Version classiqueVersion mobile

Déverbaliser – reverbaliser

 | 
Svetlana Vogeleer
, 
Laurent Béghin

La traduction comme acte de violence chez les traducteurs français de la fin du Moyen Âge et du début de la Renaissance

Olivier Delsaux

Résumé

À partir d’un examen des discours et des pratiques des traducteurs français de la fin du Moyen Âge et du début de la Renaissance (1350-1530), cet article vise à mettre en évidence les indices d’une conscience de la traduction interlinguale comme acte de violence, tant chez les traducteurs que chez les lecteurs et les commanditaires de ces traductions. Plus particulièrement, seront étudiés le fonctionnement, la fonction et le rendement des normes et des stratégies mises en œuvre par les traducteurs pour rendre en moyen français les concepts des textes sources traduits (principalement des textes latins relevant des sciences humaines). L’étude des calques sémantiques, des calques formels et des transpositions servira de levier pour mettre en évidence les mutations dans les modalités d’appropriation des textes anciens à l’aube de la Renaissance.

Texte intégral

1. Préliminaires

  • 1 Voir notamment Chavy 1981 ; Guillerm 1980, 1988 ; Simonin 1992 ; Crescenzo 2007 ; Duché-Gavet 2007  (...)

1L’objectif de cet article est d’explorer la problématique de la traduction comme acte de violence au départ d’une approche philologique et archéologique des traductions en français de la fin du Moyen Âge et du début de la Renaissance, soit de 1350 à 1530, autrement dit, depuis la traduction de Tite-Live par Pierre Bersuire, souvent considérée comme la frontière délimitant les traductions-adaptations des premières traductions françaises au sens moderne (Rychner 1963 ; Tesnière 2000) à l’avènement de la politique culturelle de François Ier, qui marquera un changement de rythme dans les stratégies et les consciences des traducteurs1. À travers un parcours dans les discours et les pratiques aux origines du phénomène traductif français, nous proposons de montrer comment la traduction a pu être ressentie comme un acte de violence, pour les traducteurs et pour leurs lecteurs. Notre propos se focalisera sur la traduction des concepts d’une langue à une autre et sur les processus de déverbalisation, en nous limitant à deux cas principaux : les calques sémantiques, d’une part, et les calques formels, d’autre part. Nous montrerons comment, à chaque fois, la traduction a pu y constituer un acte de violence, envers la langue mère (le latin) ou envers la langue fille (le français).

  • 2 Monfrin 1963, 1972 ; Cecchetti 1987 ; Cecchetti, Sozzi et Terreaux 1990 ; Bozzolo et Ornato 1992 ; (...)
  • 3 Voir notamment Monfrin 1964 ; Marchello-Nizia 1992 ; Bozzolo et Ornato 1992 ; Buridant 2003 ; Bertr (...)

2En vue d’offrir une meilleure mise en perspective des expériences traductives qui seront présentées et afin de limiter, autant que faire se peut, le transfert de cadres linguistiques et traductifs modernes sur le corpus étudié, il importe de rappeler quelques paramètres généraux du champ socio-culturel considéré. La fin du Moyen Âge constitue assurément une période de transition et de mutations, grâce à l’émergence d’une approche humaniste des textes du passé et, surtout, grâce à l’essor du français comme langue intellectuelle à travers l’enrichissement de ses moyens syntaxiques et lexicaux, mais également – ce qui est moins souvent souligné – rhétoriques2. Il n’est plus à démontrer que les traductions ont joué un rôle majeur dans ce mouvement, grâce à l’importation en français de structures, de formulations et de concepts de la langue latine, et ce bien avant le plein XVIe siècle et la génération de François Ier3.

  • 4 Pour un panorama général, voir Chavy 1988 ; Galderisi 2011a.
  • 5 Sur cette question, Monfrin 1963 ; Duval 2011b ; Galderisi 2011a ; Galderisi et Vincensini 2016.
  • 6 Bérier 1988 ; Boucher 2005.

3La plupart de ces traductions transposent en français des textes latins de l’Antiquité ou du Moyen Âge4. Pour la grande majorité, il s’agit de textes de philosophie morale ou politique, d’histoire, de droit ou de science ; les textes « littéraires » au regard de nos critères définitoires sont rares. Par ailleurs, la traduction de la plupart des textes répond avant tout à un intérêt moral, pratique ou historique5. Enfin, ces traductions sont le plus souvent présentées comme le fruit d’une commande explicite ou implicite d’un membre de l’élite laïque, souvent princier, qui ne maîtrise pas le latin ou qui le maîtrise trop peu pour pouvoir lire intégralement ces textes avec facilité et plaisir6.

  • 7 Sur le statut du français et du latin au Moyen Âge, voir, entre autres, Ouy 1986 ; Lusignan 1987, 2 (...)

4Il importe également de rappeler qu’au moment où émergent ces traductions, la langue cible (le français) est certes une langue qui dispose d’un code écrit depuis plus de quatre siècles, mais c’est un idiome qui, face au latin, reste une langue récente, instable, variable, sans dictionnaire, sans grammaire, sans norme extérieure à son usage. Simple langue vernaculaire, le français souffrait de lacunes importantes par rapport à la langue mère, le latin, langue des lettrés qui avait, quant à elle, servi à élaborer la pensée occidentale depuis plus de quinze cents ans dans toute l’Europe occidentale et qui y servait encore de langue véhiculaire pour les fonctions hautes de la communication. Pour tous les traducteurs français, qui sont, à quelques exceptions près, des clercs, le latin est donc la langue avec et dans laquelle, depuis leur première scolarisation, ils pensent, ils écrivent, ils enseignent7.

5Dans cette situation, il est possible que pour les traducteurs, dont certains furent des éléments moteurs du premier Humanisme en France et de la renaissance de l’éloquence latine (pensons à Laurent de Premierfait, Robert Gaguin, Guillaume Tardif ou Georges d’Halluin), la traduction et la vulgarisation de textes latins pour élaborer une pensée en français pouvait être ressentie comme un acte de violence et de transgression d’un tabou (Cerquiglini 2007). Violence, car il s’agissait d’écarter et d’abandonner temporairement la langue qu’ils avaient acquise, parfois avec peine, et dont ils défendaient la supériorité, y compris dans les prologues de leur traduction (Buridant 1983), pour adopter une langue non régulée et non réglée. Violence également, car il s’agissait de vulgariser un savoir qu’ils maîtrisaient et qui se trouvait exprimé dans une langue parfaitement adaptée à ce savoir, en le transposant dans une langue encore mal outillée pour la transmission claire et précise d’une pensée intellectuelle, à savoir le français. Enfin, pour le clerc traducteur, traduire pourrait également constituer une violence parce que le processus implique une déperdition linguistique : le français est une langue typologiquement opposée à sa langue mère, le latin, langue synthétique et dense. Les traducteurs de la fin du Moyen Âge sont parmi les premiers locuteurs français à ressentir et à formuler ce sentiment que le français ne dispose pas de signes linguistiques suffisants et adéquats, par exemple Simon de Hesdin, traducteur de Valère Maxime, vers 1380 :

Assés pourroie de ceste matere parler selonc Aristote et les autres philosophes, mais la science est de grant difficulté et se seroit moult fort de parler proprement en romans. (Simon de Hesdin, traduction des Facta et dicta memorabilia de Valère Maxime, Paris, BnF, fr. 9749, I.7.1, glose du traducteur, fol. 48a [sur les songes])

6Face au processus de perte et d’entropie qu’implique toute traduction du latin vers le français, le traducteur médiéval souligne également souvent la nécessité, pour peu que l’on souhaite proposer un texte intelligible et lisible, de faire violence au texte latin en ajoutant des mots et des phrases pour clarifier et préciser le sens du texte, comme Laurent de Premierfait, dans sa traduction du De senectute de Cicéron en 1405 :

[…] ce qui samble trop brief ou trop obscur je le allongirai en exposend par mots et par sentences. (Laurent de Premierfait, traduction du De senectute de Cicéron, Paris, BnF, lat. 7789, fol. 35r)

7ou quelques années plus tard (en 1409-1410) dans la révision de sa propre traduction du De casibus virorum illustrium de Boccace :

de tant qu’il [le texte cible] iert plus cler et plus ouvert en sentences et en paroles, de tant il delitera à lire et à escouter pluseurs hommes. (Paris, Bibl. de l’Arsenal, 5193, fol. 7b)

8De façon générale, la décision de traduire est souvent présentée comme une contrainte exercée sur le traducteur par le commanditaire princier de la traduction et qui ne répond pas nécessairement à son propre désir, mais auquel il est tenu d’obéir, car c’est le choix du roi ou du prince – souvent suggéré par son sujet lettré – de rendre ce texte accessible. Ainsi, de Denis Foulechat, traducteur du Policraticus :

Quant je os oÿ et entendu que il vous plaisoit et vouliés que je translatasse le livre qui est appelé Policraticon et le meisse de latin en romans, je n’osé pour rien contredire. Et, certes, je fu mis entre deux angoisses, dont je regardoie d’une part mon ignorance et la grant oeuvre qui me seurmontoit trop grandement et les paroles qui m’escrieroient de presomption et d’orgueil, et de l’autre part je regardoie et consideroie la magesté royal à qui tous doibvent obeïr et le desir que j’ay tous temps eu et auray de faire le vostre plaisir. (Denis Foulechat, traduction du Policraticon de Jean de Salisbury [Brucker 1994, p. 122])

  • 8 Pierre Bersuire, traducteur des Décades de Tite-Live, évoquera ultérieurement son travail de traduc (...)

9Certes, la crainte d’avoir à accomplir un travail pénible et difficile8 est sans doute, au-delà du topos de captatio benevolentiae, le fruit de l’expérience et elle présente probablement une part de réalité, mais l’on ne peut non plus nier ici un réflexe de résistance et de défense des intellectuels face à la vulgarisation ; d’où l’emploi fréquent, comme c’est le cas dans l’extrait qui vient d’être cité, des termes presomption et orgueil pour décrire leur travail. Ces termes ne sont sans doute pas choisis au hasard ; ils désignent, à l’époque des vices intellectuels ou des actes de transgression, notamment l’interprétation d’un texte sans y être habilité ou sans en avoir les compétences (Boucher 2005, p. 260-265).

10Le commanditaire peut accentuer l’influence qu’il exerce sur le traducteur en intervenant aussi dans le choix de la méthode de traduction. C’est le cas de la traduction de la Consolation de Philosophie de Boèce par Jean de Meun, le célèbre auteur du Roman de la Rose, où le traducteur précise que c’est le prince qui lui impose de traduire le texte ad sensum :

Et por ce que tu me deis – lequel dit je tieng pour commandement – que je preisse plainement la sentence de l’aucteur sens trop ensuivre les paroles du latin, je l’ai fait à mon petit pooir si comme ta debonnaireté le me commanda. (Jean de Meun, traduction de la Philosophiae Consolatio de Boèce, 1300-1305, Dedeck-Héry 1952, p. 168)

  • 9 « Combien que par vostre especial mandemant, je aye, soubz la confience de vostre naturele benignit (...)

11Enfin, la contrainte de la commande ne tient pas seulement à la décision de traduire, mais également au choix du texte à traduire. En 1414, dans le prologue de sa traduction du Decameron de Boccace, Laurent de Premierfait affirme clairement qu’il suit le désir du commanditaire et qu’il n’est donc pas responsable de ce qu’il avait déjà appelé en 1409 le « dangereux et long travail de la translation » (prologue du De casibus français)9, et qu’il présente ici comme une obligation : « certain est que pour mon delict privé ne pour singulier plaisir je ne mis oncques le fardel sur mes espaules de translater ledit livre » (Di Stefano 1998, p. 3). Un processus de « transfert » suivra : à l’aliénation qu’il subit, le traducteur répondra par un acte de violence sur le texte. En effet, il détournera le Decameron, le présentant et le traduisant comme un texte didactique et moral, voire spirituel (Labère 2002, 2006 ; Delsaux 2016).

12Dans cette relation de violence et de dépendance entre le prince et le clerc, d’autres actes de résistance sont observables. Ainsi, quelques traducteurs ne se privent pas pour remettre ouvertement en cause le choix du prince. Par exemple, dans le prologue de la traduction de la Chronique de Diego de Valera, vers 1510, le traducteur qualifie le texte source, choisi par le prince, de texte « curieux, inutile et desplaisant » et il fait la liste des chroniques castillanes concurrentes qu’il aurait mieux fallu choisir ; il traduira d’ailleurs, pour le même prince, quelques mois plus tard, les chroniques plus récentes et d’inspiration humaniste de Pero López de Ayala (Delsaux 2018).

  • 10 Bossuat 1938 ; Gallet-Guerne 1974 ; Lefèvre 2007 ; Delsaux 2007.

13Par un autre effet retour, le traducteur peut être conduit à justifier sa traduction par un désir d’atténuer la violence des comportements du prince dédicataire ou commanditaire. C’est le cas de plusieurs traductions réalisées dans les années 1460-1470 à la cour des Ducs de Bourgogne et dédiées au jeune et violent Charles le Téméraire après ses voies de fait à Liège et à Dinant, notamment la traduction du traité de la tyrannie de Xénophon par Charles Soillot, celle de l’épître de Cicéron à son frère Quintus par Jean Miélot ou la traduction de la Cyropédie de Xénophon par Vasque de Lucène10.

14Avant de passer à l’examen des deux principales stratégies mises en place par les traducteurs pour rendre en français les concepts des textes latins qu’ils traduisaient, problématique qui est au cœur de ce volume, il importe d’insister sur le fait que, dans de nombreux cas, les traducteurs ont reconnu la difficulté ou, pour être plus précis, l’impossibilité de rendre certains concepts latins, que, par conséquent, ils ne traduisent pas. On l’observe chez le traducteur d’un texte philosophique complexe comme les Éthiques d’Aristote (qui suit la traduction latine de Guillaume de Moerbeke), Nicole Oresme :

la superhabundance en telles grans choses est appelé « bonansie ». [Glose du traducteur : en françois ne a il pas nom bien propre.] (II.9, Menut 1940, p. 165)

Et celui qui superhabunde est appellé « cathaplex », qui a vergonde de tout. [Glose du traducteur : il n’a point de nom en françois qui ne diroit que il est aussi comme sauvage ou esbahi.] (II.10, Menut 1940, p. 168)

15C’est le cas également chez le traducteur de Valère Maxime, Simon de Hesdin, qui déclare à plusieurs reprises que telle ou telle discussion philosophique ne peut pas être traduite en français car le français ne dispose pas de suffisamment de ressources pour proposer un texte intelligible :

dispute après Macrobe contre un philosophe qui avoit nom Colotes, lequel estoit de la secte Epicurus et se moquoit de Platon pource que il avoit mis en escript telle chose. Qui la veult veoir si le voie, car il y a moult de belles choses qui trop fortes sont à mettre en romant bien entendable. (I.8.1, glose du traducteur, BnF, fr. 9749, fol. 67d)

2. Première stratégie de traduction : les calques sémantiques

  • 11 Le calque sémantique peut non seulement étager un deuxième sens, relativement indépendant, mais il (...)

16La première stratégie pour « rendre » un concept consiste à le traduire en ayant recours à un signe sémantiquement apparenté dans la langue cible et en ajoutant le sens du signe source, selon un procédé bien documenté11 ; par exemple, le latin aspectus et le français regart signifiant tous les deux regard, il est possible d’utiliser le français regart pour emprunter à aspectus le sens technique de « distance angulaire de deux astres » (Dörr 2007, p. 178).

17Le calque sémantique est particulièrement utile quand le lexème source ne présente pas d’élément morphologique susceptible d’assurer un calque formel viable ; par exemple, carnifex n’est pas traduit par l’improbable carnacier ou carnificier par Nicolas de Gonesse dans sa traduction de Valère Maxime, mais par occiseur et bourrel (Di Stefano 1977, p. 59).

18Néanmoins, dans la majorité des cas, le calque sémantique concerne des lexies morphologiquement et étymologiquement apparentées, par exemple, duc traduisant le latin dux. Ce procédé est particulièrement aisé à mettre en œuvre pour le traducteur d’une langue-mère vers une langue fille. La rentabilité de ces calques vaut également pour le lecteur, qui sera face à des mots courants et familiers (Van Hoeck 1992 ; Duval 2011c).

19Malgré ce rendement, le calque sémantique peut constituer un acte de violence envers la langue source ou envers la langue cible, car le concept français pouvait avoir un autre sens ou d’autres sèmes que le concept latin. En voici quatre exemples.

20Premièrement, dans le cas de la traduction assez immédiate et presque devenue automatique du latin classique dux par duc, le risque est de convoquer le sens médiéval (seigneur d’un duché, soit un des niveaux les plus élevés après le prince dans la hiérarchie féodale) et non le sens latin de chef d’armée (DMF 2015, s.v. « duc »).

21Deuxièmement, le mot suffrage s’utilise le plus souvent en moyen français dans le domaine spirituel, pour désigner l’aide, le secours ou la prière d’intercession ; face au latin classique suffragium au sens de vote, voix que l’on donne lors d’une élection, le traducteur sera naturellement tenté d’utiliser le français suffrage, ce que la majorité des traducteurs de l’époque ont fait (Duval 2012, p. 139 ; Bertrand 2015, p. 110).

  • 12 Exemple étudié par F. Duval, dans Duval 2005, p. 54-55.

22Troisièmement, lorsque le clerc français traduit le latin classique impedimenta par empechemens, certes, il utilise le résultat étymologique du mot source, mais ce signe avait le sens général de entrave, qu’il a encore aujourd’hui et qu’il avait parfois en latin classique, alors qu’il a parfois le sens particulier de bagages d’une armée12. C’est sans doute pour cette raison que le premier traducteur de Tite-Live, Pierre Bersuire, placera ce terme dans le glossaire des termes « obscurs » de sa traduction (Tesnière 2000 ; Duval 2005).

23Quatrièmement, le mot français serf est utilisé un temps dans les traductions pour rendre le concept latin servus (esclave) alors que le Moyen Âge ne connaissait plus comme tel l’esclavagisme et que le concept de serf avait un sens bien spécifique dans le système féodal ; plusieurs traducteurs utiliseront les termes apparentés servant ou serviteur, plus larges et donc moins restrictifs (Duval 2012, p. 401-411). Le calque sémantique n’aboutit donc pas seulement à des télescopages civilisationnels, mais également à des problèmes de compréhension.

24Le danger – bien connu – de l’emploi spécifique d’un signe est, en effet, que le lecteur lambda, qui lui n’aura plus le latin devant les yeux ou qui ne connaît pas suffisamment la langue et la civilisation antiques, risque d’interpréter le signe d’après les sens qu’il connaît, c’est-à-dire les sens usuels médiévaux, et donc de passer à côté de la réalité antique. C’est le cas fréquent des traducteurs qui rendent par empereur le latin classique imperator, qui désigne dans la Rome républicaine un chef d’armées et non une fonction politique et gouvernementale (Duval 2012, p. 61-85) :

Nec plus Africanus, singularis et uir et imperator rei publicae profuit (Cicéron, De officiis, I.76)

Et aussi Scipio l’Affrican, qui estoit ung homme et ung empereur singulier ne profita point plus à la chose publique. (Anjourrant Bourré, Delsaux 2019)

25Malgré les écueils du calque sémantique, son cotexte permettait sans doute souvent à l’auditeur de recadrer le sens d’un mot. Ainsi, dans l’exemple ci-dessous, relatif à la Rome antique, le substantif conseiller signifie consul alors qu’il ne s’agit pas du sens majoritaire du mot à l’époque (DMF 2015). La convocation de l’acception consul semble facilitée par la présence de mots qui renvoient à des concepts associés aux institutions de la Rome antique (compaignon, coadjuteur, senateurs) :

Quant Brutus le vaillant conseillier fut mort comme dit est, Valerius son compaignon, qui demeura et fist faire ses solennités funeralles ainsi qu’il appartenoit, demanda aux senateurs et au commun de la ville qu’on luy baillast ung coadjuteur. (Antoine Vérard, Orose en françois, Paris, 1491, t. 1, fol. 151c, exemple cité dans Duval 2008a, p. 92)

26En effet, le cotexte et les co-occurrences d’un signe peuvent parfois aider le lecteur et lui indiquer que le signe n’est pas à prendre dans son sens courant. Ainsi, lorsqu’Anjourrant Bourré, le traducteur du De officiis, traduit le concept latin de uilla (ensemble de bâtiments ruraux, ferme) par ville, le cotexte, où il est question des délits d’initiés relatifs aux ventes immobilières, indique clairement que le mot ne désigne pas une agglomération, mais bien un bâtiment :

Et, se je te vens une ville, laquelle te semble bonne et bien ediffiee, je ne te deçoy point, combien qu’elle ne soit pas bonne ne bien ediffiee. Et, pour tant, encore te deçoy je moins se je te vens une maison qui te plaist, car ung vendeur ne fait point de fraude en vendant sa chose à celui à qui elle plaist. (III.55, Delsaux 2019)

27Par ailleurs, les traducteurs n’étaient pas naïfs et ils étaient conscients de ces écarts et de ces glissements de sens entre le sens ancien dans la langue source et le sens moderne dans la langue cible. L’on voit ainsi les traducteurs ajouter des précisions sur l’acception dans laquelle le mot doit être lu ; par exemple pour duc chez le traducteur des Stratagèmes de Frontin :

En cest endroit duc n’est mie nom de seigneurie mais d’office. Celuy estoit duc qui, de par la communaulté, avoit la charge de la guerre, mais la seigneurie estoit à la cité. (Jean de Rouvroy, I, I, 2, Paris, BnF, fr. 1233, fol. 3c, cité dans Bossuat 1960, p. 414)

28ou pour empereur :

Quant nostre acteur appele en cest exemple Hanno empereur, en cest endroit le nom d’empereur n’est que ung nom d’office, comme ung connestable, et n’est mie nom de signeurie. (Rouvroy, III, XVI, 3, A, Paris, BnF, fr. 1233, fol. 67b, cité dans Bossuat 1960, p. 475)

29Une autre stratégie pour orienter le lecteur vers le sens nouveau et non le sens courant est le doublet parasynonymique, par exemple :

[plerumque existunt honoris, imperii, potentiae, gloriae cupiditates] les grans puissances des honneurs et les grans gloires et cupiditez des empires et seigneuries (Anjourrant Bourré, trad. du « De officiis » de Cicéron, I.26.9, Delsaux 2019)

30On le voit, le Moyen Âge a parfois eu une vision assez lâche de ces calques sémantiques, à tel point que l’on peut quelquefois plutôt parler de transposition ou d’équivalence. C’est le cas, bien connu pour les textes relatifs à la Rome antique, de la traduction, vite devenue un tic de traduction, de miles par chevalier, de pontifex par evesque ou de forum par marchié (Monfrin 1961) ; il est clair que ces signes ne renvoient pas au même concept : le soldat romain ne monte pas à cheval et n’a rien du chevalier médiéval et le forum n’est pas uniquement un lieu de commerce dans l’Antiquité romaine.

31Voici un exemple plus précis. Dans la traduction des Stratagèmes de Frontin, vers 1425, Jean de Rouvroy traduit par bedeau le latin classique lictor, qui désigne l’escorte de certains magistrats romains. Or, le bedeau pouvait désigner en moyen français notre appariteur d’université, un sergent dans les justices subalternes ou un soldat de troupes légères, autrement dit, rien qui oriente clairement vers le concept de lictor :

submissis nonnumquam lictoribus atque militibus, qui, si qua custodes fefellissent, iam adposita e triclinio auferrent. (Suétone, Caesar, § 43.)

Et chevaliers et bediax i enveoit il parmi totes les gardes, car aucune foiz avenoit que les gardes en estoient engingniees. (Fais des Romains, IV, 1, 7, exemple cité dans Duval 2008a, § 10)

32Dans la traduction des Commentaires de César par Robert Gaguin, vers 1490, le centurio, sous-officier de la légion romaine, est traduit tantôt par les calques formels centenier (VI.40, fol. 83r) ou centenaire (VIII.7, fol. 121r), mais le plus souvent par capitaine (I.39, fol. 15r). Or, au temps de Charles VIII, un capitaine était le chef d’une compagnie d’hommes d’armes, qu’il mettait au service du roi. Il occupait donc une position hiérarchique nettement supérieure à celle du centurion des armées de César (Duval 2006, § 40). 

33La fonction didactique de telles transpositions semble évidente quand la transposition sert de glose à un calque, comme ici avec le concept médiéval de regent qui rend compte du concept latin d’interrex, quant à lui calqué :

Quant Tulles fut mors, l’empire de Rome, si come au comencement avoyt l’en ordené, fut devolu es peres, lesquels ont tantost esleu et nomé un interroy, c’est à dire un regent ; lequel fesant et celebrant les comices, c’est à dire la journee de l’election, le peuple si a creé et esleu un roy apelé Marc Aucie, lequel tanttost les peres confermerent. (Pierre Bersuire, traduction de l’Ab urbe condita de Tite-Live, I.32.1, Tesnière 2019, p. 14) 

34Dans ce cas-ci, il est clair que le traducteur cherche à rapprocher la situation de la Rome antique de celle de la France du XIVe siècle, soit par souci de lisibilité soit par volonté de souligner l’utilité, pratique et politique, du texte pour un public de princes et de serviteurs de l’État.

  • 13 Duval 2008, 2012 ; voir également Petit 2002 ; Mathey-Maille 2007 ; Rouzies 2007.

35Jusqu’il y a peu, ces transpositions ont fait l’objet d’une « méprise » par la critique : elles ont été taxées d’erreur, d’anachronisme, d’acte de violence, d’insouciance, d’insolence. Cependant, comme l’a parfaitement montré Duval (2008, 2012), ces transpositions répondent à une volonté de donner au public l’idée de ce que recouvre tel concept, telle notion, tel référent, absent du Moyen Âge ; il s’agit donc bien d’un processus de vulgarisation où le souci d’exactitude historique est souvent secondaire. Par ailleurs, Duval a raison de rappeler qu’il faut garder à l’esprit que la connaissance que l’on avait alors de l’Antiquité était beaucoup plus limitée que la nôtre et que la distance référentielle du lecteur médiéval avec le concept antique était beaucoup plus importante qu’elle ne peut l’être aujourd’hui, pour nous qui avons voyagé et/ou avons été imprégnés de tout un arsenal de représentations plus ou moins authentiques de la civilisation antique via les manuels scolaires, les expositions, voire les bandes dessinées. Vu cette distance entre le lecteur et le concept à désigner, il est logique que le traducteur cherche à modeler le concept latin par le concept et le référent du monde médiéval, qui parfois s’y substituera, en particulier dans le cas des champs sémantiques très riches en français médiéval, notamment le domaine militaire13.

  • 14 Les traductions de ce mot en français ont été analysées par Duval dans son Dictionnaire onomasiolog (...)

36Il importe de noter que l’emploi de transpositions n’est pas constant au Moyen Âge ; en réalité, il tend à se réduire au fur et à mesure que l’on avance dans le temps et que l’on arrive au dernier tiers du XIVe siècle, qui correspond à l’émergence du premier humanisme français. Prenons le cas du concept latin praetor (qui désigne à Rome un magistrat chargé de la juridiction civile)14. Dès le XIIe siècle, le concept est traduit par le français prevost (qui, quant à lui, désigne un officier domanial chargé de rendre la justice et de percevoir les impôts dans un domaine ou une cité). Le contexte permettait sans doute au lecteur de ne pas convoquer de façon monolithique et mécanique le concept médiéval, mais il devait être difficile pour lui que ce dernier ne modèle pas le concept antique. Par contre, à partir de la fin du XIVe siècle, les traductions, destinées à un public plus savant, utiliseront le calque formel preteur, non sans y ajouter des gloses périphrastiques, ce qui confirme la rentabilité plus limitée des calques formels :

le quart an je fu preteur, qui est la souveraine dignité à Romme. (Laurent de Premierfait, trad. du De senectute, §10, Marzano 2010) 

37ou

Preteur, c’estoit un juge comme ung senechal ou ung bailli. (Jean de Rouvroy, glossaire, Bossuat 1960)

38L’on notera plus particulièrement la première glose, celle de Simon de Hesdin, qui rappelle l’autre solution (prevost), mais la présente comme une explication plus que comme la traduction du concept, qu’endosse davantage juge :

un appellé Lucius Furius Bibaculus fu preteur à Romme, c’est à dire juge, aussi comme nous disons prevost. (Simon de Hesdin, traduction de Valère Maxime, I, 1, 9, glose du traducteur, Paris, BnF, fr. 9749, fol. 8c)

39Enfin, avant de passer à la question des calques formels, je souhaiterais revenir ici sur un passage qui me semble tout à fait révélateur des enjeux de ce volume. Il s’agit du prologue de Nicole Oresme à sa traduction des Éthiques d’Aristote (intitulé Excusacion et commendacion de ceste œuvre) :

Et comme il soit ainsi que latin est à present plus parfait et plus habondant langage que françois, par plus forte raison, l’en ne pourroit translater proprement tout latin en françois. Si comme entre innumbrables examples puet apparoir de ceste tres commune proposicion homo est animal ; car homo signifie homme et femme et nul mot de françois ne signifie equipeillenment. Et animal signifie toute chose qui a ame sensitive et sent quant l’en la touche. Et il n’est nul mot en françois qui ce signifie precisement. Et, pour ce, ceste proposicion est vraye mulier est homo, et ceste est fausse : femme est homme. Semblablement, ceste proposicion est vraye homo est animal, et ceste est fausse homme est beste. (Menut 1940, p. 100)

40À partir de la simple phrase homo est animal ou mulier est homo, le traducteur montre que la traduction immédiate (c’est-à-dire homme est beste ou femme est homme) ne fonctionne pas en français car les notions auxquelles ces signes renvoient ne sont plus les mêmes, notamment en raison d’une redistribution et d’une limitation des concepts latins et français, en particulier l’absorption par homo du concept latin uir et l’absence du concept d’animal dans le français du XIVe siècle ; bref, Nicole Oresme constate la disparité et l’asymétrie des grilles conceptuelles du latin et du français et leur découpage différent du monde. Oresme met souvent en évidence cette incompatibilité des grilles conceptuelles des langues sources et cibles, en général, sans que seule la langue française soit concernée :

  • 15 Texte latin : « Multa autem sunt innominata » (Robert Grosseteste, Bekke 1107a, Gauthier (éd.) 1973 (...)

Car pluseurs vices et vertus sont qui n’ont pas noms imposés ou ne sont pas nommez15. [glose du traducteur : Aucuns ont nom en grec et non pas en latin et aucuns au contraire. Et pluseurs ont nom en latin et non pas en françois et peu au contraire. Et semblablement est il de pluseurs autres choses.] (Éthiques, II, 9, Menut 1940, p. 165)

41Quelques années plus tard, Évrat de Conty le reconnaîtra également dans une glose de sa traduction des Problemata attribués à Aristote :

La translation du grec en latin peut bien aussi faire aucunement à l’obscureté de ce livre pour la diversité des langaiges qui ne s’acordent mie aucune fois tres bien, ains avient souvent que on ne treuve pas en une langue mots proprement correspondans aus mots et à la maniere de parler de l’autre. Et ce veons nous meïsmes souvent avenir entre le latin et le françois. (Paris, BnF, 24281-24282, fol. 179v, cité dans Ducos 1997, p. 236)

3. Le calque formel

42Second acte de violence, le plus brutal envers la langue cible, encore que de façon très relative pour une langue fille : le calque formel, c’est-à-dire la création d’un nouveau signe pour verbaliser un concept non verbalisé jusqu’ici. Comme on le sait, ce procédé est violent car il produit un signe autonymique, qui ne renvoie qu’à lui-même et qui ne pourra être compris tel quel que par des lecteurs qui connaissent un tant soit peu le latin. Cependant, ce signe restera opaque pour les lecteurs monolingues ou qui ne connaissent que le latin médiéval et non le latin classique, soit la majorité des lettrés à l’époque. Ceux-ci devront se contenter d’une comparaison formelle du signe en question avec d’autres mots dont la base est morphologiquement proche. Ainsi, le terme nouveau consulat pourra être compris comme la fonction ou la charge du consul, mais en l’absence d’une famille lexicale, les difficultés de compréhension peuvent être importantes (Duval 2008a, b).

43Les traducteurs médiévaux étaient conscients des écueils de ce procédé. Ainsi, le traducteur du De remediis de Pétrarque, Jean Daudin, se rend compte que certains mots ne seront compréhensibles qu’à ceux qui connaissent les textes latins antiques ; il les rassemble donc dans un glossaire « tiré à part », qu’il intitule :

  • 16 Mann 1969 ; Hériché-Pradeau 2015.

mos obscurs qui ou procés de ce livre sont nus en signification à ceulx qui n’ont veu ou entendu les livres des poetes et d’autres aucteurs16.

44Le traducteur Évrart de Conty met également en garde contre les traducteurs qui voudraient suivre de trop près les signes du texte-source :

Li translateurs qui s’esforcent communement d’aler au plus pres des paroles qu’ils peuvent vont aucunefois trop loings de la maniere acoustumee de parler en la langue en laquelle ils veulent leur translation faire, dont la chose semble estre plus oscure. (Traduction des Problemata du Pseudo-Aristote, prologue du traducteur, Paris, BnF, fr. 24281, fol. 1v)

45Le verbe esforcer et la précision trop loings laissent entendre qu’il s’agirait bien d’un acte de violence et de transgression.

46Au-delà des déclarations des traducteurs, les lecteurs médiévaux témoignent également de ce danger de l’obscurité d’une traduction qui calquerait trop le texte source, faisant violence au français pour ne pas faire violence au latin ; ainsi, le roi de France Charles V qualifia d’obscure la traduction, par Pierre Bersuire, des Décades de Tite-Live :

lequel roy Charles, toutesfoiz qu’il lisoit ladicte translation, disoit que en la pluspart elle estoit aussi obscure comme le texte de latin. Et pour ledit prieur de Saint Eloy de Paris, qui estoit notable theologien, s’il eust plus longuement vescu, avoit en propos de faire autre translacion plus claire et entendible, la substance du livre gardee, mais il trespassa tantost aprés ladicte translacion faicte. (Noël de Fribois, Mirouer historial abregié de France, version 2, ms. Oxford, Bodleian Library, Bodley 968, fol. 17v, édité dans Abregé des croniques de France par Noël de Fribois, Daly 2006, cité dans Duval 2005, p. 61)

47Autre témoignage : le choix de Laurent de Premierfait de réviser, en 1410, sa propre traduction du De casibus de 1400 pour offrir une version plus cibliste, moins proche du texte source et plus accessible à un public peu ou moins lettré :

Comme donques jà pieça, je, Laurens, à l’enhortement et requeste d’aulcuns, eusse translaté de latin en françois, le moins mal que je peu, ung tresnotable et exquis livre de Jehan Boccace « Des cas des nobles hommes et femmes », en la translation du quel je ensuivi precisement et au juste les sentences prinses du propre langaige de l’auteur, qui est moult subtil et artificiel ; et il soit vray que neiz aulcuns de ceulx qui se dient clercs et hommes lettrez souffrent en eulx tresgrant dommage d’ignorance […] par quoy il advient que les livres latins dittez et escriptz par les philosophes, poetes et historians bien enseignez en toutes sciences humainnes sont moult loing et dessevrez de l’entendement que dame Nature donne communement aux hommes ; pour donques secourir à ce tres grant default, il couvient, se me samble, que les livres latins en leur translation soient muez et convertiz en tel langaige que les liseurs et escouteurs d’iceulx puissent comprendre l’effect de la sentence, sanz trop grant ou trop long traveil d’entendement. Je, donques, selon le jugement commun, en amendant se je puis la premiere translation dudit livre, vueil, sanz riens condempner, aultre foiz translater ledit livre, afin c’estassavoir que de tant qu’il iert plus cler et plus ouvert en sentences et en paroles, de tant il delitera a lire et a escouter pluseurs hommes. (Paris, Arsenal, 5193, fol. 7a)

48Vers 1515, l’humaniste et traducteur français Georges d’Halluin revient sur les traductions françaises qui l’ont précédé : il y déplore l’emploi de mots rares et obscurs et attribue à ceux-ci une part de l’insuccès des textes de l’Antiquité auprès du « grand public » (l’on notera qu’il parle de « plaisir » et de « grace ») :

doncques ceulx qui ont traveillé à translater lesdictes histoires ont bien faict et à bonne intention comme je presuppose et sont à louer grandement et me suis souventeffois esbahy pourquoy pluiseurs nobles gens n’y prenoient pas plus de plaisir, mais lisoient aultres histoires faintes et fantastiques. Finablement, quant leur demandoye les raisons, les ungs me respondoient que c’estoit pour ce qu’il y avoit des motz antiques et du temps passé qu’ilz n’entendoient point. Aultres me disoient que ces histoires ne parloient que des fables des dieux et des idoles et de leurs sacrifices qui n’estoient point bien clerement exposez, par quoy n’y savoient rien entendre. Et, pour dire la verité, ilz n’avoient pas trop mauvaise cause, mais avec ces raisons, j’en treuve des aultres. La premiere c’est que ceulx qui les ont translatees les ont voulu translater de mot à mot comme elles sont escriptes au latin, ce qui n’est point possible, car le langaige n’auroit point de grace. (Prologue au Triomphe des Romains, Paris, BnF, fr. 24725, fol. 9r-9v)

  • 17 Sur cette question, voir aussi Delsaux 2014 ; Grévy-Pons 2002 ; Duval 2011.

49L’examen du travail des copistes des manuscrits des traductions françaises de la fin du Moyen Âge montre également que certains calques formels n’étaient pas compris et qu’ils étaient soit sautés par le copiste soit corrigés17. Par exemple, dans les Décades de Tite-Live, la louve, mère adoptive de Romulus et Rémus, est qualifiée de leue sitibunde dans le manuscrit original du texte (I.4.6) ; le syntagme devient leue furibunde (Tesnière 2019, p. 20) dans la plupart des copies non originales.

  • 18 Byrne, 1986 ; Hedeman 2006, 2013.

50D’autres indices témoignent des difficultés de compréhension de ces néologismes : les illustrations des miniatures. Ainsi, dans le manuscrit Oxford, D’Orville 141 de Salluste, le traducteur et humaniste Jean Lebègue avait rédigé un programme détaillé d’illustrations destiné à l’enlumineur. Lebègue avait demandé de représenter une « banniere imperial » et des « legaz » ; le miniaturiste n’a pas compris et Lebègue a dû demander de modifier la miniature, ajoutant cette précision : « ou fueillet xlvii soient corrigé les legaz et fais en guise de gens lays ». Les artisans n’avaient pas compris le terme et ils avaient représenté les légats comme des religieux, estimant sans doute qu’il s’agissait des légats du pape18.

51Malgré ces risques, certains traducteurs ont préféré suivre la voie de la fidélité, quitte à être obscurs et à faire violence au français ; c’est ce que déclare Nicole Oresme à l’ouverture de son prologue à la traduction des Éthiques, où il reconnaît que tout un chacun ne comprendra pas les concepts qu’il utilise. Toutefois, il souligne que c’est le prix à payer pour faire du français une langue intellectuelle, voire une langue de spécialité ; certains termes obscurs aujourd’hui pourront se lexicaliser demain :

  • 19 Ce passage a été souvent étudié par la critique, voir, entre autres, Lusignan 1987, p. 156-157 ; Im (...)

D’autre partie, une science qui est forte quant est de soy ne puet pas estre baillee en termes legiers à entendre, mais y convient souvent user de termes ou de moz propres en la science qui ne sont pas communelment entendus ne cogneüs de chascun. Mesmement quant elle n’a autre fois esté traictiee et excercee en tel langage. Et telle est ceste science ou regart de françois.
Par quoy je doy estre excusé en partie se je ne parle en ceste matiere si proprement, si clerement et si ordeneement comme il fust mestier ; car, avec ce je ne ose pas esloingnier mon parler du texte de Aristote, qui est en pluseurs lieux obscur, afin que je ne passe hors son intencion et que je ne faille. (Éthique, prologue du traducteur intitulé Excusacion et commendacion de ceste œuvre, Menut 1940, p. 100)19

  • 20 Sur ce passage et sur la politique globale de traduction de Nicole Oresme en général, voir Meissner (...)

52Dans cette catégorie des emprunts formels, deux types sont à distinguer. D’une part, les termes nouveaux, qui entraient sans aucun paradigme dans le lexique français, par exemple les termes peripateticien ou stoïcien. Pour ces termes, le lecteur naviguait souvent à vue. D’autre part, les termes certes nouveaux, mais qui pouvaient être interprétés comme le résultat d’une dérivation d’un lexème déjà intégré en français. Ces emprunts dérivationnels faisaient nettement moins violence au français, par exemple des composés comme indelectation au sens de déplaisir, calque du latin indelectatio (Éthiques, p. 493, qui s’intègre au paradigme existant delict, delecter, delectation) ou inhonoration, calque du latin inhonoratio (inhonoration, p. 166, 326, qui s’intègre au paradigme honneur, honorer). Pour autant, la dérivation n’est pas une garantie de survie pour ces néologismes ; ainsi, indelectation et inhonoration sont des hapax qui ne survivront pas en français20.

53Examinons à présent le marquage de ces calques formels dans les traductions, qui nous informe de leur degré d’intégration ou de violence.

54Le degré zéro du calque formel est la reprise du signe lexical, sans adaptation, comme dans cette traduction de Vègece où le latin ordenarii (officier supérieur de la légion) est utilisé tel quel :

Ordinarii sunt només siaus qui estoient premiers en la bataille et conduissoient les ordenemens. Asgustiales estoient siaus qui estoient conjoint as ordenarii par le comandement de Agust. (Végèce, De re militari, traduction anonyme du XIIIe siècle, manuscrit Saint-Pétersbourg, Bibliothèque nationale de Russie, Fr.F. v. IX, 1 (dernier quart du XIIIe siècle), cité dans Duval 2008a, p. 93)

55Ce procédé de désignation est le plus précis pour renvoyer à des concepts d’une civilisation dont les référents sont perdus, car ce signe ne se prêtera ni à la confusion sémantique, ni à la polysémie, ni à l’anachronisme. Il correspond à une approche philologique, voire archéologique, qui devait satisfaire nos traducteurs proto-humanistes, mais guère les lecteurs français.

56Les traducteurs commentent parfois cette solution. Un bel exemple en est fourni par socer (beau-père), où Simon de Hesdin, traducteur de Valère Maxime, refuse la solution socre (mot qui existait, mais qui restait rare) et il estime les transpositions monseigneur ou sire inadéquates car elles font violence au sens précis du mot latin et à la grille conceptuelle de cette langue :

Socer, qui signifie le pere de la femme d’aucun, pour lequel je n’ay point de propre terme en français car les Parisiens l’appellent « monseigneur » et ceux du pais ou quel je fu nez l’appellent « mon sire », et ce sont noms trop communs qui ne declarent mie proprement la nature de telle personne comme fait le mot qui est en latin. (Paris, BnF, fr. 282, fol. 307v, cité dans Di Stefano 1977, p. 52)

  • 21 Voir, par exemple, « les destructions des exercites et compagnies » (Anjourrant Bourré, traduction (...)
  • 22 Voir, par exemple, « Quar, certez, fere d’un plebeyen consul ne seroyt autre chouse mes que le fere (...)

57L’adaptation morphologique, notamment affixale, constitue une autre solution. Par exemple, exercitum qui devient exercite21 ou plebeius qui devient plebeien22. Malgré la francisation apparente, le sentiment de violence linguistique restait présent ; on le voit ici avec Nicole Oresme qui, malgré la francisation apparente de boanansie et apirokalie ne semble pas considérer que ces signes appartiennent, voire puissent appartenir, au lexique français :

Et le vice qui est en superhabondance est appellé boanansie ou apirokalie [glose du traducteur : Ce sont moz de grec qui ne ont pas moz correspondenz en latin ne en françois ; et signifie boanansie ou est dicte comme une fornaise ou brasier ou tout est ars tantost. Semblablement celui qui superhabonde en tres grans mises oultre raison, il a tantost finé. Et apirokalie signifie sanz esperience de bien. (Éthiques, IV, 9, Menut 1940, p. 242)

58Autre stratégie d’acclimatation du calque formel : l’utilisation de doublets à fonction explicative et définitoire, qui permettent d’appréhender le sens du signe nouveau en le rapprochant d’un concept déjà bien verbalisé en français :

Et come à auqun des noblez heust esté assignee journee dauvant le peuple, la quele chouse troublast les concions et les parlemens [ = contiones]. (Pierre Bersuire, traduction de l’Ab urbe condita de Tite-Live, III.66, ms. Paris, BnF, nafr. 27401, fol. 160b, cité dans DMF 2015, s.v. « contion », attestation issue de la base « Civilisation romaine » réalisée par F. Duval) ;

tant de villes regardent la pure voulenté d’un homme ouquel n’a nulle aide, nulle plainte, nul senat, nulle concion ou assamblee de pueple [ = contio] ou on puist estre ouy. (Jean Miélot, traduction de l’Epistola ad Quintum, Paris, BnF, fr. 17001, fol. 16a, ibidem)

59Les traducteurs décrivent souvent ce procédé dans leur prologue, tel Raoul de Presles, qui déclare à l’ouverture de la traduction de la Cité de Dieu :

Et si y a pluseurs mos qui ne se peuent pas bonnement translater en françois sanz adition ou declaration. (Raoul de Presles, traduction de la Cité de Dieu de saint Augustin, prologue de dédicace, Bertrand 2013, p. 164)

60Il est à noter que les doublets touchent majoritairement les calques formels et non les calques sémantiques (Bertrand 2004, p. 232). Le doublet peut être formulé sous la forme d’une glose lexicale, qui garantit sa compréhension :

les ninfes des montaignes, que nous appelons fees. (Simon de Hesdin, traduction des Faits et dits mémorables de Valère Maxime, I.6.ext2, glose du traducteur, Paris, BnF, fr. 6749, fol. 47d)

61Si le traducteur avait traduit le mot nympha par le simple calque ninfe, le mot aurait eu un rendement nul ; il ajoute donc au calque l’équivalent le plus proche dans la langue française de l’époque.

62Autre exemple, chez Nicole Oresme, avec l’invention du mot banausique, pour traduire artes banausae :

Une est faicte par les ars banausiques. [Glose : Ce sunt operations ou l’en souille et ordist son corps, si comme funt varlés de cuisine et trippiers et faiseurs de cordes à vielle.] (Politiques, Menut 1970, p. 69a)

63Ces gloses témoignent de ce que Thomas Städtler appelle « néologismes prospectifs », c’est-à-dire des néologismes forgés par le traducteur, avec la ferme intention d’introduire un nouveau mot en français (Städtler 2007). 

64Une glose plus importante peut tâcher de motiver le sens du mot en décomposant et en analysant les morphèmes lexicaux du signe source :

Agronomes sunt officiers qui ordennent d’aucunes choses es champs hors la cité, et est dit de ager en latin qui est champ et de nomos en grec est regle. (Nicole Oresme, traduction des Politiques d’Aristote, glossaire, Menut 1970, p. 370)

les Romains faisoient jadis pluseurs jeux en un lieu ordené ad ce, lequel lieu on apeloit cirque ou amphiteatre ; et entre les autres en faisoient i, lequel on nommoit gladiatore, pour ce que en yceli jeu on se combatoit d’espees, car gladius en latin vault à dire espee en françois. (Simon de Hesdin, traduction de Valère Maxime, I.7.8, glose du traducteur, ms. Paris, BnF, fr. 6749, fol. 51c [le mot est souligné dans le manuscrit])

65Même francisé, le mot n’est pas ressenti comme un mot français : le mot est souligné à l’encre rouge dans le manuscrit, au même titre que les noms de personnes et les titres d’œuvres ; on observe donc une saillance, voire une violence, visuelle, sur la page.

66Avec ces gloses, l’on touche au paradoxe du traducteur humaniste de textes latins à la fin du Moyen Âge. Ce traducteur est capable d’accéder aux textes anciens et à leur horizon d’attente et il est animé, dans ces textes en langue latine, d’un souci littéraliste, philologique et archéologique qui le pousse à être fidèle au texte source dans ses traductions et, par conséquent, à offrir un texte difficile (Buridant 2011). Cependant, au final, cette difficulté rend nécessaire une intervention sur le texte, des commentaires lexicaux, encyclopédiques, historiques ou géographiques pour combler l’écart avec l’horizon d’attente du lecteur, ce qui réinsère sa traduction dans une pratique ancienne et scolastique d’approche des textes. C’est le paradoxe de l’humaniste qui opère des actes « anti-humanistes ».

67Terminons ce tour d’horizon des calques sémantiques et formels par une dernière stratégie d’acclimatation du calque, que nous avons déjà évoquée, le glossaire de traduction. Ces outils se présentent dans une petite dizaine de traductions françaises de la fin du Moyen Âge, surtout les plus anciennes, celles de la deuxième moitié du XIVe siècle (Tesnière 2000 ; Duval 2005).

68Ces glossaires rassemblent ce que l’on nommerait aujourd’hui « néologismes », tant des calques formels que des calques sémantiques, qui correspondent le plus souvent à des notions propres à la civilisation du texte traduit ; ils sont qualifiés de mots difficiles, obscurs, estranges ou motz qui n’ont point de propre franchois. Ces glossaires montrent que les traducteurs étaient attentifs à la difficulté de traduire ces notions et qu’ils avaient une conscience, tout à fait nouvelle pour le français, du rôle d’innovation linguistique et conceptuelle que pouvait, voire devait, endosser la traduction. C’est le cas de Pierre Bersuire, l’auteur du premier glossaire d’une traduction française, qui justifie son glossaire par la pauvreté et la lacune conceptuelle du français, qui oblige le traducteur à recourir à des périphrases :

[…] en parlent de la matiere d’armes et autrement usent en pluseurs lieus, quant li cas y eschi, de trop de mos qui ont mout grandes significations, et si n’avons en langage françois nuls propres mos qui toutes celles choses puissent signifier, ainçois couvient par grans declarations et circumlocutions donner entendre que yceuls mos segnefient. (Paris, BnF, nafr. 27401, fol. 159 r-v, Tesnière 2000)

69Pour éviter d’avoir à répéter ces périphrases, il a conçu ce glossaire, intitulé de façon transparente « Declaraction de moz qui n’ont pas de propre françois ou qui autrement ont mestier de declaration en la translation de Tytus Livius ».

70C’est le cas aussi de Nicole Oresme, traducteur d’Aristote. Le glossaire de sa traduction des Politiques, intitulé « La table des expositions des fors mos de Politiques », s’ouvre sur la justification de cet outil :

En chescun art et en chescune science sunt aucuns termes ou mos propre à tel art ou à tele science. Et pour ce, les mos qui sunt propres à ceste science de politiques ou qui ne sunt pas en commun parler sunt ici aprés exposés et mis en table selon ordre de le a. b. c. Et non pas tous, car aucuns sunt exposés en leur lieus, et souffist. (Menut 1970, p. 369)

71Fort signifie difficile. Le traducteur reconnaît que la langue française qu’il utilise ici est une langue difficile, car une langue de spécialité, qui échappe à la langue courante de l’époque. Le néologisme n’est donc pas associé, comme pour nous, à ce qui est neuf, créatif, mais à ce qui est inconnu, étrange, voire violent (Duval 2011a). Dans la liste des mots proposés par Oresme, l’on trouve des mots sans lesquels, il faut bien l’avouer, la langue française n’aurait pas aujourd’hui le même potentiel d’abstraction conceptuelle, par exemple, abstraction, action, aristocratie, democratie, difference, infini, monarchie, passif, passion, etc. (Bertrand 2008).

72Les définitions de son glossaire témoignent du double travail des traducteurs, à la fois linguistique et intellectuel. On le voit avec l’entrée democratie, dont la traduction par Oresme est une des premières attestations en français :

Democratie est une espece de policie en laquele la multitude populaire tient le princey à leur profit. Et ne est pas bonne policie. Et olygarchie, où les riches qui sunt en petit nombre le tiennent, est pire, et tyrannie tres malvese. […] Et est dit de demos en grec, que est peuple, et de archos, que est prince ou princie. (Menut 1970, p. 371)

73Dans cette glose, Nicole Oresme s’appuie sur le principe des analogies et des différences avec d’autres concepts nouveaux et qui se présentent eux-mêmes dans le glossaire, tel policie, tyrannie, oligarchie. Son ambition est donc bien d’inciter le lecteur à élargir sa grille conceptuelle et à développer un nouveau lexique de la science politique, selon un principe d’arborescence catégorielle et lexicale que nous connaissons encore aujourd’hui (Städtler 2007).

  • 23 Comme l’a habilement noté Duval, dans ces glossaires, la majorité des termes relèvent des domaines (...)

74Il faut sans doute bien reconnaître que les principaux bénéficiaires de ce travail terminologique sont surtout les autres traducteurs, qui construisent collectivement des outils pour faire du français un instrument apte à l’analyse et à la réflexion. Plusieurs traducteurs font ainsi référence aux glossaires de leurs prédécesseurs et ils y renvoient explicitement leur lecteur23.

75Pour conclure sur la question des calques, il apparaît assez nettement que du XIIIe au XVe siècle, la proportion de calques formels a augmenté au détriment des calques sémantiques et autres transpositions, au fur et à mesure que l’on assiste à un processus de lexicalisation de ces calques formels. Cette évolution est certainement un révélateur, d’une part, du fait que le processus d’intellectualisation du français a atteint une certaine maturité et, d’autre part, qu’un autre rapport aux textes du passé s’est installé, qui privilégie la violence faite au public cible plutôt que la violence faite au texte source, autrement dit, une approche philologique et archéologique, relativement peu soucieuse de pédagogie. Cependant, à la toute fin du XVe siècle, dans un souci d’initier l’élaboration d’une éloquence proprement française, l’on voit cette tendance être nuancée par certains traducteurs, et ce pour des raisons esthétiques et utilitaires, et non philologiques. Anticipant les critiques du milieu du XVe siècle contre les antiquitez et les escumeurs de latin et soucieux d’attirer un lectorat peu ou pas latinisé, ceux-ci prendront distance avec les calques formels et se tourneront vers des transpositions, plus précises et moins « anachroniques ». Un peu paradoxalement, cette démarche apparaît précisément chez des traducteurs humanistes particulièrement en avance sur leur temps tels Robert Gaguin, Vasque de Lucène ou Georges d’Halluin (Monfrin, 1963, 1964 ; Duval 2007, p. 191-203).

76Ce bref parcours dans les pratiques et les discours des premiers traducteurs français avait comme principale ambition de suggérer qu’il serait réducteur de limiter l’apport de l’étude diachronique des traductions à une perspective purement historique, voire anecdotique. Les normes et les stratégies que ces pionniers ont mises en place peuvent, selon moi, éclairer de nombreux processus mis en œuvre aujourd’hui en nous offrant un laboratoire dans lequel penser et repenser certains outils conceptuels et méthodologiques de la traductologie moderne. À ce propos, le prologue de Nicole Oresme au Livre des Éthiques d’Aristote me semble révélateur de l’ambition et de l’envergure de leur projet d’incubation conceptuelle du français – il ne s’agit plus seulement de traduire un texte en particulier, mais de transposer en français tout le bagage culturel et scientifique exprimé et pensé jusqu’ici en latin :

Mais, se Dieux plaist, par mon labeur pourra estre mieulx entendue ceste noble science et, ou temps avenir, estre bailliee par autres en françois plus clerement et plus complectement. Et, pour certain, translater telz livres en françois et baillier en françois les arts et les sciences est un labeur moult proffitable, car c’est un langage noble et commun à genz de grant engin et de bonne prudence. […] les choses pesantes et de grant auctorité sont delectables et bien aggreables as genz ou langage de leur païs. (Menut 1940, p. 101)

77Je voudrais terminer sur un dernier cas de violence, celle avec laquelle les retraducteurs traitent la traduction qui les précède pour justifier la leur. Ce type de violence reste assez rare au Moyen Âge, dans un champ littéraire où la diffusion des textes reste très limitée et où les traducteurs ne sont pas toujours conscients de traduire un texte déjà traduit. Ce type d’attaque devient, par contre, croissant au fur et à mesure que se développe l’imprimerie et que la diffusion, et donc l’accessibilité d’une traduction, s’accroît. Je me limiterai à citer l’avis de l’imprimeur qui ouvre la nouvelle traduction du Decameron de Boccace (celle d’Antoine Le Maçon, en 1545) ; la traduction antérieure, celle de 1414, est décrite comme un acte de violence, voire de viol, fait au texte par le libraire Étienne Roffet :

Si ne devez ignorer que le present Decameron […] a esté pieça traduit par quelques ungs, qui eussent mieulx faict de cacher leur ignorance, ou sacrilege et impieté par eulx commiz, en dechirant et mettant en pieces et par lopins la dignité de ce beau livre, que d’entreprendre chose, autant mal seante à eulx, comme desplaisante à tous ceulx qui y vouldront lire, en conferant ceste traduction à la leur. (Bidler 2008, p. xiii)

78Montaigne recourra à la même image de l’habillement contraint et malséant pour décrire les traductions antérieures à sa propre traduction de l’Apologie de Raymond Sebon :

J’ay taillé et dressé de ma main à Raimond Sebon, ce grand Théologue et Philosophe Espaignol, un accoustrement à la Françoyse, et l’ay desvestu, autant qu’il a esté en moy, de ce port farouche et maintien Barbaresque, que vous luy vistes premièrement. (Épître, Paris, M. Sonnius, 1569, exemplaire Paris, BnF, Z PAYEN 400, fol. a2)

Bibliographie

Balsamo (J.), « La première génération des traducteurs de l’italien en français (1500-1535) », in Passeurs de textes II. Gens du livre et gens de lettres à la Renaissance, édité par Lastraioli (C.), Tours, CESR, 2014, p. 15-31.

Bérier (F.), « La traduction en français », in Grundriss der romanischen Literaturen des Mittelalters, tome VIII, édité par Poirion (D.), Heidelberg, Winter, 1988, p. 219-265.

Bertrand (O.), Du vocabulaire religieux à la théorie politique en France au xive siècle. Les néologismes chez les traducteurs de Charles V, Paris, Connaissances et Savoirs, 2004.

Bertrand (O.), « Le vocabulaire politique aux XIVe et XVe siècles : constitution d’un lexique ou émergence d’une science ? », in Lexiques scientifiques et techniques. Constitution et approches historiques, édité par Bertrand (O.), Gerner (H.), Stumpf (B.), Palaiseau, Éditions de l’École polytechnique, 2007, p. 9-23.

Bertrand (O.), « Les emprunts chez Nicole Oresme, ou comment traduire l’“Éthique” et la “Politique” d’Aristote en français au xive siècle », Neologica, 2 (2008), p. 75-86.

Bertrand (O.), La « Cité de Dieu » de saint Augustin par Raoul de Presles (1371-1375), vol. i, livres i à iii, édition du manuscrit BnF, fr. 22912, Paris, Champion, 2013.

Bertrand (O.), « Le legs du Moyen Âge », in Histoire des traductions en langue française, xve et xvie siècles, sous la direction de Duché (V.), Paris, Verdier, 2015, p. 24-120.

Bertrand (O.), Gerner (H.), Stumpf (B.) (éds), Lexiques scientifiques et techniques. Constitution et approches historiques, Palaiseau, Éditions de l’École polytechnique, 2007.

Bidler (R.) (éd.), Giovanni Boccacio, « Decameron », traduit par Antoine Le Maçon, Montréal, CERES, 2008.

Bossuat (R.), « Jean Miélot, traducteur de Cicéron », Bibliothèque de l’École des Chartes, 99 (1938), p. 82-124.

Bossuat (R.), « Jean de Rovroy, traducteur des “Stratagèmes de Frontin” », Bibliothèque d’Humanisme et de Renaissance, 32 (1960), p. 273-286, 469-489.

Boucher (C.), La mise en scène de la vulgarisation. Les traductions d’autorités en langue vulgaire aux XIIIe et XIVe siècles, Paris, EPHE/5e section, 28 septembre 2005, p. 260-265.

Bozzolo (C.), Ornato (E.) (éds), Préludes à la Renaissance. Aspects de la vie intellectuelle en France au XVe siècle, Paris, CNRS, 1992.

Brucker (Ch.) (éd.), Denis Foulechat, le « Policratique » de Jean de Salisbury (1372). Livres I-III, Genève, Droz, 1994.

Buridant (C.), « Translatio medievalis. Théorie et pratique de la traduction médiévale », Travaux de linguistique et de littérature, 21 (1983), p. 81-136.

Buridant (C.), « Le rôle des traductions médiévales dans l’évolution de la langue française et la constitution de sa grammaire », Médiévales, 45 (2003), p. 67-84.

Buridant (C.), « Esquisse d’une traductologie au Moyen Âge », in Translations médiévales. Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (XIe-XVe siècles). Étude et répertoire, édité par Galderisi (C.), Agrigoroaei (V.), t. 1, Turnhout, Brepols, 2011, p. 325-381.

Byrne (D.), « An early French humanist and Sallust: Jean Lebègue and the iconographical programme for the “Catiline and Jugurtha” », Journal of the Warburg and Courtauld Institutes, 49 (1986), p. 41-65.

Cecchetti (D.), Il primo Umanesimo francese, Turin, Meynier, 1987.

Cecchetti (D.), Sozzi (L.), Terreaux (L.) (éds), L’Aube de la Renaissance, Genève, Slatkine, 1990.

Cerquiglini (B.), Une langue orpheline, Paris, Éditions de Minuit, 2007.

Chavy (P.), « Les traductions humanistes au début de la Renaissance française : traductions médiévales, traductions modernes », Canadian Review of Comparative Literature, 8/2 (1981), p. 284-306.

Chavy (P.), Traducteurs d’autrefois, Moyen Âge et Renaissance. Dictionnaire des traducteurs et de la littérature traduite en ancien et moyen français, 842-1600, Paris-Genève, Champion-Slatkine, 1988.

Courcelles (de) (D.), Traduire et adapter à la Renaissance, Paris, ENC, 1998.

Crescenzo (R.), « Louis Le Roy et le statut de traducteur des Anciens au xvie siècle », Travaux de littérature, 20 (2007), p. 215-227.

Daly (K.) (éd.), Abregé des croniques de France par Noël de Fribois, Paris, Champion, 2006.

Dedeck-Héry (V.), « Boethius’ “De Consolatione” by Jean de Meun », Mediaeval Studies, 14 (1952), p. 165-275.

Delisle (J.), Woodsworth (J.), Les traducteurs dans l’histoire, Ottawa, Presses universitaires, 1995.

Delsaux (O.), « La traduction vers le moyen français chez les dames de la haute noblesse à la fin du Moyen Âge : entre outil de savoir et instrument de pouvoir », in La traduction vers le moyen français. Actes du IIe Colloque de l’AIEMF, édité par Galderisi (C.), Pignatelli (C.), Turnhout, Brepols, 2007, p. 395-410.

Delsaux (O.), « Compte rendu et complément de Fr. Duval, “Dire Rome en français. Dictionnaire onomasiologique des institutions” », Le moyen français, 73 (2014), p. 136-156.

Delsaux (O.), « Traductions empêchées et traductions manipulées chez Laurent de Premierfait, premier traducteur humaniste français », in La traduction « empêchée », les supercheries et les catastrophes, édité par Galderisi (C.), Vincensini (J.J.), Turnhout, Brepols, 2016, p. 81-111.

Delsaux (O.), « Nouvelles perspectives sur la réception de la littérature castillane en français à la fin du Moyen Âge : la traduction française de la “Crónica abreviada” de Diego de Valera et des “Crónicas de los reyes de Castilla” de Pero López de Ayala et l’“Epistola latina et hispanica” », Zeitschrift für romanische Philologie, 134 (2018), p. 32-61.

Delsaux (O.) (éd.), Traduire Cicéron au XVe siècle : Le « Livre des offices » d’Anjourrant Bourré, Berlin, De Gruyter, 2019.

Di Stefano (G.), Essais sur le moyen français, Padoue, Liviana, 1977.

Di Stefano (G.) (éd.), Laurent de Premierfait, « Decameron », Montréal, CERES, 1998.

Dictionnaire du moyen français, Nancy, Atilf, 2015, en ligne, http://www.atilf.fr/dmf/, consulté le 5 janvier 2018.

Dörr (S.), « La création du lexique astronomique et astrologique en ancien français : observations méthodologiques et pratiques », in Lexiques scientifiques et techniques. Constitution et approches historiques, édité par Bertrand (O.), Gerner (H.), Stumpf (B.), Palaiseau, Éditions de l’École polytechnique, 2007, p. 175-182.

Duché-Gavet (V.), « Le statut du traducteur (1526-1554) », Travaux de littérature, 20 (2007), p. 202-214.

Duché-Gavet (V.), « “Ce que je ne doute”. Traduire à la Renaissance », Meta, 61 (2016), p. 60-77.

Duché (V.), Uetani (T.), « Traducteurs », in Histoire des traductions en langue française. xve et xvie siècles, édité par Duché (V.), Paris, Verdier, 2015, p. 355-415.

Ducos (J.), « Traduction et lexique scientifique : le cas des “Problèmes” d’Aristote traduits par Evrart de Conty », in Traduction et adaptation en France à la fin du Moyen Âge et à la Renaissance. Actes du Colloque organisé par l’Université de Nancy II, 23-25 mars 1995, Paris, Champion, 1997, p. 237-247.

Ducos (J.), Goyens (M.) (éds), Traduire au XIVe siècle. Évrart de Conty et la vie intellectuelle à la cour de Charles V, Paris, Champion, 2015.

Duval (F.), « Le glossaire de traduction, instrument privilégié de la transmission du savoir. Les “Decades” de Tite-Live par Pierre Bersuire », in La transmission des savoirs au Moyen Age et à la Renaissance, édité par Nobel (P.), Perifano (A.), Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2005, p. 43-64.

Duval (F.), « Le “Livre des commentaires Cesar sur le fait des batailles de Gaule” par Robert Gaguin (1485) », Cahiers de recherches médiévales et humanistes, 13 (2006), en ligne, http://journals.openedition.org/crm/856, consulté le 5 janvier 2018.

Duval (F.), « Le Moyen Âge », in Mille ans de langue française. Histoire d’une passion, édité par Rey (A.), Paris, Fayard, 2007, p. 11-453.

Duval (F.), « Comment interpréter les anachronismes ? Le cas de l’histoire romaine écrite en français au début du xiiie siècle », Anabases, 8 (2008a), en ligne, http://journals.openedition.org/anabases/75, consulté le 5 janvier 2018.

Duval (F.), « Sémiotique des mots de civilisation romaine en français médiéval », Vox Romanica, 67 (2008b), p. 84-99.

Duval (F.), « Les néologismes », in Translations médiévales. Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (XIe-XVe siècles). Étude et répertoire, t. I, édité par Galderisi (C.), Agrigoroaei (V.), Turnhout, Brepols, 2011a, p. 499-534.

Duval (F.), « Quels passés pour quel Moyen Âge ? », in Translations médiévales. Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (XIe-XVe siècles). Étude et répertoire, vol. 1, édité par Galderisi (C.), Agrigoroaei (V.), Turnhout, Brepols, 2011b, p. 47-92.

Duval (F.), « Petite enquête lexicologique sur l’Antiquité », in L’Antiquité entre Moyen Âge et Renaissance. L’Antiquité dans les livres produits au Nord des Alpes entre 1350 et 1520, édité par Blondeau (C.), Jacob (M.), Paris, Presses universitaires de Paris Ouest, 2011c, p. 19-44.

Duval (F.), Dire Rome en français. Dictionnaire onomasiologique des institutions, Genève, Droz, 2012.

Finoli (A. M.), « Les néologismes chez Nicole Oresme : remarques et réflexions », Le moyen français, 39 (1996), p. 239-247.

Galderisi (C.) (éd.), Translations médiévales. Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (XIe-XVe siècles), Turnhout, Brepols, 2011a.

Galderisi (C.), « Silences et fantômes de la “translatio studii”. La traduction empêchée », in Translations médiévales. Cinq siècles de traductions en français au Moyen Âge (XIe-XVe siècles). Étude et répertoire, vol. 1, édité par Galderisi (C.), Agrigoroaei (V.), Turnhout, Brepols, 2011b, p. 433-457.

Galderisi (C.), Pignatelli (C.) (éd.), La traduction vers le moyen français. Actes du IIe colloque de l’AIEMF, Poitiers, 27-29 avril 2006, Turnhout, Brepols, 2007.

Galderisi (C.), Vincensini (J.J.) (éds), La fabrique de la traduction : du topos du livre source à la traduction empêchée, Turnhout, Brepols, 2016.

Gallet-Guerne (D.), Vasque de Lucène et la Cyropédie à la Cour de Bourgogne (1470). Le traité de Xénophon mis en français d’après la version latine du Pogge, Genève, Droz, 1974.

Gauthier (R.A.) (éd.), Aristote, Ethica Nicomachea. Translatio Roberti Grosseteste Lincolniensis sive « Liber Ethicorum », B. Recensio Recognita, Leiden-Bruxelles, Brill – Desclée de Brouwer, 1973.

Grévy-Pons (N.), « Leonardo Bruni, Jean Lebègue et la cour. Échec d’une tentative d’humanisme à l’italienne ? », in Humanisme et culture géographique à l’époque du concile de Constance. Autour de Guillaume Fillastre, édité par Marcotte (D.), Turnhout, Brepols, 2002, p. 95-125.

Guillerm (L.), « L’auteur, les modèles et le pouvoir, ou la topique de la traduction au xvie siècle en France », Revue des sciences humaines, 180 (1980), p. 6-31.

Guillerm (L.), Sujet de l’écriture et traduction autour de 1540, Thèse de doctorat inédite, Lille, Université de Lille III, 1988.

Hedeman (A.D.), « Making the past present. Visual translation in Jean Lebègue’s twin manuscripts of Sallust », in Patrons, Authors and Workshops. Books and Book Production in Paris around 1400, édité par Croenen (G.), Ainsworth (P.), Louvain, Peeters, 2006, p. 173-196.

Hedeman (A.D.), « Jean Lebègue et la traduction visuelle de Salluste et de Leonardo Bruni au XVe siècle », in Quand l’image relit le texte. Regards croisés sur les manuscrits médiévaux, édité par Hériché-Pradeau (S.), Pérez-Simon (M.), Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2013, p. 59-70.

Hériché-Pradeau (S.), « La traduction du “De remediis utriusque fortunae” de Pétrarque par Jean Daudin : la rhétorique de la contrariété », in Traduire au XIVe siècle. Évrart de Conty et la vie intellectuelle à la cour de Charles V, édité par Ducos (J.), Goyens (M.), Paris, Champion, 2015, p. 267-292.

Imbach (R.), Dante, la philosophie et les laïcs, Paris, Cerf, 1996.

Labère (N.), « Du jardin à l’étude : lectures croisées du “Décaméron” de Boccace et de sa traduction française en 1414 par Laurent de Premierfait », Rassegna europea di letteratura italiana, 20 (2002), p. 9-54.

Labère (N.), Défricher le jeune plant. Étude du genre de la nouvelle au Moyen Âge, Paris, Champion, 2006.

Le Briz (S.), Veysseyre (G.) (éds), Approches du bilinguisme latin-français au Moyen Âge. Linguistique, codicologie, esthétique, Turnhout, Brepols, 2010.

Lefèvre (S.), « Nicole Oresme, Cicéron et Varron ou les risques de la traduction », Perspectives médiévales, 26 (2000), p. 83-103.

Lefèvre (S.), « Jean Miélot, traducteur de la première “Lettre” de Cicéron à son frère Quintus », in La traduction vers le moyen français, édité par Galderisi (C.), Pignatelli (C.), Turnhout, Brepols, 2007, p. 125-147.

Lusignan (S.), Parler vulgairement. Les intellectuels et la langue française aux XIIIe et XIVe siècles, Paris, Vrin, 1987.

Lusignan (S.), La langue des rois au Moyen Âge. Le français en France et en Angleterre, Paris, PUF, 2004.

Mann (N.), « La fortune de Pétrarque en France : recherches sur le “De remediis” », Studi francesi, 37 (1969), p. 1-15.

Marchello-Nizia (C.), Histoire de la langue française aux XIVe et XVe siècles, Paris, Dunod, 1992.

Marzano (S.) (éd.), Laurent de Premierfait, « Le livre de vieillesse », Turnhout, Brepols, 2010.

Mathey-Maille (L.), « Peut-on parler d’anachronisme dans l’“Histoire des ducs de Normandie” ? », in Romans d’Antiquité et littérature du Nord. Mélanges offerts à Aimé Petit, édité par Baudelle-Michels (S.) et al., Paris, Champion, 2007, p. 591-599.

Meissner (F.J.), « Maistre Nicolas Oresme et la lexicographie française », Cahiers de lexicologie, 40 (1982), p. 51-66.

Menut (A.D.) (éd.), Nicole Oresme, « Livre des Éthiques », New York, Stechert, 1940.

Menut (A.D.) (éd.), Nicole Oresme, « Livre des Politiques », Philadelphia, American Philosophical Society, 1970.

Monfrin (J.), « Notice sur une traduction de “La vie de César” par Suétone contenue dans le manuscrit français 20312 de la Bibliothèque Nationale de Paris », in Fin du Moyen Âge et Renaissance. Mélanges de philologie française offerts à Robert Guiette, Anvers, De Nederlandsche Boekhandel, 1961, p. 203-224.

Monfrin (J.), « Humanisme et traductions au Moyen Âge », Journal des savants, 1963, p. 161-190.

Monfrin (J.), « Les traducteurs et leur public au Moyen Âge », Journal des savants, 1964, p. 5-20.

Monfrin (J.), « La connaissance de l’Antiquité et le problème de l’Humanisme en langue vulgaire », in The Late Middle Ages and the Dawn of Humanism Outside Italy, édité par Verbeke (G.), Ijsewijn (J.), Louvain, Peeters, 1972, p. 155-162.

Ornato (M.), Pons (N.) (éds), Pratiques de la culture écrite en France au XVe siècle. Actes du Colloque international du CNRS, Paris, 16-18 mai 1992, Turnhout, Brepols, 1995.

Ouy (G.), « Bilinguisme ou trilinguisme ? Latin commun, latin savant et français aux XIVe et XVe siècles », in État et Église dans la genèse de l’État moderne, édité par Genet (J.P.), Madrid, 1986, p. 85-101.

Pannier (L.), « Notice biographique sur le bénédictin Pierre Bersuire, premier traducteur français de Tite-Live », Bibliothèque de l’École des chartes, 33 (1872), p. 325-364.

Petit (A.), L’anachronisme dans les romans antiques du XIIe siècle, Paris, Champion, 2002.

Rouzies (E.), « Les “Faits des Romains”. Première traduction de Salluste en langue vernaculaire », in The Medieval Translator Traduire au Moyen Âge, 10 (2007), p. 223-239.

Rychner (J.), « Observations sur la traduction de Tite-Live par Pierre Bersuire (1354-1356) », Journal des savants, 1963, p. 242-267.

Simonin (M.), Vivre de sa plume au xvie siècle ou la carrière de François de Belleforest, Genève, Droz, 1992.

Städtler (T.), « Le traducteur, créateur de néologismes. Le cas de Nicole Oresme », in Lexiques scientifiques et techniques. Constitution et approches historiques, édité par Bertrand (O.), Gerner (H.), Stumpf (B.), Palaiseau, Éditions de l’École polytechnique, 2007, p. 47-61.

Tesnière (M.H.), « À propos de la traduction de Tite-Live par Pierre Bersuire : le manuscrit d’Oxford, Bibliothèque bodléienne, Rawlinson C 447 », Romania, 118 (2000), p. 449-498.

Tesnière (M.H.), « Pierre Bersuire, traducteur des “Décades” de Tite-Live. Nouvelles perspectives », in Quand les auteurs étaient des nains. Étude de stratégies auctoriales des premiers traducteurs français, édité par Delsaux (O.), Van Hemelryck (T.), Turnhout, Brepols, 2019, p. 113-158.

Trotter (D.), « Les néologismes éphémères. L’évolution de la science et des mots », Neologica, 7 (2013), p. 27-39.

Uetani (T.), « Pour une typologie des traducteurs au xvie siècle », in Passeurs de textes II. Gens du livre et gens de lettres à la Renaissance, édité par Lastraioli (C.), Tours, CESR, 2014, p. 33-54.

Van Hoeck (W.), « Droit savant et tradition coutumière : les répercussions de la première réception du droit romain sur le champ sémantique de la parenté en français », in Femmes. Mariages-lignages (XIIe-XIVe siècles). Mélanges offerts à Georges Duby, édité par Dufournet (J.), Bruxelles, De Boeck 1992, p. 400-422.

Notes

1 Voir notamment Chavy 1981 ; Guillerm 1980, 1988 ; Simonin 1992 ; Crescenzo 2007 ; Duché-Gavet 2007 ; de Courcelles 1998 ; Balsamo 2014 ; Uetani 2014 ; Duché-Gavet 2016 ; Duché et Uetani 2015.

2 Monfrin 1963, 1972 ; Cecchetti 1987 ; Cecchetti, Sozzi et Terreaux 1990 ; Bozzolo et Ornato 1992 ; Ornato et Pons 1995.

3 Voir notamment Monfrin 1964 ; Marchello-Nizia 1992 ; Bozzolo et Ornato 1992 ; Buridant 2003 ; Bertrand 2004 ; Duval 2007 ; Bertrand, Gerner et Stumpf 2007 ; Galderisi et Pignatelli 2007 ; Ducos et Goyens 2015 ; Galderisi et Vincensini 2016.

4 Pour un panorama général, voir Chavy 1988 ; Galderisi 2011a.

5 Sur cette question, Monfrin 1963 ; Duval 2011b ; Galderisi 2011a ; Galderisi et Vincensini 2016.

6 Bérier 1988 ; Boucher 2005.

7 Sur le statut du français et du latin au Moyen Âge, voir, entre autres, Ouy 1986 ; Lusignan 1987, 2004 ; Cerquiglini 2007 ; Le Briz et Veysseyre 2010.

8 Pierre Bersuire, traducteur des Décades de Tite-Live, évoquera ultérieurement son travail de traduction comme une période « non sine labore et sudoribus » (Repertorium morale, s.v. « Roma », cité dans Pannier 1872).

9 « Combien que par vostre especial mandemant, je aye, soubz la confience de vostre naturele benignité et en espoir de vostre gracieux ayde et confort, entreprins le dengereux et long travail de la translacion d’un tresexquiz et singulier volume des cas des nobles hommes et femmes. » (Paris, Bibl. de l’Arsenal, 5193, fol. 1a)

10 Bossuat 1938 ; Gallet-Guerne 1974 ; Lefèvre 2007 ; Delsaux 2007.

11 Le calque sémantique peut non seulement étager un deuxième sens, relativement indépendant, mais il peut également élargir le champ sémantique du mot. Ainsi, le mot corruption avait, au Moyen Âge, le sens très concret de altération, corruption (que l’on a encore aujourd’hui dans des syntagmes comme fruit ou texte corrompu), qui correspond au sens du mot en latin classique. Cependant, quand les traducteurs seront amenés à traduire des textes du latin médiéval, notamment des textes chrétiens, par exemple la « Cité de Dieu » de saint Augustin, ils seront confrontés au sens que le mot corruptio a pris dans la langue et la littérature chrétiennes et qui désigne une corruption morale ; en choisissant le calque sémantique, les traducteurs ajouteront donc au mot français corruption les sèmes séduction, pourriture, perversion, corruption, destruction. Sur cet exemple, voir Bertrand 2004, p. 246.

12 Exemple étudié par F. Duval, dans Duval 2005, p. 54-55.

13 Duval 2008, 2012 ; voir également Petit 2002 ; Mathey-Maille 2007 ; Rouzies 2007.

14 Les traductions de ce mot en français ont été analysées par Duval dans son Dictionnaire onomasiologique du lexique des institutions de la Rome antique (Duval 2012, p. 240-260).

15 Texte latin : « Multa autem sunt innominata » (Robert Grosseteste, Bekke 1107a, Gauthier (éd.) 1973).

16 Mann 1969 ; Hériché-Pradeau 2015.

17 Sur cette question, voir aussi Delsaux 2014 ; Grévy-Pons 2002 ; Duval 2011.

18 Byrne, 1986 ; Hedeman 2006, 2013.

19 Ce passage a été souvent étudié par la critique, voir, entre autres, Lusignan 1987, p. 156-157 ; Imbach 1996, p. 45 ; Delisle et Woodsworth 1995, p. 50.

20 Sur ce passage et sur la politique globale de traduction de Nicole Oresme en général, voir Meissner 1982 ; Finoli 1996 ; Lefèvre 2000 ; Städtler 2007 ; Bertrand 2007 ; Trotter 2013.

21 Voir, par exemple, « les destructions des exercites et compagnies » (Anjourrant Bourré, traduction du « De officiis » de Cicéron, II.20.1, Delsaux 2019).

22 Voir, par exemple, « Quar, certez, fere d’un plebeyen consul ne seroyt autre chouse mes que le fere d’un serf ou d’un libertin. » (Pierre Bersuire, traduction de l’Ab urbe condita, IV.3, Paris, BnF, nafr. 27401, fol. 249d, cité dans DMF 2015, s.v. « plebeien »)

23 Comme l’a habilement noté Duval, dans ces glossaires, la majorité des termes relèvent des domaines politiques, militaires et religieux, ce qui est somme toute logique, pour plusieurs raisons. Premièrement, il s’agit de domaines importants dans la civilisation romaine, mais également médiévale. Deuxièmement, il s’agit des réalités qui ont le plus évolué et où les calques sémantiques seraient périlleux. Troisièmement, il s’agit des domaines qui intéressent et fascinent le plus le public de l’époque. Quatrièmement, les commanditaires et les premiers lecteurs des traductions ont des fonctions d’encadrement ou d’administration dans ces domaines (Duval 2005, 2008).

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search