Version classiqueVersion mobile

Déverbaliser – reverbaliser

 | 
Svetlana Vogeleer
, 
Laurent Béghin

Introduction

Svetlana Vogeleer et Laurent Béghin

Texte intégral

1Les articles réunis dans ce volume traitent des modifications du sens que tout texte subit au cours de la traduction. Généralement invisibles pour le lecteur cible, ces modifications sont imposées par les différences entre les systèmes linguistiques, entre la manière de dire le monde dans les deux langues impliquées et par une série d’autres facteurs, objectifs et subjectifs, que les auteurs des articles s’attachent à mettre en évidence.

2Si l’on s’en tient aux postulats de la théorie interprétative de la traduction (Séleskovitch et Lederer 2014 [1984]), qui porte aussi le nom, quelque peu audacieux, de théorie du sens, ces modifications ne peuvent intervenir qu’au cours des deux opérations qui constituent, selon les auteures, l’acte même de la traduction, à savoir la déverbalisation du sens (compréhension comme transformation du contenu en une représentation mentale) et sa (re)verbalisation (expression dans la langue cible). Comme ces deux opérations s’effectuent dans l’esprit du traducteur, la compréhension-déverbalisation est influencée par les connaissances et les croyances personnelles de celui-ci, tandis que la production-(re)verbalisation est dépendante de son accès personnel aux ressources lexico-syntaxiques de la langue cible et des critères qui orientent son choix de ces ressources. Le résultat en est que tout texte traduit porte inévitablement des traces de la subjectivité du traducteur.

3Par ailleurs, bien qu’inévitables, ces interventions du traducteur peuvent aussi être vues comme acte de violence à l’égard du texte source et aussi, parfois, à l’égard de la langue cible. Avant de présenter, dans la section 2 de cette introduction, les articles réunis dans ce volume, nous voudrions montrer, en nous appuyant sur quelques citations, que ce dernier point de vue n’est pas exceptionnel (section 1). Il nous a paru que les textes cités ci-dessous – qui sont probablement loin d’être les seuls de ce genre – pouvaient servir d’utile introduction aux études qui suivront et inscrire le propos de ce volume dans la longue durée.

1. Le texte et sa traduction : une relation parfois violente. Quelques citations

Une traduction est une annexion.
(Vicor Hugo 1973, p. 446)

4La traduction en citations, le précieux volume procuré par Jean Delisle (2007), possède de nombreuses entrées thématiques : « qualités du traducteur », « religion et traduction », « rythme et traduction », etc. Mais aucune ne pose directement la question de la violence dans la traduction. Pourtant, des traducteurs, d’époques parfois fort éloignées les unes des autres, ont évoqué, ne fût-ce que furtivement, la violence qu’impliquerait, à leurs yeux, l’acte même de traduire.

5On trouvera ci-dessous, réunies en trois ensembles, quelques-unes de ces déclarations. Toutes ont été formulées dans des langues européennes. Il serait cependant intéressant de savoir si des prises de position analogues existent dans d’autres traditions culturelles. Toutes concernent la traduction littéraire. Presque toutes, enfin, sont antérieures au développement de la traductologie et témoignent d’une forme préthéorique de réflexion sur le sujet.

1.1. L’auteur captif et le traducteur violent

6On sait le rôle capital que saint Jérôme a joué dans l’histoire de la traduction en Europe. Non content d’être l’auteur de l’une des plus célèbres traductions de la Bible, ce Père de l’Église a beaucoup réfléchi à sa pratique de traducteur. Ses idées sur la question sont dispersées dans divers écrits, dont le plus important est sans nul doute la longue lettre – la 57e dans les éditions modernes de sa correspondance – qu’il adressa, en 395 ou 396, à un aristocrate romain de ses amis, le sénateur Pammachius (340/350-410). Intitulée par Jérôme lui-même De optimo genere interpretandi [De la meilleure manière de traduire], cette épître constitue, d’après les mots de Valery Larbaud, « la porte monumentale par laquelle on accède à l’œuvre de traducteur de Jérôme » (Larbaud 1997, p. 46). De quoi s’agit-il ? D’une polémique, comme souvent dans la correspondance de cet homme volontiers querelleur. Dans un contexte d’âpres luttes doctrinales et théologiques, on l’accusait d’avoir mal rendu en latin une lettre de l’évêque Épiphane de Salamine, plus exactement d’avoir ignoré le sens précis de certains mots de l’original grec et de ne pas en avoir traduit d’autres :

[mes adversaires] proclament que je suis un faussaire, que je n’ai pas tout rendu mot pour mot, qu’au lieu d’honorable [honorabilis], j’ai dit très cher [pro « honorabili » dixisse « carissimum »] et que, malveillant interprète [maligna interpretatione] – ce qui est vraiment abominable – je n’ai pas voulu traduire αἱδεσιμώτατον [révérendissime]. Ces sornettes-là et d’autres pareilles, ce sont mes crimes [haec et istius modi nugae crimina mea sunt]. (Saint Jérôme 1953, p. 57)

  • 1 Cf. Gache et Piquet 1886, p. 88.

7Jérôme réplique en exposant à son correspondant sa propre conception de la traduction. Dans un passage célèbre et souvent cité, il déclare traduire en s’attachant davantage au sens qu’aux mots (« non verbum e verbo sed sensum exprimere de sensu »). Pour défendre sa position, il appelle à la rescousse quelques autorités prestigieuses : le Cicéron, traducteur de Démosthène et d’Eschine (« non pro verbo verbum necesse habui reddere » [je n’ai pas jugé nécessaire de rendre chaque mot par un mot ; pourtant, quant au génie de tous mots et à leur valeur, je les ai conservés]1) ; l’Horace de l’Art poétique (« nec verbum verbo curabis reddere fidus interpretes » [tu ne te soucieras pas de rendre chaque mot par un mot, tout en restant fidèle interprète]) ; Jérôme lui-même, traducteur du Chronicon d’Eusèbe de Césarée ; et Hilaire de Poitiers (IVe siècle), qui mit en latin des homélies d’Origène et des traités sur les Psaumes. À propos de ce dernier traducteur, Jérôme note une phrase essentielle pour notre sujet :

[…] nec adsedit litterae dormitanti, et putida rusticorum interpretatione se torsit, sed quasi captivos sensus in suam linguam victoris iure transposuit.

  • 2 La métaphore se trouve déjà chez Sénèque le Rhéteur (mort dans les années trente du Ier siècle aprè (...)

[…] loin de s’attacher à la lettre somnolente et de se torturer par une traduction affectée à la manière des ignorants, [Hilaire] a pour ainsi dire capturé les idées, et les a transposées dans sa propre langue, par le droit des vainqueurs2. (Saint Jérôme 1953, p. 62)

8Bien dans l’esprit d’une Antiquité où les vaincus étaient réduits en esclavage, cette comparaison de l’auteur traduit à un captif et de son traducteur à un vainqueur tout-puissant exprime très crûment la part de violence qu’un grand traducteur comme Jérôme décelait dans son propre travail.

9Quelque neuf siècles plus tard, au début des années 1300, Dante Alighieri émettait lui aussi, quoiqu’en des termes plus modérés, l’idée selon laquelle un texte pouvait être brutalisé par sa traduction. Dans le septième chapitre du premier traité du Convivio, un ouvrage encyclopédique que le futur auteur de la Divine comédie laissa inachevé, il est question de traduction, principalement de la traduction de textes poétiques :

[…] sappia ciascuno che nulla cosa per legame musaico armonizzata si può de la sua loquela in altra transmutare sanza rompere tutta sua dolcezza e armonia. E questa è la cagione per che Omero non si mutò di greco in latino, come l’altre scritture che avemo da loro. E questa è la cagione per che li versi del Salterio sono sanza dolcezza di musica e d’armonia; ché furono transmutati d’ebreo in greco e di greco in latino, e ne la prima transmutazione quella dolcezza venne meno. (Alighieri 1988, p. 47-49)

  • 3 Nous traduisons.

[…] que chacun sache qu’on ne peut transposer d’une langue à une autre nulle chose harmonisée par le lien des Muses sans rompre toute sa douceur et harmonie. C’est la raison pour laquelle Homère ne fut pas traduit du grec en latin, comme les autres écrits que nous avons d’eux [les Grecs]. C’est la raison pour laquelle les vers du Psautier sont dépourvus de la douceur de la musique et de l’harmonie ; car ils furent traduits de l’hébreu en grec et du grec en latin, et, lors de la première traduction, cette douceur disparut3.

10Partant de prémisses semblables à celles de Jérôme, Dante, dont la sensibilité aux problèmes linguistiques est bien connue, en arrive à une conclusion opposée à celle de l’illustre Père de l’Église. Brutale, la traduction l’est assurément. Mais c’est précisément en raison de la violence intolérable à laquelle elle soumet le texte dont elle s’empare, n’hésitant pas à en briser l’harmonie et la douceur, qu’elle est impossible ou du moins déconseillée.

  • 4 Sur cette traduction, cf. Boyd 1991, p. 318-355.
  • 5 Nabokov 1955 : « An illustration of the Oneguin stanza – metre and rhyme pattern ».

11Effectuons un nouveau saut dans le temps. En 1964, Vladimir Nabokov, qui, dans les années quarante et cinquante enseignait la littérature russe dans divers établissements universitaires américains, publie en anglais une traduction en prose de l’Eugène Onéguine de Pouchkine (Pushkin 1964) accompagnée d’un commentaire monumental et très érudit4. Inutile d’insister sur le rôle de la traduction dans la carrière de cet écrivain trilingue – russe, français et anglais – qui consacra une bonne part de ses efforts à traduire ses propres œuvres du russe en anglais. En la matière, Nabokov savait assurément de quoi il parlait. Il s’est d’ailleurs exprimé plus d’une fois sur le sujet. Notamment dans un bref poème de 1955 intitulé « On translating Eugene Onegin » et constitué de deux strophes composées sur le modèle de la stance onéguinienne5. En voici le début :

What is translation? On a platter
A poet’s pale and glaring head,
A parrot’s screech, a monkey’s chatter,
And profanation of the dead.

12« La tête pâle et furieuse d’un poète sur un plateau », « une profanation des morts » : les mots sont forts et témoignent de la violence à laquelle, selon l’écrivain russe, une traduction soumet l’original. Est-ce à dire qu’à l’instar de Dante, l’auteur de Pnine, qui avait pourtant travaillé dix ans (1954-1964) à sa version du chef-d’œuvre de Pouchkine, doutait de la possibilité même d’une traduction ? Nabokov déconcertait volontiers ses lecteurs (ses préfaces sont exemplaires sous ce rapport) ; il n’est donc pas invraisemblable que ce poème contienne une part de mystification. Toutefois, il se peut aussi que le romancier fût sincère et sentît que traduire impliquait non seulement l’exercice de la violence, mais également son acceptation. La suite de la strophe, en particulier sa dernière phrase, est à ce titre assez parlante et a peut-être quelque chose à voir avec le sujet de ce recueil d’études :

The parasites you were so hard on
Are pardoned if I have your pardon,
O Pushkin, for my stratagem.
I travelled down your secret stem,
And reached the root, and fed upon it;
Then, in a language newly learned,
I grew another stalk and turned
Your stanza, patterned on a sonnet,
Into my honest roadside prose–
All thorn, but cousin to your rose.

13Pour Nabokov, la traduction est donc possible, quitte à accepter l’inévitable déperdition à laquelle est soumis l’original. Est-ce à dire que tout est permis et que le romancier russe se situait du côté du traducteur violent de saint Jérôme ?

  • 6 Et de donner un exemple assez divertissant de ces adaptations au goût du public : « Perhaps the mos (...)

14La réponse se trouve dans un texte antérieur à celui qu’on vient de lire, intitulé « On the art of translation » et publié dans New Republic en août 1941, un an après l’arrivée de l’écrivain aux États-Unis. Nabokov y passait en revue les défauts les plus communs qu’il distinguait dans les traductions de son temps. Indulgent pour les erreurs dues à une médiocre connaissance de la langue de l’original, il était impitoyable pour les traducteurs qui, se comportant en maîtres absolus (ou cédant aux exigences d’éditeurs peu scrupuleux), malmenaient volontairement les textes qui leur étaient confiés afin de les adapter au goût du public (« Instead of blissfully nestling in the arms of the great writer, he keeps worrying about the little reader playing in a corner with something dangerous or unclean »6). La chose est entendue : si, pour Nabokov, le traducteur est parfois contraint d’appauvrir l’auteur traduit, il n’a nullement le droit de le réduire en captivité.

  • 7 Sur cette figure injustement oubliée des lettres françaises de la Belle Époque, cf. Van Parys 1997 (...)

15Quelques années auparavant, le même vice était vitupéré, bien plus virulemment encore, par Léon Bazalgette (1873-1928), dans des termes soulignant la violence induite par cette pratique un temps très courante. Critique, éditeur, Bazalgette fut aussi un traducteur éminent, auquel on doit, entre autres, des versions de Walt Whitman et de Henry Thoreau7. Dans le numéro d’avril 1927 de la revue marseillaise Les Cahiers du Sud, il répondait de la sorte à une enquête soumise à divers traducteurs et visant à établir « si les littératures étrangères sont bien connues en France » et « de quelle manière cette connaissance peut être développée et enrichie » (Brion et Sauvage 1927, p. 241) :

Le temps est révolu, malgré des survivances, où traduire signifiait s’emparer d’une œuvre, la dépecer, y tailler de fins morceaux, rejeter ceux qui étaient jugés inférieurs, pour recoudre, parer et déposer l’ensemble selon l’usage du client. Il fallait ôter aux auteurs ainsi « traduits » leur physionomie, leur saveur, leur couleur « barbares » pour ne pas choquer cette merveille de délicatesse et de pureté : le goût du public français et la sensibilité des familles. (Bazalgette 1927, p. 249)

1.2. Inversion du domaine de la lutte : l’original violent et la traduction captive

16Les textes cités jusqu’à présent renvoyaient à la violence que la traduction fait subir au texte original. Mais il est d’autres déclarations de traducteurs qui mettent en évidence la violence qui s’exerce parfois aux dépens de la traduction elle-même ou plus précisément de la langue dans laquelle elle s’écrit.

17En 1877, Robert Browning (1812-1889) transcrivit (transcribed) – c’est le terme qui apparaît sur le frontispice – l’Agamemnon d’Eschyle (Browning 1877). Comme il l’explique dans les pages précédant sa version, le poète anglais a pris le parti de la littéralité, à l’instar d’autres traducteurs de son siècle (Chateaubriand dans sa version du Paradise Lost de Milton, Francis William Newman traduisant l’Iliade) :

If, because of the immense fame of the following Tragedy, I wished to acquaint myself with it, and could only do so by the help of a translator, I should require him to be literal. (Browning 1877, p. v)

18Mais il ajoute aussitôt :

at every cost save that of absolute violence to our language. (Id.)

19L’emploi de l’adjectif absolute est révélateur : il indique en effet un seuil en deçà duquel il semble légitime de malmener la langue d’arrivée. Et Browning de recommander non seulement l’usage d’archaïsmes (ce qui, s’empresse-t-il de préciser, n’est nullement un acte violent), mais aussi l’introduction de tournures grecques en anglais dans la mesure où ce dernier les tolère :

The use of certain allowable constructions which, happening to be out of daily favour, are all the more appropriate to archaic workmanship, is no violence: but I would be tolerant for once, – in the case of so immensely famous an original, – of even a clumsy attempt to furnish me with the very turn of each phrase in as Greek a fashion as English will bear. (Id.)

20Une dizaine d’années auparavant, Victor Hugo ne disait pas autre chose lorsqu’il notait que les traducteurs

superposent les idiomes les uns aux autres, et quelquefois, par l’effort qu’ils font pour amener et allonger le sens des mots à des acceptions étrangères, ils augmentent l’élasticité de la langue. À la condition de ne point aller jusqu’à la déchirure, cette traction sur l’idiome le développe et l’agrandit. (Hugo 1973, p. 439)

21On reconnaîtra ici les principes de la traduction littéralisante, qui, d’après Antoine Berman, qui l’a beaucoup étudiée, constituerait « la face cachée, le continent noir de l’histoire de la traduction occidentale » (Berman 1985, p. 37).

1.3. La frontière violée : traduction et littérature nationale

  • 8 Celles-ci sont contenues dans trois ensembles de longueur variable : le William Shakespeare, que Hu (...)

22On vient de citer Victor Hugo. Au vrai, l’auteur de La légende des siècles pourrait figurer dans chacune des sections de cet article. Certes il n’a pas lui-même traduit. Mais cet amoureux des langues – il lisait le latin, le grec ancien, l’espagnol et l’italien – fut aussi le père d’un grand traducteur français du XIXe siècle. François-Victor Hugo (1828-1873) a en effet laissé une version, encore rééditée de nos jours, du théâtre shakespearien. Cette œuvre titanesque, accomplie au cours des années d’exil que la famille Hugo passa dans les îles anglo-normandes – un entre-deux géographique et linguistique qui peut apparaître comme une métaphore involontaire du travail du traducteur –, suscita chez Victor Hugo, qui suivit de près son élaboration, une série de réflexions sur la traduction8.

23Or l’idée de violence est omniprésente dans ces textes. Violence, on l’a vu précédemment, exercée par la langue de l’original sur la langue de la traduction. Comme Jérôme, quoiqu’en des termes moins péremptoires, Hugo envisage d’autre part la traduction comme une lutte entre auteur et traducteur, le premier résistant désespérément aux efforts du second déployés pour l’asservir :

Shakespeare est un des poëtes qui se défendent le plus contre le traducteur.
La vieille violence faite à Protée symbolise l’effort des traducteurs. Saisir le génie, rude besogne. Shakespeare résiste, il faut l’étreindre ; Shakespeare échappe, il faut le poursuivre. (Hugo 1973, p. 343)

24Ou encore :

De toutes parts l’écrivain fait obstacle au traducteur. Une bonne traduction suppose tout ensemble l’entente la plus cordiale et la lutte la plus acharnée. (Ibid., p. 441)

25Enfin Hugo mentionne une dernière violence induite par la traduction. Bien qu’elle ne concerne pas le processus de déverbalisation et de reverbalisation qui constitue le fil conducteur de ce volume, il nous semble intéressant de l’évoquer dans la mesure où elle reproduit à une échelle plus vaste les tensions décrites précédemment. Il s’agit de l’agression que peut constituer, aux yeux du poète des Châtiments, l’introduction, par sa traduction, d’un grand auteur étranger dans l’espace apparemment clos d’une littérature nationale :

  • 9 C’est par ces mots que s’ouvre la « Préface pour la nouvelle traduction de Shakespeare par François (...)

Une traduction est presque toujours regardée tout d’abord par le peuple à qui on la donne comme une violence qu’on lui fait. Le goût bourgeois résiste à l’esprit universel.
Traduire un poëte étranger, c’est accroître la poésie nationale ; cet accroissement déplaît à ceux auxquels il profite. C’est du moins le commencement. Le premier mouvement est la révolte. Une langue dans laquelle on transvase de la sorte un autre idiome fait ce qu’elle peut pour refuser. Elle en sera fortifiée plus tard, en attendant elle s’indigne. Cette saveur moderne lui répugne. Ces locutions insolites, ces tours inattendus, cette irruption sauvage de figures inconnues, tout cela, c’est de l’invasion. Que va devenir sa littérature à elle ? Quelle idée a-t-on de venir lui mêler dans le sang cette substance des autres peuples ? C’est la poésie en excès. Il y a là abus d’images, profusion de métaphores, violation des frontières, introduction forcée du goût cosmopolite dans le goût local. Est-ce grec ? c’est grossier. Est-ce anglais ? c’est barbare. Âpreté ici, âcreté là. Et, si intelligente soit la nation qu’on veut enrichir, elle s’indigne. Elle hait cette nourriture. Elle boit de force, avec colère. Jupiter enfant recrachait le lait de la chèvre divine.
Ceci a été vrai en France pour Homère, et encore plus vrai pour Shakespeare9. (Hugo 1973, p. 339)

26Faire boire de force : semblable au lit de Procuste auquel la langue de la traduction soumet parfois celle de l’original, une œuvre étrangère peut travailler douloureusement une littérature nationale à laquelle elle est inoculée, la faire se débattre et tenter de rejeter le corps étranger. Pour Hugo, le processus est finalement bénéfique. Mais cela n’empêche qu’il soit violent.

27Que conclure de tout ceci ? Bien avant le développement des études de traduction, des traducteurs et des écrivains européens ont exprimé, souvent sous une forme métaphorique, la part de violence qu’ils entrevoyaient dans l’acte de traduction. On pourrait bien sûr balayer d’un revers de la main toutes ces déclarations au motif qu’elles appartiennent à un âge pré-traductologique. Mais ce serait, nous semble-t-il, manifester une grande condescendance envers ceux qui nous ont précédés et faire preuve d’un piètre sens de l’histoire. Ces textes, écrits après tout par des hommes qui savaient généralement de quoi ils parlaient lorsqu’il s’agissait de traduction contiennent indéniablement leur part de vérité.

***

28Tout en reconnaissant cette part de violence inhérente à l’acte même de traduction, nous adopterons dans la suite de cette introduction une perspective selon laquelle une part de cette « violence » du traducteur découle de certains principes et mécanismes généraux du traitement du langage discutés depuis longtemps en philosophie du langage et de l’esprit. En accord avec cette hypothèse, notre présentation des études ici réunies sera placée dans un cadre théorique qui focalise non pas les traits spécifiques à la traduction, mais les traits que la traduction partage avec tout autre traitement du langage, et en particulier avec deux opérations : celle de comprendre et celle d’exprimer le sens des énoncés produits par autrui.

2. Le sens comme objet de la traduction

29Quelle que soit l’approche théorique que l’on adopte de la traduction, nul ne conteste que l’objet qui est manipulé au cours de cette activité, c’est le sens. C’est le sens qui subit en premier lieu des « actes de violence » de la part du traducteur lorsque celui-ci tente de le « libérer des contraintes de la langue d’origine » (Séleskovitch et Lederer 2014, p. 367) et/ou lorsqu’il force à rentrer ce sens « libéré » dans de nouvelles formes linguistiques, au risque de lui faire perdre son identité.

30L’idée de déverbalisation, cette « marque de fabrique […] de la théorie interprétative et son véritable pivot », comme le souligne Lederer dans la postface à la cinquième édition d’« Interpréter pour traduire » (Séleskovitch et Lederer 2014, p. 423), avait été suggérée à Séleskovitch, dès ses premiers travaux (1975, 1976), par la pratique de la prise de notes en interprétation consécutive. Les notes de consécutive, de nature idéationnelle et/ou symbolique, constituent une preuve convaincante de la possibilité même d’une représentation non verbale du sens et reflètent, ne fût-ce qu’approximativement, la manière dont le contenu (et non la forme) d’un énoncé, d’un discours ou d’un texte est sauvegardé pendant un certain temps dans notre mémoire.

31Toutefois, la thèse sur universalité de la déverbalisation comme mode de traduction se voit opposer un contre-argument empirique qui vient des approches psycho-cognitives expérimentales du bilinguisme et de la traduction. Les données des expériences et l’analyse des révisions successives du texte cible au cours du processus de traduction attestent que ce n’est pas la déverbalisation, appelée aussi modèle vertical (De Groot 1997), qui s’impose spontanément comme mode de traduction par défaut, mais bien le simple transcodage, ou modèle horizontal (De Groot 1997), c’est-à-dire une conversion directe de structures lexico-syntaxiques du texte source en celles de la langue cible (cf. p. ex. Macizo et Bajo 2004 ; Tirkkonen-Condit 2005). Ce n’est que lorsque le transcodage est jugé insatisfaisant, soit à cause des divergences lexico-syntaxiques entre les deux langues, soit pour des raisons sémantiques, phraséologiques ou pragmatiques, que le mode de traduction bascule vers le modèle vertical, dans lequel l’expression du sens dans la langue cible se fait de manière plus ou moins autonome par rapport aux formes linguistiques du texte source (cf. Vogeleer, dans ce volume). L’alternance de ces deux modes complémentaires, horizontal (transcodage) et vertical (déverbalisation), est aussi observée en interprétation simultanée, où le mode horizontal, lorsqu’il est possible, a l’avantage de ne pas surcharger la capacité de stockage temporaire de la mémoire de travail de l’interprète (cf. p. ex. Christoffels 2004 ; Seeber 2011).

32Une autre difficulté, cette fois-ci théorique, consiste en ce que l’idée de déverbalisation, telle qu’elle est présentée dans la théorie interprétative, nous confronte inévitablement à trois questions fondamentales qui constituent, depuis des siècles, un thème central de la philosophie du langage et de l’esprit. La première question est de savoir en quoi consiste cet objet, à la fois primitif et insaisissable, que nous appelons sens ; la deuxième question est de savoir ce que comprendre veut dire exactement, et la troisième, comment on parvient à exprimer le sens (de quelque chose) par des moyens verbaux. L’immensité de ces questions et la diversité des réponses proposées au cours des siècles sont telles qu’il serait impossible de rendre compte de ces débats. Cependant, comme c’est in fine le sens et la manipulation du sens au cours de la traduction qui sont au centre de ce volume, nous tenterons d’introduire, dans les points qui suivent, quelques aspects de cette notion multifacétique liés aux thèmes traités dans les études ici réunies.

2.1. Traductologie, traductographie et les modèles « mentalistes » des rapports langue – sens

2.1.1. Traductologie, traductographie et la question de la modélisation

33Didier Samain (dans ce volume) soulève une question centrale pour la traductologie : celle de savoir quel est son objet d’étude spécifique. La réponse à cette question ne va pas de soi. De plus, l’étiquette de « domaine interdisciplinaire » qu’on attribue souvent à la traductologie contribue à entretenir un certain vague autour de cette question. Dans une discussion polémique et stimulante, incitant à la réflexion, Didier Samain pointe deux risques majeurs que ce domaine aux contours flous ne parvient pas toujours à éviter. D’une part, lorsque la traductologie se propose d’étudier les régularités valables pour toute traduction entre n’importe quelle paire de langues, elle risque de se limiter à quelques vérités triviales. Il est évident, en effet, que ce qui fait de la traduction une « activité de solution de problèmes » (problem-solving acitivity), c’est le manque de correspondances directes, d’ordre lexical, phraséologique, constructionnel, entre les expressions linguistiques (mots, syntagmes, phrases) du texte source et les ressources de la langue cible disponibles au traducteur. D’autre part, lorsque la traductologie se propose de recenser ce genre de difficultés et leurs solutions possibles, en créant des répertoires de stratégies ou procédés de traduction, elle risque, selon l’auteur, de se confondre avec la traductographie si le répertoire en question, par ailleurs bien utile, est spécifique à une paire de langues données. C’est aussi de la traductographie que relèvent les études portant sur une ou plusieurs traductions particulières d’un texte particulier. L’auteur propose de tracer la même ligne de démarcation entre traductologie et traductographie que celle, bien acceptée, qui existe entre ethnologie et ethnographie, lexicologie et lexicographie, etc. Notons que le nom anglais du domaine, translation studies, n’impose pas cette distinction.

34Didier Samain avance des arguments qui remettent en question la légitimité de traiter comme « problèmes traductologiques » les aspects culturels, notamment dans les textes littéraires, où « chaque proposition, chaque mot, emporte avec soi des bouts de culture » (Samain, dans ce volume). La raison en est que ces aspects, abondamment discutés en traductologie depuis le « tournant culturel » des années 1990, relèvent, selon l’auteur, du domaine de la sémiotique.

35En ce qui concerne la déverbalisation, proposée par Séleskovitch comme « mécanisme X qui rend commensurables deux ensembles, en l’occurrence deux chaînes de signes » (Samain, dans ce volume), autrement dit comme une sorte de tertium comparationis, l’auteur se demande si cet opérateur est nécessairement une représentation mentale et il met en garde contre l’identification de différents modèles, qu’ils soient mentalistes (déverbalisation) ou référentialistes (avec des notions comme signification ou dénotation), au fonctionnement langagier lui-même.

36La proposition soutenue par Didier Samain est la suivante. Partant de l’idée que « l’objet spécifique du traducteur, c’est la différence entre les langues, et rien d’autre » (Samain, dans ce volume), et que par conséquent, les problèmes de la traduction se ramènent à ceux de la reformulation, l’auteur propose de limiter le domaine de la traductologie à la reformulation et à ses nombreux mécanismes, tels que troncation cognitive, lissage terminologique, attraction formulaire. À titre d’exemple, il traite en détail la question du transfert des concepts. Cette question étant d’une importance cruciale pour la traduction, nous y reviendrons en 2.2.

37Dans la suite de cette section 2.1, nous nous attacherons à présenter, dans les grandes lignes, les théories représentationnelles (« mentalistes ») des rapports entre la langue et le sens et ce, afin d’inscrire l’idée de déverbalisation de Séleskovitch dans un cadre plus large, celui de la philosophie du langage et de l’esprit. Tout en adhérant à la thèse de Didier Samain selon laquelle « l’objet spécifique du traducteur, c’est la différence entre les langues », nous supposerons qu’en manipulant les expressions linguistiques au cours de la reformulation, le traducteur, en tant qu’agent rationnel, manipule en même temps le sens.

2.1.2. Approches représentationnelles des rapports langue – sens

  • 10 Cf. à ce propos les arguments de Searle 1980, qui soutient qu’un ordinateur ne peut pas avoir d’éta (...)

38Le lien indissoluble entre la langue et le sens est dû au fait que le sens n’est pas un objet autonome. Nous ne pouvons parler que du sens de quelque chose, dans le cas qui nous intéresse, de celui des expressions linguistiques (mots, syntagmes, phrases, textes), qui sont, comme on le sait, des signes. Notons que les conventions (collocations) de la langue française nous suggèrent que le sens ne peut pas être communiqué. Ce qu’on communique, c’est typiquement l’information. L’information peut être communiquée par un agent humain ou non humain. Par exemple, un thermomètre nous communique la température ambiante, une mémoire de traduction nous communique des traductions possibles d’une phrase. Quant au sens, il est exprimé (par un locuteur) et compris (par un interprétant), tandis qu’un système de traduction automatique n’exprime pas et ne comprend pas le sens d’une phrase qu’il est pourtant bien capable de traduire10. Selon Peirce (1978), pour qu’un signe soit un signe il faut qu’il le soit pour quelqu’un.

39La notion de sens est généralement utilisée sans définition, comme une sorte de primitif sémantique. De fait, la vraie raison en est que, pour citer Hill :

The concept of meaning is […] notoriously complex, and […] it has yielded an embarrassing diversity of irreconcilable views each focusing upon certain aspects of meaning to the neglect of others. (Hill 2002, p. xi)

40Les différentes approches du sens en philosophie du langage et de l’esprit peuvent être classées en trois grands groupes : (i) approches représentationnelles (« mentalistes »), selon lesquelles les expressions linguistiques sont associées à différents types d’entités mentales appelées représentations ; (ii) approches sémantiques « référentialistes », « extensionnalistes », selon lesquelles les expressions linguistiques réfèrent à des entités du monde (objets, propriétés, situations) ; (iii) approches pragmatiques, selon lesquelles, en très grandes lignes, le sens est interprété en fonction des circonstances, des intentions et des objectifs des utilisateurs. Nous ne présenterons ici que les approches représentationnelles et nous reviendrons aux deux autres types d’approches en 2.2 et 2.3.

41Nous savons, depuis l’Antiquité, qu’un signe est toute chose qui représente d’autres choses, différentes de la chose représentante. Pour les théories représentationnelles (Representational Theories of Mind), dont l’histoire remonte au moins à Aristote, la chose représentée par un signe est elle-même une représentation, mais une représentation mentale. Le terme de représentation mentale recouvre différentes sortes d’entités mentales, dont certaines sont proches d’images, de tableaux, de schémas, et certaines autres sont conceptuelles, elles ont des formes plus structurées, (quasi) propositionnelles, semblables à celles du langage (cf. plus bas).

42Si l’on accepte que le contenu (sens) d’une expression linguistique est une représentation mentale, on pourrait en conclure que celle-ci est une entité primitive, derrière laquelle il n’y a plus rien. Cependant, selon certaines théories représentationnelles, tel n’est pas le cas, dans la mesure où, tout comme le langage, une représentation mentale a elle-même un contenu : « [q]uand on pense, on pense quelque chose, de même que quand on parle, on dit quelque chose » (Recanati 2008, p. 11). Selon Recanati, l’esprit, à la différence du langage, a le pouvoir de générer lui-même des contenus : nous pouvons penser à des objets qui n’existent pas, qui n’ont pas de nom et dont les propriétés sont des produits purs de notre imagination :

[…] [L]e pouvoir de représenter […] est une propriété intrinsèque primitive, qui caractérise les phénomènes mentaux et les distingue des phénomènes physiques. (Recanati 2008, p. 132)

  • 11 L’empirisme qui caractérise les écrits de Wittgenstein réunis dans Philosophische Untersuchungen, a (...)

43L’expression exprimer un sens fait penser que le contenu mental est antérieur au langage, et donc que celui-ci ne fait qu’externaliser ce contenu. Cependant, tout traducteur sait combien il est parfois difficile de trouver des mots ajustés au sens qu’il a extrait du texte source. Wittgenstein, qui dénonce pourtant le « mentalisme » dans sa « seconde philosophie » (Philosophische Untersuchungen (Philosophical Investigations, désormais PI))11, décrit ce genre de difficultés comme suit :

A picture is conjured up which seems to fix the sense unambiguously. The actual use, compared with that suggested by the picture, seems like something muddied. […] In the actual use of expressions we make detours, we go by sideroads. We see the straight highway before us, but of course we cannot use it, because it is permanently closed. (Wittgenstein 1986, PI, § 426)

44La métaphore de Wittgenstein rend compte de la difficulté de traduire en mots une image (Bild dans la version originale de PI), qu’elle soit réelle ou mentale. Cependant, il n’y a pas que les images qui posent des problèmes de verbalisation. Les difficultés de verbalisation peuvent être similaires lorsque la représentation mentale a une forme conceptuelle, plus structurée qu’une image.

45Les représentations mentales constituent le contenu des états mentaux. C’est au concept d’état mental que fait allusion Séleskovitch dans sa définition du sens déverbalisé : « Le sens est un état de conscience » (Séleskovitch et Lederer 2014, p. 143).

  • 12 Le concept d’intentionnalité est dû à Franz Brentano (Psychologie vom empirischen Standpunkt, Leipz (...)
  • 13 Certains états perceptuels, en particulier la perception visuelle, sont plus complexes : ils compor (...)

46La plupart des théories représentationnelles font une distinction entre les états mentaux intentionnels et les états non intentionnels (phénoménaux)12. Les états non intentionnels sont des sensations (ressentir la douleur), des perceptions directes (entendre un cri)13, des émotions primaires (avoir peur). Les états mentaux intentionnels sont des représentations à propos de quelque chose (l’objet en question peut n’exister que dans l’esprit du sujet). Ils ont une structure propositionnelle à laquelle le sujet est lié par une attitude propositionnelle (mentale) telle que penser, croire, espérer, désirer… [que p], où [que p] est le contenu propositionnel de la représentation (cf. Fodor 1975 ; Dretske 2016). Un état mental intentionnel est donc un état de croire / penser / espérer / désirer /… que p. Par exemple, notre ami Jean croit que sa Ferrari rose (inexistante) est plus puissante que la Beast de Donald Trump. Le contenu de sa croyance (une représentation mentale) a une sorte de syntaxe : elle est à propos d’un objet et cet objet a certaines propriétés. Elle a donc une structure de type sujet-prédicat ; elle contient des concepts (représentés peut-être sous la forme d’images) et elle a des propriétés sémantiques, qui consistent en ce qu’elle peut être évaluée comme vraie ou fausse. Pour certains représentationnistes (p. ex. Fodor 1975), les propriétés sémantiques des expressions linguistiques sont héritées des représentations mentales à l’étape de la traduction du « langage privé » (le langage des pensées) en « langage public ».

47Le traducteur n’est pas censé créer des contenus. Les représentations mentales sont activées dans sa tête au cours de sa lecture et compréhension du texte source. Comme la traduction se fait par de petits segments, souvent par syntagmes, et que le texte source reste accessible continuellement, les représentations mentales du traducteur sont souvent fragmentées et sont formatées par les expressions linguistiques du texte source, dont l’inhibition (l’évacuation de la mémoire de travail) requiert généralement un effort cognitif conscient. C’est pourquoi la déverbalisation n’est pas un mode de traduction qui s’impose spontanément. La déverbalisation se déclenche plus spontanément en interprétation simultanée, où la forme linguistique des énoncés originaux s’évanouit dès que l’énoncé est articulé. Quant à l’interprétation consécutive, c’est son seul mode possible, car les notes et la mémoire de l’interprète ne gardent que le contenu du discours, dépouillé de sa forme linguistique, à part peut-être quelques expressions marquantes. Anne Delizée et Christine Michaux (dans ce volume) analysent certains effets du mode consécutif sur la manière dont l’interprète construit son discours. Nous en discuterons en détail dans la section 2.3.

48Dans l’article qui clôt ce volume, Svetlana Vogeleer revient sur certains aspects de la compréhension discutés dans les théories représentationnelles et sur le rapport entre ces théories et les données obtenues dans le cadre des études psycholinguistiques du bilinguisme et des sciences cognitives. L’hypothèse soutenue dans son article est qu’au cours de la traduction horizontale (quasi littérale et quasi simultanée à la lecture), la compréhension s’effectue en mode bilingue, et le niveau de la compréhension ne dépasse pas celui de l’intégration sémantique des mots à leur cotexte immédiat. Par contre, au cours de la traduction en mode vertical, la compréhension et la production sont deux processus monolingues autonomes, et le niveau de la compréhension correspond à celui de l’interprétation inférentielle complexe.

2.2. Sens, concepts et les sciences humaines

2.2.1. Le nominalisme à la Frege

  • 14 Comme le constate Lévy-Leblond 2007, les sciences dures n’échappent pas, elles non plus, à « l’empr (...)

49L’une des questions centrales soulevées dans l’article de Didier Samain concerne les difficultés spécifiques à la traduction de textes relevant des sciences humaines. Les sciences humaines représentent un terrain instable, où les termes migrent souvent d’un domaine à l’autre, d’une théorie à l’autre, tandis que les concepts qui y sont associés subissent parfois des métamorphoses substantielles14. Au cours de leurs migrations, les termes traînent parfois derrière eux un halo des discussions précédentes ; parfois, ils deviennent amnésiques, en commençant une nouvelle vie dans le cadre d’une nouvelle théorie, d’un autre réseau conceptuel. Les exemples cités par Didier Samain illustrent bien sa thèse selon laquelle, dans les sciences humaines, le mot et sa signification peuvent fonctionner de manière disjointe, les mots n’étant que des points de repère dans un réseau conceptuel donné. Didier Samain écarte l’hypothèse « mentaliste » pour ce domaine et suggère de chercher un modèle explicatif plutôt du côté du « nominalisme modéré ».

50Mais de quoi parlons-nous au juste lorsque nous parlons de concepts ? Un concept est-ce quelque chose de différent du sens ? Les discussions auxquelles ces questions ont donné lieu dans la philosophie du langage illustrent elles-mêmes le problème formulé par Didier Samain comme celui du fonctionnement disjoint du mot et de sa signification dans les sciences humaines. Nous présenterons ici brièvement l’approche « nominaliste » de Frege, qui nous intéressera à deux niveaux : au niveau du contenu de son système conceptuel et au niveau du fonctionnement disjoint des mots qu’il utilise et des significations (concepts) qu’il assigne à ces mots.

51Commençons par un exemple qui semble au premier abord hors sujet :

(1a) All mimsy were the borogoves.

(1b) Tout flivoreux allaient les borogoves.

  • 15 Au sujet du Jabberwocky et ses traductions françaises, cf. Cerquiglini 1998.

52La phrase (1a) vient du poème épique Jabberwocky que Lewis Carroll a ajouté à Through the Looking-Glass. Sa traduction (1b), due à Henri Parisot (De l’autre côté du miroir 1946), est l’une des plus connues parmi une dizaine de traductions publiées du Jabberwocky, sans compter les nombreuses traductions d’amateurs15. Spécialiste de la poésie nonsensique (cf. Émilie Piat, dans ce volume), Henri Parisot a traduit (1a) sur le mode horizontal : il copie la structure syntaxique de 1a et de plus, il emprunte à l’original le mot borogoves.

53Comprenons-nous la phrase (1b) (ou (1a), au choix) ? Malgré l’opacité de borogoves et flivoreux, une bonne partie du sens de la phrase est accessible. Grâce au sens lexical du verbe et aux marques morphosyntaxiques (l’article défini, les marques du pluriel, le temps verbal, la forme adjectivale de flivoreux avec l’intensifieur tout), nous comprenons que la phrase est à propos d’un groupe spécifique d’entités (de créatures, puisqu’elles se déplacent dans la version française) et que ces entités se voient attribuer une certaine propriété (probablement un état émotionnel, puisque le degré de cet état est élevé).

54Sans tenir compte de nos inférences, mentionnées ci-dessus entre parenthèses, ce contenu de (1b) pourrait facilement être traduit dans un langage formel pour représenter la proposition logique (sémantique) qui constitue le contenu vériconditionnel (propositionnel) de la phrase, un contenu qui peut être évalué comme vrai ou faux.

  • 16 Frege appelle nom propre (Eigenname) tout nom défini (description définie) qui désigne (réfère à) u (...)

55Appliquons à (1b) la théorie « nominaliste » (la sémantique extensionnelle) de Frege exposée dans son célèbre article « Über Sinn und Bedeutung » publié en 1892 (« On sense and reference », Frege 2010). Dans les termes de Frege, on dira que le nom défini « les borogoves » désigne (ou réfère à) un objet du monde, en l’occurrence un groupe d’entités. Cet objet constitue la référence (Bedeutung) du nom en question, tandis que son sens (Sinn, « sense » dans la traduction anglaise) est la propriété qui est dénotée par le nom, à savoir la propriété de chaque élément du groupe d’être un borogrove. Le nom défini (toute description définie)16 a donc une double fonction, celle de désigner un objet du monde et celle de dénoter une propriété dont l’objet en question est porteur.

56Dans ce cadre frégéen, ce que nous avons compris dans (1a), c’est la référence de la phrase (la proposition contenue dans la phrase). Ce que nous n’avons pas compris, c’est le sens (Sinn, « sense »), celui du nom défini et celui du prédicat adjectival. Or la pensée (Gedanke) exprimée par la phrase, et qu’on pourrait aussi appeler sens en entendant par là meaning (et non sense) en anglais, est composée de deux volets : la référence (Bedeutung) et le sens (Sinn, « sense ») de tous les composants de la phrase. En effet, selon le principe de compositionnalité de Frege, le sens (meaning) d’une expression complexe, en l’occurrence celui d’une phrase, est fonction des sens de ces composants.

  • 17 Dans la traduction anglaise de M. Black citée ici (Frege 2010), dont la première édition date de 19 (...)

57Cette description sommaire du système conceptuel de Frege dans « Über Sinn and Bedeutung » illustre en même temps les difficultés auxquelles ont dû faire face ses traducteurs17. Ces difficultés consistent à choisir des mots susceptibles de se substituer aux mots de Frege et à leur assigner, en relative indépendance du mot lui-même, les significations voulues par l’auteur, autrement dit les concepts construits par Frege.

  • 18 Nous ne discuterons pas ici le problème connu sous le nom de « paradoxe de Frege », à savoir le fai (...)

58Qu’est-ce qu’un concept pour Frege ? Dans une phrase comme Cet objet est un borogove, où le nom indéfini un borogove est un prédicat, le nom a bien une référence (Bedeutung), mais sa référence n’est pas ici un objet, mais un concept. Pour Frege, un concept (Begriff), c’est le référent d’un prédicat nominal (une description indéfinie) : « a concept is the Bedeutung of a predicate » (Frege 1984b, p. 186), qui, à la différence d’un sujet (un nom défini), ne réfère à aucun objet, autrement dit est non saturé (is « unsaturated ») (id.)18.

59Les concepts sont relatifs aux propriétés : « I call the concepts under which an object falls its properties » (Frege 1984b, p. 189). Or comme une propriété n’a pas d’existence indépendante de celle des objets qui possèdent cette propriété, un concept a une extension, à savoir tout objet, présent, passé et à venir, réel et imaginaire, qui possède cette propriété, autrement dit, qui est susceptible de saturer le concept en question.

60Un concept subsume généralement toute une liste de propriétés (traits) et il a donc une structure définitionnelle. À cet égard, Frege suit la tradition de la philosophie ancienne et médiévale selon laquelle un concept est un ensemble de propriétés nécessaires et suffisantes. Un objet tombe ou non sous un concept selon qu’il satisfait ou non toutes ces propriétés.

61Frege ne rejette pas tout à fait les représentations mentales (Vorstellung, « idea » dans la traduction anglaise, cf. Frege 2010), mais il les distingue clairement des concepts. Une représentation mentale qu’un mot évoque dans l’esprit est une entité subjective, instable, qui varie d’un individu à l’autre. Dans le système frégéen, le niveau des représentations mentales constitue le premier niveau de la compréhension, les deuxième et troisième niveaux étant, respectivement, celui du sens (concept) et celui de la référence. Notons par ailleurs que Frege observe, au sujet de la traduction, que « [t]he difference between a translation and the original text should properly not overstep the first level » (Frege 2010, p. 40).

62Contrairement à une représentation mentale, un concept, pour Frege, « is something objective that we do not form and is not formed in us, but that we try to grasp and finally, it is hoped, really grasp » (Frege 1984c, p. 113). Un concept est donc un objet abstrait qui existe indépendamment de nous, qu’on peut découvrir et apprendre ; c’est cette objectivité des concepts qui nous permet, selon Frege, de nous comprendre les uns les autres.

63Ajoutons qu’au sens ordinaire, non frégéen, de ces mots, le sens est une entité dépendante de son support (c’est toujours le sens de quelque chose), tandis qu’un concept a une existence indépendante de tout support. Du point de vue des théories représentationnelles, nous pouvons comprendre, c’est-à-dire nous représenter, un concept sous la forme d’une série (plus ou moins floue et non close) de propriétés sans pouvoir pour autant le nommer. Inversement, comme le montre l’exemple des mots Sinn et Bedeutung chez Frege, la compréhension du mot n’active pas nécessairement le concept qui lui est assigné.

2.2.2. L’anti-nominalisme du « second Wittgenstein »

64Wittgenstein, dans sa « seconde philosophie » (Philosophical Investigations, PI), attaque le nominalisme, celui de saint Augustin, qu’il cite au paragraphe 1 de PI, et celui de Frege. Selon Wittgenstein, l’erreur du nominalisme consiste en ce qu’il conçoit tous les mots comme noms, comme si tous les mots avaient une référence (Bedeutung), comme s’ils désignaient tous un objet, réel, mental ou idéal (général) :

One thinks that learning language consists in giving names to objects […] [that] naming is something like attaching a label to a thing. […] Whereas in fact we do the most various things with our sentences. (Wittgenstein 1986, § 26-§ 27)

65Rompant avec la philosophie analytique, celle de Frege et sa propre « première philosophie », celle du Tractatus logico-philosophicus, qui cherche, selon le « second Wittgenstein », à réduire la diversité des usages de la langue aux formules logiques, il propose à la place son concept de « jeux de langage » :

Here the term “language game” is meant to bring into prominence the fact that the speaking of language is part of an activity, or a form of life. (Ibid., § 23)

  • 19 Au premier abord, les « jeux de langage » ressemblent à une théorie pragmatique. Cependant, ce n’es (...)

66Pour Wittgenstein dans PI, le sens des mots n’est pas définissable par une liste de propriétés de type oui-non : un chien qui n’a que trois pattes est toujours un chien. Les mots sont ambigus, vagues, leur sens est fluctuant. La relation entre un mot et son sens est déterminée par le « jeu de langage », c’est-à-dire par les circonstances dans lesquelles ce mot est employé et par les règles qui sont propres à ce « jeu » particulier. Comprendre le sens d’un mot se ramène à savoir dans quel jeu de langage il est employé et à connaître les règles de ce jeu. Wittgenstein cite, comme exemples des jeux de langage, pêle-mêle : donner des ordres et obéir aux ordres, rapporter un événement, traduire d’une langue à une autre, raconter une blague, décrire l’apparence d’un objet, etc. (cf. Wittgenstein 1986, § 23)19.

67Les jeux de langage forment des « familles ». Comme le jeu d’échecs a une « ressemblance de famille » avec le jeu de dames, l’emploi d’un mot dans un jeu de langage donné peut avoir une ressemblance de famille avec l’emploi de ce mot dans un autre jeu. Cette ressemblance de famille est la partie partagée du sens, l’autre partie étant variable.

68Revenons à notre exemple (1). Une fois que nous savons que (1) fait partie du jeu de langage appelé « poésie nonsensique », le non-sens des mots les borogoves et flivoreux devient un sens, conforme aux règles de ce jeu.

  • 20 Cf. à cet égard Popper 1973, qui défend l’approche nominaliste des constructions conceptuelles prop (...)

69Le jeu de langage appelé « sciences humaines » a des règles différentes de celles de la poésie nonsensique. Les objets qui y sont nommés par tel ou tel mot ou expression sont des objets abstraits, des constructions théoriques qui ont une structure définitionnelle, celle qui est préconisée par le nominalisme à la Frege (en modérant quelque peu l’exigence de critères nécessaires et suffisants)20. Les traits définitionnels d’un même mot peuvent varier d’un auteur à l’autre, d’une théorie à l’autre. Le cas de Bedeutung de Frege en est un bon exemple : peu importe que l’on traduise ce terme frégéen par référence, dénotation ou encore signification (qui est par ailleurs un bon candidat aussi bien pour Sinn que pour Bedeutung) si les traits définitionnels du concept sont établis dans le cadre de la théorie dont il fait partie. Les mots dans ce cas ne sont que des « béquilles cognitives » (Samain, dans ce volume), sans lien immédiat avec le concept.

2.2.3. Peut-on déférer la compréhension d’un concept à autrui ?

70Il est évident que les traits définitionnels d’un concept lexicalisé peuvent changer d’une époque à l’autre. Olivier Delsaux se penche dans son article sur les traductions de textes relevant des sciences humaines (philosophie, histoire, science politique) du latin en moyen français à la fin du Moyen Âge et au début de la Renaissance (1350-1530) et sur l’influence des traductions sur l’évolution du français. Les traducteurs de l’époque étaient confrontés à deux difficultés majeures : une grande distance chronologique et civilisationnelle entre les textes sources et les circonstances de leur traduction et l’inégalité entre l’état des deux langues : d’un côté le latin, langue intellectuelle bien adaptée à la transmission des savoirs, et de l’autre, le moyen français, langue qui n’avait pas encore de tradition écrite bien établie et qui ne disposait pas d’outils lexicaux, syntaxiques, rhétoriques comparables à ceux du latin. Grâce au travail des traducteurs de l’époque de la transition du Moyen Âge à la Renaissance, les sciences humaines acquièrent une forme fortement influencée par la traduction, favorable aux phénomènes d’interférence, qui contamine ensuite d’autres domaines.

71Olivier Delsaux examine en détail deux procédés utilisés par les traducteurs pour remédier au manque d’éléments lexicaux disponibles : les calques sémantiques et les calques formels. Le premier de ces procédés implique une certaine violence à l’égard des concepts propres à la culture source, tandis que le second fait violence à la langue d’accueil.

72Les calques sémantiques sont fondés sur une « ressemblance de famille » entre le sens du mot de la langue source et celui d’un mot disponible dans la langue cible, même si certains de leurs traits définitionnels sont différents. L’un des exemples cités dans l’article est celui de servus (esclave), traduit parfois comme servant, serviteur. Même si le sens des mots français ne contient pas de trait relatif à l’esclavage, certains autres traits y sont partagés avec ceux de servus. Bien entendu, pareille adaptation allait de pair avec une certaine vulgarisation et n’était appropriée que dans des textes où les traits spécifiques au concept de servus n’étaient pas pertinents.

73Olivier Delsaux constate que, parallèlement à l’intellectualisation progressive du français sous l’influence des traductions, on voit augmenter le nombre de calques formels, au détriment des calques sémantiques. Ces nouveaux mots dérivés du latin étaient accompagnés de gloses ou de commentaires explicatifs, qui soit étaient insérés dans le texte, soit faisaient partie d’un glossaire séparé joint à la traduction. Si certains de ces mots créés ad hoc tombaient vite dans l’oubli, certains autres entraient petit à petit dans le vocabulaire du public lettré.

74Ce processus d’enrichissement massif du vocabulaire d’une langue, et donc de celui de ses locuteurs, soulève la question de savoir si acquérir un mot signifie bien « découvrir et apprendre » le concept qui y est associé, comme l’avait postulé Frege. Le fait est que, comme l’a fait remarquer Putnam (1975), nous utilisons souvent des mots dont nous ne maîtrisons pas (n’internalisons pas) complètement le sens. Par exemple, à l’instar de Putnam, les auteurs de ces lignes ne sont pas capables de distinguer un orme d’un hêtre. Tout ce qu’ils savent, c’est que les deux sont des arbres et qu’ils ont (sans doute) des propriétés différentes. Pourtant, cette ignorance ne les empêche pas de comprendre ces mots.

[I]n many contexts, we assign to the tokens of a name that I utter whatever we assign to the tokens of the same name uttered by the person from whom I acquired the name (so that the reference is transmitted from speaker to speaker […]). (Putnam 1975, p. 166)

75Selon Putnam, lorsque le locuteur ordinaire utilise ces mots non internalisés, il en défère la compréhension complète aux « experts », à « ceux qui savent » quelles conditions un arbre doit satisfaire pour être un orme et non un hêtre, ou inversement.

76Au cours de la période étudiée par Olivier Delsaux, ce sont les traducteurs qui jouaient le rôle d’« experts » aux yeux des locuteurs ordinaires, puisque les traducteurs avaient un accès direct au sens des mots qu’ils dérivaient du latin et qu’ils définissaient dans leurs glossaires. Le traducteur était « the person from whom I acquired the name », un nom dont la dénotation (Bedeutung) se transmettait ensuite d’un locuteur à l’autre.

2.3. Le sens comme interprétation du dit et du vouloir-dire

77Dans la section 2.2, nous avons abordé des approches sémantiques du sens. Dans le cadre des modèles sémantiques, qui sont tous originaires du modèle de Frege, la communication consiste en encodage et décodage (transcodage dans le cas de la traduction). Pour décoder ce qui est dit, les utilisateurs se fondent sur l’analyse logique et les règles de composition du contenu propositionnel des phrases (la syntaxe) et sur leur connaissance des mots et de leur dénotation.

78Dans cette section, nous nous intéresserons aux approches pragmatiques du sens. La pragmatique est concernée par les aspects de la communication qui se situent au niveau de l’énoncé (et non pas de la phrase). Un énoncé est une phrase ou toute autre expression linguistique produite dans une situation spécifique par un locuteur spécifique qui a l’intention de communiquer quelque chose et d’atteindre un certain but au moyen de son énoncé. Chaque énoncé est donc unique, et sa compréhension, tout en s’appuyant sur le décodage, relève de l’interprétation.

79La distinction entre ce qui est dit et le vouloir-dire (« what is said » vs « what is meant », Grice 1979 [1975]) a pour corollaire une distinction entre deux volets de la pragmatique. L’un, appelons-le la pragmatique de ce qui est dit, s’intéresse aux faits et phénomènes qui, tout en étant situés au-delà de ce qui est dit, sont convoqués lorsqu’il est nécessaire de déterminer ou préciser ce qui est dit. L’autre, la pragmatique du vouloir-dire, va loin au-delà du niveau du dit. Dans les points qui suivent, certains problèmes de traduction discutés dans ce volume seront situés dans le cadre des modèles explicatifs relevant de la pragmatique.

2.3.1. Quand ce qui est dit n’est pas assez précis

80Dans le titre de ce volume et dans la section 1, nous nous sommes demandés si toute traduction était un acte de violence commis à l’égard du texte source. Paul Arblaster (dans ce volume) donne une réponse bien claire à cette question : la traduction est un acte de violence chaque fois qu’elle n’est pas une copie. Or nos langues sont tellement imparfaites qu’il est impossible de faire une copie, dans une langue L*, d’un texte produit dans une autre langue L. Une copie, en d’autres mots une traduction horizontale (transcodage), n’est possible qu’au niveau de segments plus ou moins courts.

81L’imperfection des langues humaines se manifeste, entre autres, au niveau des mots, dont la grande majorité sont sous-déterminés. Au lieu de lexicaliser un, et un seul, concept aux contours nettement définis et de désigner un référent clairement identifiable, nos mots sont polysémiques, ambigus, vagues. Il est vrai que, dans beaucoup de cas, la polysémie et l’ambiguïté se résolvent quasi automatiquement grâce au cotexte immédiat, qui restreint les possibilités d’interprétation d’un mot polysémique ou ambigu. Par exemple, le cotexte dans lequel le mot société est employé dans les deux phrases qui suivent ne laisse aucun doute au sujet du sens à assigner à ce mot, et donc au sujet de sa traduction éventuelle dans une autre langue : Notre société est individualiste vs Notre société distribue ses produits dans plusieurs pays. Le cotexte fournit ici des prémisses suffisantes pour des inférences (quasi) automatiques dont la conclusion spécifie le sens pertinent du mot. Toutefois, il arrive aussi que le cotexte immédiat ne fournisse aucune prémisse et que la résolution d’une ambiguïté (si l’on se rend compte qu’il y a une ambiguïté) requière un raisonnement conscient bien plus complexe. La recherche des prémisses de l’inférence s’avère alors beaucoup plus laborieuse.

82Paul Arblaster examine dans son article la manière dont les traducteurs des XVIe – XVIIe siècles ont rendu le mot hébreu ākām dans le récit biblique du viol de Tamar, la fille du roi David, par son demi-frère Amnon (2 Samuel 13). Ce mot hébreu est typiquement employé au sens de sage, avisé (wise en anglais), par exemple, il est utilisé pour caractériser le roi Salomon ; mais il peut aussi être employé au sens de habile (skilful), en parlant d’un artisan. Dans 2 Samuel 13 :3, ce mot est employé pour caractériser Jonadab, un ami d’Amnon, qui suggère à Amnon de recourir à une ruse pour attirer Tamar dans sa chambre. Dans les traductions antérieures de la Bible, ce mot était rendu par un adjectif au sens positif. Par exemple, dans la Vulgate, on trouve vir prudens, ce qui explique la traduction par prudent dans des versions françaises ; on trouve wise dans les traductions en anglais, wijs en néerlandais, etc. Cependant, les traducteurs du XVIe et du XVIIe siècles, et particulièrement ceux qui appartenaient à l’Église réformée, étaient de plus en plus réticents à l’égard de cette interprétation. En quoi consistait la « sagesse » de Jonadab si son conseil avait permis à Amnon d’accomplir son acte ignominieux et avait entraîné les malheurs qui s’étaient abattus par la suite sur la maison du roi David ? N’était-il pas plutôt rusé, astucieux, habile au sens négatif (subtle, shrewd) ?

83Paul Arblaster établit une relation entre les croyances et les convictions des traducteurs, qui pouvaient varier en fonction de leur appartenance à l’un ou l’autre courant confessionnel, et leur choix de deux passages différents de la Bible en tant que prémisses de l’inférence visant à préciser le sens du mot hébreu. En fonction des prémisses, l’inférence menait soit à la conclusion que le conseil de Jonadab était effectivement très sage et que Jonadab ne voulait que du bien à la maison de David, soit à la conclusion que Jonadab était un homme rusé, habile, qui prévoyait que son conseil allait provoquer des malheurs.

  • 21 La théorie de la pertinence est largement utilisée en traductologie. La publication de la thèse de (...)

84Le problème discuté dans l’article de Paul Arblaster est celui de l’interprétation inférentielle de ce qui est dit. Un modèle explicatif efficace pour traiter l’interprétation inférentielle est offert par la théorie de la pertinence de Sperber et Wilson 1995 [1986]21. S’appuyant elle-même sur la théorie représentationnelle de l’esprit (cf. 2.1.2), la théorie de la pertinence postule que la cognition humaine est guidée, au cours de la communication, par le principe de pertinence. Ce principe nous pousse à chercher à obtenir le plus d’effets cognitifs possible (appelés effets contextuels) moyennant un coût (effort) de traitement aussi réduit que possible. La recherche de la pertinence s’arrête de façon spontanée lorsqu’un certain équilibre (la pertinence optimale) est atteint entre les effets cognitifs de l’hypothèse obtenue et l’effort de traitement.

85Au niveau de ce qui est dit, les mots sont souvent sous-déterminés (ambigus, vagues, référentiellement opaques). Une grande partie de ce qui est dit n’est donc pas simplement décodée, mais interprétée au cours d’un processus inférentiel. Or comme toute inférence requiert des prémisses, les prémisses de l’inférence (ou de toute une chaîne d’inférences) forment ce que Sperber et Wilson appellent contexte. Le contexte est une construction que l’interprétant crée lui-même dans son esprit en utilisant toutes les informations disponibles qui lui semblent pertinentes pour arriver à une conclusion (hypothèse) optimale. Les éléments qui forment le contexte peuvent provenir du texte, des connaissances et croyances personnelles de l’interprétant, de ce qu’il sait de la situation dans laquelle l’énoncé a été produit, etc. Les inférences peuvent être simples, effectuées en ligne, comme c’est le cas dans notre exemple avec le mot société, mais elles peuvent aussi être complexes, composées de toute une chaîne d’inférences, comme c’est le cas du mot hébreu ākām discuté par Paul Arblaster, où la pertinence de l’une ou l’autre interprétation varie selon le contexte que les traducteurs-interprétants se construisent en fonction de leurs propres croyances, convictions et hypothèses pour obtenir des effets contextuels qui leur semblent optimaux. En effet, comme le montre l’analyse de Paul Arblaster, l’interprétation de l’ensemble du récit du viol de Tamar change radicalement selon que Jonadab est caractérisé comme avisé (wise) ou comme rusé (shrewd).

2.3.2. Quand ce qui est dit est superflu

  • 22 Au début de son article, Blum-Kulka (1986, p. 21) traite comme explicitation les cas où « the trans (...)

86Depuis l’hypothèse avancée par Blum-Kulka 1986, l’explicitation est souvent considérée comme un trait inhérent à la traduction22. Par la suite, des tentatives ont été faites d’établir une distinction entre l’explicitation et l’addition. L’explicitation suppose qu’une information qui est présente dans le texte source sous une forme implicite, c’est-à-dire inférable, est exprimée dans le texte cible sous la forme de ce qui est dit. Quant à l’addition, elle suppose que l’information n’est pas inférable du texte source et qu’elle est ajoutée par le traducteur (cf. p. ex. Kamenicka 2007 et Murtisari 2013). Cependant, la distinction entre ces deux « procédés de traduction » n’est pas toujours transparente.

87C’est notamment le cas des commentaires métalinguistiques et/ou métaculturels ajoutés par le traducteur. D’une part, ces informations ne font pas partie du texte source, ce qui plaide en faveur de leur statut d’addition. D’autre part, bien qu’elles ne fassent pas partie de ce qui est dit, elles sont accessibles aux lecteurs du texte source grâce à leurs connaissances linguistiques et/ou socio-culturelles, ce qui plaide en faveur de leur statut d’explicitation. Ce cas est illustré dans (2), par un exemple emprunté à Saldanha (2008), où le texte original (2a) est extrait d’un roman de Luis Sepúlveda, un auteur chilien, et (2b) provient d’une traduction publiée de ce roman en anglais. Saldanha (2008) traite (2b) sous l’étiquette d’explicitation.

(2a) […] cuando éstos se adormecían bajo los efectos de la chicha […]

(2b) […] once they had fallen asleep, overcome by chicha beer […]

88Nous laisserons de côté certains aspects de la traduction (2b) discutés dans l’article de Saldanha, à savoir : (i) le fait que la chicha, tout en étant une boisson alcoolisée, n’est pas pour autant une bière ; (ii) la question de savoir s’il serait légitime d’« éditer » le texte original en y ajoutant ce genre de commentaires dans une édition destinée aux lecteurs hispanophones péninsulaires, qui ne connaissent pas nécessairement la chicha.

89L’approche adoptée par Saldanha s’appuie sur la théorie de la pertinence, et notamment sur le principe selon lequel « [i]n aiming at relevance, the speaker must make some assumptions about the hearer’s cognitive abilities and contextual resources » (Sperber et Wilson 1995, p. 125). La conclusion qui découle de ce principe est que la décision du traducteur d’ajouter ou non des commentaires métalinguistiques / métaculturels dépend de ses hypothèses au sujet de son lectorat et au sujet de son propre rôle de médiateur « littéraire et culturel » (Saldanha 2008, p. 28).

90De fait, le procédé de traduction illustré par (2b) n’est pas spécifique à la traduction. Philippe De Brabanter (dans ce volume) se penche sur le cas inverse, celui où ce sont des écrivains, en l’occurrence des auteurs anglophones, qui exotisent leur texte, dont l’action se déroule dans un pays étranger, en l’occurrence en France, en y insérant des mots français accompagnés de commentaires métalinguistiques / métaculturels. La question posée par Philippe De Brabanter est de savoir dans quelle mesure l’élimination de ces commentaires (« le refus de traduire ») est légitime dans une traduction française de ces textes. Si l’on se fonde sur la pertinence de ces commentaires pour le lecteur francophone, la réponse semble évidente : pour celui-ci, la pertinence d’un commentaire comme celui qui explique que les merguez sont des saucisses d’agneau ou que le peloton est un groupe de cyclistes au Tour de France est pratiquement nulle. Cependant, si on élimine ces commentaires, le lecteur francophone ne se rendra pas compte de la manière dont l’auteur fait connaître des réalités françaises à son public anglophone et de l’intention communicative (le vouloir-dire) de l’auteur dans chacun de ces cas.

91Philippe De Brabanter propose tout d’abord une étude exhaustive de la littérature traductologique relative aux procédés de traduction opposés à ceux d’explicitation et d’addition. Il passe en revue toute une série de termes dont les définitions se superposent, parfois partiellement et parfois entièrement, tels que réduction, compression, condensation, pour en retenir celui d’implicitation, opposé à explicitation, et celui d’omission, opposé à addition. Dans le cas de l’implicitation, l’information reste inférable du texte cible, tandis qu’elle disparaît dans le cas de l’omission.

92Cependant, cela ne résout pas le problème : dans l’exemple de merguez ci-dessus, le mot merguez, n’implicite-t-il pas son sens ? Ne dénote-t-il pas, dans les termes frégéens, la propriété d’être une saucisse d’agneau, sens qui est automatiquement accessible aux lecteurs francophones ? Si la réponse est positive, il s’agit alors d’une implicitation plutôt que d’une omission.

93Philippe De Brabanter s’appuie sur la théorie pragmatique de Grice, en particulier sur sa distinction entre « signification naturelle » (natural meaning) et « signification non-naturelle » (non-natural meaning) (Grice 1957). Grice s’intéresse essentiellement à la signification non-naturelle, celle qui est produite intentionnellement par un locuteur qui s’adresse à un destinataire en poursuivant un but communicatif, et dont la compréhension par le destinataire requiert, selon Grice, que celui-ci reconnaisse les intentions du locuteur. Cependant, Philippe De Brabanter fait appel à l’autre signification, la signification naturelle, pour expliquer les effets que la décision de garder les commentaires métalinguistiques / métaculturels pourrait produire sur le lecteur du texte cible.

94Pour définir la notion de signification naturelle, nous nous tournerons non pas vers Grice mais vers saint Augustin, dont les thèses, exposées dans « De la doctrine chrétienne », ont probablement été l’une des sources d’inspiration pour Grice. Voici ce que dit saint Augustin à propos de la signification naturelle (signes naturels) :

Les signes sont naturels ou artificiels. Les signes naturels sont ceux qui, en dehors de toute détermination particulière, font connaître par eux-mêmes un autre objet : telle est la fumée qui révèle le feu. Il n’y a ici aucune convention arbitraire […]. Comme signes du même genre, nous citerons encore […] l’aspect du visage où se peint la colère ou la tristesse […] : sans nulle préméditation de notre part. (Saint Augustin 1866, Livre II, 1:2)

  • 23 Quant aux « signes artificiels » (la « signification non-naturelle » de Grice), saint Augustin les (...)

95Les spécifications de saint Augustin – « en dehors de toute détermination particulière » et « sans nulle préméditation de notre part » – équivalent, respectivement, à l’absence de toute convention préalable et de toute intention de la part du locuteur dans la définition de la signification naturelle par Grice 195723.

96Philippe De Brabanter s’attache à montrer, en s’appuyant sur de nombreux exemples, que ce n’est pas le contenu mais la manière de dire qui communique naturellement à l’interprétant certaines informations sur le locuteur, parfois indésirables et non voulues par celui-ci, tout comme l’expression (involontaire) du visage communique, dans l’exemple de saint Augustin, des informations sur l’état émotionnel du porteur de cette expression. L’un de ces effets indésirables, à savoir l’impression du lecteur que l’auteur (ou le narrateur) a une attitude condescendante à son égard, qu’il le prend pour un ignorant, est produit naturellement lorsque le traducteur traduit systématiquement des commentaires métalinguistiques et/ou métaculturels que l’auteur adresse intentionnellement (non-naturellement) à un autre public.

2.3.3. L’interprète comme interprétant du vouloir-dire

97Avant de formuler son célèbre principe de coopération sous la forme d’injonction, Grice, cité ici d’après la traduction de Wilson et Sperber, développe l’idée du principe de coopération comme suit :

Nos échanges de paroles ne se réduisent pas en temps normal à une suite de remarques décousues, et ne seraient pas rationnels si tel était le cas. Ils sont le résultat, jusqu’à un certain point au moins, d’efforts de coopération ; et chaque participant reconnaît dans ces échanges (toujours jusqu’à un certain point) un but commun ou un ensemble de buts, ou au moins une direction acceptée par tous. (Grice 1979, p. 61)

98Il suffit de transcrire sur papier un dialogue banal (tâche qui est loin d’être facile) pour s’en convaincre : nos conversations quotidiennes se présentent précisément comme une suite de remarques décousues, incohérentes, avec une syntaxe défaillante, des phrases inachevées, des mots imprécis, qui ne fournissent à l’interlocuteur que quelques vagues indications sur le vouloir-dire du locuteur. Si nous parvenons à nous comprendre malgré ces déficiences de notre discours, c’est, d’après Grice, parce que notre interprétation de chaque énoncé est guidée par le principe de coopération : nous interprétons l’intervention de notre interlocuteur en supposant qu’elle contribue aux buts communs de l’échange et nous supposons aussi que c’est ainsi qu’il va interpréter notre intervention.

99L’article d’Anne Delizée et Christine Michaux propose deux études de cas dans lesquelles l’analyse porte sur le discours de l’interprète au cours d’une consultation psychothérapeutique interprétée. Il s’agit d’une interprétation de dialogue qui s’effectue en mode de « petite consécutive » sans notes, où l’interprète intervient, en principe, après chaque tour de parole des intervenants primaires, le/la thérapeute francophone et le/la patient(e) russophone. L’analyse se fonde sur la transcription, effectuée par les auteures, des entretiens psychothérapeutiques enregistrés préalablement.

100Comme en témoigne la transcription des deux extraits analysés, le discours des intervenants primaires cumule tous les défauts classiques : le pronom de la troisième personne sans antécédent (ils), des expressions vagues à référence opaque (un papier), des phrases inachevées, et surtout un manque apparent de cohérence entre les énoncés. Ce discours suggère que chacun des intervenants compte sur certaines connaissances de l’autre, et probablement sur celles de l’interprète, relatives à leur histoire commune et sur l’aptitude de l’autre à construire un contexte pertinent, au sens de Sperber et Wilson 1995, susceptible de fournir des prémisses pour l’interprétation inférentielle de son vouloir-dire.

101Comme on peut le constater, les tâches et les objectifs d’un interprète de dialogue sont très différents de ceux d’un traducteur : sa préoccupation première ne consiste pas à traduire des phrases et des mots, mais, dans les termes de Grice, à reconnaître l’intention communicative du locuteur et à interpréter sa contribution au but commun du dialogue, tels que l’interprète le perçoit.

102L’analyse d’Anne Delizée et Christine Michaux se fonde sur deux théories, la théorie de la pertinence de Sperber et Wilson (1995 [1986]) et la théorie de la structure du discours de Grosz et Sidner (1986). En combinant ces deux théories, les auteures obtiennent un appareil conceptuel performant qui leur assure une grande précision d’analyse.

103La théorie de Grosz et Sidner opère avec deux concepts de base : celui de structure intentionnelle et celui de structure attentionnelle. La structure intentionnelle comprend l’intention communicative globale du locuteur dans un échange et une série d’intentions segmentales (partielles) reliées par des liens discursifs, chacune des intentions segmentales contribuant, directement ou indirectement, à la satisfaction de l’intention globale. La structure attentionnelle, qui se situe au niveau linguistique, marque par des signaux, verbaux ou prosodiques, des entités qui sont maintenues au centre de l’attention au cours d’un segment ; elle contient aussi des signaux qui indiquent l’ouverture et la clôture d’un segment.

104Cette double architecture, intentionnelle et attentionnelle, confère aussi une plus grande précision aux outils conceptuels empruntés à la théorie de la pertinence en limitant le choix d’hypothèses pour la construction d’un contexte pertinent au cours de l’interprétation inférentielle.

105L’analyse des deux extraits met en évidence la contribution de l’interprète à la compréhension mutuelle des deux intervenants primaires. L’interprète reconstruit systématiquement les liens cohésifs entre les intentions segmentales, renforce la cohérence intradiscursive dans le cadre d’une intervention, spécifie le vouloir-dire du locuteur tel qu’il l’a interprété et explicite systématiquement ses inférences pour renforcer la cohérence interdiscursive entre les interventions des deux locuteurs.

106L’étude d’Anne Delizée et Christine Michaux tend à montrer que le transcodage ne représente qu’une part négligeable de l’activité d’un interprète de dialogue. Ce qui mobilise surtout ses efforts cognitifs, c’est une activité inférentielle intense qui vise essentiellement à identifier les intentions communicatives du locuteur et, dans les termes de Grice, sa « contribution au but commun de l’échange ».

2.4. Le sens du nonsense

107Nous avons vu dans les sections précédentes que le sens a tant d’aspects différents qu’il reste lui-même un objet insaisissable, qui échappe aux tentatives de le définir. Paradoxalement, le non-sens, ou nonsense dans sa version anglaise, est tout aussi difficile à définir, mais pour des raisons différentes.

108Émilie Piat (dans ce volume) examine les relations complexes entre le sens et le nonsense en prenant comme objet d’étude les limericks et leurs traductions françaises. Représentant classique de la poésie nonsensique anglaise, le limerick est un court poème de cinq vers dont la forme rigide est combinée à un contenu qui décrit des situations incongrues et qui est soumis lui aussi à certaines règles fixes. Bien qu’enraciné dans la tradition de la poésie orale, le limerick a été popularisé par Edward Lear suite à la publication de son Book of Nonsense en 1846. La première traduction de l’ensemble de ce recueil, publiée en 1968, est due à Henri Parisot, la deuxième, publiée en 1997, à Patrick Hersant ; il existe également de nombreuses autres traductions de limericks provenant du livre de Lear.

109Émilie Piat analyse l’union entre la forme codifiée du limerick (une paire de vers longs, une paire de vers courts et le retour au schéma du vers initial) et le contenu narratif, contraint lui aussi, qui combine des éléments familiers et des éléments étranges, incongrus. La simplicité apparente du limerick incite souvent les traducteurs à se contenter de calquer sa structure formelle en suivant le schéma des rimes. Cependant, comme le montre Émilie Piat, la vraie difficulté consiste à transposer la métrique accentuelle du vers anglais en métrique syllabique du vers français et à traduire le rythme en rimes.

110L’étude d’Émilie Piat le montre clairement : le nonsense, ce n’est pas l’absence de sens. Le nonsense n’est pas non plus illogique. Il a sa propre logique qui est, selon Deleuze (1969), fondée sur le paradoxe. Deleuze oppose le paradoxe d’une part au « bon sens », qui impose une seule direction, la « bonne », et d’autre part au « sens commun », qui, étant « commun », ramène la diversité à l’unité :

Le paradoxe est d’abord ce qui détruit le bon sens comme sens unique, mais ensuite ce qui détruit le sens commun comme assignation d’identités fixes. (Deleuze 1969, p. 12)

111Quant au nonsense, fondé sur le paradoxe, il « est à la fois ce qui n’a pas de sens, mais qui, comme tel, s’oppose à l’absence de sens en opérant la donation de sens » (Deleuze 1969, p. 99).

***

112Ceux qui voient en la traduction un acte de violence à l’égard du sens n’ont pas tout à fait tort. Le sens ne peut pas être communiqué directement d’un esprit à l’autre. Le traducteur n’est qu’un agent rationnel, un sujet, qui manipule, à savoir comprend, interprète et exprime, le sens. Comme en témoignent les articles réunis dans ce volume, la nature de ces trois opérations est telle que le sens à l’arrivée portera inévitablement des traces de la subjectivité du traducteur.

***

113Nous tenons à remercier chaleureusement les membres du comité scientifique qui ont largement contribué à la réalisation de ce volume :

114Gilles Banderier (Académie d’Alsace)
Benoît de Cornulier (Université de Nantes)
Béatrice Costa (Université de Mons)
Emmanuelle Gallez (KULeuven)
Gaëtanelle Gilkin (UCLouvain)
Marie-Aude Lefer (Université Saint-Louis – Bruxelles et UCLouvain)
André Wénin (UCLouvain)

Bibliographie

Alighieri (D.), Opere minori, I, 2, éditées par Vasoli (C.), De Robertis (D.), Milan-Naples, Ricciardi, 1988.

Bazalgette (L.), « Réponse à l’enquête des “Cahiers du Sud” », Les Cahiers du Sud, 13/89 (1927), p. 248-252.

Berman (A.), « La traduction et la lettre ou L’auberge du lointain », in Les tours de Babel, édité par Berman (A.) et al., Mauzevin, Trans-Europ-Repress, 1985, p. 35-150.

Blum-Kulka (S.), « Shifts of cohesion and coherence in translation », in Interlingual and Intercultural Communication. Discourse and Cognition in Translation and Second Language Acquisition, édité par House (J.), Blum-Kulka (S.), Tübingen, Narr, 1986, p. 17-35.

Boyd (B.), Vladimir Nabokov. The American Years, Princeton, Princeton University Press, 1991.

Brentano (F.), Psychologie du point de vue empirique, traduit par de Gandillac (M.), traduction revue par Courtine (J.F.), Paris, Vrin, 2008.

Brion (M.), Sauvage (M.), « L’enquête des “Cahiers du Sud” », Les Cahiers du Sud, 13/89 (avril 1927), p. 241-242.

Browning (R.), The « Agamemnon » of Aeschylus, transcribed by Browning (R.), Londres, Smith, Elder and C°, 1877.

Cerquiglini (B.), À travers le « Jabberwocky » de Lewis Carroll, Paris, Le Castor astral, 1998.

Christoffels (I.), Cognitive Studies in Simultaneous Interpreting, PhD thesis, University of Amsterdam, 2004.

De Groot (A.), « The cognitive study of translation and interpretation. Three approaches », in Cognitive Processes in Translation and Interpreting, édité par Danks (J.), Shreve (G.), Fountain (S.), McBeath (M.), Thousand Oaks CA, Sage Publications, 1997, p. 25-56.

Deleuze (G.), Logique du sens, Paris, Minuit, 1969.

Delisle (J.), La traduction en citations, Ottawa, Presses universitaires d’Ottawa, 2007.

Demumieux (C.), Un goût de sauvage, Avernes-sous-Exmes, Association « Le moulin de Bazalgette », 2000.

Dretske (F.), « Le caractère représentationnel de l’expérience sensorielle », traduit par Al-Saleh (C.), in Conscience et représentation. Introduction aux théories représentationnelles de l’esprit, sous la direction de Dewalque (A.), Gauvry (C.), Paris, Vrin, 2016, p. 61-95.

Fodor (J.), The Language of Thought, Cambridge MA, Harvard University Press, 1975.

Frege (G.), « Sens et dénotation », in Écrits logiques et philosophiques, traduit par Imbert (C.), Paris, Seuil, 1971 [1892], p. 102-126.

Frege (G.), « On sense and meaning », in Collected Papers on Mathematics, Logic and Philosophy, édité par McGuiness (B.), Oxford, Blackwell, 1984a [1892], p. 157-177.

Frege (G.), « On concept and object », in Collected Papers on Mathematics, Logic and Philosophy, édité par McGuiness (B.), Oxford, Blackwell, 1984b [1892], p. 181-194.

Frege (G.), « On the law of inertia », in Collected Papers on Mathematics, Logic and Philosophy, édité par McGuiness (B.), Oxford, Blackwell, 1984c, p. 123-137.

Frege (G.), « On Sinn und Bedeutung », in The Frege Reader, édité par Beaney (M.), Oxford, Blackwell, 1997 [1892], p. 151-171.

Frege (G.), « On sense and reference », traduit par Black (M.), in Arguing about Language, édité par Byrne (D.), Kolbel (M.), London, Routledge, 2010 [1892], p. 36-56.

Gache (F.), Piquet (J.S.), Cicéron et ses ennemis littéraires, suivi du texte annoté du « De optimo genere oratorum », Paris, Klincksieck, 1886.

Grice (H.P.), « Meaning », The Philosophical Review, 66 (1957), p. 377-388.

Grice (H.P.), « Logique et conversation », traduit par Wilson (D.), Sperber (D.), Communications, 30 (1979 [1975]), p. 57-72.

Gutt (E.A.), Translation and Relevance. Cognition and Context, Oxford, Blackwell, 1991.

Heltai (P.), « The performance of Relevance Theory in translation studies », in Relevant Worlds. Current Perspectives on Language, Translation and Relevance Theory, édité par Walaszewska (E.), Kisielewska-Krysiuk (M.) et al., Newcastle upon Tyne, Cambridge Scholars, 2008, p. 156-170.

Hieronymus, Liber de optimo genere interpretandi (epistula 57), Text und Kommentar von Bartelink (G.J.M.), Leyde, Brill, 1980.

Hill (T.), The Concept of Meaning, London, Routledge, 2002 [1974].

Hill (H.), Gutt (E.A.) et al., Bible Translation Basics. Communicating Scripture in a Relevant Way, Dallas, SIL International Publications, 2011.

Hugo (V.), William Shakespeare, Paris, Flammarion, 1973.

Kamenicka (R.), « Defining explicitation in translation », Brno Studies in English, 33 (2007), p. 45-57.

Larbaud (V.), Sous l’invocation de saint Jérôme, Paris, Gallimard, 1997 [1946].

Lévy-Leblond (J.M.), « Sciences dures et traduction », Hermès, 49/3 (2007), p. 205-211.

Macizo (P.), Bajo (M.T.), « When translation makes the difference. Sentence processing in reading and translation », Psicológica, 25 (2004), p. 181-205.

Mallet (N.), « Hugo, père et fils, Shakespeare et la traduction », TTR, 6/1 (1993), p. 113-130.

Murtisari (E.), « A relevance-based framework for explicitation and implicitation in translation », Trans-kom, 6/2 (2013), p. 315-344.

Nabokov (V.), « On translating “Eugene Onegin” », The New Yorker, January 8 (1955), p. 34.

Pasquier (M.C.), « Hugo et la traduction », Romantisme, 106 (1999), p. 21-30.

Peirce (C.S.), Écrits sur le signe, traduit par Deledalle (G.), Paris, Seuil, 1978.

Popper (K.), La logique de la découverte scientifique, Paris, Payot, 1973.

Pushkin [Puškin] (A.), Eugene Onegin. A Novel in Verse, traduit par Nabokov (V.), New York, Bollinen Foundation, 1964.

Putnam (H.), « The meaning of “meaning” », Language, Mind, and Knowledge, 7 (1975), p. 131-193.

Recanati (F.), Philosophie du langage (et de l’esprit), Paris, Gallimard, 2008.

Saint Augustin, « De la doctrine chrétienne », in Œuvres complètes de saint Augustin, traduites pour la première fois en français sous la direction de Raulx (M.), tome IV, Bar-le Duc, 1866, p. 1-87, en ligne http://www.abbaye-saint-benoit.ch/saints/augustin/doctrine/index.htm#_top, consulté le 12 août 2018.

Saint Jérôme, Lettres, t. III, texte établi et traduit par Labourt (J.), Paris, Les Belles Lettres, 1953.

Saldanha (G.), « Explicitation revisited. Bringing the reader into the picture », Trans-kom, 1/1 (2008), p. 20-35.

Searle (J.), « Minds, brains, and programs », The Behavioural and Brain Sciences, 3 (1980), p. 417-457.

Seeber (K.), « Cognitive load in simultaneous interpreting », Interpreting, 13/2 (2011), p. 176-204.

Séleskovitch (D.), Langage, langues et mémoire. Étude de la prise de notes en consécutive, Paris, Minard Lettres Modernes, 1975.

Séleskovitch (D.), « Traduire : de l’expérience aux concepts », Études de linguistique appliquée, 24 (1976), p. 64-91.

Séleskovitch (D.), Lederer (M.), Interpréter pour traduire, 5e édition, Paris, Belles Lettres, 2014 [1984].

Sperber (D.), Wilson (D.), Relevance: Communication and Cognition, Oxford, Blackwell, 1995 [1986].

Tirkkonen-Condit (S.), « The Monitor model revisited. Evidence from process research », Meta, 50 (2005), p. 405-414.

Van Parys (J.), « Verre neven, naaste vriend. Cyriel Buysse, Frans Masereel en hun vriend Léon Bazalgette », Mededelingen van het Cyriel Buysse Genootschap, 13 (1997), p. 7-86.

Wittgenstein (L.), Philosophical Investigations, traduit par Anscombe (G.E.M.), Oxford, Blackwell, 1986.

Notes

1 Cf. Gache et Piquet 1886, p. 88.

2 La métaphore se trouve déjà chez Sénèque le Rhéteur (mort dans les années trente du Ier siècle après Jésus-Christ) (Hieronymus 1980, p. 69).

3 Nous traduisons.

4 Sur cette traduction, cf. Boyd 1991, p. 318-355.

5 Nabokov 1955 : « An illustration of the Oneguin stanza – metre and rhyme pattern ».

6 Et de donner un exemple assez divertissant de ces adaptations au goût du public : « Perhaps the most charming example of Victorian modesty that has ever come my way was in an early English translation of Anna Karenina. Vronsky had asked Anna what was the matter with her. I am beremenna (the translator’s italics), replied Anna, making the foreign reader wonder what strange and awful Oriental disease that was: all because the translator thought that “I am pregnant” might shock some pure soul, and that a good idea would be to leave the Russian just as it stood ».

7 Sur cette figure injustement oubliée des lettres françaises de la Belle Époque, cf. Van Parys 1997 et Demumieux 2000.

8 Celles-ci sont contenues dans trois ensembles de longueur variable : le William Shakespeare, que Hugo fit paraître en 1864 et qui devait servir de monumentale introduction à la traduction de François-Victor ; la « Préface pour la nouvelle traduction de William Shakespeare », publiée en 1865 avec le tome XV, et dernier, de la version procurée par le fils du poète ; enfin – et surtout – les notes retranchées de ces deux textes, qui parurent après la mort de l’écrivain, sous le titre de « Fragments réservés ». Ces textes sont rassemblés dans Hugo 1973. Sur Victor Hugo et la traduction, cf. Mallet 1993 et Pasquier 1999.

9 C’est par ces mots que s’ouvre la « Préface pour la nouvelle traduction de Shakespeare par François-Victor Hugo ».

10 Cf. à ce propos les arguments de Searle 1980, qui soutient qu’un ordinateur ne peut pas avoir d’états cognitifs tels que comprendre ou croire.

11 L’empirisme qui caractérise les écrits de Wittgenstein réunis dans Philosophische Untersuchungen, avec sa célèbre définition « the meaning of a word is its use in the language » (Wittgenstein 1986, §43), va de pair avec le rejet des approches « mentalistes », celles qui postulent que meinen et verstehen sont des processus mentaux : « Try not to think of understanding as a “mental process” at all. For that is the expression which confuses you. But ask yourself: in what sort of case, in what kind of circumstances, do we say “Now I know how to go on” » (Wittgenstein 1986, §154) ; ou encore : « And nothing is more wrong-headed than calling meaning a mental activity » (Wittgenstein 1986, §693).

12 Le concept d’intentionnalité est dû à Franz Brentano (Psychologie vom empirischen Standpunkt, Leipzig, Duncker et Humbolt, 1874 ; cf. Brentano 2008 pour la traduction française). Cependant, Brentano considère comme intentionnel tout ce qui est mental.

13 Certains états perceptuels, en particulier la perception visuelle, sont plus complexes : ils comportent des traits intentionnels et ont certaines propriétés sémantiques. Wittgenstein discute ces questions dans la Partie II de PI.

14 Comme le constate Lévy-Leblond 2007, les sciences dures n’échappent pas, elles non plus, à « l’emprise de la langue ». Tout n’étant pas intégralement formalisable, le raisonnement scientifique se voit obligé à recourir à la langue naturelle, avec toutes ses approximations et son vague inhérents. Le concept associé conventionnellement à un mot dans le cadre d’un domaine, voire d’une théorie, peut être différent de celui qui est associé à ce même mot dans un autre domaine ou une autre théorie.

15 Au sujet du Jabberwocky et ses traductions françaises, cf. Cerquiglini 1998.

16 Frege appelle nom propre (Eigenname) tout nom défini (description définie) qui désigne (réfère à) un objet particulier.

17 Dans la traduction anglaise de M. Black citée ici (Frege 2010), dont la première édition date de 1952, le titre de l’article est traduit comme « On sense and reference ». Dans le volume publié en 1984, le titre est « On sense and meaning » (cf. Frege 1984a). Dans le volume The Frege Reader (cf. Frege 1997), le titre est traduit tout simplement comme « On Sinn and Bedeutung ». La version française, due à Claude Imbert, est intitulée « Sens et dénotation » (cf. Frege 1971).

18 Nous ne discuterons pas ici le problème connu sous le nom de « paradoxe de Frege », à savoir le fait qu’une phrase comme Le concept de cheval n’est pas un concept ne contient pas de contradiction, puisque, selon Frege, la description définie sujet le concept de cheval ne réfère pas à un concept, mais à un objet.

19 Au premier abord, les « jeux de langage » ressemblent à une théorie pragmatique. Cependant, ce n’est pas le cas. Les « jeux de langage » sont censés rendre compte de la fluctuation du sens des mots en fonction des circonstances de leur utilisation. Wittgenstein met l’accent sur les règles du jeu, sans s’attarder sur les croyances et les intentions des joueurs.

20 Cf. à cet égard Popper 1973, qui défend l’approche nominaliste des constructions conceptuelles propres aux sciences sociales.

21 La théorie de la pertinence est largement utilisée en traductologie. La publication de la thèse de Gutt 1991, qui fut le premier à appliquer les concepts de la théorie de la pertinence à la traduction, a été suivie de nombreux travaux sur la traduction et l’interprétation qui se situent dans ce cadre conceptuel (pour un aperçu, voir par exemple Heltai 2008). Les traductions de la Bible constituent un domaine spécifique où la théorie de la pertinence semble particulièrement influente (cf. par exemple Hill et al. 2011).

22 Au début de son article, Blum-Kulka (1986, p. 21) traite comme explicitation les cas où « the translator simply expands the T[arget] L[anguage] text, building into it a semantic redundancy absent in the original », où le terme de « redondance sémantique » fait penser qu’il s’agit d’une répétition. Cependant, dans la suite de son article, Blum-Kulka précise son propos en le limitant à l’explicitation des liens de cohérence entre deux phrases au moyen de connecteurs (car, cependant, etc.).

23 Quant aux « signes artificiels » (la « signification non-naturelle » de Grice), saint Augustin les définit comme « ceux que les êtres animés se donnent mutuellement pour manifester, autant qu’il est possible, leurs pensées, leurs sentiments et les différents mouvements de leur âme » (Saint Augustin 1866, Livre II, 2:3). On retrouve dans cette définition, tout comme chez Grice, l’intention de communiquer quelque chose. Aussi bien saint Augustin que Grice (et beaucoup d’autres, dont Peirce et Saussure) considèrent que les mots sont des signes conventionnels (non-naturels).

© Presses de l’Université Saint-Louis, 2020

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search