa Barbara (sainte Barbe) est la patronne de la pluie et que le Partido Popular est un parti conservateur, et qu’il eût donc été plus judicieux d’omettre ces éléments dans le TC.

42On trouve des réflexions semblables chez quelques autres traductologues. Baker note qu’un traducteur peut être légitimement amené à omettre dans le TC un élément d’information « dont on peut penser qu’il est connu du lectorat cible » (Baker 1992, p. 248). Son exemple est celui d’une traduction vers l’arabe d’un TS anglais qui empruntait le mot zamzam et l’accompagnait d’une note de bas de page en expliquant le sens. La note ne figure pas dans la traduction, parce que, selon Baker, elle aurait été redondante pour un lecteur arabophone. Gile, de son côté, suggère que certaines informations sur l’arrière-plan, tout utiles qu’elles puissent être pour le lecteur du TS, ne le sont pas toujours pour le lecteur du TC et leur traduction peut dès lors se révéler « contreproductive » (Gile 2009, p. 63). Il nous invite à imaginer que nous devions traduire un texte en anglais rédigé pour des Américains du nord et qui mentionne « Cairo, Egypt ». La traduction complète par « Le Caire, en Égypte », nous dit Gile, créerait une confusion inutile chez le lecteur francophone, qui très vraisemblablement ignore l’existence de la ville de Cairo dans l’Illinois, et n’a donc que faire d’une désambiguïsation de toute façon sans objet dès lors que la ville de l’Illinois ne s’appelle pas Le Caire en français. Gile en conclut que la fidélité aux « intérêts de l’émetteur » (Gile 2009, p. 63) peut nécessiter la suppression de certaines informations sur l’arrière-plan.

3.3.5. Évaluation

43Mis à part le premier des quatre facteurs invoqués par Davies comme justification possible pour l’omission, le squelette du raisonnement est chaque fois le même : si tel ou tel segment est rendu dans le TC, sa traduction aura sur le lecteur cible un effet bien différent de celui du TS sur le lecteur source. Or, ce qui est au centre des préoccupations de Davies, c’est justement que la traduction soit aussi proche que possible du TS en termes d’effets sur le lecteur. En cela, elle s’inscrit dans une lignée de traductologues qui remonte au moins à Nida et Taber (1969) et à leur principe d’équivalence dynamique. Comme nous l’avons vu au point 3.3.4, il en va de même pour Baker et Gile.

4. Prise en compte des « effets inopportuns »

44La leçon que l’on peut tirer de la section 3 c’est qu’une des meilleures justifications de l’omission facultative est qu’elle permet parfois de se prémunir contre les effets inopportuns d’une traduction. Il s’agit d’effets involontaires, au sens très simple où ils ne résultent pas d’une intention du traducteur. En dehors de Davies (2007), la littérature traductologique est-elle sensible à cette préoccupation ? En d’autres termes, trouve-t-on çà et là des recommandations concernant des décisions de traduction (pas seulement celle de procéder à une omission, d’ailleurs) qui soient informées par la volonté d’éviter des effets indésirables ?

45La réponse est oui. Même si nous n’avons pas rencontré d’articles ou de chapitres de livres qui soient principalement consacrés à cette question, de nombreux traductologues la soulèvent néanmoins. Ainsi, les traducteurs sont régulièrement mis en garde contre les « implicatures indésirables » ou « involontaires » (unwanted / unintended implicatures) qu’un choix de traduction pourrait entraîner (Gutt 1989, p. 152ff ; Baker 1992, p. 242 ; Szymańska 2017, p. 71f), contre les « connotations indésirables » (Becher 2011, p. 16 ; Hervey et Higgins 1992 passim), contre les « significations affectives indésirables » (Hervey et Higgins 1992, p. 104), et plus généralement contre les « effets indésirables » (Hatim et Mason 1997, p. 133f).

46De tels effets indésirables peuvent être le résultat de choix stylistiques du traducteur. Comme le notent Hervey et Higgins, « la manière, ou le style, révèle au sujet des locuteurs / scripteurs des choses qu’ils n’ont pas nécessairement l’intention de révéler, notamment leur origine géographique, leur classe sociale et le stéréotype social auquel ils semblent répondre » (Hervey et Higgins 1992, p. 116). Gile (2009, p. 36), pour sa part, note que certaines « fautes [de langue] sont susceptibles de dévoiler un faible niveau d’éducation, un accent peut révéler le pays ou la partie du pays d’origine [du locuteur / scripteur], certains aspects de son élocution peuvent trahir la nervosité d’un locuteur ». S’agissant de la fiction, Szymańska (2017, p. 62f) voit dans le recours à une variété linguistique non standard un indice de la classe sociale ou du niveau d’éducation ou de l’origine ethnique d’un personnage et considère, avec d’autres, que la « manière de parler » peut servir à camper les personnages. En conséquence, si le traducteur altère la forme d’un message, il risque non seulement de « trahir » le style de l’auteur (ce qui, en dehors de la littérature, a souvent peu d’importance), mais aussi d’induire chez son lecteur une représentation faussée de l’émetteur du message (pour désigner lequel nous emploierons le terme d’énonciateur).

47Le fait que des manières de parler, c’est-à-dire des aspects du message qui sont extérieurs au contenu communiqué, soient potentiellement porteuses d’informations, informations sur lesquelles l’énonciateur n’a que peu de contrôle (et qu’il ne cherche aucunement à diffuser), ce fait est connu dans la littérature sociolinguistique sous la désignation d’indexicalité. Dyer (2007, p. 102) avance que l’indexicalité repose sur « l’association d’une langue ou d’une forme linguistique avec une certaine propriété dotée d’une signification sociale ». Ainsi tel accent sera associé avec telle origine géographique qui sera le signe de tel ou tel statut social. Nous verrons à la section 5.1 que l’indexicalité ainsi comprise n’est pas sans rapport avec la signification naturelle de Grice.

48Une autre réflexion utile nous vient de Gile (2009, p. 64), qui suggère qu’on peut vouloir exiger d’une traduction qu’elle soit fidèle à la personnalité de l’énonciateur. Il note en particulier que le type et la quantité d’informations sur l’arrière-plan que contient un texte peut être l’un des indices de cette personnalité – les énonciateurs seraient plus ou moins soucieux que le contexte de production du texte soit bien compris par le récepteur. Néanmoins, ajoute Gile, au cas où la fidélité à la personnalité n’est pas primordiale – opinion très répandue en ce qui concerne les textes non littéraires –, l’omission des informations sur l’arrière-plan est acceptable.

49Que l’omission puisse se révéler salutaire est confirmé par la réflexion suivante d’un traducteur juridique danois évaluant une traduction contenant une grande quantité d’explicitations : « Bien sûr, la question de savoir combien [d’information] il convient d’ajouter est sujette à discussion, il faut éviter la condescendance » (dans Faber et Hjort-Pedersen 2013, p. 50 ; nous soulignons). Autrement dit, dans le dosage de l’information, il faut trouver un équilibre entre les indications sur la culture source indispensables à la compréhension du texte et la reconnaissance des compétences du lectorat cible, en l’occurrence, des professionnels du droit (Faber et Hjort-Pedersen 2013, p. 59-60).

50Dans la majorité des exemples évoqués dans la présente section, les effets indésirables procèdent d’un choix de traduction positif et non d’un choix de non-traduction. Mais nous venons aussi de voir que l’omission elle-même est un enjeu lorsqu’il s’agit de réfléchir à l’éventuel impact indésirable que peut avoir une décision de traduction. Hatim et Mason (1997, p. 133f) offrent une discussion intéressante de ce point en rapport avec une traduction anglaise d’un ouvrage d’Emmanuel Le Roy Ladurie, dans laquelle une série d’omissions ne pouvaient se comprendre qu’en vertu du souci du traducteur d’éviter à son lectorat des effets inopportuns.

51Dans la section qui suit, nous présentons la notion de signification naturelle, qui va nous permettre d’unifier les réflexions que nous venons de passer en revue.

5. Signification naturelle vs non naturelle

52Notre examen de quelques effets inopportuns consécutifs à des choix de traduction nous a montré que nous avons besoin d’un cadre qui fasse la distinction entre l’information qui est délibérément transmise et celle qui l’est involontairement. C’est précisément ce que nous permet de faire la théorie de Paul Grice que nous allons maintenant exposer.

53La distinction entre signification naturelle et signification non naturelle est introduite dans un article de 1957. Cette distinction n’est pas entièrement nouvelle en philosophie (voir Wharton 2009, p. 20). Elle entretient, sans s’y réduire, des liens par exemple avec la tripartition de Peirce entre indice, icône et symbole.

54Dans son article de 1957, Grice entreprend d’élucider la signification du terme meaning. Conformément aux méthodes de la « philosophie du langage ordinaire », il part des emplois du verbe to mean en anglais. Il lui apparaît que le verbe s’utilise dans deux sens principaux, qu’il nomme naturel et non naturel. Le premier est exemplifié par (9) et (10), le second par (11) et (12).

(9) These spots mean measles. (1957, p. 377)

(10) The recent budget means that we shall have a hard year. (ibid.)

(11) Those three rings on the bell (of the bus) mean that the bus is full. (ibid.)

(12) Maria said, “non capisco niente”, which means that she doesn’t understand anything we’re saying.

55Nous laissons les exemples en anglais, car leur traduction française imposerait que nous utilisions au moins deux verbes pour to mean, signifier ne pouvant s’utiliser dans la traduction de (9) par exemple. Grice (1957, p. 377f) fournit une batterie de tests pour différencier les deux sens dans lesquels to mean est ici employé. Nous nous contenterons de noter le caractère factif du verbe dans son sens naturel. Prenons (10). Il serait manifestement contradictoire de prononcer cette phrase et de poursuivre en ajoutant « mais nous aurons une année facile ». Tout énonciateur qui affirme que « p signifie naturellement que q » s’engage sur la vérité de q. La signification non naturelle, en revanche, est non factive : il semble tout à fait possible d’enchaîner après (11) en disant « mais en fait le bus est à moitié vide », ou d’ajouter après (12) que « Maria avait en fait tout compris ». Autrement dit, l’énonciateur qui affirme que « p signifie non naturellement que q » ne s’engage pas sur la vérité de q.

56Une autre différence, évidente à première vue, c’est que la signification naturelle n’est pas produite par un énonciateur pour un destinataire. Elle est présente en puissance, prête à être exploitée par toute personne qui lui prêterait attention. La signification non naturelle semble bien, elle, s’appuyer sur l’intention communicative d’un énonciateur, et sa compréhension par le destinataire semble nécessiter chez ce dernier la reconnaissance de ces intentions. Grice la lie d’ailleurs explicitement à la communication (1957, p. 380 ; 1989, p. 88 ; voir aussi Cruse 2006, p. 119 ; Riemer 2010, p. 115).

57Imaginons que vous soyez un chauffeur de bus en Grande-Bretagne au milieu du XXe siècle et fassiez par trois fois retentir la sonnette. Quelles sont vos intentions ? En premier lieu, vous avez l’intention (informative) que ce signal induise chez vos destinataires la croyance que le bus est plein (= les informe que le bus est plein). En second lieu, vous avez aussi l’intention (communicative) de leur faire reconnaître que vous avez cette première intention. En effet, si les passagers croient que vous avez accidentellement cogné la sonnette trois fois de suite, ils ne concluront pas que le bus est plein. En revanche, pourvu qu’ils soient au courant du code que vous utilisez (le nombre de sonneries), il leur suffira de reconnaître votre seconde intention (Recanati 2008, p. 108f) pour que votre acte de communication soit réussi. Si les passagers pensent que votre action est volontaire, alors la portée de votre message sera immédiatement claire. Ceci est encore plus évident dans le cas où le code est une langue naturelle partagée par l’énonciateur et le destinataire.

58La discussion que donne Grice des intentions impliquées dans la signification non naturelle est en fait plus complexe que ce que le paragraphe précédent laisse entendre. Grice considère qu’une troisième intention est engagée, en plus des intentions informative et communicative. Mais ces complications concernent la signification non naturelle, et nous n’avons donc pas besoin de nous y attarder.

  • 11 La locution verbale vouloir dire est souvent la meilleure traduction de to mean lorsque le verbe an (...)

59Bien sûr, la signification non naturelle est cruciale. Dans les études traductologiques, quand on s’intéresse à la signification, c’est principalement la variante non naturelle que l’on a en tête. Un traducteur confronté à un problème d’interprétation se posera souvent des questions comme : « Qu’est-ce que ça signifie ? » ou « Qu’est-ce qu’il / elle voulait dire11 ? ». Dans le premier cas, il s’agit de la signification des mots (« en langue », comme l’on dit aisément en linguistique française) ou de l’énoncé / du texte (« en discours »). Dans le deuxième cas, il s’agit du vouloir-dire de l’auteur. Tant la signification en langue que la signification en discours et le vouloir-dire sont des formes de la signification non naturelle. Néanmoins, la signification naturelle aussi mérite l’attention des traductologues, comme nous le montrerons à la section 6.

60Wharton écrivait encore en 2009 que « la notion de signification naturelle a été l’objet de bien moins d’attention » (2009, p. 10) que celle de signification non naturelle. La littérature pragmatique et philosophique n’offre pas vraiment de critères pour l’identification de la signification naturelle. On s’accorde seulement sur le fait que ce qui est porteur de signification naturelle, ce sont des « signes qui sont symptomatiques d’états de choses particuliers » (Terkourafi 2009, p. 28), et sur le fait que la signification naturelle est utile pour rendre compte de la « transmission fortuite d’information » (Levinson 1983, p. 16) par opposition à la communication authentique. En ce sens, la signification naturelle est proche de ce que la sociolinguistique contemporaine nomme indexicalité (voir section 4). Mais, étonnamment, il n’est pas pour autant clair que, pour Grice, la signification naturelle soit non intentionnelle, ou non téléologique (Morris 2007, p. 250).

  • 12 Pour une discussion plus détaillée de ces questions, voir Wharton 2009.

61Imaginons, nous suggère Grice, que vous montriez à M. X une photo d’un homme « se comportant de manière trop familière avec Mme X » (Grice 1957, p. 382f). Il est probable que M. X reconnaisse votre intention de l’informer que sa femme peut-être le trompe. Néanmoins, cette reconnaissance par M. X de votre intention n’a aucun impact sur le fait qu’il soit informé de cette situation. En effet, un coup d’œil à la photo lui suffira pour être mis au courant. Grice conclut donc que votre présentation de la photo à M. X ne constitue pas un exemple de signification non naturelle. Mais il ne dit pas pour autant qu’il s’agit d’un cas de signification naturelle. Dans sa discussion de l’exemple de Grice, Recanati (1979, p. 177) adopte une position plus tranchée : il parle de signification qui n’est pas naturelle, parce qu’intentionnelle, mais pas non plus non naturelle. Il semble donc qu’il faille accepter qu’il existe des actes de communication (comme votre présentation de la photo compromettante à M. X) qui ne recourent pas à la signification non naturelle au sens strict de Grice12.

62Pour les besoins de la présente étude, nous suivons la suggestion de Recanati et nous limitons à des cas qui n’impliquent pas l’utilisation intentionnelle d’un signe. Il nous faut toutefois clarifier un point. S’il est vrai que toute « chose » est en principe capable de porter une signification naturelle – la seule condition étant qu’un observateur interprète une certaine propriété de cette chose comme étant le signe d’autre chose –, la signification naturelle qui importe aux traducteurs est inférée sur la base de matériau linguistique. Mais ne disions-nous pas plus haut que les signes linguistiques sont porteurs de signification non naturelle ? Oui, absolument. Et pourtant, un véhicule de signification non naturelle peut en même temps être porteur de signification naturelle, comme le montre l’exemple suivant. Une passante vous demande s’il y a une pharmacie dans le quartier. Vous pointez du doigt dans la direction de la pharmacie du coin. Votre geste est, sans équivoque, un exemple de signification non naturelle. Si la passante n’identifie pas ce geste comme visant à lui indiquer où se trouve la pharmacie – si, par exemple, elle croit que vous êtes soudain victime de gesticulation involontaire –, elle ne saura pas que vous lui désignez la direction de la pharmacie. Mais imaginons en outre que vous souffriez d’insomnie depuis des semaines et que votre bras tremble en indiquant la pharmacie. Ce bras qui tremble offre à votre passante l’occasion, si elle y prête attention, d’inférer de la signification naturelle, du genre de « cette personne est épuisée » ou « cette personne a trop bu ». De même, les signes linguistiques aussi se prêtent à l’inférence de signification naturelle, notamment lorsque l’attention se porte non au message communiqué, mais à la manière dont ce message est communiqué. Nous rejoignons ici certaines réflexions de la section 4.

63Une dernière remarque avant d’examiner des exemples concrets : le terme de « signification naturelle » peut susciter l’impression fausse que les signes porteurs de cette signification doivent être naturels au sens fort. L’exemple (10) nous montre bien que ce n’est pas nécessairement le cas. De même, il ne faut pas non plus s’imaginer que la signification naturelle est nécessairement objective. Considérons un instant ces exemples donnés par Cruse (2006, p. 119) :

(13) Pete’s speech is slurred. That means he is drunk.

(14) Pete has left his keys on the hall table, which means he won’t be able to get in tonight.

  • 13 Nous parlions aussi au point 4 de manières de parler « potentiellement » porteuses d’information. L (...)

64S’il est éventuellement possible de juger que la diction indistincte de Pete est le signe objectif de son ébriété, il est manifeste que la présence de ses clés sur la table n’est pas le signe objectif du fait qu’il sera incapable de rentrer chez lui ce soir. Nous disions plus haut que la signification naturelle est présente en puissance dans à peu près n’importe quel objet (ou comportement, etc.)13. Pour qu’elle s’actualise, il faut qu’il y ait un observateur. Or, qu’un certain X soit le signe ou symptôme d’un certain Y aux yeux de l’observateur A ne garantit pas que ce même X signifie un même Y aux yeux d’un observateur B. Ceci résulte du fait que, comme nous l’avons déjà indiqué, la signification naturelle est inférée par l’observateur (voir aussi Burton-Roberts 2013, p. 11).

6. Comment la signification naturelle éclaire notre corpus

65Nous allons faire ici ce qu’il est sans doute recommandable de ne pas faire, c’est-à-dire traduire, fidèlement, les segments en gras de nos exemples. Ceci nous permettra de comprendre en quoi la notion de signification naturelle est utile à l’explication de leur omission. Avant cela, nous présentons très brièvement notre corpus. L’analyse et la discussion des exemples sont suivies d’une brève réflexion sur les pertes que peut éventuellement entraîner une omission légitime.

6.1. Le corpus

66Les exemples discutés dans le présent travail proviennent d’un modeste corpus composé par nos soins sur la base de quatre ouvrages littéraires en anglais et de leurs traductions respectives en français. Deux de ces ouvrages sont de la main du romancier américain Jake Lamar : Rendezvous Eighteenth (2003) et Ghosts of Saint-Michel (2006). Ils ont été traduits par le même duo de traducteurs : Catherine Cheval et Stéphane Carn. Les deux autres, des recueils de nouvelles et d’essais, sont signés par Julian Barnes : Cross Channel (1995) et Something to Declare (2002). Ils ont été traduits par la même personne : Jean-Pierre Aoustin. Ces quatre livres ont en commun de situer leur propos principalement en France, ce qui les rend susceptibles de contenir de nombreux commentaires explicatifs sur la société, la culture et la langue française.

67Au fil de notre lecture, nous avons récolté une série d’exemples qui contenaient des commentaires métalinguistiques ou métaculturels dont il nous a semblé qu’il serait préférable de ne pas les traduire, parce que leur traduction constituerait une sorte d’anomalie dans le TC, du fait d’un degré d’informativité très faible, voire nul. L’ensemble des exemples – 18 au total – est repris en annexe. Les analyses proposées à la prochaine section n’en concernent qu’une partie, jugée représentative.

6.2. Analyse d’exemples du corpus

68Nous commençons par plusieurs exemples issus de Rendezvous Eighteenth, de Jake Lamar. Chaque exemple est immédiatement suivi d’une traduction des parties pertinentes.

(2) [répété] Fatima shopped for carrots; […], aromatic grains, seasonings, herbs and spices and thin, snaky lengths of merguez, a lamb meat sausage. (Lamar 2003, p. 167)

(15) Fatima acheta des carottes, [...] des graines aromatiques, des condiments, des herbes et des épices, et de fines et sinueuses longueurs de merguez, une saucisse d’agneau.

(16) Ricky figured they were Beurs—the French-born children of North African immigrants. (Lamar 2003, p. 261)

(17) Ricky se dit que c’étaient des Beurs — les enfants nés en France d’immigrés d’Afrique du nord.

(18) Finally, Marva said, “Un ange passe”. It was an old French saying, used to explain those awkward silences: “An angel passes by”. That was why no one could speak. Ricky loved the expression. (Lamar 2003, p. 273)

(19) Finalement, Marva dit « Un ange passe ». C’était une vieille expression française, qui servait à expliquer ces silences embarrassés : « Un ange passe ». C’est pour cela que personne ne parlait. Ricky adorait cette expression.

  • 14 Nous sommes conscient qu’il s’agit d’une conjecture que n’appuie aucune recherche empirique. Elle n (...)
  • 15 Cf. à la section 4 la mise en garde d’un traducteur interviewé par Faber et Hjort-Pedersen 2013.

69Il est clair que les informations sur l’arrière-plan fournies par les segments soulignés sont redondantes pour le lecteur cible. Elles relèvent de ce que Davies (2007) rangeait sous l’étiquette de la « superfluité » (point 3.3.4). Toutefois ceci n’est pas la seule raison pour en suggérer l’omission dans le TC. Si une traduction isolée d’un de ces segments peut ne pas troubler la lecture, il nous semble à tout le moins que la répétition de telles traductions générera de la signification naturelle indésirable. Nous rejoignons là l’idée de traduction « contreproductive » de Gile (2009) évoquée au point 3.3.4. Il est vraisemblable que le lecteur lambda s’estime compétent en français et raisonnablement instruit14. Un tel lecteur, confronté à la répétition de traductions comme en (15), (17), (19), pourrait éprouver la désagréable sensation que l’énonciateur le traite avec condescendance, ne le croyant pas suffisamment instruit pour se dispenser de fournir des précisions aussi « évidentes »15. En d’autres termes, la traduction (répétée) des passages en gras dans nos exemples serait perçue par le lecteur comme le signe d’une attitude supérieure de l’énonciateur. Cette signification naturelle est sans aucun doute inopportune, puisqu’elle ne correspond à rien dans le TS.

70Il y a néanmoins une complication : qui est l’énonciateur des phrases en (15), (17), (19) ? La réponse, nous semble-t-il, variera en fonction des lecteurs. En simplifiant considérablement, nous distinguerons trois types de lecteurs :

  1. Un lecteur sophistiqué parfaitement conscient qu’il lit une traduction. Il est plausible que pareil lecteur impute la récurrence d’informations redondantes à de mauvais choix de traduction, en même temps qu’il discernerait la pertinence de ces informations dans le TS. Un tel lecteur n’infèrerait normalement pas de signification naturelle indésirable au sujet de l’énonciateur, qu’on comprenne ce terme comme désignant l’auteur du TS, le narrateur ou le traducteur ;

  2. Un lecteur qui oublie qu’il lit une traduction et identifie l’énonciateur avec le romancier. Nous pensons que ce type de lecteur, sans doute répandu, est susceptible d’attribuer une attitude condescendante à l’énonciateur sur la base des segments soulignés ;

  3. Un lecteur qui, bien qu’oublieux du fait qu’il lit une traduction, est suffisamment sophistiqué pour savoir qu’un auteur manipule son narrateur, et peut donc faire parler ce dernier d’une manière qui soit le symptôme d’une attitude condescendante (du narrateur) envers le lecteur. (Cette possibilité est faible dans une narration à la troisième personne.)

71Dans les cas (ii) et (iii), il y a un risque réel que de la signification naturelle indésirable soit inférée, au sujet soit de l’auteur, soit du narrateur. Nous ne voyons pas de scénario plausible dans lequel l’attitude condescendante puisse être attribuée au traducteur.

72Examinons maintenant trois exemples tirés d’un seul et même essai de Something to Declare. De nouveau, nous invitons notre lecteur à s’imaginer l’effet que pourrait produire une traduction systématique des segments en gras.

(20) […] moreover, there was a general belief in the peloton (the main bunch of riders) that alcohol taken during the course of an event did you no harm, since it was quickly sweated out. (Barnes 2002, p. 78)

(21) […] en outre, on croyait généralement dans le peloton (le principal groupe de coureurs) que l’alcool bu pendant le déroulement d’une course ne pouvait pas faire de mal, puisqu’il était rapidement éliminé par la transpiration.

(1) [répété] Willy Voet, soigneur to the Festina team, was stopped by customs officers at the Franco-Belgian border. Soigneur means healer, and the job traditionally consists of giving massages and overseeing the day-to-day fitness of the riders. (Barnes 2002, p. 80)

(22) Willy Voet, soigneur de l’équipe Festina, fut intercepté par des douaniers à la frontière franco-belge. Soigneur signifie healer / soigneur / guérisseur, et ce travail consiste traditionnellement à prodiguer des massages et veiller à la bonne forme des coureurs au jour le jour.

(23) The only note of unintentional comedy that year came during a judicial hearing in Lille, when the judge put it to him that, “You must have known what was going on because you were the leader.” Virenque, in a panicky mishearing, replied, “Me a dealer? No, I am not a dealer.” (The same two English words are used in French.) Whereupon Virenque’s lawyer interjected, “No, Richard, the judge said leader. It’s not an offence to be a leader.” (Barnes 2002, p. 81)

(24) […] « Vous deviez savoir ce qui se passait parce que vous étiez le leader ». Virenque, qui avait mal entendu, répondit pris de panique : « Moi dealer ? Non, je ne suis pas dealer. » (Les deux mêmes mots anglais s’utilisent en français.) Sur quoi son avocat lança : « Non, Richard. Le juge a dit leader. Leader, ce n’est pas un délit ».

73Comme avec les exemples de Rendezvous Eighteenth, il y a un risque que le lecteur cible éprouve une sensation de condescendance : il n’a pas besoin qu’on lui rappelle ce qu’est le peloton dans une course cycliste. Mais d’autres problèmes surgissent également. En (22), chacune des synonymies envisageables semble absurde. Dire, dans un texte en français sur le Tour de France, que le synonyme anglais de soigneur est healer est incongru. Dire que soigneur signifie soigneur est le comble de la tautologie. Dire que soigneur est synonyme de guérisseur est non seulement malencontreux mais carrément faux (cf. note 6). Il n’y a donc pas que la signification naturelle inopportune qui doive motiver l’omission – à laquelle a effectivement procédé le traducteur de Barnes (cf. exemple 4). En (24), le commentaire métalinguistique est lui aussi incongru : que fait une observation sur les ressemblances entre deux systèmes linguistiques au beau milieu du récit d’une audience judiciaire, en France, d’un coureur français ? Traduire l’information utile au lecteur source reviendrait de la part du traducteur à un aveu, involontaire, d’incompétence. Pareil aveu peut aussi s’expliquer par la signification naturelle, mais il s’agirait cette fois-ci d’une inférence concernant le traducteur, et qui de plus serait justifiée.

74Que l’omission ne soit pas seulement justifiable par le souci d’éviter de créer une fausse impression de condescendance est aussi illustré par cet autre exemple tiré de Rendezvous Eighteenth. En (25), Lamar dispense à son lecteur des informations à la fois linguistiques (ce que signifie banlieue) et socio-urbanistiques (comment sont distribuées les classes sociales à Paris et alentour). Le lecteur français lambda n’a aucun besoin de ces informations, une bonne raison pour procéder à l’omission. Mais s’ajoute à cela qu’une véritable traduction, plutôt qu’une explication de texte, apparaît presque comme impossible. La « traduction » proposée en (26) n’est pas seulement désagréablement redondante mais à la limite de l’intelligibilité. Deux traductions plus littérales du passage litigieux sont proposées en (27) et (28), plus inacceptables encore. On ne s’étonnera pas que le segment en gras dans (25), qui allie superfluité et (quasi-)intraduisibilité (cf. section 3.3.1), ait été omis dans la traduction française de Carn et Cheval.

(25) [nouveau paragraphe] Paris’s “inner city” was, in fact, an “outer city.” It was called the banlieue. “The suburbs.” There were many pleasant, and several wealthy towns just outside the city limits. But when Parisians spoke of the banlieue, they did not mean to evoke the backyards and white picket fences of American suburbia. (Lamar 2003, p. 259)

(26) Les quartiers déshérités de Paris étaient en fait à l’extérieur de la ville. Cela s’appelait la banlieue. « La banlieue ». Il y avait de nombreuses bourgades agréables et aisées tout juste à l’extérieur de la ville. Mais quand les Parisiens parlaient de « la banlieue », ils ne cherchaient pas à évoquer les jardins et clôtures de piquets blancs des banlieues américaines.

(27) La « ville intérieure » de Paris était en fait une « ville extérieure ». Cela s’appelait la banlieue. « La banlieue ».

(28) Le Paris intra-muros était, en fait, une ville extra-muros. Cela s’appelait la banlieue. « La banlieue ».

75Dans aucun des exemples qui précèdent, la traduction publiée ne rend les segments en gras. Il y a néanmoins, dans notre corpus, quelques cas où l’omission n’a pas eu lieu. En voici un exemple :

(29) Time did not behave rationally. Fifty years back to the Somme; a hundred beyond that to Waterloo; four hundred more to Agincourt, or Azincourt as the French preferred. Yet these distances had now been squeezed closer to one another. (Barnes 1995, p. 105)

(30) […] encore quatre siècles plus tôt, Agincourt, ou Azincourt comme les Français préféraient dire. Pourtant ces intervalles semblaient maintenant s’être resserrés. (Barnes / Aoustin 1998, p. 148)

76La « traduction » de l’anglais Agincourt par ce même nom anglais nous semble maladroite, surtout qu’elle rend nécessaire l’ajout d’un commentaire métalinguistique qui se contente de dire au lecteur ce qu’il savait déjà. Il est intéressant de noter qu’à plusieurs autres reprises le même traducteur a rendu à peu près littéralement des segments que nous avions initialement identifiés comme se prêtant à l’omission. Ceci donne, dans le TC, des commentaires tels que :

(31) […] « Apostrophes », la fameuse émission littéraire, […]. (Barnes / Aoustin 1998, p. 175)

(32) Marrant signifie « drôle » en français, […]. (Barnes / Aoustin 1998, p. 179)

(33) […] j’ai vu qu’on parlait de lui comme d’un domestique*. Ça veut dire serviteur en français. (Barnes / Aoustin 1998, p. 218)

77Encore une fois, ces traductions portent des informations redondantes, dont, pensons-nous, la répétition pourrait entraîner des effets de signification naturelle indésirables. Pourquoi le lecteur francophone aurait-il besoin d’être informé du fait que domestique signifie « serviteur », d’autant plus si ce lecteur est féru de sport cycliste ? Faut-il conclure que le traducteur a mal fait son travail ? C’est délicat. Rien ne nous permet d’affirmer que le traducteur n’avait pas ses raisons de renoncer à l’omission. Peut-être a-t-il estimé qu’il était bienvenu de mettre son lecteur francophone dans la tête d’un narrateur anglophone. Si c’est le cas, les traductions proposées constituent une tentative louable, bien que sans doute maladroite, de modifier le point de vue du lecteur. En même temps, il s’agit du même traducteur, Jean-Pierre Aoustin, qui a omis les segments en gras en (1), (20) et (23), segments très similaires à ceux ici traduits. C’est un lieu commun de dire que nous n’avons pas accès à ce qui s’est passé dans la tête du traducteur. Nous devons nous contenter d’observer ce qui ressemble à une incohérence entre les traductions de 1998 et 2004.

6.3. Pertes sans fracas ?

78La décision de ne pas traduire un morceau du TS, même quand elle semble évidente, comme dans certains des exemples que nous venons d’examiner, n’est pas toujours sans quelques conséquences fâcheuses. Pourquoi ? Chaque fois que nous choisissons l’omission afin d’éviter des effets indésirables du côté de la signification naturelle, nous le faisons au détriment d’autres significations que la présence du segment omis aurait pu générer.

79Une illustration s’impose. L’exemple (34) est tiré de Rendezvous Eighteenth. Dans la traduction publiée, reproduite en (35), il n’y a pas de commentaire « en français, bien sûr ». On comprend bien la raison de cette omission : tout le livre est en français, dialogues compris. Pourquoi faudrait-il « informer » le lecteur que Le voilà, c’est du français ? Localement, il semble n’y avoir aucune raison de le faire. Mais dans l’économie générale du roman, l’information portée par « in French, of course » est utile, aussi bien au lecteur source qu’au lecteur cible. Au premier, elle rappelle que certains dialogues qui apparaissent en anglais se déroulent en fait en français (scoop : « tous les Parisiens ne parlent pas l’anglais »). Au second, en miroir, elle pourrait rappeler, si elle était traduite, que certains des dialogues qui apparaissent en français reproduisent en fait des conversations menées en anglais.

(34) “There he is,” Dr. Yassin said, in French, of course. (Lamar, 2003, p. 164)

(35) « Le voilà… », fit le Dr Yassin ø.

80Dans un même ordre d’idée, l’omission des commentaires sur les merguez, les Beurs, les banlieues, l’expression un ange passe relègue à l’arrière-plan le fait que le lecteur américain connaît mal certains aspects de « l’expérience française », et que ceux-ci semblent peut-être également « exotiques » au narrateur. En d’autres termes, au travers de l’omission, quelque chose de la perspective du narrateur et du lecteur source est perdu ou, à tout le moins, rendu difficile à saisir.

81De même, les commentaires de Barnes sur les usages du Tour de France étaient eux aussi porteurs d’une signification naturelle – quelque chose comme « le lecteur anglais (de 2002) ne sait sans doute pas ce qu’est un peloton, ou un soigneur » –, signification naturelle qui n’est plus accessible dès lors que le traducteur a procédé à une omission. Comme nous le notions à la fin de la section 6.2, c’est peut-être une préoccupation de ce type qui a amené Jean-Pierre Aoustin à rendre littéralement dans sa traduction de Barnes (1995) plusieurs segments non informatifs.

82L’occultation de la perspective du texte source peut relever de la domestication telle que la définit Venuti (1995) : pour éviter de « déranger » le lecteur cible, on déroberait à son regard un aspect de ce qui faisait le TS. En l’occurrence, pour éviter que le lecteur cible se sente mésestimé par l’auteur (ou le narrateur), on rend opaque le fait que tel aspect de la culture ou de la langue française est méconnu du lecteur américain ou anglais. Nous reconnaissons cette perte, mais ne pensons pas pour autant que la prise en compte de la signification naturelle – prise en compte qui peut dans les exemples qui nous intéressent mener à l’omission – soit un instrument de la domestication. La domestication (restreinte) n’est ici qu’un effet secondaire d’une décision qui se justifie pour éviter « un plus grand mal », à savoir la déformation de la représentation que le lecteur se fait de l’auteur ou du narrateur. Le prix à payer nous semble en fait minimal. Malheureusement, faute de place, nous ne pouvons pas nous engager plus avant dans ce débat.

Conclusion

83La présente contribution se donnait pour objectif de cerner théoriquement pourquoi les traducteurs procèdent assez spontanément à un type particulier d’omission et pourquoi dans ces cas-là le « refus de traduire » nous semble légitime. Pour asseoir notre réflexion, nous avons commencé par clarifier le vocabulaire dont la traductologie se sert pour décrire les variétés du non-traduire, vocabulaire dont nous avons vu qu’il ne faisait pas l’objet d’un consensus. Nous nous sommes ensuite emparé de la notion gricéenne de signification naturelle, qui nous a permis de montrer que l’omission d’un segment peut être motivée par la présomption des effets indésirables qu’entraînerait sa traduction. Nous avons défendu l’idée que, dans pareils cas, la signification naturelle (involontaire) doit parfois prendre le pas sur la signification intentionnelle : il peut être légitime de « sacrifier » du sens (dans l’acception ordinaire du terme) aux fins d’éviter de fausser la représentation que le lecteur cible se fera de l’auteur ou du narrateur.

84Nous aurions pu également montrer comment la signification naturelle peut être mobilisée dans l’explication d’autres phénomènes traductologiques. Faute de place, nous nous contenterons d’une simple illustration évocatrice. Dans un autre roman de Barnes, Talking it over, Oliver est un dandy doublé d’un virtuose du verbe. L’exemple (36) donne une idée de son registre.

(36) Help you? Help you? I find the girls, I introduce you, I get the evening on an upward parabola, and you just sit there glowering away like Hagen in Götterdämmerung, if you’ll excuse the cultural allusion. (Barnes 1991, p. 24)

85La traduction de Las Vergnas (1992) éveille de tout autres sensations. Nous soulignons les passages problématiques :

(37) T’aider ? T’aider ? Ça alors ! Je dégote les nanas, je te présente, je fais tout pour que la soirée crève le plafond, et tu te contentes, toi, de rester là à jeter des regards furibonds comme Hagen dans Götterdämmerung, si tu me permets cette comparaison culturelle. (Barnes / Las Vergnas 1992, p. 45)

86La description ordinaire du problème consisterait à dire que le traducteur s’est trompé de niveau stylistique, privilégiant stéréotypes et expressions familières, là où Oliver évite le cliché au profit d’images originales. Bien que correcte, cette description est insuffisante. Le style d’Oliver est un signe naturel de « qui il est ». Ce style aide le lecteur à se construire une représentation de lui en tant que personnage (voir les remarques de Szymańska 2017 à la section 4). Les choix de Las Vergnas, récurrents dans sa traduction, dénaturent le personnage d’Oliver, qui nous apparaît comme étant moins snob, moins égotiste, à vrai dire moins intéressant dans le TC que dans le TS. Cette faute, considérable dans le contexte d’une fiction, aurait été évitée si le traducteur avait pris en compte la signification naturelle dont est porteur le style ou le registre.

87Les questions abordées dans le présent article n’étaient pas neuves. Mais nous avons tenté de braquer sur elles un éclairage nouveau. Nous espérons que la tentative que nous avons entreprise pour en unifier le traitement, via la signification naturelle, se révélera instructive pour certains traductologues et traducteurs.

Bibliographie

Baker (M.), In Other Words. A Coursebook on Translation, London, Routledge, 1992.

Baker (M.), Saldanha (G.) (éds), Routledge Encyclopedia of Translation Studies, 2e édition, London, Routledge, 2009.

Becher (V.), Explicitation and Implicitation in Translation. A Corpus-based Study of English-German and German-English Translations of Business Texts, Thèse de doctorat, Hamburg, Universität Hamburg, 2011, en ligne, http ://ediss.sub.uni- hamburg.de/volltexte/2011/5321/pdf/Dissertation.pdf, consulté le 10 janvier 2018.

Blum-Kulka (S.), « Shifts of cohesion and coherence in translation », in Interlingual and Intercultural Communication. Discourse and Cognition in Translation and Second Language Acquisition Studies, édité par House (J.), Blum-Kulka (S.), Tübingen, Narr, 1986, p. 17-35.

Burton-Roberts (N.), « Meaning, semantics and semiotics », in Perspectives on Linguistic Pragmatics, édité par Capone (A.), Lo Piparo (F.), Carapezza (M.), Heidelberg, Springer, 2013, p. 1-22.

Cruse (A.), A Glossary of Semantics and Pragmatics, Edinburgh, Edinburgh University Press, 2006.

Davies (E.), « Leaving it out. On some justifications for the use of omission in translation », Babel, 53/1 (2007), p. 56-77.

Delisle (J.), La traduction raisonnée. Manuel d'initiation à la traduction professionnelle de l'anglais vers le français, Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, 2003.

Denturck (K.), « Explicitation vs implicitation. A bidirectional corpus-based analysis of causal connectives in French and Dutch translations », Across Languages and Cultures, 13/2 (2012), p. 211-227.

Dyer (J.), « Language and identity », in The Routledge Companion to Sociolinguistics, édité par Llamas (C.), Mullany (L.), Stockwell (P.), Milton Park, Routledge, 2007, p. 101-108.

Edwards (M.), « Making the implicit explicit for successful communication. Pragmatic differences between English and Spanish observable in the translation of verbs of movement », Revista Alicantina de Estudios Ingleses, 14 (2001), p. 21-35.

Faber (D.), Hjort-Pedersen (M.), « Expectancy and professional norms in legal translation. A study of explicitation and implicitation preferences », Fachsprache, 1/2 (2013), p. 42-62.

Gile (D.), Basic Concepts and Models for Interpreter and Translator Training, Amsterdam, John Benjamins, 2009.

Grice (H.P.), « Meaning », The Philosophical Review, 66/3 (1957), p. 377-388.

Grice (H.P.), Studies in the Way of Words, Cambridge MA, Harvard University Press, 1989.

Gutt (E.A.), Translation and Relevance, thèse de doctorat, University College London, 1989.

Hatim (B.), Mason (I.), The Translator as Communicator, London / New York, Routledge, 1997.

Hervey (S.), Higgins (I.), Thinking Translation. A Course in Translation Method: French-English, London, Routledge, 1992.

Hjort-Pedersen (M.), Faber (D.), « Explicitation and implicitation in legal translation. A process study of trainee translators », Meta, 55/2 (2010), p. 237-250.

Hoek (J.), Evers-Vermeul (J.), Sanders (T.), « The role of expectedness in the implicitation and explicitation of discourse relations », in Proceedings of the Second Workshop on Discourse in Machine Translation (DiscoMT), Lisbon, Portugal, 17 September 2015, p. 41-46.

House (J.), Translation Quality Assessment. Past and Present, Abingdon, Routledge, 2015.

Klaudy (K.), « Back translation as a tool for detecting explicitation strategies in translation », in Translation Studies in Hungary, édité par Klaudy (K.), Lambert (J.), Sohár (A.), Budapest, Scholastica, 1996, p. 99-114.

Klaudy (K.), « Explicitation », in Routledge Encyclopedia of Translation Studies, 2e édition, édité par Baker (M.), Saldanha (G.), London, Routledge, 2009, p. 104-109.

Klaudy (K.), Károly (K.), « Implicitation in translation : empirical evidence for operational asymmetry in translation », Across Languages and Cultures, 6/1 (2005), p. 13-28.

Krüger (R.), « A cognitive linguistic perspective on explicitation and implicitation in scientific and technical translation », Trans-kom, 6/2 (2013), p. 285-314.

Leden (L.), « Emily Byrd Starr conventionalized. Omissions of nature descriptions in the Swedish translation of L.M. Montgomery’s “Emily” trilogy », The Looking Glass : New Perspectives on Children’s Literature, 18/2 (2015), en ligne, https://www.lib.latrobe.edu.au/ojs/index.php/tlg/article/view/652, consulté le 10 janvier 2018.

Levinson (S.), Pragmatics, Cambridge, Cambridge University Press, 1983.

Lomheim (S.), « The writing on the screen. Subtitling : a case study from Norwegian Broadcasting (NRK), Oslo », in Word, Text, Translation : Liber Amicorum for Peter Newmark, édité par Anderman (G.), Rogers (M.), Clevedon, Multilingual Matters, 1999, p. 190-207.

Molina (L.), Hurtado Albir (A.), « Translation techniques revisited. A dynamic and functionalist approach », Meta, 47/4 (2002), p. 498-512.

Morris (M.), An Introduction to the Philosophy of Language, Cambridge, Cambridge University Press, 2007.

Newmark (P.), A Textbook of Translation, New York, Prentice Hall, 1988.

Newmark (P.), About Translation, Clevedon, Multilingual Matters, 1991.

Newmark (P.), Paragraphs on Translation, Clevedon, Multilingual Matters, 1993.

Newmark (P.), More Paragraphs on Translation, Clevedon, Multilingual Matters, 1998.

Nida (E.), Toward a Science of Translating, Leiden, Brill, 1964.

Nida (E.), Taber (C.), The Theory and Practice of Translation, Leiden, Brill, 1969.

Pedersen (J.), « How is culture rendered in subtitles ? », in Proceedings of the Marie Curie Euroconferences « MuTra : Challenges of Multidimensional Translation », édité par Nauert (J.), Saarbrücken, 26 mai 2005, en ligne, www.euroconferences.info/proceedings/2005_Proceedings/2005_Pedersen_Jan.pdf, consulté le 10 janvier 2018.

Pym (A.), « Explaining explicitation », in New Trends in Translation Studies. In Honour of Kinga Klaudy, édité par Károly (K.), Fóris (Á.), Budapest, Akadémiai Kiadó, 2005, p. 29-43.

Recanati (F.), La transparence et l’énonciation. Pour introduire à la pragmatique, Paris, Seuil, 1979.

Recanati (F.), Philosophie du langage (et de l’esprit), Paris, Gallimard, 2008.

Riemer (N.), Introducing Semantics, Cambridge, Cambridge University Press, 2010.

Rura (L.), « Ingrepen van de vertaler. Een typologie van weglatingen en toevoegingen in poëtische vertaling Russisch-Nederlands », Verslagen en mededelingen van de KANTL, 124/3 (2014), p. 231-254.

Szymańska (I.), « The treatment of geographical dialect in literary translation from the perspective of Relevance Theory », Research in Language, 15/1 (2017), p. 61-77.

Terkourafi (M.), « Conventional meaning », in Key Ideas in Linguistics and the Philosophy of Language, édité par Chapman (S.), Routledge (C.), Edinburgh, Edinburgh University Press, 2009, p. 28-29.

Trésor de la langue française (TLF), en ligne, http://atilf.atilf.fr, consulté le 11 mai 2018.

Venuti (L.), The Translator’s Invisibility. A History of Translation, London, Routledge, 1995.

Vinay (J.P.), Darbelnet (J.), Stylistique comparée du français et de l’anglais, 2e édition, Paris, Didier, 1977 [1958].

Vinay (J.P.), Darbelnet (J.), Comparative Stylistics of French and English. A Methodology for Translation, traduit par Sager (J.C.), Hamel (M.J.), Amsterdam, John Benjamins, 1995.

Wharton (T.), Pragmatics and Non-verbal Communication, Cambridge, Cambridge University Press, 2009.

Corpus

Barnes (J.), Talking it over, London, Jonathan Cape, 1991.

Barnes (J.), Cross Channel, London, Jonathan Cape, 1995.

Barnes (J.), Something to Declare, New York, Knopf, 2002.

Barnes (J.), Outre-Manche, traduit par Aoustin (J.P.), Paris, Denoël, 1998.

Barnes (J.), Quelque chose à déclarer, traduit par Aoustin (J.P.), Paris, Mercure de France, 2004.

Barnes (J.), Love, etc., traduit par Las Vergnas (R.), Paris, Denoël, 1992.

Lamar (J.), Rendezvous Eighteenth, New York, St Martin’s Minotaur, 2003.

Lamar (J.), Ghosts of Saint-Michel, New York, St Martin’s Minotaur, 2006.

Lamar (J.), Rendez-vous dans le 18e, traduit par Carn (S.), Cheval (C.), Paris, Payot et Rivages, 2007.

Lamar (J.), Les fantômes de Saint-Michel, traduit par Cheval (C.), Carn (S.), Paris, Payot et Rivages, 2009.

Annexes

L’annexe reprend tous les exemples de notre corpus, accompagnés de leur traduction publiée. Les blocs d’exemples sont organisés chronologiquement en fonction de la date d’édition du texte source. Au sein de chaque bloc, la traduction est donnée immédiatement après l’original, pour faciliter la lecture. Les segments qui, selon nous, peuvent éventuellement se prêter à l’omission sont en caractères gras. S’il y a omission, nous l’avons signalée dans la traduction française par le symbole ø.

Barnes, Cross Channel (1995).
Barnes / Aoustin, Outre-Manche (1998).

(1) When asked by Breton the characteristically compendious question, “Apart from ejaculating in the vagina, mouth or anus, where do you like to ejaculate in order of preference: 1) Armpit; 2) Between the breasts; 3) On the stomach?” Uncle Freddy answers – and here I have to retranslate from the French, so do not offer these as his exact words – Is the cupped palm permitted? (p. 48)

Quand Breton lui pose cette question typiquement détaillée : « en dehors du vagin, de la bouche ou de l’anus, où préférez-vous éjaculer, par ordre de préférence : 1) l’aisselle ; 2) entre les seins ; 3) l’abdomen ? », Oncle Freddy répond quelque chose comme ø : est-ce que le creux de la paume est permis ? (p. 74)

(2) Time did not behave rationally. Fifty years back to the Somme; a hundred beyond that to Waterloo; four hundred more to Agincourt, or Azincourt as the French preferred. Yet these distances had now been squeezed closer to one another. (p. 105)

Le temps ne se comportait pas d’une façon rationnelle. Cinquante ans plus tôt, la Somme ; cent ans avant cela, Waterloo ; encore quatre siècles plus tôt, Agincourt, ou Azincourt comme les Français préféraient dire. Pourtant ces intervalles semblaient maintenant s’être resserrés. (p. 148)

(3) I told them a story to illustrate what I meant by Gallic charm. I once appeared on “Apostrophes”, the television book programme, with a French novelist who had written the autobiography of his cat. (p. 125)

Je leur racontai une histoire pour illustrer ce que j’entendais par « charme latin ». Je suis passé une fois à « Apostrophes », la fameuse émission littéraire, en compagnie d’un romancier français qui avait écrit l’autobiographie de son chat. (p. 175)

(4) Jean-Luc Cazes, I discovered from my encyclopaedia, was a writer invented by the OULIPO group and used as a front for various promotional and provocational enterprises. Marrant is the French for funny, which of course I had known before I set off: where else would you expect a pataphysical encounter to take place? (p. 128)

Jean-Luc Cazes, appris-je dans mon encyclopédie, est un écrivain inventé par les membres du groupe OULIPO et chargé par eux de les représenter lors de diverses opérations promotionnelles et provocatrices. Marrant signifie « drôle » en français, ce qu’évidemment j’avais su avant de partir : quel endroit pouvait mieux convenir à une rencontre pataphysique ? (p. 179)

(5) We get on well enough. The worst row we had was early on. I’d been looking in the French papers for his name and when I found it I saw they called him un domestique. That’s French for a servant. And since he’d been coming on a bit macho about how the French really respected British riders because they were so tough, I said, so you’re just a servant then? (p. 160)

On s’entend plutôt bien, Andy et moi. La pire dispute qu’on ait eue, ça a été dans les premiers temps ici. Je cherchais son nom dans les journaux français, et quand je l’ai trouvé, j’ai vu qu’on parlait de lui comme d’un domestique*. Ça veut dire serviteur en français. Et comme il avait un peu trop joué les machos en parlant de la façon dont les Français respectaient les coureurs britanniques parce qu’ils étaient si coriaces, j’ai dit : alors tu n’es qu’un serviteur ? (p. 218)

(6) Alongside Beychevelle, Emily explained that the château had once belonged to an admiral, that every ship passing along the river had been at one time obliged to lower its sail, or baisser la voile, in homage, and that this phrase had been corrupted into the present name. (p. 168)

Quand elles passèrent devant Beychevelle, Emily expliqua que ce vignoble avait jadis appartenu à un amiral, qu’à cette époque tout navire remontant ou descendant le fleuve avait dû ø baisser la voile* en signe de respect, et que cette locution s’était ensuite altérée pour former le nom actuel. (p. 227)

Barnes, Something to Declare (2002).
Barnes / Aoustin
, Quelque chose à déclarer (2004).

(7) At Bédoin, where the Ventoux climb begins, Simpson supposedly complicated his body by stopping off with other riders for a drink; rumour has served him with a whisky and a pastis. This may sound foolishly self-defeating now, but at the time Tour regulations permitted the riders’ support staff to give them liquid only at certain intervals; moreover, there was a general belief in the peloton (the main bunch of riders) that alcohol taken during the course of an event did you no harm, since it was quickly sweated out. (p. 78)

[…] en outre, tout le monde croyait dans le peloton* ø que l’alcool bu pendant une course ne pouvait pas faire de mal, puisqu’il était rapidement éliminé par la transpiration. (p. 126)

(8) With amphetamines, there was even a certain rough justice: they helped get you up the mountain one day, but exacted their price the next. Both Coppi and Simpson were known for their défaillances, their days of weakness; though doubtless climbing Ventoux without chemical help would leave you pretty tired the next day anyway. (p. 79)

Avec les amphétamines, il y avait même une certaine justice rudimentaire : elles vous aidaient à affronter la montagne un jour, mais en vous faisant payer le prix le lendemain. Coppi et Simpson étaient connus pour leurs défaillances*, leurs jours de faiblesse – mais une ascension du Ventoux sans aucune aide chimique vous laissait sûrement plutôt faiblard le lendemain de toute façon. (p. 127-128)

(9) Willy Voet, soigneur to the Festina team, was stopped by customs officers at the Franco-Belgian border. Soigneur means healer, and the job traditionally consists of giving massages and overseeing the day-to-day fitness of the riders. (p. 80)

Willy Voet, le soigneur* de l’équipe Festina, fut intercepté ce jour-là par les douaniers à la frontière franco-belge. ø Le travail du soigneur* consiste traditionnellement à faire des massages et à suivre de jour en jour la condition physique des coureurs. (p. 129)

(10) One by one, Festina riders admitted illegal drug use, though Virenque adamantly protested his innocence from the start. The only note of unintentional comedy that year came during a judicial hearing in Lille, when the judge put it to him that, “You must have known what was going on because you were the leader.” Virenque, in a panicky mishearing, replied, “Me a dealer? No, I am not a dealer.” (The same two English words are used in French.) Whereupon Virenque’s lawyer interjected, “No, Richard, the judge said leader. It’s not an offence to be a leader.” (p. 81)

[…] Virenque qui avait mal compris répondit affolé : « Moi dealer ? Non, je ne suis pas dealer. » ø Sur quoi son avocat intervint en disant : « Non, Richard. Le juge a prononcé le mot leader. Leader, ce n’est pas un délit […] ». (p. 131)

Lamar, Rendervous Eighteenth (2003).
Lamar / Carn et Cheval, Rendez-vous dans le 18e (2007).

(11) “There he is” Dr. Yassin said, in French, of course. (164)

« Le voilà… » fit le Dr Yassin ø. (p. 222)

(12) Fatima shopped for carrots; […], aromatic grains, seasonings, herbs and spices and thin, snaky lengths of merguez, a lamb meat sausage. (p. 167)

Fatima acheta des carottes, […] des graines aromatiques, des herbes, des épices, et un chapelet de merguez ø. (p. 225-226)

(13) [nouveau paragraphe] Paris’s “inner city” was, in fact, an “outer city.” It was called the banlieue. “The suburbs.” There were many pleasant, and several wealthy towns just outside the city limits. But when Parisians spoke of the banlieue, they did not mean to evoke the backyards and white picket fences of American suburbia. (p. 259)

ø Au-delà des limites de Paris intra-muros, il existe certes des dizaines de communes calmes et aisées, dont certaines carrément dorées sur tranche. Mais quand un Parisien vous parle de « la banlieue », il ne pense pas aux jardinets des banlieues américaines, ni à leurs clôtures de piquets blancs. (p. 344)

(14) Ricky checked out the crew of tan-complexioned teenagers who were checking him out. There were four of them. Ricky figured they were Beursthe French-born children of North African immigrants. (p. 261)

Ricky avisa quatre adolescents basanés qui le dévisageaient. Des jeunes Beurs*, probablement … ø (p. 346)

(15) Finally, Marva said, “Un ange passe.” It was an old French saying, used to explain those awkward silences: “An angel passes by.” That was why no one could speak. Ricky loved the expression. But never before had it felt so literal. (p. 273)

« Un ange passe* » finit par dire Marva. ø Ricky adorait cette expression, mais là, elle lui semblait prendre littéralement tout son sens. (p. 364)

Lamar, Ghosts of Saint-Michel (2006)
Lamar / Cheval et Carn, Les fantômes de Saint-Michel (2009)

(16) Marva Dobbs loved the rentrée. She loved the way the French spoke of the end of the summer as a reentry. Like a high-flying space voyager reentering the earth’s atmosphere. After the intoxicating pleasures of a month-long vacation, the whole country was supposed to return to practical everydayness. (p. 3 [première phrase du livre])

Marva Dobbs adorait la rentrée. Le mot lui-même, et cette façon qu’avaient les Français de l’appliquer à la fin de l'été, la ravissaient – la rentrée*... ça évoquait des images de mission spatiale réintégrant l’atmosphère terrestre au terme d’un long voyage en apesanteur. Après l’euphorie d'un mois de farniente, tout le pays renouait avec les réalités quotidiennes. (p. 11)

(17) As usual, she’d had a pleasant time, sailing along the rocky shores of France’s northwestern coast, drinking white wine and eating juicy langoustines – those tiny, needle-clawed crayfish that were a Breton spécialité – and going for long walks across the dramatic cliffs, […]. (p. 4)

Et comme toujours, elle y avait coulé des jours de pur bonheur, à naviguer le long des côtes bretonnes, à se régaler de succulentes langoustines ø arrosées de vin blanc et à flâner sur les falaises, […]. (p. 12)

(18) But here was Marva, a distinguished woman of a certain âge, as the French liked to say, obsessing on some young hunk. (p. 9)

N’était-elle pas une femme élégante et distinguée – quoique d’un certain âge*, comme disent si joliment les Français… Et voilà qu’elle s’obstinait à fantasmer sur un type qui avait à peine la moitié du sien ! (p. 17)

Notes

1 Le traducteur écrit ceci en note : « Les mots en italique suivis d’un astérisque sont en français dans le texte ». Le symbole ø pour l’ensemble vide est de nous ; il nous sert à figurer une absence.

2 Les citations provenant de sources non francophones sont données dans notre traduction personnelle.

3 Avec « LD » pour « langue de départ ».

4 Notre attention se limite par la suite autant que faire se peut à l’implicitation et à l’implicite.

5 Une traduction sans perte d’information telle que I had dinner with my best woman friend manquerait de naturel dans la plupart des contextes.

6 En réalité, la synonymie proposée par Barnes est inadéquate : un healer est un guérisseur. Mais nous ferons ici comme si l’explicitation du sens de soigneur était correcte, parce que ce que nous cherchons à évaluer, ce n’est pas une erreur dans le TS mais bien la façon dont on doit caractériser l’absence, dans le TC, d’une information redondante.

7 Comme nous l’avons vu, Krüger (2013) propose lui aussi une distinction nette entre ces notions, mais il concède en même temps qu’elles ne sont pas mutuellement exclusives.

8 Voir notre remarque sur l’omission par négligence, au point 2.3.

9 Comme le fait remarquer un relecteur, les enseignants de traduction ont souvent cette attitude plus nuancée, encourageant parfois « les étudiants à omettre des éléments (souvent culturels) inutiles au lectorat cible ».

10 Ils emploient en fait le terme d’implicitation, mais n’émettent pas la condition que l’implicitation entraîne l’inférabilité de l’information qui n’est plus explicitement là (cf. section 2.3). Il nous semble dès lors que c’est bien d’omission qu’il s’agit.

11 La locution verbale vouloir dire est souvent la meilleure traduction de to mean lorsque le verbe anglais prend un sujet « animé ».

12 Pour une discussion plus détaillée de ces questions, voir Wharton 2009.

13 Nous parlions aussi au point 4 de manières de parler « potentiellement » porteuses d’information. Le lien n’est pas fortuit.

14 Nous sommes conscient qu’il s’agit d’une conjecture que n’appuie aucune recherche empirique. Elle nous paraît néanmoins raisonnable. Voir infra pour une caractérisation un peu plus nuancée des lecteurs.

15 Cf. à la section 4 la mise en garde d’un traducteur interviewé par Faber et Hjort-Pedersen 2013.

Auteur

Université libre de Bruxelles

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search